Skip to main content

Full text of "Dictionnaire historique & biographique de la Suisse"

See other formats


gc M. LH 

929.131 
T56 
v.l 

ot.l & 2 
Ï721517 



REYNOLDS HISTORICAL 
GENEALOGY COLLECTION 



I CUUN1 -1 fi un K. I IMK 



3 1833 00856 5258 



Digitized by the Internet Archive 

in 2010 with funding from 

Allen County Public Library Genealogy Center 



http://www.archive.org/details/dictionnairehist112gode 



DICTIONNAIRE 



^r%^ 



ri 

li c 



DE LA 



B U 



- J? 



I- 



_J 



U 



ÏJ 



PUBLIÉ AVEC LA RECOMMANDATION DE LA 



SOCIÉTÉ GÉNÉRALE SUISSE D'HISTOIRE 



ET SOUS LA DIRECTION HE 



MARCEL GODET 



HENRI Tt ÏUJ2ii VICTOR \TTINGER 



DIRECTEUR DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DIRECTEUR DES ARCHIVES FÉDÉRALE! 



AVEC DE NOMBREUX COLLABORATEURS DE TOUS LES CANTONS 



ILLUSTRE 1)1. 



CARTES ET DE NOMBREUSES REPRODUCTIONS D'AMIENS DOCUMENTS 

DANS LE TEXTE ET HORS TEXTE 

TOME PREMIER 

A- BAROCHE 



NEUGHATEL 

ADMINISTRATION DU DICTIONNAIRE HISTORIQUE 

ET BIOGRAPHIQUE DE LA SUISSE 

Place Piaget, 7 

I 11 2 1 



1721517 
DICTIONNAIRE 

IISTORIQUE ET BIOGRAPHIQUE 

DE LA SUISSE 



LISTE DES COLLABORATEURS AU TOME PREMIER 

(Les Initiales entre crochets [ ) indiquent les abréviations utilisées par nos rédacteurs.) 

Ii I! 



ZURICH: Prof. Dr Friedrich Hegi, Rucsehlikon.[F. H.i — Prpbil. F.d- I 
win Mai mu, a.huiul aux archives .l'Etal. Zurich. (E. IKr] — Dr phil. ! 
Félix Bkuciitold, Zurich. [F. If.] — l)r phil. Cari Brin, Zurich. [C.B.] — ! 
A. ConitoDi-SiLZER, Zurich. — Oskar Farner, [':i>t.. Stamniheim — 
Prof. De Max Fkuii, Wiuterthour. — DioUielm Frets, Zollikon. [D. F.] ! 
— Johannos ! nu k. llerrlihcrg.[j.F.l— f I>r phil. Kaspar llauscr, Win- 
tortbour. [L. Il 1 — Eugen IIi.mm.isn. archiviste, Zurich. [K. 11.1 — I 
Dr phil. Robert Hoppbi.er, Zurich. IR. II.) - Erusl Di.m. Directeur 
du musique, Zurich. [E. 1.1- Dr phil. Antou Largiadeb, Zurich. [A. L.l 

— Iir llauii Miettkli, Zurich. [11. M ,| — Arnold MtLLEit, Zurich. [A. M 

— 11.- phil. Alfred Sch.kr, priv. doc., Zurich. [A Sch.) — Or phil. Ennl 
Suin.ii, Zurich. [K. St.] — Prof. Dr Ernst \Valder, Zurich. [E. W.] i 

— Dr m. d. G.-A. Wehrli, priv. doc, Zurich. |G. V.l — Willy-L. 
Wciirmann, pasteur, Arbon. [\V.-L. W.] — Prof. Di Alfred ZiKct.cn, 



Vi 



rlh. 



BERNE : Dr Riid. Weuem, directeur du Musée historique, Berne. 
[H. W.] — Dr Gottfricd AEiiERSor.D, Berne. — Prof. Dr Ed. Baeiileii, 
pasteur, Champion. [E.B.] — Alfred BiKRTscai, instituteur, Berthoud.— 
Ilr Hans Bliksch, Berne. [H. H.] — G. Blcumulleii, pas-leur. ,G. l'..l — 
lie 11. .:.r. I";.:. r«l. (lé l'Annuaire du Club alpin suisse. Berne - 
Dr A.1 Kliki, pr"f- » .KKsuie ntœnialc, Berne. [Â 1 .j - .1. R) -, i.i ,.-Bi ■ 
Ancien roctour, Borne — R. Marti- Weiikcn instituteur, Berne. 
[K. .\1.-W.| — Emile Mnin, archiviste, Berne [E. M j — Dr \Viih.-Jos. 
Mkïeii, bibliothécaire, Berno. [W.-J. M] — Juh. Morgenthaleh. insti- 
tuteur, lierno [II, M. 1 , — ■;• lUnl. Ocusekbein. bibliothécaire, Berthoud. 
[R. O. — K. Sciineeberger, Berne. — Dr O. TscHL'Mi, privât docen t. 



T.l 



JURA BERNOIS: G. A.mwhi, Secrétaire de la Société jurassienne 
I d'Emulation, Purrentruy. LG. A.]— Prof. Dr P.-O. Kessire. Porrentruy. 

— W. BefliouiN, Bienne.[W.B.l — E. Krieg pasteur, Urandval. [E. K.] 

— II. Zkli.kh. 

LUCEIINE: P.-X. Weber, arcbiiislc cantonal. Lucerne. [P.-X. W.] 

— O. do Vins, major, Lucerne. [v. VI — Prof. Dr Seb. GrIItër, Lucerne: 

— Dr lii inkmaN.v, rédacteur. Lucerne.— H.Segesser-ke Brcxegq, cous. 
de tesraliuu, Berne. — Jos. l'w.siti;. reet., Mùusler. '.J. Tr.l 

URi : pi I ".:. Wii.ii.ul, archiviste .n.loi.al Airdurf. K V." — Jo- 
seph 1 i l.l lu, ancien laioia-umaun, Siloneu. — Joseph MûLLER, cure de 
l'Hôpital. Altdorf. [J. M., A.] 

SCHWYZ : P. Hk.ngc.ei.kr, archiviste, Einsiedeln. [R-r.] — P. O.lilo 
RlNcili.lv. archiviste, Einsiedeln. — M. Styger, chancelier, Schwyz. 

DNTEKWALD: Dr Roh Dcrrer, archiviste d'Etat, Stans. [R. D."l 

— Al. Tbl'ttmann, ancien ammann de district, Sarnen. [Al. T.l 
CLARIS: Dr Ad. Nabuoue. recteur, Glaris. [N'z]. 

ZUUG : A. W eber, ancien landammann, Zoug. IA. W.] — Dr Wilh.- 
Jos. Mi mu. Berne. 1 W.-J. M.] 

FRIBOURG: Abbé F. Dccrest, directeur de la Bibl. universitaire. 

Ir.i rg. I . D.l — Paul Au isciiEK, Fribourg. [P. A.] — d'Amman, Eri- 

bourp. — Dr A. Bûj.in, prof . Fribourg — Dr G. Castella, adjoint aux 

archives, Fribourg. [G Ca/)- rges C rpataux, sous-archivisled Elar. 

1 nhourg G. Cx.]— Th. Dubois, bibliothécaire, Réd. des Archives héral- 
diques, Lausanne. — Dr C. Mui.i.in, pruf., Neuchàtel. [C. M.] — Mlle J. 
Niqi-ille, Fribourg. — Tobio de K.imy, archiviste dEiat, Fribourg. — 
Dr Schorderkt, Fribourg. [Aiig. Sch.] — Hubert de Vlvey, Fribourg. 
[II. V.l - Pierre do Zurich, Fribourg. 

SOI. EURE : Dr J. Iv.h.i.n. Soloure. [J. R.] — Perd, von Arx, ancien 
I r..: -s r, s.ieure. — Dr Max vou Aux. Ollen. — V." von Ar..\, proies- 
•car, s.d.ure. - Dr Herinmin Bucni. So'leure. — Dr II. Dietschi, Stadl- 
ammann, Ollen. — Mlle Dr II. DiErfliger, Schoftlauii. — F". Eggen- 

isiit itenr. Zui r-, il. [K. E.| — A. Fil i i il. So Dure. 
Dr \. I.i iineu, chancelier d'Etat. Soleure. — J. Miesch, curé, Olierd rf. 

— E S i. curé, Granges. lE. N.] — Prof. Dr E. Tatarinoee, Soleure. 

I I. du Vivis, major, Lucerne. [v. V.l — G. VVvss. secrétaire. 

HAl.K-VILI.E et BAI.E-CAMPAGNE: Dr Cari Roth, biblio- 
i lire - Mil Imlh. putlique, Bàlo. [C. K. : — Prof. Dr Friedrich Mis- 
i.:;., Bile. — Karl G.vuss, pasteur, Liestal. — Dr Ans. Burckuaroi, 
B.. le A. U.]_ p ro f. Dr G. Bi.nz, vice-directeur de la Biblioth. nationale. 
l'en Dr Krnv, jugo, Liestal. — Dr Ludwig Fbeivogei., Baie. — 

Dr Traugott Geekinu, haie. -- Dr Anton II tu:..i R, Bàle. II. A. 1 1.1 - 
P. D ekii, |ir.)l Ecole d'agriculture, Liestal. - Dr Ang. Huber, arc'hi- 
vi te d'Etat. Mille. -L.l. Du, in. pasleur, Riehcn. — Dr Ernst Jenny, 
■ B.'ilc. — A. K0.KY, pasteur, Bàle — Dr Emil Mv.ni:. B.ile. — Mkrian, 
Bile. - Dr V, . r,.er N lt . Saint-Gall. — Dr A. Nuiuimann, Bàle. — Dr i-:. 

Kkkari.t, Baie - llans-Kranz Sarasin, Baie. — Lie. Il 1. Ernst St.eiik- 

iis, past . Thaihi-im - P. Sïeixer, missionnaire. Baie. — Prof. E. A. 
•=1 n > ■' il ' . B il". — Prof. H. Tii.immes. Bille. - Di IvarlWEbER. Baie. 

SCHAKEHOUSE DrV. i RNEn.arciiivisle d'Etat. Schall'house. ll.W . 
J.-H. B i.saii.i.s. Stadlgenealog.. Sehatrhouse. [J.-IL B.] — H. Wa.n' 
-l.^:!n c. - H. \\'ûm:hi.r-Be"cchi, Scl.a.T- 



house. [Wii Bo.l — In 
Rhhi. 
APPEKZELL: lu 



Dr B 



i.-Bi 



Fril/ UiiiM.N.N, : 
\ Maiiti, bibliothé 



st.- de la ville. Stem s 
antonal.Trogen. [A. M. 



SA1NT-GALL : Prof. Dr PI. l.Cin t.n. Saint G.,11. , Ut.' — A B.kri.o 
■ iiek. - f Dr jiii L. Cavi ;.n. Gossau. — J.-J. Mûli.br, 1" archiviste 
du cinnilr.-. <-, ni Rail. J M I 

GRISONS Dr 1. J -s. prof., Coire. I . J.l — C.h. Bardoi.a, Samaden 
[Cn B. - Dr C. G. min,- h. directeur, Fetan. - J. Cosra», Andeer. 
[J c..] — Dr N.CtiiTi. Di i N. C Dr C. J Kl i.v, recteur, i < r. 

- Dr F. Jeoki.in, archivisti . Coire. - Dr Bob. Ji -r, Arosa tnton 

eh, Maienfcld. — Dr I. Pietii, bibliothécaire, Coire IF. I*., - 
Kobort i,.n Plant», Fursleiiou. L H. v. P.l — Prof. B. Pi il 
P. N Su is s.,., i i, Bcuron. — J.-J. Simone't, chanoine, Co 

K. SI.MABKNI, pas 



AKGOVIE : Fritz Wkrnli, ancien bibliothéc, Laufonbourg [F.W.] 

— E. Fkalicii, pasteur, Brugg.,[E. 1.1— G.-Tb. Gr.cmciikr, archi- 
tecte, Zolinguo. [Th. Gr .1 — Dr A. Helblisu, Aarau. — Klnz, rhapo- 
laio, Mellingen. - Dr O. Mitti.kii, Grunirhen. — Dr «..seniieiuieh, Turgi. 

— G. Win.EiiKi'ini, Wohlen. [G. \V.| — Dr 0. ZfiR.:iii:n. Badon. O. Y..' 
THURGOVIE ; P. Schalteggkh, archiviste cantonal, Frauenfeld. 

[Sch.l— l'rol. Dr Th. Orkvi -n/.. IGr-z.l 
TESSIN • Dr Céleslin Ti.i/.-im. professeur, I.ugano. [C. T.] 
VAUB Maxime Rkyuoxo, nrch. d'Etal mtér.. Lausanne. [M. H.l — 

l'r. Amiuukt, major. Moi'gcs. — Arnold Bunahii, journaliste, Lausanne. 

— V.-H. BoLiinnuis, château de Gieï —G.-A. Bi.n.ii.. éditeur, Lau- 
sanne. [G.-A. B 1 — K CuliNAZ, Lausanne. — Gh. GiLLi.vKD, prof., Lau- 
sanne. — Marc Henhiol-d. Berne. - André Koiiler, prof., Lausanne. — 
Mi vi.vN-b'ui.i:. prof., Lausanne. — Eug. Mottaz, directeur du DHV, 
Lausanne. — 11. \ i n i iimikr. prof.de théologie, Lausanne. 

VALAIS: Dr Léo Meïer, archiviste canton. ,1. S, ou. IL. Mr.")— Dio- 
nvs [m, sch. chanoine, Mon. [D. L] — K. Tami.m, cure. H ix. [Ta.] 

'NEUCHATEL : L. MoNTANDON, archiviste. Neucliàtel. [L. M.] — 
Louis Arm:iii. [L. A.]— Philippe Gmi.it, prof., Neuchàtel. — Emmanuel 
.1. s,.,,, prof. NeuehMel ' K . .1.1 - Alberi Michaud, conservateur du Mé- 

dai.liei. la GLaei (•: l'ond-. l'Alb. M .1 - A. Plv.ll. archiviste. d'Etat. 

Neuchàtel |A. P Arnold Robert, ancien conseiller aux Etals, La 

Chanx-de-b'ouds. L A. R.J — Louis ïhevenaz, archh'., Nouchitel. HL. T.] 

— Paul V,.n. A , professeur, Neuchàtel. [P. \ .1 

GENÈVE : Charles Rocil, sous-archiviste. |'C. H.] — Kernand Avbert, 
sous-conservaleiir des manuscrits à la Bibliothèque publique. [F. A.] — 
Henry d'At-RioL. [II. d'A.l — Anlony Baiiel, Dr en sociologie. [A. B.l — 
Edmond Barde.— Frédéric Barbey, archiviste-paléographe. [F. B.j -- 
Victor van Ukiicuem, Dr phil. IV. v. B.] — Alphonse Bi b.vodd, Dr es 
sciences. — Rodolphe Bieler.JR. B.] — Louis Blo.ndel, chef du service 
municipal du Vieux-Genève. [L. B.] — Charles Borui il D, prof. — Mau- 
rice But-BiEB, Dr es sciences. — F. BoI'Cuardy, lie. es lettres. Carouge. 

— Jean Bouvier, lie. es lettres. — E.-L. Buunkt. — Paul Chaponnière. 
Dr es lottres. — Edouard Chapl-isat, directeur du Journal de Genèse. 
[Ed. Ch.] — Albert CnoisY. [A. Ch.l — Eug. Ciioisv. prof. —André 
Coksaz, Juss. iA Zz-\ Henri D. i.uu i . bibliothéca t ù la Bibliothè- 
que publique".— ll.iin DesKtnger. pasl. [IL D.] — HeDri Dlo.nna. Dr e.u 
droit. (H. Da.l — Théiloore Fies. [Th. F.] — Kraneis Fossé. Perlv. — 
M.-L. de Gai.i ni-,. [M.-L. G.] — Frédéric Garoy, dir. de la Bibliothèque 

publique. [F. G.] — W illioin Gcix. — Alexandre Gi.ili.ot, pasl. j- Olto 

Karmi.v, Chêne. [O. K.] — Ulysse Ki.n/-Ai.hkrt. [li. K-l — David 
Laserre, lie. es lettres, Lausanne. [Ti. L.] — Jacques Lu Fort, Dr en 
droit. [J. L.j — Dr Hector Maillaru. — Camille Martin, architecte, 
Petil-Lancy. — Dr Paul-E. Martin, archiviste d'Etat. [P.-E. M.] — A. 
Ml-ssard, Versoiv. — Henri Nie. -- Dr Constant Picot. [C. P.] — 
M llel.ne N.KE-UnviLLioi.. [Bel. R.] - Dr Frédéric Rilliet, Bellevuc. 

Eugène Ritter, prof. [E. K.] — Albert Roussy. — Emiiie Tremblay, 
Dr phil. ;E. Tr.l — II. de Vriks, Fribourg. [H. Vr.) - Charles Wer- 
nkr, prof. 

Collaborateurs généraux. 

Prof. Ed. 3i iii.hr, pasteur. Champion. [E. B.l — Prof. Dr V. Becker 
colonel, Zurich. — Dr Ch. Benziger, Berne. — Dr Bindscuedler, Zurich 

— Dr Hans Biuscn. Berne. [11. B.l — IL Brunner, bibliothécaire, 
Wiuterthour. [H. Br ] — Prof. Dr A. Bu. m, Fribourg. [A. B.l — - Prof. 
William Cart, Lausanne. — Frank CnoisY. Genève. — L. CoCRTHION. 

ve. [L. Cl — Dr H. Df.ni, Berne. [IL D.l — Dr Rob. Durrer, archi 



Rio d'Etat, 



. [R. D." 



LJ.s.]. 



pasteur, Celorina. — J.-R. Tiuo.i, doyen, Jenaz. 



. D.]— A.-F.-C d En RNOD, prof.. Genève. — R.-V. 
-;• G. Favey, iugo fédéral, Lausanne. - L. Fores- 
tier, Founex (Vaud). — E. Fri.nii rk. rédacteur. Fribourg. — Oskar 
Frei, pasteur. Meilcn. — R -O. Frilk, rédacteur, Neuchalcl. "B.u. F." 

— Dr FridaGAi.LUi. Claris. — Marcel Goiiet. dir. delà Biblioth n lion 
Berne. [M. G.l — f Jean Gkm.li t. Neuchàtel. [J. Gt.] — Dr 0. von 
Greyerz, Bénie. O.V.G.] — Dr Olto Gruger. Ivussnachl (Zurich). — 
Emile IIaii.n, assistant au Mus.-, national, Zurich. [E. 11.1 — Dr Hercod, 
Lausanne. — f NV. ID:i ni. prof.. Lausanne. — Prof. Dr HoFEMANN- 
Krayi r.. Bàle. E. IL-K.1 — Dr Jean 1Di.ni. prof.. Neuchàtel. J. Il J -- 

— Dr Léon Ki un. Berné. [L. K.] — Dr K. kn, Zurich. — Dr C- Ladamb, 
Gen.ve. — Dr K. LaNuolt, l'.aden. — Dr Ch. LariiY, ancien ministre 
smsse à Pan-. Chàlilloû s Bevaix. — Prof. Dr Lehmann, dir. du Musée 
national, Zurich. — Ch. Li rili-Tscu in/, Berne. [L.-Tseh.] - Dr Mu,.. 
maître au Gvmnasc. Bienne. — Camille Martin, architecte, Pelit-Lancy. 

Cam M.' — Mkiskvi r, G se. — J. Moiir, Berne. — J.-J. Monnier. 

prof., Genève. — Dr Albert N n, prof. Lausanne. — Prol Dr Karl Ni.i--. 
Halo. — -- Prof. Dr NVilh. Ua-.iisi.i, Zurich. — %V. Piio.ri-.iilmiiert. 
Neuchàtel. - A. Pu i r, archiviste d'Etat, Neuchàtel. IA. P.] — Dr Eug. 
Pittard, prof.. Genève. — Burkhard Rkbkr. Genève. [B. R.] - Prof. Dr 
Reichesberg, Berne. — Dr H. Ri n-.i • . .or. Berne. - Ed. R.-tt, ancien 
n eill il de : gation. Pan-. — AI:. Urpp.n, M In. i enbuchsce A. R.l — 
Dr L.-R. de Sai is. prof., Berne. — P.- 1. SantsCHI, Schcciienvverd.— Prof. 
DrG.S.vL-sEli-H.M.I Berne. — Dr Gustav Schirmer. prof., Zurich. G Sch.] 

— H. S,;iini. un il, Zurich. - Prof. Dr E. SCHNEIDER, Riga. E. Sch.] 

— Le Secrétariat, Neuchàtel. L. S.] - Prof. Dr S. Singer. Berne.— 
IL Sti-cki, Bàle. — Dr Karl Sn-CKi, Berne. [K St.") — Prof. Dr Tata- 

kin.h-, Soloure. [E. T.l — lions Tondcry, prof.. Ge .e. — Dr IL 

Thiuoi.et. Berne. '11. Tri — Prof. Dr II. TliRLER, Direct, urdes Archives 
fédérales, Berne. Il T. Major p. de Valliere, Berne — Dr D. 

Vimi.iER viee-dirocteur du Musée national. Zurich. D. VI — Dr Jakob 
W.v.kerni . ' Pn Mart \ - - t.. Mil iter i. W. — 

Max Webeii, Londres. — Dr Rodolphe 'Wkiier. prof.. Gem ve. — René 
deWeck. secrétaire de légation, Par, s. - Dr Rudolf Wegbli. dir. 

du Musée historique, Beroc R. W.] — Dr iur. Ileinrieh Weisel 

Zurich. — Albert VVn d, past., Zurich. — WilU Wiiikminn, past., Arbon. 
[W.-L. W.] — Dr A. /esii.eii. Berne. [Aï.]. 



PREFACE 



En Suisse comme ailleurs, l'histoire, depuis un siècle, a énormément étendu le champ de son activité 
et spécialisé ses recherches. Une quantité presque innombrable de travaux, de recueil d'actes et de 
documents, d'études et de monographies, puis d'oeuvres de synthèse plus ou moins vastes cuit vu le 
jour. Ils sont consignés dans des milliers de volumes et de brochures et un nombre plus grand encore 
d'articles de revues. Si bien que, s'il est devenu difficile à l'historien ou à l'amateur d'histoire de s'orien- 
ter dans eette production touffue, il lui est plus impossible encore de réunir et de posséder sous la main 
toutes les publications qu'il peut avoir à consulter au cours de ses travaux ou de ses lectures. 

Le moment a paru venu de rassembler en une monumentale publication les résultats acquis les 
plus essentiels et les plus certains sur les événements de notre histoire, sur le passé de nos cantons, de 
nos localités, de nos familles, de nos institutions. Et quelle forme [dus pratique, plus commode cette 
encyclopédie historique suisse pourrait-elle revêtir que celle d'un dictionnaire ? Celui-ci nous a paru 
valoir le grand effort collectif que nécessite sa réalisation. 

L'<<iivi.igc i.ont liOMes p"s>-i;,o', .m.j.u.m d'hui le prenne'- volume éiaiil en principe un inventaire 
sommaire .>■-. ooniMunsmuoe* fiisio' npn - actuelles sur noire pavs. il e<t forcément et essentiellement 
une compilation ; cependant, il contiendra et il apporte déjà nombre d'articles originaux sur des sujets 
jusqu'ici négligés ou qui n'avaient été que partiellement étudiés. Il est une œuvre de vulgarisation 
dans ce sens qu'il met les Tésultats des recherches érudites à la portée du public le plus étendu et des 
milieux les plus divers. Mais on entend bien qu'il ne doit point l'être dans le sens péjoratif qui s'attache 
volontiers à un genre d'ouvrages trop souvent entachés d'erreurs, d'affirmations gratuites et d'à peu 
près. S'inspirant de l'esprit et de la conscience scientifiques, on ambitionne d'en faire un instrument 
d'information précis et sûr qui ne donne pas pour connu ce qui ne l'est point, ni pour assuré ce qui 
demeure mal éeiairci. 

La male'r. qu emiiTasse I ouvrage t-i si éicndui, h s études sur lesquelles il se fonde ont été en 
certains domaines poussées si loin, qu'il ne peut tout due et doit strictement se borner. N'étant point 
un dictionnaire spécial d'archéologie, d'héraldique, d'économie politique, de droit ou d'histoire de 
l'art, il ne saurait s'attarder dans trop de détails. 11 ne peut prétendre à remplacer entièrement les 
travaux qu'il résume. Le commun des lecteurs, ceux qui n'y chercheront qu'un bref aperçu ou seule- 
ment un fait, une date, un nom, une armoiric, y trouveront généralement une réponse suffisante à 
leurs questions. Pour les historiens ou les curieux, au contraire, qui poursuivent dans quelque direction 
des recherches spéciales, le Dictionnaire ne prétend être autre chose qu'un guide, qu'un instrument 
d'orientation, mais infiniment précieux. Celui qui, en effet, veut en savoir davantage, pousser plus 
loin ses investigations, remonter aux travaux de première main, voire même se reporter aux documents 
originaux, celui-là trouvera au bas de rhaque article des indications bibliographiques qui constituent 
une partie essentielle de notre programme et augmentent, croyons-nous, considérablement la valeur 
scientifique et pratique de l'ouvrage. Celle-ci se trouve encore rehaussée par une abondante illustration 
documentaire. 

Lue œuvre si vaste dépasserait les forces et la durée de la vie d'un homme. Elle ne saurait être, 
si l'on veut aboutir, qu'une œuvre de collaboration. C'est dire qu'elle ne peut éviter les défauts inhé- 
rents à toute œuvre collective, une certaine inégalité dans les proportions cl dans la qualité des diverses 
parties. On s'est efforcé d'y olivier par une bonne organisation, rétablissement de règles générales, une 
judicieuse répartition du travail, une révision soigneuse des contributions fournies. Un a fait appel à 
tout ce que notre pays compte d'historiens et cherché à confier la rédaction de charpie notice à la plume 
lu plus compétente, décentralisé le travail dans la mesure compatible avec l'unité nécessaire. Tandis 
que la Direction se réserve la distribution i\e< articles généraux, elle laisse- aux correspondants canto- 
naux, mieux placés pour cela, le soin de choisir leurs collaborateurs et de répartir entre ceux-ci les 
articles concernant leur région. Si chaque collaborateur, en signant son article, en assume personnelle- 
ment la responsabilité, il n'est pas moins vrai que chaque canton porte moralement celle île sa contri- 
bution cantonale. Il appartient à chacun de nos 25 États de se faire dans le Dictionnaire une place 
digne de son passé. 

Qu il nous soit permis d'exprimer en terminant mitre vive reconnaissance à tous ceux qui nous ont 
accordé confiance, qui ne se sont pas laissé rebuter par les dillicullés et les tâtonnements inséparables 
du début et qui nous prêtent le concours de leur érudition, de leur plume, de leur patient dévouement. 
Les historiens suisses ont compris que pareille entreprise est d'intérêt non seulement scientifique, mais 
patriotique, et qu'elle n'est réalisable que par l'union de toutes 1rs forces. A l'époque de boulever- 
sements politiques et sociaux et de transformation vertigineuse où nous vivons, il est d'une nécessité 
plus vitale que jamais de répandre la connaissance du passe national, local et familial, ce terroir moral 
où le présent plonge ses racines et d'où il pçut tirer encore une si s,-, uic et si riche sève. 

Berne et Neuch itel, Août 1921. 

LA DIRECTION DU D.H.B.S. 



AVERTISSEMENT DE L'EDITEUR 



L'idée do la publication d'un Dictionnaire Historique de la Suisse nous est venue 1res simplcmenl 
au cours de la publication du Dictionnaire Géographique, cl en constatant les nombreux documents 
demeurés inutilisés, En gestation pendant bien des années, cette idée s' es! cristallisée pclil à petit et 
Unissait de trouver ses hases normales au moment où éclatait le conflit mondial. 

C'est en, pleine connaissance des difficultés de réalisation de notre tâche que nous avons entrepris 

le I>iclinnnaire Historique et Biographique de la Suisse en 1918. Les démarches entreprises, tout en is 

encourageant dans l'œuvre entrevue, ne cachaient pas les peines au devant desquelles nous allions 
courageusement. 

Ce quai était absolument imjicssihle de prévoir, c'était le bouleversement économique consécutif 
à l'armistice de t9îî>. Conçu primitivemerrt sur des hases d'avant-guerre, notre plan avaH été remanié 
sous 1 empire des événements pétulant les années de la guerre. Mais qui dune, en L'i. . pouvait ima- 
giner les catastrophiques circonstances qui nous obligèrent rapidement, dès lîll!), à changer complè- 
tement nos bases financières, à deux reprises, en peu de mois ? 

Si nous avons pu persévérer sans défaillance, c'est grâce à 1 appui nuirai si nettement marqué par 
nos principaux collaborateurs cantonaux, de Genève à Zurich et Saint-Gall, de Bâle aux Grisons et au 
Tessin, dans tous les cantons sans exception. Lot appui était si sincèrement efficace, que pas un seul 
instant nous n'avons pensé à abandonner la tâche entreprise, et notre seul souci a été d'adapter aux 
conditions nouvelles d'existence notre labeur en faveur d'une publication nationale si largement 
uppl'indie partout . 

Nous avons à remercie) ici, inm seulement les Sociétés d'IIistoin qui encourageront d'-einbléc 
notre projet, les divers Départements de l'Instruction Publique des principaux cantons, le Gouver- 
nement fédéral, en particulier ceux de ses dicastères qui y étaient directement intéressés, les collabo- 
rateurs de tous nos cantons, à la suite de leurs chefs locaux, mais aussi les nombreux souscripteurs 
de la première heure qui. en nous montrant leur confiance dans l'entreprise par une souscription libérée 
entièrement, nous permirent de faire face aux bouleversements économiques que toutes les publica- 
tions de la même époque eurent à affronter. 

Nous tenons à rendre un hommage particulier à M. Henri Brunner, l'ancien secrétaire du Diction- 
naire Géographique, bibliothécaire de la Ville de \\ in ici thour. lequel a été' le premier ouvrier de l'œuvre 
et depuis bientôt une décade s'est attaché' à tixer la première nomenclature du IllILS, après avoir 
relevé une copieuse bibliographie des ouvrages généraux sur la Suisse, et sur chacun de ses cantons; 
au premier secrétaire eu titre du Dictionnaire. Jean Grellet, alors Président de la Société suisse d'Hé- 
raldique, malheureusement enlevé prématurément à un travail auquel il s'adonnait entièrement. 
avant même d'avoir vu terminé le premier fascicule. 

Nous prions enfin les Directeurs scientifiques du Dictionnaire d'accepter l'expression de notre 
reconnaissance pour avoir bien voulu assumer leui part dans la direi tion de notre œuvre commune 

Les lecteurs qui ont suivi de près la publication de no, premier- fascicules ont i\ù sentir à diverses 
reprises que la tâche des rédacteurs était malaisée, sans pouvoir se rendre compte du motif, ou i\r<. 
motifs divers qui arrêtaient trop souvent notre marche. La principale cause île ces retards a été la 
nécessité d'accommoder des mentalité'- très diverses au même but. Les même circonstances se retrou- 
vent dans toute œuvre qui exige la collaboration i\'\ni grand nombre d'esprits. Pour le DHBS, l'effort 
s'est trouvé compliqué du fait que les bases notées au déduit se sont trouvées rapidement élargies par 
des apports rédactionnels insoupçonnés, au moment même où les dillicullés économiques battaient 
leur plein. 

Notre décision de terminer dès maintenant le tome premier, prévu à l'priginc à dix fascicules. 
et qui en comprend huit, a pour premier but de fane voir à ton- nos amis el souscripteurs que le travail 
accompli est de valeur: à tous nos collaborateurs que leur- efforts ont produit une œuvre utile, et que 
l'avenir il oit leur inspirer confiance tout eu les mettant mieux eu contact avec le- réalisations pratiques 
qui sont réclamées de leur dévouement. 

Et c'est là le but principal que nous cherchons à atteindre par lj présentation du Tome premier 

du DHBS. 

Août 1921. L'ÉDITEUR. 



ERRATA DU TOME P 



DU 



DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET BIOGRAPHIQUE DE LA SUISSE 

(Pages 1 à G00) 



Paj 



;,.', 



ACADÉMIE DE S A INT-T HOM A 

liiTio 2 lire : 7 mars I8SI. 

ACHERMANN. Page 62, ligne 23, lire: Leuw ; ligne 
45? li": Leuw. - Page 03 col 1, «ïne 3. lire : 1/37 

ADAWlINt. Page 72, I" col., ligne 3, lue . fils de 

d'après le &KZ. c'est 8, Dominique et non 3, Antoine 
ù, se sc-rail rendu a Gaictitta, Madras eijB.^e. 
ADLISWIL. Page 7'.'. 2'"- col., ligne 3.->. lire : 1G67. 
CMTERBÛCHER. Page 90, lire: JIICC au heu 

^AÉRONAUTIQUE. Page 05. ligne 35 lire: parc 
deîaiVostats - Ligne 57, lire : le ballon Helvclia. - 
2« col li'ne 2, lire : Ballon St-Gothard. - Ligne 3. 
Tire • ballot? privé. — Ligne 10, lire : de 7234 m . 

ksCH, ennet clem Albis. Paye 98, Igné 23. lire : 
en 1462 à la ville de Zurich, qui la lit administrer par 
Tauouer-impérial. Réuni en 147.7 i Altstctl en 

ffSDlin^ANt.. Puge 10 Chai I douard, 

7 AFFOLTERN PRÈS ZURICH. Page 108, ligue 6, 

'^AFFRY.'pa^e H 1, S" col., ligne? sous l'illustration, 
ennnrimer les mots : seigneur de Givisiez. 

AGRIPPA. Page 125! Légende de l'illustration, lire: 
d'après un dessin do la collection Gosse. . 

ALBERT VI. Page 143, ligne 29, lire : ... la paix Je 

B a'lBEHtÏnI 1 . Page 144, ligne 37 lire : Trattato dei 
rosi — Pa»e 145 ° n " col., lignes 3 el 4 supprimer la 
phrase : ... In IS03 il fut député au Grand Conseil pour 
K lliute En^adine — Ligne 67, lire : JHGu. 

ALBGAU: Page 148, lignes 12 et 13. lire ZGO ^sup- 

primer le R). ,. ,. .-, ___„j „,, 

ALBI. Page 148, dernière ligne, lire : Gretnaua au 

lieu de Gfr. i?__in * j 

ALBICINI. Page 148. (Fra \alenano da Forli), a 

For». 

ALE1NEN. Pas 

de Gfr. 

ALBIS, d'. Page 151, lire : Millau. 

ALLIÉS. Page 201, col. 1, ligne 3. lire : Bessaix. 

ALPES (LES). Page 210. 2 me col., ligne 13, lire: Jscpt. 

ALTDORF. Page 248, col. 1, ligne 22 depui li . 
lire -de 1657.- Page 249, col. I, ligne 26, lire :à 1 Ouest. 

— i.i-ne 55, lire : Winterberg (1S33) — Lignes G, et 
6S lire K Jauch, l'historien F V.Schnud, l homme 
d'Etat E. Jauch, le philanthrope K. Muheim. — Ligne -j 
du bas, lire: 1848. - Ligne 3 du bas, lire : les bains 
de Mois.- Page 249, ligne 21 depuis le bas, lire . 
ZSK et ligne 19 depuis le bas : supprimer ASGAlJlà 

ALTHERR. Page 256, col. 1, ligne 19, lire: 30mal. 

— Ligne 27. lire: les AlthSren. . 
ALT1KOIM. Page-. 1 "./, ligne 4, depuis le bas, lire . 

ALTST/ETTEN. Page 262, col. 1, ligne 5 depuis 
le bas lire- 1460 2 ■• col., ligne 35 depuis le bas, lire : 
95 mars 1906 —Page 2G3, col. 1, ligne 22, lire: juin 

AMALRIC. Page 267, supprimer les lignes depuis . 
Nom d'origine jusqu'à: Voir. 

AMBASSADEURS. Page 2SS, col. 1. ligne 1, lire : 
Nicolas Dignette. — Ligne 26, lire. Marendet. — 
2">" col., ligne 8, lire: 1799 . 

AM1ET. Page 301. ligne 16 du bas. lire . 17/ < 3 
17s:;. vicaire. 



149, ligne 4, lire Gremaud au heu 



AIWMANN. Page 302, ligne 12 du bas, lire M. Ried- 
we „ _ Ligne 8 du bas, lire : 1798. 

ÂNHORN. Pag. 337, roi. 1, ligne 22, lire: en 1630 

1 lorie 37 lire: de Daniel. „ 

APPENZELL. Légende pi. 10 F. — Appenzell R.-f- 
Vms+770 les «dormeuses, parisiennes firent leur appa 

„.,, ,, Suisse : bonnet blanc attaché sous e cou, 

i; : ,;: l'.:,^,!!. 0,1.1, .lulknoir. 131e, fore:;' ud ? ,,,e,-, 
d.,„- le costume populaire d'Appenzell K. ; E al usage 
de" femmes mariées! Les célibataires Portaient une ceul 
f ure de dentelle noire provenant de Saint-Gall, avec 
ns festons sur le front et des volants en et entail sur 
« ioucs Le chignon à découvert était perce dune 
on-uë épingle, a laquelle s'ajoutait, le jour delà noce, 
une pet"» ouronne* entremêlée de clinquant d or 

Les vêtements étaient la plupart du temps de cou- 
leurs; lu jupe de colonne rayée, le tablier mu ticolore. 

pou. faire voir les couleurs vives du jupon 1 1» W" 

,,.,,i,/.. 1 , enrs.ïge, h ir-, rigïdc, termn h jointe, 

avait à' la coulure dorsale et sur les deux côtes ! a 
poUrine des anneaux et agrafes d'argent Un collier de 
corail entourait le cou : sur les épaules, un foulard de 
soie ou un fichu de tulle noir. 

' Avpcnzell /;.-/. Le costume préféré de, femmes des 
Délits endroit*, jusqu'après 1800, était une robe de ^drap 
u ge avec un corsage pour les jours ouvrables ; et ;«. 
i, quel te pour le dimanche et l'luver.Le foulard de ve- 
o2m noir à frange d'or fui encore. porte q"^ 10 ,'; 
de nos jouis. Les jeunes filles avaient un collier de 
velours brodé. On rencontrait le bonnet ,mun. de m-, 
festons plats de dentelle sur le front et dalles de _tUUe 
dirigées en avant ; entre ces deux ailes noires se plaçait 
le bonnet blanc des femmes mariées et par dessu^ une 
ne lit" calotte garnie de dentelle d'or. Les souliers de- 
collttésd^ hommes et des femmes étaient souvent 
parés de boucles précieuses. 

P Les Conseillers se ri ridaient en séance en long man- 
teau noir, lequel était aussi porté aux enterremen s par 
les proches parents. L'habit de ceremonu et ut de drap 
foncé- la veste des paysans rouge. Les pantalons attei- 
gnaient à peine les han hes et étaient tenus par de, 
bretelles de cuir rouge. ...... 

1 es vacher, appenzellois avaient adopté des panta- 
lon, de toile écrue, enserrant étroitement la jambe jus- 
,-„ j p ie d; Us ne portent plus que la veste rouge ou 
,,.. chemise de futaine. Noire planche montre un cacher 
en tricorne, tandis qu'il vaque à ses occupation, a\ec 
son inséparable calotte de cuir ronde. ,. 

APBELL. Page 367, ligne 5, lire: 1G18. Ligne 11, 

lir AWBEDO.Vage 7 37l. Légende de l'illustration, lire : 
D'apr.'s une aquarelle de Cassina. 

ARCHIVES. Page 387. Remplacer le § -à sur i 
Valais par : - Valais- Les archives cantonales possèdent 
une ancienne série d'actes ainsi qu'une nouvelle com- 
mençait avec la période helvétique e. I ^cte de mé- 
diation : en outre, diverses archivée L;^' 7; >;<:,. ^i 
,„, , lt s du Valais, jusqu'en 14o7, publie, n.u Gremaua 
dan, \/DR 9-33 et 37-39 proviennent d'autres archive,. 

archivés Tde la bourgeoisie [de Sion, archives du chapitre 

de ARDEZ C .' Page 389, ligne 3, lire : liais, Engadipc. 
ARC-AUD. Page 405, ligne 24, lire: a Genève en l, 43 
BACHMANN. Page '.93, col. I. ligne o depuis le 

bas, lire: dés I897. 



TABLE DES PLANCHES 1)1 TO.ME I' 



[Note pour le relieur: Le Tome I" comprend 37 '/., feuilles de texte; mi pages de garde, titres, Préface, Errata, 
liste des CQlla b a r al e ucs e.1 des abréviations, loblc de o'> planches hues Leste imprimées sur les deux faces, 

cl une jilanclif pocc, imprimé'- sur une face. Ces planches doivent èli c placées comme indiqué ci-après. j 

Pages : Pagei , 

1. A. Vue d'Aarau, prise d'avion, en noir. 9. A. Carte de l'Appenzcll au XVI e siècle, 

en face de page 6 en couleurs, en face de page. 356 

B. Vue d'Arbourg. B. Carte de l'Appenzcll, jusqu'à la lin 

2. A. Vue d'Aarau (ancienne) en couleurs, siècle, en couleurs. 

en face de pa«e . . 8 ""'• A. Faisceau des drapeaux conquis par 

B. Fêtes alpestres". Appei.zell, «ti oouk-uvs, eu face de 

. . . îia^e . ... 300 

3. A. Tapisserie dite de l'Alliance, au Musi'c .-, r r ',.' 

National, en couleurs, en face de page 192 , , h ' Los,umRS d Appçnzell. 

r , , . , , ri . , , ,, 11. A. Carte de l'Argovie à travers les âges, 

B.Altdorf. Pcmture murale de 1 an- en couleurs, en face de pacre . . 390 

cienue tour détruite en YbJû. or*. i i> . ■ . ,,. c 

a. t. aile île 1 Argovje a 1 époque pre- 

■i. A. Alpestre Vie). Décorations de chalets historique ei'à l'époque romaine, 

suisses, en couleurs, en face de page 'Joli ,.,, couleurs 

B.- Cortège de l'Etat extérieur (Aeusserer 1.'. A. Carie d'Argovie au moyen à^re, en 

Stand , en couleurs. . couleurs, suite de page . . . 396 

5. A. et B. Deux pa^es portraits d'Ambas- B. Carte d'Argovie jusqu'en 1798, en 

sadeurs de France, en noir, en face couleurs. 

de P°S C ... 288 13. A. Costumes du Fricktal et du Freien- 

6. A. \ ue de Cross et Klein Andelfingen. amt. Milices argoviennes, en cou- 

Vue d'Appenzell, prises en avion, en leur-, en face de page .... 400 

noir, en face de page 320 B. Vitrail de Kœnigsfclden. 

B. Vue d'Auhonne, prise en avion, en I',. ,\. L'entrée des Ar urins au Château 

i'"ir. ■ de Neuchàtel, 1S36, en couleurs, en 

7. A. Vue d'Anet, avant 1S4S, en couleurs, face.de page .... . . 420 

en face de page 330 13. Vue d'Arlh vers 1840, en couleurs. 

B. Uniformes divers de l'Année sui>-c à 15. Autriche. Le traité de Paix perpétuelle. 

diverses époques, en couleurs. eu noir, en face ■ 1 « - paye . . . 470 

8. A. 10 août 1792. Le Lion de Lucenie, eii L6. A. Entrée de Napoléon à Bàle. h- 24 nov. 

couleurs, en face de page . . . 354 1797, en couleurs', en far.- de p., je . 545 

B. Idem. L'enseigne de MonLmollin. M. Costumes bàlois, en couleurs. 



Ms. Hist 
MVG 



XII 

Hst. - Helvetia, politiscli-lil. Monal 
hefle dei- SliiJ.ntciivcrt.ii 
dung Helvetia. 
JG = Journal de Genève 

JHGG = Jahresbericht der histnrisrl 

antiquar. Ges. von Grau- Nbl. 

bunden. NSW 

JIIVG = Jahrbuch des histo; 

des Kant. Glarus. j NWT 

JNGG = Jahresbericht d. naturf. Ces. XZZ 

Graubûnden. ' Oechsli 

JSAC = Jahrbuch des S. A. C. 
JSG - Jahrbuch fui sclnvciz. Ge- ' OG 

schichte. TC 

JSGU = Jahresbericht der schweiz. Ges. 

fur Urgcschichte. f PII 

JZB = Jahrzcitbuch. 
KJCZ KaiUfll BirclicjuciUMifi dur PIC 

Schweiz 
KL •= Konvcrsatinnslexikon. 

KSA ■= KorresponâenzT>làttfurscliwci- , i'J 

zer. Aerzte. 
KSB =- Katti. Schweizer Blâtter. Pup. 1 

I.I. « Leu, Schweizer. I.cjcikon 1-57T- , 

1765. j QSG 

l.I.II - Holzhalb, Suppl. zu I.cu. 
Matile --= Monuments de l'Hist. de Neu- QSRG 

châtcl. 
MAGZ = Mitteilungen der antiquar. Gc- I RC 

sellschafl in Zurich. 
SiTOG =■- Ménroir** ri dnruments d ■ I RC-irop 

Soc d'iûst. et d'arcliéol. de- 
Genève. RFV 
MDR = Mémoires et documents de laSoc. 

d'hist. de la Suisse romande. 
MDS «= Mémoires et documents de la RUE 

Soc. savoisienne d'histoire et 

d'archéologie. RHV 

Meier Biogr. = J. II Meicr : Biographien Rivoil 

berûhmter Schweizer.. 
MF = Mémorial de Fribourg. , RMS 

MGS = Manuel généalog. pour servir à j RS 

l'histoire de la Suisse. RSN 

MGAB = Mitteilungen der Gesellschàft SAV 

fur vaterliind. Altertùmer in 

Basel. 
M1IGB = Mitteilungen der historischen 

und antiquar. Gesellschafl in 

Basel. 
MHK = Mittcilungcn der schweiz. Ge- 
sellschàft fur Erhaltung his- 

lor. Kunstdenkinâler. SI 

MHS = Musée Histor. de Xeuchûtel et SKI. 

Valangin. 
MHVS = Mitteilungen des histor. Vcreins 

des Kant. Schwyz. SI, 

MI1V Sol. = Mitteilungen des histor. SM 

Vereins des Kant. Solothurn. SNG 
MIG = Mémoires de l'Institut national SPZ 

genevois. 
MX = Musée neuchàtelois. SSII 

deMontct= A. de Montet, Dict.biogr. des 

Genevois et des Vaudois. SSlG 

MS. Gai. = Galille, Manuscrits genéalo- j 

giqueset autres aux Archives Slû ^ 

d'État de Genève. 



ABRÉVIATIONS BIBLIOGRAPHIQUES (S III 

ms- I StMIl 



= Arch. d'Etat Genève. Manus- 
crit, historiques. 

= Mitteilungen 2»r vaterlând. 
Geschichte; h^g. vont histor. 
VcreininSt. Gallen. 

=. Neujahrsblatt. 

= N'eues Sololhurner Wochen- 
blatt. 

= Ncucs Wintcrthurer Tagblatt. 

= Neuo Ziircher Zcîtuiig. 

- Gc;.-h. der Schweiz iin XIX 

Jahrhundert. 
= Obwaldner Gcschichtsblûtter. 
= Arch. d'Étal Genève, Procès 

criminels. 

- Arch. d'État Genève, Pièces 

historiques. 

- l'i.ia.d, Répertoire de noms 

de familles aux Archives can- 
tonales vaudoiscs. 

- Politisches Jahrbuch der 

seins ei/.. Eidgenosscnschaft. 

h. - Pupikofer, Geschichte des 
Thurgaus. 

= Ouellcn zur Schweiz. Ge- 
schichte. 

= Qiicllen und Abhandlungen zur 
schweiz. Retormatiousgcsch. 

= Arch. d'État Genève, Registres 
des Cou-cil,. 

:, «.Registres de, Conseil impri- 

= Répertoire des familles vau- 
doiscs qualifiées, 1000-1800, 
Lausanne 1SS3. 

- Revue d'histoire ecclésiastique 

= Revue historique vaudoise. 
bibl. -= Bibliographie historique 
de Genève au XVI Ii< s. 



1,1. ii 



Stumpf. 

STZ 

sv 



sw 

szc 



SI) 
SUR 



SCB 
sev 



Sch 



au de Sapin, 
isse de numismatique 
Archiv fur Volks 



Schwi 



Rauzeitung. 
= S. .i.iml-. bernischer Biogra- 
phien. 

- Schweiz. Gccldechtcrl.u h. 

= Schriften de,- schvveiz. Gesell- 
schàft hir Vtilkskiuidc. 
--- Schweiz. Idiotiknn. 

Schweiz. Kùnstler-Lexikon. — 
Dictionnaire des artistes 

-= Schweiz. I.ehrcrzeitung. 
Schweiz. M.isik-Zeitung. 
Schweiz Xaturf. Gesellschàft. 
Schweiz. padagogische Z.ii- 
schrift. 
= Sammlung schweiz. R-rhts- 
quellen. 

= Schweiz. Sln m zur Oc- 

schichtswissenschaft. 

- St. Gallische Analekten ; hgg. 

von .1. IMerauer. 



■II. 

TRG 

| Troui 



Ul) 

L'Hel. 

UBU 
UG 

ri i, 

US 

UStG 

uz 

\V1. 

/Ml 

y.f 
zsa 

ZSK 

ZSI1 
ZSSl. 

ZStli 



TIC) 

. Studlen u. S 
Ocsch. des 
Ordens. 

Gemcinei h. I.I. Eidgenossrn- 

schaft Statten, l.anrl.ii und 

VSIkcrn Chronik. [1543 etc.) 

- Schwcir. theologische Zeit- 

schrift. 
■ Schweiz. Volkskundc ; Korrcs- 
pondenzblalt drr schweiz. 
C,-,. fur Volkskundc. 
S. l.i.li. a d.-, Vereins fur d c 

Geschichte .1-, Bodensees. 
Solothurnisches Wochenblntt. 
Schweiz. Zeitschrift fur Ge- 

mcinnûtzigkcit. 
Schwetzcrisclies Zeilgcm «sen- 

l.-Vll 

Taschcnburh der lusior. Ge- 
seHscli des Kant. Aargau. 

Thurgiiuischc Beitriigc iur va- 
terlând. Geschichte. 

Arch. d'Étal Genève, 'litre- et 
Droits de la seigneurie. 

Taschcnbuch f..r die reform. 
C. islli. I:. u der Schweiz. 
Monuiii. nls de l'Évèchc de 
Baie. 

Thurgauischcs Urkun.leubuch. 

Turicensia 1891. 
■- Nova Turicensia 1911. 

Urkundcnbuch der St*dt Aa- 



UrkuiidenbuchdcrStadl Ras, 
Urkundcnbuch des Sliftes H 



Urkundcnbuch Unterwalden. 
Urkundcnsammlung zm Gc- 

schichte des Kaut. Glarus. 
l'ikiindenbuch der I.andschaft 

Basel. 
Urkundeuregister fiir dep Kan- 

ton Schaflhausen. 
Urkundcnbuch der Al. Ici St. 

Gallen, 
Urkundcnbuch der Sladl u. 

l.andschafl Zurich. 
Wisscn u. I-cbcn. 
Zeitschrift lue die Geschichte 

de Ûherrheins. 
Zùri. hei Post. 

Zcil lirifl fur schweiz. Artil- 
lerie. 

Zeils. hrift fur -chu. Kirchcn- 

gcschichtc. 
Zeitschrift fit r schweizer. Rei ht. 
Zeitschrift tiir schweiz. Sla- 

tistik. 
Ziircher Sloiicrbûcher. 
Ziircher Tiischenbuch. 
Zwingliana ; Mitteilungen r. 

Gcschi. hte Zwinglis und der 

Rcformalion. 
ZOrcher Wochcnchronik. 
Zeutralhlatt d.-» Zofingcr- 

vereins. 



DICTIONNAIRE 

HISTORIQUE ET BIOGRAP 
DE LA SUISSE 



ODE 



A. 1. E 
,ié-rales 



III" 



1 850 cl IS5I, marquede monnaie sur les pièces 

le I et 2 cent.. '/.>. 1,2 et h francs, placée au 

la . itii l.ii ' . ■• M " m qn 5 4 1' 1 rut . té ! i- 1 ; » 

f] il- M «maies de l'avis. — L. Cerasgioni: 

M ■„:;, s,/,, ,l,h- dry Srhnvh, 1S90, p. 30. 32, l'i. 1ÎI. - 

11SS VII. 1888. p. 172 el s 

2. Marque de ni' nnaie sur des pièces frappées par la 
\illc il'' St-Gall. désigne !'■ maître monnayeur H.-C. 
Auhorn. I T l i-3ti (voir ce nom). 

3. désigne, .-m des médailles et des sceaux, des tra- 
v - du graveur J«*an Abu li (1774-1851) de Winterthour 

oi : ce nom). r E. Hwn.'i 

a ou AA, dans la Suisse orientale ACH. C'est le nom 
d'une quantité île cours d'eau, petits ou grands, dans le 
i: ird i si et le centre de la Suisse ; il a passé souvent dans 
l'appellation des localités riveraines et dans plusieurs 
noms de famille : » von Aa, zu der Aa », etc. Moyen 
liant allemand ahe, vieux liant allemand a/ia, gothique 
a hua. fleuve, rivière, rapport le plus ancien avec le latin 
w/ita. Souvint il n'est pas réellement vu. m propre, mais 
employé simplement dans le sens de i rivière du pays », 
> Landwasser », pour désigner le cours d'eau par ex- 






y.ar ';o^i,i 



kins : la rivière sériant du la di 



Zurich, jusqu'à son confluent avec la Si ! il . s'appelait 
dans la \ille de Zurich, jusqu'au XIX" siècle, Aa. preuve 
en soit cette citation tirée de la Zûrchei Chronik 1336- 
1446 : «la rivière qui traverse Zurich et qui s'appelle A ; 
elle sort du lac de Zurich et se jette dans la Lindmag et 
cette même Lindmag lui enlève le nom d'A où finit In 
ville». On trouve A déjà dans les documents en 1272; 
emipnt A, 1285 et 1289: fliivius qui dicitur dû A î.-îi. 
1303: le cours d'eau qu'on appelle l'A. Par analogie. ain=i 
que le prouve le nom delà localité glaronnaise Rnnenda 
(= emieiif .li. la l.inth a dû être appelée autrefois sim- 
plemenl Aa. En 1309, la Lorïe apparaît aussi comme Aa: 
• I" même à Aadorf (PSG Ahadarf) le nom généralement 
adopté pour la Liitzelmurg étail A.i •■. Ces douilles ap- 
pellations s L . sont en partie conservées ju qu'à nos jours. 
I.. s (li-iis sources de la Glati s'appelicnl jusqu'à leur 
cmli iiclmre dans le Greifensec Aa : par conlre, la ri- 
vière qui -nit du lac de liallvvil porte le nom d'Aa, 
pendant qui le cours supérieur est dénommé lion et 
I. i oui - moyi u \V , . ntre les lacs de I laides et de 
Il illvvil \ uni •';■ i pie toute réci nie, el d'aliord il un.- ma- 
nière facultatiyi . I. - cours d'eau portant W. nom d'Aa ont 
été désignés d'une façon pin- précise par un complément 
de lieu : l'An île Sicilien, de Wàggital. d'Encelberg. di 
Sariu-n Dan* les mois composés anciens Aa s écril aujour- 
d'hui généralement -avli ici qui prête faeilein ut à confu- 
sion avec les m un- provenant du lai in -{ij prit et se pro- 
nonce en dialecte -i ou -a : Wutach, Goldach, btei- 

DHBS — 1 



nach.Egnach, Salmsach, Uznach; on rencontre plus rare- 
metit la fui nu- en -u : Muola. Des confusions postérieures 
île .-m-//» avec *-hach * ne sont pas rares : lu Rolbaj I 
appenzellois en I323 : Rntach;en 106I et dan- les Casus 
Sancti Galli : Rnla , W'eîssbach, encore en 1323 : Wis- 
sach. Aa se frouve aus-i en combinaison avue -l:ach : 
Aahach près de Ilorgen. - UZ 4-8. SI 1, p. 03. - 
USl G 3. rr>' K. st.] 

A, AA ou AH (C. Nidwald) Emplacement d'un château 
à Oberdorfprès de Stans, sur I- Gisilliicli. On y distingue 
encore le tracé du mur d'enceinte Ce nom nous est trans- 
mis par li' premier rentier du couvent d'Enselbcrg, de 
1184-97 environ, établissant qu'un cheval de l'abbé devait 
y être entretenu annuellement pendant quinze jouis. Ce 
château a déjà é;é détruit ou abandonné au commence- 
ment des guerres d'émancipation, car un acte de I347 
permet de conclure qu'il n'existait déjà plus à. cette épo- 
que Ce château a certainement été le berceau de la fa- 
mille autrefois très importante des chevaliers von Ah 
(voir ci-dessous). [AI. Truttmann.1 

A ou AA, von, aussi zer A et zu der AHE. Mi- 
nistériaux du couvent de Murbach, puis des Habsbi nri 
II- tirent leur origine, sans aucun doute, du château du 
même nom, ri uni aussi joué un certain rôle à Lucerne. 
Nous mentionnerons: 1. Arnold qui. avec Henri de 
Malters. maire de Slans. lenail en fief en 1209, des pâtu- 
rages à Elismatt, Fallihach et Wiesenberg qui passèrent 
en 1213 au couvent d Engelberg. Arnold était alors déjà 
mort. — 2 Arnold, premier bailli d'empiri à l'i i ; l'em- 
pereur Henri VII libéra par un aele émis à tlagcnau, en 
Alsace. 20 mai I23t, les (.eus de h. vallée d'iïi du pouvoir 

des comtes de Hah bourg ci irnni raves et promettait 

de ne jamais les détael rtel'Eni Le bailliage esl dès 

lors exercé au nom de l'empereur, it comme premier 
bailli figure fidelis nnsler Anwklus de Aqtth - Voir 
IV. 1. 1888. p 34t. — 3. Wai.tkh, mentionné 1256-75, à 
par'ir de 1257 comme chevalier. Ai Tiuttimann.] 

Une branche de I i famille se Iran planta à [.ncerne et y 

fit partie du Conseil A mentionner: I. Hoholphe, depuis 

13-22 bourgeois de Lue. rue, animann 1325. 1338, 13-40 12 

lient ...i e sa femme, Call rinc de lii ambi rg, 

1313-30, la Kreuznialt de Lucerne, en fief 

du chapitre de Si-Léger. — 2 Jost 1ER A. 

petil ' .I- Rodolphe'h -pîl lier .h- Lucerne 

1419 22 :;. .h vN, du Grai ■ O-, . ,\ \\y,\, 

I.' di i nier porteur du nom connu à Lui • rne. 

1..'- .u .ii'.n ies de la familli ne -mil 

qui par des ri ■ ■:• < i v i!." la branche de 1 m • rne . 

.t . d'.n _. u! a un écureuil de ;. m uli . ni d 

oi- monl . ii -i inople. "e. \. w.l 

Une branche de cette vit 






ille famille de cheval i 



de- 



A A 



AAHKIiU 




venue paysanne, «"• l;i i t établie dans l'Unterwald. Dans le 
Xidwald apparaissent déjà en 1315 Jaçod /i: i>eh Ami: et 
son lils Henri panni les personnalités dirigeantes. (Y 
dernier se nomme en 1325 von Aa. L'ohitiiairc de 
Wolfenschiesscn contient de nombreux noms de cette 
famille .1rs XIV- et XV- siècles; encore en 1607-09 un 
porte-drapeau se nommait Kaspar von A. huissier. L'ne 
branche de cette famille paraît s'être transplantée dans 
l'Obwald où elle compte, aujourd'hui encore, il assez nom- 
breux représentants à Sachseln et a Schwâiidi. En 1650, [ 
nous voyons huit membres de la famille von Ali prendre 
part à la guerre de Vilmergen, dans le contingent U'Obwald. 
En fout partie: I. IlÀXsLI qui, en li'.l't, doit "> 11. an trésor 
Cantonal pour le domain ■ Kirst am Sachsler- i 
berg. - 2. 1505-1500, Walter est bailli îles , 
libres bailliages. Son sceau porte un A entre | 
trois étoiles qui constitue encore aujourd'hui I 
les armoiries de sa famille. — 3. 1535 un C«tS- j 
yj par von Ah et sa unie. Anna de Balmen- 
schwand, sont redevables de lOgros pfennings 
an lit -m l ii h 1 011:1 i poin le domaine (icl'odi près 
du ltanft. Vraisemblablement maître d école, il a joué un 
rôle important dans l'administration île la région et paraît, 
de 1532-1500, presque chaque année à In Diète. Il fut, pen- 
dant bien des années, secrétaire cantonal et percepteur 
d'impôts à Mcndrisio. Une lettre du janv. 1531 nous 
le représente comme «un compagnon très instruit, bien 
verse dans quatre langues, et en même temps un homme 
de bon appui en toutes circonstances ». Vers la lin de sa 
vie, il devint percepteur de Locarnoet, comme tel. s'éleva 
avee force, en 1549. contre le préjudice que lui causaient 
les cortèges de mai <t ! usage 'i i rre'{ race des amendes 
à cette occasion. Lors de sa retraite, en 1556, le député 
d'Unterwald demanda pour lui une pension lui octroyant 
jusqu'à sa mort la moitié du revenu d'un percepteur de 
Locarnn. — i. Iô33 Walti est juge à Sarnen. — o. 1547 
le capitaine Stofkel parait en justice. — ti. Molillinr 
est huissier cantonal de 1560-64, et devient secrétaire 
cantonal en 1564. Il est également du con-eil et. le '27 mai 
1560. député à la reddition des comptes des 3 canton- pro- 
tecteurs d'Engelberg; député égalemenl l- 25 juin 1563 
pour une session analogue à Lugano. Sa réputation d'in- 
tégrité n'était pas intacte. Dan- les années 155(1 à IM'iO. il , 
faisait partie des tètes chaudes qui, en raison de leur po- 
litique religieuse agressive, causèrent maint embarras au ' 
gouvernement (voir Durrer: Landamm. Hehitzli dans le | 
JSG vol. 23i. — 7. 1588 Hans était juge pour Sarnen. 
1500 « Teilenvogl » et conseiller pour Schwândi; île 159i à 
1616, il fut à maintes reprises vice-landammann : comme 
député, il représenta son canton ati x diètes de Iladen en 
1601, 1602, 1603, I616, 1606, 1609 et à Lugano en 1596 et 
1606; de même àW'eggis, àla conl renn .1. \ cantons, le 
26 avril 1600. — 8. André devient paroissien à Giswil en 
1596 et représente cette juridiction ecclésiastique au tri- 
bunal en 1601. — 9.Jost est. le -28 juin 1599. dép iti 3 
reddition des comptes à Engelberg et assiste, en juin 1600, 
à la conférence des VII cantons, à Lucerne. — 10 Jean, 
* le 16 nov 1627. prêtre 1651, sutTragant à Lungern 
1652 à 59, ch ipelain au Stalden. Il prit part comme se- 
cond aumônier à la guerre de Vilnn rgen en 1656 et fui 
curé de Wolfenschiesscn de 1659-1693. Dès son entrée en 
fonctions, il lit agrandir et restaurer l'église ■■! construi- 
sit une chapelle de Lorette II s'adonna avec zèle au déve- 
loppement de l instruction et fut le promoteui de In cons- 
truction d'un nouveau bâtiment décile. Transféré le 

17 oct. 1693 à la cure de Kl in-, il s rut le2S sept. I69S. 

Il fut aussi protonotaire apostolique. Son -eau porte 
comme cimier un écureuil a--i- qu'il a évidemment re- 
pris des armoiries de la vieille famille de Lucerne. 
11. Jean Melciiior 7 1755, devint prétn après la mort de 
sa femme Eva v. Fliih ; ses deux lils l'assistèrent à Fa 
première messe. Fut maître d'école à Sachseln de 1 T 1 r» 
jusqu'à sa mort. — 12. Jrw Jos. Ii:s.\c.i * ITITi à Sar- 
nen. 1742 chapelain à mou. y 1747. — 13. Jos Ihnai i * à 
S.icli-, lu en 1739, 7 30 août 1803 à Zurzach. lit Ses études 
a Milan .-t à Home et devint doi ti 111 en théologie en 1772 
ri protonotairc apostolique en ISIX) — li. l'.hvT Jnsi.i'H. 
frère du précédent, né a Sachseln 1735. ■'• 19mai INJ0 à 
Sa. h-, lu. Il devint chapelain île Mosnana. en 1760, 1 ti ip< - 
lain de Rorschach en 1703 et en mai 1777 curé a lia- g d'où I 



il démissionna en I7'.'9. — 15. Jos. ïfiimcc * à Pachseln 
le 15 déc. 1834, prit les onlres leOaoùl 1857; d'oel 1857 à 
nov. 1859, il lut vicaire à llerno puis à Kri bourg. A partir 

du 19 nov. 1863, il lut chargé d un p. .-te ,1 instituteur et 
de pasteur des enfants, à Slans. Dés 1860, il fut encore 
desservant d.- la messe du matin l.e 29 sept. 1867, il t"t 
élu curé de la paroisse de Kern- 1 1 nommé, en juin 1888, 
commissaire épiscopal d'Obwahb l'réilicaleur et orateur 
populaire très goûté, un des fondateurs du « schweiz. l'ius- 
vei-ein » etc., léil.ilcur de~ Kal/mt: Sehieeizerbliilter. Du 
I" déc. 1866 au 22 août 1896 il rédigea dans In Xirlmaldiier 
Volksblalt la revue hebdomadaire d.- la situation mon- 
diale,- ce qui lui valut le sobriquet de «Contemplateur 
du monde ». Il rédigea en 1878 le supplément du Volkx- 
blalt. le Schwehrr Munalshlutt /Tir kolliol. l.ileratur, 
de 1879-1880 le l.ilrrar. Ilhïllrr far die Kalhol. Schwei: 
dont pu -qii. tous lis comptes-rendus si. ni de sa plume. Il 
se lit connaître aussi comme poète et historien De sis 
(ouvres, signées do pseudonyme Hartmann von li 
nous mentionnerons : Les drames populaires: Arnold 
de W,.,L :. ietl. I. i .,.: d ■ I twerne (Stans IS92J, lim 
WahhntiiiH (Stans 1896). En outre ses travaux histori- 
ques: Gedenkblatt an die 400 jùhr. Feier des Tages -•< 
Slans den i .' . Ukl. ÎHS1. (Stans 1881). — Des hl. Karl 
Barromcius Lelmiinieschiclile (Einsiedeln 1881 . - Des 
sel. Einswdlers Sik. von Flïte, gen. Bnuler Kl/tus :u 
Unlerwalden, wunderbares Leben [Einsietleln 1887 A la 
demande du ilistor. Verein der V Orte. il publia Die 
Bundes-Briefe der allai Eidgennssen 1291-1513 [Einsie- 
deln I891). Ses -.110. m- ont été' recueillis après sa mort 
et publiés par lu le J. Beck chez von Matt à Stans. — 
10. Albert, ' a > hseln en 1809, neveu du précédent; 
devint, en 1895, professeur au séminaire d'instituteurs 
de Schuw. A la mort de son oncle, en 18SI0. il fut ap- 
pelée lui succéder comme curé de Kerns. 11 s'adonna à 
des travaux poétiques et littéraires. 

Bibliographie des articles von Aa: Table des matières 
des Gfr. -AS 1. - C>sat: Kollektan. C. 1 '< [!tfS d.- la 
Bibliothèque I mrgi ■ ■ il Lucerne). — W. Œchsli : 
Les origines de la Confédération. — B. Durrer : Lan- 
damm. lleintzli ilans JSG 23 — K. Durrer : lue 
Kunst und Airh.-Denkmâler Unlerw. — A Kiichler: 
Chronik von Sac/iseln. — A. Kùchler : Chronik von 
Sarnen. ■- Matériaux inédits aux archives cantonales 
d'Obwald. [Ai.. Trl-ttmans 

AA, von, von der ou aus der. Deux familles diffé- 
rentes, de la campagne zuricoise, éteintes toutes les 
deux, l'une originaire de l'ancii nne seigneurie de Grei- 
fensee, l'autre di Wald, dans l'ancien district de Grû- 
ningeu. De la première. I'i.i ou L'une de Schwerzen- 
b.ieli acquit gratniti ment la bourgeoisie de Zurich le 
22 nov. I i'." . il a été décapité le 8 m li Un 
garnison de Greifrnsee. — IIans d" Ilegnau, également 
depuis 22 nov. !ii n bourgeois .!■ Zurich paie en 1150 à 

11- •• 1 15 - li : in; - d impôts JZU L'ster). Vers 1467, 

la l'amilli n'exisi il plus dans cette région. Le 1 1 est 

probablement dérivé de l'Aa, cours supérieur de la Glatt. 

La seconde famille tin- -un nom du hameau ]n (1er Aa 
près Erùndsberg Com. Wald) où un bien, fief des barons 
de Klin.iii. est déjà vendu en I2S0: la femme d'Eberhard 
user (1er A. -- Hiint/u et Hermann, à Wald. paient en 
1467 et 1470 chaque fois I liv. de cens. — Heixi do Wald, 
prit part en 1513 à l'expédition dans la Haute-Bourgi _[!■■ 
et en 1515 à celle .1 Itali M 1. nie ; puis cette famille 
dispat aîl de I 1 l'égion. 

Arch. Zurich, lîôle <'■• s impôts, Bôles des mercenaires. 
- /"/ 10 Nr. 3743. - Edlibach : Chronik. y. 51 note. - 
Zurich, li rgerbi, 1 . I. p. 100, 301. [J P. 

AA alp 1: tlbwald, Com. Kerns). Haut pâturage à 
l'extrémité S. du Melcbtal. Aussi haut que remontent les 
documents, ce pâturage était propriété privée, c'est-à-dire 
qu il ne faisait p.- partie du domaine seigneurial mais 
app o '' nail à ib - 1 iltivalrurs. Kn 1437. K' Cou eil d ■ lise 
de lv 1 n- -n ai hela uni grande pari ie .1 .K" oh u nti r il. : 
Fine, p.ur !•• prix de 600 K. pfennings. Lu 1701 cha- 

pelle v lut eu igé, .t cou ai i.'e .n 170.", ., m. \\ 
Démolie • n 1801 1 tut reconstruite sur un nouvel en-' 
pla i 11 hier : Chronik 

von Kerns. R. Dm 1er : Brader Klaus. [Al. T. 

AABERL.I. Voir Aiu.i.1.1. 



AADOlil 



AAL 



AADORF (C. Tliurgovic, l>. Fraucnfeld. V. IjGS). 
Commune cl giand village, paroisse pi-ot. el 
catli. — Itepuis I'' XVIII' siècle la cominum 
porto connue armoirie un écu tranché d'ar- 

V (,'cnt à i serpette an naturel et Uc sim.pl, • 

* xX à nu soc île i-liarnic iraient. 

V>\j Colonie alémanique datant de In plus an- 
'•. ^^ cienne invasion \crs i(H)-t20|. Ilnr/ an ilerAa 

(ancien m de l.i Lûtzrlmurg). Les premiers 

-, igneurs lui. ni. dès 7S(> environ, les ko 'S île Lin/,;. m 

!,|.. l'autre côté du llodan . landgraves de Tliurgovic de- 
puis 771. Le comte I Irii 1. III fonda en V. la première 
église d'Aadorf qu'il dédia à sainl Alexandre. L'n couvenl 
d'hommes \ exislail déjà •" f>'.IV; la même année, le 
comte L'Irirïi plaça l'église el le couvenl ainsi cpie leurs 
Liens sous I obédiem •• île l'al>l)é de Saiul-Gall. l'Ius lard, 
Saint-Gatl v introduisit ses propres moines. Mais ans en- 
vi,,, us île l'an ItXK), I" prieuré d'Aadorf l'ut supprimé. 
r, h un : il» sièel le tilUgc dcmejjjca puiii .-I fin.ii.' iv. 
i;„ |-;,.i , .,, ,,.,.. il .\ ...I ■! nu il ■ i u. i! air I I i 
!,.,;,.' il, |;,..-i:,;-, , ,i 'A aller il Kir,,'. Joui •..■.■vaux de I aldj ■ 
lleriiild de Saiiil-Ga'lL Après avoir été à plusieurs repri 
donné .11 gage ei raclielé par l'abbaye de Saint-Gall, 
\.iilnrr dut être il. nouveau engagé en 1330, cette fois aux 
Baigneurs de llohciilandenberg-Greifensee. Ilermann de 
l|,.n.iil.iii.l.iili.i .-tii. ii.n-.e donna, le 21 juin 1319, le 
patronage de l'église d'Aadorf avec Lais les droits s'j 
rattachant au couvenl de l'.uii. ronde en I2u6 dans 
l'Ol.erlaml zuricois. En I3(>2 et I3b4, les Landenberg. 
endellés, durent vendre le ullaue d'Aadorf aux frères 
llarzer. de Constance. Li 17 août l'.ilH. l'abbé Knno de 
Stuffiihi r:,,-l,,-- \ ..! irf pon I iiWfrwe il" Sa-rtil Hall 1 n 
14 13. ta Rouvera nélt passa pal ven ■ ai i m ■ ■ . de feu 
mes de T.ïnïkon. auquel il appartint jusqu'en 17418. An 
commencement de juin Util), Aadorf rcyul un staiiu com- 
munal. 

Aadorf manifesta tout d'abord une certaine opposition 
à la Réforme. Mais dans la nuit de Noël I52i les cruci- 
fix et les tableaux de l'église furent volés, portés sur le 
i Hied », mis en pièces L .< jetés dans les fossés. Les cou- 
pables, en tanl que sujet; il mté zuricois de Kibourg, 

restèrent impunis, l'n juin I.',.'.".. Zurich supprima ie 
couvent do Rûti et s'adjugea ainsi le patronage de l'église 
d'Aadorf. En 1529, loute la commune embrassa la foi 
nouvelle. Le premier prédicateur protestant. Gebhard 
Grûnder, y introduisil la nouvelle liturgie. En 1602, Wângi 
se rattacha Connue annexe a la paroisse réformée d'Aa- 
dorf et le resta jusqu'en 1858. L'abbesse de Tânikon. qui 
y possédait 10 fermes en lief, réussit dès IG09 à fonder de 



i 






■ , , " ' . ''.- - ■■■rcrr -"-; 



*■? >' "'-'> ■ 
• ..■■•.- 






uu«e«' 



ct.ihi ■ t .27 iD 



nouveau à Aadorf un peliti communauté catholique. La 

>'•■■ ssc ; fui dei l.-l" e.-l.-l., l'uutoi i«il ,n il. 

Zurich, dès le 27 aoùl In.'. En Isi3, Zurich céda a I Etat 
de Thurgovie ses dro ts de collation. 



Pendant la guerre du Toggenbourg, en 1712, Aadorf 
eut à subir un long cantonnement des troupes zurichoi- 
ses. Le 24 mai ITP'.i, .les combats d'avant-postes eurent 
lieu dans la c. mirée d'Aadorf-Elgg entre les Autrichiens 
et les Français. Le village fut très éprouvé à cette époque 
par le pillage cl les réquisitions militait e?. En 1842, 

le gouvernement de Zui icli rattacha à la i mime d'Elgg 

l'Aadorfer Fcld, sur lequel quelques ramilles s'étaienl éta- 
blies. Celte décision provoqua un long dill'érend ilbïil- 
I8U9) qui lui porlé jusque devant l'Assemblée fédérale a 
Hcrne et fut tranché en faveur de l'interprétation /.uri- 
; cuise. 

Aadorf reconstruisil son église, en 1478 et en I5IC; le 
temple actuel date de 18IKJ-1«(>5. La première école réfor- 
mée remonte à 1 huer I508-1.VJ9. En 17'i'i une école ca- 
tholique fut fondée. En 1870, réunion des deux écoles 

confessionnelles en seule. Ecole, secondaire depuis 

1857. Les registres de la paroisse protestante datent de I7'2:î, 
de la caLbolu.|jJC de 1748. 

La pim a,, ■. une poste de Thurgovie allait.de Wintur- 
tlmm par.\a.l,rl'a Saint-Gall (Zurich-Munich). Au «Lion» 
à Aadorf se trouvaient un bureau de poste et de grandes 
écuries (pour 18 chevaux); c'est là qu'on relayait cl que 
i l'on prenait des chevaux de renfort pour la rampe qui 
; monte au Tultwilerberg. L'entreprise de roula..' de la 
maison Tûrler avail également son relai au «Lion». 
Bureau de poste fédéral depuis 1849. bureau de télégraphe 
; au village depuis I«I7. téléphone dès 1S94. Station de la 
ligne iVinterthour Wil dès I855. Premières industries: 
grande filature construite de I825 à IS27 par Ziegler et 
Gohlsehmid. il Winlerthour. La teinturerie en rouge, 
rondéi . n Is.t; i,.,, Henri Sulzer-Steincr, il.- \\ interthour, 
etdélrnilepai un incendie en I847, fut rebâtie en I857-185S. 
La caisse il épargne et il. prèi fondée en !(>.">- avec la ga- 
rantie de la commune et qui accusait en I909 un mou- 

i ve ni de 20 millions lit faillite en 1910 ce qui occa- 

. sionna de gros i p rtes à la com-uune. tians la nuit 
. du '28 au '29 octobre 1827, Aadorf l'ut la proie d'un ter- 
rible incendie. Habitants: 18*30 : 742; 188-5: 1076; 1910: 
village 1524 lialj , -2 1 y maisons; commune 3224 ImIj., 517 
maisons. 
Originaires d'Aadorf, voii les articles: Aloïs Stadler 
| (1823-1879), Jean-Henri Sulzer-Steiner (tSf'5-1876) et son 
j fils Jacques-Henri Sulzer-Rieter [1KJO-I894 . 

Voir Joh. Xater : Gosc/iicltte von Aatlorf u. L'mge- 
bung. Frauenfeld 1898.— Kasp. Ilauscr : Geschichte der 
Sladt. Uen-scltafl u. GemeindeKlgg. Elgg 1895. [II. Br ' 
AAHUSER on AHUSER. Famille qui, jadis, fut une 
des plus considérées de la commun.' schvvvzoise de Kûs- 
nachl et dont li berceau fut un - Steckliliof » nommé 
Aahai s ou Aahi s silué en dehors de la juridiction com- 
mun île. — 1. Il; im .1 mx auties piopriétaires prél 
serment à Kûsnacht à la Ste-Valhurge 1293. — S. Hf.ini 
est bourgeois de Lucerne en 1352. Il demeure dans le 
disirict d'Immenseï . appan m ment à Aahaus, el pi i 10 ; I 
de redevances Peut-être e ? t-ce le même qui. en 1377. fut 
excommunié par l'évêque de Constance lors de la que- 
relle relative à la collation entre la c mmune et l'abbé 
d'Engelberg. Il était sans doute membre du conseil. — 
3. En 1420, Verkxa reçoit son héritage des enfants de 
Jenni Ahuser. C est la dernière mention de la famille 
Abuser. — Voir: /,'■;//■ de la cliambn wniale de i>t- 

Lëger. — Rôle des impôts de lo^'J. — Collection de docu- 
ments du rédacteur. r Ai.. Tbittmann.J 

AAL., Jolutnnca, latinisé en .1. ; mai ISol. 

Le plus remarquable di imaturgi catholique de la Suisse, 
Prédicateur chassé en 1529 de lirem arten.sa patrie, pour 
cause de religion ; \.',ul à Fribouru en flrisgau comme 
élève de Glarean, Fut curé de EiadcMi i n Vi «nie el s'éta- 
blit en dernier lieu à Soleure où il devint en lévrier l.".:;S 
prédicateur el eiî 1544 prieur à Saint-Ours, il était en 
même temps excellent organiste et nossédail de solides 
connaissances en théologie, en mathemaliques et en phi- 
loli II i un i la tragi die Jenu-llaptiste » ijouée à 

Soleure Ie2l juillet I5H)', grand drame populaire arrangé 
pour deux jours de représentation - \oir Jali lîâch- 
told : Gi'sctiiclileilerdeutsclien l.ih-ralnr in (1er Si Invri; 
1 ; nl'eld 18S7. - .!/'/.' I, 1875 - Die Ih ■ G i 
tvansan Juh la/., IMS-lùôO: éd. par K. Talarinoir 
(dans Urkuiutio i. 3 part. Soleure 1875 . [il. Br.] 



A AU 



A AH 



AAR (Ail. Aare). Rivière du Plateau suisse. V. ÙCS. 
280 km. depuis ses sources, aux glaciers de l'Aar, jusqu'à 
son embouchure dans le lîliin entre Koblcnz et Walds- 

hnt. 

A. Nom. Il provient sans doute du gallo-celtique, sans 
qu'on puisse cependant le prouver absolument, et signifie 
probablement: lleuve: il est identique avec Ahr (un af- 
finent ilu llliin. dont IVmboiicbure est en aval <!•• Sinzi 
etjparont avec les rivières gauloises Arar (aujouril'liui 
Saône) et Arum (l'Arc). La plus ancienne forme dans la 
langue des Alémancs esl certainement .-Ira |cc qu'indi- 
que entre autre la composition Argau, 761-62 : in AnjnuvcJ ; 
G-J-J-.iN: /lumen Ara ; dans la Passion de Saint-Justin de 
UMc (vers 700. si authentique): Ara Itmius; llm: flumen 
An-: 1254-55: ai/un liara. La forme la plus ani ii nne est 
Anna, ce qui ressort de deux inscriptions romaines {CIL 
XIII 2N°5096.5I61): nautac arurancit- Aruranii itelrçg. 
arure(=rrgin Arurcnsis); dan-, la Karralio de marlyribus 
leqionis Thebaicae d'Eucherius (a.pi-.ès lOOj : Arulam 
fhmten \ 983v10Q2et I00--24 : /!.<. ..'■,.■. .1 -..' ■ ,.. : \ ■: 1220: 
Aroloeinons := Aarberg); 1235-3.6: infra Anarim, encore 
très fréquent Jusqu'au milieu du XIV' siècle; forme 
étrange (probablement adjective): flitminis Aralis (127-1). 
Composés avec Aare, nous avons Aaian. Aarberg, Aar- 
hiirg, Aarwangen et enlin Afgovie. — llolder, Allcelt. 
Sprachschatz (Lpz. IS'Jli. — FUli 1-6. .D' K. St.| 

H. Préhistoire. Le bassin de l'Aar était déjà habité 
dans les temps les plus anciens, preuves en soient les 
nombreuses trouvailles préhistoriques, lie l'époque de la 
pierre (jusqu'en 2500 av. J.-C.) nous connaissons des pa- 
lalitles dans tous les lacs jurassiens ainsi que dans ceux 

d'Inkwil et de Moosseedorf, pui- d. -. étnbliss ;»ts sur 

terre ferme dans les vallées bernoise, solettroise et argo- 
vienne de l'Aar. Les palafittes persistent pendant l'âge du 
bronze (2500-900 av. J.-C.) auquel nous devons aussi des 
fonderies près des bains de Heustrich dans l'Oberland 
bernois et à ïschngg près du lac de liienne. puis des 
tombeaux à Strâltligen. à Wangen, à Windisch, etc. 
Pendant l'âge du fer (900 à 50 av. J.-C. îles palafittes dis- 
paraissent. Les trouvailles deviennent toujours plus nom- 
breuses: tombeaux de Thoune et près de Berne même, 
dans le Seeland, dans la vallée bernoise et soleuroise 
de l'Aar ; les places fortifiées de La Têne, à la sortie de 
la Thièle du lac de Xeuchàtrl et a Jolimont près de Chu- 
tes; trouvailles dans te canal de l'Aar près de Porl et de 
Brûgg, près de Belmont surNidau, aux environs deWin- 
. disch et de Brugg. 

Il n'est pas possible actuellement de préciser l'origine 
ethnique des peuplades qui habitaient le Plateau et la 
vallée de l'Aar aux âges de la pierre, du bronze et au 
premier âge du ter. l'ar contre les habitants du second 
âge du fer ii'Kl-50 av. J.-C.) sont .-i souvent menti innés 

flans les sources romaines qu un peut presq '01 h rei 

culte période comme historique. Le Plateau suisse était 
alors habité par des Celtes, et très vraisemblablement déjà 
bien avant 110, par les Helvètes qui avaient à la '!':■ fenau 
près de Berne une de leurs agglomérations princi- 
pales. 

Les communications se sont toujours effectuées 1> long 
du lleu\e. aussi bien par eau que par terre, depuis les 
temps les plus reculés et remontant inique bien avant 
dans nos vallées. C'est de cette manière que parvenaient 
aux habitants du bassin de l'Aar leurs matières premiè- 
res indispensables: le silex de France et d'Angleterre, le 
verre, d'abord importé du bassin île la Méditerranée, puis 
plus tard fondu sur place; le cuivn de I Esl et d Espagne 
et l'étain d'Angleterre, l'ambre des cèles baltiques, le 
plomb de l'Est et du Sud, le sel et le fer de 1 Est et de la 
France, etc. 

C. Histoire. A l'exemple des Helvètes, les l; mains 
s'installèrent dans le bassin de l'Aar qui leur était connu 
sous le nom de regio ArurensU et formait avec se- nom- 
breux promontoires un terrain favorable aux voies de 
communication el à leur défense, lis établirent leur qu ir- 
lier général à Vindonissa (Windisch). Au cours du V'siè- 
cle, les Uémanes voir ce nom s'établissaient sur tout 1" 
plateau suisse du Rhin à la Sarine el plus loin, mais les 
Burgondes qui 1 i| li ni la plus grande partie de la 
Suisse rem. noir actuelle les refoulèrent au delà de ! Aar 
qui devint ainsi la limite des deux peuples. Awc le 



VIII" siècle s'ouvre l'ère franqne qui lit surgir toute une 
série de Pays historiquement distincts : 

L' Ufgau (franc. Onoz), n'étend de 1 < rive gauche de I \ ir 
entre Thoune et Berne, jusque dans l'Oberland: ['l'eclit- 
land (franc. Nuit/ianie) cnlre les lacs jurassiens et l'Aar 
jusque dans la région de Berne ; V Aargau, en aval el 
principalement sur la rive droite, divisé de liés bonne 
heure (855 el S'il) en Cher el L'nler Aargau (que sépan i\\ 
la Mur- et le Rolbachl; le Uuchsqau au X. de lOber 
Aargau. à gauche de l'Aar, le long du Jura : VInselgau de- 
puis le pont de Thièle et Ccrlier jusque près d'Aarberg. 
Pans l'angle entre l'Aar et le Rhin se trouvait ['Augstgau 
(dit aussi llaselgau) qui se divisa plus tard in Sisgau et 
IYicke.au. 

A la dissolution de l'empire de Charlemagne. le traité 
de Verdun (fW3j attribuait le- régions alémancs à l'Aus- 
trasie de Louis-le Germanique el les pays burgondes au 
royaume de l.otliaire. Pendant les siècles suivants, cer- 
taines maisons féodales profitent des faveurs impériale 

ou de 1 i isécuritc de l'époque 1 r étendre leur inil lenoi 

et leurs posse-sions. Ce s>nii, en Argovie, les comtes de 
Lenzbourg (7 1173) puis ceux de Ki bourg et de Ilah- bourg. 
Du côté de Berne ce sont les ducs de Zàhringcnjqui éten- 




,as politiq 



dent I' ir puissance. Comme point d'appui, ils fondèrent 
le- \ il).- de Fril -h ■. Bei thon I 1 ; Berne. A leur extinction 
en 1218, Berne située sur les terres d'empire redevint im- 
périale, tandi-- que les Ki bourg recueillaient une grande 
partie de leur héritage. Mai: ceux-ci s'éteignirent à leur 
tour en 1264, et les Habsbourg, dont la puissance grandis- 
sait rapidement, surenl habilement joindre à leurs pos- 
sessions celles des Kiboui d ivi nant ainsi les maîtres de 
toute la contrée. D'autre 1 tri, la maison de Savoie avait 
mis la main -or le- régions bure, unie- et cherchait à éten- 
dre ses conquêtes vui s le Nord. Sur l'Aar elle se heurta aux 
Kibourg puis aux Habsbourg (1264-I273J qui arrêtèrent 
ses progrès. A rette époque de transition, c'est-à-dire 
du XI« au XIV' siècle, remonte la fondation de nom- 
breuses villes: ■ Elles ont dû sortir de terre comme des 
champignons ». Dans la contrée .!•• l'Aar. on peut non mi r: 
vers I280 Cnlerseen et Interlakcn par Walter 1! 1 ■ 
b<ch); 1 101 Berne (par Berthold V de Zûhringen . ! 
A.irber- ip ir le comte l'irich III de Xeuchâtel-Aa 
1260 liiiren ; 1 26*- 1270 Ccrlit-r ; 1333 Xid.au (par le comte 
Rodolphe de X. uchâtul-N'iilau), puis Wiedlisbach et Wan- 
gen ; 1312 Altreu;au XI* siècle Atirbourg par les comtes 
de Frobourj : 1263 Aarau (par les Kibourg . Bi 
■ !; '■ .1 III de llabsbou I tout tei 

ponts traversant le lleuve 1 et ne grande in portance : 

souvent un droit de péage lucratif leur était attael q 



AAH 



A ARAL" 



• f seigneur du pays pouvait donner en hypothèque à un 

,,. ses partisans particulièrement dévoué (par ex. le péage 
j,. Soleure). 

La puissance de la \ille de Berne conquit pied à pied 
|j contrée de l'Aar. En 1323, Ucrne acquit la ville de 
l'boune et en 1334 elle s'assura la prépondérance dans 
i ,ut 1 Oberland par la soumission des seigneurs de Weis- 
si-nbourg. Dans l'alliance qui unit en 13S0 Hernc et 
Kri bourg d'un coté à l'Kvèque de Lausanne et au comte 
de Savoie de l'autre, l'Aor est indiqué comme limite 
,|e territoires dans lesquels l'aide mutuelle était obli- 
r itoire. D'autre part, le parte de- l'entrée de Zurich 
dans la Confédération, le I mai 1351, étend également 
la contrée dans laquelle celle aide mi tuelle est exigée 
jusqu'au cours de l'Aar, depuis le Grimsel jusqu'à son 
embouchure dan-, le Rhin. Lors de la conquête de l'Ar- 
govie par les Confédérés en lilô, lierne reçut pour sa 
part Aarbourg, Aarau et Brugg et domina ainsi tout le 
bassin de l'Aar ju-qu'à -cm coo.lllie.nt avec la Reuss (excepté 
!•• teii'itoiee di I ■ •' ■■ 

Après la première hataille de Zurich ç'2-i juin 17H9) de 
grandes masses de troupes ennemies-se trouvaient en pré- ] 
sence sur territoire suisse. A l'E. du cours inférieur 
de l'Aar campaient les Autrichiens, à 10. les français. 
Le 17 août, l'archiduc Charles tenta de passer l'Aar à 
Doltingen sur 2 ponts de bateaux, mais il en fut empê- 
ché par les tirailleurs helvétiques qui .-e trouvaient à 
Klein Dôttingen sur l'autre rive. 

Voir Joh. Uierauer : llist. Conf. suisse. - Ail). Jahn : 
Chranik ISôl. - [Joli. Itud. Rahn] : Die Schveher Stûdle '■ 
hn mttelalter. (Xbl.tles Waisenhmtseï m Zurich, issu.: 
— Iv PIvHbl"! /'"'■ l'.vv/ieA riir\; A err:- berga in; ■■ bel 
VôUingen.,. iiaden 1899 

1>. Navigation. Depuis les temps les pkts reculés, les 
communications en Suisse suivent les deux directions du 
N. au S. et de 10. à l'E., celle-ci surtout favorisée par- 
la dépression : La Sarraz-lacs jurassiens-Aar-KIlin, à la- 
quelle aboutissent toutes les vallées du Plateau. Pendant 
des siècles une grande animation régna sur nos rouies 
(lu via les dont l'Aar jusqu'à Koblenz l'ut une des plus fré- 
quentées. Le tronçon Brionz-lac de Thoune a toujours été 
assez peu fréquenté saul en été pendant la circulation 
par le Grimsel. Le « Bellevue » construit par le> Itères 
K'nechtenhofcr en ly'tô a été le premier vapeur sur le lac de 
Thouue ; sur celui il" Lirienz ce l'ut le « Giessbach a eu 1839. 
lie Thoune parlait pour Berne encore en 1857, deux luis 
par semaine régulièrement, le « bateau ordinaire >■ qui ser- 
vait en premier heu au transport des personnes, mais qui 
chargeait au-si différents produits de I Oberland, et spé- 
cialement les veaux, il où son surnom populaire de « ba- 
teau des veaux « ou <■ Hotte des veaux », et dont l'arrivée 
à Berne faisail la joie des gamins. La navigation était 
alors dangereuse et 4-5 bateaux périssaient annuellement. 

l'u I ■■ juillet a la lin de l'année 1825,023 bateaux avec 
fille.} personnes et 118.400 quintaux de marchandise en- 
trèrent à Berne. La taxe s'élevait, par voie de terre, de 
'i à 10 batz par quintal, par eau à % bal/. Un bateau dit 
« Aare\vaidling> de 50 pieds de long sur 12 ' ._, de lai e 
pouvait contenir 180-230 quintaux de marchandise Lu 
aval de Berne, la corporation des Bateliers avait le cl roi I 
exclusif de la navigation sur l'Aarjusqu'à Brugg et pendant 
la foire de Zur/ach, jusqu'à Klinguau, porl des bateaux 
bernois qui m- rendaicnl à Znrzaeh. Avant leur départ de 
Berne, les bateaux étaienl visités et les bateliers devaient 
prêter serment. A Allenburg près de llrue.g, nouvelle vi- 
site el contrôle du tous les bateaux. A Zitrzach, Laufen- 
bourg ou Râle ce- bateaux étaienl souvent vendus et ne 
remontaient plus à Berne. Il fallait donc en construire 
U u joui - de nouveaux. Les formalités douanières à Soleure, 
Wanjten et Aarbourg étaient particulièrement compli- 
quées. A Nidaii aboutissait à l'Aar la voie très fré- 
quentée ïverdun-lac de Neucliâtel-Thièle-lac de liienne, 
tlonl la corporation des Bateliers de Berne avait égale- 
ment le monopole. I.,s taxes piélevé.s pour le tiajcl 
étaient en remontant, pour I quintal: du débarcadère 
d'Altenbourg à Aarau \ batz, tl'Aarau à Aarbourj; 3 balz, 

«l'Aari rj; à Soleure ."> batz, de Soleure à Niilau i balz i i 

île Nidau à \ lerdi u 2 h Hz . en descendant : .1 Vu-rdon à 
Niilau 2 batz, de là a Soleure 2 batz. de Soleure à Aar- 
bourg 3 batz, de là i Brugg 4 batz et de Brugg à K'lingnau , 



1 balz. En IKHi encore le trafic. d'Yverdon à Soleure 
était de 150.000 quintaux. Le transport par terre coûtait 
par heure et par quintal S CtS et le transport par eau 
3.7cls. l'our permettre aux bateaux de passer directement 
des lacs de Neucliâtel et de Moral dans l'Aar, Berne lit 
creuser eu 1645 a travers le Grand Marais, depuis I embou- 
chure de la Broyé jusqu'à Aarberg, un canal [voir Canal 
d'Aarrerg). Le sel et le blé étaient, aver le bois de flottage 
• i le vin. les principaux articles de trafic, Le si I de Bour- 
gogne arrivai! jusqu'à Brugg el de là. par von- de terre, 
allaita Lucane, dans le- \\ al. Malien et à Zurich; le sel 
bavarois de Brugg à lierne, Fribotirg et Xeuchâtel. De mai 
jusqu'au 20 octobre 17,-:;, pai exemple, 208 tonneaux de 
sel furent remontés par eau et III par terre. Mais déjà 
vers la moitié du MX' siècle la navigation sur l'Aar avait 
beaucoup diminué, avant loèiiic que Berne lût relié au 
nouveau réseau des chemins de 1er. 

Dans la partie inférieure du coin - de l'Aar venait aboutir 
la navigation de la Reti s et de la Limmat. Voir A. Hàrry : 
Bilder ans lier Gcschie/itc lier scliu-eizer.Flussscliiflïihrl 
(Schiveher. Wasserwirtscliaft. 3, 1910-191-1 ; p. 30-38, 
55-59.) — llerin. Hartmann : Berner Oberland in Sage 
u. Gesch. (vol. 2, 1913). 

K. Correction de l'Aar. Le caractère torrentiel liés 
prononcé de l'Aar a de tous t( mps occasionné de fi équen- 
les inondations 1 1 de i où toux travaux d i ndiguemenl tant 
en amolli de lierne que dans le Seelancl. lié.-, les XVI - 
XVIII- siècles on enregistre de nombreuses plaintes contre 
l'envasement croissant du sillon d'Entreroche près de La 
Sarraz jusqu'à Soleure. Au commencement du XVI1L -iè- 
cle un projet vit le jour de couper la boucle de l'Aar par 
un canal de Meienried à Btirun. mais il ne fut jamais exé- 
cuté. D'autres travaux, en 1749-1758, aux environs de Ni- 
dau, n'eurent pas tout le succès voulu. Les différents 
projets de l'ingénieur valaisan île Rivaz, en 1700. de Mi- 
rani 1771 et Hebler 177Ô demeurèrent sur le papier. Les 
travaux dans la 'Il né le à la lin du XVIII e siècle el le dra- 
gage de celle- rivière par le capitaine Schlatter 181 1-1813 
n'eurent pas de résultats (>lns pratiques : les inondations 
se répétaient régulièrement chaque année (principalement 
en décembre-janvier 1801, puis de nouveau en ! s 1 , 1816, 
1817 . A partit de ce moment la correction de l'Aar lii 
l'objet de sérieuses el nombreuses éludes (voir DGSj, 
qui aboutirent enlin à l'exécution du projet La Nicca 
solennellement inaugurée à Aarberg le 17 août 1868. 
Cette grande œuvre fut achevée avec un plein succès après 
vingt ans de travaux sous la direction supérieure des ins- 
pecteurs fédéraux La Nicca el Fraisse. A cèeté de ces 
techniciens, il convient de nommer spéciale ;monl l'actif 
promoteur de cette ouvre utile, le Conseiller il Etat ber- 
nois Jean-Hod. Schneider, qui fut le véritable chef du 
mouvement pour le dessèchement du Seeland el qui pu- 
blia sur ce sujet l'ouvrage : /><>- Seeland der Wesl- 
iclnvei- tiud die Korrekt'ion einer Geirûsser (Berne 
1881 1. — Voir aussi les Coni/ites Rendus ani, tels de l'en- 
treprise de la Correction des eaux du Jura. 1809 à 1889. 
-- DGS, article Grand Marais. - Flusskorreklioneu lier 
Sehweiz; fa-c. ."■ : A tire zwiselien Thuner ». Bielersee, 
Berne 1916 - Ail, v. Morlol : Die Juroiiewiisser-Korrek- 
lion ,,laii,N/,-eii. 1895; p. 103-107, 116 ll'.i. 122-124. IL Br.1 



el'-lieu .lu canton 
important nu-ml 

us le 



AARAU. .V. DGS i. Depuis 1803 
d'Argovie. Du tout te mpi 
.le- routes. 

Nom et armoiries. Dans les deux plus 
anciens sceaux .1.- I., ville (26 février 1270 el 
1301 .a iIjii- le sceau .lu Conseil i Kl juin 
1356) Aarau avait des armes parlant- - A ir 
Aijo, ,\\i :_. prairie. ; mais clés le com- 
mencement du XVI - siècle, les .-unie- actuelle étaient 
déjà emplovées, soit ; d'argent à l'aigle éplovéc de sable. 
au chef .le gueules. - Voir \V. Me-c. : li.,- Ge'meindi wan- 
pe.n des Kanl. Aargau. Aarau 1915, p. .'t. - r'ormes an- 
ciennes du nom: en 959 et 1250, Aruwo ; 1263 apitd 
Armée : en 1267, apud .1,-,,-ev. 

Histoire- Jusqu'en 1415. (lu n'a pa- établi l'existence 

d'une -talion romaine -or remplace ni actuel de la 

ville. Lu revanche, la route militaire romaine de Solo- 
i lu ru m à Vin. loin- -a passait tout près d 'Aarau. L'existence 
d'un pont ou d'un bac à Aarau à l'époque romaine • st 
une supposition. Ou a trouve' a ditlérentes reprises d- - 



V, 



AARAU 



monnaies le Ions île la \<>ie romaine. Voir l llcierli 
/>„. a clii'iohg. Kart,' des Kant. Aarrjau. 1808. p. 15. 
A l'endroit où l'Aar, divisé en plusieurs hras, était facile 
à traverser, il s'éleva pour garder le passade deux châteaux- 
loris. In tour Kore cl celui qui, plus Uni, lut appelé le 
jtonjonhors de ville • Rurg vor der Sladl « (commenee- 
„„.nl .lit XI' sièeleL II se rorma en cet endroit, sur le. ter 

rain de la communauté de Sulir, tiu él ildisse nt iSO'.l : 

,iy.M'/ rlroico), qui reçut des comtes de lui rg, succes- 
seurs des Lenzhourg. une organisation municipale. A la 
mort d'Hartmann l'Ancien, en lilit. son neveu Rodolphe de 
liai, -lion.- devenu I héritier des lui rg dans la Sub-su 



■ : < 

■■ 



AAHAU 

le patronage île l'église, l'es bourgeois d'Aarau comhalti 
rent avec les Autrichiens, entre autres à Scmpach en li'-^» 
et en 1105 au Stuss. contre les Appcnzcllois. lia petite ville 
prospéra et aux environs de 1337, recula ses murailles à 
l'Est. Leduc Albert d'Autriche lui accorda le droit de 
lever un impôt sur les bancs des boulangers et bouchers 
ainsi que sur les maisons des nobles. Seule la 'foui Rore 

(qui existe encore auj •d'hui en; lobée dans l'Hôtel de 

Ville) demeura exempte de toul impôt. C'était la n 

du seigneur, entourée de fossés et de murs et qui ser- 
vait de lieu d'asile. [Voir la nouvelle de lleinr. Zschokke: 
Unr Ftvihof cou Aurait. I Mais lu 12 février 1515, la com- 












i 

! 



* 



' 



. 









■ 
■ 



i . 



■t.. ■• ' 



La ville d'Aarau, vue du NorJ. en 1612. (D'aurùs le tableau .!•• Hans Ulrich Fis* h II, dans la salii ... Conseil à Ar.rou.i 



orientale, racheta encore à sa pupille Anne de Kiboiirp 
?( * propriétés d'Argovie. C'est ainsi qu'Aarau passa .'i la 
maison de Habsbourg. Le i mars k'83, devenu roi, mais 
toujours occupé à agrandir In puissanci: de sa maison, lîo- 
dolplie [«' oi trova aux bourgeois il Aaraula première chai ti 
de franchises sur le modèle de celle de Winterthour litii . 
ce qui leur assura toute une série de libi i tés el de pi i' i- 
lègcs Cctti Rodollina » fut ratifiée le '22 décembre I2S3 
par le duc Rololpi.e ,1 Autriche et li 31 octobre I-JU2 
par le duc Albert d Autriche : ce dei niei accord 
ment ans bourgeois d'Aarau le droit d'irrigation par la 
Suhr. 

Le 2 février 1301, l'avoyer, le conseil et les bourgeois 
d'Aarau se donnèrent leurs premières institutions auto- 
nomes (dites: second statut municipal 'I Aaraui. Comme 
a plupart des villes argo ienm con truite* sur terres 
domaniales, Aarau apparteu i:l eu pi leur, Ce- 

lui-ci n \ .lit le droit de haute et de basse jn-h. > ainsi que 



miinc l'acheta el elle fut imuu'diatcmenl dépouilléi de 

soi munité. Le faubourg qui se développait au S. .nu 

delà de la t'oui =tip rieiin n -t.. • .n- (orlilicatii us, de 
sorte qu'en I3SS p. ex ib ? Li mpi - lu rnoiscs purent l'in- 
cendierau passage Aux XIV' i t \\ siècles, la liai I 
avec le couvent "d - Su-urs de ScliûnnU fui • _■ 
comprise dan? l'eiireinli de la ville Par contre, le 
uSchliissIi », c'est-â-diru le château l'orl p_rcs de l'Aar. 
hors des murs, ne lil jamais partie intégranti de la 
cité. L'exisl uce «In puni sur l'Aar au XIV sièeb ■ I 
prouvée. Mais il causa aux habitant; il grands ennuis, 

lleuvi l'i i la .i plusieurs i cpi ises, pom la i!- i- 

nière fois en l s VI I 1 puis IS'iO, le pont e I suspendu, 
hors d'atleinti des hautes eaux. 

Epoque bernoise. Lorsqu'après l'excomn 
duc Kréib'ri d'Auli 

|< - Conb lérésde mel - aulri- 
i-, liei ne eu II .i la pi i m en un inip ign el 



A ARAU 



■ ----•-■ ■ • ■ f jir~] 

ii. i 






/ 

\ J 

■ 






- 



■ 



















X 






■ 













■ 






' 



■ ' 

\ 

, -■ ■ ■ 

- 

* i 

i i ! 






. 







. 






- - 






• 

■■■■; 

' ' i 

• 

«5 t 






■ ■ 






s 










. 


,-. 










' 


J 



- 






. 






AARBOURG 






1 












• 



.- 



















' 


. 




















" 








' 


. 




- 


■ 





I _ 






AAIIAU 



AAHAU 



jointement avec Sulenrc s'empara d'Aarau (20avril Ml.' 
La ville ayant prête aux deux états le serment de lidélit 
les Bernois confirmèrent sts 
franchises et ses droits, 1. em- 
pereur prétendit eunsidérer ces 
conquêtes comme ayant été fai- 
tes au nom de I i mpirc, mais les 
Confcdéi es ne voulut eut pas les 
céder. On entama des négocia- 

t - à la suite de-quelles Aa- 

î.iu l'ni hypothéqué' .'i Berne 
(I" mai l'ilSi. Kntre temps, le 
•20 mars 1417. I i mperi tir, pour 
mieux affirmer ~< > droits, avait 
de son côté reconnu les franchi- 
ses d Ai n. m : il lin accordait 
mi-nu-, lu ±1 janvii r I ils, le 
dt oit de ^- ! . < i \ i ■ . I,i mpin ne dé- 
gagea plus si - h\j i.thè -s et 

- d ■■'..■ - . i..,,. : - avt.-c Va- 
i;u: fuient la ralilication des 
Frani lii» - de petii ville pa< les 

rois Sigis I IV.i et l'rédé- f ? i 

rie III lUWi. 

I.e 13 mai IV!*, liernc se lit 
renouveler, à elle s-ule, le ser- 
ment de fidélité, de soi le qtt'Aa- 
rau se trouvait ainsi libérée de la 
co-suzeraincté de Sulcnte. Mais 

[îerne se mêla heauroup plus iiue ne lavait fait la maison 
de liait h.o'j.'-- allaites intérieures de la ville.au [loint 

ri', f! 1 . -I :,.!.!• • ' ■ Il Hil|»ue :-les lu utr;- or, i s d'Aarau dovin- 

n ni de*, sujtl ,, i i :,,.,.-.,, , i:, ,,, il taillai»! s. 
Aarau il--, inl ville municipale. Thomas de Kalketis'.ein, sei- 
gneur de Gdsgrn. atlira, le ti mai l'iV.I. vin^l bourgeois 
d'Aarau dans nu guel npens où il- périrent tous, sauf un. 



irent h 
.-ta 9 pi 



> n 1 1 i» 



rattrapèrent, en tuèrent 28 
s derniers fuient décapités 



\ 



i. 






• ■ 



- 






" 



: .' •- 



;hi à la fin du XVIII" 






.. Jsaa^_. 



vel b' 



M; 



•<1 \\ ocln 



'■ " 



:■ 















- 



- 

•• ■ : ■ Uiirg vor Jer : 
I' i|« - (.-ravure Je la I" i 




- , I 
n XIX' s 



Kn Itltf • 

le comte i la 
cita sur Aarau et 



"Ht ici ii nne.el pat mi elle, de nouveau 
eut itinsi que Jean de Kechberg, mai- 
1 va .UU lètes de hélail . les L .. 



à Aarau. Pi i la garnison de Grandson, pendue par 

Charles le Téméraire, se trouvaient ô bourgeois d'Aarau ; 
120 hommes de cette ville prirent part à la bataille de 
Moral liTiii l'n contingent d'Aarau prit également part 
a la bataille .1»- Doi-nach le 22 juillet 1499. 

En se rendanl au Colloque de Berne (1528); Ulrich 
Zwingli passa par Aarau la nuit du mardi après Xouvel- 
An. Lorsque, à la suite de cet entretien religieux, 
Berne donna l'ordre d'embrasser la Réforme, deux dépu- 
tés vinrent à Aarau faire voter les bourgeois, le 1 •■ mars; 
125 se prononcèrent pour l'ancienne foi, 146 on faveur 
delà nouvelle. Les premiers prédicateurs protestants 
furent Jean Zehnder et Jacques Olter. Comme Aarau 
avait déjà auparavant acquis le droit de nommer ses cu- 
rés, tous les droits du patron de l'église — le couvent de 
Beromûnster — prirent fin avec la Réformation. A 
partir do 1531, les délégués des cuil., us protestants s'as- 
semblèrent fréquemment à Aarau. En J549, on autorisa 
le duc Georges de Wurtemberg à séjourner un certain 
temps à Aarau à la condition « pour son Altesse et ses 
gens de ne point faire de dettes, de vivre suivant la rcli- 
eiuii réformée et de ne donner lieu à aucune plainte.,. 
En 1551, la ville organisa une solennelle fête de jeune se. 

Le nd joui fui représentée une pire de théâtre, 

écrite par le grel'lier de l.enzbourg, Hermann 11 lierei 
De 1557 à I.V.'i 93 réfugiés d|A»glt Ici n 
cause de religion. Rétablirent à Aarau. En 1589, toute 
l'élite avec le drapeau de la ville d'Aarau rejoignit l'ar- 
mée bernoise en marcht contre la Savoit dans le Fauci- 
gny. Lorsque en 1032 l'Argovie fut troublée par l'entrée 
dans le Erickthal île S00O soldais allemands et espagnols, 
l'élite entière l'ut de nouveau levée. Dans la Guerre des 

paysans de IC">3, le? insurgés obligèrent une t pe de 

500 hommes de Kùlect .M ni! se à quitter Aarau. Au com- 
mencement el au milieu de mai les paysans manifi stèi ml 
par deux fois encore .levant la ville, mais sans rien ob- 
tenir. Dans la première guerre de Vilincrgen, le 11 jan- 
vier |i»"it). les bourgeois d'Aarau perdirent li des leurs 
et laissèrent ti prisonniers aux Lucernois. En 1667, la 
peste sévit. Lapais •! Aarau de 1712 mit lin à la guerre du 
l'oggenbourg. La pâture des chèvres et les dégâl 
résultaient, donnèrent lieu à une querelle, dite •■ que- 
relle .1rs chèvres i [Geissenstreit! 1 1717-1779». entre le 
Conseil et quelques bourgeois, qui fut portée jusque de- 
vanl I-- autorité- bernoises. En l'" 1 si forma le corps 
de cadels qui i xisle encore aujourd'hui. 

Sous l'Helvétique et l'Acte de Médiation. A l'épo- 
que de la Ut ■ lution helvél iqut V:n la un rôle en vue. 
Une Diète extraordinaire, la dernière de l'ancienne Con- 
fédération. - : . ..,- , m ' le 27 d 179" 
libérer sut les dangers qui nienaeaient abus la Suisse; 



AARAU 



AARAU 



elle n'aboutit à 
vêler, Ie23janvii 



ucune résolution ; on s. 
r I7!)8,au Scliachen, les 



Temps modernes 
de l'Lcole cantonal» 



1 



■-.. 








! \ 




■ i 



- 



_ .-■ *«* 



Aarau : Auberges du Sauvage et du Lion d'Or a l'arrîère-plan i 
en avril-septembre 1798). (D'après nue gravure de la 1" 

ces par un serment solennel. Depuis le janvier se trou- 
vait à Aarau l'ambassadeur français Joseph Mengaud : il 
réussit à gagner à la France la majorité des bourgeois. 
A peine la Diète sétait-cllc dissoute, que la révolte contre 
Berne éclata ouvertement (1 er février 171*8; i t Aarau piaula 
up:."!" de la 1 1 Ircr-lé préparé depuis longletnps. La ville 
refu-a la levée de l'élite ordonnée par Berne pour défen- 
dre la frontière contre l'invasion française. Mais, dans 
les premiers jours de niais, la chute il" Berne décida du 
sort de l'ancienne Confédération. Les troupes du général 
Brune occupèrent Aarau, où arriva également le général 
Schauenbourg. Le 22 mars s'y réunit l'« Assemblée natio- 
nale provisoire », qui accepta à l'unanimité, I" 26 mars, 
la constitution helvétique. Aarau fut la première capitale 
de la Itépubhque helvétique. L'inauguration solennelle 
des séances «les conseils eut lieu le 12 avril â l'hôtel 
de ville. Le siège du président était occupé par le 
doyen d'âge : le héros de la liberté, le trésorier Henri j 
Bodmer, de Stâfa. Fuient ensuite nommés présidents : I 
au Sénat, le Bâlois Peter Ochs ; au Grand Conseil, le | 
Bernois Bcrn.-Fréd. Kiihn. liés lors, l'assemblée législa- i 
tive siégea à l'hôtel de ville et le Directoire lintsi s séances • 
à l'auberge du Lion d'Or (le bâtiment du gouvernement 
actuel). Le -20 septembre, le gouvernement s établit à 
Lucerne. 

Administration Jusqu'en 170S. La constitution mu- 
nicipale d'Aarau était primitivement puri-menl démocra- 
tique. L'ensemble des bourgeois composail la commune. 
Mais de bonm heure les minislériaux el quelques 
familles de la bourgeoisie, parvenue- à la richesse ou 
aux honneurs, formèrent une classe à part de i nobles 
ou « gentilshommes » distincts du commun. Toutefois les 
deux classes fuient de tout temps éligibles au Conseil. Il 
n'y eut donc à Aarau jusqu'à la lin du régime bernois 
aucun patriciat. A côté des bourgeois, on voit dès l'ori- 
gine l'habitant et l'hôte; le premier n'était pa- admis 
au gouvernement, elle second ne faisait dans la ville 
qu'un séj"iir temporaire. De plus en plus les attribu- 
tions de la commune, c'est-à-dire de l'ensemble des 
bourgeois, passèrent aux conseils: I" petit, le moyen el 
le grand Conseil. A la tète de cette administration ligura 
de tout temps un avoyer. A ses côtés se troui lil le pelil 
Conseil de b 1 membres. Au commencement du XV» siècle 
apparaît le Conseil moyen (les Trente), composé de 18 
membres. La plus récente des autorités municipal - 
étaient les ■ Burgere ■ ou tir. nul Conseil qui comptait 

égale nt IX membres. Les conseils réuni exerçaient la 

haute justice. Le secrétaire iba ville était celui de toutes 
les autorités jusqu i n liV7, où le tribunal eut son propre 
greflier. Les corporations n'exercèrent à Aarau aucune 
m 11 n •ncr sur la vie pu I. Ii que. La petite ville d'Aarau lil tout 
ce qui était en son pouvoir pour l'instruction publi- 
que. 



du Directe ro !.. h 
é du XI .V siècle.) 



Scliachen (place d'e 
la Société lé lérale d 
revision de 
8000 insuri 
hôtelier dii • Cygne • 
en conservant lontefoi 
m ié ro fêle fédérale de 



Le G janvier \W : >, inauguration 
nouveau bâtiment IS9G. I. Vi le 
de Médiation lit d'Aarau le 
chef-lieu du canton d'Aï tovie 
nouvellement constitué' Kéu- 
niun du premier Giand Con- 
seil le 35 avril 1803 a l'Ilôtel- 

de- Ville. Kn I8UV, fête de la 
j. une.ssi ( Maienzug ) céb bi ée 
avec un éclat particuliei , la 
jiunesse <le- autres villes ar- 
(;ovii mus av. ml été conviée. 
1811. fondation de la Société 
argovienne de culture patrio- 
tique, qui cré-.i aussitôt une 

Société' île secours pour Aarau 
et ses enviions. La même 
année fut fondée par Henri 
Kschokki mu- l"L'e maçonni- 
que A la fin de 1813, jusqu au 
■>j. décembre, quartier général 
île l'armée fédérale s ns de 
Walti nu il ; puis les Allies, au- 
torisés par la Diète, traversent 
la Suisse Du 7 au 12 juin 1824, 
la Société île tir d'Aarau orga- 
nisa le premier tir fédéral au 

esl, qui an a la fondation de 

1830, troubles provoqués par la 

tiluiion. et du li au 8 décembre. G000- 

s Henri Fischer, grand conseiller et 

Merenschvvand. occupent la ville, 

ine discipline compli le. 1832, pre- 

mnaslique et du \" au S juillet 



■tique 



ISi'.l, tir fédéral. 1S80, exposition cantonale pour l'indus- 
trie, le commerce et l'agriculture. Musée cantonal des 






< i 
















i . • ■ • 






(Dapre 



-, Pulverluc 
i-ure de U I 



(magasin j poudr 
n . :. du \l\ - sii 



Arts et Métier- fondé en ISflG Station de ch min de fer 
dès ISÔli -i'.- du Central! et IS."* du Brugg-Aaraii); télé- 
graphe depuis 1853, téléphone 1886 Nouvelle caserne 



AAKAU 



~~ : ; — 



Vî 






^ 



I i. 

s I 






■ i 












ALPESTRES (FÊTES) Voir : "' 1 "'" '"• ' : 




A A H AU 



A AH AU 






■ 



d'infanterie inaugurée en 1849, do cavalerie 1879. De 1822 
\ IS.ii', Ecole normale cantonale des instituteurs; ls72, 
adjonction à l'institut des jeunes filles, existant depuis 
IKul, d une école noimale d'institutrices. Hôpital canto- 
nal décidé 1882, ouvert 1837. Société de Mutin, Colle- 

gtuni Musieum) datant de 170-4, réorganisée en 1708. De- 
puis ISôO existe la Société Sainte-Cécile el une musique 
niimieipale depuis 1853. Point de théâtre à demeure, 
mais troupes de passade, L'organisation municipale d'Aa- 
rau repose sur la loi cantonale d'oiganisation des com- 
niunes. Paroisse catholique érigée par décret du 21 juin 
|SU3, attribuée depuis la réorganisation de l'évêché de 
lijli- en 1828 au chapitre rural de Mellingen. 

Histoire ecclésiastique. La chapelle d'Aarau, fille tl^ 
l'église de suhr, c i mentionnée pour la première fois en 
1275 et Icilessi rvant en anr.nl été Pierre Oûrllerl 1277). Le 
7 juillet I lui, le curé de Suhr, après des luttes violentes, 
abandonna I élection du chapelain au Conseil d'Aarau. 
l.'Auit irlic, suzeraine des deux églises, les céda, !<• 22 jan- 
l , !. ■ „■. ,'.,;;!.. îles chanoines de M i n i s I . r , et . en 
1857, elle- passèrent à la ville d'Aarau. Déjà en 1330, la 
,1, ,;..!!• ,: v î . .in re.-ni mi don |iour la couslrucliou du 
ciiirur, en l-1-l j. un autre pour l'érection d'une nouvelle 
tour, en 1153. lians Meier, d'Aarau, la gratilia d'un orgue 
que les lîernois remplacèrent en 1 7T>-"> par un autre lire 
ïji i i . :lise du Si-Esprit, lequel lit place a son tour à celui 
lie ItRIl. En M71, la chapelle comptait douze autels avec 
neuf chapelains. Ileconstrnito cette année-là au moyen 
des pieri es tirées des ruines du château d'Obergôsgen, elle 
fut inaugurée en 1479. Les ■! et in mars 1528, parsuite de ! 
! ' ption i ( " la liéJ'oriiifi. I - im: gos furent enli cécs; et. ; 
détachée de Suhr en 1568, l'église d'Aarau fut érigée en j 
paroisse indépendante. De 1- '■••!- l.-'-'J, l'édifice servit aux : 
deux ciilics ; alors, la paroisse catholique avant été cons- 
tituée, l'église des S, unis Pierre et Paul lut construite; 
les vieux-catholiques cependant célèbrent leur culte dans 
le \ieil édiliçe réf. inné. La tour contenait cinq clo( lies da- 
tant de 1453, 1526, 1518. 1063, 1728; à l'exception de la 
plus grosse, elles lurent fondues pour permettre la nou- 
velle sonnerie harmonique de 1 S'JJ . Le cimetière autour 
do l'église fui rermé en 1541 . un autre établi devant la 
porte Laurent ; transporté lui-même en ISOôdans le quar- ; .v.u-au 

lier Zelgli, il porte le nom île Rosengarten et renferme (D'après une 

aujourd'hui le crématoire. Les registres de paroisse pro- 
testants datent pour les baptêmes de 1534, les mariages 
1544, les décès 1(373; les catholiques de 1801. 

Couvents. La maison des religieuses de Schânnis, de 
l'ordre de St-François, puis de St-Augustin, dans le quar- 
tier de la llalde, l'ut exonérée en 1270 par la ville du paye- 
ment des redevam es i I pi ise aussi sous sa protection par 
Rodolphe du 11 ibsbourg en 1271. Depifis 1315. le couvent 
célébrait ses olfiees ilaus sa propre chapelle el avait son 
cimetière depuis 1390. Après sa suppression en 1528, le 
monastère fut sueo -sivemenl collège latin, 1693 bôpil I, 
1783 fabrique de rubans du soie, 18Î5-1S50 propriété pri- 
vée et depuis !. s >" maison des pauvres de la ville. En 
1350 est mentionné un couvent d'Ausustins ; el do 1350- 
1 -jJS celui des frères mini tira : la maison des frères prê- 
cheurs, citée un 1350. semble n'avoir été qu'un pied à 
terre pour Jcs moines quêteurs, car il n'a pas d histoii e : 
ces deux établissements occupaient l'emplacement de 
l'hôtel du liii-uf. Le» trois maisons de religii uses, situées 
au Graben (fossé), au cimetière el au faubourg servaient 
d'asile permanent pour les femmes isolées ou pauvres. En 
1434, il est encoii qu stion de Ué^uines et en 1400 d'une 
ermite Marguerite. L'année 1311 pu rail un hôpital dans le 
faubourg avec une chapelle dédiée à Sl-.\icolas. La maison 
des lépreux, Ste-Anne. nommée en I350, disparut à la lin 
du XV1P siècle. L'ossuaire au vieux cimetière fut sup- 
primé en 1718. — Von- A. Nu.-M'h-ii i : Die arq. Cnt- 
teihû -■■ in dm fhhanateii tloclidorf etc., dans Argo- 
vidj 28. 

Commerce et Industrie. Dès 1600, Aarau possédait 
une teinturerie el nm blanchisserie, et eu ItWO, les Hu- 
guenots apportèrent I industrie de la soie et la séricicul- 
ture : en 1703 hit cou truite une fabrique de drap. A la 
lin du XVIII- siècle, lu .père» Jean Rod Meyer intro- 
duisit la fal rii i'i i. di - i uban de soie, eu 1*810. Jean 
Herzog, d'Eflingen, plus lard bourgmestre n ovien, 
établit une likiliire de colon mécanique. Les coutelleries 



d'Aarau des XVIII el XIX' siècles sont célèbres. Les 
fabriques de poteries, les fonderies du cloches et de 
canons et les armureries sont également connues d'an- 






. 



: 



1 

: 




' 



;-,;.. 



•e de la 1" 

cienne date. La célèbre fabrication d'instruments de 
mathématiques date du commencement du XIX* siècle. 
Depuis environ 17.~>U, Aarau posséda une imprimerie; 
en 1802 J.-J. Christen et en 1801 II. -11. Sauerlânder 
s'établirent connue imprimeurs et éditeurs. Sur l'Aar 
s- trouvait un important dépôt de lloltage. En 1854, la 
banque d'Argovie l'ut fondée (depuis 1913, Manque canto- 
nale), en 1872, le Crédit argovien el en 1808 la Caisse 
d épai - ne, di prèl et d'esi omple. 

Personnages marquants. Voir les articles: Franc, 
Xavier lîronner (1758-1S50). D' Scb. Kahrlânder (176S- 

1841!. Charles Feer-Her/ng (]S20-I880j. Ji le Fiscli 

(1583-1647). Colonel Kréd. Frey-llérnsé (1801-1873). Abr. 
Eman. Frôhlich 1 1790-1 86.1). Ferd.-Kod. Ilasslcr (1770 
1813). Elans Herzog (1817-1894-1 .ban Herzog (1773- 
I810), Augustin K'eller (IS05-1S83). Henri Kurz ISOô 
I873). Jean Rod. Mever (I739-IS13). llod. Rauchenstein 
[179S-I879). Ernesl LÔui Rochholz (I80S-IS92]. Colonel 
Ed. Rothpletz |I800-I849| Emile Rothpletz (1824-1897). 
Charles Rod. Tanner (1791-1849). Henri Wirri (nomme 
de I511-1571). Henri Zsehokke .I77I-' I: 

Bibliographie. Walther Merz ; Die Stadt Arau ah 
Keispiel einer landeslierrl. Stadlgrïtndung... Ara I 
4". — L)a* Stadtreelit von Arau \ beurb. <-. Iig. von 
Waller Mer:. iXammlung schweizer Recitlsi(uetlen : 
Argau. I" partie, vol. I Arau. 189S. - Ernst Zschokke : 
H,, Gesc/iichte des Aaryaus; de.m uarq. Volke erzôldl. 
(Jlistor. Feslsehrifl.) Aarau I903. -- Chrn. Uelhafen : 
Chronik der Sladt Aarau... bis l'iO-S. Aarau I840. - 
, der SliiiH Aarau bis znm Juhre tH'ÎOl \ ai i ; 
1881. —.toi,. Miillcr; Die Stadt Aurait; ci» lleitraçi :ur 

il, tkundc. Aarau IS65. - Urkundenbucfi der Stadt 

Aarau: mit einer histm: Einleilunti hg. von II. Uoos. 
I.i la H). Aarau I8S0. — Gabr. Mever ; lirrit > 

die I infithn mj d liefur» iti laru (.édité par W. 

Merz, I. eu/1, oui,; 1891. — Ernst Zschokke : Uesc/iichte 



in 



AAII.U (CHAPITRE D) 



AARAUEH ZElTL'Nfi * 



ilrs Kadellenkorps der aarg. Kantonsscltule. Aarau 1909. 

— Maria Heimann : Oie Cesrliielite der Aarauer Sladt- 
scttitlen bis ;um Ende. der beniischen llerrsc/tafl (1370- 
fiOS,'. Aarau lUH. - \V. M. i/ : Oie mittelalterl. Ilurgan- 
lagen uiid Welirbauten tics Kanl. Argau. Vol. I, Arau 
I905.- Ii Arllitir Scltmiil : OieAarg. liank (J85-i-1'JJiJ. 
Aarau 1013 - I" Ail.. Tschopp-Brêwer : Cesc/iic/ile lier 
Loge :nr llriulerlreiie in A a nui 1811-1011. Aarau 1911. 

— Alb. ISrupgur : Crsch. der Aarauer V.cilung 181Î- 
18311, JK-- Ziir. 1014. - K. Itamsevcr: Die Slaiil Aarau 
tlleimtitmltHtz 9, 191», p. 37-45). — "\Y. Merz : Wappen- 
bueh tin- Shult Arau. Aran 1918. - Argavia; Jahres- 
selirift der hixlnr. Uesetlxcha/t tles Kanl. Aarnau. Vol. 
1 et s. Aarau ISGO et s. — Aarauer Xcuialirsblàtter 
1010. - Ttiseheiibiic/i der liislm: Ces. des Kanl. Aar- 
gan. 1896 cl s. — Programme der aaeg. Kantons- 
se/iule. ril. Bu.] 

aarau (CHAPITRE D'). Au temps de la domination 
bernoise (jusqu'en IT'.'Si une tics S divisions scolaires et 
ecclésiastiques des pays allemands dépendant de la ville 
de Berne. Ju p.ii •..'. .-m.-.- .ii faisaient partie : Aarau. avec 
tous les .ecclésiastiques en fonctions: Birrivil, Eulfelden, 
Krliii-I.a. Ii, Hormïisuïl, ( .. u.i.li.-ii, K ■ 1. :hberg, Kôlliken, 

Kllllll, 1. corail. Lolllwil, I'iciliaell, Roilliall. itued, l'iUp- 

•■'s«il, Si'li.ifilanil, Seengen, Sbon, Su ! n- et Uerikon. 
Le chapitre était présidé par un doyen. - Leu 1, 
p. 315 cl s. [II. Bh 

AARAU (PAiX D'), conclue le 11 août 1712. Klle mit 
lin à la guerre nu Toggenhourg (ou 2- guerre de Viltner- 
gen) déchaînée, par îles conllits confessionnels et la lutte 
de suprématie entre Zurich cl Renie, d'un côté, le l'rince- 
Abl.é d.- Sainl-Gall, 1< - cantons de Lucerne, L'ri, Sciiwyz, 
UirterwaW etZ-oug de l'atiire. 

Les trouves réunies-de I terne etdeJÇurich. ayant défait 
leurs adversaires et pii - le 3 juin la ville de ISaden après 
un court siè.L'o. dos préliminaires de pais furent entamés 
au cours du même mois par les ambassadeurs des can- 
tons, à Ollen .'t Aarau. Les cantons et villes neutres: 

Glaris, Fribourg. Soleure, Râle, Schafl'l se. Appenzell, 

Saint-Gall et Hienne jouèrent su rlout le rôle de médiateurs. 
Le 8 juillet, un projet de paix fut élaboré; le IS juillet. 
Lucerne .1 l'ri I "acceptaient, tandis que Schvvvz, Zoug et 
L'nteruald le rejetaient. Le 21 juillet, un détachement de 
troupes bernoises qui campaient prés de Sins fut attaqué 
par les paysans >l anéanti. Le jour suivant, les troupes 
des petits cantons se joignirent aux Lucernois qui arri- 
vaient et le 25 juillet, eut lieu la grande et sanglante l.a- 
taille de Vilmergen, où les troupes !.. rnoises remportè- 
rent une brillante victoire. Les Zuricois s'étant encore 
empalés île Rappcrsvvil, le gouvernement de Lucerne 
envoya le 'il juillet des auil.assadeurs à Aarau pour con- 
clure la paix. Les envoyé? des petits cantons se joignirent 
à eux et I. I> août, les représentant- des Mil car 1 
île leurs alliés se réunirent a I hôtel de ville. Leurs rtéli- ; 
bérations aboutirenl à la Paix publique iLandfrieden), : 
conclue cl scellée le 11 août. Flic stipulait entre autres 
que : I . Zurich et Rernc conservaient le comté .1 ■ Baden, 
ainsi que Bremgarten et les bailliages libres inlé. leurs i 
1 1 imites par une liane droite de Lunkliofen à Fahrwan- 
gen), le toul sous réserve de- .In. ils de Glaris : 2. Rap- 
pcrswil et llurden revenaient à Zurich et à Heine; :i. ! 
Renie était investie de la corégence sur tous les baillia- j 
ges où e II' n'avail point eu de part jusqu'alors c'est-à- 
dire sur la Thurgovio. le Rlieinlbal, Sargans et I. rreiamt 
siipériem ; 4. partout la pleine liberté de croyait eétail 
accordée aux réformés comme aux catholiques ; ."> -i 
l'abbé de Sainl-Gall ne voulait pas conclure la paix avec 

'/ bel Reine, les Etats confédérés ne s'< [.Mai. ni 

plus de lui. Les .,n- du ï..u'genboiu- lestaient sujets d- 
l'Abbaye de Saiut-Gall, avec cette réserve qu'ils auraient 
la liberté religieuse et une part dans l'administration 

Le I" septembre, à Renie, on fêla la paix avec suleii- 
nilé. A cette occasion, on représenta à la cathédrale un 

drame de circonstan. e aloi iliant I ;ploits guci ri. r- de 

Renie : 1) <. >,-, irirrle,'al.rr niederbeni. <!, llli- <;,,.,/,.■„- 
itimi. L'auteur était nu étudiant en tliéoli.gie Jean-Hod. 
Nûsperli, il Aarau. qui fut • u 1713 pasteur dans -a ville 
natale et y mourut en 17-2 ». Le gouvernement de Rerne 
i n ■ .'I la ville d'A u iu loiite -a siti fa. lii u el .• n- 
• .iimaissaiice | r son déuui. nient, pour son bon ... cm il 



et pour les soins prodigués aux nombreux blessés du la 
campagne. — Pour la bibliographie voir Aarau et Ar- 
govie. [H. H».'; 

AARAU, von,. m- si AROUW, AROWruAROWA. 
1. Famille éteinte de Zurich, du XIV' siècle. Le -.M juin 1319, 
l'avoué des Frères mineurs, de Zurich, vend leur mai- 
son sous la .Nie.lere '/.aune aux enfants de la défonte 
M.viuiiiii: il'Aaraii, dont ions ies enfants vivent encore 
en KJ'iS : KllA.NÇOIS, carme ; l.s trois -ours, nonnes. 
Dietlin mentionné comme caution dans le pacte d'al- 
liance de i.'iis, est probablement un membre de la 
famille Dicte). Le 27 mai 13-49. « sœur » Jidenta vend sa 
maison sm le fossé à la lirunngassc. Pour d'autres 
« sœurs « et d'autres membres de la famille, voir dans 
les Haies d'impvls de '/au ni, 1 sous Arau et Arii. — 
V7. X oiilO. — Arch. cani. /.. h. : Ville el campagne 
1457; Oetenbach :«l : Il inlcramt 103. - W. Merz: Hop- 
penbui h der Sladl Arau. p. IS. [F. II ] 

2. Kainille éteinte ou personnes du XIV siècle à Win- 
terthour (Arovv, Arowe).— I Conrah, magister. -1. Hexr 
chanoine au lleiligenberg, 1364. - K. Il'auscr: Heiligen- 
berg.. Kbl. de la Uibl. de la Ville de )Vinl. 1008. 

3. Famille bourgeoise éteinte fAKOVi, etc.) à Aarau des 
XIV' et XV" siècles. Le sceau de Jean .le IMSI et 1399 porte 
parti à 3 têt,- d'aigle, •>. L — AV. Mer/.: Wappenbuch der 
Stadt Arau, p. 18 et V.". el la planche des sceaux I. 
n" 2. [F. H.] 

AARAU-MENZIKEN ou la LIGNE l.r WlNF.NTAL. 
Chemin de fer électrique à voie étroite de 32.5 km. de lon- 
gueur. I n inémoin de l'ingénieur et conseiller natio- 
nal H r Konradin Zschokke sur les chemin: de fer secon- 
daires dans le canton d'Argovie (1898) poussa à établir 
des chemin^ de fer régionaux en Argovie. Grâce à la 
coopération du canton et des communes, on construisit, 
à côté de la ligne Aarau-Scliol'llaii'J (ligne de la vallée de 
la Sulir' celle d'Aarau-Reinach-Menziken (ligne de la 
vallée de la W'ineui qui fut ouverte à l'exploitation le 
5 mars loo'i. — l'iaci.l Weissenbach : Das Eisenbahn- 
icesen der Schveiz 1. 1913 , p. 251. [H. Bu.] 

AARAU-OLTEN. Tronçon primitif du réseau des 
chemins de loi suisses i'u Centre (voir ce nom), ouvert 
à la circulation: Ollcn-Aarau tSchaclienj le 9 juin I856 
et Aarau iSchachcnl-Aarau gare le I ' mai IS58 il Bu. 

AARAU-SCHŒFTLAHD ou LIGNE DU SUH- 
RENTHAL.C.In iiiin de 1er régional électrique : 10.7km. 
Relie la vallée de la Suhr à Aarau ; ouvert à l'exploita- 
tion le 19 novembre lOul. In projet de loi pour la sub- 
vention cantonale du chemin île fer des vallées de la 
Suhr et île la Wina fut rejeté par le peuple le 3 dé- 
cembre 1800. 'il. Bit ] 

A AR au-zurich. Tronçon primitif du réseau rie 
l'ancien chemin de fer suis-e .lu Nord-Est ivoir ce nom), 
...a. il à la circulation: Zurich-Raden, le 9 août IsT; . 
Haden-Rrongg le 30 septembre 1856, el Brougg-Aarau le 
15 m .i 1858, n lîr.i 

AARAUER au -: AROWER, AROUWER. 1. Fa- 

mille ili la -.'■ moitié .lu Xl\« siècle à Zurich; Eberli, 
J.v'.'i i s. Ri ni .t dame A raturer. — Zurich, Rote des 
impiUs I suus Arauer. r n. 

•l. Famille bourgeoi e de Winlertliour Arower) Ro- 
ii.H.i'iii avec sa femme là la et leur lils Hlm:i. 1374, 1381. 
- Acte Arch coin'- Wlliur. K Mm -m 1 

aarauer ZEITUr:G I81H821. Journal libéral 
pai.u--.nii à Aarau, continuation .le- ifiszellen fur die 

■■ Welllnmde Miscellanées d'hisloire moderne 

universelle», qui avaii ni été publiéi 5 par le même i ditetir 
jusqu'en ISI3 A c'.lé .lu Seliu-eizcrbote Mcssa-ier suisseï 
qui paraissait aussi à Aarau el qui était rédi i par Henri 
Zschokke, c'était à cette époque le pi iucipal journal sui-se. 
A cause de sa franchise et il. -on intrépidité, il fut en Initie 
à de nombreuses persécutions politiques, auxquelles il 

suce lui linalcnient en juin 1821. L'éditeur el rédacteur 

en chef était le libraire 11 mi Rcmigius Saucrlàniler 
I7";i; >y; : I- - : 1 -. . 1 1 . 1 ei politicien iuricois le l'an] '■ teri 
, I7GS-1S3I 1 rédigeait les ai lui. - ci iicetnaiil I.. Suisse, qui 
faisaient la valeur île ce juin liai. Comme 1 édacteill - étran- 
gers, on ne connaît que le professeur FrinL lleldmann 
(I776-I83S . t Jean-Rapt. l'I'i-ilsi hil'ter. 1816 I 1 

/.. paraissait h . 1- fui- par semaine îles I h mercredi 

el samedi) .-111 I pages av.c supplément. Il coù.tail 8 II.. 



.\ \ ki H-; lu; 



AVIilîKlw; (BAILLIAGE !>' 



«lus tard S 11. !•"> krcuzer on 1-2 IV. <lr Suisse. Il tirail à ; bateaux chargés de rt'fu-i«'s français coulèrent sur l'Aar 
nuclques milliers d'exemplaires. De la fusion de ['Aarauer ' à Aarberg et 1 13 personnes se noyèrent. Dans les di i nii i 
/ ,.| de la Gazette (le Zurich (Zûrcher Zeitung) sortit j jouis de l'ancienne Berne, Aarbcrg fut, du '21 février au 
rii juillet 18211a Xoueelle Gazette de Zurich (Sein: Zûr- ' 2 mus 1798 le quartier général du général d'Erlach. 

Caisse d'épargne de district l'ondée en 1843 C'esl à Var- 
berg que commun Vi. nt le 17 août l . v ! iS lis travaux de la 
dérivation de l'Aar par lu canal .k- llagneck. 

Le patronage de l'église passa en 14 IS à la collégiale 
il. Saint-Vincent du Home ; I église paroissiale d'Aai berg 
était la plus occidentale de l'Evêché de Constance. Dé- 
truite dans l'incendie il- 1419, elle l'ui reconstruite seu- 
lement à la liu ilu siècle sur remplacement du château 
des comii-s qui avail été égalemenl détruit. La cure date 
h 1262 une école à Aarberg. Sur 
Irouvail le pi ieuré il. clunistes 
de Bargonbriigg ronde en 1138 dont l'église ne disparut 
qu'en 1520; les matériaux lurent emplovus pour la tour de 
l'église il'Aarherg. La lourde l'église porte la date de I526. 
La radinerie de sucre de betteraves d'Aarberg, fondée 
en 1899, détruite en 1909 par un incendie, el relevée avec 
l'aide de l'Etat «le Berne, procure du travail à toute la cou- 



l- 






,/,,/■ Zeilumj) pour laquelle Usteri se chargea également 
.les articles conci ruant la Suiss,.. — Alb. Brugger: Gesch. 
,/,.',- .1. Z. (dans le Tuschenbudi derhislor. Ces. des Kanl. 
V ,-,/rt», iOlA) [Il Bu " 

AARBERG (C. Berne. I>. Aarbcrg. Y. 1)GS). Ami, une 
petite ville, chef-lieu de district, jadis entou- 
rée par l'Aar. Armoiries : d'argent à l'ai- 
m gle essorante de sable sur trois monts de 
SBFhI gueules. District : mêmes armes en champ 

l'or, l'aigle armée de gueules. — L'empla- ; de 1721. 11 y avait déj 
.•ornent d'Aarberg était déjà habité au temps | la rive droite de l'A 
^v//' des Romains et, point stratégique importanl 
(passage de l'Aar), probablement fortilié. Le 
comte Ulrich III de Xeuchâtel (1182-1225) fonda en 1220 
:.a ville d'Aarberg (Arolx Motis! avec les mêmes droits 
et-fcMichis-cs qu'à l'ribourg. Son'Cls cadet Ulrich (7 1270. 
cpii avaii reçu Aarberg en héritage, donna à la ville le 
1" mai 1271 une 1 hartc dont 
les dispositions relatives au\ 
péages nous indiquent qu'Aar- 
herg avait, comme contre du 
pays avoisinant l'Aar et le lac, 
une grande importance comme 
marché. Avec le commerce flo- 
rissaient les métiers. Guillau- 
me, fils d'L'Irich (f 1323.1, con- 
firma en 1285 le franchises 
d'Aarberg. Pierre, lilsde Guil- 
laume (^-environ 1372), con- 
firma en 13:38 les franchises 
de la ville. Irrémédiablement 
endetté, Pierre se vit obligé 
d'hypothéquer à Bei ne, en 
K-tôs, le château el la ville 
d'Aarberg. Le 24 mars, Berne 
confirma les franchises d'Aar- 
berg. Les premiers baillis ber- 
nois furent Pierre de Seedorf 
(1358-1300), Pierre de Balm 
(1360-1302), Pierre de lirauch- 
ta! (1362-1365), Ulrich de Bu- 
benberg (1305-1367). Le comte 
Pierre vendit a son cousin Ro- 
dolphe de N'iilau. le 23 avril 

1367, pour 10000 florins, le château et la ville d'Aarberg, 
ainsi que le droit de patronage d'Aarberg et d'Oberliss et 
les villages de Liss, Busswil, Kappelen et lîargen entre au- 
tres. Mais comme le conte Rodolphe et. ut égalemenl : ri 
endetté envers la ville de Berne, il fut obligé, .!••; la lin 
de mai, .le céder à cette dernière la seigneurie à peine ac- 
quise. A la mi-juin. Heine confirma de nouveau aux 
bourgeois d'Aarberg leur charte. Berne se lit confirmer, 
le 2 octobre 1376, par l'empereur Charles l\. son' droit 
à la seigneurie d Aarberg et depuis 1379 s'en vit as- 
surer la propriété. Le statut municipal d'Aarberg date 
de 1541. 

Sur chacun des lu as de l'ancienne Aar se trouve 
un pont de Loi-, couvert, datant tous deux de 1557. 
Avant les chemins de 1er, Aarberg avail une grande im- 
portance pour la circulation dos marchandises el des 
voyageurs entre Schall'house, Zurich. Berne et Nidau. 
Bii une; Xeuchâtel. Morat, Vverdon, Lausanne, ou de llàle 
et > . . ! 1 - t 1 j , à Moral et Lausanne, et, avant la construction 
de la route qui longe le lac de Biennc, vers Xeuchâtel 

même. En 1768, il ; passait en moyenne 20 cai 1- par 

semaine. Les auberges étaient nombreuses et pro pères. 
Depuis 1876, station île la ligne Liss-Lausanue. En 1111. 
les bourgeois cédèrent a Berne les droits et les péages 
:<iir les ileux ponts. La ville et le château l'ureul com- 
plètement incendiés en 1419, de même en 11.7 sauf 
' • . En 165(5. la ville foi en partie détruite par le feu. 
En 1507, le gouvernement autorisa 2 foires annuelles En 
l.nîtî, le grand pont fut emporté par les hautes eaux de 
■ <■ ir. I-, :. I.mî la -i\ .1 ■ des l'av- ms de |iiô3, une forte 
né. le ! ,,,, , , ,,,,,] . massa devant la petite ville ,1e- 
'»" •'••■ l'nli lu au e rn ot de Berne. I.o I0S6, il ux 




La ville d'Aarberg en I7ii. (D'après une gravure de H. Nôhtigor à Berne.) 

trée. Les foires aux chevaux d'Aarberg, principalemi nt 
celles des mois de février, mars et av ril. -mit connues dans 
toute la Suisse du Centre, du Nord et de l'Ouest. On y 
amène chaque fois quelques centaines el jusqu'à un mil- 
lier de chevaux, principalement de lourds chevaux de trait. 

En 1700: M) fovers; ISOO : 60 fovers et 131 hab. ; IS27 : 
7:; 1, ou-, et 737 !,..! .: 1835: 75 mais et SOûhah 1900 
1 372 hab ; 1910: 175 nous.. 1526 hab. Les ri ; islrçs de 
paroisse datenl poui les baptêmes de 1519, les mariages 
de 1558, les décès de 1680. 

Plusieurs familles nobles vivaient autrefois à \arherg: 
U-s Spius, Lobsigen, Schùpfen, Spiegelberg, Diesbach, 
Rûtols, etc. Parmi les hommes remarquables d Varherg, 
il faut citer entre autres: l'uvoyer bernois Pierre Ki- 
stler (7 1 480) connu par la querelle des Si ignenrs justicii rs 
iTwinuherrenslieiti, le banneret Picrn Aebiseher (1543 
el 1550). le philo-ophc Jean-Rod Salehli 1 1688-1746), el le 
médecin El Salehli (1833-1886 : les deux médecins 
r'red.-Emile 1...I1I (-;■ IS63] et I" Léopold Gohi (-;■ IS82i. 
le conseiller d Etat I11 mois l-'rédéric kili 111 I1S21-1882), b 
maître de gymnastique bernois Phocion Clias de - n 
vi. 11 non Kâsli) |l7«2-185ii, ainsi que le chanceliei d'Etal 
et ancien pasteur llerm. Kistler (1653-1910). 

Voir J. Slerchi : Aarberg bis :nm I ■■'■• rq <ng an Bern. 
Berne '877. Mb.Jahn : Clinmil;. IS57. Egberl. Eriedr: 
11. WollV Kriedr. von Mul1n.1t. IteHrihj,' ztir Iteinmt- 
kuiide- des Kant. liera. Livr. 6: Ihis Seelund, Berne 
IS93 - Il Mûhlr-mann Die l.aiidmrlsrhaH 11 1 
.1. Berne 1905. - II. i'iirlrr, Das allé liiel u. s. /'»./.- 
' ; Biei ne lit 1-2 |i 36 [il Ri 

AARCERG (CAIL.L.IAGE D'i. Jusqu'en I .ils; hail- 
lia; • bei uoU de .i' classe, cumpi eiiait I. - 1111 m 



12 



AARBERG (CANAL D") 



AARBERG (COMTES D') 



d'Aarberg, Bargen, Kappelen, Atfbltern, Kallnach, Radel- 
tingen et Liss et s'étendait en aval do la ville île Berne et 
i I E. du lac de liienne, des deux eûtes de l'ancien cours 
de l'Aar. Cette contrée faisait partie au XI' siècle du 
vaste cornu' de Bargen ; en 1226 passa aux comtes cl Aar- 
berg et, en I3T>8, à Berne. Le bailli percevail 15000 à 10.000 
francs. Il y eut 89 baillis d'Aarberg .1" 1358 â 179s. Sous 
l'Helvétique réuni à la juridiction de Zollikofcn, il devint 
liaul bailliage bernois de I8U3 à 1831. Dès 1831, district 
du canton de lierne. — Voir E. I ; . el W. V. v. Mûlinen : 
lieitr. G : IS'.t:i. II. Bh ' 

AARBERG (canal D'). 1645 IGC3. Ancien canal, de- 
puis longtemps comblé, qui reliait leslacsdi Neucliâtel et 
de Moral à l'Aar. Il s embranchait sur la Broyé, à la Mon- 
naie, passait, dans la direction du N.-E., près de Mons- 
mier et de Treileron, à travers le Grand Marais entre 
Siselen et Kallnach, puni se jeter dans l'Aar près 
d'Aarberg. Le 17 avril ll>i-'> le Conseil de Berne a\ait dé- 
cidé la construction d'un canal depuis le lac d>- Ncuchàti I 
jusqu'à l'Aar. à Aarbcrg, el cela poui éviter les grands 
Fra-isde'transport du vin depuis Moral. On nomma direc- 
teur de l'entreprise MM. de la Primée (nu de.la Prixuaycjet 
le trésorier de W'crdl. Tandis que les communes d Aar- 
bcrg, de Bargen et de Cerlier approuvèrent aussitôt le 
projet, Anet, Treiteron, Monsmier, Siselen, Walperswil, 




lètre : 30 mm 
Sceaux des Comtes d'Aarberg 

1. Ulridi d'Aarberg 1251. (Ulrich ItIsc les armes d'Aarber" de 
- — 2. Guillaume •! iarberg 1: 
— .",. Pierre d'Aarberg 13 ■" - 



provenant de l'eeussoii de .. 

gin 1327.- i. fierre d'Aarberg 1313. 



et Bûlil n'en fuient pas autrement ravis. On alla même, 
par malveillance, jusqu'à combler le « fossé t déjà com- 
mencé. L'ouvrage parmi avoir été terminé en 1647. L'n 
tableau spécial de toutes les taxes de voiturazo pour les 
gens el 1rs marchandises, surtout ]»• vin. l'ut placé à 
A. ii berg. Le canal fut affei mé loul d alir.nl pour trois ans. 
le 15 septembre I6V7, à Henry de Treytorrons et C". Mais 

déjà en octobre I61S, Jacques ïribofet le reprenait i r 

six ans. l'n nouveau contrat, en dale d.' la S. mit Michel 
1652 ri pour une durée d': vingt ans, fut conclu avec 

David Muller, G ■ _■• - Tormann . t Daniel \: >i-l it. ancii n 

bailli de Morues, "n devine le mauvais •"• t . . t d. -, choses à 

celle stipulation du entrât qu". il faut ans i un; rpar 

la formule .1.' serment au tenancier de la maison 
de la Sauge (à l'entrée de la Broyé dans le lac de Nou- 
cliâU-l qu'il ne doit pas entraver les transports ^ur le 
canal, mais dans la mesure du possible les facilite] 
et les encmia-or ». La rapiil . ., .;, fui ,., ■ i - 

-' xpliqnc >. m- ,< iule i il les grands frais que nécessitait 



l'entretien du canal. A partir de 1057 il eut besoin d un 
portantes réparations. Du lit octobre 1077 jusqu'à la Sainl- 
Jean 1658, 1rs gracieux seigneurs de lierne semblent 
avoir géré eux-mêmes l'entreprise : un certain Jacques 
More! la reprit le premier pour un mois, puis Mans 
Marti, bourgeois de Thoune. mais ce dernier laissa tout 
tomber en décadence, <\r telle sorte qu en 1661 ses biens 
furent saisi,. Entre temps on s'étail déjà demandé plu- 
sieurs fois s'il ne valait pas mieux combler le canal i lu- 
tôt (pie de multiplier 1rs frais et les réparations. Le lo 
mars lli(i3 il l'ut a Henné une nouvelle et dernière foi- aux 
frères Jean Georges et Jean Baptiste Riedkessler, de 
Morges, à charge pour eux do rétablir à leur frais aie 
canal devenu impraticable depuis quelques années». En 
1679 le canal n'est plus ouvert. Les autorités de Berne 
n'avaient pas reculé devant de gros sacrifices pour réa- 
liser une a-uvre que les temps i Innés devaient repren- 
dre avec des nuorn-, perfectionnés : la création d'une voie 
par eau entre lu" lac de Neuchàtel et le Rhin (voir Au;, 
correction). — J. Keller-Ris : Dur Aai'beu/ef-Kanal (dans 
la Scltwelz. WasserwirticJia/t 7, 
1911-11115; p. 70 72, 80-83, 127- 
133). h. br.| 
aarberg (comtes d'). 
Branche de la mai- 
ou comtale de Nen- 
liâiel. Armes : de 
;ueules au pal d'or 
chargé de trois i lu 
>>Sj \'<Ci/ viens de s;,lde. Le 
l 1 X / comte Liii. h 111 de 
Neucliâtel icité entre 
1182 et 1225) procéda vers 1215 

t > 1 



ivec son ne» eu Devlholcl 
partage de leurs état? el vas- 
saux. Tandis que les terres ro- 
mandes échurent à Berthold qui 
devint la souche de la lieue de 
.Neucliâtel. Ulrich eut li - ren- 
tier-, allemandes avec Valangin 
et les prérogatives comtales. Il 
fonda vers 1220 le château et la 
ville d'Aarberg. Dr ses cinq fils, 
deux entrèrent dans 1rs ordres: 
Olhon ( 1225-1 245) fut prévôt de 
Soleure, Henri i né vers 1210 
7 1274) de\ int évoque d- Bâli • n 
1202 et les trois autres se par- 
tagèrent l'héritage paternel : lîo- 
dolphe [1225-1203) reçut la sci- 
gnenriede Nidau.Herthold 1225- 
12701 celle do Strassbers et 
l'irirh (122(i-1276j elle- d Aar- 
bcrg ri i',,- Valangin. Nous ne 
l'on- oectipi i on- ici que de ces 
deux rameaux, renvoyant pour 
lis branches d" Nidau et de 
Slrassbci ; à ces noms. 

I.'lricli libéra le couvent de 
Ki ienislie! _ de toute redi \ am e 
pour sa maison à Aarbcrg et re- 
nonça aux droits d'avoucrie qu'il possédait sur les biens 
du couvent d'Haulerivr à Xugerol. Il dut, ainsi que son lil-, 

prêter hommage à Pierre de Savoie \ r les seigneuries 

d'Arconcû l.d'I liens et delîodie et 51 vassaux qui en dépen- 
daient. Il ru résulta des hostilités avec Friboui ; avec qui 
cependant la pai\ fut conclue le ?5 fé\ rii r 1255. Clri I n 
rut le 26 octobre 1276. l'n 1251. il avail pour femme Agnès 

de Montfaucon, fille du en Thierry d.- Moiilbéliard. A 

: i - du partage fait entre leurs quatre lils Guillaume, 
.Iran. 'I hierry et Ulrich, cette branche se subdivisa en d. i\ 
rameaux: Aàrbei'K-Aarberg et Aarberg-Valangin, l'aîné 
< : ( iii \ i xi h gardant Anrlieiij. Ji:an avec lequel Thierry 
et l.'li icli, ce dernii r prévôt de liàli . ippai aissi ni i mn 
ro->ri_iinir-, devenant la souche des seigneurs tIc \'a- 
lan.jik. 

A. AarberK-Aarbei-g. I. fiiilllltlline se nomme dans 
des actes <\r 1272. 127.'!, 1275. d me de ci ni de - n 
père, seigneur d'Aarberg. En 1275, il possédail Arconcirl 
• ir ni m commun avec -on frère Thierry, mus parait 



' 4 ' ! i / 



Haut. 



iioissons de Monlfauroi 

;=,. - X. Llrr-I, ,! ? Valon- 
Jean lit de Valangin 1 i : 1 



AARBERG (COMTES D") 

,iirr M'iil possesseur en 1286. La même année, il renou- 
', v .„,„,■ ernq ans l'hommage rendu par son prie pour 
tn-onricl et Miens a Louis de Savoie, baron de Vaud, et 

ni ,]•■ lui l'avouerie d'Hauterive. Guillaume n'était pas 
, ri lions rapports avec ses voisins et en_ 1290 Kribourg ainsi 
'.'..■ lu Bei"iieur et la ville de Neuchâtel conclurent une 
,11 irioe itcTcinr] ans contre lui et ses frères. La paix fut 

' I.,,i! rétablie en 1293 et Guillaume vendit en 129(3 

tro'iicicl à Nicolas d'Endlisl.erg. Pendanl la guenc de 
iu-rne contre l'ribourg, Guillaume était a la bataille du 
l>. rnl'iiM aux entés des Bernois qui le remercièient de ce 
l„,n procédé i h le délivrant en 1319 de la caplivitéde s, m 
i , ,1m- laquelle il était tombé. Dans un aele de 1285 



AAIIBKRG (COMTES If 



13 



relations avec Berne; il était l'un île ses alliés dans la 
guerredeGûmmencn(l33l-1333). Mais on le voit dans la 
guerre de Laiipcn (1337-1347), se' joindre à la conjura- 
tion île la noblesse, qui lui était presque toute apparen- 
tée, contre la puissance grandissante de Berne. Bien 
qu'il fût bourgeois de celte ville, il acquit le 10 janvier 
1338, le droit de bourgeoisie de l-ïibourg, l'ennemie de 
Berne. Lorsque Gérard de Valangin. chef de l'armée de 
la noblesse coalisée, entra en campagne contre Berne, 
vers Pâques 1339, le comte Pierre l'accueillit dans les 
murs d'Aarberg au retour du set expéditions fructueuses. 
C'est pourquoi les Bernois vinrent assiéger Aarberg le 
dimanche de Pentecôte, mais 1 1 s n'entamèrent pas celle 



unie est intitulé G05ITK ii'AaRBEP.G. Il moulut en forteresse puissamment défendue et durent se conten- 
ir). Sa femme parait avoir été de la maison de AYâdens- : ter de saccager le pays d'alentour. Cinq semaines plus 
«jf Outie une tille Agnès, épouse du comte Walram de \ tard eut lieu la bataille de I.aupeti. Après la bataille, 
herstein, ils euienl un llls Pierre — 2. Pierre né pro- Picrri entreprit avec les gens de Nidau et de' Cerlier 
bâillement vers I300. En 1319, il se révolta contre son ; des expéditions de brigandage contre le territoire do 
,'! ,,. | u i ,,rit la forteresse d'Aarberg et le fit prisonnier, j Moral, favorable aux Bernois, et incendia le village et 
i, .,,-' liui. à lad mande 4c Berne,, se réeon-cilier ave-c lui. ■ l'église de Cliièlies. Le 26 juillet 1339, il entra au service 
|>ès lors, le comte Pierre semble être demeuré en bont» I de la ville de Fribourg, comme capitaine, mais il ne pu 

GÉNÉALOGIE rîB LA KAMILI.i: D'AARnERG. 



Conon 
Evèque do Lausanne 1003-1103 



Serfhold 

.- t .i- .t.- tui« 



N. (Rodolphe ?), 1070-1099 

I 
N. (Ulrich ?.. 1099-1130 



Rodolphe /.1M3 
= Kl.llil. de Glane 

I 

Ulrich II, 1108-1191 

:Bertbe ide Granges?) 

I 



Bourcard 
ICvëque de Halo 1072-1 luâ 

On ne sait si Rnd. 1 descendait d'un 
i!es deux éïêques ou, comme cela est 
plus probable, d'un 3»'" frère inconnu, 
ni si c'est en 1" ou eu 2<i* génération. 
Les deux" N. ne sont donc que Buppusés 
[..Jtir combler une lacune présumée. 



= Comitissa... 

I 
Bercholrt, 1203-1260 
Branche de Neuchâtel Rodolohe 
1225-1263 
Branche de 
Nidau 



Branche d'Aarberg-Aarberg- 



Ulrich III, &*< dArconciel 

= 1. Yolande d l'r 

2. Gertrudc... 



Othon 
13231245 
prévôt de 



Berlhold 

1225-1270 

Branche de 

Strassberg 



Ulrich 

122G 1270 

S" .1 Aarbei 

cl de VaUng 



Henri 
Evèque de Baie 

1203-1-7 i 



= Agnès de Monlfaucon 

| Branche d'Aarberg-Valapgln 



Guillaume 
if d'Aarberg, 1270 +1323 
i(N. N. de Wadenswil 



Ulrich 

1276-1329 

Prévôt de ! de 



Jean I 
S" de Valaujrio, 1270-1331 
= Jurdane d'Oron 



Pierre 
1319-1 167 ■•■ av. 1372 



= t. Ursule J'Aarhourg = Val 
! Luquotto do Gruyère OdcTie 



Isabelle 

1340-1351 

= 1. llermann 

de Cressier 

.Jean, C ,c de Gruyère 



Gérard 

13 io -; i ■ .' 

~ Ursule de 

Asuel 

I 



Vauthier 
1339 131G 
Prévôt de 
Moutier 



Béatrice 

et Jacqucltc 
religieuses a 
Engelber^ 



I 

Jean II 

* 1334 f 13-3 

. Maliaul de Ncufebatel-Bla 

I 



Bernard 
f avant 13s3 



Isabelle 

1431-1412 

Chanoinesse de Suekingen 



Guillaume Jeanne 

♦ av. I377f 1127 13<â 

= Jeanne de Bauffremont = Othon de 

_J Slaullen 

I I 

Jean III 
•av. litof 1497 
: Louise de Neuehalel- Yaumarcus 

I 



Annetli 
Tous troii 



Jaquette Marie 

t av. 1 170 14.M 

-- Adrien =-- Didior 

« Bubenberg de l'huilli'ere, 
S«> de Montjoii 



I 

Guillaume 

• V. nia-;- u-<:i 

= Alice 

de Ch.ilons 



I I 

Catherine Claude 

i 107-1, M • V. 1147- 1517 

= Pierre de = Guille lie 

Bautïremonl de Vergv - lài 
f 



Jiên 
+ 1433 



I 
Théobalde 
liTi-1177 
= Louis 
de Glerens 



I 

marguerite 

1407 I 127 

= Guillaume 

• lit do Monlneher 

I 

Humbert 

irts avant 



Jeanne 
I S58 

U.:,, eu -• de 
Sa.ni • Claire 
a Besançon 



Claude des Pantins 



i , e 
1503-1519 

= Philibert C>< deChallaut 



14 



AARBISRG [COMTES D"l 



AARRKRC (COMTES D') 



empêcher l.i grande défaite an faubourg du Gotteron, lin 
avril I3i0, ri so vit congédié par les Krihourgeois. I.e 
9 août de cette même année il lit à son tour la paix u\ec 
Berne. En I32G, il épousa Ursule de Aarbourg el en 
1350, en secondes noces Luquctte de Gruyères, la veuve 
de Guillaume d'Oron qui lui apporta les seigneuries 
d'Illens et d'Arconciel En lïiS. l'empereur Charles VI 
l'investit du la dignité el des fonctions d'avoyer impérial 
de la ville île Soleure. Mais Pierre s'endetta de plus en 
plus, jusqu'à devoir, au printemps de 1358, hypothéquer 
a Berne sa seigneurie d'Aarberg pour H)l)0 florins. Pen- 
dant l'été I : !»".»">, il se laissa entraîner à dévaliser un 
convoi de marchands pié> «lu village de Chéncns, de la 

juridiction de Romont. sur q le hailli savoyard du 

pays de Vaud le condamna à uni: indemnité et à la 
pc-fiie de mort. Le jugement ne put être exécuté, car le 
comte Pierre ne so laissa pas pi on, ho dans la juridic- 
tion de Vaud. N'ayant pas les moyens de se libérer de 
l'antichrèse de Berne sur Aarberg, il vendit, dans le but 







I - ...... 



É-usson de Jean d'Aarberg-Valangin, !i Berne, 
(rue des Gentilshommes). 

de s'acquitter, en 1367, ce domaine avec toutes ses dé- 
pendances à son cousin Rodolpb di \nlau. Commi 
ce dernier était également endetté à lierne. il dut laisser 
à cette ville sa nouvelle acquisition. Pierre d'Aarberg 
mourut peu après, probablement vers 1372. Il laissait 
un fils Guillaume et une f ■ lie Agnès dont on ne sait rien. 
Avec eux s'éteint cotte branche de la maison d'Aarberg. 
B. Ap.rherK-Va.lp.ngin. A la suite du partage fait entre 
les nu d'Ulrich d'Aarberg if 1276), Nalangin échut à 
•Iran l sous la suzeraineté dos seigneurs de S'euchàtel, 
dépendance que lui et ses descendants supportaient avec 
impatience, et toute leur politique a tendu di génération 
en génération à s'en affranchir. Ils s'appuyaient dans ce 
but sur j'évêque de Râle et le comte de M nibéliard aux- 
quels, pour se les rendre favorables, il avaient accordé des 
droits féodaux empiétant sur ceux du suzerain, ce que ce- 
lui-ci devait considère! comme des acti • d< félonie. Il en ré- 
sulta de fréquents conllits à main armée. Ainsi dès 1293, le 
comte Rollinde N'euehàlcl dut-il, pour d 'fendre ses droits, 
sp porter à la rencontre de Jean et de - m frère Thierry. 
co-si igneurs, appuvés de troupes de I évèque de Râle. Il les 
défit dans les plaines de Coll'rane. cl les deux frères, laits 

pris iers, ne furent relâchés que six mois plus tard après 

avoir entre autres fourni p>»n rançon deux têtes •! ai -• ni 
il h poids de 'in marcs chacune en signe du rachat de leurs 
propres tètes qu'ils avaient mérité di i mire pour leur ré- 
bellion. Ces têtes placées à la collégi île de N, urhàlel i is- 

pai urent q i à !.. léfi.i million Mai- J> I hii ri ; u ayant 

pas observé les conditions de la p.ii.x, Rollin vint en Î30I 



assiéger et prendre la llonneville qu'il lit raser. Après plu- 
sieurs nouveaux conllits, Jean semble s'être réconcilié avec 
son suzerain cl nous le trouvons plus tard à ses côtés, 
entre autre- en 1325, lui prêtant bonne aide pour faire 
lever le siège du Landeron, investi par les troupes de Râle, 
des Ki bourg 1 1 de Herue. Jean I mourut vers 1331. — Son 
!i|s et successeur i.ii.vr.ti. en grande faveur auprès il" 
l'empereur Louis de Ravière, fut son lieutenant-général 
dans la Haute Allemagne, ce qui I . ntraîua à former la li- 
gue des seigneurs contre Renie, qui aboutit à la bataille 
de Laupcn en 1339, où lui-même perdit la vie avec tant 
d'autres preux chevaliers Par son mariage avec Ursule 
d'Asuel, il acquit à sa famille la seigneurie de ce 
nom et le comté de Willisau. —Jaim II * 1334 f 1383 
accorda dos franchises générales très étendui s à ses sujets 
et des chartes particulières au Locle, à la Sagne, aux lire- 
nets. Il vil s'éteindre successivement les derniers rejetons 
des quatre autres branches de la maison de Veuchâtel ; 
il restait ainsi le seul représentant mâle de toute la dy- 
nastie el reprit .lès |,>rs le titre de comte, espérant sans 
doute recueillir ilo- avantages à l'extinction de si cou 
suis île Xeuohâli'l, cela d'autant plus que le comte Louis 
lui avait fait don de Roudevilliers et lavait par son les- 
tament entièrement all'ranchi de sa vassalité, runis la 
comtesse Isabelle n'entendait pas renoncera ses droits et 
Jean dut en lin lut compte lui rendre hommage, le 26 sep- 
temhie 1373. Du nouvelles difficultés qui surgirent entre 
suzeraine et vassal en IM'li furent réglées par sentence 
arbitiale, mais lyre ces fréquents conflits, Isabelle re- 
connaissant ainsi la lova nié de Jean, le prit comme arbitre 
dans le procès qu'i II utinl contre sa belle-mère Margue- 
rite de \ uflleus. Jean pril parla plusieurs expéditions qui ne 
I enrichirenl p..-. aus.-i fut-il contraint pendant tout son 
règne à contracter des emprunts el à payer jusqu'à 20% d'in- 
térêts annuels à ses créanciers. Il épousa en 1355 Mahatit 
il.- Xeul'cliàtel-lllauioiit (y l'ilO qui prit la tutelle de ses 
enfants donl I aine Guillaume, * vers IMTi f 1457, avait 

six ans lois île la i t de son père. Même après avoir 

atteint sa majorité, il continua à associer ?a mère aux 
acl. s île son gotiverneuienl Mahant, comme tutrice, vexée 
devoir les llernois s'emparer du comté d'Aarberg auquel 

elle prétendait, ronipil le traité de coin bourg sie que son 

mari avait conclu avec Renie. s:ui- vouloir paver la dé- 
dite de 1200 11. prévue et prenant fait et cause pour le duc 
Léopold d'Autriche, elle envoya -;i bannièreà l'armée du 
duc qui fut battue à Sempach. I . - Rémois tirèrent ven- 
geance do Maliaul en pillant el ravageant le Val-de-Ruz, 
ainsi qu'Asuel et Willisau, ce qui lui lit trouver plus 
prudent do renouveler la combourgeoisic avec Berne en 
1401. En 1103, une alliance étail pareillement conclue avec 
Rieiine Lin l'in-l, (Guillaume .t Mahaul octroyèrent à Va- 
langin la ijronde franchise, niellant leurs bourgeois sur 
le même pied que ceux de N'euthalel quanl à leurs p r- 
sonnes. leurs biens et leurs successions. Après d'acerbes 
démêlés avec 1 urs sujets, il- -e montrèrent ttè? larges en 
étendant les lilj ''- il ■ .1 coi lées par leurs prédéi ts- 
seurs à toutes les classes de leurs -ujets. Guillaume ne 
put jamais prendre son parti de voir la succession du 
comté de Ncucliàtel passer à des étrangers, aussi ses rap- 
port; avec Conrad et Jean di l"ribourg'furent-ils très t n- 
ilus. Ses démêlés avec le suzerain, avec les Bernois, sa 
participation au Concile de Constance et aux guerres 
d'Italie l'avaient fort endetté, malgré son mariage avec 
une 1 iel.e héritière, Ji nnne de Rauirremont. qui lui apporta 
la baron nie de ce nom. en Lorraine. Pour rétablir les 
finances de la famille, il ordonna par testament que si n fils 
lui placé pendant quatre ou cinq ans au service dcquelque 
prince ou s. igneui ; en outi e. il lui légua expressément sa 
rancune contre les comli - Conrad 1 ! lin de Fribourg et 
le -.un . I. retire: er, quand temps el lieu si rait, les grands 

outrages d I .1'' nvoiren à se plaindre .le leur part. 

[lavait en tri mil ilù renoncera I; levilliers et réduire 

I.- nombre il. s piliei - de -on gibi ; . 1 . - quatre à trois. C-tte 
pénurie d'argent explique mi partie les nom 1 
charges qu'il permit a ses sujets de racheter et la v. nie 
qu'il lil aux Ltuvrnois «h- Willisau. Son fils Jeun III. 
* vers 1410 7 1W7, lui succéda, élant no ore mineur pour 
peu d'années, --u- la tnlellr de .1. m -t de Thiébaiil de 
N .,|. Iiâtel-I i I ut; règn s'étend ur un pé- 

i iode .o .i-. . : fui dui i r - iji '.- Li - chai tes d- Iran- 



AARBERG (COMTES D' 



AARRERG-VALANGIN 



chiscs qui leur avaient été accordées, déposées an chapitre 

<te Nrurhâtol, furent anéanties dans un incendie. H s'agil 
de les reconstituer, ce qui n'est pas chose facile, car il j a 
onze classes de sujets avec des droits et des devoirs dillé- 
rentset dans une longue lutte donnant lieu à d'innombra- 
bles contestations, auditions de témoins, sentences arbitra- 
les, chaque partie cherche à profiter de l'occasion pour 
améliorer sa situation, en prétendant d'une part à des 
immunités qui n'avaient jamais été accu idées, d'autre part. 
en contestant des concessions faites. Les conflits sont géné- 
ralement portés devant le forum de Heine qui. presque 
sur tous les points essentiels, donne raison au seigneur. 
aussi Jean lui en garde reconnaissance et fut un fidèle 
comhnurgcois de Berne. Il avait fourni un contingent aux 
confédérés contre les Armagnacs et s'employa après la ba- 
taille (le Saint-Jacques comme médiateur de la paix entre 
le Dauphin et les Suisses; il assista, en I4i.">. ces derniers 
contre les Autrichiens auxsiègesde Rheinfelden et Saekin- 
gen et marcha avec eux en 1468 contre le duc d'Autriche 
au secours de Mulhouse et prit ensuite part au siège de 
Waldshut. Pendant les guerres de Bourgogne, Jean d'Aar- 
berg est encore de leur côté bien que sa position soit dif- 
ficile. Il a des relations de parenté avec nombre de grandis 
familles de la Bourgogne, ses deux lils sont à la cour de 
Charles-le-Téméraire, ses frontières, qui joutent celles de 
l'ennemi, sont fréquemment envahies par des bandes bour- 
guignonnes. Ses troupes n'en figurent pas moins à la 
Tour Bavard, à Grandson, à Morat, où son petit-lils le bâ- 
tard Claude des Pontins est blessé. Jean III d'Aarberg 
figure avec magnificence en maint tournois, entre autres 
à celui de l'ijon en '1443: grand chasseur, les faucons 
du pays que ses sujets sont tenus de lui garder, ne suf- 
fisant pas, il en faisait venir à grands frais de l'évêché 
de liâle, du reste de la Suisse, de la Savoie et de l'Alle- 
magne. Il fit aussi un pèlerinage à Jérusalem avec 
Guillaume de Châlons qu'il arma chevalier sur le Saint- 
Sépulcre. Il fut plus heureux que ses prédécesseurs dans 
ses tentatives d'affranchissement de la suzeraineté. Il 
prêta bien hommage à Jean de Fribourg, mais sous les deux 
règnes suivants, il se borna à le promettre, et de guerre 
lasse, Rodolphe de Hochbcrg, généralement absent du 
pays, ne l'inquiéta pas, préférant' ne pas laisser der- 
rière lui un vassal mécontent ; et plus tard, Philippe de 
Hochberg, malgré ses menaces qu'il n'osa exécuter, dut 
se contenter de la promesse que lui lit. Claude d'Aarberg 
de prêter hommage lorsqu'il succéderait à son père, mais 
le moment venu, lui aussi trouva moyen de se dérober. 
De son mariage avec Louise de Neuchâtel-Vaumarcus, 
Jean III eut deux fils. GUILLAUME * vers 1443 7 1483 
avant son père, était seigneur de Givry du chef de sa 
femme, Alice de Châlons, dont il n'eut pas d'enfants. Il 
laissait cependant un bâtard, Claude des Pontins dont 
descend une branche établie en Franche Comté (voir ci- 
dessous). Le successeur de Jean III à la seigneurie de Va- 
bngin fut son second lils Claude * 144/ 7 loi", qui 
avait déjà été mis en possession delà baronnie de Rjullïe- 
mont lors de son mariage en 1474 avec Guillemette de 
Vergy, la bonne dame de Vajangin, chantée par Gust. 
Schwab dans son poème Die alte Edelfrau et dont le 
nom est resté en bon souvenir dans toute la région. Pen- 
dant son mariage et les longues années de son veuvage et 
de la tutelle exercée sur son petit-fils, René de Challant, 
elle olfre l'image de la châtelaine avisée, administrant ses 
biens avec ordre, insistant sur ses droits, mais cherchant 
à atténuer avec bonhomie ce qu'ils pouvaient avoir de 
trop rigoureux, soucieuse du bien moral et matériel de 
ses sujets. Claude et sa femme confirmèrent et augmen- 
tèrent leurs franchises, agrandirent l'église du Locle, en 
construisirent une à la Sagne et aux Brenets ainsi qu'une 
chapelle à la Chaux-de-Fonds ; enfin ils fondèrent à Va- 
langin même, une collégiale dotée d'un chapitre compre- 
nant un prieur et six chanoines. L'église, érigée dit-on 
à la suite d'un vœu fait par Claude lors d'une tempête 
sur mer à son retour il un pèlerinage à Home, fut consa- 
crée en 1506 à Saint-Pierre, et c est là que se trouvent 
les tombeaux de Claude d'Aarberg, mort le dernier de 
sa race le 31 mars !T>I7, et de Guillemette de Vergy qui 
lui survécut jusqu'au 13 juillet 1543. Les troupes de 
Claude d'Aarberg prirent part à la bataille de Dornach 
1190 ainsi qu'aux guerres d'Italie de 1512. L'introduction 



(le la réforme à Valanj 
ne put se réconcilier, ; 
Avec Claude s'éteignit la 



laqu 



■Ile Guillemctl 
ssombrit ses derniers jours 
maison d'Aai bei g. Il n'avai 







qu'une fille Loi ise qui épousa en 1503 le comte Philibei t 
de Chalïant (7 juin 1 r> 1 7 1 • • 1 qui, le suivant dans la tombe 
en 1519, laissait comme héritier un lils unique, Rbné 
(voir Challant). 

Voir Jean Gullet Les comtes de Xeucliàlcl (Manuel 
généalogique pour sevvir é l'histoire suisse. I. 1900- 
'1908, p. 101-126). - P.. v. Diesbach : Peler von Aarberg. 
(Sammlung bern. Biographien. ■">. I89S, p. 90-105). — 
J. Sterchi : Aarberg bis :um L'ebergang mi Bern. Berne 
1877. - G. -A. Mat.!,., Hist. de ht Seigneurie <h- Valan- 
gin. Xeuch. 1852. [Jean Greu.iït.'] 

AARBERG-VAL&lNGIN, d' (bâtards). CLAUDE OIS 
Pon ins (1473-1524), bâtard de Guillaume d'Aarberg-Va- 
langin (voir ci-dessus), eut un bâtard, Melchior des 
Contins, qui, après avoir pris part à la conquête du 
Pays de Vatul, 1536, devint commandant de la garnison 
de l'Ecluse, et fui traîtreusement assassiné dans les Côtes 
du Doubs par un compagnon dédiasse il mai 1537 /.VA". 
1916, p. 47). En outre, de sa femme Perrenette Player 
de Bariscourt, Claude eut un til-, également appelé 
Claude marié à Anne d'Ardennet. 11 fui la tige de la 
maison d'Aarberg qui s'établit en Franche-Comté, puis 
en Flandre. Plusieurs de ses membres parvinrent à de 
hautes positions: François 7 1624 lui gouverneur de 
Charlemonl; Antoixe-Ulhich 7 1724 devient briga- 
dier en Espagne; Philippe-Charles est tué au siège de 
Bude en 1708: Charles-Antoine -j- I76S, général autri- 
chien, se distingue aux batailles de Dcttingen et de Nieu- 
port, puis pendant la guerre de sept ans. Nic.OLAS- 
Maxwilien devient maréchal héréditaire du Limbourg : 
Nicolas-Antoine (1736-1813) parvient au grade de felcl- 
maréchal d'Autriche ; il fut gouverneur Ju Mans et 
grand-bailli du Ilainaut Clavde-XicolaS lit eu 1636 des 
démarches à Berne pour tenlei le r< cotivrer la Seigneurie 
(b- Val.ingin. prétendant que Claude des Pontins n'était 
pas bâtard, mais lils légitime.de Guillaume d'Aarberg et 
d'Alice de Châlons. Il fut éconduit, le testament di celb 
dernière (1473 prouvant clairement qu'elle n'avait pas 
d'enfants, tandis que de nombn ux documents désigm ni 
Claude coi c « lils bâtard de feue noble mémoire Guil- 
laume d'Aarberç seigneur de Givrj ■ - Cette branche 
qui contraria des alliances avec les maisons princii 
de Goiuague, l'ugger, Stollberg, s'éteignit avec Cll.VRi.KS- 
Philippe (1776-ISI4), chambellan de Napoléon 1". Il lais-. 

sail cependant deux lils illégitii tous deux établis en 

Belgique. Us furent anoblis eu 1813 pai Léopold I . roi 
di . Belges, l'aîné sous le nom de chevalier de Saint- 
Charles-, le cadet SOUS Celui de Chevalier de N'eliebâU'I. 

Ce derniei a seul fiii souche. Il- reçurent de- armes â 

enquérie: de >able au pal de gueules chargé di . 
vrons d or. 



1G 



AARUEKG (SIEUHS D') 



Voir.V.V 1889, p. 193: /" ma, 
lire. - J.Grellet: Tableau gène 
la maison de Keuclidtel. 1889. 
- G. -A. Matile: Histoire de 
la seigneurie de Valangin. 
1852, p. 232. J. r,nK.u.i i 

AARBERG (SIEURS D'). 

Famille de ministéi iaux ins- 
crite à la Bourgeoisie de Herne 
et tirant Sun nom de la ville 
d'Aarberg. On lui connaît 
deux armoiries : 1 de sable à 
une fasce vivrée d'argent ; 
2 d'or à un lion de gueules 
issant d'une fasce échique- 
lée d'argent el do gueules. On 
connaît authentiqueinent de 
cette famille : V. 1239, Henri 
1270, Kuno 1282, llumbert 
1390, Nicolas, et II. 1293, 
Pierre 1300, Henri 1298 et 
1308, Nicolas 1301, Jacques 
1302, Conrad 1303. Nicolas 
donne le 19 juin 1 '-! 1 3 un 
champ et un pré an couvent 
de Frienisberg. Jean était en 
1313 curé de Hiirglen et cha- 
noine de Gottstalt. — Voir: 
K. F. et \V. F. v.Mùlinen, Deitr. 
o, 1893, p. 49 et s. - AHS 
1900, p. Ci et G5. [H. Bu.] 
aarbourg [C. Argovie, I> 

En 1910, 2487 habitant 
droite de l'Aar à son t 



ton d'Aarberg en Flan- 
l. de la descendance de 



AAKB0URG (CHATEAU D) 

Saint-Georges, située sur un liant rocher, devint éjrlise 
paroissiale. Les hautes eaux de l'Aar ont occasionné à 









' 



- 



. 



- 



J.a ville el la ferter 



Zofinguc. V. DOS). — 
Située sur la rive 

rée dans la vallée 

S,— y^ Aarbourg-Olten entre les hauteurs du Dorn et 
JP '-y du Salischlôssli. ~ Armoiries: château fort el 
J^pE . aigle de sable sur champ d'or. (Voir \V. Merz : 
.- ..•. >J Die Gemeindewappen des Kant. Aargau. 
^^^ Aarau 1915, p. 69). — Aarbourg doit son ori- 
gine au château fort qui le domine noir cet 
article':. Sue la rive du fleuve, sous la protection du châ- 
teau, s'établirent des artisans, des ministériaux des 
comtes de Frobourg et des bateliers, car pendant lônî- 
temps le transport des marchandises par eau (spéciale- 
ment le vin du pays de Vaudj et le flottage des bois de 
construction lurent importants. En lilô Aarbourg passa à 
Berne. Les Bernois confirmèrent en 1465 le droit que le 
duc Léopold d'Autriche avait octroyé en 1385 aux bour- 
geois cl ^ens d'Aarbourg de prélever une taxe sur le 
vin. En I5I9, Berne accorda trois foi,,; par année et un 
marché hebdomadaire. En 1573, on mentionne la maison 
de ville et en lt>09, la construction d'une- halle aux grains 
est autorisée. Les fortifications datent du commencement 
du XIV- siècle et lurent étendues et complétées par les 
Bernois. Aujourd'hui, ces vastes ouvrages sont démolis, 



'A.-:t-,l;k-f^ 



{ 






-• Kg <2r&&l .; :■ ■■ ■...'.. .-.■•.' 

•■--V-V, , 'v : :^- 

...■'.'. ' - i ' O-iâ-tr. 



im*> 



;C;;;,<;V7V:_ 



«*«•£** ' '■ 



Vue d'Aarbourg. Chronique de Stamuf ÎJIS. 

nr après l'incendie qui dévasta la ville en mai I 
atteignit également l'église, la con irurlion d'An 
fut reprise sur un plan régulier. En liSi la chaj 



'-'ei el 
rbourg 
elle de 



:g eu I7.V!. (D'ai.rêa l'ouv 
par Kman. Btkchel.) 



- .- 
ago lie I lerrîîl»t!r_-er ; dossiné 



plusieurs reprises de grands dommages, ainsi «n 1740 et 
17.\S. Le pont SUSpi ndu sur l'Aar, datant de Itvij. fut rem- 
placé en 1912 par un pont moderne en béton dont l'arche 
hardie franchit le fleuve d'un jet de 08 m. Les registres 
de paroisse datent, pour les baptêmes, de 1556, les ma- 
riages 1573, les décès 1576. — W. Merz: Die millelaller- 
lichen Burganlagcn und Weltrbauten des Kantons Aar- 
gau 1 1905 p." 69-73. — Fûhrer durch Aarburg und 
Um'gebg. Zofin<ren I9I5. [H. Bu.] 

aarbourg (B A l l.LI a G Et. Jusqu'en 1798 bailliage 
bernois dans la Haute-Argovie. C'était un des plus petits 
bailliages; il ne comprenait que la ville d'Aarbourg et Jes 
paroisses de Brittnau et de Niederv.il. Englobé en 1798 
dans le district argovien de Zofingue. Le tribunal d'Aar- 
bourg se composait du grand-bailli, du sous-bailli, de 
cinq assesseurs de la ville et de six du bailliage; pour la 
juridiction criminelle, on faisait encore appel aux douze 
juges de Bnltenwil. [11. Br.] 

AARBOURG (CHATEAU D'). Château et forteresse, 
fièrement assis sur un puissant rocher qui tombe à pic 
dans l'Aar, au dessus delà petite ville d'Aarbourg. avec vue 
splendide sur tout le pays jusqu'aux Alpes. Le château 
fut construit au XI' siècle par les comtes de Frobourg, 
pour assurer la communicati n ininterrompue entre leurs 
possessions du Sisgau, d'Arf vie el celles du liuchs- 
gau ainsi que pour dominer le passage de l'Aar et 
la roule du Jura au Gothard. Document de 1123: Arc- 
barc. Bientôt le château passa en fief aux nobles de 
Bùren qui prirent dès lors le titre de seigneurs d'Aar- 
bourg. Mois en 1251 et 1255 il avait déjà fait retour aux 
Frobourg. Le 28 juillet 1203, le comte Louis lit don de 
son château d'Aarbourg el de sa ferme de Niederbipp 
à l'ordre de Saint-Jean Peut-être cette donation n'eut- 
elle lieu que pour la forme, car peu après les Fro- 
bourg disposent de nouveau librement de la forteresse 
d'Aarbourg, En effet, le 17 septembre 129! le comte 
Volmar rie Frobourg, fils du comte Louis, la vendit 
pour 1550 marcs d'argent aux ducs Rodolphe et Fré- 
déric d'Autriche. Mais les duc; -• virent bientôt obli- 
gés d'hypothéquer ce nouveau domaine aux chevaliers 
Krieeh "auxquels, a plusieurs reprises, eux on leurs 
baillis avaient emprunt.' de l'argent. Le duc Frédé- 
ric confirma l'hypothèque à llans Kriech, pour la der- 
nière fois le 23 mai 1412. Trois ans plus tard -la forte- 
resse tomba aux mains des Bernois fors de leur ci 
de l'Ai jeu. etllans Krieeh dut s'engager à la recevoir en 
fief do lien et à la tenir ouverte | r lli-mi i i ' i 
La même année, Berne dégagi i l'hypothèque et installa 
un bailli à Aarbourg, dont elle avait immédiatement 



AARBOURG 



AARBOURG 



17 



reconnu la grande importance pour la domination du 
pavs environnant. Le premier bailli bernois fut le gen- 
tilhomme Rodolphe Rieder. Ainsi l'ancien château çomtal 
ilevinl une résidence baillivale. Les llernois transforme- 
ront II' cliâtcau à plusieurs reprises. Le chemin d'accès 
fut amélioré, et en 1574-1575 le maître-tailleur de pii rre, 
llans Ilnndcrtpfund, construisit l'escalier qui descend du 
château à l'église. La Guerre des Paysans i n Hiôii et la pre- 
mière guerrede Yilmergeu en I65G démontrèrent la néces- 
sité pour Herne d entretenir la forteresse en bon état, d'une 
part pour assurer les communications entre la Haute et 
la liasse Argovie et de l'autre pour empêcher les cantons 
catholiques de Lucernc et de Soleure de se tendre la 



main p; 



-dessus l'Aar. Kn IG54 J. 




Willadin; 

p __ 



•ni il u 



ot la forteresse se trouva \itle. En 1871, de nombri us in 
ternes de l'armée de Untirbaki y furent provisoirement 
logés. Le 2'J février 1891, le Grand Conseil il \rgovii 
décida d'installei dans les locaux de la citadi II" une ni li- 
s. .n de correction pour les criminels et vagabonds de li 
à 20 ans. Jusqu'à lin 1911, 7D'i jeunes gens ) furent 
détenus. 

Voir Wal Hier Merz: Die niillelalterliehen llurganlagen 
und Wehrbaulen des K an ton s Argau. Vol. I. Arau, 



set « NS «V 




A. Bi.ulonRC 

en li^t n et 

K fer à 



al, bastii 



Aarbourg. l'Un de la furlere 

api 



:,\v. Mer2, Zut Gesch. der Feslung A.). 



mandant. — E. Chapelle. — H Haute batterie. — K. Eglise; l'aneien édifice coi 
par le bâtiment actuel.— L. Habitations. — M. Casernes. — P. Pl»ce dexercic 
e en raison de sa lurnic. — S. Puits. — \V. Cellier. — X Coll.. le de Micbeli du Cr 



( .,.,.j| ,i r nlerTe ,|,. Benne ) 'ordre de faire un plan île 
fort i lira lion de la ville et du château d'Aarbourg, ot en 
|f>57 le banneret Wagner, le général Jean-Louis d'ICrlach 
et M.-Ii.d'Krlncli fuient chargés d'aller examiner les lieux, 
de conci il avec le général d'artillerie Jean Geoi . es Werd- 
mùller, de Zurich, el de présenter un rapport qui fut ré- 
di •'• pai vVerdmûllcr sous \ P . titre île » Considerationes 
ûl.rr die Forli/iculinn des Schlosses und Pass Arburg • 
avec un plan et qui fut présenté le 4/14 septembre 11557. 
\1 ii- ce ie fut qu'en 1G6I que le Conseil de Guerre 
reçut des Conseillers et bourgeois de Berne le mandat 
précis de faire avancer rapidement les travaux d'après un 
plan général. Ce dernier prévoyail sur toute la croupe de 
la montagne une série d'ouvrages dont chacun, de I est à 
l'ouest, dominerait le précédent tout en formant un en- 
semble complet avec fossés et portes, mais pouvant être dc- 
feiHlus indépendamment les uns des autres. En Miti't. une 
garnison de 10 hommes y fut installée. En IGliti. elle 
comptait îô soldats et le" grand bailli reçut le titre de 
rommandant. A la fin du XVIII e siècle, la garnison corn- 
prenait le grand bailli comme commandant, I lieute- 
nant, 3 sergents, 3 caporaux, I tambour, I fifre el ~>i sol- 
dats. L'aumônier étail le maître de latin de Zolîngue. 

Au XVIII' siècle le Gouvernement bernois enl'eimail à 
Aarbourg les gens suspects et gênants. Le plus connu 
il entre tn\ est le Genevois Jacques-Marthélemy Mi- 
cbeli du Crest. Il fut prisonnier à Aarbourg en 1757- 
I7ÎS ci de nouveau de 1749 au 30 décembre 17G5 ; puis 
il s'établit à Zolinguc où il mourut le 29 mars 17m. u 
l'âge de 7ii au-. A Aarbourg, il dessina le premier pa- 
norama des Alpes (de 1 Cri lîotstock jusqu'au Um- 
derhorn) et le lil paraître à Augsbourg en I7"iô sous le 
titre : Prospect géométrique des montagnes neigées... 
depuis le château il' Aarbourg, en même temps qu'un 
Mémoire pour l'explication du Prospect des Monta- 
gnes neigees que. l'on v,„i du château d'Aarbourg. 

Le 10 mars 179S, le chef de brigade français Pinot entra 
à Aarbourg et en chassa la garnison bernoise. La forte- 
resse d'Aarbourg servit dès lors de prison à de nom- 
breuses personnes suspectes pour des raisons politiques. 
Le 6 novembre I802 commencèrent les arrestations des 
chefs de l'opposition fédéraliste. Leur garde hit confiée 
à la garnison helvétique sous le commandant Aerni, ren- 
forcée d'une compagnie française. 

Le gouvernement du nouveau canton d'Argovie lit du 
château d'Aarbourg, en 1804, l'arsenal cantonal et parla 
-uiii on \ enferma aussi des criminels. Lcii-squ'en !- ,; i 
; nouveau pénitencier de Lenzboui g fut Ici unie'-, les dé- 
tenus qui se trouvaient à Aarbourg ; furent transférés 
omis — 2 



1905. - Wnliher Merz: Zur Ccschichte der Festung Ar- 
burg ; Denkschrifl... Avec 11 planches. Aarau 1S93. - 
llerm. Kscher : Uie Staalsgefangenen auf Aarburg i;n 
Winter i8C-J-J.S0S... f-JO-'i. Seujahrsblall der Stadlbi- 
bliolhek Zurich auf i'JOS). - llerm. Escher : Ans den 
Vnterhaltungen der Staalsgefangenen auf Aarburg... 
( -.'iij. Xeujahrsblatt lier Stadlbibliolhek Zur. au/ 0)09} . 
— C. Knabcnhans : Die h'rzieliuiigs- und Besserungs- 
anstallen fur verwahrloste Kinder und jugendliche 
Uechlsbrechvr in der deutschen Schiceh. Annuaire de 

la Société, suisse) r l'hygiène scolaire. 13, 1912, p. 204- 

212.J L H- Eu.' 

AARBOURG (CONVENTION D'). Voir l'article 

A M1HOI Kl. l'J'lll I.IM. Ii i et lil I (.Ulf.ssl M: 

aarbourg (uarons D'). Ancienne famille de 
haute noblesse dont l'origine s p perd dans 

r-t— 1 la nuit dos temps. Leurs armes portaient 

I de gueules à la bande d'argent. Les pre- 
miers m. mines connus de celte ram 11 
huno de lliiren et son fils Liitol ! (C/.i ,, ,:.■ 
ISùrmn et /ilius eius Liulol I) qui figurent 
comme témoins dans 1 acte de P ndstiôn du 
couvent île l-'al.r le 22 janvier 1130; ils ti- 
raient leur nom •!• leur domaine héréditaire, la for- 
teresse de liiiren, en aval il" Sttrsee. l'eu aprt . ces 
barons se nommèrent d'Auibout g, du château-fort haut 
perché au-dessus de 1 \.n qu'ils doivent avoir habité 
quelque temps comme vassaux di comtes di l'ro 
bourg. Celle famille juin--. ni alors d un grande con- 
sidération, car Liilold 1 d'Aarbourg lits de Lùtold de 
Liuren, est évêque de liâle en 1191 el compte comme 
partisan important du la maison de llohcnstaufen. Son 
frère puîné fui le chevalier Cuno I d'Aarbour 1200- 
1207); leur suair, probablement Adelheidis d'Aarl urg, 
morte avanl l'.'-l. épouse d L'bei hart de Griit i 
Kiino 1 eut trois lils : li ( hcvalier Kuno II 12 li-1 ï ■' qui 
demeurait avec son épouse llemnia, au château do 
l; m n, I iitold li 1241-1250 el \\ aller, si ignem de la 
forteresse de Spitzi-nLerj: au .V. de Langnau en I 
thaï, détruite pendant la guerre de Sompach en I3SU. 
fief di I abbave d ■ Uénédh lins de Ti ib L i - 
de liûren. avec Wiiiikun el Trirngeii. passa au fils de 

Kuno. Ulrich 1. un prélat ti en 12 uni 

i ector eei le ■•■ ■■■■ di Lui en il chan ine ib Ueroni 
, t mort b 23 juil ; 1272. Son héi lier fut le cl 
Liilold III, lil- ilt Waiter, qui reprend en 1274 le nom 
d'Aai boni ■ ■; t de son maria lieu ma, une 

su ur di I Inii m- de I . u hsclwald. deux fils el une fille 
Klisabelh . i elle ci épousa en pn m - le i lu valier 



18 



AARBOURG 



alsacien Jean de Laubgassen [+ avant 1302 , puis en se- 
condes noces Wnlter d Asuel (f avant 131-2). Des deux 
lils, l'un Ulrich 11. époux de la comtesse Elisabeth de 
Buchcgg, mourut avant 1305 sans postérité; le second 
Rodolphe I (f \ juillet 1339), pour ne pas laisser s'étein- 
dre la famille, se vit obligé de quitter l'étal ecclésiastique 
et de se marier. Sa Mlle aînée, Ursule, épousa en 1326 le 
comte Pierre d Aarberg non- cet article) et la pins jeune 
Benedicta I l.Vi7-l.<(ii), le chevalier Ulrich Theohald d'A- 
suel dont le fils, llans-Uirich d'Asuel, tomba à la ba- 
taille de Sempach. Les lils du Rodolphe I, Rodolphe II 
et le doniel Liitold IV (13'tli r U mai 1395) se partagèrent 
en 13.Î7 leurs biens, Lûtold recevant la seigneurie de 
liûren De son mariage avec Judith de Wolhusen, il ne 
semble pas avoir eu d'enfants, ma,is il avait un lils i 11c- 
çritime, walter, qui reçut en 1411, de l'évèque Othon 
de Constance, sur la proposition de l'abbesso Benedicta 
de Zurich, le bénéfice du pcrpeluns vicarius parodiio- 
ns ccclesie in Sitinon vallis Uratiiii. Beaucoup plu- 
important <|iie Liitold fut son frère Rodolphe 11 d'Aar- 
bourg qui fut jusqu'à sa mort il sept. 1392) juge impé- 
rial à /.Mir 1 . le s'ui second mariage descendent proba- 
blement Verena, que l'on trouve en lo"vi religieuse a l'Oe- 
tenbach, près Zurich, et Clara d'Aarbourg, nommée en 
1393 clautitralh (religieuse cloîtrée de l'abbaye de Zurich), 
ainsi que Rugula-Anna, mariée une [première fois au che- 
valier Burkhart Mûnch de Landskron 1337 et un. seconde 
fois au baron Diethelm de Krenkingen (1401-1 409). Le lils 
delà première femme de Rodolphe II, Rodolphe III avait 
acquis en IlOd la bourgeoisie de Berne ; il mourut le 25 
janvier 1415. Ses lillcs épousèrent : Margarita, le baron 
llans de KreiiUin-en (14âi-1433) ; Ursula, en 1415, le ha 
■roiiWalUr .le litingeu; Anfelisa (1415-1466] d'abord le 
chevalier Rodolphe de Bûttikon (f 1415). puis le baron 
llermann de Riissegg (1415-1455); enfin Gretli, san- 
doute une enfant illégitime, eu 1442, llans Ulrich Otleman 
de Rheiufelden (cité de 1441 à 1401). Le lil- cadet, le cheva- 



er Rodolphe IV, seigneur de liiiren et de Rued, mourul 
eu après son père, le lô avril 1418. sans avoir eu 



I 

peu api, 

d'enfants de son épouse Margarita de Rosenegg (citée en 
1417). Le (ils aîné, 'fhùring d Aarbourg, mourut dernier 
rejeton des barons d'Aarbourg, en juin-juillet l'.ÔT. La 
dernière mention de la famille seigneuriale d'Aarbourg 
date du 1 ' septembre 1021 : c'est une relation, dans l'obi- 
luaire de Bùren, de l'ouverture du tombeau des fonda- 
teurs de l'église de Bùren. — Xous relevons de cette 
maison les membres suivants : 

1. JmIoUI,\ 1 juin 1213, devint, en 1 191, comme succes- 
seur de Henri de llorbourg, évêque de l:àle, et prit, comme 
partisan des Hohenstaufen. une vive paît à la politique 
de l'empire. Lu son honneur, le roi Philippe Y île Souabe 
en 1207, pins Frédéric II en 1212, réunirent leur cour à 
liàle. Lu 1200 Lûtold prit la croix, mais revint bientôt. 
11 fut enseveli dans la crvple de la calliéilrale. 

2. nodol/ilie I '. I296f4 juillel 1339. Comme fiL- cadet 
du chevalier Liitold III d'Aarbourg. Rodolphe s'élail voué 
à l'état ecclésiastique; en 1296 il était étudiant à Bologne, 
en 1300 curé a liiiren el en 1305 chanoine de Bero- 
mûnster, lorsque la mort prématurée ei sans enfants de 
son frère aîné Ulrich 11 l'engagea à renoncer au froc et 
à se marier. Sa première femme, Benedicta, baronne de 
Hewen (mariée en 1310, f 11 juin 133V), lui donna deux 
tilles et deux lils; de son second maria -c avec la baronne 
Elisabeth de Uamstein il n'eut pas d enfants. Rodolphe 
acquit in Dli la dignité de chevalier et fut de longues 
années comme intendant des bien.- de la reine Vgnès de 
Hongrie, comme burgrave de Wrisseno'.'g. curateur el 
bailli il'Aryovie, au service de la m lison d'Autriche. Ce lut 
lui qui, après la bataille d- Morgarlcn. en 1318 et 1319, 
avec Henri do Griessenberget Hartmann de lîuila, négocia 
l'armistice avec les Confédérés. Il prit part également, en 
I3IS, au siège de Sobure. Diplomate avisé et courtisan 
habile, il se ut souvent confier des missions politiques. 
C'est ainsi qu'il traita au nom du t\wr Léopold à la cour 
du pape Jean XXII, a Avignon, en 1324. la libération du 
t^'i~ Krédérir. prisonnier de Louis le Bavarois, pour le 
faire reconnaître roi. Il demanda en mariage, pour le 
roi Henri de Bohême et d< Poli me. duc de Carinthic. et 
obtint, en 1327, Béatrice de Savoie. Le '.1 mai I.'i30, Ro- 
dolphe prit part an traité de pais > t d alliance du roi Jcnn 



AARBOURG 

de Bohème et de Pologne avec les ducs Albert et Othon 
d'Autriche. En sa qualité île bailli autrichien en Argo- 
vie, il se construisit un puissant château fort à Lonz- 
bourg. Xous le trouvons en outre, tenant cour de justice 

à Riischlikon, puis comme bailli de KM rg (1335) réglant 

les litiges intérieurs de la ville d.- Schali'house ; comme 
bailli de Thalwil, apposant son attestation dan- de- ques- 
tions de droit. Il conduisit, également avec succès, les 
négociations avec le comte Aimon de Savoie, en 1337, au 
profit de son seigneur le due Albert. D'aussi bons services 
ne pouvaient rester sans récompense : les ducs d'Autriche 
lui conférèrent des revenus et des biens et jusqu'à -a 
mort, en 1339. il fui intendant de- la maison du duc 
Othon. Depuis 1314, Rodolphe I était seigneur de Bùren; 
plus tard, il le fut aussi île Triengen. 

3. IlollolphC II. première mention 1316, f le 21 sept. 
1392. lil- aîné du chevalier Rodolphe I d'Aarbourg et 
frère du donzel Lûtold IV. seigneur de Bùren. Il épousa 
Ursule de Brandis, il tic d.' Thûring de Brandis et de 
Catherine de Weisscnburg ; elle lui donna un lil-, Ro- 
dolphe III. mais mourut déjà le 9 décembre 1351. De son 
second mariage avec Marguerite von der Altenklingen 
(1361-1390), Rodolphe II n'eut que des tilles, Clara. Ré- 
gula, Anna el Verena. Le 6 février 1352, il acquit la 
bourgeoisie de Soleure, et le ai août 1361, celle de Zu- 
rich, sur quoi l'empereur ('.bail- IV le nomma, le 31 
mars 1362, juge impérial du tribunal régional qui venait 
d'être accordé à la ville de Zurich, charge qu'il occupa 
jusqu'à sa mort. En 1379 et |:ks7 Rodolphe apparaît 
comme seigneur de Rued. Rodolphe et son frère Lû- 
told possédaient engage de l'Autriche la ville et le bail- 
liage de G-rûningen jusqu'à ce que le chambellan des 
ducs Léopold et Albert, Henri le Gessler, l'eût dégagé, 
le 17 mai 1374, par le paiement de 4000 florins d'or et 
reçut ainsi lui-même en gage la ville et la forteresse avec 
les habitants el les droits d.' justice. 

4. ïlodolphc III. Fils unique du chevalier Rodolphe II 
et d'Ursule de Brandis, né avant le 9 décembre 1351, mort 
le.-) avril 1415, c'est-à-dire avant la conquête de l'Argovie 
parles Bernois. Seigneur de Bùren et de Rued. il reçut en 
1374. de son oncle Thûring île Brandis, la seigneurie et '.• 
forteresse de Simmenegg. fief d empire dont l'empereur 
Charles IV lui confirma la possession; par son mariage 
avec Anfelisa de Grïmenberg iy '' nov. 1399). il entre en 
possession de la seigneurie d.' Gutenbourg ainsi que de 
l'avouerie et des revenus de- églises de Deilingcn et de 
Madisuil. Les besoins d'argent lui fuit vendre la seigneu- 
rie de Simmenegg, en 1391, à Heine dont il acquiert la 
bourgeoisie le il août 1406 .iv..- ses lil- Thûring et Ro- 
dolphe. Il était, de même. I, .geois de Zofingue et de 

Sursee Pieux, Rodolphe III lit de nombreuses donati >ns 
à l'église. Outre ces deux lil- déjà nommés, il a,vail i no rc 
trois filles légitimes et une illégitime. Avant d'être devenu 
bourgeois de Berne, Rodolphe est souvent nommé parmi 
les conseillers de la maison d'Autriche. 

5. Tlu'iriinj. Dernier rejeton mâle des baronsd'Aar- 
bourg, lils aîné île Rodolphe III. Ilcst mentionné dans les 
documents de 1404 à 1457. année où il mourut, entre le 
2 juin et p. 7 juillet, (in le voit, en 1404, chapelain de Bu 
ren ; il est en 1407 immatriculé à lleidelbcrg : uu au plus 
tard déjà, chanoine de Reromùuster et prévôt d Amsol- 
dineen. el depuis l'ill prévôt de .Munster. Depuis 1416, 

chanoine de Strasbourg et deC t mce. Le 21 sept lils il 

acquiert la bourgeoisie de Lu en ï. le mercredi après 

la Saint-Nicolas, soit le 11 dés, mbre 1420, il con lui ivec 
l'avoyer et le Conseil une entente : la Cmiovif/mi rf'.-lar- 
boui i concernant le- droits réciproques du couvent de 
Beromùnsti r et de la ville ,|. Luceincdans le bailliage de 
Munster (aussi d.l de Saint-Michel). — Voir Math. Ried- 
vveg : Geschic/iledc.s Knllf<iiat lifti-s Ueromiïnsh'i: Luc. 
I ---: 1 . p. IliO-162. - La mut prématurée de son frère 
cadet. Rodolphe IV (f lô avril lils.. l'oblige, en 142», 
comme autrefois son arrière-grand-pèro Rodolphe I. avec 
une dispense du pape, à reu r à la i irrièn ecclésiis- 
tique. Il épouse, au plu- lard en 1426, la comtesse Mar- 
guerite de Werdenherg - Hcilicenburg (1420 pavant le 
I • mars 14431 Leur uniqiu infant. Verena. épouse Hans 
.h- Bible; ,. li'l-1,7', et nu 15 i 

;i la fleur de l'âge, avant son père, avec lequel s'éteint 
la famille. Par héritage de son père et de son frère, 



AÀRBOURG (D') A UtWANGEN 19 

Tluiring possédait les seigneuries de Gulenbourg et de i Fînipp. Corn. Vilnarhorn). Domaine. Construit vers 1830 
[dieil. En 1430, il acquit la seigneurie île Sclienken- ! parlîohr, propriétaire des Bains de Schinznach ; fui ac- 
|u:rg, fief d'empire. Son mariage lui donnait des droits ! quis.cn 1850 par Wilh. Schullhcss qui agrandit le do- 
sur l'héritage du dernier comte de Toggenbourg. Lors- rnaine et le posséda pendant 40 ans. C'est là que vit le 
que la veuve de celui-ci abandonna l'héritage à la jour, en 1868, Edm. Schultliess, qui plus tard fut conseil- 
parenté de Toggenbourg, Thûring reçut, en commun avec ter fédéral et Présidenl delà Confédération. Le domaine 
.on beau-frère Wolfhart de Rrandis, le château et la passa encore à trois reprises en des mains différentes 
eienenrie de Maienfeld, m i nsi que les terres situées en pour devenir finalement un sanatorium privé. — (D'après 
aval de la Thur. Le 11 avril 1137, les héritiers toggenbour- des renseignements privés d'un membre de la famille 
teois et parmi eux Thûring d'Aarbourg, conclurent avec Schulthess). 

Schwyz et Claris ce pacte éternel qui fut le point de dé- AARMÙHt-E (G. Berne, D. Interlaken) Ancien vil - 
part de la première guerre de Zurich. Pendant le coins lagp et commune spéciale du Bôdeli, entre Unterseen 
ilecette guerre, Thûring rompit avec les Confédérés en au- el Interlaken, mais qui, aujourd'hui, se confond en- 
lonine 1414. !)e continuels besoins d'argent l'obligeaient tien ment avec celle dernière localité. 11 reçut son 
d'aliéner ses biens et seigneuries: il céda Biiren el Rued à nom du moulin (1365 : Amuli) qui s'y trouvait et qui 
-i suuir Anfclisa et à sou mari Ilenman de Rûssegg; ses fut un des premiers rie cette contrée. C'était une 
possessions de la Haute-Argovie revinrent en 1431 à la ville possession du couvent d'intcrlaken. L'empereur Char- 
rie fïcrlhoud, et en 1451, son beau-fils flans de Baldegg et les IV. par une charte du 3 mai l.'Ji>5, y transporta 
son frère Markwart reprirent Schenkenbcrg, fortement en- les foires annuelles et les marchés hebdomadaires 
dette au ssi. Le 21) avril 1436, Tht'.i in.' fiç-.auc -, omme gi raud- (|iii, auparavant, avaient eu lieu dans le village de Wy- 
ih i des tribunaux secrets de AVcstphalie. Avec son père rien ; ce droit fui confirmé au couvent d'Interlaken par 
Rodolphe 111 et son frère Rodolphe IV; H avait acquis en l'empereur Frédéric III, le 18 août \\~',i. La désigna- 
1106 la bourgeoisie de Berne. — Voir Wallher Merz : Die lion d'Aarmûhle fut ofliciellement abandonnée à partir de 
Frcieii vnn ArburglAana VArgovia,î9, 1901).— id. Frète 1891. - Alb. Jahn : Chronik... des Ktml. Hem. Ilcrne et 
i-. Arburg, dans le J/GS, v. I. p p. 258 sg, |H. Br.1 Zur. 1857 [H. as.l 

AARBOURG (D'). Famille ministérialo des seigneurs : AARÙTI (C. Zurich, D. Italach, Com. Glattfelden). 
■ le Frobourg, fondateurs du château et de la petite ville ' I. Hameau. Areute dans Leu, Sisnifie métairie à la Riiti? 
d'Aarbourg. Ces Aarbourg ne doivent pas être confondus (II. Meyer : Ortmomen n» 1410). En I286, le 16 février, le 
avec la famille des barons d'Aarbourg (voir ce nom). Le baron Lûtold Y II de Regensberg vend un terrain appeléan 
mérite de la distinction très nette entre ces deux famil- lixili que ftiw dil an Hiili cultive. Le 20 oct. 1361 , Jean de 
les revient à Walter Merz. l'Ius tard, ces ministériaux Liigern vend sa propriété Annun Ituli à un bourgeois 
d'Aarhouri' se transformèrent en famille bourgeoise. On de 'Zurich. Jean llileiimann. Le 16 juillet 1331, vente ulté- 
trouve mentionnés dans des documents-: eu I20L un rieure au coiivciTtde Hûti, auquel l'Abbaye de Notre-Dame 
Henri île Ai hure : en l^ii. Walter. Henri et Rruno de de Zurich inféoda l< bien fonds cornu. e fief héréditaire. Il 
Arlmrcli : en 1235 et 1256, Rodolphe, Pierre. Henri et est libre et exempt de redevances baillivales d'après la 
Leur, anl de Arbitre, ce dernier comme avoyer de Zo- déclaration du baron Jacob de Tengen à Eglisau en 14')3 ; 
lingue : en 1262, Dietrictts de Arburch, prêtre à la ca- il passe plus larda la Chambre des grains (Hinteramt); 
I lied raie de Râle; en 1265 el 1269, Bourcard ; en 1274, les cens fonciers sont abolis en IStiti. Vers 1850, plusieurs 
Wctner et Walter ; i n 12SS et 1296, Conrad, son— diacre habitants de A., du nom de Meier, émigrent en Amérique, 
il diacre au couvenl de Saint-Urbain ; en 1289, A-nés. Une brasserie est fondée en IS66 par Jacq. Keller, pê- 
L'Irieh et lia : en 1299, Werner : en 1302 el 1320, C. von cheur di Glattfeldi u . depuis 1910, elle n'est plus qu'une 
VnliiiiL'. chanoine du chapitre de Zofingue ; en 1332, auberge. —2. Circonscription scolaire, voir Zvewlen- 
I lin!,, bourgeois de Mellingen; en 1346, Margarita, Aarûti. — V7. V IX, XI. - Arch. Zurich: Urk. Ruti; 
épouse du châtelain Yogt, bourgeois de Zolîngue ; eu 1452- Lcigerbuch derZinse. n* 1443, 1451. — A. Nâf: Geschichle 
1403, llans (Joli, huissier du couvent de Munster; en 1463, (1er Kirchgem. Gialtfoldon (p. 10$, noms de familles). — 
Hans; en 1491, Bourcard et Kumper v. Aarburg. - Voir A. Wild : Am Zïireher lihein. I F. H ] 
Walter Merz: Di'e Freien von Aarburg (dans VArgo- AARWANGEH. Iiistr. du canton de Berne. Terri- 
no, 29, 1901). |H. Bn.'l toire d'ancienne culture avec des vestiges de l'âge de 

AARBOURG-LUCERNE. Ligne du Central Suisse. la pierre, du bronze et du fer. Les établissements des Ito- 

Ouvnrls à l'exploitation: le tronçon Aarbourg-Emmen- mains y étaient nombreux. Sépultures alémanes et bur- 

brûckc, le 9 juin lSôu' ; le tronçon Emmenbrûcke-Lucerno, gondes. 
le I ' juin I -'",.' Là v ivaient de nombreux vassaux des Kibourg : les Oenz 

AARBURGER S. C. i= Senioren - Conu ni d'A.. près d'Ucrzogenburlisee, les Eriswil. les nobles de Luternau 

assemblée -des Anciens d'A. i Cartel des sociétés d'étudiants à La ne entai, les seigneurs d'Utzinsen, les Guteuburg près 

llelvetia do Zurich. Ilelvelia de Bâle (Xene Helvetia de- rie Lotz« il, cl enfin, les seigneurs YAarwangen. En outre 

puis 1877) cl Zâringia de Berne, conclu en IS76 sous le les barons de Bechbur;:, les comtes de Falkénstein el de 

nom il' c Association du cartel d'Aarbourg». ensuite de di- Kroburu, les Lan^enstein et les Grùnenbcrg, le couvent 
lergenres d'opinions, notamment en ce qui concerne la : cistercien de Saînt-L'rbain et la commanderiede Saint-Jean 

participation aux questions politiques et les duels d élu- de Thunstetten possédèrent ib-s biens fonds dans le dis- 

ïlianls i sans condition « : depuis le 22 nov. IS8i« Aarburger tricl actuel. En I33l, Jean d'Aarwangcn dressa un rentier 

S._C. ». En l'ont partir en MUT: Les section? (corps) de de ses propriétés qui comprenaient alors : les basses juri- 

L.ile (Vieille Rhenania . Berne lïigurina), Genève (Ton- dictions ri'.larwangen, Bannwil, Bcrken et Zielebach, ses 

' nia), Lausanne (Alpijjenia), Zurich (Alamannia). [II. T.) propies biens à Aarwangen (avec le moulin sur l'Aar) 

AARE. Nom ail mand delà rivière A.\R. et les environs. A cela vinrent s'ajouter de nouvelles 

AARGAU. Nom allemand du canton ri'Aïa.ovii.. terres à Zielebach ( I330-I331I. à Madiswil (1332) à Ursen- 

AARGAUISCM - LUZERNISCHt SEETHAL- bach 1 1333:, à L't/eiistorfi 1335). Puis la souveraineté passa 

BAHN. Voir Si riuw raiis. en 1311 aux Griinenbcrg qui l'administrèrent pendant 

aargauische sudbahn. Ligne Aarau-Woh- 90 ans. En lin" tt ilholm rie Griiuenberg s'étanl fait i ce 

l'm-Rotkreuz-Immcnsee-Arlh-CoIriau. Ligne de chemin voir bourgeois de Heine, ses domaines de Grûnenberj: el 

de rer construite en commun par les grandes eompa- ri'AarwansiPn devinrent déjà, de fait, des juridictions ber- 

linics du Central el du Nord Est et exploit,',, par le (".en- noises. Kn 1432, (ïiiillaii vendit à I , ville de Berne pi tir 

Irai suisse; passa avec celle-ci aux C. V. F. en 1901. 8400 florins du Rhin o le chaslcl et maison forte » d'Aar- 

1 ' construction en fut décidée par le contrai du chemin ivangen avec le pont , i li - .h, ut- de péatc et tout le bourg 

de fer du Sud du 25 février 1872 qui gagna Aarau el d'Aarwangcn, en outre tous les intérêts et redevances, 

"ne grande partie du canton d'Argovie aux intérêts dis tous bois et forêts, juridiction, droits banaux et tribu- 

'leux compagnies. Furent ouverts au trafic : Rupperswil- naux, les droits -, igneiiriaiix dans toute leur étendu, . , n 

Wohlen, le -j:i juin 1874: Wohlen-Muri. le 1" juin 1875; dernier lieu, les tenanciers, hommes et femmes avec tous 

Muri-llotkreuz, le 1 décembn IS8I i t 1: tki eu ■ Inimen- leurs ••nfants appaitei ni elle seigneurie d'Aai 

-•■■■ le I ■■ juin 1882. II. Br.1 ou à Itleieiibacli T, s domaines formèrent un bailliàse 

AARHOF aussi BURGACKER (C. Argovie, D. , bernois où on trouve encore, en 1414 et 1 iSO, I ancienne 



AAKWAXGEN 



AAKWANGIvN 



famille seigneuriale «les Grûnenbcrg. A la lin Je l'ancien 
régime bernois (1798) le bailliage d'Aarwangen, agrandi 
de maintes acquisitions nouvelles, se composait comme 
suit : 

I» Des hautes et basses juridictions d'Aarwangen (avec 
Bannwil et Grabon-llorken), Bleienbach, Melclmau [avec 
[itisswilj, Gomliswil, .Madisuïl (avec Lcimiswil). 

■1- Du • 1 ■ ut de glaive seul, ment dans les jui idiclions de 
Buzberg-ïliunstelloii (la basse juriiliction étant exercée 
par les seigneurs de Thunstotlen) et liOggwil-Winau 
(la basse juridiction y étant exercée par lu couvent de 
Saint-Urbain). C'était un bailliage de première classe; 
les revenus que le bailli en retirait étaient estimés à 
77.">0 francs anciens dan- les années moyennes et à 

I3C3S rrancs dans les I s années. 

l'armi les 71 baillis (qui alternèrent au cliâtcau depuis 
1577 régulièrement tous les six ansj il faut mentionner 
surtout le premier, lleinrich Andres (depuis 1433), puis 
llans-Gcorg Nageli (depuis 1487), Michel Ongspurgor 
(qui travailla à introduire la l'.éforrai |, d Miiliiien Iliu3- 
ItiU'J), Nicolas Willading (ÎMS-Hiôl), au temps de. la 
guerre des puvsans à laquelle les ha-bitants prirent une 
part active, le" comte d'empire et' léldmaréchal-liouto- 
nant Jérôme d'Krlacli (1707-1713), Sam.-Albr. Muller 
(dernier bailli). 

Sous l'Helvétique, l'ancien bailliage d'Aarwangen fut 
remplacé par le district de l.angental. I'.- I803-1S13 Aar- 
wangen devint un des 22 arrondissements bernois établis 
par i Ane Je Médiation ; il comprenait lis paroisses il Aar- 
wangen (cliet'-lieu), lîlcienbacli, Laiigcntal, Lotzwil, Ma- 
diswil. Melclmau, Hoggwil, Kolirbaeh, Tlmnstetleii et 
Winau. l-a iistauialeui (1B13-1830J conserva an district 
son étendue et la période de la nouvelle constitution, à 
partit île 1831, n'y apporta pas grand changement ; on y 
ajouta seulement en US74 Schwarzhàusern. et en li-'St 
U'rscnhach. Depuis 18U, Langental est le siège du préfet 
tandis que les tribunaux, la chancellerie (de lb91 à 1907) 
il l'ofliee des poursuites nouvellement crée, mit été instal- 
lés dans le rhâteau d'Aarwangen. Depuis 1831, le seeréta- 
i iat occupe un bâtiment spécial. 

Développement : en 182, : 2151 mais. t . t ISG'Jli hab.: 
1838: 2310.1 liai..; en 1830: 25054 hab.; en lcï>8 3273 
maisons et 20757 hab.; en 1910: 3SI'J maisons 't 28324 
hal. nuits. II. l'a. 
AARWtNGEN i'C. Berne, D. Aarwangcn. V. I)G~S). 
Village paroissial et siège des autorités du 
district avec château luit et de beaux bâti- 
ments, situé sur une terrasse sur la rive 
droite de l'Aar, entre Wangeii et Aarbourg, 
à I endroit où la route , ommerciale. au- 
trefois nés fréquentée d. 1 gi nllial à Llâle. 

iiae. hit la rivière. 1207 Arôwtuigin, 1273 
Aruaiirihi. Anuuiiirs. nai lui areenl a la l'asce 
d- sable et de sable plein. Le villa.ee el le château échuri nt 
eu 1132 à lierne. I..- statut sin I— arts et métiers de 1 178 
accorde au village une foire hebdomadaire avec droit de ven- 
dredi! sel du 1er, de l'acier, de la lame et des tuiles. I.e 
village fut à dilli rentes reprises frappé par des in. m. lie-- et 
la peste, notamment en 1577. Lors d- la guerre dos pavsans 
eu In'ét, les autorités liront exécuter plusieurs meneurs. 
Kn 1803 s'éleva la querelle relative à la garde des bans 
(flaunwartetihaiidel) (voir cet article!. I.e villa-. • fut fort 
endommagé lors du passau-e des alliés en 1813. Le pont 
d'Aarwangen avait un.' grande impoi tance comme p. inci- 
pale vue- d.. communication entre la l'etite-liourgogne el 
le liiichsgau I.. 13 mai- |;j|3 ,, c |„ Vi ,i,, , Walter d Aar- 
wangen et son lils Jean reçurent en Met du comte Ho- 
dolpbe Ht de Nidau et de su,, frère, !•■ prévôt Hartmann 
di Soleure. le- péage très rémiitirrati ur du puiit, droit qui 
m 1132 pa.-sa a li. rue. Le vieux pont d.- I».is lui souvent 
et gravi ment maliw né- par I. - , m. s de l'Aar, non encore 
endiguée, el il lut en partie incendié I- ht mai liTI L'ne 

iiouv.-ll iistrnclion lut exécuté- de 1571 à 1573 par les 

maiir. - Christian •■! Benoit 8alrhli,dç I.. rue. la- 15 j li li l 
Ii.tS, plus ,|- |., moitié du p. .nt fut emportée: puis rétabli. 
il tint bon jusqu'en 1887, date à laquelle il fui remplacé 
par le pont actuel à armature de Ter. Depuis 1900. un so- 
"•'« I pont, '■■ lui d- la ligne ,!•• rh. min de f, r I. . ■ . _ - ntal- 
Jura.fram : a i V... I.. 1, ',11111. nt de| id. 11 mm -! devenu une 
proprii lé particulière un \i.V si, 1 h Vu berge de I Ours). 



; 



Le château, dont la construction primitive n monte 
probablement an XIII» siècle (première mention 18 jan- 
vier 1339 : burg :e Arwangpti) surplombe immédiat, ment 
la rivière et , n commande le passage comme tète de pont. 













|B£ 



Vue d'Aarwangen. Tirée de Wagner: Burgen und Schlesxer 

der Schiceiz. 

Il appartint successivement aux seigneurs d'Aarwangen 
(approximativement LJ50 à 1350), aux chevaliers de Crû 
iienberg, et d.'s 1432 à la ville de Berne qui li; construire 
une maison si igneuriale pour ; loger le grand-bailli d'Aar- 
wangen. 

C'esl d'ici qu'au temps de- guprrcs de religion les 
espions étaient dirigés sur territoire catholique; ici 
aussi se trouvait le n-lai des chevaux pour le service 
des courriers qui reliaient lierne par Balstal à la ville 
réformée de Baie. Lors de la guerre des paysans, le 
château reçut une garnison : il en lut île même pen 
dant la guerre de vilmergen de 1650. Un arsenal bien 
monté y l'ut également établi, lai 1798, le peuple démo 
lit eu partie les remparts et causa des dégâts impor- 
tants dans tout h château. Les II et -J 1 mars I8u2 la 
Chambre administrative bernoise vendit le domaine et 
château d'Aarwangen au prix de 70750 francs anciens a 
l'aul>. 1 giste d.- llorzogenbuchsee, l-'élix Gygax, et plusieurs 
autres citoyens. Mais déjà le II lévrier 1805, le gouverne- 
ment racheta ces immeubles et en lit le siège de la pré- 
fecture lai 1813, de la cavalerie autrichienne prit ses 
quartiers au village et au château. I.a vieille h, 111 carrer 
de 32 m. de haut, bâtie en blocs ,1.- tuf, a conservé jusqu a 
nos jour-s San aspect pi imilif. 

Au peint de vu.' ecclésia tique, le village d'Aarwangen 
dépendit d'abord de Winau. mais il possédait déjà di bonne 
h. m.- .Mil -XIV siècli 1 -a propre chap. 11.- avei un cha- 
pelain. I.e h mais lixâ la c-hapelleiiic l'ut rattachée à la 
parois-.' de Bannwil. Lorsque cependant après I introduc- 
tion do la Ivélbrmc, Aarwangen se lit construire, en 1377, 
par l'entrepreneur Stab, dt'Zofingiic-, un.- église, celle-ci 
devint cçlise paroissiale avec Bannwil comme dépendance. 
La cm.- étail jusqu'en 1812-1813 l'auberge actuelle de h, 
l'oste. Lu 1829 le clocher lui pourvu dune llèche go- 
thique. L'église restaurée m 1891 .1 1903 contienl des 

vitraux aux a r irii - de Berne 1 t des baillis. L. i régis 

très paroissiaux datent pour les baptêmes et les maria- 
ges de 1571, pair h- déei de I...-'. Depuis 1803 Aarwan- 
L'.ii possède un institut d.- garçons dépendant de l'Etat. 

A ne 1 11 11er pa b-s pasteurs, Jcan-Jacqucs La il lier, 

de Zolingue , IG20-I .1»! .pu lui en .liai..' à Aarwangcn .1" 
IU50-iG>3. 

I.'n 18(10 le villa.. • comptait 132 mais. ,. t $s.f | la |, ; 
1835 : 170 mai- el 1300 i. h. : 1900: 2(55 mais •! 1793 
hal. ; L dé,, ml. ;e 1910 2ii5 mais et In:,', h d.. 

AU,. Jiilin Chiimih... h-.',;. Egb. Lu,. lr. et \\'..|l'g. 
l-'ri.'dr. d.- Miiliiien : HeHn'n/r :«/■ Hfimnlluiiide, II. fl :. 
lier Vberwaytnt. Berne |«1Ù. - l'a. il Kasser : (,'.„■;,. ,1,-s 
A,,,,, s „„<l ,1 •» Schlassrs .1. I//I /; l'a. 1909 ! m 

limier : Oie !■ ■ h: nm I /:/.;, 12, I9l(i i 

d.-,-: Staatl. Kimhm- Erziehunt) lati Anne.; :,(> 

jâ/ir. Jubilàumsliericitl. Langental 1913. Il Un.1 



AARWAN'GEN (SEIGNEURS I)' 



AATIIAL 



21 



AARWANGEN (SEIGNEURS D'), vers 1200 1350 
Ministériaux des Kibourg, résidani anrhâleau 
de même nom sur la rive clroiti' de l'Aar, en 
aval Je Won;"" 1194-1212: Aneannen ; râ- 
telles de Sainl-L'rbain, de la bit le moitié 

du XIII siècle: de Anéanti ; 1207: 4rou<a»- 
f/i'n ; 1303: [neangun ; dans le rentier des 
Habsbourg : .-trirb>ii-7i. Les armes sont : 

pi le sable plein cl .1 arpent à la fasrc 

de salile. La première mention authoritjq le celte 

famille se rencontre dans les rentiers du convenl de Saint- 
1,1. .mi. ronde en 1191. qui nomment de 115)1 à 1212 un 
. ,,,,-„,- llourearl d'Aneant/en et sa fille lia. 

En 1251 le chevalier Hkuthoiji doit se soumettre à 
llorthoml à un jugement arbitral du couvenl de Saint- 
l'ili.iin. Comme troisième membre de celte famille appa- 
raît en 1206 Wai.ti.i:, mentionné pour la dernière fois 
avec certitude en 1320. La lamille s'i>t éteinte asec son 
iil< Ji \n vers 1350 (voir plus loin). 

W'nller. Né vers 1215-1250, est mentionné pour la 
première Fois le 5 mai 1206 comme se trouvant dans la 
suite de Hoïlolphe de Ual.~l.oiny. à Itiounc. P.odolphi 
avant été élu empereur en 1273, Waller (qualifie du 
rfievalier en 1271 l'accompagna en I27G en Uohème 
runlrc le roi Oltocar, et en 1280'contre lis grands de 

Il iliéme. Comme récompense, Rodolpli :trova à Walter 

ks l« février 1277 et I7déccmhre I2S0, la douai.'.' impériale 
île Soleure. Le 19 juillet 1290 il apparaît même comme 
bourgmestre de cette ville impériale, et en 1291 il scelle 
aussi, comme avover de Berthoud, la résidence des Ki- 

I rg. Le 1" août 1313 il se trouve à la journée de W'illi- 

sau (|ui resserra les liens des Kibourg à l'Autriche. En 
raison de son âge avancé, il n'est pas probable queAValter 
si soit trouvé à la bataille de Morgark-n (4315) La der- 
nière preuve de son existence est un acte du i juillet 1 320 , 
qu'il scelle en qualité d'avoyer de Herlhoud. Wall, r - esl 
élevé bien au-dessus do la plupart de ses égaux en Haut. - 
Argovie et était un dos seigneurs les plus riches en ter- 
ritoires. Il était très recherché comme arbitre et comme 
témoin, lin premières noces YYalter avail épousé Adélaïde 
.1 il h ■ (mentionnéi de 1274-1278), fille du chevalier Hi nri 
d'Ûenz, intendant dos Kibourg et avover de Thoune 




' 



' : ; 
^=iT,/ l : 







SVK 



.i \ . . ... _■.-.. Fil bas . ■ . . ■ verticale 

combli î, porte de l'Ai *en: i de 15G7. !i- 
11. H.Tilor. architecte.) 



1270) De ce mariagi est peut-êlre issue la fille de Walter, ! 

' Il i inc . niontionnooe ai nu.' première fi m iln Jean I" ' 

'!•• Itiibi'iiberg, à llcine. Vers 1280. Walter contracta une 

'"!.• alli ave. Klisal lli di Ihitlil n. De < < i ■ i _■ 

• -I né, vers 1280 Un".. Jean, le seul rejeton coin l di la 
(.'mil". Tant qu'il n'était pas retenu pai le service mili- j 



taire ou quelque autre fonction, Walter habitait le i hâ 
t. au familial d'Aarwangcn qui f..ini.iil le centre de sou 
activité. Il csl mort pou après 1320, dans tous les cas 
avant le fratricide au châtem de Thoune 

Jean, unique lil- connu du chevalier Walter ei de 
sa seconde remme Elisabeth de Ilntlikon, né vers 1280- 

1285 II est mentii '• | la première fois le 'i iuill, i 

1301 et avec le litre du i hrvalier le I" avril I3IS 11 

passa probable ni sa j.'ini au service de l'Autriche 

et se trouve à la bataille de Morgarten, 1315 Après le 
meurtre de Hartmann de Kibourg par son frère Ebcr- 
liai-,1 au château de Thoune (1322), Jean se détacha de la 
maison de Kibourg, et on ne le trouve plus qu'au ser- 
vice de l'Autriche: en 1329 il prend pari à la campagne .lu 

roi Frédéric contre la iloliê oi la Hongrie: en 1333 il i I 

bailli de l'Argovie ; 1338-1339 bailli du château de Uoten- 

burp, près Luce : 1310 bailli des ,i„e> d'Autriche dans 

la Forêt-Noire II est délégué de l'Autriche à la paix si- 
gnée à Uaden le 20 juillet 13:13. de même 'en 1331 dans 
une enquête des droits respectifs de l'Autriche et de l'Em- 
pire dans les Waldstiitlen Il couronne et termim sa car- 
ii. a. politique pai sa participation à la paix de Kônigsfcl- 
ilcn du 20 juillet 1310 qui mil lin à la gin rrc de Laiipen 

de 1339. De lie" pie SOll père. Jean était 1res ITolieiehé 

comme arbitre et comme témoin II fui également riche- 
ment récompensé de ses services par la maison d'Autri- 
che. Se, |. ions s'étendaient en Ions pays. Il avail 

épi. usé peu aines 1303 Yerena Seiin. fille du rhcvaliei 
I'.. ; i c Penn do Miinsingen, dont il eut une fille, Elisabeth, 
qui épousa avant 1322 noble Philippe de Kien, plus lard 
bourgeois de lîerne, et de I334-133& avoyer de cette ville. 
Leur fille Marguerite devint la femme du'chevalier Peti r- 
ni.inn de Griinenberg. L<- 18 janvier I339, Jean dressa à 
/.ofingue avec sa remme, sa fille, son gendre el sa pclile- 
lillo un contrat de succession, d'api.'.- lequel cetti rli i 
niére dosait recevoir la seigneurie d'Aarwangen avec le 
château et le pont, ion t en réservant à Verena et à sa 
fille, leur vie durant, la jouissance d'une grande partie 
des revenus. En I34I il prit les ordres dans le couvenl 
de Saint-Urbain, mais au boul de peu de temps, il ri tu 
truisit un ermitage à Wittenbach (dans la commune de 
Hasle dans l'Entlebuch) où i! se retira avec six coi 
gnons et où il mourut le dernier de sa vm'-i. vers 1350. 
Sa pierre tombali d it avoir subsisté à Saint-Urbain jus- 
qu'en 1090. 

Voir Paul Kasser : T)ie Herren eon A. (BTlï 1908 . - 
Paul Kasser : Uescliiclile lies Amtes und des Sc/ilosses 
Attneanqen (A 11 VI; |9, 1909). [H. Br.1 

AARWILGUT C.Berne, D. el Coin. Mûri). Domaine 
autrefois ajip.de a im Xcuhaus», fut acquis en IFt j 

Ant. -Louis de Grall'enried, dit d'Interlaken. cdonel et 
jg^_ architecte de la ville (1769-18-44 II 

agrandit la propi iété et lui donna s m 
nouveau nom. Du 1855-18.87. elle appar- 

p- t , tint au conseiller national IV Au- de 
Gonzenbarh, ancien chancelier de la Con- 
fédération, el dès lors à sa fille. [H. 1/ 
AARZIELE. Voir MaRZIM. 
AATHAL (C. Zurich, D Hinwil, 
Coin. Seegriiben. Y. DGS). Acttu 
fabrique dans un vallon boisé sur l'Aa 
sortant du lac du Pfâflikon. Si tu n 
sur la ligne de chemin de fer Zu- 
rich-Wallisellen-RappciSttil. I. An- 
tique moulin donné au couvent de Rûti 
avant leC mai 1219 par le baron I ni ild 
de llegi ii-l.ei g, avec le consentemenl de 
- i i. l.lo Itrrlhi de N. ■ liàtel comme 
partie de si - bii ns à Si grûiieii; 2(ijnin | 
1228 il .-t pi n . ...i- le nom de m 

En haut, entrée (lin" m de [matai ave u-tei 

...... en i - ... i ... r .t d'autres biens du couvenl sous la 

protection du pape D-pu - loi - li f 
r. n. lai. le. a partir de l.i.'O. I. ; 
ditaire du couvenl. ('.. n~ foncior.s rédimés ]<',. .1 
1491. le moulin élail aux mains des Sladtmann : il fut 
- , . pendant I i première guel re de /.m irh el i 

il. propriété fin rut déti uits à .■'•■.■ - 1. o Il s'en 
une dispute a propos ilu caractère de li.-i du moul 



l'ut jii r 



:-n 1488 par le Conseil de Zurich en faveur du 



29 



AATHAL 



AAZHEIM 




couvent. En 1514 il devint et pour longtemps propriété des 
Rcillei du moulin de Hkisi. Ilans le meunier d'Anthal, 
aiis-j appelé meunier d'Edikon, homme du resle pii us et 
pacifique, mais qui se trouvait en prison comme anabap- 
tiste, écrivit de sa prison à plusieurs reprises au Conseil 
de 1528-30; il avait interrompu :'i l'église le fiasteur, parce 
qu'il n'avait pas prononcé la » Salutation angélique n. Ce 
meunier est sans doute identique avec Hans lieiller qui, 
en 1514. avait été inféodé du moulin d'Aatlial. Après 1rs 
ReitVer le moulin parvint en possession des Cuver de 
Wermatswil. 

E. Egli : '/.Ri-cher Wiederlûiifer p. 86 ss. et son Aclen- 
sammlung surtout iv 1635. 

filature de coton des frères Schellenberg jusqu'alors 
meuniers, construite en 1823 avec 3200 fuseaux Une se- 
conde lilaturca éw? construite en 1825 par Jacob \\ egniann 
deSulzbaeh (aujourd'hui Streill'), avec '2800 fuseaux ; celle-ci 
appartenant au colonel Kunz a été en grande partie in- 
cendiée le 12-mai 1840 avec la maison d'habitation. En 
avril bsoit on découvrit entre autres les fondements d'une 
villa romaine, où se trouvait un pavement de mosaïque 
avec hy|iocaii-'i'*. Depuis quelque? années, exploitation de 
gravier' par la maison Favre. — Usine électrique canto- 
nale n Aathal » nu Heusberg pour l'alimentation île L'ster. 
Wetzikou cl l'Iâflikon, depuis l'automne l!M7. avec comp- 
teur pour 15000 volt d'énergie. — Voir H. Mever : Ortsna- 
men n" 1529.— UZ I n<»391. 393,444. - Arcli. Zur. : Urk. 
et Lagerbûcher Rûli. - item. Tigurina I à IV. 

2. Château du moyen âge, immédiatement derrière le 
moulin, à gauche du sentier conduisant à 
Seegrâben. Au dire du D' Messikommer, des 
restes de murs subsistaient encore il y a 40 
ans ainsi qu'un fossé les séparant du châ- 
teau. La chronique de Stumpf 11, p. 123 b, 
dit: * Sur lui mamelon pointu, dans d'épcù$~ 
ses broussailles, apparaissent encore 1rs 
murs de l'ancien château de ceux d'Aa- 

tul'. L'existence d'une famille de ce nom ne peut pas 
être établie documentairement. Les armoiries se trouvent 
pour la première fois dans Yarmorial d'Edlibach de 1488. 
Stumpf prétend que les i'Aathal étaient des damoiseaux 
au service des barons de Regensberg, seigneurs di 
Grùningen. Sou autre assertion qui' leurs propriétés ainsi 
que les biens de réalise de Seegrâben auraient été donm'-s 
par les Regensberg au couvent de Rûti, l'ait supposer que 
l'existence d'une famille noble d'Aatlial a été par erreur 
déduite du passage du bref pontiliral du 26 juin 1228 : 
molendinum de 1 matai que Stumpf a évidemment traduit 
par : moulin de ceux d'Aatlial. En 1526, lors Je la vente 
de la seigneurie de Wetzikon, les ruines c/" château dans 
VAuthal sont désignées comme limite inférii lire de la pè- 
cle rie en faisant partie ; de même en 1578 1 1 1620 ;en l& 1 
il dépend du manse constitué en fief temporaire en faveui 
du sous-bailli Henri Ilasler à Seegrâben, situé dans la 
■ Kàlcnweid ... La supposition de Tobler-Meyer, que le 
château faisait partie de la juridiction et seigneurie 
d'Ottenhausen-Wagenburg et s'appelait primitivement 
Wagenburg, est erronée, au moins en ce qui concerne 
ce dernier point. Armoiries d'après Edlibach : d'or à 
deux pointes d'azur aboutissant l'une à l'autre et au 
chef de gueules chargé d'une étoile il or. Cimier, d'après 
Stumpf, une étoile. Les armes complètes se trouvent 
pour la première fois dans le Geschlechterbuch de Dui- 
stelcr. 

Diblioth. cenlr. Zur. Mskr. C 278. p. 37.-.. - Arch. '/. Il 
VI 306, p. 341 et plan- des fiers de Rûti. - Félix Mever : 
Gesch. i. Wetzikon, p. 111. - Croquis dans Zeller-\Verd- 
mûller, Zûrcher Burgen, ex. corrigé par l'auteur, à la 
Biblioth. centr. Zur. — Vue de P. Slaub-Pianta [18851. — 
MIS 19)1, p. 11. 

3. Vis-à-vis de ce château, mais de l'antre côté de la 
vallée, il ;/ a encore un fort que les paysans appellent 
lleudenburg (château des payensj, peut-être à cause de 
su haute a n t iquité\ Stumpf II. p. 1 2:5'' ' incien refu e pré 
historique protégé 'le trois côtes par des pentes abruptes, 
le quatrième c.'ilé muni de remparts el de I issés. Le châ- 
teau a été utilisé par les habitants de la contrée de 
l'époque ili la pierre à celle du bronze. Mise au joui d :•■>-- 
ti une ni- de bronze. 

Kerd. Kcller : MAGZ XVI, p. 7.". 2J avec croquis. - 



] J. Heierli: ITitiivcli.der $rhtn-i: (avec \>];m p 110). J[ak] 
.\I[essikommr, 1 dans .Y// 1915, n 11'. N. [F. Hur.i 1 

AAWANGEN (C. Thurgovie, I>. l-i iifeld, Com. Aa- 

dorf. V. DGS). Section de commune, paroisse et village. 
Mentionné dans un acte de 814 : Unimvanc, plus tard 

: Oneuanc, Onwantjen Watigrn (datif pluriel de wantj 
= prairie) d'Oiiofnom imprécis; voir Kôrstemann I. 2 
A p. 2ii7 s.). Très anciennement, propriété particulière des 
landgraves de Thurgovie, cet endroit passa par héritage 
aux comtes tle Ki bourg qui en liront don au couvent 

j de Kreuzlingen, fondé en 11*23. Le 24 avril 12631c comte 
Ha ri ma n n l'Ancien renonce à ses droits d'avoueriei'nrii'ti 

j eatia silain Onrwauc) qui rurent conférés par l'abbé de 
Kreuzlirisen '27 juin I2IÏ3) au comte Rodolphe de Ilabs 
bourg, i/'/ vol. 3. p. 3)2 : vol. 1, p. 12). Les descendants 
d" Rodolphe cédèrenl l'avouerie en 1310 aux Uohenlan- 

■ denherg, qui administrèrent Aawangen de leur château 
] de Wellenbcrg jusqu'en 15*22, date à laquelle la juridiction 

lit retour au couvent. Celui-ci confia l'administration 
I directe à un préposé dont les fonctions furent de 1701-1772 
en mains de? Rûpplin de Kelikon. Une querelle à propos 
! de la délimitation fournil l'occasion de lever un plan 
géométrique, et le 26 avril 1723 on procéda an bornage 
de la limite du côté de Frauenfeld. Une des bornes 
( triangulaires avec les lettres IF. (Frauenfeld) el une 
, croix accompagnée d'une crosse (Kreuzlingen) se trouve 
i encore à l'angle de l'ancienne auberge du • llâusli >•. La 
Réforme fut introduite en 1532; le couvent de Kreuzlin- 
gen n'en resta pas moins collateur d'Aawangen. La pré- 
I benrle de celle église était, il y a cent ans. très recher- 
chée, et, commi celle de Lustdorf, une des plus riches 
I et des plus agréables, les doyens du chapitre de 
Frauenfeld résidant le plus souvent dans cette localité . 
depuis quelque; années, c'est une annexe d'Aadorf. L'é- 
glise de Saint-Michel, transformée au commencement 
du XVI* siècle, a été restaurée à fond en 1851. La 
première cloche a été fondue eu lôiiO par Pierre Fiissli, 
j de Zurich, elle se trouve actuellement dans le clocheton 
' de l'école. Un beau vitrail rond, de 1513, provenant de 
l'église, est an Musée National de Zurich. Aawangen 
n'eu! sa propre école qu'à partir de 1S05. —Voir Joli 
Naler: Geschichte von Aadorf und Umgebung. Frauenfeld 
1898, p?836 S42. [H. fîb.1 

AAZKEIM (C. et D. Schaffliouse, Com. Neuhausen. 
V.fjGS). Grande métairie au sud du I.aul'erberg.à une lieue 
de SchalMiou-e. Restes de murs romains (G.Wanner : Die 
' rôm. Altertûmer des Kl. Schaflh. 1S'.I9, p. 33). Le nom 
laisse supposer un ancien âzheim, peut-être avec le 
mhd. âz (= nli'l. Aas) « Speise '>, aliment. Dans l'origine, 
Aazheim étail un village avec une petite église: en 1429, 
A. est encore désigné comme bi. mais en 1535, il est dit 
i'Aatzhen que « c'était autrefois un village tandis qu'au- 
jourd'hui il n'est qu'une simple métairie ». Le village 
parait donc avoir disparu au XV* siècle. Les barons de 
ïhengen possédaient dans la région des propriétés assez 
considérables et tonnaient leurs biens en tief. En 1 
Jacob llnn. bourgeois de Schaltliousc et tenancier de fief, 
assigne à sa femme, comme dot, un cens à Aazheim. du 
consentement du suzerain Conrad de ïhengen. Celui-ci, 
une année plus lard, lui en donna la propriété ( US 
n-303. [72 vol. S, p. 11). Des fiefs des Thengen -il s'agit 
probablement toujours du même fii H sont uni ntionnés en 
1360, 1375igutlin zu Atzhain), 14.39, 1454, 1470, 1577. 1478, 
passant successivement aux main- des familles schafl'hou- 
soises Sailer. do \Vinkelsheim, Niinangster et finalement 
: à l'hôpital (US n* S50, 1033,2006, 2313, 2986 et Rûeger, 
noies p. 4^8:. Li - S. hultheiss île Kandenburg possédaient 
également a A. un bien qui l'ut vendu à Jean de Fulach en 
1373 (US n' 995). L'n Uellikofer est co-intéressé eu 1426 
à celle propriété Fulach (US n 1750 it un cens de fro- 
I ment sur ce bien est vendu en lill et 1426 (US n° 152-4, 
: 1756). Dès le commencement du XV' siècle, la famille 
noble des Imlluirn prend une situation prépondérante 

■ comme avoués et propriétaires; s ;i ^ 1 1- i l d'un lief des 
Thengen, on ne sait ; mais Rucger et tiachtold le suppo- 
sent. Rïidger Imthuru fonda d n vivant un autel dans 
I église il" Saint-Jean, à Schairhouse, et assigna à son 
■ b . i tant nu I •uéli e -~<r b fillage di .1"':/' >•». ave 
maisons, champs, etc.. ainsi qui l'avouerie. I. es parents 
du donateur, après sa mort, tirent confirmer en 1113 le 



AB ACM 



ABAUZIT 



23 



i.-i.iin.'ui par l'avoyer cl conseil ,1c- In ville île SchafThouse 
r>' 11° ISOi) et cette dernière en iil faire autan! en 1415 
,.,,- l'abbé ilu couvent Alla lieiligen ,1'S n« 1594). Les 
liiilliiirii s'étaient réservé la collation de la prébende. 
Avec leur assentiment, le cbapelain vendit en 1*29 l'autel 
,'i igéen I honneur dis lii.\ mille martyrs, de saint Georges, 

saint Biaise et saint Léger. » In village d'At/.h: avec 

l'.-ivouerie, etc., tel que le donateur l'avait assigné à l'autel, à 
l'hôpital Je Scliallliouse, (fô'n« I79S). [Sien que la belle 
métairie «avec ses produits en viandes, volaille, beurre, 
fromage et autres » (liûcger) convînt à merveille au gros 
ménage de l'hôpital, ci lui ci le vendit à son tour en 1556 

avec tout le bétail et le rural, au couvent de Ri au 

Outre un arpent de chenevières, 3 arpents du \i-n-s. 193 
arpents de terres labourables, 76 arpents H" prés, H ar- 
pents de pâturages, 58 arpents de forêts, la vente coni 
prenait la petite église à laquelle l'abbé de Rheinau s'in- 
terdisait de faire aucune modification « contraire à la 
religion de ceux de Schaffhousc ». Le vendeur se réser- 
11 il le di nii de justice et de seigneurie. Le prix de vente 
alteignrMiOGO il Li nouveaux -propriétaire! transformè- 
icn! A. i'n maison il plaisance et s'en survivent comme 
lii ii de villégiature. Au-dessus du portail avec escalier à 
pignon de la maison d'habitation, se trouvent les armoi- 
ries île Rheinau avec la date de I59§et l'inscription : « Jean- 
Theobald par la grâce de Dieu a h hé de Rheinau commença 
celle construction 0, puis » Gerold p. la gr. de Dieu abbé il" 
couvent de Rheinau » i Rùcger. p. 188. unie li ; voir planches 
IV et \ tics A US 1910). lin ÎS3S, A. revient denotiveau il'hô- 
pital et se trouve ilè^ lors 1 n possession il" la bourgeoisie 
il" Scliallliouse [Biens .1 ■ l'hôpital). A la basse juridiction 
que l'hôpital, soit la ville ont possédée d une manière inin- 
îeiiunijnii depuis lîJi. vint s'aj ml- :r, en 1657, !•■ droit de 
glaivciHimme partie do l'acquisition des droits seigneuriaux 
ilu landgravial de S»l/ sur I" Klcttgau. — Voir Rûegcr : 
Chronik p. 488 avec an not de Bâchtold — Bâchtnld : Dei 
Krwt-i bit. Lanthc/taft dans Festsc/irift drrStadt Sclia/fli. 
1901, p. 101 et 140.- .4//.S* 1910, p. 67 ss. H. Wkhnbr.; 

au ACH, Ii r ./i>s., prévôt à St-Stcphan, chanoine à 
Constance et vicaire général in spiritualibus il" lévèque, 
1-1 un ni ion né par les documents de 1GK3 à 1675 — Voir : 
<.',',. Iti. p. 143; 1 28, p. 63. [Son ] 

AR/5ECHERL.1. Vieille famille de campagnards de 
l'Obwald, communiera de Giswil. Lien d'origine, la ferme 
élevée d'/Echerli au-dessus de Kudenz. — Sœur Béné- 
dicte Abecherun, nonne à Engelberg, en 1334. — En 
1573 et 1575. Nicolas est juge et membre du conseil. — 
Joseph, * 1SG6, imprimeur à Sarnen, fondateur du jour- 
nal hebdomadaire Uer l'nlerwaldner et du Bruderklau- 
scnkalendcr (1915). A1.T.1 

AB/ESCH. Voir AllESCII. 

abart, François. Sculpteur, I769-1S03. Il lit son 
apprentissage dans son 1 iys I" Tirol, voyagea dès l'âge 
de li ans et se lixa à Sl-Niklausen près Kerns. A une 
exposition J'ait à Berne, en 1X10. il remporta une mé- 
daille d'or pour inw statue en h<>is d'Arnold de Winkel- 
ried, ce qui le lit connaître. Il lit des statui s pour les églises 
d'Altdorf (saint Pierre et saint Paul et '2 anges, 1811. 
de K,in 5 (1816), d'Alpuach (1812-21), pour la chapelle 
de la Vierge et le chœur principal de l'église abbatiale 
d'Einsiedeïn, et se libéra du paiement des droits de sn 
naturalisation dans li canton d'Obwald (1821) en faisant 
pour l'hôtel de viîia de Sarnen trois reliefs en albâtre 
(Arnold Anderhaldcn, Serment du bailli Landenberç de 
ne pas tirer vengeance et les Adieux il" Nicolas de Klui 
Plus connues sont -es deux grandes statues d'ours en 
granit qu'il exécuta sur l'ordre du Conseil de Berne pour 
orner la Porte de Moral (1S28) et qui gardent maintenant 
l'entrée du musée historique de la ville fédérale. 11 lit 
encore, jusqu'à un âge avancé, un grand nombre de petits 
travaux, de sorte que le catalogue d'une exposition clé si - 
œuvres, organisée en 1913 à Iverns, par la Société d'his- 
toire et d'archéologie d'Obwald renfermait près de 200 
numéros. - SKI. I. p. I 11. 702 et i6S ss . suppl. p !. 
— XHH 3, 1898, p. 61-65 (île J. Durrer). - Otto Hess ; 
Ed. K. A. (in OU 3 1913).- Wymann: Xeilsclir.f.sehweiz. 
Kirchenr/cscli. 1913 et Uisl. Xbl. von L'ri 1918. 

ABAUZIT, voir aussi Coi nr. 

abauzit, J'irmiii. s à I . I a n ui loc). h 12 n 
mi, il. il- 1079. 7 à Genève le 20 mars 1767, Encyclopédiste 



et bibliothécaire. Ayant perdu à l'âge de deux ans son 
pèie, qui était protestant, l-'irmin Abauzit fut, en vertu 
il.- l 'l-'.dit du 12 juillet 1685 et de celui dit de Révocation 
(12 janvier I686), placé de rurce, ainsi que son frère cadet 
Bonaventure, au collège de sa ville natale pour y èlre 
élevé d:ms la religion catholique. Mais leur mère réu it 
à les en retirer et à l-s faire parvenir secrètement à 
Genève (1689), où i li" les rejoignit non sans avoir payé son 
audace 1! une déti nlion au château de Sommièros. Dana 
celle nouvelle patrie, l'irmin Abauzit lit des études aussi 
-ulules que diverses. Le voyage qu'il fil dès 1698, notam- 
ment en Hollandi et en Angleterre, I" mit en rapport 
mec des hommes tels que Basnagc, Juriou, Saint-lîvre- 
iiioiul, Bayle et Newton. Il entretint une correspondance 
suivie avec ces deux dernii rs savants. Ses relations de 
mutuelle confiance scientifique avec Newton furent même 
telles qu'il réussit entre autres à le faire changer d'opi- 
nion sur l'éclipsé observée par Thaïes, 585 ans avant l'ère 
chrétienne. Le roi Guillaume III tâcha en vain de le rete- 
nir en Angleterre, et l'Académie de Genève ne parvint 
pas à le convaincre de se laisser nommer professeur de 
phi] .sophii (1723 - En 1727 
cependant, en reconnais an< u 
des services rendus .-'i la bi- 
bliothèque, il reçut gratuite- 
ment la le 'ii 1 _".e-i" gene- 
voise. Il moui ut célibalain 
., NT ans. , 

Outi e sa mémoire, qu il 
avait patiemment exercée et 
dont on cite de nombreux 
traits; >a modestie et sa sim 
|.Iieiie d'allures étaient ex- 
trêmes: S'il ménageai! son 
temps, il était, en revanche, \ 
prodigue de ses connaissan- 
ces et de ses travaux envers 
se.- amis, auxquels il a rendu 
d"- services inappi éciables 
il a contribué, par exemple, à 
li réoi ganisatioii de la Biblio- 
thèque île sa cité il adoption. 
dont, en 1727, il fut nommé 
Aussi les publications de ses écrits ne donnent-elles pas 
une idée complète de sa prodigieuse activité, et de son au- 
torité scientifique pour laquelle Voltaire et J.-J. Rousseau 
professaient une grande admiration. Sa conipélence, loin 
de se restreindre à l'histoire et à ses auxiliaires (ar 
chéologie, numismatique, géographie, philologie), et aux 
sciences dites exactes (mathématiques et cosmographie), 
s'étendait également à diverses disciplines théologiques 
(dogmatique, controverse, etc.). Mais, dms ce d. rnier 
domaine, malgré le concours prêté à la Vénérable Com- 
pagnie il"- Pasteurs de Genève pour la version, i |! " de 
1726, du Nouveau Testament, il fut en hutte à des accusa 
tions d'hérésie, entre autres de la part de Charles Bonnet 
dont le dogmatisme rigoureux s'accommodait mal des 
idées personnelles. Iioué d'une foi fondée sur l'expé- 
rience, Abauzit appartint à cette écolo de théo 
modérés libéraux, comme on les appellera plu: tard 
qui fleurit a Genève au début du X\ III e siècle, el d ni 
Jean-Alphonse ïurrettini resti ra le plus illustre repi é - n 
tant. — Se> principales publications en fi inça 
Lettre à une dame de France, impr. (ou réimpr.?) par 
Jacques Lenfanl à la suite il" son « Préservatif contre la 
réunion avec I" - e' . ■ de Rome « [Ainsi 1723 

talion sur une antit/u -. ou disque d'argent ti ! prt - de 

Genève, en l'r.'l ; dans le Supplément de 'L'antiquité 
expliquée » de Montfaucon (Paris 1724).— Collaboration à 
une version française du Nouveau Testan >■' Genève 
I726 1 . — Gênera St'xtanorum colonia, dans l'« Histoire de 
Genève -. deSpon (Genève 1730 . Un u/.it munit cette édit. 
de nouvelles in criptions. - Résultat de quelques con- 
fé '1 n es sur la t <ie et la 1 11 juda lue, dans 

Mém ni"- concei liant la théologie et I 1 morab 
1732). — Paraphrase de Vèpitiv de Saint-Paul aux Gâ- 
tait t. I - ■■•!" I7',s. Discours I islort /ne mr l'Au 
Réimpr.': Londres 1770. - Œuvies. Genève 1/70, 'i vol. 
L'éditeur Manoël «le Végobri \ a joint, - n forme d'Aver- 
tissement, une ni tii . sur l'auteur. — Œuvrt - - 




V 



troisième biblii 



9't 



ABBACELLA 



ABBAYK 



contenant ses écrits... Londres et Amst. 1770-1773, 2 vol. 
Elles sont précédées d'un Eloge liistoi ique de 1 auteur par 
Jean-Pierre Bérenger. — Essai sur l'Apocalypse, dans les 
« Réflexions impartiales sur les Evangiles » (Londres 1773). 

— Apocalupse, par Abauzil, dans I Encyclopédie » de 
Diderot ot'd'Alembert. - Art. dan- l<: i Journ. ital. ». t. 3. 

Voir: Rousseau, J -J. : Noue. Ilèhisn, .V partie. - 
Journal helvétique, mars-avril 17G7, août 1773. - Meis- 
ter : ffelnetiens bernhmle Mûnner, t. 2. - Senehier : 
llist. littéraire de Genève. - Savons : XVI If' siècle 
ci l'étranger. -- Gibert, Alphonse : Abauzil et sa 
théologie (thèse théol.}. Strasbourg lS(i.">. — Montct : 
Dictionnaire biogr. des Genevois et des Validais. - 
llaag : France prot., 2' éd. — Strochlin, Ernest : Firmin 
Abauzil. Genève IS9i(« [Mite bibl. IirIv. »,2« série, n 3).- 
Eug. Ritterdans la Semaine, littéraire, 18 juillet 1903. — 
Tristan |l'li Monnier]. dans le Journal de Genève, 
7 septembre 1901. — Charnisav (baronne rie) : Les chiffres 
de l'abbé, liouquctte : étude sur 1rs fugitifs du Langue- 
doc : Uzrs. ilhill soc. his!. prol. fr.. I0M-I016) - Art. 
d'JEd. GUapnisaJ, dans la &?ui«i.i ■ Hllnrtàra, 30 murs 
1918, etc. Des Sources manuscrites s.' trouvent à Ge- 
nève : Archives d'Etat, Société d'histoire et d'archéologie. 
Sur les papiers d'Abau.zit à la Bibliothèque publique et 
uni m rsitairc, v. Senehier: Catalogue raisonné des manus- 
crits, et les antres inventaires dit dépôt. — Genève n'esl 
d'ailleurs pu- le seul siège de papiers Abauzit ; à noter 
aussi que des papiers de Firmin furent rapportés à L'zès 
après sa m. ut par De Croy, l'un de ses héritiers. Mais 
l'évêque les y confisqua, et, après examen, l'archidiacre du 
cli ij.it iv les lit tous brûler, i Voir entre autres, sur ce sujet, 
Bull Soc hist prot fr., loc. cit.) [Fernand U-bkbtI 

ABBACEi.Lt, AtUTIKCELLA, ABBA'lUN- 
CELLA. Anciennes formes d'Appenzell. 

AKBAS, ABBATUS, forme latine du nom de la fa- 
mille Ae.T de Zurich Voir Afit. 

ABBATUCCI, Joan-ClWI'lOS. Général français à la 
mémoire duquel Moreau lit ériger en 1801 un monument 
au bord île la route de Saint-Louis à lluningue où repose 
sa dépouille mortelle. Descendant d'une ancienne famillf 
corse, très considérée, fils du général Jurques-Pierre, 
* 1771. i à Zicavo. Xommé adjudant et chef de brigade, il 
se dislingu i sous Moreau, dans les campagnes de i'armée 
du Rhin el il" la Moselle. Le passage du Rhin du 2ô o :to- 
bre I79G, à lluningue, s'opéra sous la protection de la 
brigade d'Abbalucci. Moreau ayant laissé une division en 
arrière pour surveiller le passage ilu Rhin le général 
Abbatucci fut chargé de la défense de la tête de pont et 
de l'Ile des Cordonniers dont il mit les ouvrages promp- 
ti'in nt en état. Les Autrichiens apparurent le 28 novem- 
bre devant lluningue pour en faire le siège et tentèrent 
le 30 novembre un premier assaut infructueux, mais au 
cour- duquel le jeune et vaillant général \bbatucci fui 
m rlelleinenl atteint. Il succomba le 2 décembre à ses 
blessures. Lors du siège de Huningui en ISI5, auquel 
les Suisses prirent part, le monument fui détruits ec 
les parapets de li forteresse, mais reconstruit en I82S. 
Il est un but d'excursion très fréquenté des Bàlois, — 
Ad Dû hier el Th. Stocker : General Abbatucci dans Vom 
JurazumSchwarziralri, vol 5, p 241, [ J. Gt.l 

ABSAYE, AEBATIA in ail Ableij. L'al.l. i y •• es 1 
un monastère gouv< rué par un abbé ou une abbesse C'était 
primitivement chez nous le cas de tous les monastères qui 
étaient indépendants les uns des autres, quoique vivant 
sous une règle commune, dérivant de celle de sainl Col im 
ban ou de sainl Benoît. A cette première période, appar- 
lii un. nt l< - sibhayi - de Romainmôtier l i-50 env. , de Saint- 
Maurice (5I5 - - laquelle a pu succéder à un autre établis- 
sement religieux - de Saint-Gall | fin du VI- siècl : , de 
Sainl-Thvrse à Lausanne ÔSI) env.). de Disent is 61l>, de 
Baulmes 1532 1. de Moutier-Grandval et de Pi illcrs [VII*). 

En 910. le duc d'Aquitaine donnant le village do Clnny 
à l'abbé de la llalme en France provoqua sans -''-n douter 
la cré iti.i'i d'une ■ nn^ i ég ilion pu i aille qui inl I I 

— ou plutôt développa - le principe de la dépendance. 
vis-à-vis d'une maison-mère, de toutps les maisons sui- 
vant la même règle Seule cette maison-mère Cluny, Sa- 
vigny) porta fi- titre d'abbaye, les autres n'étant que de 
simple • i ; n . . :. i; ,,. ... ' . 92g , |\v.erne 
/9G'i). Lutrj (1023 . Cependant, au XV- siècle, Cluny se 



relâcha de sa règle: Payerno redevint abbaye en 1442. 
En ontri.', dans la Suisse germanique, dos monastères 
continuèrent à être créés avec d'autres règles et conservé' 
rent le titre d'abbave : Einsierieln |9W), Mûri 1 1027), Saint- 
Allian (1090 env.). Puis, au XII siècle, les Cisterciens et 
les Prémonlrés maintinrent ce titre à leurs maisons. 

Au commencement, les abbés étaient élus par les évo- 
ques. Au VII e siècle, les rois, le« grands seigneurs s'em- 
parèrent de la nomination des abbés et des abbayes eux- 
mêmes. L'empereur Charlemagnc et Louis-le-Pieux 
remirent, dans beaucoup de cas, aux moines eux-mêmes 
la nomination de l'abbé, mais cette règle subit bien vile 
îles dérogations, et dès le milieu du IX' siècle, on vit de 
nouveau des laïques slil.és commandataires. tel le duc 
Hubert, abbéde Saint-Maurice en 866 L'ordre de Clun\ 
lit rétablir la règle canonique do l'élection de l'abbé par 
les religieux, et dan- mer.' pays cette règle a désormais 
été généralement observée, quoique parfois les empereurs, 
les comtes de Savoie, etc., soient intervenusaliiisivement 
dans cette nomination. D'autre part, en vertu du système 
de réserve, la com de Kome nomma souvent directement 
dès>XV« siècle, aux charges abbatiales. 'M.-iv Rky.mo.nl 
ABBAYE. Voir aussi COHPOI'.ATIOXS (ZÛNKTE). 
ABBAYE (C. Genève). Ce ternie a été employé à Ge- 
nève pour désigner des institutions très diffén ntes. 

1" L'Abbaye désignait une Confrérie militaire compo- 
sée de jeune-, gens. La plus célèbre s'appelait l'Abbaye de 
Saint-Pierre, elle avait à sa tête l'abbé, capitaine de la 
ville, ou capitaine général. Celle confrérie, très impor- 
tante, soutint tout d'abord les droits de la communauté 
contre les usurpations du comte de Genève, elle est citée 
en 1293. L'évoque redoutant rinlluencc de ces citoyens 
exigea la suppression de l'Abbaye, cette année-là. Malgré 
cela, on In retrouve très vivant" les siècles suivants. A plu- 
sieurs reprises, elle fut abolie comme dangereuse, puis 
reconstituée à nouveau. L'abbé de Saint-Pierre devint pro- 
bablement dès I52fi chef militaire des forces genevoises. 
On connaît les statuts de l'Abbaye, adoptés en 1-491. Les 
membres de l'Abbave appelés aussi Enfants de Genève 
étaient connu- par leur turbulence et leur indépendance. 
Celte institution qui fut l'instrument de toutes les luttes 
politique.-, sub ista après la Réforme, el devint entre les 
mains d'Ami l'errin. capitaine' général, le grand appui 
des Libertins. Après l'exécution des chefs de ce parti, le 
Petit et le Grand Conseil, par un édit. supprimèrent pour 
toujours en août 1553, la charsre de capitaine général. 
Cet édit fut confirmé par le Cou-' i! général 
Les membres de l'Abbaye qui, avant la Réforme, avaient 

| pour patron saint Pierre, devaient être munis d'armes 
offensives et défensives, ils devaient prêter main forte à la 

J justice et sorendre, ponrobvicr aux désordres, au lien de 

' rassemblement fixé par l'abbé (cf. p mr les noms l'ar- 
ticle Abbé). 
2° L'Abbave désignait des Associations de quartier, 

1 qui semblent avoir groupé des citoyens ,1" benne vol inté, 
pour travailler au bien public venue il en ex re 

i Berne sous le nom de o Leist »)• Ainsi, en 1537, on parle 
de l'Abbaye du Bourg de Four, qui s charge di i 

; un des boulevards do la ville, celui des Belles-1 i : i ■ 
possédait une maison sur la pi le . mai nous ne connais- 
sons pas s. s statuts. 

3" L'Abbaye, synonyme rie .îr.T/so/ieomnmjte, de caba 
ret, où l'on se réuni aiter de la guerreel de la 

garde de la vïll : Le 29 avril Inifi, le conseil des CC. in- 
terdit l'usage des tavi i tu -. 1 1 décide d établir .i 
officiels on abbayes tenus par des gens de bien el régis 
par des ordonnances sévères Cinq di ces maisons furent 
établies: au Bourg de Four, au M.. laid, à Loncemalle, 

: à X. P. du l'ont et à Sainl-Gprvais. Mais ces établisse- 
ments n'eurent qu'une courte duréi el fuient supprimés 
le 22 juin lè'di t. R1.1 

Voir L. Sordel . I> ; Abb ni i Sociétés lai tues de 

Genève, if DU l. p. I el suiv. - F B. G G ililfc : Ge- 
ii,-.- hist . u •■/,.' i : ie. T. I. p. 328 et suiv, — 

\ iv Babel II toire oirpnrative de l'horlogerie et de 

: l'orfèvrerie. M DU 33. p. 10. 

ABBAYE i:. Vaiiil Ce terme signifie ici: I" Fête 
locale, spéci rie à I i jeuni - ■■ l'éqim dent de la / 
d i canton de Fi i bourg et d I ■ canl Geni 

Elle doit dans les trois cas tirer son origine d'une fête 



a hua vi«: 



ABBAYE 



tir et attractions. 
tic l'Arc. Nom 






paroissiale annuelle. Actuellement, clli 
dans un cortège, un bal, avec carrousel 
2» Sociales et confréries. I. Abbay< 
ilonné à plusieurs sociétés 
,|e tir à I arc du canton tle 
Vaiul.A Lausanne, il existait 
déjà au moyen âge une con- 
fi érie îles ai baléti ii rs dont 
on a les statuts datant il» 
XIV" siècle. L'Abbaye des 
ni-bles archers de Lausanne 
fut fondée en 1691. En 1812, 
elle acquit les terrains à 

I est de la place Montbenon 
où elle construisit le bâti- 
ment que la société possède 
encore. L'Abbave de l'Arc 
île Vevey date de 1694, celle 
dcMorgcs remonte sous un 
autre nom au XVII' siècle. 

II i n exista d anti es ail- 
leurs qui ont disparu. - 
lillY S. — F.d. de Cons- 
tant: Résumé historique sur 
l'Abbaye de l'Arc de Lau- 
sanne, 1849. - Eug. de 
Mi Net, Notices sur la so- 
, irté du Grand Mousquet, 
ainsi que sur In société de 
l'Arc (de Vcvev). M R.l 

2. Abbaye (le tir. Dé- 
Mgnation usuelle en Suis- 
i Dmand -. ;-n icRrlranent 
dans le canton de Vaod, t__ 
des anciennes sociétés de 
tir ; elle s'applique aussi Abha 

aux rtrs et réjouissances e " t'-' J "'i '■' 

populaires qui étaient et 

sont encore organisées par ces sociétés. T. a plus ancienne, 
remontant à l'époque de la domination savoyarde et ra- 
re i nui parles liernois, est la milice bourgeoise de Grand- 
cour, connue dès le XIV" siècle. A partir du XVI" si i ! . 
ces sociétés organisèrent des tirs à loi-eau Tir du pape- 
îay) d abord à l'arc, plus tard à la carabine. Le gagna«t 
était pour l'année déclaré roi du papegaj et joui: ait di 
libertés et de dmits importants, légalement reconnus. Le 
mot d'abbaye est adopté au XVII' siècle et devient courant 
m XVIII e . Les prix consistaient en ustensiles de cui\ re et 
d'étain. — Voir : Fréd. Amiguet : Les Abbayes vaudoises. 
Lausanne 190V. — Sic. Couteau : Archives de la Soc. de 

\rquelmse, 1474-ISV7. Gi nève IS7-] 



n'eurent plus lieu que ton 
et plus tard à intervalle I, 
A partir de 1797, un a rec 



les trois, puis tous les 
mcoiip plus long et un 
urs à un élémi nt nom 




■ ■ 



■des Vi 



veuir d-. I.i Fête des Vi, 



par la Patrie suissi. i.l'uot. de Boisoauas.) 

glorification des quatre saisons avec attributs mythologi- 
giques. La fête des vignerons do 1SI9 introduit pour la ' 
première fois un groupe de viens Suisses. Elle compte 
déjà 730 II rin mis et 2000 sp ictateurs Chacune des fèl' - 
sur.anies en 1333, 1851, 1805, 1889 et 1905 surpassent la 
précédente en splendeur. François Grast écrivit la parti- 
tion de IS5I et 1805, celle de ISS9 est du compositeur 
Hugo de Senger. Tandis que le texte était précédemment 
demandé à plusieurs poètes, en 1905 on s'adressa à un 
auteur unique. René Morax. donl le poème a été mis en 
musique par Gustave Doret ; les costumes ont été dessinés 
par Jean Morax et le- ballets réglés par Michel-Ange 
OIIYl.p. 7-11.- d'Alessandri. Les grands prêtres de l'aies et de Cérès 



chargées Celte fête 
comptait 1122 figu- 
rants et les ti I 

éi i r '■■ s *»! la l'luce 
du Marelié otTi irent 
12 500 pi ici - assises. 
- \o\rDHV. I.pn es 
11-13 avec bibliogra- 
phie. J.OO 

ABBAYE (t-'| C. 
Fribout g, I 1 Gi uyèi e, 
Coin. Soi •ns. Voir 



Glossaire dupatoisde Blonay dans Mil!:, o. 1. Lausanne 
19+0. 

3. Abbaye tien nobles enfnnts. Il existait à Lau- 
sanne, à la lin du moyen âge, une société de jeunesse 
appelée l'Abbaye des nobles enfant.- do Lias mne, qui causa 
n ir .. . déportements de grands désordres en ville de 1530 
a 1536. Son dernier abbé, Ferrand Lovs, pi it pai t à la d ?- 
pute de Lausanne. Cette abbaye fut dissoute par Berne en 
lôiô. ce qui n'empêcha pas son chef de devenir bour: 
mestre de Lausanne. _ NI '>• 

i. Abbaye des Vignerons. Confrérie à Vevey, XVI 
siècle, appelée primitivement n Vénérable Abb ive de l'Agri- 
culture » et placée sous le patronage de saint Urbain. Le but 
essentiel delà confrérie est de développer, améliorer et sur- 
veiller la 'culture des vignes. Le plus ancien dooi nt de DGS Domaine avec 

l'Abbaye est une chronique commencée en 1647, par son . dépendanci 
président (qui porte le titre «Sa Révérence le seigneur 
Abbé"), Chrétii n Montet, et continuée dès lors. L'incendie 
di - plus anciennes an hives de I i confrérie, qui aurait eu 
lieu en 1688. est du domaine de la fable. Le très .rii r esl ap- 
pelé o Connétable d, l'huissier « lloqueton «. U-puis le XVII' 
siècle, la confrérie qui iouissail de dm a - privilèges, oi a- 
nisa à l'occasion de la visite annuelle des vignes un rorlégi 
^ ,■■ lé |i irade i n In a . id . Sun i d un banqui t. Le corl 
comportait des arrêts sur plusieurs places di la ville avec 
exéi ulion de dans - et chants, llgurant les divers travaux 

de la vie agricole et viticole : ces repr mations pa 

jours plus au premier plan de l'organisati nd 
Ln coaséqui nce de leur ampleur et luxe croissants, elles 



seul changés en rôles de prêtres es dont M a,es Ti 
CtWelti-flerZi -furent 




loin de l'ancien cou - ' -,' - » ,' , \ 
vent d llii.nilimont )j . , • \ 

donl ,1 faisail parti ; , M ' 

jusqu'en I - I \ou ; y. .. 

lllMII.IMOM Ci ^^^.^^e,. 



ABBAYE (L'( C 
i.. : d : pri 
lI I' du - L'ori- 
gine de ce n m pro- 
vient d'ui pi' ; i iété 
importante de l'Abbave d'Abondance. Voir AnOSbANCK. 

ABBAYE (V) C.'Va id. I). La \ dl.'e. V DOS 

Commune et paro e dan- la haute vallée de Joux. Tire 



i: i 



de la !•'■•!. • des VI 



2G 



AIlliAYK nr lac ni: JUIN 



ABBKT 



son nom Je l'ami, n couvent Je l'Abbaye du lac de Joux 
(voir cet article). I.e village doit son origine aux libertés 
qu'en 1307 Aymon de Montfcrrand, en qualité d'avoué du 
couvent, accorda à tous les colons qui viendraient s'éta- 
blir dans eus solitudes boisées. In des premiers l'ut Vinci 
Hochât de la franche Comté, qui obtint de l'abbé en 14S0 
pour lui et ses trois lils la concessi.ui des forces hydrau- 
liques de la Lionne à I usage Je hauts foui neaux, de for- 
ges et du mari ts, avec le droil de prendre librement 

dans les forêts du couvent tout le bois dont ils avaient 
besoin. L'Abbave fui séparée en 1571 de la commune du 
Lieu qui embrassait toute la vallée de Joux. Le village 
fut en partie détruit par le feu en 1833 : déjà en 

1654, la cure avail été i ndiée. L'église actuelle 

date Je 1865. De l'église primitive il ne subsiste plus 
que la tour massive antérieure au XlY'siècle. Importante 
trouvaille de monnaies du temps de l'évêché de Lausanne 
et i\us barons de Vaud. — Commencement des registres 
paroissiaux pour baptêmes ItiiO, mariages 1630, décès 
1728. - Voir l>IIV 1. 1914. [H Bu ' 

fcBBAYE DU lac DE JOUX (C. Vaudi. Ancien 
couvent de l'rémontrés dans la haute vallée de Joux, 
fondé aux enviions de 1126 par le moine Gosbert, un dis- 
ciple de saint Norbert de l 'remontré. La fondation fut con- 
firmée en 1127 par l'évêque de Lausanne, Gui de Fauci- 
gny. L'abbaye fut richement dolée de biens et de fran- 
chises par Ehal I. seigneur de La Sarraz et de Grandson, 
qui se réserva l'avouerie pour lui et ses descendants. En 
I31S l'avouerie passa à Louis de Savoie et devint ainsi la 
propriété des seigneurs de Vaud. Le couvent s'appela à 
l'origine Leoita (du nom du torrent voisin, aujourd'hui 
la Lionne,, puis Humus Vci, plus tard Abbulia Lacus 
Couru fiisis. enfin abbaye du Lac de Joux. Le couvent 
teeut de riche- donations, de sorte que bientôt il 
eut des propriétés étendues et qu il possédait le droit 
de patronage sur de nombreuses paroisses du pav.-, 
de Vaud. I.cs moines essaimèrent et fondèrent les 
couvents de Humilimont, de Fontaine André et de 
Bellelay. L'histoire de l'abbaye du Lac de Joux est 
-riche en vicissitudes. Iié|j en 1149 des litiges au sujet 
d'un acte de ression s'élevèrent entre l'abbaye et l'an- 
cienne et célèbre abbaye des. Bénédictins de Saint- 
Oyend de Joux. que Charlemagne aurait investie de la 
suzeraineté sur toute la vallée de Joux. Lorsque l'abbé 
Jean de Lulrj eut dilapidé le- biens du couvent, ce der- 
nier fut évacué en 1323 et, pendant sept ans, gouverné 
par les seigneurs de La Sarraz. Kn Vi'.Vt, le prieur Jean 
Giiastron, qui n'avait pas été nommé abbé, voulut empoi- 
sonner l'abbé llumliert Bclvaz ; en punition, il fut livré 
au chef de I Ordre. Dans la nuit du 17 août 1361 les habi- 
tants de Romainmôtier pillèrent le cou, eut et maltraitè- 
rent les moines; le bailli de Vaud 1rs condamna pour ces 
méfaits à Je lourdes amendes. L'abbé Jean de Tornafol 
fut assailli en l'iNS par quelques bourgeois du Lien qui 
l'obligèrent à les affranchir de certaines cordées dont il 
le- avait grevés. L'abbé Claude Pollens embrassa la Ré- 
forme en 1530 et épousa une nonne. Le; autres moines 
restèrent fidèles à l'ancienne foi et émigrèrent. En l'a- 
ies commissaires bernois confisquèrent les biens du cou 
vent au profit de l'Etat. En 154-ï, ce que le couvent pos- 
sédait dans le village de l'Abbaye fut acheté en grande 
paitie par Claude de Glanne, seigneur île Villardin. Les 
bâtiments du couvent formaient un carré long entouré 
d'une forte muraille avec deux ailes saillantes du côté du 
N. L'entrée s'effectuait par un ponl-levis jeté sur la 
Lionne II ne reste plus aujourd'hui de toutes ce, cons- 
tru< : : m qu une tour carrée. L'église primitive, en bois, 
fut reconstruite en pierre aux environs de 1330 par Aymon 
de la Sarraz. — Liste des abbés: Gosbert 1126. — Tlîierrv 
1141. — Richard 1144. - Etienne 1149-1157. - Gauthier 

1108-1177. — M UN). - Nautelcn v. 1192. - Nicolas 

1193. -- Guavmar 1215-1217. — Humbert 1219-1247. -- 
Guillaume 1219-1201. - Gui 1263-1265. - Jean de Breti- 

gnv 1273 I-J7S. _ Rodolphe de Monnet 12S3 1239. - J 

12UÎ - N'i. olasrî 1301 - Pierre 1302 1318. - Guillaume 

Heniz ."■ 1311. - 11.-. I 1319. — Jean de Lutrv 1322- 

1321 - Jaq . - Il mm I 1327-1333. - llumb. i ! liclva'ï 1334- 
1336. -- Louis de Senarclens 1336 1369. -■ Pierre Mavei 
137" I3SS. - Henri Mavei 1385-1419. - Jean de Jougne 
1419 1423. Guillaume Je Beltens 1124-1457. - Nicolas 



Je Crufli 1458-1477. Nicolas Garillat 1477-1483. - Jean 
Pollens 1480-1484. - Jean de Tornafol 1483-1511. - 
Aymon Jaquol 1509. - Jaques Warncy 1513-1518. — 
Cïaudi d'Estavaver 1519-1534 - Sébastien de Montfal- 
don 1534-1530. "- Claude Pollens, dit Retiens 1536. 

- Voir l/IIV i. 1914. ,11 Hk.1 
ABBÉ (en ail. Abt) en latin abbas de l'araméen abba 

= père, préposé d'une abbaye non ce moll. 

Les chefs >\r- confréries laïques de Genève, portaient 

le litre d'abbé. Le plus célè jlait le chef de la grande 

confrérie militaire, l'Abbaye de Sainl Piei re (voirAnBAYE). 
Ces abbés jouèrent un rôle imporlanl dans les luttes po- 
liiiqnes genevoises. Il-- furent appelés aussi Capitaines 
généraux. Avec Besançon Hugues, l'Abbaye soutint lis 
aspirations patriotiques des Genevois. Jean Philippe re- 
chercha par contre la popularité, puis soutint le gou- 
vernement de Berne contre celui de Genève. Ami Perrin, 
chef des Libertins, acquit une grande influence grâce à 
l'Abbaye; mais il entraîna avec lui la .-oppression et la 
disparition de cette institution en 1555. 

Liste i\>:i abbés et capitaines généraux connus : 1375, 
Jean de Hougemont, chevalier. — 1450, Hugues de Bour- 
digniDS. — 1475, Antoine de Montchenu, sire et baron de 
fermer et Montchenu. — 1476, Etienne Pécolat. — 1491, 
février. Rôle de Pesmes. — 1491, mai. l'une Baud. — 
1508, Jean 'façon. -- 1522, Besançon Hugues; Etienne 
Dadaz. son lieutenant. — 1531, Jean Philippe. — 1535, 
Baudichon de la Jlaisonneuvc ; Pierre Vandel, son 
lieutenant. — l.'o.. Jean Philippe. — 1510, Ami Ban- 
diéres. — 1515, juin, Claude Pertenips. — 1514. juillet, Ami 
Perrin, cassé en octobre I.YiT. rétabli eu novembre 1518. 

Avant la Réforme, il existait aussi un abbé, soil capi- 
taine des paysans, qui commandait les paysans de la ban- 
lieue, soit dès Franchises genevoises cl peut-être ceux d. - 
mandements épiscopaux. Cette charge semble avoir été 
peu considérée. [L.B1.] 

.Voir: L. Sordet, Des Abbayes et Sociétés laïques 
à Genève. MBG'Ï IV. p. 1 et suiv. - J. B. G Galillé : 
Genève historique ci urchéologhtae, II., p. 328 et suiv. 

Jlaus le canton de Vaud. le chef de la confrérie des 
vignerons portait aussi le litre d'abbé (voir Abbaye hes 

\ [l M ItONSI. 

ABBERG ou AB BERG, Pierre. Membre du Con- 
seil, à Berne, de 1321 à 1341 : fut intendant de l'hôpital du 
Bas, de 1322 à 1328, puis grand intendant jusqu'en 1334 : 
était probablement marchand, parce que, en 1318, il re- 
nonça avec d'autres marchands à ses droits à propos du 
vol commis au détriment des seigneurs de Gcroldsegg et 
de Strasbourg près du bourg de Schwanau. Il était riche 
et possédait la seigneurie Auf dfin Berg au-dessus d'Le- 
tendorf pris ïlioune, où on voyait il a quelques dizaines 
d'années les restes d'un manoir, peut-être sa résidence, 
m aval du Kurhau- Uetendorfberg ai tuel. Son sceau (sur 
une montagne à cinq copeaux, deux cornes de chamois 
ou d-, bouquetins) a été adopté par l'hôpital, fondé par 
sa fille Anna Seiler. actuellement l'hôpital de 1 lie. — 
Voir FRli 5-7. [H. T.] 

ABBET. Nom qui se rencontre liés 1438 (voir Grosse 
d. Martigny, Archives cant. Sionl dans plusieurs régions 
du Valais "avec des orthographes variées. Il exista ou 
existe encore dis Abbel à Saint-Luc, Abbé à Grimcntz, 
Vissoye, Abbey à Miège. Ces lues formes du nom re- 
cueillies dans' li district de Sierre, soui vraisemblable- 
ment de même souche. Ans; Verrières (Neuchâte! 
au début du XVI s cli . Jean Favre dit Vbbi C franc-h: - 
bergeant et père di quatre fils, Guillaume, Claude, Jean 
et Pierre qui lais iirent de la descendance du nom de 
Abb l. mais dont aucun n'est lu ...u, hc d. - Abbet de Vol- 
lèges, comme un l'a dit parfois. La famille Abbel dont 

- il : issus les personnages qui suivent est originaire de 
Voll dans le d I d I ntrem mt, d'où elle s'est ré- 
pandue notamment à Fully, .', Martigny et à S;.xon. Citons : 

I. Joseph, avoi itet ofil ier instructeui père du n" S), 
* \- :; juin 1^1 i. à Fully, j- à Sion 1- 15 février 1853. 
Etabli avocat à Sii n, H s.' signala en IS12 devant le 
tribunal d'- Surre en combattant le .principe de la peine 
capitale. Kn 1843 il est nommé lieutenant-instructeur 
Je l'Ecole spéciale d'artillerie, capitaine d .n- la suite et 
u recteui de l'Arsenal. Président de la Société la Jcw e 
.Vuiije dont le nom reste attaché aux troubles politiques 



ABBONDIO 



AlthAMslNC 



•i" 1 



- - 



il lo Valais vers celle époque, Abhel | 1 

a celte qualité au lir cantonal de Mouthev 

de ' \ê\3, el, l'année suivante il signe avec Alphonse 

Morand secrétaire, les statuts du Comité cantonal 'le lu 

.Jeune Suisse du Valais » édités à Paycrnc en 1844. Il 

■déliera aussi, comme secrétaire (Maurice Barman, pré 

-i.K-nii la proclamation du Comité de Martignydu 25 avril 

ts',1 par laquelle cette organisation déclare se substitua 

■,„ . gouvernement impuissant ». Après la délaite des 

iiliéraux au Trient ("21 mai) el l'adhésion du Valais au 

- mderliuud, il dut se réfugier à Bcx, jusqu'à la lin de 

|sV7. Sun nom apparaît encore comme secrétaire du 

lirnnil Conseil élu au lendemain de Ici capitulation du 

Valais (janvier 1848). [L. '"■ 

■J .loxi-ph. Al.hé de Saint-Maurice, évèque in pari. inf. 

do Bethléem. * le 23 oct. 1847 à Vince. dans 

__,. lu commune de Vollèges, il lit ses études au 

: ■'}' i collège de l'Abbaye de Saint-Maurice, où, après 

•J% avoir reçu l'ordination sacerdotale en 1871, il 

'.'h: i '■ professeur dans les cours infé- 

' ! :. / rieurs, puis vicaire de Rugnes. Xluis il ne 
, '' li ,.,!.i )•..- à èlie rappelé dans les degrés su- 
^^ périeurs du professorat et enseigna pendant 
nom lire d'années la rhétorique an gymnase de Saint-Mau- 
rice jusqu'à son élévation aux fonctions de prieur claus- 
tral ,t de professeur de liturgie. A I. ri de l'abbé Pac- 

..!..!. mua, -nu.' le G avril l<J09, 1- chapitre abbatial lui 
il, m h. nt. !,■ 21 avril Minant, comme successeur, le prieur 
claustral Abbcl, qui fut sacré évèque à Saint-Maurice le 
l'J septembre de la même année. En Util après la mort 

■ !.• M.t I'. 'm . • M ■■■■ Joseph Abbet fut chargé par le Saint- 

• • .1. I administration intérimaire du diocèse de Eau- 
...II,,. , ;• à Ci.... x iMoirlhey) 3 août 1914. I.. M 

.1 .lnlf — H:tmitr. lCvêqm de Sion. paient du précé- 
dent. * a Bcx le 12 sepl. 1845, ■;- le 11 juillet 
IU1S. Ii. '.pu nie les écoles de Martignv et 
wnnase de Sion. l'ail sa philosophie à ïîri- 
! . i poursuit ses étudesde théologie à ITui- 
| ii-rsilé d'Innsbriick où ses professeurs furent 
• . Steitihuber, llui 1er, Jung et Jungmann.el après 
'' avoir été ordonné prêtre le 26 juillet IS70. il 
obtint le grade do docteur en théologie en 1872. 
Il <i<i>ut.i dan: la vie pratique comme professeur au eol- 
... de Sion, devint le 24 fév. 1880 chanoine et curé 

■ I. ■• Ile ville, tout en enseignant l'histoire ecclésiastique 
au séminaire et le droit canonique i l'Ecole de droit. 
Elu, par le Grand Conseil, coadjuteur de l'évêque Jar- 
dinier, avec droit de succession, le 19 février 1S95, et 
préconisé comme tel par le Saint-Siège, le l"oct., il fut 
sacré évèque le 2 fevr. I89G avec le titre d'évêque de 
liuade m part. Depuis la mort de son prédécesseur, 
survenue le 26 fevr. 1901, Mgr Abbeta été titulaire de I é- 
vèrbé. Son ouvragi : Trois mots sur l'Eglise (Friliourg 
I88U) a été réimprimé; ses brochures : Sur les mariagrs 
mixtes e\ Dccnlogiu des citoyens chrétiens, ont soulevé 
di vives polémiques. !.. Xl 

ABBONDIO. Voir Aboxdio. 

ABBUHL. Nom de famille (Bùhl = colline, repré- 
senté actuellement parmi les communiers de Dârstet- 
i"ii. Guttannen, llasleberg, Innertkirchen, Lauterbrun-- 
"it h. Meiringen. Oberwil et Wilderswil dans l'Oberland 
I- mois.— 1370, Jean à Uelendorf.— 1431, Il uni. Ammann 
à Eri. n/. - 1603, Jacques, lieutenant-civil du Bas-Sim- 
inental. — Michel do même, en 1615. — Isaac, banne- 
rct du Haut-Hasli, 1727-31. [H. T. 

Isnac et Kieolus. Pâtres du Ila-li bernois, victi- 
mes avec quelques compagnons d'un assassinat sur ter- 
ritoire uranais, alors qu'ils revenaient d'une foire de 
Bellinzone en août li>16. La Diète de Ha.leu eut à s'occu- 
per de ce forfait et Uri s'engagea à purger son territoire 
des bandits qui l'avaient commis. — H. Hartmann : Ber- 
ner Oberland, 2. 1913 ; p. 68 et s. [H.Kr.] 

Arnold, Guide de montagne, * 177S f 1830, de 
fi à Guttannen. Il était domestique à l'hospb e du Grim- 
scl lorsque, le 25 juillet 1812, les frères Jean-Rod. Hic- 
ron, IcD' Bod. et Gotllieb Meyer et le 1>' Thilo. d Varan. 
I engagèrent comme guide ainsi que s. m futur beau-frère 
'• i pard lluber. el les Valaisans Bonis et Volker. Jusqu'au 
•■sept, il les accompagna durant I i traversée de lu n , ion 
du r'insteraarhorn et du glacier de l'Aletsch. C'est à lui 



que revient le mérite d'avoir le premier, avec les deux 
Valaisans, atteint la cime du Kinsteraarhorn. Le 3 sept., 

avec lluber, il conduisit les i stes à Urindelwald par le 

passage de la Slrahlegg I première traversée). S'élant marié 
le 2K mars INIC. A. s'établit à Bodeii. près d.- Guttannen. 
En 1828, il accompagne le prof. E -.1. Mugi dans la réj ion du 
Kinsteraarhorn. emporté par une avalanche le 3 mars 1830, 
il péril avec sept autres camarades non loin de 1 hospice 
du Grimsel ; son corps ne fut i elrouvé que le 26 juin dans 
le lae. Ea famille d.. -on lils AnMii.ti éinigra en Amérique 
vers 1n.i0-1K.71.— Voir: Ileheaii) il. h'.isqehirge im Sommer 
1SI-:, Aarau 1813, p. 6. I6-2I, 38-45. - Alpenroscu 
I827, p 310, 352 et 1852 I, N WII-XN X VIE - J.-R. W'vss: 
llcisein das limier Uhi-rlaiiil, 1817, p. 7.73. — F. -J. HÛ-i : 
XaUtrhhl. Alpi-nrrisr 1830, p. 170-173. • Il n. 

AB burghalden. Eauiille .'i Ricsbneh et à Zurich, 

lirunl son nom du versant de la colline du 

Uurghôlzli actuel descendant du côté du lac. 

j . \, — Ulrich 1313. — Ee .7 ilrc. 1337, Jean et 

1 . 7/ ■") llitsm vendent leur propriété i urale au Burg- 

: 'H'é\!\ haldcii. depuis 1302 quelques membre de la 

\j.r : V\/ famille demeurent en ville (A.uf Dorf) et a 

\-' '/ Itiesbaeh. Ji VN. avover il'- la corporation du 

^- Cbumeau en1373et 1376 (Bapt.) ;— Jacques 

est uni bourgeois à Zurich 28 août 1401. — Armoiries: 

d'azur à un château d'argent aux toits île gui ulcs terrassé 

de sinople el brochant sur un chevron d'or. — Armes 

complètes dans Meiss et Diirstoler, Geschlechterbûchcr. 

IV l\ ir 3112. - Vôgelin : Ailes /.une/. 11, p. 476. — 

Zurich llùli- des Bourgeois 1. p. 209.- Rôle des impôts I. 

-- Voir lu UCll.M en:. K H 

KBCHURtlNG lïl'rnic allemand équi.valanl à fain 
le départ, partager, liquider!. Cinir, du bas. latin cura -i- 
finilie manse ecclésiastique, cure, el encore le revenu lire 
d'un béiiéliee. d'une prébende ; abehuren = partager, 
compenser le dit revenu d après cei laines règles. 

A l'époque de la Réformation des partages de bénéfices 
avaient lieu fréquemment, principalement dan- de- com- 
munes mixtes eu fait de religion, entre les doux confes- 
sions; le cas se présentait encore au cuirs des siècles sui- 
vants dans les bailliages communs, où l'attribution des 

P isscs à Eu in- ou l'autre église donnait lieu à d i con 

lestations. Plus lard, ce mol prit, notamment à Zurich lu 
signification de partage de la prébende courante entre 
curé ou pasteur démissionnaire ou ses héritiers et sou 
successeur. Les dissensions provenaient essentiellement 
de ce que la rentrée des revenus (dîmes, etc.) s'opérait ù 
des termes différents : ces contestations ont disparu de- 
puis l'introduction du paiement des prébendes en nu- 
méraire. La manière de régler les droits des héritiers 
d'un pasteur iou curé) variait à l'origine. Les héritiers 
d'un chapelain du Grossmùnster eurent, en 1532, la 
joui-.- a ne. de lu prébende du dé l'uni jusqu'à la lin de l'an- 
née de sa iiiiui. L'ordonnance relative au règlement des 
comptés des prébendes Ordinnig irie mann die PfrUcnden 
abeuren siille du G septembre 1592 (Arch. Zur. B. III ... 
p. 184j chargeait la commission des examinateurs de ré- 
gler cette qtiestion loi? d'un changement de pasteur. Au 
17' siècle, on institua à cet ell'et une autorité spéciali . les 
Abcltwherren [commission 0c partage). Une nouvelle 
ordonnance de 1710 stipula qui les ayants-droit d'un pas- 
teur qui aurait oci upé une cure plus de dix ans ne joui- 
raient de la prébende que pondant le trimestre après sa 
mort, tandis que la jouissance s'étendrait aux quatre 

trimestres sui\ ints. si le défunt avait été encluxrge n 

de dix ans; cette dill'ércnc'e fut abolie en I7">i, la jouis- 
sance de deux trimestres étant accordée aux un.- et aux 
autres. Les héritiers prenaient l'engagement de faire 
desservir, pendant ce temps, la paroisse d'une manière 
irréprochable soit par le vicaire, soit par le diacre du 
chapitre ou par un pasteur \oi-in. En 1717, ces disposi- 
tions fuient étendues aux Glaronnais, compris dans le 
traité de paix confessionnelle et. à partir Je 170.7. ap- 
pliquées également aux professi urs el précepteurs. 

Voir: SI. Il 1.731. III il'i t. rtlunts. hli : Mem. Tin 
351. - Wirz: Crsc/t. des Kirc/ten- und Sclothecsens II 
394. — Ballischwriler : Institatiimeu: 102,144. \V. L. W.l 

ABDANKUNG. A Zurich, depuis la Réformation, le 
prévôt de la corporation prom dl 
une allocution où il remerciait l'assistance des dernier: 



28 



Ali MF. M UERG 



honneurs pendus au membre détint ; c'était VAbdankuiw 
•ou le remerciement. Cette expression est devenue usuelle 
dans dillcrcntes contrées protestantes. Ainsi dans le can- 
lon de [terne, on donne le nom d'Abdankunga la prière ou 
a Poraison runèbre faite par le pasteur ou I instituteur De 
même, aux repas d'enterrement, debaptûme, de liane iiile« 
nu de noce, des Alidankun^en sont prononcées par le uas- 
leur.l institiiteurou l'un des convives. Après un me, mlie le 

paslcurencore.rinstitutcui n conseiller communal i-e- 

mercieaussi les sapeurs-pompiers. On trouve déjà au XVII» 
siècle dos mndèlesel'Abdanliiingdans les petits livres h,,,,,-;, 
mes (lits » Werhung-bOchlcin ... tels ceux de J. H. Sali or 
'•"'« IbOOel de II. Keller. instituteur à Winterbei - dins le 
comté de Rihourg. IH7Î). cl dans le ,, r'ormiilarhnclilein ,. 
del liislitiiteurS.Scliedius ii .Steflisburjr, 1(jlD, etc \.H 

AB dem berg. Nom porté autrefois par la com- 
mune zougoise de Menzingen, qui avec liaai et Aegeri 
formait le bailliage extérieur, en opposition j la ville de 
/.oug, avec laquelle .1 y eutenlente en 1376 pour adopter 
quelques dispositions communes. — Voir Dieratier ■ //<</ 
*mm>.. I - V/ II. n«54(5. v . w 

AB DEM HUS. A. Canton deSt-GaJl. Famille miiùs- 
lunaledescomtesdeToggenbourgà Lûtlsbourg est iden- 
tique avec les» vo.u Hi-i. a (Hausen. Coni lurchber" C 
Si -Gall?) de I2GS ? - 1. Ukrmann 1317-1324. - 2. Il7'xiii 
1300-1330. ministérial. - l/.\\\\-\. _ UStGUletW. 
— Ihommen, Urk. I n° 349. . y u i 

B. Canton de Zurich. 1. Berchtold. rcufem»ou , ab 
dem Mus... en latin de domo, 1233-1299 ministérial 
des Regenshcrg, habitant la ville de ce nom. — 2. Jean 
«a dem lluse », I29Ï bourgeois de Rheinau. — 3. Jean 
• ab dem (Jus » exécuté à Zurich en 13.10 comme un des 
conjures de la « nuit sanglante » de Zurich (appartient 
peut-elrea la famille des Ammiinnerde Zoug! - 4 Jk\n 
qui a envoyé en I3SG une déclaration de guerre à h ville 
,% ['■'[■}', est 3inaire de Thicngen (G. d. Daden). - 
17. V-VII. - QSG XVIII, p. 49, 121. ■>• en 

AB DEM HUSE, tterchtOld (latin DE DOMO), du 
brand Conseil de Lucerne on 1318; Ammann autrichien de 
Zoug en 1322, 1327, I329. I330, !.;:;:); bailli de Ruthenbourg 
en13i() 1342; juge du tribunal d'arbitraire de Lucerne et 
ronde de pouvoirs du couvent d'Einsiedeln en 1319: est i n- 
coremen|iO[inéeirl353. à Lucerne; lils du chevalier Jean 
ab dem lluse. Son sceau (1322-1337) montre une corne en 
spirale. I araîten 1283 avec L'LniCH de Domo qui paraît une 
autre foiscn I2S2. C'est probablement le même Jean qui 
avait reçu, selon un document de 1322, un liefdu cloître de 
.happe I : ,, voglei » à Ebcrtswil (C.Zurich). - Henri, écuver 
13-/, a possède jusque-là la «vogtei ..à Ebertswil, (ief'du 
comte Jean de Habsbourg. - Jean, lils du dit lierchtold 
l.iibavûyerel administrateur du chevalier Jean de Halhvil 
.m hailliage .1 h'sehenhach, avoyer à Mascliwanden I35S: 
son sceau est lu même qui celui de son pèiv. - Kopp- 

\Veber: h.,-. Itest, S, rodet Lu:ems I die Lu: 11,//. 

'''",'■' J JV.' c /'"i**;, dans ''' '■!•'■ 62 = lôp.2l3,note2; 23p. 293 
-UZl\-\'. X-XI.-. Si. -A. Zurich. Rappel. P. X. \v 
AB DEM TOR, TORE. I. Famille du conseil delà Vihe 

^Uriv-a^T^^ d u lM V c - me "'i°nnée de 1222- 
1.JI il. (...).',. Le nom allemand apparaîl en 1250- pré- 
cédemment on trouve toujours la forme latine *de Porta , 
- . «KWHOLn [1222-54). souvent témoin dans de, actes 
oe t.Anbaye. bourgeois de Zurich; est témoin en [-"3 
avec d autres ministériaux de l'Abbaye de Zurich, dans 
chnnitrn , r '"'.'." ,cll,:, " n " des comtes de Kibourg avec le 
chapitre de iteromunster ; approuve, avec huit autres 
te 0l,M «23.» (âpre, le G janvier), le privilège du roi 

l'enr co ,-nant la confirmation des propriétés du cou- 

^ntdcKappcldansleCastrumetleten-itoïredeXuriehét 
assure avec ceux-ci, en particulier à la maison près du 
f on i inférieur,! exemption de tout impôt. Le 17 décembre 
■-.. esl nomme membre du Conseil - -J ûtiio.v. 2«> mai I 
'-?'■ '■,"".• ' rep.vsonl.int de la famille à Zurich nui 
P"'f "M'ti'e attribué avec certitmle. - En l.'ifiti | 

',"7,;; *»""'"..' lans les rAles d'impùls ,|,. ,, 

'.'• .'"'',"" , A '" I or ..(actuellement la maison Zun, loi 

a la S orHeenga.se 13 ; I. ' ,., ,i, , ,„:. . ,,.,„„ ,,.; ; 

rôles ,l- l ,,.-!.»,., comme I, maison du sieur n ,.,„ 

"I! : ;' m . 7 ':"'- - hfiCOKHab demïor fut exécul 

C" de( ipit. . comme conjure d, la N .il .,,. lanle., L'n 

Rodolphe vom Tor, I3V2, (registre de l'hôpital itil/ap- | 



AD DER IIALDEN 

p.-.iiirni dans tous les cas à une autre famille Wilhel. 
mus » de Porta . en allemand « vom Tnr ». chevalier et 
du conseil de Zurich dans la seconde moitié du XIII 
siècle, doit être attribué à la famille noble « von Kloten » 

H. l-am.He éteinte d'Albisrieden mentionnée en I32S 
sans haisnn apparente avec la ramille de Zurich. 

Voir 07. I-I\. VI-Vll p 1.1.1 XI. - Znrchcr Stadl- 
bûcher I ,,. ',... _ s. Vôgelin : Das Mie Zurich I „ iSli 

raucr: ChrnmUder Stadl. Ziirlr/t (QSG 18 p 49) I n 

AB DEMTURM ou TURNE, très rarement vom .,„ 
IN dem t. en latin de TURRE .... turri. [•'amille 
;; , '""' M ' 1 '' min.steriaux des cuites de llappcrswil tirant 
Piobablement soi. nom de ■■ Turm im ïal ' (C. Schwvz 
Paroisse Aliendorfi. Nommée en I2.M .on,,,... faisant par- 

tiède h , chevalerie. N'eugarl (Codex dlpl j/c/jj. 

■ O) h donne comme armoiries : dora I:, t„„,-, i, -„M 
r î , ra,r p ' --"■ - '■ «Odolphe. curé à Kempten 
'Ç- Zurich) lia -2 IIouolphk (I2Ô.VI290) chevalier, mi- 
';"!' i;i ' '" conj"-- H. de Happersvvil el du comte K. d, 
i aisnourgel Ivibourjr, vend en 1207 à llegnau un terrain 
aux Lazantes de Gfenn (C. Zurich); n'a pa ,le sceau en 
propre; a pour remme II. •„,,,,, de Uaehi. fille de Henri. 
JopI'er(delala i milledemi.iistéri i ,uxdeRapperswil..voii 
pach.Jre le fitdes donations à Wettiugen ainsi qu'à l'ab- 
baye et a la prévôté de Zurich Sans le qualificatif de che- 
valier, lertODOLPHF.de 1299 n'est pas le même, le précé- 

f^T ^! 4 V l ^ c ''f?li.u.sllKN,i,(l3.19-!29G)etBOL-RCARn 
'I2GI-12961 étaient frères de Rodolphe (n- 2) - 5. An- 
NOi.Df 1293-129.,!, ^cousin d'un Henri (non chevalier) encore 
mentionne en I.M... - e. IIaiitmann s'emploie i la libé- 
ration des conventuels d'Einsiedeln retenu prisonniers 
par l.-s Schn-yzoïs. I3H ; esl curé .', Veu-Happerswil 1315- 
1319, à Brûtten (C. Zurich) •:;jj-|:!X,. à Ùfenau 1322- 
1dt2, chapelain et procureur de l'Abbé d'Einsiedeln et du 
couvent de Fahr 1321-132.1 ;ohil à la Ufenau. - Contraire- 
ment ; a i la supposition du / /. L'go, étudiant à Bolosne 
en 12GG, fail plus probablement partie des « vom Tur"n . 
de Lucerne. - 1/ M-VIII, \ _ o Rinyholz : Gcsch. 
des Shltes Etntirdeln, p. 175. - Gfr. 43 p. 250. - 
Urk. Stadl -A. liappcrsivil, n« 18 - JZB Altenelorf 
noir irfr. 2o, p. b. note 3 où se trouvent de plus am- 
ples renseignements sur cette famille.) k m 

AB DEM WASEN, aussi am, an dem W. Fa- 
mi le bourgeoise d,- Zurich, originaire d'L'ster (C Zu- 
rich) Peut-être ainsi nommée d'après un domaine à 
«etzikon, appelé en I32i «an dem Wasen .. et dont le 
nom s est perdu, Peut-être mul-i| chercher leurs descen- 
dants dans les Waser ou Wasjier (voir ces articles). 
Chu. fondes a lô«, à la prévôté de Zurich, à Zurzach. 
Armoiries: le sceau de Henri, bailli de Rappcrswil en 
l3io, poi-u- un ocu coupé au premier plein au second 

n r-/ 1 ' "PJ"' ""cn.lanl .',• r\bbe. ] t . Xotn- 

Uame de Zurich depuis 1309, bourgeois de Zurich en 1317. 
P, . l . u;l,; :' i ster '"'•'''' '•"' ;; '- 'I i n- I). époux d'Anna, 
tut tue au Moiynrten le 1.1 novembre 1315 -.1 n l'obi- 
tuaire de la prévôté. - 3. l-nÉiiKnic. chape lain et cha 
noinç de la prévoie de Zurich, li! d'Ulrich et de Ita se- 
on I obituaire de lu prévôté : obtient du pape I i 9 janvier 
K<1 ' dtsp, nse pour un défaut de naissance el esl déclaré 
apte aux b nelici 5 ecclésiastiques. - S liEiiciiTOLn. bour- 
geois de Zurich, G a ,i;l 1313. - 5. Henri, lils de feu 
Henri, cède en |.::: ,, a Henri, fils de son cousin Lîi - 
Rien t. la dîme de Xossikon qu'il tenait en fief du baron 
Ulrich de Bonstclten - G. Iaiiqits. i:«9. recteur de l'é- 
glise de Gossau (C Zurich), son sceau hVnre sur un acte 
de Uuti. - \oir aussi Am Wasen. - 1/ Mil XI. - 

-'"'!■ '",'■'"■ ,■"•■"■■, ' - ^traits du JZI1 perdu 

deTo<sdansI)urslole^r : G, irhlechtvrbiu I I ", , - ■'", 

N'i'scl,eler;Oo/,e S /„ ,, p -s. ' ' ' '' ,r„, 

AB DER HALDEN. r'ainillo de la commune de Hich- 
ei '=>"ll (I- Zurieli . l.niiisTi N, origm lire du Tu • n- 

';"" : -- v " '■''' '-''-•''» 17.12 apr, * y a '. t , domicilié 

'•■P', IIS , "" perlain teui| le J; , _ j. |-, „ |, ; Gemrimte- 

bueh derbeiden / e . ]:-■<;>,, , ,, 

I.nulr. physiologue. \é le il „,,,, |ST7 .', Olii ruzv ,1 

(Saint-l.alh, et,,,!,., f, |;.',i,. ,„, ,, ,,,,„., ,„ , 

en meelecine .r, , ■'.■ ■ r.-her d, u /' 

'"'' ■ i ««/ die Zitsamn .n . ;:,,,,., des Walt Devinl 
r agrégé de phj ioloj ie à l'I niversit, d I 



ABDEHMATT 

i ,, 1903 professeur et directeur de l'Institut physiologique 
, i Vcadcmie vétérinaire de la même ville. Depuis I9II il 
i.i professeur à la l'acuité il- médecine et directeur de 
l Institut physiologique de l'Université de Halle s/S. De- 
nui-i mil. membre d'honneur de la Soc. suisse îles Scien- 
[■,■■< naturelles. H a publié depuis IS9Ô près de 450 disserta- 

, s sur le sang, le lait, les hydrates de charbon, les 

l'albumine, les ferments, l'immunité, etc. Il 
Jiinjîe l:i publication .1,-: Forlsehrilte der nnturwiss. 
: , . ,, Imuy et de Eermentsfurseltuiig. — Ouvrages im- 
l„,rlants : bibliographie (1er gesaniten v.-iss. 1,1 ûber 
,/,.,i Mkohol \itid den Alkoholismus. Berlin 1904. - 
\ ,,,,-,■,• Ergebnisse der Eiweisschemie. Jena 1909. - 
llundbuch (1er biuchem. Ai-beitsmelhoden, S vol. Ber- 
lin l'in'.i |!i|', _ Uiuchcniisches llandlexilcon 9 vol. 
|;.-i-lin I9I0-I9U. -- iSimtliPse der Zellbausteine. Berlin 
1912. - l'hijsiologisches Praktikum. Berlin 1913. - 
I ,.',■!. >„■/, der physiolog. Cliemle, ;!. édit. Berlin 1914. 
\bwelirlermente, 4. édit. Berlin 1914. - Die Grund- 

I ; ., U H*orcr 11 hr-tmg. Berlin IJ917. - Depuis la 

[.lierre A. déploie une grande acti\ it.'- comme organisa- 
i. m de trains-lazarets, etc. — ■ lll'vers Kl . - Kûrscnm l'S : 
Ut. Eut. 101-6. — liiologenkalerïder 1014. Il- Br 1 

Prit/., rabricanl deel à Wattwil (Sainl-Gall), fS5l-191l. 
Homme politique influent el chefdu'parti libéral du Tug- 
p i'iibouig, depuis 1880 membre du Grand Conseil saint- 
. i|| :-. Comme fabricant, un de-, derniers adeptes du 
li-sage à main dans le Toggenbourg, s'adonna à l'in- 
du-trie ait) coton, puis devint fondateur et directeur du 
lissage mécanique de soie Abderhalden & C°. Co-fondateur 

di lit agi de Wattwil et premier président de 

I . . al,. ,1 . iis-i rgui ment professionnel de Wattwil, membre 
,!■ plusii urs aiitoi ités communales et du district, en par- 
hi i,|i,. v de c.llt s s en i-upant de l'instruction publique. - 
Mit. St. ti 1912, p. GS. Bt ] 

acdermatt, Martin. I 7 oiV Asdermatt, Mahti.n. 

AU DER RÙTI. l-'amille bourgeoise de St-Call. cons- 

• i.'-i dé- la seconde moitié du XIII siècle el éteinte en 

V pari ii du \\ siè< le, quelques membres de la fa 

li n ni occasionnellement parmi les autorités il" la 

i |i n- imp I ml ■ ri -li an. qui fut membre de la 

i |i iraii m di - !: ■ rancis, .1' puis Î4S9 dans les fonctions 
iniques, maître bourgeois en charge en 1507 et désigné 
cotiiim ancien maîlri bourgeois en I50*i. Il fut, durant 
ris deux années, également député de St-Gall aux diètes 
fédérales, et bailli d'empire en 1509; il reprit la plus 
haute magistrature en 1510 et mourut la même année. 
Matïhiki", surnommé « l'ancien », prédicateur évangéli- 
que et pasteur à St-Gall, appartient a l'entourage de Va- 



AB DORF 



29 



sans qu'un rapporl généalogique puisse être établi entre 
elles, foutes sont éteintes sauf celle de Ilerrlibcrg (Kûs- 
nacht). - Héritier de Habsbourg l et II. - l /. IV et VI. 
- ssi:, Zurich I, |>. 55. 

I. A Zurich, famille éligiblo au Conseil; ne peut Être 
identifiée avei les ministériaux de l'abbaye » In Ga en 
dont le nom Ijlin est ,/■■ l'Ialea ou d'r \'ieo il'/. Il, 
n" .s\->). iint peut-être une origine commune avec la fa- 
mille noble liit-ilii: le diacre Jka.n nommé Pellifex 
ipelletierj du 10 octobre 12GB étant probablement identi- 
que avec le diacre dictvs Aiidorf du 6 février 1270 et 
parce que ce dernier acte mentionne un !.. Putsch i et C. 
Pellifex diclus Abdorf, tandis que dans une autre charte 
du 19 août 1200, il esl question de Lii. et II. dicti l'iizin 
pellilices. D'autre |>:ut la dérivation du nom du quartier 
» Auf Doi f .1 ou d'une des familles des environs de Zurich, 



par exemple de cell 
blable ; il autres mu 
lieu au XIV 



lll.! 



ilît 



ADDICATION D'OFFICES. Il faut entendre sous 
i"i ' i-iii dans l'ancien droil public genevois la démission 
sollicitée par un magistral ou un fonctionnait e di son 

office ou de son u emploi ». Les Edita sur les o/'/iees 

•lr I,, Yillr .In -><j janvii i I5b8 prévoyaient i au ende el 

la peine d'être un an n confiné •• dans la ville pou.r le ci- 
toyen ou bourgeois qui refusait d'accepter la i> dignité», «of- 
lice », ou i estât « auquel il avait été ordonné pai le Con- 
seil des Tieux Cents. Voir Bi -ers des uh.uuies. Le Curie •/.■- 
iiernh de 1791 ,1 ivri VIII, Titre 15) soum -Hait les élus ;'. 
quelque charge ou rmploi, au Petit Conseil, an Conseil 
des Soixante el au Conseil des Deux Cents, à l'obligation 
d'obtenir leur o décharge », -il- abdiqua;onl leurs places 
"u refusaient d'exercer leurs fonctions. Voir Décharge. 
\.cslnis l ,nliliiiu,'s art. 179-480) de la Consiiliitiongeiieroise 
île 1794-1790, autorisaient au contraire les fonctionnaires 
publics élus par li peuple à donner leur démission au 
Conseil administratif, sans les soumettre aux formalilés 
<!•■ li décharge : celle ci fut maintenue, dans les piéroga- 
lives du ' lonseil représentatif, dans la Constitution gene- 

de Mil. (Titre lll. art. loi | ries fonctions de 

syndic-, li. utenanl et proi un m général. I' ■ les aulr. - 

décharnés le Conseil d'Etat était compétent Voir Edit* 
de lu llèpublii/ue ./. Génère (Gcnèvi 1707 in i . p. 25: 

Cnde i/rnerais lO 1792, in 8). p. 572; Constitution 

■: 'lier ,,-r ,Gi nèv. , I79S, in N, p. 117 : Ile, •■■ U ,-'., 
t I lISKi p. 22. K -k \r 

AE DORF . n AHDORF. 1 amill I h 

Ki =n n ht, Ib rrlihi iir. S.hlieri n, |!on<tetten, Wi ttswil, 
Biirerswil, Embiacb C. Zurich et Slallilbaoh C. Ai. 



Kùsnacht, n'est pas invraisem- 
igrations peuvent aussi avoir 




• su de. 

L'armoi ial d'Edlibach di 1 188 à Donaui schin- 
gen donne aux Ab Dorf bourgeois connue or- 
mrs : d'argent on coussin de gueules c4»argé 
dune boule (lii champ et orné aux qu;ilie 
coins de Hoc- de sinoplc à franges d'or, t'.i- 
mier : un chapeau d'argent soutenant le cous- 
sin de l'écu, un bâton (?) d'argent panaché 
d'or is-;int de la boule. Peut-être s';e_it-il iei 
de> armoiries di - Ab Dorf, de Kùsnacht, agrégés à Zurich 
en 1401, et qui avaient adopté les aines de leur commune 
d origine. Les armes données par Wôber (Die Mïilner v. 
■' '' r I p. \0\ij nt> firovionnent pas d'une sourei ancienne. 
D'autres variantes d'authenticité douteuse se trouvent 
dans Diirsteler K 17. n* 43. — 1. Le plu- ancien por- 
teur nu nom C[0Ntun], 19 mars I2M. — 2. Jt:\N dictus 
pellifex, diacre |I2GIS-1270), prêtre et chapelain de Ste-Ma- 
ne au Grossmûnster, 1282 I293, apparenté aux Krieg. — 
3. Le sieur Mexiii, 1273-1291, bourgeois de Zurich et in- 
tendant de la comtesse Elisabeth de' Homberg-Rappi rs«il 
au Weinplatz à Zurich, acheta en 1280 ses vignes de Hcrr- 
liberg, lleslibach el Witcllikon que sa veuve Marguerite 
abandonna en 1299 en rentes viagères à sa lilli di i a 
nom, nonne à Oetenbach ut pour la célébration d'ubits à 
1 Abbessc du Kraumûnster ; membre du ■ conseil d'été» 
en 1291. - i. L'i .iticil (1277-1332) probablement frère de 
n* 3. égalemenl bourgeois, propriétaire d'une mai-. m à In 
ruelle du Sel (aujourd'hui ruelle du Lion', d'un jardin 
leuu en lief héréditaire de la prévôté de Si-Léonard et 
d'une terre au Beslclborg ; sa femme Elisabeth Sigrisl. — 
.".. Jean 1313, probablement fils de n" 4: bailli du comte 
Eberli irdde Nellenbourg (?) à Zurich en 1321. —6 IlouOL- 
cni. I357-137G) possède une maison au Xeumarkt et ne doit 
pas être confondu n ec le boulange! K. au Xiederdorf; il 

rut ci Il ri I73-I I9I A. m. .lis . n c .eur . ! . - impôts du 

quartier il \uf Dorl I370el trésorier I375-I37G. — 7. Jean, 
désigné dan- !• - rôlesd impôts I357-13G9 comme tondeur 
de drap, est, en I37I, romplice de l'assassinai de J an île 
Stcge d Tri pai -on neveu, le chevalier Ehcrhard Brun 
i Are U Zur. Documents prisés). — S. Jacqees, valet de ville, 
co-héritier de Dans Waldmann en I489; pourrail il 
Ci ..die, le I., ramilli .i régéi m H0I.- Voir : T/ll-M. -- 
Wôber; Oie Miller r. „. : „ Aiclilwh l-III (avec beaucoup 
d'erreurs . - J. Lgli : Der ausgestorbene Adel v. Zurich 

[sous: Dorf, Ab). Y.ûr. Steuerbûç/ier] mentionn :ore 

d'autres membres delà famille). — Mon. germ. S'ecr. I.— 
Gagliardi: Wuldmunii-Dokumente II. p.'lgi et 287. [K. Il ] 

II. Famille très ancienne de la commune de K 
sur le lac de Zurich; une branche encore existante esl 
h in geoise de la commune de llei rlibei g. .4m • 
peut-être relie- données par ICdlihach el décrites sous I. 
Déjà 'n !2Si, on trouve à Kùsnacht de- paysans DU ri 
An DoiiK du domaine desquels .le- redevances parve- 
naient aux chap llonics du lirossmiin ter el de la Wasser- 
kirche. Li mél drie d'Abdnrf 1303 ou Aufdorf que cu'= 
livail 11", n i in-: Mi lorf en l.'ÎOS, i lu I b nue . n liel héré- 
ditaire de l'Abbaye de Zurich. Bonoi.ruE. l'ancien et le 
ji uni . onl arqu la I m ijsie de Zurich 30 août Litll. La 
famille subsista .'. Kùsnacht jusque vers IG00, mais une 
-■'• vi i - I i'." ' < la coi imune voi- 
sine de lien ' i De tout temps, les A. ont possédé dans 
cettelocalib tapi ipriété rurale di llabuhl. Plusieurs mem- 



30 



AI) EBNOEDE 



bresdela famille ont été aux XVII» el XVIII siècles oro 
pnétairesde moulins dans différentes régions du canton 
de Zurich.- 1)7. V, VU, VIII. XI. - M,,,, Uerm Vw I 
- \\ober : Miller v ,t. .-„ A,,/,/,,,!: (contient beaucoup 
d erreurs). - liurgerhuch /.. I. r. -2'JII,, ., y „i v 11 

AB EBNŒDE. Famille do ministériaux des Happcrs- 
ml et d,, Hegrnsherg. Voir K.ix.km: (vov) 

ABEGG. Kom du familles répandues ,,,. s ancienne- 
ment dans plusieurs cantons de la Suisse allemande; mais 
elles ne pouvenl être rattachées a une souche commune 
et il est douteux qu'elle existe. La fréquence ,1m nom -', x- 
pliquc par sa dérivation ,1 un des r, mil.reux Kim - lill'ie 
ou promontoire formée par une monta ne] comme dans 
Egg. Lgger, Anderegg. La pièce des armes des Mie"" de 

Zurich et de Scliairhou.se symbolise pr ibloment un"!*'" 

= un coin, 1111, pointe de rocher. 

A. Canton d'Argovie. A Zolingue famille bour- 
geoise originaire des ICgg-lla-lén (Corn. Strcngelbachl 
déjà mentionnée dans le rentier ,1 11,1-1, ,1,1 s0 „s lé 
nom d Abkkkf Les repi* mt; „•■ I plu* notoires .,,,,, 
I. y\M:.sMi.K,\\,,,,l, lab Egg, Abeg_l-:r. Abeggc le II mars 
du., dernier témoin ., Un.vcstiiure d,-. comtes Jean d, 
hrohburg et Sigismond d,. Thierstein au', ointe du Sis"au 
par Jean Evoque de Baie; I,. mémo mentionné comme 
?/,',";, d '' 'i'.',"; "!'-'• ''" Waldenlmrg. ., de Gelterkinden. 
(ULJi m iU,4iS. oll. ÔU6. lll:;. Mi- _ ■> Cliwi ,„„- 
bablem, „t 1,1s ,1e Werna. mentio ■ dès I ',:;,, maître bou- 
langer, capitaine des milices de Zolingue dans la première 

guerre de Zurich administ, ,„• d'une ,,•.,„ ,,.,', ,,, ,,,„ 

1 ' 1 " 1 hospitalier; I4.i0, avoyer d,- Zoliiigue. mentionné 

comme tel en 1457 dams: llîstor. Noii: iSto 

nnt y.,,/»,,,, ■■„; esl un des bienfaiteurs du chapitre d,- Zo- 
.ingue; mentionne .pour hulernièn roi- « -, 1477. — 3 H V n< 
peintre verrier, prit part aux guerre; ,1- lion, ,,.„„. ainsi 
en 11/4 al expédition d Héricourt, 14753 Grandsd'nelOrbi 
■i,l, commandant du contingent de Zolingue à lïomont! 
uepuis li,6 il ligure comme membre du Conseil en 1509 
est dénomme » ancien directeur d, s constructions „ et est 
appelé en 510 syndic : de Zolingue. Il doit être mort lé 
après. Sa femme esl lille d'Aerni Wiss. Son tcuvre capi- 
t , alp , esl la Passion dans la fenêtre centrale du dm ur 
de la collégiale de Zolingue. Avm - .- M .„,.„,", ,. ' ; ' 

:;■;; ••";>-'.—;• p ■ ciewi ,.,, ■„,.., „„„ M.,',,, „„,,..„, 

Pelles de boulangers. — Voir QHG 14 - Mcrz- L'rl; il 
btadtarcJiivs Zi,f avec des sceaux de la famille. Stàdt- 
rcchnungen, St.ftsurbar MS. - Spécialement quant à 
son activité professionnelle ASA \\V, ili. _ \ ceUe 
famille appartient probablement aussi Wi i;m i au ser 
"" ''•' lititciidanl autrichien Henri fics*!er el nui en 

380. lait achal aux Landenberg-Oreifen le la tour 

Aspcmont, a Griiningen, en échange du,, étalon ; ,1 a déià 
témoigne a Islem le II mars 1303 Voi, |, ; . ,,.., //,„! 
'■""«'• '.'•••,'7. 1,. ui. — ïïouillal 1/., ,,,,,,,-,, • r 

!■'«;, C r, \°n °-^* , *- 1 Ah '-<"'■ - ' '"'"'<'•' "-ï"'"< ■>■ 

mu',' ,"""''" :-' , "I'-'-"-'" i - ■'.;' W. •',„„- 

;;:,";;;;;;-,-' •>— et de >.,,„,„. .,,,,, ^ .„„„,„ 

Les ramilles ,1,: paysans d, ce nom q xistent encore 

sont originaires de Schwyz. établies seulement depuis 

!.. "<!.,„. 1, pays, liront paroissiens de I , |,|„,- 

v M iV'""-" ;• V'' r ' K '"' M "' : -VS Ihhltolh. d-OI>- 

«a 1. -l'urne, : L,nheil r„/,v„, ( /,/,,„. - Ohituaire. 

itenlier de Sarnen. x i ti:cttm 

C. Canton de Schafflmuse. .1/,,,,/,; , .',,, '.',,''„? ' S | /( 
K(/tf, /:'•/., /■;,//,-, ;;,,,,:,'. l-amille bour- 
geoise d, Schallho.ise q„i opparaîl d,- 1.V20, 
' n:,, s dont I origine n'est pa.> connue. I'„ 
des premiers membres donl d , -t lui „„ ,, 
lion est 1.1, capitaim \\ 1 i;m , Wclin Wern- 

'"■" t|<". "i lâii. 1,-1 .,,1 roi d- France 

mi contins ni d.- merci nui, - ■: I , , , 

du V-d Vf. '"""r ' " : ";'- ! 5S!) - :1 SÙ'-wtiËs, haillî 

^i 1 :;-";.", 1 -'- hospitalier. - 5 .i K .vN-L-;,.,,:i, 17^ 

'" .'' •' I ' 1 " de la corporation des I | ,. r... loi- 

Uhy,,l, ne compte' plus ., UB ,,, d, m! m, ' ,"- '' ' ' 

riaVlSI'! ' '' "''"' '•' •*' / '"//' • - \ 1.1 

J. II. B. I 




ABEGG 

I). Canton de Sch Wyz . Les Abega (Ab Eau, Al, 

_^,_ , ''-'''•'' dc Sçliwyz sont un,, ancienne famille 

> • campagnarde du quartier dc Stcinen, De ,.,,, 

■ UU por s généalogiques quelconques avec la I, - 

' rnillezuricoisc de même nom ne peuvent être 

GSl >4J établis et paraissenl exclus, ce que tend aussi 

•r- ; y a confirmer bi dillerenre des armoiries vux 

-<i,^ .\\l et XVII- siècles les A. de Scl.wvz po"- 

. . . ta icnt des marques de maison.soil deui pii , 

'' |0 "P c, :"'-7 el ré s a„ sommet, soit un A -'„„,„ 

'I une croix; depuis le 18» siècle ils écartaient ■ | et 4 de 
K»e"'ejsa un A pu à une étoile dor, 2 el 3 d'azur à un 
tiuitue grenade au naturel. Voir Mitleil. S'cAie,/- 4 \ 

n"onner: 1 Jkan de Stcinen, tué dan. la première 

Ç«errp,| c /„„chen I4Î3. -2. IIosumque, pérità fa guerre 
de Vimergen 1/12 tandis que 3 AsTOtxE; i. Jhax-A.n 
roiNi .,. Ltox.\Kii-l'ii.Ei.K. l7'J8etC.Auct'STi.N, 1799, ... 
ihrent la vie en défendant leur patrie contre l'invasion des 
l;^>e;a,s. (.,„, 1, ,„,„,. a ,,,„,„, „, x aiao rilés : Membres 

I. . IOJ-i,oN,iM.n. |,fl»;ii. Leonkaro, Ris du précé- 
dent un, . /;„,,/,,,. ,.,. AllAMi • i;,.,,,,,,,,,, l65 g , 

JEA.N-HE.vnj, al «nach, 1078; 14. Il.vxs.à Gaster I1M1 5 
H'ANÇOis. à Uznach. 1.198; Mi. Imi.h.e dans les baM ià-es 

^-»«Bt. 1071 ,, 1G7C - y;,,:/ 4ué7 sécufier!- 

M._Chablks-Josei.h f 17<i3. curé de Sittcrdorf et 21 Cr.rl 
a-, vivant encore. - Ecclésiastiques rëauliers ■ «W ,• 

; '^"' I V'' , : : "" |: w», i-i^-M..;^,,;,,; 

nieme ordre, depuis IS2U curé d, Kreienbach.f 1845 •">' 
l.bi.UASTUN. j,.,,,,., -;. | 7S2i Lucerne;25.P. Si-mVin 
ULs, capucin v 180,; ». P. Jmte. du même ordref 18 
-Leboulctncnt ,!• Goldau a enseveli, le 2 sept. 1800 14 
personn es ,, ,, d . A| ,,. inrii ,„. (|e ^ ^ ,,,' , . 

Srif«,T.« U0 - , ^ Q , CK A ' d , '«otenturm est g otin 

a bchwjz le 22 ma, I89i. pour double meurtre. - Son ho- 
monyme 28 Dnminitiiic, de Schwyz, * 17S9 y I8-'IJ 
« fan Plus d honneur à la famille. Celui-ci fréquenta les 

;■;::; -"!- ;; ôr...Ha j e .iat«„ a sci.wy, ( éco? e du «,«- 

;■ I et a Mur,, puis la rhétorique et la philosophie à Si 
(-11. dan- mtention des adonner à la médecin ,1 étu- 
dia encore la physique. |a„,„omi,.. la nh^iul.,... .,, 
aux universités de l'.irin el de P.,m,, Il s'adonna é ,|,: 
Mien, a lamusiqueetà 19 ans passait pour un maître du 

m '?" , ,l, """ , " , i-!: ,S ' 1 ■,""'• |,L " d'i»sti'uteur. C ' 

01 ganiste depuis I ,!i;i, ,1 améliora considérablemenl la 

mus.ouodeglwodcScl.wy «et composa, i des opéret- 

tts II leoi-ainsa e-alem-nt les institutions scolaires el 
nstilua une eçolenor e sur le modèle dc celle de St- 

[>■£}" >;-.';'-■ 29 ,i„M,a:.M..„. ,i 30. n^,,,,,-;., 

■V'i o7"! ! "" ■'''' ,lfi '"sliluteurs et ot-anistes, 

., bchwyz._3|. l-f.AN l :„,s-r:,i.Mti.Es. procureur général a 

Laus n d',!n:;';;ri': :,;': 's - '• ! " i " : <—' •■n^-nv 

1 , '""•'" V" l,! -""- » Seewen, ,s en voerue vers 1830 

l- :; no.i V dl,. ,m .alla,,,,,,. ,,.-,,;,,,, ,r,,,, mi ,e : 
cett. locahli-ivoirJos.AxT.cl llu, m sAnvnE [St-, 

^•Canton de Zurich Les Abv !W sont r, r,,- 

f"" cl .'. Probable ,,! avec origine ennm de fi 

::'!'' C" l."-''d.,nlde,M,'., les on ,>• la ranulle adonnée 

a x meliers de boucher, I. anger el icrgiste. D'ici 

île s est propage,, au X\T.i commencement du XVII- 

,V'\r;;:,'..;;;: ( ,v,:'/-"' Xi '—--—" ' 

,.*• '■•'""'■- commun de tout, | : , Famille de la ré- 

•7 V-' ,hl '"• de / h est llrr.l Es qui apparaît en 

"""-' d' llorg.-u sans que l'on sache d'où il venail - 

1 ' ! d. Uû ■ lilikon: 1 ,1 , 

"■v...-?:'' '! '"»'■ "iari|iie •!" ma son d, sable coni 
— . , d un \ soutciu, par une ti^e „.,,,„ ,,•„.. , 

' ■' " \ ' '"« de s.nople Gimier: la marque 

'! .'"- lambr.-, - d'o. et de 

x^/' s '''de uti ni d, lue' a 

dan Uurstelei el Me,ssj. •>. Variante; la maïqi.ede 



ABEGG 



ABEf.G 



31 



maison se termine en anneau a la partie inférieure 
,1,. ],i tige el est surmontée du « coin » de la brandie 
de la Mlle île Zurich à laquelle est également emprunté 
,.. ,,i| ilu cimier. (Vitrail avec armes complètes de 1646 
(j on s la collection du comte Revertera). 

I.a famille est nommée dans toutes 1rs charges du hail- 
|ii edont la bourgeoisie et le conseil de Zurich avaient la n«- 
mination. - I. Jacques sous-bailli à l'h ilwil et Kilehberg 
Itîtti vitrail armorié).— 2 Jean-Jaco.1 r- *1609, capitaine el 
- ius-bailli à Thalwil et Kil.M. rv . épouse Marg. I i . > * 
IGI-2 (vitrail armorié 1688). Pour détails sur 1. - différents 
membres de cette branche von \. Nâf: /'<-• <:■■>» /{ûschli- 
/,,, ISS1) - Etat de la famille dans J. r'rick : Gemeinde- 
buch d,T beiden Zïirichseenfer I ISIii). J- f. n F II. 

II. Les AbCUS) du quartier de l'Enfle f. JaCQEES de 
l'Ence qui a loyalement srrvi ne- gracieux seigneurs " 
dans les deux juridictions de Notre-Dame et îles cordi liera 
déchaussés di puis nombre d'années et dont le grand-père 
défunt a pris paît dans la détresse il'- messeigneurs à 
i . \;..'ihi;' .h de ICapipcl, va péri avec deux autres et s'esl 
aussi honorablement comporté, esl agrégé comme bour- 
geois de Zurich leîidéc. 1 r. 1 . v. i ; M devient compagnon de la 
Constalîel, commissaire de la navigation (Schiffmeister) 
I602et membre de la corporation des bateliers.- Bûrr/er- 
bno/i de Zurich II p. 34et C. Koller : Promptuar. v II." 

in. Les Abeyy de Horgen. Un membre de cette fa- 
mille, s.ms héritier mal.-, est agrégé à la bourgeoisie de 
Zurich en 1887. — Armoiries : Celles de la ligne zuri- 
coisi- A. comme dans l'armoriai de Meyer 10/ i, avec 
planoir en chef. 

I. orijymc n'a pas pu être établie jusqu'à présent; 
autrefois surtoirl maîtres d'état, en particulier menui- 
siers ; dans les temps modernes s'adonuant aussi à la 
fabrication delà soir, au blanchiment, à la mécanique; 
on en trouve aus-i dans les autorités communal' - 1 1 can- 
tonales. — I. Jean, le premier ancêtre (vers I598-I678i. 
menuisier, épouse Anna liiber de Horgen 13 murs 1627 
première mention du nom à Horgen); vienl prohable- 
liii m île Wollishoren ou de Rûschlikon. — 2. Jean-Jacui"ES 
1731-1786), menuisier el serj i nt ht en 1780 une maquette 
; h i no iv, Ile é lise. - 3. .1 ean-Jaco.1 es 1701 IS36 
mi'iiuisier il blanchisseur, lieutenant, épouse Elisabeth 
N'ageli. Ayaiil en patriote ard.nl pris pari à la dis- ! 
putedo .Slafa, il fut en janv. 1795 condamné à payei une 
amende de 75 Liv. au fonds des pauvres et après apaise- 
ment des troubles fustigé •( banni de la Confédération. 
Une amnistie ayant été accordée, il revint de Ravensburt 
mi IT'J7 — 1. Jean-Rodolphe (1793-1S60 fils d'un ébéj 
nistc de même nom, consacré 1814 à Râle, catéchiste à 
l'nterstrass prés Zurich depuis 1818, insti lu leur à Thoune 
1820, pasteur à Meirinsren 1828, a Laupi n Merne 1837, à 
Wan n lsWiU'ir/: Elatl - ... Jean-Henri allié Glogg 
11805-1874) fils de n» 'J. négociante! maréchal des logis, 
co-fondateur de la grande fabrique de tissaoe de son ■• 
Horgen, du séchage de soies et de la Société du Crédi! 
suisse à Zurich, représenta ni de la maison de soies Vrlès 
Hufourde Lyon. — 6. Jean-Jaco,i es, allié Schâppi 1 1 So 1- 
187 1 ■ lil- de ir 3, blanchissi m . pi ésidenl de I i couimnne, 
préfet, grand conseiller. — 7. Jean, allié Schmid i I80S- 
1872] Iils de n" 3, boulanger au * Cygne», inventeur 
tics petits pain- « Johannes lirôdtli i, dénommés d'après 
lui. —8. Chari.es, allié Rûttimann (1810-1809), Iils de 
n 3. ingénieur-mécanicien chez Escher \\>-- el C '". 
inventeur des bancs à broclies pour le t î~-:i _ . ■ du co- 
lon. — il. Chari.es, allié Madon tl8ïO-l9ÛOi, m ocianl 
ingénieur, propriélaire d me- grande lilalure el 1 1 lorderii 
de -"ira Savigliano, Italie, y à Rosario en Argentine. — 
10. Jean, allié Veilh , 1 S ï . J- 1 '. M .". i . lil- ,!■• i, 7. négociant el 
directeur de fabrique à liregoiu, depuis IS93 a Horgen 
promoteur . ! de I910à 1912 directeur de l*usine à gaz, i b 
Lu commune lui lit hommage en 1913 d'un vitrail armn 
rié. Il s'est occupé de recherches sur la famille Mwua de 
Horgen, y à Oberriedi n. ZWCIir 1915, p. 99 av. c p ir- 
Irait) - II. J.v ... i - allié. Jaun 1846 1912 pi ipriétair- 
d'une usine de blanchiment, de flambage ri d'apprèl à 
Horgen [ZWCIir. 1915, p. lOOavec p m Irait - 12 Kinilv 
' I 1 -.-;, à Kusnacbt. |r en phil., s'adonna à la philologie. 

■ Zurich les langues ea-rma niques. "::■-.■ 
ques et le sanscrit, à Leipzig la philologie hindoue -■••:- 
Windisch, la psychologie des races sous Wundt, li phi- 




lologie générale. Kit son doctorat en 1909 à Zurich ; dis- 
sertation: DieLaule der ifundartvon Vrseren, continuée 
par: bir Miaulait von Vrscrcn. [HcUrûnc :nr Scliweizer- 
deulsc/ien Grammatik, publ. par A. liachmann. Vol, 4. 
1910 ; 1909-1911 rédacteur .. l'Idiolikon sur--.- ; 1913-1915 
professeur à l'Ecole normale de Kusnachl ; rédigea 1909- 

1910 1a liiblio'/rapliie fur all'/em Spracliwiss<-i 

dans les Inttn-'germani.tcltcn Fonsclutnqen ; 1914 contri- 
bution au livre'du jubilé de Ernest Wimiisch: « Vie Lelirr 
eom Spliota im Harvatlnrsanaranrira/ta.'. -- .1. Krick ; 
Gemcindebucli der beiden Zùrièhseeufer, 186Î .1 

Strickler, Gesehickte der Gem. //•• >;,,■„. I8S2. F. H 
IV. Les Aboya de Kusnackt. Agrégations à Zurich 
1823 et IS77. Armoiries : celles >\.' la 

TTT 7 ] branche A de la ville •[>■ Zurich, le «coin » 
surmonté comme brisure d'un coupen t de 
boucher d'argent au manche d'or (armoriai 
-, i Egli 1860 et 1869); la branche agrégée en I.S77 
V , '■'-. 1/ supprime actuellement la brisure. — J. Frick: 
^^ Gcmeindebttcli der beiden Ziirichseeufer.iSO'i. 
Famille notable, vienl directement de Ko-' b 
likon, un nommé I. Jean- RODOLPHE de Rûschlikon 
s'étanl établi \c\-> 1625 comme secrétaire du haut bail- 
liage de Ku-iKielit au Goldbnch. In de ses petits-fils. 
2. Jean-Henri, capitaine, lui à la lin du 17' siècle sous- 
bailli du même bailliage. — 3. Henri y 1789, porte-dra 
peau. — 4. Jean (1763-1832), fils d'un secrétaire cantonal. 
Rodolphe, était à l'époque de 1 ima-ion française ••( de 
l'Helvétique président de la commune de Kusnacht, et le 
logement des troupes i us- 
ses-autrichienni -. françai- 
ses et helvétiques, lui don- 
na beaucoup d'ennuis. De 
son premier mariage na- 
quit le membre de la fa- 
mille qui obtint le droit 
de bourgeoisie à Zurich en 
bS-Jl! ; de son second ma- 
riage est is-u Jacqi ' - 
(1802-1872), juge de corpo- 
ration, ainsi que le s\ ndic 
de la commune, C vsi'ari), 
allié lil uli i IS03-1850 . 
père du n - 7. — 5. ./r://i 
■JVtcr/ocsfilsdujugedecoi 
poration Jacques et petil- 
lils du iT 4*23juil. 1831 y 
17 fév. 1912, industriel et 
conseiller national à Kus- 
nacht. Il suivit l'école de 
tissage de soie à Lyon, où p 
travaillait eu même t.-mp- 
dans une - -■<'■< ie. A la I 

d'une fabrique de soie de 1859 a 1889. il se consacra lor; 
exclusivement à la vie publique. Comme ne ml 
île la Constituante. 1 -'i I -;•.•. il vola le 31 mars 1869 en 
faveur du la nouvelle Constitution démocratique. Il siégea 
au Grand Conseil zurieois é. 1869 tu printemps 1911. et 
le présida en 1902 De 1890-1903, il lut membre du Con- 
seil de l'Instruction publique el entra en Ks, .n Con 
seil national dent il ouvril la 22» législature, le 'i déc. 

1911 coinmr i!ni n d'agi De: 1S8I membre, puis prési- 
di nt de la Coin mission de surveillance de I école zuricoisc 
de tissage de I i soie, il rendit aussi des services comme 
membri île plusitura autorités di sa commune d'origine 
et contribua à la réussite du projet d'étahlissemenl delà 
li _'nr d ■ cli' u.iu de fer il ■ N rive droit, du lac 'f'' Zurich. 
Major d inl inti rie; ] ai - n t- ■ tamenl il léguai) l'r, 176000 
a plusieurs institutions d utilité \ uhli tue Voir Nécro- 
logie S/7. 1912. t, - i'.i. 233ct'i52. - /Ile/,, 1912, p. 
77-79, ai- c portrait '/.nu Imi 'ma an J. J .!'•",,,/, 
Xationalral ■ le. ^1 ifa 1912 : avei pot trait. — 6. I 1 

frère du n 5 * 1*13 1 18 srpl 1916. remplit plusieurs fonc- 
tion: communales, cell. d président n- la > ominune 
de 1886-1892. - 7. C.hnrlus, allié Vrter, * H' avril 
1836 à Kusn chl depuis 1*77 bourgeois de Zurich 
\!,r L _ l; . ' .':; .,, ùt i'.M-J. lil- du président de commune 
n i. li pei : il • à 1 âge de 

Il an- ; il fréquenta les écoles primain - el si ci ndaires de 
Kusnacht et pendant um année l'i oh imluslrielle do Zu- 




J.-J Abesîr. C«»s. 
à Kusnacht .^ 



32 



ABEGG 



ricli. A l'âge de 1G nus il se rendit en Italie pour y appren- 
dre le commerce de la soi' 1 grège et de l'industrie de la 
soie. A -Jn nu- il entrait à Zurich dans la rubrique de soie 
Salomon Rûtschi-Iileuler. Envoyé en 1857 ;'■ N'ew-York 
pour prendre en mains K s intérêts île la maison furletni nt 
menacés par une crise industrielle, il s'acquitta brillam- 
iii' ii i de sa 1 1 1 i - - 1 1 1 1 - A son retenu à l'âge de '?.i ans et demi, 
il épousa Emma Arli-r. de Zurich, el fondait en 1801, 
avec A. Rûb( I, la maison de commorci de soie el de ban- 
que Rûbe] ,i Abegg qui fui dissi • en 188-1. Mais c'est 

dans le domaine linancier qu'il exerça principalement 
son activité. En I8li8 il était appelé à l'aire partie du Con- 
seil d'administration de la Caisse de crédit suisse qui 
avait 12 ans d'existence. En 1881 il devint vice-président 
et m 1883 président de rette banque, emploi qu'il remplit 
jusqu'en HHI avec distinction. I.a situation que la banque 
a acquise pendant cette période lui est due en première 
ligne. 11 en lui présidi ni honoraire de 19 11 jusqu'à sa mort. 
Il était en cutre président de la société anonyme de fila- 
ture de ehappe, à Lyon, présiclt-nl des l'sini s éleeti iqnes. 
de Strasbourg, vicc-prèsident de la Un. a commerciale: 
d'Italie, de la Société d'assuranci contre les accidents 
u Zurich » dès l?G0, i t di pins 1875 de la Suisse i . Société 
d'assurance de transpi rts, qui toutes les deux ont été fon- 
dées avec sa coopération; président du Conseil d'admi- 
nistration de la lïanque des chemins il" toi orientaux 
depuis leiti de la Iianque d'entreprises électriques depuis 
1895, membre du Conseil d'administration de la Société 
d'exploitation des clu mins di fer ori' ntaux, de la Si ciété 
du chemin de fer Salonique-Mona.-lir. delà ligne il- liag- 
dad. du chemin de fer du 
Goth.Hii!, de la Société 
élcctriqtu Germano-Tran- 
satlantique, (h- la Compa- 
ra Harcelonesca de Elec- 
tricidad, de la Société par 
actions autrefois Dollt'us- 
Mieg .s C", à Mulhouse, 
i le . il siégi a également 
pendant nombre d'années 
au 'li ihui.nl de commerce 
de Zurich D'allui c mo- 
deste, AI.. gg-Ai ti i' avait 
un « • ; < i actèi i noble, loyal 
<t sympathique. A toute 
occasion disposé à venir 
en aide, il n'eut! ndail pas 
qu'il lut pal I'' il- ses bon- 
iii s .ni-, h-. Jamais il n'é- 
tait l'ait appel i n vain à 
sa l.l éralité ; nous ne rap- 
|" Il ; • . .1' n a 

1 i i ,:i--.' de pension du 
Corps -universitaire. Abcgg-Arter a accompli 'lie- -a vie 
un grand travail : plus importants encon sutit h-s bienfaits 
qui en découlent. — £WC/ir 1912. p. 357-30:2, avec por- 
trait el IHOG, p. G5. - Die Sclniviz, 18. litli. — S'/./ 
1911 n' c'.">: HM:»:; 233 210 - Zurlinden : Zurich II. p. 390 
ss. (avec portrait). - Karl Abeqg-Arter [Denkschrifï]. 
Zurich lui;;. - 8. Charles, allié Sloekar, lils du n" 7, 
* 1N.ii. néfuu nia les écoles de Zurich. \ 17 ans s" rendil 
en Italie .m pi ndanl ;i ans il > initia a I industrie el au 
c< m n.' it de la soie ; puis après un court séjour en An- 
gleterre, il séjourna pendant un an et demi à New-\ n'k, 

dans des maisons de s et de banque. Après un v,,v.,,e 

au Japon, en Chine, aux Indes, en Egvpte et" en 
Turquie, il fonda eu 1884 la maison U.ej y S i. a 
Zurich tlilal-ure, moulinage et cornu erce de soie H 

fonila eu Russie un.' usine de i ilinage modèle qui 

compte parmi les plus productives .lu inonde, Il l'ut 
I. n Ii n ps présidi ni ili - lissa-i - di - .ie Stunn lils 
S. A. à ILuerii, .1 plus laid membre .lu Conseil .1 admi- 
nistration. Il était en . titre présidi ni .!■ la S . i.'lé _. lie- 
rai' M.i-1. à Kempltal, eu..- ill • ti itiou ■ 

la i ' --" i!.' crédit suisse, .I" la Si ■ a lé .1 n- 

" /• h , di l.i Soeii i/. suisse .1 ' i.'.'--ui , île la Caisse 

il- prêts, et membre .!■■ la Chambre de i mm n I 
Ziiri h I n |Nl i i| ép. use Ai:ni : ir. Zuri 

-». Aill/lislc, allié Rû.gg, frère .lu i. 8, * 1601. fré- 
quenta les écoles de /.mien ,t l'école de commi i-- de 




Charles Abegg-Aftcr. 
(183G-1912) 



ABEGG 

Genève, puis passa à 18 ans ni Italie. Il y fonda li 
maison Wihl et Abegg, maintenant CotoniOcio Valle di 
Susa A. Abegg >V t'/. Ces lilatttres et lissages de coton, 
dont les débuts lurent modestes, comptent mainte- 
nant parmi les mieux organisés et les plus importants 
d'Italie. En 1*89 il épousa Anna Hue--, de Zurich. Kn 
témoignage des services rendus, le roi lui conféra un 
ordre avec degré de commandeur, un honneur rari 
nient accordé à un étranger, l'ropriélaire depuis 1890 
i!- I ancien domaine du comte dater, » nu [Irôlbera 
près il- Kilchberg, mu- le lac de Zurich. — Zûre/ier lïûr 
gerelals 1877-1111 I . - Communications de M. C. Abegg, a 
Zurich II. K St., F. II. et J. K. 

V. las Alii'im df Meilen dont on a jusqu'à pu'. -cul 
admis à toit qu'ils étaient originaires du pays de Claris, 
viennent de Monchhof (Com. Kilchberg) et sont ainsi uni 
branche de la famille de Itûschlikon. IUns, reprit un 
peu après I.Vil une métairie appartenant à l'ancien 
couvent de Rappel el vint ainsi à Meilen. Un de ses 
lils, llKsm, le luiim ur, acquit I. 1 1 décembre 1579 la bour- 
geoisie de Zurich et devint l'ancêtre des Abegg de 
Zurich de la \ieji|e souche non lu anche .1 de Zu- 
rich . Le tailleur 1 1 w- devint b- s ,1,'ç. Kju7 bourge a- de 
Zurich, « ses ancêtres s'étant bien comportés dans les 
afflictions de la ville d( Zurich il v avant même laissé la 
vie. i La famille est maint, n.mt éteinte à Meilen. ■'■ F ] 

VI.Les.-Wyci/!/.'. U'ieil,/.,,,, Zurich).- JACQUES,* lOoet. 

1 »>>.">. consacré a Zurich I7nl.. net- m ;', Zweibriicken dans 
le l'alatinat en 1710, pasti ur de Saint-Pierre à Ih id 
en 17-26, où il mcmrul en 171i /.. ■( I ■. Il laissa un fils J • 
Frédéric qui étudia à Zurich et devint 1751 pasteui à 
Roxheim et GrossJjockenheim, dan- le Palalinat (llolz- 
halb, Supptt m à I .eu, l.p. :îi. — .Il w CaSPAr* 181 1, prési- 
dent de commune, din eti ur de l'administration du sel du 
canton de Zurich ; émigra en 1879 dan- l'Amérique du Nord 
où sa famille est établie à l'avon-l lab. - Etat de la famille : 
J. Erick: Gemehidcbuc/i (lès Limmatlliales II, 1803 et les 
rôb - de h.'iii "cois dans les archives de la ville de Zurich. - 
llfnifi-flul,- y.r,,,/,\[tr.\ \U\\ - C Escher : Chronik der 
ehem.Gem. Wiediknn urnl Ausscrsilil 1911. !'• H ] 

VII. Les AlH'M) le Wi^kingt n-7.urh h, aujourd'hui en 
grande partie à l'étranger; il- sont nombreux dans l'étal 
de famille de | M ;; ; .1. Krick : Gemeindebuch des Ummat- 
thales I). 11- habitent déjà la commune vers U'.iS et don- 
nent au IS' siècle une série de sous-baillis, trésoriers el 
maîtres d école.— 1. W n ii.m. trésoi ier, 1802 suppléant au 
tribunal cantonal. — 2. EnofAitu ( 1838-1915) acquiert la 
bourgeoisie de Zurich 1891 (Abegg C), caissier el fondédi 
pouvoirs clic/. Escher- W'yss X C", membre t\<\ Svnode d'é- 
ïlise. — 3. Lotis Ihîli-ISWi, négociant, a-léjation à la 

I rgcoisie de Zurich 1875 (Abe ; : C). -4. Jacques (1815- 

1880), lils de Gaspard, directeur de fabrique, y à Calvv 

,W mbcig).- n. Ai Eiil I84.V19Û7), son lils. ingénieur 

.1 fabricant à Zurich. — 0. l'un/, lils de n" ... * 1879, I" 
en phil., chimiste à l)t>i>bourj Prusse). I lisseï tal 
la Chapelle 190 ' ' i - . u udilntirc hesl 
tu), y.mk durch Destination (1er ziitkhattigen Slo/j'e 
im Chlurwassersttilfga il. »n - Voir : C. Escher et II. 
Wachter : Chronik der Grmeinde Wiphingvn. Zurich, 
1917. - C. Escher : Clmmik der Gem. Ober- u. L'nter- 
strass, Zurich. 1915. - ASlUt VII, p. 912 ss. - /' : 
cfats v. Zûrieh 1875 sup(d 1-1911.- Rôles des bourgeois 
W. aux Archive, de la ville !.. [F H/] 

VIII. Les Alu-mi ■■ Zurich. A. originaire d M il n 
1579 el 1007; /;. d< K'iisnachl IK23 el 1877 ; C. de Wipkin- 
gen, 187.".; /'. de llorgi u I8S7 : /.. incorporés 1839. 

Armoiries: dos Abegg A: de gueules à une étoile à 
trois i .n- •! .u -eut !'. me i ■ présent ml 
être un ress ml di i lier ou saillant d n 
ta: ie Eek .■>. sur une montagne de sii 
copeaux. ! ai ci stéi il .1 nx i toiles d 01 ! il 
son d> !'."••! vu. loiim lier, vitrail de ltj-29»i Mu 

tinnal l.ainln'1 quins ni-j 
ciniii r : un vol aux | de I > 

lie -auv' nt un attribul de métier au-dessus 
lu ' i oui n, ainsi un couli au .!■• tanneur dans l'ai morial 
le Mever 1071 Le vol du i imb r n a pas I s 3 monl 
!.,..- ii vili.nl .!• .h ■ . :. ■ . ■, . . Zurich. 

le 1091 propriété J Al i - V. ith 01 rrîi di n . Les \l,_- 
ilu Schatlhouse, originaires de Remllikon '), portent b 




ABEGG 



ABFXJANZ 



■, mousson, mais avec d'autres émaux. — I. IIkmii 

ion Un'BR ' ll ' M-il.ii i, bourgeois de Zurich depuis le 
Il ,<;.■ 1579, de l'abbaye des tanneurs et courrier de ville, 

|li.'il)! l.e tailleur Hans A. de Meilen, bourgeois do Zu- 
rich en \i'"~ (voir Abcgg de Meilen) n'est dans tous les cas i 
,,.„ii lils du ii" I. -'- 2. Henri (1017-1081) petit lils du 
[, | ,i lils du gruyer Conrad, de l'abbave des tonneliers 
liitl et douzcniiT il.- Charpentiers 1073, juge matrimo- j 
M j.il 1678. — 3. Mniioi.i m: (* 1032, -|- 30 août 1673), tanneur, 
,,i ••■ 1068, douzenier de l'abbave des tanneurs 1673. — 
l p Jk.vn-GasI'ARD (1033-1693), frère de n- 3, député de* 
ijiiin-ui'S, substitut de Ktionau où son beau-pure était 
. . rétaire et procureur du Conseil ; agit en 1G92 au nom ; 
,!■ - trois quartiers A;:no. Itiva et Capriasca (AS I G, 2'>, 
j.iv — 5. Jean-Henri 1088-1715, V. I>. M. (verbi diuini 
mmisler, ministre du Saint-Evangile). — 6. Ji an -J m. ni i -, 
. lui mi gien juré 17 ! i, représentanl des abbayes au conseil Pt 
curateur du « Jardin noir » 1720, douzenier 1726,juge ma- 
trimonial et membre du collège de lu Réforme, président de 

■' .m l.:. .!'.. ai i. ':■:'. - ' 1.1 in CONRAlif 1677-1 7551, 

i : . . . -|.|. lit-. — s Jean-Gaspard (1658-172!), horloger (?), 
,' Mite des tanneurs It>'.l2, secrétaire de corporation et 
i;ii-flier à Wiedikon; prit part comme chef modéré aux 
doubles de 1713; grâce à m">i> caractère et à sa eonnais- 

■ le l'histoire de Zurich et de sa constitution, il exerça 

forte influence sur se- concitoyens. II est l'auteur 

d'une histoire manuscrite ilr- troubles de l'époque en 
cinq volumes, Ileschreibung der burgerlichen Unruhcn 
uml Staalsrefurmen :u Zurich, anno l'ii:i. Le supplé- 
iii. ut contient des considérations sur les métiers (Arch. 
il n canton do '/ tî III I4rf). Il cheiicha à reconquérir 
j • . t • e • I' - rorpoi liions le droit de nomination des douze- 
nii'i's qu'elles avaient cédé en 1054 an\ Conseils des ab- 
baves. Auteur il une liesrhreibung rfes Auszugs der Evan- 
ilAis, ben ion Arth. etc. 171-2 Ms. C'est sans doute à lui 
iiin 1 vi n ail de I09i doit être attribué. Voir F. Hegi : 
C<-*cl,hht,: ,1er Zunft zur Schmiile.n 1915 et Arch. SG 
VIII. p I7Ô. IX, p. 195. - Ualler: Bibliolheh Y, n« HGI, 
l'.r.y i ; |<I99. — 9. Jean (1685-1743), teinturier, lieutenant, 
■ i ii ■ oi pôration des tanneurs1705, douzenier 1733, proeu- 
i. .. t).tviibach1739. — 10. Jean-Jacques 1097-1780 . fils 
.'■ n 0. i il tint à Bâle le grade de Ur en méd. avec uni di: 
sert ilion De/istula ani, 1722. Les poésies que ses amis éeri- 
viri ut à celte i casion pour le féliciter, ont été imprimées 
sous le titre OUa potrida. II <le\ int en I7'il préposé de la 
Chambre d'anatoiliie, 17ii ancien de l'église française et 
médecin en second de la ville. 1751 médecin en chef de la 
\illc. Destitué comme tel en 17t.il il perdit en 17l>9 égale- 
menl ks fonctions de chirurgien juré et mourut à 
llcdingen chez son lils. (Xbl. de la Bibl. de Zur. 1871, p. 
.'n ss.j. — 11. Jean-Rodolphe (17-26-1795), ecclésiastique, 
ron<acré 1749, pasteur à Boristelten 1758, à lledingen 
177S. — 12, Jean (1725-180S), chirurgien, compagnon du 
Jardin .N'oir 17i7, 17S"2 peseur à 13 Petite balance de 
bçurre , plus tard trésorier. Fut le promoteur en 1788 de 
I initiative Je l'abbaye des maréchaux auprès du gouver- 
nement tendant à établir un. cadastre et en 1797 d'une 
autre iniliathe contre l'exportation des vins. — 13. S.\- 
LOMON, lils de n» 9 (1727-18051, consacré en 1749, voyage 
en Allemagne, puis devient précepteur à la préfecture de 
Kûsnacht ; il est de 1753-lb04 pasteur à Schônholzers- 
wciler (Thurgovie) où il se livra — . succès à des essais 
de culture du ver à soie, f à Bauma (TB V. p. 17ii . — 
11. Henri, lils de n» 12, * 17ôi, également chirurgien et 

Gschauscbreiber », s'expatria en Amérique en 1786 à la 
suite d égarements matrimoniaux, vécut cependant plus 
tard auprès de son lils Jean (n 16), pasteur à Altstetten 
et llinwil. — 15. Jean, frère de n« 14 (175S-1821I, tan- 
neur, conseiller de ville et du Grand Conseil. — 16. Jean 
[1780-1876), consacré en 1809, pasteur à Sirnach (Thurso- 
vie), depuis 1812 à Altstetten près de Zurich, et dès 1825 
à llinwil, y à Zurzach. - Voir Xàf: Gescliichte ron Uin- 
'"'. p. 125. — I,. Antoine, frère de n 16 (1793-1801), visita 
les hôpitaux militaires d.- Stuttgart, suivit des ci 
I ubingue 1816 et revinl en 1817 à Zurich. II obtint en 18-22 
la place de médecin d'Octenbach. du pénitencier et delà 
Spanweid el • 'lira dans le cercle de l'institut médii 0-1 lii- 
rurgieal où il lit des communication très appréciées sur 
l< ■ maladies de la peau et la syphilis avec démonstrations 
cliniques. L'ouverture de l'université l'ayant privé de 
nuiis — 3 



ses situations publiques, il se c 
cheiii.le privée. Il a publié les 2 
de la Société du Jardin Noir poi 
bad in der SpanweiU. - 18. S 
(18-21-1896), médecin aussi, lit - 
lich avec une dissi rtati m : /'■■ 1 
dresen 18.71 , puis travailla comni 
respondenzblatt fur Sc/neeizer 



1 in. ni 



la famille: 

bmsteler: Cesehl.- lia. 

Egli: Zûrclier W'appei, 

Zùrch. MinisU-riums.- 

AB EGGE. l'amilli 



. • Ktrennes de Nouvel-An 
r 183-2 : Vrhrr (1ns llûsli- 
jii lils JaCQUES-Fri ni HIC 
m doctorat en 1850 à Zu 
uchitide, séjourna à Lon- 
' dentiste à /.m ich. Knr- 
2i;, p. 395. Voir 
plunr. - 



■I^J 



C. Kellcr-Eschi 

/i 11 ml Tabitlae gcnenlogicae. — J. 
bueb. 1860. 1869.' - Wirz: Etal des 
- hûrqerelals. ('.. Bhcn et F 11 " 
de ministériaux du 'J'oggen bou ra 



son nom de la tour rue Egg, près de 
d'apr. 




: ■ '. ' I 



; 



l.lii \li Eggo 



tirant probablenn 

Oberbiizenheid. I. 

le sceau du maire Ll 1 1 d'Uzriach 

:; 1 un. 1353 (St.- Arch. Zurich : 

Ituti 102): 2 poissons se suivant 

en rond (rappelant le cimier des 

comtes de Toggi nbourgJ.'Apparaît 

pour la première fois avec Ulrich 

iil ou ah lir.r.F. 1-228-4-4, mort 

avant 1200. Son Iil.. GUILLAUME, 

1260, bourgeoi: à L'znach, pos- 
j sédait jusqu'alors avec s,.^ fi-è- 

res un arriére-lief saint-gallois a 

Oberdurntcn. IlENRI, qui j u - •] 1 1 '< ■ 1 1 

1272 était copropriétaire de l'avo- 

calie sur la masc toggenbour- 

geoise à Min v. il. possédait ju 5 - 

qu'en 1280 des tiefs de propriété 

toggenbourgeoise à Sehwarzen- 

bai h. \i l'.i.r.i elles lils de son frère 

défunt I IIIERRY détenaient jusqu'en 1312 un fief de Toggcn- 
! bourg à Egelsee (C. Zurich), lài 1324, l'uni;, ainsi que 
: Kraet et Lutold. fils de son cousin Albert, vendent une 
1 dîme toggenbourgeoise au couvent de Ki'iti. L'avouerie 

d'Uznach fut décernée à LOTI ver- le milieu du XIY«siècle. 

— L't.Ric von ou Al! Egge apparaît de 1274-1279 comme 

ministérial des Regensberg. - l"/. 1-X. - USlG. - Wege- 

lin: Togganburg 1. p. 133. - l-'el.ler : Bvrgen St. Galtens 

1. p. 36. if. in 

ABEILLE, Joseph, •■ ingénieur d' Sa Majesté très 
chrétienne de I-'rance », comme il s'intitulait lui-même. 
! el architecte français, apparaît pour la première fois en 
; Suisse à Genève au début du XVIII e siècle comme auteur 
1 des plans de la maison Lullin. aujourd'hui de Saussure, 
rue de la Cité, construite de I7Ù7 à 1712, et. en !7uS. d'un 
; projet de machine hydraulique pour la ville. En 1711, il 
| dressa le plan du château de Thunstetten pour Jérôme 
d'Erlach, par l'entremise duquel le Conseil de Berne 1" 
• consulta; les plan- de l'hôpital de 111'- aux travaux pu- 
blics du canton: et d'un nouvel Hôtel d'' Ville sont de 
1715 et 1726. Kn 1732, il se rendit a Bel ne pou 1 la 
borer avec Schildknecht les plans de l'hôpital I urg< lis 
actuellement conservés à la Bibliothèque de la ville : 
on lui attribue le dessin des façades de plusieurs mai- 
sons particulières de Cerne. La dernière trace d« son 
passage en Suisse est le témoignage flatteur que lui dé- 
cerna le Conseil de lierne, le 7 juillet 1735, et, la même 
année, la commande d'un modèle de drague pour le port 
de Morges. La famille Abeille, assez répandue en France, 
a produit d.- ingénieurs et des architectes dont on re- 
trouve le travail à Rennes, Montpellier, Toulon-.'. — Voir: 
SKL I. p. 3- -- Thi. ni.- 11. Becker: Allg. Lex. d. bild. 
Kûnstler. — ICieser: Hrrner [.andsilze. — La maison 
bourgeoise ci Suisse, II. p. 'J'7 

ABEL. Plusieurs familles de ce nom vécurent à Ge- 
nève et furent représentées de 1550-1600, par Pierre, 
originaire de Lausanne, B 1... et parles lils d'K-n.rr. 
d mi 1 un l'ai imprimeur. On trouve dans 1. 
d.eles |.' nom •!■ Philippe A M, maître imprimeur, il 
! faut entendre l 1 . Albert (voir ce nom). Voir llcnève, AE. 
< 1 it-i ivil. Reg. des notaires - Cf. Cov. /./:. c. u ' 
ABEL M litn . Voir l'oi PIN. 

abelJanz. lîoureeois de Zurich depuis le 6 juillet 
I88'n i midi' en m m,, de Wardablur, dist. de Lori en Ar- 
ménie. I. Ilnrùtliiim * le 13 avril 1849 à Wardablurj 
lils de n,.'!"- A. et de Maria Vixùgos, d n 
Zurich depuis 1809. Fait -.ai doctorat a Zurich, en 



aiu'.ci; 



Am:u,\\z 



:;:; 



mi'iin- écusson, mais avec d'autres émaux. — I. Henri 
,, Vlii-^R du Meilen), bourgeois il.- /.midi depuis l« 
,', ,<;. i:,79, il- l'abbaye des tanneurs et courrier il.- ville, 
llïlt). I.e tailleur Hans A. il'- Meilen, bourgeois de Zu- 
,'uli en lii'iî (voir Abegg il" Meilen) n'est dans t....- |i ca< 
,..„ un lils du ii" 1. —2. Henri (1017-1681) petil-lils du 
|. | ,i lils au çruyer CONRAD, il" l'abbaye des tonneliers ', 
li'ill it douzi nii t des Charpentiers H'.",:;, juge matrimo- 
nial IliTS. — 3. H ii.iiii (* 1632, y30aoùl 1673), lann 

... Ui68, douzenier d" l'abbave des tanneurs 1673. — 
I p JeaN-GaSPARD ( 1633-1 6U3), frère il" n- 3. député des 
MniK'urs, >u lir-i il n t il" Knonau où son beau-pere était 
. , : , i.iirc et procureur du Conseil; .vit en 1692 au nom 
,i. - trois quartiers A-no, lln.i et Capriasca (AS I 6, '.)>>, 
aj>«i. - 5. Jean-Henri I6SS-1715,V. h. M. (verbi dieini 
,, mister, ministre du Saint-Kvangile). — U. Jean-Jaciji i -, 
iliirurgicnjurél7l4, représentant des abbayes au conseil "i 
rurateiir du « Jardin noir » 17-Jii, douzenier 1726, juge ma- 
ii imoni .I "t m.embre du collège de la Hél'oi me. président de 
.mK: dJa.-wi£tauec3727.— 7. Jean-Conrmi I677-I7f>.">i, 
i :.."[. i.-ur. — S. Jean-Gaspard (I6.i8-'I72I), horloger (?i, 
.'. •. h!.' il", i.-iiiii- ms M592, secrétaire du corporation •: 
.i niera Wiedikon ; prit pari comme chef modéré aux 
troubles de 1713; -iài" à >on caractère et à sa connais- 
..iii , .i, l'histoire de Zurich et de sa constitution, il exerça 

i forte influence mu- ses concitoyens. Il est l'auteur 

il mie histoire manuscrite il' - troubles de l'époque en 

, mu voli -, lieschreibung der burgerlichcn Unruhcn 

itutl Htanlsreftirmen :u 'Zurich, anno 111.3. Le supplé- 
ment contient des considérations sur I", métiers (Arch. 
du canton de 7. I! III I4rfj. Il chercha à reconqii 
putir |.- i ..i pot .!i"]i-. I" droit il" nomination des douze- 
niers qu'elles avaient cédé en 1654 aux Conseils des ab- 

I. ,\. -.. Auteur il un.- lieschreibung ries .4 uszugs der Eean- 
tjAisclien von Arlh. etc. 171-2 Ms. C'est sans doute à hn 
«ne I" vitrail de 1691 doit être attribué. Voir F. Hegi : 
(.. ), ,,!.!.■ der Znnfl zur Schmidcn 1912 et Arch. SG 
VIII, p 175. IX, p. 193. - Ilaller: Bibliolhek V, n«tlGI, 
l'.'.i ; ISBSt. — O.Jean (1685-174:3), teinturier, lieutenant, 
il i i ." poration des t mneui s 1705, douzenier 1733, pro -ii- 

. Kieti «bai 1. 1739. — 10. Jean-Jacqies 1697-1780 . lils 
.'■ il 6. Unlint à Jiàle le grade de Dr en méd. avec une dis 
a IJe/istula ani, 1722 Les poésies que ses amis écri- 
virent à culte i ccasion pour le féliciter, ont été impi imée 
sous le titre Olla potrida. Il devint en ITil préposé di la 
Chambre d'anatomic, ITi'i ancien de l'église française et 
médecin mi second de la ville, 1751 médecin en che! de la 
\ille. Destitué comme tel en 1761 il perdit en 1769 égnle- 
ini-iit les fonctions de chirurgien juré et mourut à 
Hedingen chez son lils. (Xbl. de la Bibl. de Zur. 1871, p. 
20 ss.). — 11. Jean-Rodolphe 1726-1795), ecclésiastique, 
ieii-.ni,' 1749, pasteur à Bonstetten 17."v?. à Hedingen 
1778. — 12, Jt^\v (172Î-180S). chirurgien, compagnon du 
Jardin Noir 17'i7. 17S2 peseur a la Petite balance de 
bi une •, plus tard trésorier. Fut le promoteur en 17tvS de 
I initiative de l'abbaye des maréchaux auprès du gouver- 
nement tendant à établir un. cadastre et en 17'J7 d'uni 
autre initiative contre l'exportation des vins. — 13. S.\- 
LOMOX, lils de n 9 (1727-1805), coi -acre en I7i9, voyage 
en Allemagne, puis devient précepteur à la préfecture cie 
Ktisnacht ; il est de I75o-lb04 pasteur à Schônholzers- 
weiler (Thurgovie) où il se livra — - succès à des i 
.!•■ culture du ver à soie, f à Bauma (TB V. p. 179 . — 

II. Henri, tils de n» 12, * 1754, également chirurgien et 
Gschauschreiber », s'expatria eu Amérique en 1780 a la 

suite d'égarements matrimoniaux, vécut cependant plus 
tard auprès de son lils Jean ,n 16), pasteur a Altstctti n 
et llinwil. — 15. JEAN, frère île il' 14 (1758-1821), tan- 
neur, conseiller de ville et du Grand Conseil, - 16. Jean 
1 Ï86-IS76 . consacré en IS09, pasteur a Sirnach 'fhurgo- 
viei, depuis 1812 à Altslettcn près de Zurich, el dès 1825 
à llinwil. •;• à Zurzach. - Voir Xâf: Geschichtc ro i U ,. 
'■<'. p. 125. — 17. Antoine, frère de n 16 (1792-1801), visita 
les IvôpitauM militaires •!•■ Stuttgart, suii t di coin 
' il ; ue 18IG et revint en 1817 à Zurich. Il obtint en 1822 
I i place .le médi "in .1 Oi tenbach. du péniti n. 
Sp;imveid et entra dans I" cercle de l institul n,. ' 
: i 'I où il lit il"- commun 

1 maladies il" la peau et la syphilis avec démons trati ms 
1 '<• ie-. L'ouverture de l'université l'ayant privé de 
dhbs — 3 




Sceau de i.iii 



ses situations publiques, il se consacra cntièremenl à sa 
clientèle pi ivée. Il a publié l> - 25 • Klrcnm - île Nouvel- An 
de la Société du Jardin Noir poui 1 12 Ueber das Jlùsli- 
bad in der Spanweid. — 18. Son til- Jacques-Frédéric 
(1824-1896), médecin aussi, lit son doctoral eu 1850 à Zu- 
rich avec une dissertation : De rucliilidc, séjourna à l.oii- 
dresen 18.7 1, puis travailla comme dentiste à Zurich. Kor- 
respondenzblatt fin- Schu-eizer Aerzle'îS, n :'.:é. 
pour t. ait" la famille : G. Kellor-Ksehcr : Prompliuir 

iJûrsteler : Cesehl.- Ilitch I TabuUie gcnealogicne. J. 

Egli: Zûrcher Wappenbuch, 1S60, 1869] - Wirz: i tal d< 
Zi'irch. ilinisteriiims.—Iiûrgeretnts. c. Bkun et P. 11.1 

AB EGGE. l-'amill" de ministériaux eu Toggen bourg 

tirant probable ut -en nom il" la tour zur Egg, près de 

Obi rbazenhi ni. Les armes d'après 
I" -..".ni du maire Li 1 1 il l 'znacli 
3 janv. 1353 Si Vrcii. Zurich : 
Huti 162): J poissons se suivant 
en rond [rappelant I" cimier il' s 
comtes i 1 " là ' 'il iurg) a ppai ait 
pour la première loi- avec I un n 
nt ou m. I...'.i 1228-44, mort 
avant 1260. Sou lil Crti.i.u mi:. 
1260. boni i -.n- à l'/naeli, [ 
séilait ju-'i'i alors avi c ses fi è 
ris un arriére-fief saint-gallois à 
Obéi 'lui nteii. Henri, qui jusqu'i n 
1272 était co-propriélairc de I avo- 
catie sur la ic inse toçgenbour- 
gcoi i llinwil. possédait jus- 
qu'en 1280 des lîefs de propriété 
loggenbourgeoise à Schwarzen- 
li.nli. Ai in.r.i et les lils il" son frère 
défunt I ni! ma déti ii.u. nt jusqu'en 1312 un fief .1' I igen 
liourir à Egelsee (C. Zurich), lai 1324, L't.Rli ain i qui 
Kieui et Lotoli). fils de son cousin Albert, vendent une 
dîme toggenbourgeoise au couvent de lliiti. I. 
d'Gznach futdécernéeà Lûti vers le milieu du XIV siècle. 
— L't.r.n: VON ou An EGGE apparaît de 1274-1279 comme 
ministérial di ■ le -m berg. - - UZ [-X. USlG. Wegc- 

i, '/.. ; ' irg 1, p. 133. - Fclder : Wurgen Si. Gallens 
I. p. 36. ;_K il ■ 

abeille, Joseph, ii.-én d' Sa Majesté très 

chrél un.' de 1 lani" ... coinni. i! s'intitulait lui 

et architecte françai , apparaîl pour la ; i foi en 

S ; i lin au début du XVIII e siècle comme auteur 

d' - pi m- de la maison l.ullin. aujourd'hui de Saussure, 
rue delà Cité, construite de 17n7 a 171-2, et. en I70S. d un 
projet de machine hydrautiqui pour la ville. En 17)1. il 
dressa I' plan 'la château d" L'Iuinst Lien pour Jérôme 
d lai "h, par l'entremise duquel I Conseil de Herni I 
consulta ; l"s plans d' 1 hôpital J i 1 Ni ."i\ travaux pu- 
i (u i «ton ■ l"un nouvel Hôtel d \ le -ont <!" 

I71â et 1726. En 1731. il -. rendit a Berm p i éla 
borer avec pi ms de l'hôpital I 

actuellem il i et I ■■ Uil 

on lui attribue le dessin des fa ça pi t urs mai- 

sons particulières de Berne. I t dernière tract 
|. assise en Suisse est le tén tleur que lui dé- 

cerna le Conseil de Peine, le/ jui t 1" 
année, la c. mmandi d un mod 
de Morges, 1 a famille Abeill u a 1 en 

a produit des ingénieurs et d < ■ '• lectes dont en re- 
trouve le travail à Rennes, Montpellier, Toulon-". — Voir: 
SKL I. p. 3. - ïhieme n Beckci Atlg. 1 .. rf. bild 
i. ..,. - Kieser: Herner Landsilze. — I a 
boni '/■ . se • -■' Sii '.II. p 

ABEL. Plusieurs ramilles de ci nom vécurenl à iè 

ni v. et talent l'-'i ■ 

, igïn lire d> l ■■■ - mn ■, l: G., et y.\r les lils d Esprit, 
d nt I au lui impi un. ur. On trouve .! il ■ i ■ ■ 
d'actes le nom •!■ l'hilippe Abel, maître imprimeur, il 
faut enlemli'i I'. Albert (voir ce n ni Voirll nève, AE. 

Etat-i I. I il notaii Cf. Cov. /./,'. c. H ' 

ABEL Ma i l'ol l'IN. 

ABELJANZ. Iloureeois di Zurich depuis li I 
I,--', .ie. . " de Ward iblur, dist, .1" loi i en Ar- 

I lliirùthitm » le 13 avril 1849 à Ward.ti.hir ; 

. et i 
■• 



3î 



ABENDBERG 



Vebet 



de 



1872, avec une thés 

de 1874-1877 maître 

de 1S77-1SSI chimiste cantonal, 

à l'université île Zurich et à l'éci 

raie, on I8S4 prof, extraordinaire 

de chimie organique à l'univ< 

l«i2 du laboratoire l! de chimii 



c Bichloracther : est 
à l'école industrielle, 
■n I873 privat-doconl 
le polytechnique rérié- 
L'I t;n IS9J prof, ordin. 
■silé et directeur, en 
Il a publié de nom- 



breuses communications dans des revues techniques, a 
collaboré aux recherches et rapports de l'ingénieur rie la 
ville, Bûrkli, et a fait le rapport sur le groupe 25 (bière) 
de l'exposition nationale à Zurich en I^XJ. Sa seconde lille 
Agnès Ekica * en 1878 n épousé en 189S le journaliste, 
plus tard conseiller d'état, IV Oscar Wettstein à Zurich. 
- Voir: Zur Gesch. der zùrch. Kantonssehule 1833 
1S83, Festschrift. - 75 Mue chemischer Forschung an 
der Universitùt Zurich 1000. — Universilât Zurich, 
Festschrift 1014, p. 61. — 2. Arthur Tiurane, * I887 à 
Zurich, fils du précédent, sculpteur, est l'auteur de quel- 
ques-unes des meilleures sculptures tlu nouveau Tribunal 
de district de Zurich et entreautres de la maquette du 
bas-relief .• Chantas» à l'hôtel municipal III à Zurich. — 
.Y// 1917, S»'77. [F H.l 

ABENDBERG (C. Berne, l>. Interlaken. V. Iu;s . 
Primitivement alpage avec forêt sur lequel, en 1820 et les 
années suivantes, le forestier Alb.-Ch»-Louis Kasthofer lit 
de- plantations. Au mois de mai 1841, le D 1 inéd. Jean- 
Jacq. Guggenbûhl y ouvrit une fruitière ainsi qu'un « asile 
pour crétins»; ce dernier jouit bientôt d'une réputation 
européenne, reçut de nombreux secours officiels et pros- 
péra assez longtemps. Mai- à partir do 1850 et en particu- 
lier de 1855 à 1S58, l'établissement ;i\ :int été violemment 
attaqué par des médecins et par la Société suis e d 
sciences naturelles, comme n'étant pas dirigé d'une mn- 
nière scientifique, il déclina rapidement Après la mort 
de Guggenbûhl (2 révrier 1863), l'asile fut renne lin mais 
1S*>4, la communauté des frères moraves qui en avait été 
instituée héritière ayant refusé ce legs Depuis 18Ci, 
l'hôtel-pension Bellevue y est exploité. Le 19 janv. 1918, 
M Hauser-Sterchi, héritière di son père, le grand con- 
seiller Sterchi-Wettach. en tit don à I lié; ital de district à 
Inlcrlaken. — Voir <JSi; XI'. illl p. 666;. — Communica- 
tions du pasteur AlLhi er, Eglisau. [IL 1 .] 

ABENDRUF. Voir Uetrup. 

ABENSBERG. Kmliricll v. Voir EjlBRtCH V.ABENS- 
BERC. 

ABERACHT. Voir ACHT. 

ABEREGG. Nom de famille originaire deBitren (C. Ber- 
ne). Eu 1558. dans le registre de baptême de Bûren: Aee- 
r>.gk, Ahekegk. — Jean-Frédéric, notaire, le 26 février 
1781. — Jean-Frédéric notaire, le 19 février 1820. — Voir 
A II VU 18 325 [H. T.] 

ABÈREG, d'. Voir MeïNENS. 

ABERGEMENT. Par le contrat d'aberge it, celui 

qui aberge, Vathergen.nl, se ré ervanl le domaine direct, 
cède à Valbergataire I" domaine utile il un bien, pour 
une longue durée ; Valbergataire paie un droit de muta- 
tion ou introge [entrage au pays de Vaud), l'immeuble 
abergé est grevé d'un cens ou redevance annuelle. 

Dans l'ancienne république- de lienéve, lus aliénations 
consenties par l'Etat avaient toujours Heu sous ré ei ■■ 
du fief de la Seigneurie, soit sous forme d'abergements, 
moyennant le paiement d un cens annuel. Voir aussi 
Francs Habergi hsïs. — Voir A. Flammer: Le droit ri, -il 
de Genève (1875) - MIG t. XX. p. 116. - Max Bruchet: 
Le château de Ripaille 1907 , p. 593. 

ABERGEMENT, De I" ou Des ABERGEMENTS. 
Famille genevoise des X IV» et X V' s. - Jean de l'A. lieute- 
nant du vidomne en 1400. — Voir Genève AE. P. 11. 400 
et GalilTe Gén. gen. 1. qui cite Bernardine, lille de ooble 
Jean De l'A. (1483 . C. R.1 

ABERGEMENT (!_') (C. Vaud, D. Orbe. V. DGS). 
Commune dépendant au moven âge de la seigneurie des 
Cléi s. Flic avait alors un conseil foi mé du tiei des 1 : 
eeois alternant chaque année. L'ne maison porte la date 
1690. une porte de grange celle de HKi. Son église date 
de 1902; elle dépend de la paroisse de Ranccs. — lillY 

1, 15. M. R 

ABERLI OU AABERLI. Familles des cantons de 
Zurich.de Schaffhouse et de Lucerne, sans parenté com- 
mune. 



ABERLI 

A. canton de Zurich. — I, Famille bonrj roise de Win 
lerthour. Armoiries : d'après l'armoriai de Winterthour de 
1855, les A. poi tent : d'or à un bélier naissant et coupé .1 

salile, arme d argent. Ci i : la ligure di l'ecu naissain 

dune couronne d'or; lambrequins sable et or. La repro 
duction du cachet du graveur Frédéric A. est en même 

temps un spéc n de son art. Auherlin ou Aberli est i 

petit nom il Abraham, anciennement en iis.eje à Winter- 
iliour. Ainsi on trouve dans cette ville en 1448, lleini 
Auberli, i lia. ion : 1466, Vuberlin Stultz; 1475, Aberli Bo 
hardi; 1494, Aberli ï'ohig. I ne abréviation analogue esl 
Aeherlin, donnée dans de actes de 1443 au juif Aeherlin 
(Abraham), mais elle s'applique égali ment au nom il Ebi i 
hanl. Ce prénom a peu à peu donné naissance au nom de 
famille Aberli qui apparaît pour la premièi e fois dans les 
rôles d'impôt de Winterthourdc 1496. — 1. ,li:in A. po 
daitune maison pies de la porte supérieure; s'adonna à la 
peinture et prit part, avec une hallebarde, en 1529, à trojs 
expéditions guerrières dont il revint sain et s;,nf. Son mé- 
tier ne suffisant pas à l'entretien de sa famille, le Conseil le 
nomma valet de ville en I530. L'horloger Laurent Liechti, 
de Winterthour, ayant construit une horloge pour la 
porte de la ville de Bru ; Uicrli fut chargé de la pein- 
ture décorative de ce chef-d'ouiwe, l'autorité lui four- 
nissant gratuitement la subsistance, les couleurs et l'huile 
et rétribuant sou travail de 30 llorins I53I La seconde 
guerre de Kappe] ayant éclaté, il fui rappelé à la maison 
au milieu .le son travail. Grièvement blessé à Kappe!, il 
est fait prisonnier et conduit à Zoug; il y fut bien soigné 
jusqu'à sa guérison, mai il ne put s'acquitter des frais, 
de sorte que le Conseil de Winterthour s'interposa peu en 
obtenir la réduction, alléguant comme raison que a notn 
serviteur» avait plus d'enfants qui de fortune. Rétabli, 
il continua ses loi ici ion s de valet de ville jusqu'en 1545. 
2. Clacs lit de 1505-1534 partie du Grand Conseil ou Con- 
seil des Quarante.— 3. CoMun (Kurli) est tué à Kappel. — 

4. D'après le Rôle des Impôts de Winterthour di I5( n 

prêtre nommé Jacques Aberli demeurait avec Jean Aberli 
a l'Obertor. C'esl lui probablement qui devint curé de Nef 
tenbach et y introduisit la Réforme. Il était b 
exti i ne de Winti rthoui I mi mbi i di la Sociél di 
cra tes (Herrenslubc). D'après Salai il prit part à lit tl 
de Zurich en 1523 et également à ci ll< di Bet ni i n 1528. En 
1535 il émit devant le conseil de Winterthour des prétentions 
à la succession de la veuve de Heiny Wagner, c'est pour- 
quoi on le trouve aussi sous le nom de Jacques Wagm r, 
l'ui ■trait par Jean SulzerfBibl. Zurich!.— D'autre part, le 
tonnelier —5. Ji:.\n de Winterthour, fut agrégé à Zurich 
le 12 décembre 1555 [Zï'.rch. Rïirgerbuch II. p. 31 . 

Voir à propos de l'horloge de Brugg: Ganz dans le .4 art) 
Tagblatt 1896. — W. Merz: Aarg. liurganlagen I, 1905. 
p. 1Ô7. Pour le reste, les archives de Winterthour, la 
Chronique de Laur. Bosshart {QSJiG 111). 

La famille prit une rapid. extension à Winterthour el 
s'adonna à différents métiers. -6 Jacqi'i , membre du tri- 
bunal municipal en 1561, y 1567. — 7. Le peintre Martin, 
tué à Novarre en 1588. — Nous nous b irnerons dan- la 
suite à mentionner les ancêtres directs du peintre Jean- 
Louis et des graveurs el médailleurs Jean el Frédéric. — 
8. Baktholomé iltarilimi i) * 1530, serrurier de la ville en 
1570, eut cinq femmes et onze i nl'.mt- ; y de la pesti ■ 
1611. — 9. Jean, un de ses fils, * 1561, boulai r, i 
Mu. iretha Troll, devint ennui conscilli r en 1012, 
ret de la ville en 1613, y i n 1628. — 10. Un de ses huit fils. 
JosuË,*en 1627, époux d'Elisabeth Ernst, était mercier ■' 
mourut déjà en 16o8, laissant un fils uniqui -- II.Jean- 
Jacqi es* i n 1656; celui-ci, tailleur à la Hinl rgo e.devinl 
président d'- quartier i i il ins sa vieilli — surveillant des 

pi lin • n 1731. Il eut .1 
Ile ner trois fils dont l'aîné— 12. Jean-Jacques 
Barbara Foirer dont il eut quatre tils. dont nous citons: 

13. JEAS-L.OU/S. Artiste-peintre * en 1722, montra, de 
bonne heure des dispo itions reniai ! 

et fut mis en apprentissage cheî le paysagiste Henri 
Mever, à Winterthour, fils du célèbre pi intre Félix Meyei 
A ls an-, il -•■ i, ndit .'. Berne eu il h ivaill i dan : I 
rii Jean G mm el la en r. i". 1718 une école de dessin 
le - pi intres francfortois Schutz ■■; llu-. :li 
à l'étudede la nature, du paysage, notamment de l'Obéi 
land bernois. En 175'.). quittant femme et enfants, il se 



ABEHLI 



17£1517 



M'.EUI.l 



33 



, , , vec le graveur en mille douce. Adrien Zingg, à 

l^'utodinsnnventiondocequona appelé ■■ manie ie 
' ■':', , • "ravait sur cuivre .1rs paysages qu il reliais; 
'Vf vàn'ede clune ou à l'aquarelle. Son procède 
.il ;' '«"'^..p aimitateurs; il vit ses ressources d.mi- 
'"' ■ „ssi se hâta-t-il de perfectionner ses travaux : • 
",'';.'.!.:, l'eau forte, aussi bien que ses scènes de la vi« ; 

" Zi-W-Kunsller de L-ussli renferme son portrait gr.iu 
'u séhel eiibcrg. - -VM. dw Kûnsllerge*. tvr. 
fin sk ! i _.w../.v.s/..«^ww .ir„, ( .v«/ 1 ..rk>.... 

'^T'JFÂV* en 1737, lils cadet du sergent de L vtlle Hon» 
. i ..t frère Un précédent. Devenu pharmacien, 1 *eta 
m" o t -t H —•' Elisabeth Vôgeli. de Zurich, ma 

m?,, en 'Si) laissant dans la gène sa femme et 
m ""r Y", <• m '* le 5 janvier 1774. Le parrain de ce 
rîJerle^-teîîstoU à Seucliîtcl, recueillit 1 orphelin 
S" Sr^v^e^rnr^c^ 

"""""" '" ° .„.■..' î '• -dit complètement l'ouïe, ce 
E* °e Conseil de VVinterthour dut se procurer un no. 

.^'s'ceau, mais corn il ne se trouva R«Jonj« *.« 

, ,,n.„,,i nùt exécuter a commande, il s adressa <» 

r ' 1 v ! ,' •• V.V,- C'était une indication i la 

^rrcdtjeanî'llùimis en apprentissage ■* bu*^ 

i,:,H notamment 1" mini.- • K "> ■ . , 

pass^M© s'a 

quelque fortune d'un frère de son grand-pere En 

ihussjzp ;:;. : 12 

son. Z.im unie, nVYald^d.n- .' ^ -' ^ .',;,,,, 

;: lit , l!?; i ,U^r^/u , ïï. , .v. , V. ™-. ; 

SESs si 

FSeSi'déSe^ SJS 

^'^^^•^Vi-r^sch^iéc al; : : 

mande au prix d. ' » I .. « n ; 1 ■ au , 

i.ons suivantes a I av. i», la «it < 

-.. ■■■■ "-V 1 

.,., coin pour les plaques portées par les diux taiiiu 



lu Conseil de \illc, demanda comme rétribution que 

sa part" des 4ns coi maux lui. fui '""«^Tl 

lier viager, ce qui lui fut accorde; mais en 1821, a U 




■/s 






Jean-Louis Abcrli, <lo VA interthour. 
Gravé par M. Esslinger. 

Rl ,ile d'une erreui de l'administration, le bien fonds sur 
taud reposait la jouissance passa en .1 autres mains Le 
CoWl reconnut le bien fondé de la réclamation d A heil. 
. „i îri-ord . »0 florins d'indemnité, i o dont il se de. lai a 
«LisaHAÏa «ré sa surdité, Abcrli était doué d'un i prit 

:•'" ''' .;,"| n d. s'instruir, I. mil en rapp ri ' 

. hio\0"w - d: - amis des arts et dus cou 

e c1 "d'Allemagne. Jean A. parvenait toujours 

„?., à la maîtris. dans son art; se nombreux tray; us se 

Swin-iiaut ,u, lii.-.....i.nu. I, f.,.-i...", la composition e 

ne exéc lion des plus soignées. Sont à citer parmi ses 

chefsXùvre : les m&lailleï commémorâmes de Zwingli 

p l'estaUr/zi celle du monument du Lion de Lucerne, le 

.,, /ù'd, la Confédération de 1815,1e serment du 

ïM i 1853 donne une plan, 

ïsl^T^étc^LVorrer'ii 

luns _ Archives de \\ thour. .... .<• 

! Te faveur Jean A. eut 2 lils et 4 filles; l'aîp 

,_7 T.; „,.<,,, 1799 étail i I. i "" '■< devenir 

! '-nv,',,, m .i- n'avi ni pas de ! oût pour cette oc, 

f a se voua a ■' erc. A uv.ie.-thour.il P o 

RW1S.V» la 
cttansl » i-dit le . . 

d.UX d. '' ' ; ' lS ' 9 " 

Ual ia de la lièvre jaune. 

n Son frèi « let Jai fj 
Frckldrfc * le n -> ' ! 

marcha suri I ■ »n per, 

quieutlajoi 

lili un di a. ■ seui 

: avec adress. dans - 
,,„ C'est i«»! 
amédaUl, : < < ' 

,.,. i. main de I ritz l'uis vinrent 

im.«i ' . . : i ^'•" r,i - 




315 



A.BERL1 



par des visites assidues au musée, Il lit de nom 
breux tableaux iN' pieté, mais d.-s jalousies de métier 
lui procurèrent bien des déboires. Les années 1823 
et 1SJ 1 lo trouvent à Paris où il poursuit ses études 
dans les collections d'art, se développe par se- rela- 
tions a\cc l'artiste Promeut; il v trouve au"i de meil- 
leurs ateliers de frappe qu'à Zurich. L'amour le rappelle 
à Lvon en 1821 et, en 1835, son père a la joie de le revoir 
à Winterlhour. Dès lors, père el lils travaillèrent ensem- 
ble ; les commandes n'étant cependant pas assez abon- 
dantes, Fritz se transporta en 1839 à Zurich, où il fut 
reçu à bras ouverts. Comme membre di la Soi i< té des 
artistes, il |"it étendre le cercle do ses connaissances 
et obtenir beaucoup d'ouvrage. Par l'entremise de son 
beau-frère Jean llrunncr, qui était associé dans des lila- 
tùres à Liiichental, près de St-Gall. et à Rorbas, il lit la 
connaissance de Sabine Erpf, de St-Gall, sœur du con- 
seiller d'Elat el conseiller national Edouard Erpf. Il 
l'épousa en 1835 et se rend il en voyage de noces à Munich. 
A Zurich, il lit les sceaux des utviwcsités de Zurich et de 
Heine et rie leurs facultés, la médaille du pont du Mou- 
lier, de Zurich, el celle pour le marrie, enfin cille de la 
Société des Houes, rie Zurich, un de -<- meilleurs ouvra- 
ges, et celle de Pestalozzi, etc. En ISiô. il vint de nouveau 
.-e fixer à Winterlhour en raison i i < ■ la santé de sa femme. 
Il y lit la médaille du pont de la Niderk à Berne 18-46, le 
sceau du Conseil fédéral 1819, les médailles commémora- 
ti\. s de l'entrée de Zurich clans la Confédération 1851 rie 
la rète fédérale de chant à Winterlhour 1854. les médailles 
pour le mérite de 1848 et IS02, celle du jubilé de I or tri i 
des franchises rie Wirrterthour par h comte Rodolphi d 
Habsbourg (22 juin 1264) 'l'86i l'exemjdn-iri en aident coù- 
tail 15 IV., en bronze 3 fr. 60 ; une frappe en or fut ollerle 
à l'empereur François-Joseph), etc. La fertilité de Fritz 
Alicrli est étonnante ; il lit 378 gravures sur pierre rime. 
18 médaillons en métal, 133 grands sceaux officiels el de 
sociétés, 183 cachets armoriés, généralement sur acier, 
pour particuliers, el S sceaux de familli s, soit un total de 
619. Il axait le sens rie la noble simplicité qui trouva son 
expression surtout dans la représentation rie la ligure hu- 
maine, et des animaux et rencontra la pleine approbation 
des connaisseurs et critiques d'art, aussi bien que des 
simple» amateurs. Le jour de I'Asccn ion en 1871, une 
attaque paralysa son bras droit ; «le grand repos», écrit-il 
alors d'une main tremblante dans son livre de travail. 
Il mourut le 19 décembre 1873. Sa fille Emma, * en 1839, 
épousa à Zurich le banquier \V. Bâschlin,de Schaffhouse. 
Le portrait de Frédéric dessiné en 1852 par son ami le 
peintre d'histoire Edouard Steiner, son buste, modelé en 
iNJo par G. Hôrbst, ?a collection d" sceaux se ti ruvenl 
au mutée et à la bibliothèque de Winterlhour, tandis 
que le musée national possède la coll ctb ri de tons ses 
travaux ainsi que ceux de sou père et d'artistes amis de 
l'un et -de l'autre. — SKL 1. p. 8-4. — A. Hafner, un 
parent de l'artiste, d'après des noies du graveur et m 
dailleur, dans les Alitleilgn. des Kinislvereins W'thur 
1873.- L. Forrer: Biogr. Dict. of Med. I. I904. - Ar- 
chives de VV'thour. Kaspar Havser.I 

II. Famille de la ville de Zurich : Plusieurs, tout au 
moins deux ramilles bourgeois 
différenti - ne pasconfondre avec 
Aeberli ou Ebet li , appartins nt 
en tant que boubou ers à la corpo- 
ration des boni ingers. — A. Ar- 
moiries : a ' sur champ d'aï gr m 
un fer à chi val d< sal '• sommé 
d'une croix d( g tu uli - (sceau de 
Jacques, haut bailli du Neuanit 
1497, couleurs d après M iss, G, 
schlechterl ■■■ •■ surchatnpd'a- 
Aberli zur ' '.. pi lit p. un d'oi sui im ni inl 
1 j'- 1 ' un mont de sinoplc à li •■■■• c >u- 
pi iux et 11 mqi v de dr ix étoiles 

d'OI I moi nl.'V.ryv H'.7'|i.- A. lin II I ! . ; : i I II ., il ! - . ' lliell 

renseigné sur le; plus anciennes générations du XV siè- 
cle. Ou peu I suivre jusqu'au XVII siècl la descendance 

d'un — 1. Auiert, di la corporati les boulaiiqeis. le- 

qu.'l prit part i ri 1-476 à I - e; n] : M 

appartinrent presque t u us à la corporation des bou- 
langers. Les plus importants d'entre les desa 




' 






' / 



Sceau .1~ .lor 

bailli du Ne 

Grauilout 



ABEHLI 

de cet Albert furent -i. Jacques figurant sous b foi 
mes Eberlin, \iiborly et Oberly), lil- de n" I, boni 
Conseiller de la corporation di boulangers, été 148;) 
Le 26 août 1189, administrateur de la succession du 
bourgmestre SVnldmann;' dressa un registre des dettes 
payées par Waldmann [QSG S. F. II. Akten I). Maître de 
corporation, membre du ■ i n ni réins- 
tallé constitutionnellenieiit le 2-4 juin 1489 

du conseil 1-490-1500, maître ries clefs, i 

sagci de diète à Luccrne avril 1494 i 
Zurich et Rapperswil 1493, haut bailli à Alt- 
Recensberg 1490. dans le Neuaml 1492 el 
I496, haut bailli à llorgeii 1500, b lilli à 
Baden IÔO5-07 (ASJJ. Membre de la confii - 
.ISA Y. p. 17). - 3. Heshi, fils du n»2 




Lux- und !.. 




boulanger au Rehnweg, un des' plus fanatiques parti .... 
de la Réforme, n'observa pas les mandements de carême 
1522, prit part à l'organisation du banquet des compa 
gnon sur le Lindenhof. Le 2 juillet 1524, le gouverne- 
»" :i ' '■ ii confia, ainsi qu'à d'autres, le soin de débarras- 
ser les églises des - idoles n. Plus lard anabaptiste, il fui 
comme tel impliqué dan* le procès intenté a cetli si-cln 
l-'-'-r. (Qitellen z. Scltweiz. lii-form.- Gescliichte I. p. 14 
- 4. JiAN-lliM-.t (1600-61), consacré au Ministère 1623, 
pasteur a Rcgensdorf 1626. 

1). La famille la plus importante, éteinte 1795. en réalité 
bs.ii. La tiliatb.n est dans les origines quelque peu plus 

aisée à établir que | • A. Ses membres appartinrent 

pci sque lous aux coi poralions de la Balance ci rlu Safran, 
ils l'urenttisserands, orfèvres et ecclésiastiques. Armoi- 
ries .-d,' l'n soc de charrue flanqué de rb ux étoiles 
du maître de corporation Ulrich, 1554; 6/ d'or à uni 
d'-mi-lb m- di- lys d'azur et nu demi-soc de charrue d'ar- 
gent accolés, sotiti nus d'une montagne de trois , -,. 
de sinople et sut montés d'une croiselte ri argent ; cfiappé 
ployé d'azur à deux étoiles d'or en chef. (W.-B. Mever 
lOOoet Egli W.-R 1860 .L'ancêtre esl 1. Ulrich, le lis ■ 
rand de Saint-r.all. reçu bourgeois b- 38 juin i486; di la 
corporation rb- la Balanci , eut pour épouse la fille du pi I- 
letier Jordan. — 2. Félix, (ils de n 1. Douze- 
nicr de la - Balance i ir.lO el 1522, combattit 
à Marignan. — 3. Félix. A celte famille s 
. vraisemblablement aussi appartenu un F., qui 
j \j mérite d'être signalé pour s'être livi 

démonstrations contre Zwingli. En 1522 déjà, 
soumis à un interrogatoire pour scandale noc- 
turne, le 23 août 1535, tard dans la nuit, il 
brisait avec Jacques Zimmcrmann, à coups de pa\é-s, les 
fenêtres rit Zwingli. Tandis que son compagnon parvenait 
à s'enfuir, F. était arrêté el enfermé dans b- .. \. ■„■ i 
Turm n. Le 2 septembre, sou jugemi nt ayant éti a 
la population prit une attil n le nier ni et ex 
loi puni. En con équence, Félix A fui li insféré au Wel- 
lenberg p. mi j purger un an de détention. 11 fui to iti '■ ■■ 
sur l'intercession d - I mois libéré avant termi el 
dit alors à l.ni iboui . . Il lomb lil du reste en 
coup d e la loi pour d'autres eau-. - : si pvice merci □ >i 
gai, menaces de mort. Voir Bullinger ; Reforn 
gesch. I, 292 — contii nt [du- . En qua 
valctdeville, di Lenzbourg, il adressa r-n date du 16 n ■ 
vembre i ">-'-! 1 une requête au Conseil de Zurich le priant 
» qu'on lui ouvrît la ville >l le territoire », r. 
accordé. — i. l'i ni. n, certain, nu nt petit-fils de n - 1. fut 
sous le nom de Ulrich V. dit Bûbli '• enfant qi 
l'on baptisa en langue ail man ne au Grossmùns- 
ti r le 10 août 1533 l I i on que di l i nhard Wvss . Pi r>- 
bablcmenl le même que le maître rie corporati - 
Bal m e 1553-1554, il signe comme U '. 1554. — Zelli i. pi in 
cipalement dan SA L I, p. 1-1 I ■ c de nomlii eux 
orfôi-res de cette famille 5. Rodolphe, frère de i i 
e litre-orfèvre 1543. 1554 du Grand Con eil en qualité de 
douzi nier di la I i! ini - . [ 1586 ; son fi èi e i t le I oui 
-- -r 'i Ils- ! ! ili'i. '." . N 1610 el 1019). -- 7 Ji \n- 
Ri it'OLPHK, 156" 8. Ji \.\ ili sur. meu- 
nier, orfèvre, luci 'e de la confrérie Lux- und Loven 

vers 1520, f 23 novi nibri 15*1 I rois de ses lé 

i-res ir' '.'Il . 9. Jt çji-i i . ii ii, maître 1556. 10. Jeas- 

. i;,-,o --il Mati n iti ■ 151 

12. Henri, un i fils ne fui pas orfèvre, renonce à seii 
bourgeoisie 26 juillet Iô'i7. — 13. Jexx-Jac- 






AISKKMA.NN 

lil du pasteur Etienne (n» 20), maître-orfèvre 1595, 
, ,o à,. Grand Conseil en qualité de douzenier de a 

,' .riiion de la Balance, etc. - 11. Etienne, frère «le 
"/ft iiiaitre-orRvre 1612, 1630 du Grand Conseil en 
"' iV; ,l,' douzenier de la Balance, Amtmann à 1 llmter- 

'. ,..£ Marque d'artiste SA. Son iils, 15. Félix 1(191, 

..V.'rier du chapitre .1" Grossmûnstcr, v 1-1.; (LL 

V'".'- 10 Jean-Félix, maître-orfèvre 1599. vécut a 

17 Jf\n-Thomann, maître-orfèvre 1606, fils du 

!!,:„; Kon'rad 5 Schwanden in-21). - 18. Jean Conrad, 

,'nii.r-orfcvrc 1612 porte 1590 le Vj petit pain dans ses 

, ! ri ... li-urées sur I" vitrail du Musée national. - 11». 

,' ,v i',,mu. maître-orfèvre IC31. — La famille compta en 

lu • un.- série < IV. -clësia*li<iui>s(\\'\ n. Lia I.' : 20. I.Tir.NNE 
V.i -- lOOS), consacré au ministère 1568. pasteur a Sir- 
, h ,-,,;■, à iMlliUn 1571. a Ilombrechtikon lo&>; il y 
,.,„•■ ses fonctions 1603; adonne a la boisson. — 21. 
i. ,v ('osnvii (155. - 1601), consacré an ministère I...S. 
...S-ur TschwanUen (Glaris) 15S0, à Ilenggart 1592- ré- 
V ,. lb"i une chronique Kiricçi» acUit'Ilement a !.. 
, 7,i; i„,,u. centrale de Zui i« lifLlaller, liibl. der s, /,,„;- 
! !.. nrschkla!- IV ir 945). -2'2. Jl W-JaCQUES I0Î9 89), 
i il ,|,i pasteur Henri à Kibourg, occupe une certaine place 
,',,,. |, - polémiques théoloeiques de son temps : e!e\e du 

! ,,-.,„.,. orientaliste J - II- Holtinger qui lui léi gna sa 

hiriivi-illaiice et le stimula comme il appert des lettres 
,.„•» adressa de -on séjour d'études à l'étranger au 
\énérc maître el bienfaiteur » (Thésaurus Hottingcria- 
.,,,.. |i;:>l consacré au ministère, 1053 catéchiste a rlun- 
,'..,„' „;v, pasteur à Krauenfeld et depuis 1603 collègue du 
,.,,•,„,. poh'inistc catholique Jean-Gs pard Lang, publie 
I.-.7-J /.-/.;.,/ .,. ::.-.!■ rl'-r ■:-,. iib. v IL v,-« P.— ■ ' W.«-i- 

|„Crf rfw Vi-flii Pfanvr Aalicrliti gehalt il Lrtcluy- 

,,/„!, ,t. 1071 en réponse à l'écrit de Lang sur le saçr.l.ce 
Jl,. la messe un e Grtwdlirher lïencht rem 11. A«rc/i{- 
mnlil - Devenu entre temps pasteur à Winterlhour (des 
,,;-•,. n f : ,i| F ,,ivre 1680 celte dernière publication d une 
IMiniins-Si-lirifl von de») 11. Kachtmahl uber die so 

,,., .,,. iMUeuchtend-Calholische Ampel :um /<• 

\;,rl,liiinld c/es Ucrren llr. Caspar Laugen.hn 16m, 

,.,.,,' \;,t„v>itti<il;eit der Information (1B l\). Le der- 
„„.,■ représentant de cette branche principal ■ est -il. 
Hiniii (1730-94), 1759 delà corporation du kart-an, liuH 
maître-batelier' et caporal de la garde municipale. Laisse 
„„,. mie : - 24. Catherine, * 1762, mariée deux fois, 
avait en précédemment un fils illégitime de noble David 
Kels de Saint-Gall. : — 25. Frédéric * 17S7, qui porta le 
,,.„,,' \ séjourna eu Grèce, fui terrinier nu Département 
municipal deslravaux publics et mourut en 18oî a I liopi- 
lal de Zurich. , ,.,, 

C u» s coiit-lters Aberli descendent d Henri, coule- 
lier, de Slâfa. bourgeois 1533. - 1>. I ne branche de cor- 
donniers nui. .nie à Jean, cordonnier, de Wannedorl. 

I ,- rois 1572. - Heniii scelle 1720 a\ec les ai-moi- 

,ic, 1,1 de la branche A. ,.1"-" /"■"'■ GwWlse/, N I m 
Joachim Aberlin, qui en 1531 écrivit et lit paraître 
chez Fro«clianer. a Zurich, la Bible en trois poèmes, esl 
ori inaire de Garmenschwilor, entre le Danube .1 le 
1. dan Iles éditions de ce petil écril parurent encore au 
XVII' siècle. - ADB\ p. 20. C Rues el i H 

I! Canton de Schaffhouse. Li.mr.ii. bamierol de la 
ville de SchafTliouse, au milieu du XVI s., est députe 
avec l'avovci Pever à la conférence des villes de /.uricli. 
l'H-rnu el Schalîhouse, à Zolingiie-, le 7 janvier la-49. - 
,1.S I. IV. I, e. p. I. ., . , " w - 

abermann. Famille du conseil de Zurich ne comp 
tant plus que deux représentante du ?exe I. nin.n. : agré- 
gée à la bourgeoisie en 1627. Voir Oiieumann. 

abern (C. Zoug). Nom: de l'adjectil «''d' dans la 
signilicalion « sec et'ohaud , donc pays ou !.. nngc dis- 
paraît tôt (voir M 1.39). T.-rrasse fertile s inclinant sur 
le versanl S. ,1e l'Albis, d. Sihlbrugs jusque vers Steinhau- 
-•n où elle se perd dans la pi lim ■ ' eompreii ml I. - Jil- 
lages de rieinikon, Blickelistorf el Sleinhansen. Su, !. 

uanlcmenl de la terra e trouvent deux n.. lairn laiMinl 

parti,, de la commune de Baar, celle de Denbiih! , sploitee 

,a„l la !:■': rim tioi i u une liimill. Sien i 
,1. .,-,■, ,.| ,,„- directs !.. possèdent encore; puis celle de 
liul,l,, r -, où llau, Ueidl.aar de Kûsnacht, sur le lac de 



AIU'IUTT 



37 




Zurich, vint s'établir en 1531 pour pouvoir rester fidèle a 
la religion de ses pères; enfin, le domaine de Noé qui 
doit son nom à un propriétaire mentionne en I6id et por- 
tant le prénom biblique, rare dans le pays, de No. A. 
Wchi i Deubîthl und t'i-ùhberg dan- le Zugcr kalender 

de 1918. LA i«^J.L 

ABERTiC. Genève). Pous ce nom, on trouve la irace 
d- un Jacques, notaire vers 1521, et d'un Jean, originaire 
duGùtinais. 11. Ci. 9 février 1571. - \oir Genève AL. Bcg. 
de notaires.- Cf.Gov. LU. . . IE. H 

ABESSONE. Village lessinois situe entre Cadro et 
Dino di paru au 16' siècle Suivant la tradition, ton les 
habitants seraient morts de la peste et le village aban- 
donné tomba en v»>ur*. IV liaf. IloUhalb parle r« 

dos ruine» d'une chapelle dans le voisinage .l \he one. 
Tris probablemenl le même que Dassone ou Uo soiie. 
(Voii iv mol I- Uull. Slnr. I879.-Leu : Suppl. D'C I 

ABESCH aussi ab /ESCH, ABA:SCH, von 
esch. Famille de Sursee (C. Lucerne) - 1 J»s-Pier- 

,., m s d'Arabroise von Fsch • Klisal» Scl.midli, 

oncle d'Anna Barbara,* 15 aoùl 1666 f vers ;40 pein- 

,,,. s .,.,,. ropréseiitaiH le plus distingue de cetl fa 

mille d'arlistès. - 2. l'if.uuE-ANTOlNE (llans P. Anl . 
1,1, de llans Jacob el de Barbara Girtanner * 13 juin 
1670, f v. 1740, peintre sur verre - 3. Anna 
Iîaiiiiaha, peintre sur verre, filb de Jean- 
|.„ .,,,. . i de Maria-Klisab. Schnyder, v 23 
mal . s J7IMÎ -' i. 1760, la di rnière d, celle 
i.,,„ill,. d'artistes. On connaît d'elle des cen- 
laincs de vitraux peints en applique. Mono- 
.,:,„•..,.. AI'VK. - Armoiries : parti a dextre 
laseé <\<- 4 pièces de gueules, d'argent, de 
.«1,1,. ,.i d'or à •■',,••!,■ d'or au hou de gueules. — 
SKI 11 f " f x - v/ 

' ABETRINGEt-E. Rite ayant pour but de favoris) , i., 

reriilitéel se pratique le soir de Silvestrc a Laupen 

(lierne) par un bruvanl cortège populaire. Il prétend en- 
l-rrer l'année expirante et mettre les démons de 1 lui ; en 
n,i!e. _ llôirmann-Krayei : Feste und Biwie/ie, p. 103. - 

' S 'ab ETZELN. Maître llKRMANN.avoyer de Zurich, dans 
lu .. liaplisialral » i décembre 1340 et dan: le 

,. \. dalral i ! ns el 30 avril 1312. peut-être 

; -. i id'entique avec l'architecte de l'é lis. | 

) i siaU- de Baar d'après JZ Baar du 21 aout l.lul 
I .- (.SALI, p. 6). — Armoiries: d'tavr à une fail- 
li : / cille d'acent à manche de gueules sur 3 monts 
V 'y deshioplê.(G'i>c7r(.- ISuch. Grebcl, archives de 
~^' i a v jn / 102g) ; sur des roch, i d ar enl 

' (Gt'St7il - /<«e/i Ffisxii IV" : armes complet! s : G. 
1 Buch 1657 la ramille du même nom que I OU tr, 
! ..nicjvii , l'époque il< ! i rérormation, ne pcul être ralla- 
' ', . •', ,, ch.f de corporation. - Arch. et. Zur. ; Irk 
,,.,,.,.'/„„/, li-'n- Spilal 250; Rnbikon 75. ■ Rats « 
I <;„./,</,,„-/,. v f»- moitié du 16 siècle. P.» ;| ' ?■ . 

'"abfrÛVt C. lu. Corn. Côschenen. V. VC.Su Cte 
d-,".' les documents A, 1010, 1563 et 15/8, appelé aussi 
; Oblrutt, situéà environ 20 min. au S. de L, 
i 5,,,' |c entier de la G.Vi I n. ralp. Au centre de c< 

t,„i -.■ i dlachail iusqu i n 1875 à la i aroi i d< Wass, n, 
'• ^éiè'e une chapelle consacrée a Saint Mi.lll.il 
,1,. -,i danehes < in v , él, lire i ne rc sa l. h -•' levr.J 
comm(; jour férié facultatif, avec m jolenii II 

: nl011 Chaque année. I, mercredi de 1. - 'maine d 
Uons unepro. i i ' '",' ; - ''" "" !"" 

emps ,1 en vie,,. d" Meiental, et 

SS3 1 treencoiedeGurtnellen Les gens de\\as.-cn 

«io'ianaieni individu Ile, i mil. à l'un, : il ulaiili-e 

de ces processions. D'après un témoigna ■ d, I 10, le 
chapelain de l'.o-chenen touchait une red. i ■ 
,,.' '„■. Ilorins 36 schillings de l'avoué de la chape 11, de 
Sainl-Mailh'^: pour chaque messe célel 

a'" ,1 pouvait exigei 311 schillings, cl , Im.nistrer 

S,'m1.iI aux n : K» la . 

,„,- édail um rort, d. ..12:1.2:, ch. D'apr, m 

J v ,i m |, il : I 1, \\ i - I ?' ' " 

■i n , .,,, ! n il fèt. - patronales a Côschenen 

■■ ■ - ,,. Ni, las. Al 
célébré.- li I- dimanche doelol.re ; | ■ ; ai "ne décision 
lu u -,i. ur épiscopal du 13 o, lobn 1603, l, 2 d 



38 



ABGOTSPON 



Depuis 18S0, elle a lieu le -4 e dimanche d'octobre. Autre- i 
fois, il s'y joignait une fétc île tir, pour laquelle la Lands- 
gemeinde du 2 mai 177'J accorda annuellement une paire de 
culottes appelées « Kilwjhosen » (Kilwi Kirchweihfest). 
Encore aujourd'hui, le nom de « Scheibcnplfttzli (place 
des cibles) rappelle cette ancienne coutume. 14 ol.it mi >- 
ses anniversaires) dont '.) subsistent encore aujourd'hui. 
ont été fonder-; dans la chapelle d'Abfrutt. l)'aprèî une 
annotation qui figure dans le livre anniversaire de Was- 
sen, l'ancienne chapelle a été construite en 1608. Elle 
avait un campanile construit à la manière italienne, ce 
qui était caractéristique, et unique en son genre dans le 
pays d'I'ri. Celui-ci était forme d'une épaisse muraille 
quadrangulaire, au sommet de laquelle était réservée une 
fente contenant la clochi à peine protégée par un p. 1 1 1 
toit aplati. Cette construction originale fut démolie en 
1880 et remplacée par une chapelle deux fois plus grande. 
On y replaça l'ancien autel, avec la statue de huis du 
patron de la chapelle et 1rs images des apôtres. Après 
qu'un écoulement <!'■ pierre eut détruit, en I8S3, la cha- 
pelle de Saint-Nicolas, située plus loin dans la vallée, 
on transporta la petite cloche de celle chapelle à Ab- 

rrUll. [E. V YMA.NN.' 

ABGOTSPON. Voir GOTTSI'ONEil. 
ABIASCA. Voir BlASCA.' 

ABIBERG. Seigneurs et famille de Schvryz. Voir 
Auviu:i;i.. 

AB INKENBERG (plus raremc.nl von l.i. Famille 
bourgeoise de Zurich des XIV e et XV' s., originaire du 
canton de Zoug. Alliances de tilles avec des maris appar- 
tenant à la noblesse de race. Le nom i st tiréde Lnken- 
berg ou Hinkenbrrg, hameau de la commune de Baar 
(voir l)CS II, p. 58!)}. -■ 1242 Jnchhe'mberch \UZ II n° 
5G6). La nnn-c ah Là BetHvil (C. Argovie) mentionnée 
eu 1331 dans le rentier d'Einsicdeln emprunte peut-être 
déjà son nom à celte famille. (Gfr. 45, p. 57.) 
Armoiries : de sable à un pal d'or chargé de trois monts : 
de sinople. A partir de l'armoriai d'Edlibach j 
j ( : | de 1488 les monts sont par erreur changés en 
I --- ; trèfles; LUirsteler doute 1 un sceau exact de , 
a| -j I'antaleon de 1420. Le cimier reproduit les ' 
1 figures de l'écu sur un vol. Dans Ediihach le 
\ ', ./ nom a été mutilé par surcharge en Iburg ». ; 
^-^X ]> nombreux sceaux de I'antaleon conlirnu nt 
ces armoiries, lue seconde armoire non cor- ; 
roborée par des sceaux apparaît avec Edlibach: coupé de 
sable à une étoile d'argent et du second à un mont à 3 | 
• coupeaux du premier. Dûrsteler et Meiss ont des varian- 
tes dans les émaux. 

Les membres les plus anciens de la familh se trouvent i 
dans les ohiluafres de Saint-Michel à Zoug, de Baai el de 
Saint-Biaise (voir Stadlin : Topogr. des h'anl. Zng III. 
p. 337). — 1 l'iF.r.UK époux de llomina Schweiger. - 
2. Ht. nui 1329-1340 plusieurs fois témoin et arbitré, pi in- | 
cipalement dans des acti s du eouvi nt de Kappi ! qui avait 
el revendiquait des droits à Iiikeuberg. 3. .MAiinri 
Iiite, femme de Jean de Maschttanden, f le 2 septembre 
d'après X'obiluaire di Brçmgarten (.Mer; Burgen des Aar 
'/'t.'., p. 1 11, u 11 — i l'r.si i k probabh ni. ni su urdu maî- 
tre-bourgeois -j- avant 1378. épouse tout d'abord. Henri H 
de Seengen. seigneur de /ulikon. du conseil de Brcmiiar- \ 
lui; puis Walibei de Ileidoeg à Aristau el Bremu'arlcn 
(Merz / r. el MUS III, p. 323 et 330). - 5. Pimlitlcon eu 
l'fiilln-li. probablement un (ils du n°2, acquiert la bour 
peoisie Ar Zurich le 21 mai s 1308 ; esl appi le à ci lie oi ra- 
sion I'. von 1.; fait la même année usa un il un sceau, lie 
I370-I37r), 1rs rôles d'impôts no le désignent que i mi 
locataire; à partir de 1372, il est propriétaire dans le 
quartier de Xicderdûrf et compte au XV s parmi les 
citoyens les plus foi Lunés (paie de I S03-1427 20 V de i i n> 
II fait assez rapidemi ni ean ière dans les i mplois publ'u - 
et les conserve en partie lié.-; longtemps. Surveillant du 
marché au grain, membre du conseil au m. un- de I37."i à 
1409. puis de 1412 à 1-4-20 ; en 1373. il esl i ici [>l n ■'■ 
impôts au NViimarkl ; trésorier 1377-1378, 1379-1380. 
13x2-1383, I3S4-1385. i:jSti 1337: hôpilal er au moins de 
I3i«à 1420. garde-sceau I3SÏÎ-138S: 1301 el I3!)6 '.' s rand 
bailli de Wiedikon : 1307. 1414 l'ill'., IMS, [122 I 

bailli de llungg el linalemenl pi nd mt un • ertain teui| s 
maître-bourgeois au second semestre de lill et de 1422 



ABLUTION 

député à la diète du .'t mai 1417 (AS I n 384). Il était un 
des collatcurs de l'église Saint-Pierre à Zurich où il fonda 
comme hôpitalicr un bénéfice attaché à l'autel i\r la 
Vierge. En 1400, administrateur el représentant du cou- 
vent des Ki ères M ineurs à Zurich : est mort un 31 déi em- 
bre (1426?) d'après les obituaires de la prévoie de Zurich 
et de Saint-Biaise. - 6. .li \s, chevalier de Saint-Jean, 
commandeur de la maison de Heiden (Lucurne), appose 
smu sceau le 5 janvier 1421 {Gfr. 25, p 320 . 

Voir: l.ru X p. 530 — V. K. Stadlin: Tnpogr. (1rs Kanl 
Zita III, p. 33;. - Gfr. VIII. etc. Zûr. Stacttl 
1-11. — Zûr. Slenerbûcher I. - U . Ercv : Bcitrûge :m 
FïHcmzgesch.Zih-iclis (1910) Suppl. p. XXXI, etc. l/iw 
Germ. Aecr. I. — Sol. Hess : Geschichle der Pfarr 
Uirche.zu St. Peler in Zûr. p. 80. — Sal. Hirzel : Zû- 
rich. Jahvbûcher II. p. 112, etc. - Khi. Waiscnhox 
1904, p. 83. - .1. Egli: Ausgest. Adel Zurich», p. &(». — 
Regesten von Capiiel. [F. Il 

ABISS. Voir AllYS. 

abjuration. Le 21 mai 1536, le peuple de Cem • 
réuni en Conseil général arrête de vivre en la i saint.- loi 
évangélique et parole de Dieu ». Parle vole des Ordon- 
nances ecclésiastiques, le 20 novembre 1541 et h- 13 no- 
vembre 1561, il établit une <- police ecclésiastique i p ut 
la ville et sou ten itoirc el de cette façon organise le gou- 
vernement spirituel de l'Etat. Le bourgeois et l'hahitanl 
de Genève soumis à cette police doivent dune être, de i 
chef, membres dr l'Eglise. 

l 'ou r être reçus membre de l'Eglise, ceux qui éta ni 
nés catholiques faisaient abjuration du papisme devonl li 
Consistoire. Le ehangemenl de religion et l'abjuration di 
la foi réformée entraînaient, ipso facto, la perte delà 
bourgeoisie. La réconciliation avec l'Eglise dr ceu: q 
avaient abandonné leur foi ou qui étaient retournés aux 
pratiques catholique devait avoir lieu par une recon- 
naissance publique de la faule. Ces réparation» enregis- 
trées par le Consistoire purent dès le commencemenl du 
XVIII e siècle êtri reçue en particulier par un ministre. 

Jusqu'à la lin de l'ancienne République, en 179 
religion protestante fut maintenue comme Religi n (I 
[■] t., t. La Constitution ç/i net n ■ de 17! i 1796 i on il 
encore par des règles strictes l'abjuration d'une religion 
étrangère et la réparation par devant le Consistoire. -- V. 
Edils de In lirpublique de Gcm re 'i. nè.vc 17071, p. 157 . 
Ordonnances ecclésiastiques du /'.juin I576.art.95; Cons- 
titution genecoise (Genève, 1798 p 180, an. 799, î 

K01.— Cf. Eugène Choisv, La théocratii 0. Genève an 
temps di- Calvin (Genève." IS97), p. 252-253; Bulletin de 
la Société de l'Histoire du protestantisme français, 6 I 
année lui r. p. 148-102. P.-K. M. 

ABL/ENTSCHENiC. Berne, I). Gcsscnay. V. DUS). 
Anciennes f les : Xfnentschen. Aflentschen, plus ra- 
rement Abliv.ndisch. l'n français Avércnche; a 
Afllenlschen (de A-vélanlze, aval un lie, lat. ad 
Village de mnntaum el paroisse, h u habité I 
élevé de la vallée de Bi llegarde. Le di lei te 
type de 1 < th. : land .... idenlal G' - senay-Simmi nlhal 
Politiquement, dépend de la commune di '■• --. nay, mais 

i le i propt i oie i t sa propre é :lisi : esl un 

p ,,,,: se séparée depuis 1704. La chapelle, à laquelle 
fui adjoint un ci tiere en 1364, était primitivement des- 
servie depui: Gessenay. Comme faisant partie du terri 
toi rf de Gessenay, A appartenait au romté de Gruyèn 
jusqu'au momeni où celui-ci éehul aux villes de Rerni 
et de r'ribotirg en 1555. A. devint alors bernois, avec G 
*ena\ el lil liai lie di ... h dlli . _■. I ;i Itéfoi n. .non v fui 

it.. ... 1530. En 1098. 18 n 1837, 28m. 

, i 132 lr. h. : ■■„ 1888, 23 m.. 132 hab. : m 1010, 96 hab. — 
John -.Cliroi ■ ■■ i » '■■" " ' '•'■ "•••. p. 37 ss. G. A. 
ABLENTKCKEN. Voir lîlASi \ 

ABLUTION. \ lii rélébralioii de la messe, le prêlrr 
l'ait verser pai ses assislanls, après la communion, du vin 
dans la coupe pour la m noyer put ilication . puis t- u ml 
h poin r et I uni x qui oui l'on é 11 lie, au-d 
coupe, il l'ail verser sur ei - il ligts d i . ,n. . t .lu vin tandis 
nu'il dit li m ière corpus tmtin > I qu'il boit Ci n 
I ablution. Lorsque la communion des enfants fui loin hé. 
. n ,|é.~llél . j" n.i lit à ètl 

|i / ,'.. , ..//.. inlis il I .n inl ii, 12 siè. li 



-..■ p. 
un d.. 



poui I- enfants i Ili im Qt kaptiss -. I abl 



ABLUTZ 



ABONDIO 



39 



iron fut encore administrée assez longtemps dans quel- 
qui s diocèses, entre autres dans ceux de Constance et de 
l'aie; elle f"' également employée pour les malades. 
,;,-t dans !'■ bailliage de Birseck que cet usage se main- 
i,,.i [,• plus longtemps ainsi que dans quelques endroits 
dos cantons primitifs. On vase d'argent eu lui m.- il.' lasse 
pourvu d'un goulot, et ayant servi à administrer l'ablu- 
liuii ,ui\ malades, se troiive encore dans le Irésor des 
.' lises d'Alpnach et de VYolfcnschicssen. — Voir Gfi . 00, 
HUXi. p. B-12, 35-tt. i: B 

ABLUTZ. famille bourgeoise de Mellingen (C. Argo- 
wo), Jeas-Jacqi'ES fut chargé comme u peintre-expert » 
,u ICtit de peindre l'horloge de la tour de Bremgarlen 
pour le prix de 70 II. et l 'horloge de l'hôpital regardant 
la ville ave ton- les chifl'res d'heures et signes pour le 
prix de 11(1 fl. de monnaie. — JeaN-.Iacql"ES, secrétaire 
de ville de Mellingen, tst mentionné dans un document 
de Hi'.iT. Un Dr. A., secrétaire de ville de Mellingen, est 
probablement l'auteur des Aeta rerum Mellingensium, 
une source d'information sur l'époque de la déformation 
dans cette ville, Peut-être est-il identique avec le précé- 
dent. — Vni i Mer/ : Burgen und Wehrbauten I. 152. — 
Sehtussber. der Schulen von Brcmgarten 1850-57,41. — 
Das Stadlrerlit von Mellinqen. bcarb. v. II'. .Ver: 
:ssl! Aarg.). p. 428. — R. \. Lièbenau : Die Stnrtt Met- 
linge» [Araovia 14, p. 75). F. V . 

ABOLITION DES DROITS FÉODAUX. Voir 
Dîmes, Hachât ues et Droits; ninm.\. 

ABOLITION D'USAGES IC. Genève). Le Petit Con- 
-eil approuva, le 18 février 17S1, une liste des usages 
abolis on vertu de l'art. 8 du lit, 17 de l'EdiJ de Pacilica- 
tion 1 1782). En opposition à ces usages, le législatem i n- 
ic uilait maint, nu- le texte des Edits civils revus en ITI.'J, 
centre lesquels l'usage avait prévalu et qu'il faudra désor- 
mais observer à la lettre. — Cf. Genève .1. K . P. 11., 
il' 5160. C I. 

ABOLITIONNISME. Voit FÉDÉRATION AlOUTION- 
MMt ImI l'.NATIONAl !.. 

abcn, .liicques-Aufluste, écuyer, seigneiir de Bou- 
iays, conseiller du roi de France, chevalier de l'ordre 
de Sainl-Mieliel. a été Je l'i.YI à IIJTil très. nier général 
triennal pour K^ ligues suisses et les Grisons el comme 
tel eu rapport avec la Suisse en particulier par le paie- 
ment des pensions françaises. j. ut." 

ABONDANCE (abbaye D'). Cette abbaye impor- 
tante située en Chahlais sur la Draiise, à 24 km. de 
'J'honon, dont les chanoines suivaient la règle de saint 
Augustin et dès 1GÛ7 celle des Feuillants de l'ordre de Ci- 
teaux, possédait un fief important. A Genève même. 
1 alihé d'Abondance avait une maison au Bourg de Four; 
à la campagne le couvent gaula jusqu'à la Révolution 
ses droils féodaux sur d.? le' i s sises à Jussy, Moniaz. 
huilier, l'n-iiiL.. Carra. Choulex, soit princip.tlcm nt 
dans les communes sardes réunies à Genève eu ISIbV — 
Au pays de Vaud, l'abbaye d'Abondance avait le patronage 
du prieuré de X von el de l'église d'Assens. Les origines 
di l'Abbayi d'Abondance sonl étroitemenl liées avec I Vb- 
baye de Sahit-Mauricc, à laquelle on attribue sa fonda- 
lion, et dont elle relevait avant sa propre conslitulion.cn 
abbaye; aussi les rapports de l'Abbaye d A. avec le Valais 
ont-ils été nombreux. Rodolphe, qui est considéré comme 
le premier abbé d'Abondance, fut transféré en I 153 sm le 
siège abbatial de Saint-Mauric< afin d'en réformei la rè- 
gle, qui paraissait fort relâchée, l'ar une charte datée de 
( léronde (près de Sierre 1223. Gérold, seigneur du la Tour- 
Châtillon, faisait don à I abbnve d'Abondance du prieuré 
de l'église de la vallée de Lôtschen, qui resta sous celte 
juridiction jusqu'en 1531, où l'évùque de Siou la racheta 
moyennant 100 livres ma uriroises. l'eu d'années après, au 
cours de l'occupation d'Evian par les ValaNans 1530- 
15091. des dissentiments éelatèronl entre le gouvernement 
de Sion et le chef de l.i communauté au sujet de la juri- 
diction temporelle dent ce d' rnier se prévalail sur ses 
propres terres. Pareillement en 1331 l'évêque Vvmon de la 

1 • céda a ,-,. monastère le prieuré de I égli>e de \ d 

dlll,.'/ en échange de I i Chartreuse de Géi-onde Ce 
I u ré devait faire retour aux évèques de Sien en 100$. 

Voir: .1. !.. Grillet: Dictionnaire historique, I I 
et statistique du Mont-Illoi ■ et ,1 /,■ mon ! 
lie- -un: Mémoires pour l'histoire ecclésiastique ' dio- 




cèses de Genève, Tarantitise, Aosle et Maurienne, etc., 
1759. - L.E Picard : Mémoires de l'Académie chablai- 
sienne, t. XVII-.W'llh Genève, Archives d'Etat. Titres el 
Droits de !.. Seigneurie. — Abbé Grcmaud : Mémoires et 

Documenta (Chartes 1. 300). - Uoccard : llist du 

Valais. - Chanoine Grenat . Histoire moderne du Va- 
lais, p. 23. I. l: et I.. CI 
abondance, d\ Perrod (Genève), syndic en 1309. 

- le nève. .1. Ë. - I'. II. IMS'". [C H 

ABONDIO eu ABBONDIO. (In trouve ce nom 
comme nom de famille et aussi comme simple prénom 
Les armes le- plus anciennes des A. sont celles aux deux 
étoiles, tandis que celles portant l'aigle, la 
lour et le cerf, gravées suc un vieux si i-au (de 
1830 ?) ayant appartenu à un Giovanni Antonio 
leur oui ei. octroyées par l'empereur Maxi- 
milien. lorsqu'il confirma à Antonio son titre 
de noblesse; les émaux de ces aimes sont 
inconnus. — Parmi les familles d'Ascona, près 
de Locarno. relie des A. est une ifs plus an- 
ciennes du bourg. Elle i si de vieille noblesse et commence 
à figurer dans des documents existant envoie dis le XV' s. 
Elle élaii riche, avait ses possessions et son siège .", Mos- 
cia, hameau d'Ascona situe aux bords du lac. prè l 
• : donna du nombreux chanoines à la collégiale de Loci no 
plusieurs curés à la paroisse d'Ascona el plus d'un artiste. 
Elle avait dans l'église paroissiale d'Ascona le droil .1 pa- 
tronage sur la chapelle de la Sic-Vierge, droil qui pas. a 
plus tard à la famille Simon; Dans la pri mi ère moitié du 
XVII 1 s. nous trouvons des Abondio établis à Locarno. — 
Voir llecés fédéraux ; comm. par M. l'abbé Siro Bor- 
rani. - Parmi le- membres marquants, citons : I. Gio- 
vanni, d'Ascona, vécut à la lin du XIV' et an commen- 
cement du XV' s. Elève de l'Abbaye de C finis, puis 
ecclé iastique si distingué que les écrivains l'appclèren 
un i' prince chrétien très influent i ; il prit part au Con- 
cile de Constance el fut ami et confident de 1 empereur 
Sigismond, qui l'avait connu probablement à l'Abbaye de 
Jiiseniis lie- de son vovage en Italie par le Lukmanier en 
1413. Depuis le 11 juillet 1118, il fui évoque de Hua. (in 
ne connaît pas la date de -,i mort; mai- il dut mourir 
avant li 13 octobre I424, puisque, à cette dit.-, un autre 
évèquc, llenningo, lui succédait sm la chaire de Riga. — 
Siro Borrani, G'timitielii lli-nedellini net uoslro paese, in 

M (..ce /'. clesia ..... rf, Il .\ ,,. miiiistrazione A/ioslolica 

Ticinese, 1917. — 2. A. m: Hiva San Vitale, ingénieur 
naval au servie du duc de Milan. En lil>. il esl désigné 
avec deux autres compatriotes, Martino et GlOKC.lo, 
pour réparer la llottille duc.de du lac d'Iseo. — BStor. 
IsT'.i ,t 18.-5. - 3. A. d'Ascona. Sculpteur. Vit en 1530 
à Aseona: probablement le même que le suivant. — 
BStor. 1SS5. - i Antonio i.'ancii .- l nom 

.I \. ..-.i... d'Ascona. -a patrie, sculpteur tessinois, qui 
vécul au XV -:.'. i. à Milan On ignore I - d- li d ■ 
naissait v et d,. -a mort. (Kuvres c nl< '■ : r Rahn 
Matin - d \dain et d K\e de la façade d. N. tri -Dame près 

de S. Celso à Milan, deux cariai des soutenant la tril 

des orgu ■ de I; ' j-lisi . huit cari ilide ■ i I --■''•- du 

palais I m a Milan II Ira ailla aussi en Frai e el i Crei 

15781 el à Lodi i l."i(i.">j p ur >l-- églises el des parliculiei s. 
Il aura t fait un groupe de Vénus el Cupidun, qui passa 
dans les mains de François I de Fi mce. — ALBK. — 

lu h;. I.i li '-'' lii inrsi - Ohb lli : D / ' 

uomini iltustiideir.anlone Ticino. - Rahn: Wand <-un 
i/rit im ÏVo-iii. — six /.. - 5. Antonio li ikink), * pro- 
haldi m. nlà Milan i n L'iJS - à \ ii nue le ii mai 
I.V.i,. (ils du préi'éilcnl : mi dailli ur. scu 
, t peintre. I5li0-I57u il vécut ù \ i, uni i I à Pra- 
gue à la cour di Maxi milieu II, qui lui confirma 
, ,. 1574 son i u •.!(■ nolili ssi i i pava scsdi tti s. 
W— \ J II v ,. -;., sou- Il idolpl e II I! vov igi a i n llol- 
\ y lande; de 1571-1572 il esl en Espagne, puis 
^-^ dans diverses cours de l'Allemagne centrale et 
en Bavière : en I5S2 ri cienl à Prague, en I3K3 eu Ifalii j 
en lôSI i 1 ■ .... p. i main ni de Pi ague, 

puis j \ ii nu ■, ..c il 1,1 in t A. est sm l'.'il m. dailli m : on 
compte IS médaillons -eue- de son i il > en a 

bien d'autres non signés. Ce s.. ut surtout des portraits 

.... M ixiinili n II et di sa :• ., Mari. . de 

, II, des archiduc: el de- m b etc. la 



' . 



.'.0 



ABONDIO 



Musée historique de Bâle possède de lui une Madone avec 
l'Enfant Jésus. Très connue est [a Toilettede Venus qu'il 
composa avec Durer. Les documents l'appellent souvi ut 
peintre de cour, peut-être parce que ses médaillons étaient 
peints. A. contribua pour une grande part à la vogue de 
la céroplastique. — AI.HK. shl,. — 6. Johaxnks An- 
tonius, sculpteur d'Ascona. Dans le protocole de l'assem- 
blée des bourgeois (vieini) d'Ascotia du 28 octobre 1592 .1 
est mentionné un « IV Je. Aul> sculplor de Ahundijs », I 
peut-être lils d'Antonio le jeune. On ne sait rien de plus 
de lui. — 7. Ambrosio d'Ascona, prêtre du XVI >.. lil- | 
de Bernard « qiionilam Paulo»; en 1555 il était maître 
d'école à Ascona et en 1558 liabitail l.ocarno, eu il était ! 
kiector et praeceptor ludi littcraij ». -- 8 Atpssmiflro, i 
d'Ascona, *vers 1580, f 1075, lils d'Antonio le jeune, médail- 
leur et artiste en céroplastique. Dans un autographe au 
Musée autrichien dos arts et des industries, il s'appc-lb 
lui-même nuliilis iridentiims. Ses premiers médaillons da- 
tent de IC00. Rien que son stylo s.- rapproche beaucoup 
de celui des médaillons hollandais, il ne paraît pas avoir 
.séjourne en Hollande. Il travailla d'abord à Vienne; 
puis en 1602 à la cour do Prague^ en 160G l'empereur Ro- 
dolphe Il lui donne 20 llorins par mois comme sculpteur 
de la cour; en 1610 il épouse Regina, fille du compositeur 
Orlando Lasso, de Munich et veuve de Hans von Achcn, 
peintre de la cour. De 16-23-1631 A. habite vraisemblable- 
ment Vienne ; de 1632-1645 il v î L à la cour de l'électeur 
Maximilien 1 de Bavière et plus tard probablement à la 
cour impériale. En 1665 A. est conseiller de l'empereur 
Rodolphe II. puis de Mathias, de Ferdinand 11 et de i él, c- 
teur Maximilien 11 de Bavière. Il laissa des œuvres nom- 
breuses : poi traits d'empi reui -, de rois et de persotinag, - 
des cours de Vienne et de Prague. Kr-nner compte 36 mé- 
daillons d'A. ; mais plusieurs ont disparu Pour l'élégance, 
il est estimé supérieur à s, m père. -- ALHK. — 9. Andréa, 
Andréa de Abundijs « fabbromurario quondam Antonii de 
Mcrede » (Meride). En 1G02 il travailla à la construction 
du chœur et du clocher de l'église de S. Sisinio à Mendri- 
sù>. — SKL. — Monti, Atti delta visita pastorale ilel 
Kinguai da. — 10. Amîklo, contemporain, membre du 
clergé tessinoîs, prélat domestique sous le^ pontificats 
de l'a X et de Benoit XV.* à \scona en 1854, orJouiié 
prêtre en 1876, curé-archiprètre de lialerna. — 11. Fran- 
Cesco, de Locarno, membre du Grand Conseil tessinois 
de 1813 à I y 15, député cantonal (voir Tessin : Constitution . 
— 12. Giovanni, contemporain, a m ic.it et notaire d'Ascona, 
né à A. le 1" juillet 1870, étudia au collège pontifical 
d'Ascona, aux collèges de Sion et de Schwyz et aux uni- 
versités de Turin, Pi-o et Fribourg où il obtint sa licence 
en droit en 1892 11 lit son stage chez l'avocat Gioachimo 
Respini et en IS94 ouvrit une étude d'avocal et notaire à 
Locarno. Député conservateur à plusieurs reprise, depuis 
189», présida le Grand Conseil pondant la session parle- 
mentaire de printemps 1916. Au sein du parti conserva- 
teur, G. fut prësidi nt de la Droili pai-lmm ntairo en 1916, 
président du Comité conservateur du district il Locarno, 
si i rél lire de l'Association des Catholiques suisses-, si ■ lion 
de Locarno. - J. Dotla : Ticiiwxi nci CoitsiçjU délia 
Confiai, e del Cantmie. Locarno 1903. le C i 

ABONDIO, de. Fiuncesco. * l827à Balerna, ~ 1893; 
avocat et oilicier des troupes tessinoiscs ; nommé major 
en 18GS, en IS7-2 lieutenant-colonel. Il fui jupe au tribunal 
d'appel cantonal. le c. T. 

ABPL.ANALP. A. Famille campagnarde d'Obwald 
Gtl.i; devient en 1573 communier de Giswil tnovennant HO 
livres. ' v, r.l 

B. Nom de famille fréquent dans les communes di 
Rri.it/. Brienzwiler. Ebligen, Gadmen, Innertkirchen. 
Lauterlirunncn, Meiringen et Schattenhalb. 'l'ire son ori- 
gine d'un alpage au Kothorn d,' lai.n/ qui fut . il mis 
au commencement du XIV s. par des immigrés du 
I...N. !i,i,t.,l. - [Uns a été d,- Itisj a 1691 landiimiiiann 
du Haut ll.e-liet banneret de 1691 à 1701. Issu d-; la !.. 
mille de Cadiiicn: ARTllt'ii, maître d- gvmnastiqit, à 
Bàle, * 1. li décembre 188-i à Brien/. Api.- avoir suivi 
en Suisse plusieurs cours pour maîtres .1.' gymna tiqui 
et après des études théoriques et me- ictivité pratique 
à l'Institut de culture physique Sandow a Londres, i! 
l'un, la à l:.-| • un et.iblisseiiii.nl privé île .%mn,-l pi, Il 
a exposé son système dans un écrit publié en I'.»!.".. : 




ABREZ0L 

Abplanalp's Rumpfturnen (La gymnastique du lors, 
système Abplanalp). ,, , 

ABRAHAM. Ne probablement a Bàle, de par. ni 

Ayant eu dillérentes vision-, il se fit baptiser, el prit | 
nom de Jean. En 1377, il s.- lit recevoir d,- l'alliance d< 
amis de Dieu, sous Nicolas de Bâle, et fut ordonm p 
Tôt après 1383, au cours d'un voyage auprès du papi 
Avignon.il fut, ainsi qu'un compagnon de root, i 
comme liérétique à Vienne, en Dauphiné. — Danrès K 
Schmidt : Kicolatis von Bascl u. d. Uottesfrcimde (dan 
Basil ,,n l'i. Jahrh.). \ » 

Abraham (Genève). Nom de plusieurs familles. I',, 
Jean A,, notaire vers 1520, un Claude A., I'.. (i., donl le i,|. 
Jean, C. li., lui inonnaveur. — .1. /.'. Genève. c i; 
ab RAMLENSTEIN. Famille éteinte, bourgeoised 
Zurich au XIV" s., originaire de la région 
d'Erlenbach, sur le lac d,- Zurich. La métairie 
M-\JOil J G Ramlenstein est située dans la commun., 
de Mânnedorf. — Armoiries : Dûrstelcr donne 
deux armoiries tout à l'ait dilTércntes ; I. de 
gueules à deux ljàl,,ns lleurdelisés pu -.'■ .. 
sautoir; •_'. de Sable à une pointe ployée d'or 
accompagnée eu chef de deux étoiles d'ar- 
gent. — Ukli acquiert la bourgeoisie le 10 nov. 1386 
Zui-ch. Steuerbïtcher I. p. ;,7:i. - Bhrrjcrbuch I. p 35 1 
- Dûrsteler: Cuschl.- Buc/i. Mscr. '21, f. 2ôlbde la Bibl. 
Cenlr Zur. p. m 

ABRAMO. Peintre (.--mois. Il vécut à Rimmi vers 
1650. On a de lui des portraits d'évêques dans lâchai II, 

de la Go, a et des tableaux historiques dans les palais 

Bianchetti et Nanni d" Rimini. — .1/./.7,. [C. T." 

ABRAMOWICZ, llt'h'llf. Voir L.AI I Ft. 
AB REITI. Famille éteinte de la région du lac supé- 
rieur de Zurich, établie à Mânnedorf C Zurich), Rappi i - 
vil (C. St Gall) et Woll, rau (C, Schwyz) : elle était a ... 
une bonne situation d,- fortune et considérée. I'. cette 
dernier,: localité elle se transporta à Zurich où (Ile fut 
agrégée en 1425. (Nom territorial Ufen Hiel près Hoi 
gen 1277.) a) Mânnedorf. Armoiries : le sceau du sou — 
bailli IIiim, à Mânnedorf, du 25 janvier lii" (Archives 
de l'abbaye d'Einsiedeln) porte deux anneaux rangés en 
pal Première mention à Mânnedorf: 1. Jean li 1 1 
Ueini al, Reity de M , est sous-bailli 1447. - 3. Ri et 
prend part, en 1512, à h, campagne au secours du pape, 
,t en 1515, à celle de Milan (Marignau) ; il est proba- 
blement identique avec Ki ni, tué ,. Cappel en 1531. A 
partir de cette époque la famille n'est plus nommée. 

b) Bourgeois de llapperswil, originaires de Mânnedorf. 
Heisi fonde vers 1420 1428, eu faveur de l'église de Kap- 

perswil, un obil a- igné sur sa maison el son d .un. 

« auf dem Berg .>, le llerrenberg actuel à Rapperswil ; 
son s. 'eau n'est pas identique avec celui du 

| — -i sous-bailli Heini de M. de 1447 - Voit \rci 

j((/T)J ci. /-,e. : Actes mII,- ,a campagin 2412 et Soc. 
des Antiquaires 787. Arch. de Rappci 
II: 11. p. Ii">. 137, lil. ele. ; Jahrzeilbttch, 
;, 32 /:■■</ Khmi, /■■/., SU. - Bullingi r : 

Jiefnrm.- Gesch. Ml. p. -J,/:;. 
,; Famille à IIWIwiii et Zurich : Wiaii 
ah Reitii. de Wollerau (C. Bchwvz acquiert I., bour- 
geoisie d,.. Zurich le -_»i juillet 1125.- Bûrgerbuch 1. 

f. 3,7 h. F. Il el .1. I •'.' 

ABRELL, Joie Voir Al'REI L. 

ABRÉVIATION DE LA JUSTICE C. lieneve). 

Titres des édita ; en Cor il ; ■ e ial le 15 n ivi ml t-c 

1556, et au Conseil des Deux Cents le 21 mai- 1584 el qui 

fixaient les règles de la [ :dure civile accéléré, el 

sommaire , t .!.-- causes ,1 injure. - Genève .4. B. WI\ 
I.'ir. 16 fol. 301. K.lii- ,1. la Ré]jublique de G, nève, l .- ni ■■ 
17U8, p, 12 

ABREZOL ou ABERSOUD. Famille originaire de 
Diesbach li me . Jouas Aberzol est gouvern ur de Mon- 
therod en 17V'. sa famille est appelée Abreznl en 171',. 
Abrv/oe .n I Î37, , ' M ntln i ■ I l'ait partie de la p iroi: -• 
d'Aubonne où l'on a des A, le i s, ,1,1 en I7ôi. Les A. sont 
bourgeois de Bursinel et do Monlherod. Leur nom est 
peut-être formé de AebersoUI Kn 1751 l'J oet.), Jacques 
l'rançois Abersold < natif du ]•■••■--. est reru bourgeois 
île I i , oiiiuimi ■ Je Chard mnej - . Morgi <■ ■ n 
1711. A i. in ■■•■. où , lé' est rêprési nié, aetuelli m ni. 



ABRI 



Alilil 



'.I 



,1, s membres de cette famille sont venus se fixer des le 
XVIII" s., à la campagne et en ville. (François, fils 
il'l-aac, de Morges, y fut reçu habitant, le '20 décembre 
171V!. i - Genève AE. C. R.] 

Emile, de Monthcrod, Vaud * le 2 juin 1850, en- 
tra en 186S dans l'administration des télégraphes, 
fut de 1882-1884 cher du bureau de téléphone de l.au- 

- e, occupa les mêmes fonctions à Genève de 1881 à 

ISiiO; de 1890-1905, inspectent à l'administration centrale 
des télégraphes et de 1905-1908 adjoint du directeur gé- 
néral des télégraphes fédéraux à llerne. f d'une attaque 
à Solcure le ["octobre I9U8. -- Voir: le chapitre Adini- 
„istr. des télégraphes dans le l'asc. VU./ /de la US 1., p. 36- 
91. — Actes personnels de la Direction générale des télé- 
graphes fédér. —Journal des postes et téléyr. s,,,,,,:, 
IU08, ii" 12. - Le llund 1908, n^ 465. i M 

ADRI, ABRISER OU FAIBE L'ABRI, aussi 
ABRIS, ABBRIS et ABRIX indique une mesure de 
« protection » et signifiait évaluer une redevance en na- 
ture, plus spécialement les grains, pour- en fixer offi- 
ciellement 1- prix équivalent en argent, comme une dé- 
claration analogue, appliquée aux vins, s'appelait la 
Vente, Cette question eut une importance particulière 
dans la principauté de Neuchâtel ou. au l s siècle, elle 
l'ut la cause de troubles prolongés et de tragiques évé- 
nements. 

Au moyen â^'e, les redevances se payaient en nature, 
niais le- contribuables, surtout les petits, étant souvent 
hors d'état de le faire, ils furent peu à peu autorisés à 
en acquitter une partie en argent et dès 1501, chaque 
année à pareille époque, généralement en automne, le 
Conseil d'Ktat fixait 1 abri et la vente, prix officiel auquel 
le contribuable pouvait payer sa cote de la dîme des grains 
et des vins et auquel également les « indigents g pou- 
vaient acheter des greniers de l'état le froment néces- 
saire à leurs ensemencements. Ce système était favorable 
aux contribuables qui pouvaient se libérer dans de bonnes 
conditions et à des prix en rapport avec ceux du marché; 
il pouvait, il est vrai, aussi encourager certaines spécu- 
lations de leur part et on en a vu profiter d'une hausse 
des grains en hiver pour vendre toute leur récolte, puis 
au printemps réclamer de l'état des semences au prix 
inférieur de VAbri. l'on r le fisc, la régie avait le grand 
désavantage de laisser à sa charge les fluctuations résul 
tant îles plus ou moins bonnes récoltes et de ne jamais 
lui permettre de porter au budget une somme fixe de re- 
cettes. En outre, les receveurs, fonctionnaires bénévoles, 
accordaient des facilités de payement aux contribuables 
peu ponctuels, de sorte que le compte des reliquats était 
toujours important. Ces receveurs ne pouvaient en con- 
séquence que verser des acomptes àla recette et avaient 
parfois un arriéré de dix OU même vingt ans. 

Dès li ur avènenu nt, . n I7n7, les souverains de la mai- 
son île. Prusse cherchèrent à remédier à cet étal de cho- 
ses sans gi and résultat, unis en 1711, et plus lai d eni ni c 
en 1725,1a question d'all'ermei les impôts l'ut mise sur le 
tapis; on renonça provisoirement à cette mesure impo- 
pulaire sur l'avis négalifde la commission d'étude, ins- 
tituée à cet l'Ilot, et en présence de la résistance opiniâtre 
de |a ville. 

Frédéric II. pour les besoins de sa politique extérieure, 
tenait surtout à pouvoir compter sur un revenu fixe. 
Plus tenace que ses prédéct — urs, il passa par dessus 
toutes les oppositions, envoya à Nouchàtel <>ti employé de 
la chambre domaniale, le conseiller l\hode, et sut son 
.rapport, les fermes furent introduites en exécution d'un 
ordre royal, en octobre I7W. en le u et place de la régie. 
Les fermiers, que pour tranquilliser le peuple, on con- 
tinua d'appeler » receveurs », s'engageaient à verser au 
trésor pendant un certain nombre d'années une rede- 
vance invariable que le roi se promettait bien .1 augmen- 
ter par degrés à chaque renouvellement iU-> contrats; 
c'était au fermier à veillera ce que les impôts produisis- 
-. ni une somme su périt nre à celle tle leur prcslati ri au 

lise. COI i..|-équence. I'. 1 /.;■/ et l.i IV/tft! fil Ml] et,., 

lis. les receveurs étant autorisés à fixer eux-mêmes à leur 
l-i.' les prix auxqtn I- pouvaient se convertir les redevan- 
ces en nature. Ce fut lu p.. in' .le départ de vingt minées 
d'agitation intérieure et de dissentiments avec lîei lin. 
Déjà l'ingérence inaccoutumée dan- les allaites du la 



principauté d'un fonctionnaire prussien et l'activité dé- 
ployée par Rhodo avaient éveillé la méfiance, et l'introduc- 
tion du svstème des fermes provoqua un mécontentement 

latent qui ne devait éclater que plus lard, mais dès janvier 
1749 le Conseil d'Etat demanda à Berlin de pouvoir réta- 
blir au moins la Vente en alléguant que le prix officiel 
des vins exerçait une grande inlluence sur le commerce 
des vins en général, suit avec l'étranger, soit ^■k\^ les 
transactions intérieures. Econduit une première l'ois, le 
Conseil d Etat revint à la charge el finit par obti nii gain 
d.- eau-. • par rescrit du 9 septembre 17id qui autorisait à 
rétablir la Vente, mais à la condition expresse que les re- 
ceveurs n'en fussent pas lésés et que le prix du v in des re- 
devances foncière: restât dans leurs attributions. 

Au Val-de-Travers, l'ancien receveur Guyenet, très im- 
populaire, avait déjà donné lieu à des plaintes qui ne 
tirent que s'accentuer lorsqu'il fut devenu fermier des 
recettes tic la région ; aussi en mars 1750 les 9 communes 
du Val-df-ïravers adressent un plaeet au Conseil d'État, 
demandant entre autre- le rétablissemcnl de l'Abri, la 
publication du contrat entre le souverain el les receveurs 
et l'obligation pour ceux-ci de délivrer aux pauvre- pour 
leur entretien une certain! quantité de grains au prix 
officiel. Cette démarche n'ayant pas eu le résultat voulu, 
cinq des commune- décidèrent deux ans plus tard de 
s'adresser directement à [ici-lin el y envoyèrent dans ce 
but, sans y avoir été préalablement autoi isees, un délégué 
le maire liaillod, ce qui valut aux pétitionnaire- nue 
sévère réprimande de la part de Frédéric IL Lu 1754, le 
renouvellement des baux des fermes s'étant fait sur un 
pied favorable pour le lise, le roi chercha à abolir de nou- 
veau la Vente dont le maintien lui était resté sur le cœur. 
Mais i.i les communes du Vignoble entrent en lice, la 
question des vin- les louchant de près ; elles font valoir 
leurs raisons en faveur de I. Vente et de nouveau le roi 
doit céder. Mais le mécontentement fait tache d'huile : 
la partie la plus agricole du pays, le Val-de-Ruz, auquel 
se joignirent les montagnards du comté de Valangin 
adressèrent, du 19 février 17.V. au 15 février 177.7 . suc- 
cessivement huis pl.ie.i- au roi, réclamant le rétablis- 
sement de VAbri ; » le dommage causé- par l'abolition de 
l'Abri, dit une des remontrances, est sensible dans toute la 
Comté et l'on peut à peine se représenter la misèn et la 
détresse du peuple. « Elle provenait du fait que ce n'est 
[•lu- le prince, mais le peuple qui subissait les fluctua- 
tions de la récolte. Ton 1 1 s les réclamations sont vaines. 

Dès la paix d'IIubcrtsburg le roi, dont la guerre avait 
vidé les laisses, revient à la charge. 

Il avait en vue toute une série de mesures pour aug- 
menter bs ressources qu il tirait de la principauté. Le 
plu, pressé était de renouveler à des conditions encon 
plus favorables les baux de la ferme arrivés à tenue en 
1767. Si lors de l'introduction di - ferme- on ni s'est pas 
loul di suite avisé que ce système était contraire aux 
Article- généraux .voir ce mot), jurés par la maison de 
Uramlebourg lors de. son avènement, cet argument a dès 
lors pris corps et, joint aux autres, d'ordre éconi mi |ue, 
devient un puissant motif d'opposition de la part des 
Corps el Communautés à la tète desquelles - 
la ville de N'eiichàlel. Elle interdit la publication des 
enchères et menaça d'exclun tout bourgeois qui y pren- 
drait part. Celles-ci devinrent impossibles, p 
ne se présenta; cependant le commissaire royal Derschau, 
envoyé, avec .bs pouvoirs spéciaux, réussit à faire un 
accord avec Guyenet el qnelqti s autres receveurs d'après 

lequel un leur I'CIliettail la l'une J u p;,ys en bine. SOUS 
la protection spéciale cl ti roi. L'irritation fut si grande 
que la ville refusa d'exécuter un ordre d'expul ion pro- 
noncé contre un étranger suspect d'intriguer contre la 
maison de Brandebourg, el que les autorités de la ville et 
de l'Etal échangèrent des lettres de compliments avec 
l'ambassadeur de France à Solenre et la Cour .!•• Versail- 
les .pu- la guérie a va il lu--., en très mauvais terni 
Frédéric II t eltii-ci en fut fort courroucé, mai i 

côté, • n chai ..' nit un éli angi r, Durs. ilt -•■- intérêts 

dans le pays et en destituant trois conseillers d'Etat, il 

avait .le i veau incontestablement violé lès articles 

généraux Les rapports réciproques ûtai ni lin i devenus 

■ . ■'■ - : le roi. s 'estimant ineii icé .1 ms - m aul i ilé 

et s..- privilèges, résolut .1. porter ses griefs à hVrne qui, 



! > 



AHHY 



ABSCHIEDE 



en vertu des anciens actes de combourgeoisie, était dési- 
gnée comme arbitre dans les conllits entre le prince de 
Neuchâtel et ses sujets. 

11 s'en prit à la Mlle de Neuchâtel et le procès dirigé 
contre elle fut plaidé successivement en première et 
seconde instance .levant le Petit et le Grand Conseil de 
Berne. L'avocat général Claude Gaudot 1 1713-1768) \ sou- 
tint avec beaucoup de passion les inlérêlsdu prince, I 

qu'il eût dans les débuts des dissentiments pris le parti 
du peuple. La sentence de Berne rendue en dernière ins- 
tance le 23 janvier 17l>s! l'ut défavorable à la ville sur tous 
1rs points et de nature à diminuer ses droits acquis aussi 
ne fut-elle acceptée qu'avec colère et sous protestation, 
mais, lorsque 9250 liommes furent mobilisés sous le com- 
mandement du général Lentulus pour obtenir l'exécution 
de la sentence par une occupation militaire, la \ i 11< - 
lit sa soumission. L'intervention militaire nuit donc 
pas lieu alors, mais toute la population fut profondément 
ulcérée du jugement de Dénie qui consacrait un recul 
.1 .t.- le sens de I absolutisme. 

Plusieurs pamphlets parurent pendant les premiers 
mois di 17ts.il- ne lient qurfittiser le feu; les mesure: 
ordonnées par la seigneurie, mais que les autorités locales 
se refusèrent à exécuter contre les libraires fauche de 
Neuchâtel et Girardfit du Locle, qui les avaient répan- 
du-, m 1 contribuèrent pas à calmer les esprits, pa plus 
que les maladresses commises par le vice-gouverneur 
Michel et la démarche, restée sans résultat, des corps ( >i 
communautés auprès du canton Vorort pour solliciter 
l'intervention du corps helvétique. 

L'effervescence atteignit son comble, lorsque l'avocat 
généra) Gaudot, qui, pour prix de ses services, avait été 
nomme Ite.ulenaiit-gouvcmeur, revint dclîernc le 24 avril, 
Il fui accueilli par dos huées et assiégé dans sa maison 
parla populace qui, le lendemain, linii par > pénétrer >■! 
massacrer ce bouc émissaire de la vindicte publique. Une 
garde bourgeoise et les grenadiers mis sur pied pour sa 
protection n'offrirent qu'une résistance passive. 

Pour activer l'enquête sur ces événi menti, menée mec 
une extrême lenteur par les magistrats, une occupation 
fédérale fut décidée et 000 hommes appartenant aux quatre 
canton- alliés (lierne, l.'"ribourg, Ltrcerne et Soleurej tirent 
leur entrée à Ni iicbàtel le il mai, mèche allumée, tandis 
qu'un corps de 1400 liernois devait au besoin soutenu- le 
premier contingent, mais il put être licencii au bout de 
quelques jours. Le procès contre les auteurs de l'assassi- 
nat de Gaudot auxquels on avait laissé le temps de fuir, 
aboutit à quelques bannissements et à la condamnation de 
cinq dos plus compromis à la peine capitale en efligie : 
leurs images furent pendues an gibet le lt> juillet avec 
tout le cérémonial d'une vraie exécution. 

La tranquillité se rétablit enlin après la nomination du 
général de Lentulus au poste de gouverneur. Il pan-- ni 
delà faveur particulièi e du roi et, connu poursa modération, 
il inspirait confiance aux N'euchàlelois. Il ne tarda pas a 
élaborer, de concert avec une commission nationale, un 
pacte de pacification qui fut ratifié par les dépu'tés des 
corps et communautés assemblés le 10 novembre. Il 
reconnaissait à ceux-ci è 1 droit de réunion qui leur u\;iil 
été- contesté, admettait l'illégalité de la destitution saiu 

jugement des Ibnclionn s.'et deux des conseillers d'Klal 

suspendus par le roi furent réintégrés dans leur place : il 

réglait, incorediffércntesqurslions île polie concernant 

spé. i dénient la ville et, point essentiel, il abolissait definiti- 
v. m ni la fermi (les revenus pour en revenir à la régie et 
rétablissait la vrnlr et Vabri. La coutume en fut dès lors 
maintenue jusqu'au moment du rachat desdimi - en 1849, 
I.i rente mèmi jusqu'en 1892,— bien qu'elle n'eût plus 
d'autre intérêt pour le .■..unie i • e des vins que Ci lui d él l- 
blii à titre .1' nt. .le .n les pi .\ niovens de l'année. 

Voir : Uistoirr nbrcijre r/. - trmihlr* du i.«i/s (//■ Vrii- 
rhiin-l pendant 1rs aimées HIM-llHX, Wurliaicl 1832. - 
('.. G. de Tiil.ol. t: llixhihv ilr Seiirli.itrl el Valunghi. 

Ne m luit. I IS'ili p. 122, 1711. --. -G. île l'un : l'n il 

„„t poli/igné ,î Xr„c/„itrlen /7WÎ, d.insb A/.\IS75p 199. 
23fi.2!t>. et 1870p. 13. -Arnold Hmel : L* omflil rntrrles 
Xrurlui triais .-( r'rrdrrir-lr-Craud mir la gunslion de la 
fri-medrs impôts niili-niiS, N'.Micliâlel IS!18. i, ( ;n 

ABKY. l'uni, sculpteur, né a Huniiigu. en Iisu5. mai: 
ressortissant d- l'.àle où il reçut -a première instruction 



technique à l'école des arts et métiers, f'e 1885-1889, i ■ 
le trouvons à celle de Strasbourg et à l'atelier de E, Ougg 
également dans . ette v ille. Api.' - de brefs v..\ igcs à Pari: 
et Munich au printemps 1889, il s'établit à Zurich où il 
est maître à l'école ii'^ arts et métiers. A côté de plu- 
sieurs travaux nécoratifs d'architecture au Musée natio- 
nal, à lit..-. M..--, à la Banque cantonale, etc., on lui 
.1 rit au ;si la fontaine monumentale du quai L'to. — D'api c 
SKI.. \i-, 

ABSAGBRIEF. Voir l'i uni. mina '. 

ABSCHEID. Voir Ansiaiii lu:. 

ABSCHtr.Dt: (CONGES). Sun- ce nom allemand, 
on désigne généralement, même en français, les Recès des 
diètes fédérales de tout ou partie des Ligues et de leurs 
alliés. Ils étaient remis aux députés prenant con d 
leur nom ; ce sont des notes sommaires sur les délibéra- 
tions, notes devant permettre aux députes de faire rapporl 
aux autorités cantonales ou de prendre des instructions, 
Le n '' de chaque député ne contenait i n général que i i 
qui concernait -oit l'ensemble des cantons représentés à 
la diète, soit ce qui se rapportait à s, ai canton en particu- 
lier. Il n était pasf.ni de recès général ou da procès i 

bal proprement dit. Les recès ren tent au 13 e siècli el si 

trouvent pour la plupart dan- les archives cantonales. 
Tandis que les plus anciens se bornent souvent à de sim 
pies mots de rappel, les plus récents deviennent parfois 
assez détaillés, 

Afin de rendre ces sources d'information accès ibli 
Lucerne lit, en ISIS, la proposition de prier tous les can- 
tons où des diètes avaientetetenues.de dresser un inven- 
taire des recès el des documents s'j rapportant et-di I 
mettre à la disposition du Vorort. Un modèle présenté éga- 
lement par Lucerne l'ut adopté pour cet inventaire de 1819 
et l'on se mit à l'ccuvrc dans les différentes archives avec 
plus ou moins d'activité. Kn 1 K 1 2 , sur la motion di K la- 
ris, la diète entra en matière sur la question d'un réper- 
toire général et le Vorort autorisait la chancellerie fédé- 
rale le 30 décembre 1 s:>7 à faire établir i t imprimer une 
collection de recès du XV- siècle, i'.:- 1839. il était fait dé 
pot à la di. le du I • volume de i'Aiiitliclie Sammliaig lier 
iilMrn Eiilg. A.; mil dm ewigen iïiinden, den Frird- 
brirfen mùl nndi-ni llaupleerleiigen cils ISeilagrn (Lu- 
cerne 1839, i I embrassant la période 1291-1420' et édité 

p. n |e Prof. Jos. Lutych Kopp. La diète ap| va ce Ira 

vail et invita le Vorort à le continuer; mais l'entreprise 

subit un temp- d'arrêt jusqu'au m .ni ..à le Conseil 

fédéral prit les mesures nécessaires à sa reprise le 16jan 
vier 1852, et cela à riustiuati.ui .lu chef du département 
de l'intérieur, le très érudil Conseiller fédéral Stefano 
Fkanscim. 

La direction fut en liée à l'archiviste cantonal d< Znrii h 
Guau.n Mrvi n ni: Knoxai (I80'i-I858i. puis à l'archiviste 
fédéral M' Jos. Ch. Kiain.i (I8l5-I8li7l et finalement a 
-on successeur, le l' r Jacob K vi-i i: qui n us il i mi n. 
, .■ i rand travail J bonne lin. \.'A nilliehe Hat» •• ' 

ûltèm eidg. Absehiedr ; l,g. au) i U ing d> i lit 

beliàrden comprend la période de 1240-1798 el r niplil 
huit volumineux in i qui se subdivisent à leur tour 
.•n dix-sept parties. Ils ont paru di IS5U-188G Auteurs: 
Vol. I 12-iO \i I420>. iqui est une 2' édition de celui p. nu 
en 18391. Lucerne 1871 Vnt. Phil. Si:ci-:sskii. Vol. Il 1 1-121 
à 1477), III 1 |1478 à l-49îti cl III 2 1500 à I520j paru à Lu- 
cerne |K(j3, Zurich 1858 et Lucerne IStiO, également A. 
Pli. Seges er. Vol IV I a et M152I à 1528 el 1529 à 1532) .'. 

Ilruy 1873 el Zurich 1870. Joli. S u i ri. Vol. IV 1 r, 

d el . 153 : ii 1510. 1541 à I51S i I 1549 à ISS.1l Lucerne 
1878 1882 el ISSU, Ch. lu -. nw vmu n. Vol. I\' -1 iIMtià 
15815), |:,.,-„.- 1801. .1 K. Ivi.i in Vol. \ I [587 n 1017 
llerne 1872, J. K. Km n.l et .1. Kvi-ii;. Vol V i |IGI8à 
loi- ICil, I 175, Dan. AU». Kl cuti i:. Vol. VI I Kr;i 
18t>7. Jean Ad un Pi l'IKni t u avec i oll ibor. de .1 Kaiser. 
Vol VI 2 i 1081 à 1712 Kinsiedi In 18+2. Martin Koints.. <-i 
.Lan liapl I. il in Vol Mil el 2 1712 à 171.".. 1744-17771 
|;àle IStiO et I8G7, I) \ Kt:<:irrt t:, Vol VIII -I77S à 1798 
Zurich I8.7G G Ml VI n m. k\..\ vi . Comme suppb'menl au 
volume IV I •■ el b édité par lui, M. J. Srun Kl i n fil pa- 
raître VAklrm l-ii'i :«/■ *.7iir-'ir«v. /■< ■ i 

r,/,. /.'..'/ /..•;-.' Zurich Is7s I--1 ", 

I .- i Imnceli i f b rai Jean I Ir. Schiess i il déjà 
posé la continuation île la collecti m au delà du I 



ABSCHWUNG 



ABSINTHE 



43 



pendant ce ne fut qu'à la suite d'un mémoire présenté 
,,.ir J. Kaiser, en date du 18 janvier \S16, que ce travail 
fui entrepris ; ce mémoire eut pour conséquence di- 
,,,!,• la nomination d'une commission composée de 
MM. le prof. C. Hiltj et des archivistes Kaiser à lierne, 
Union de Crousaz à Lausanne et Strickler à Zurich. Ce 
dernier élabora un mémoire avec programme et lit pa- 
i litre comme travail préliminaire un livneralrepvrlo- 
rium der Acten des helvel. Centralarcltivs m Rem 
iHerne 1876,4*). La commission de rédaction, soil l'ar- 
chiviste fédéral, le prof. Hilty et le prof. 1>' Emile Bi.cksch 
à lierne se réunit pour la première l'ois à Berne, en 
décembre 1876. M. J. Strickler se chargea de la rédac- 
tion et la commença au printemps 1877. Le résultat en 
tont les 10 volumes de VAmltiche Sammlung tlcr Aklen 
„„s der '/.vil der helvel ischen Republik (iVJS-1803' : 
un Ansrliluss an die Sammlung dev âllern cidg. A. 
lui. auf Anordnung der Btindesbehorden (Berne 18S0- 
Iftiô . 

Dès le SI juillet 1820 la diète avait chargé la chancelle 
ri. fédérale de publier une table des matières complète des 
recès tfï*n« réunis". BecwulMe par li chancelier Jos. 
Oh. Franc. Ani Rliyn (1800-1819), la première partie parut 
comme RepertorittmderA .dereid. Tagsatzung tSOfi-iSiS 
Berne 1842, 4" et fui suivie, en' 1843, d'un volume sup- 
plémentaire d'actes. A partir de ISTt. sous la direction 
générale de J. Kaiser et suivant l'ordonnance du Conseil 
fédéral, nous voyons encore paraître en .">/ parties la 
Amtlichc Sammlung der neueren eidg. A. i803-1848. 
Elle est suivie du Répertoriant der A. der eidg. Tagsat- 
Timnen 18] '/-/>•"/ S, édité par Coït I Wilh. Fktsch'erin 181 s 
i,-X:,-2 roi. > :- - : i . ■ 1874 et 1876, et enl8S6J. Kaiser éditait 
uni seconde édition du Répertoriant île, .1. der eidg. 
Tagsal.ungm {803-1813, paru en première édition en 
IS4-2. 

Le recueil officiel des recès fédéraux est ainsi continué 
jusqu'à la nouvelle Confédération et s'arrête à cette épo- 
que. Dans son ensemble, il contient, outre les recès aussi 
complets que possible, également des actes s'y rapportant 
directement, tels que îles instructions, des avis, des mé- 
moires, des plaintes, des projets d'ordonnances on de 
traités, d>'s consultations, des messages d'ambassadeurs 
étrangers et il. -s documents divers, lesquels doivent être 
considérés au même degré comme s. .urée- historiques. 
Ainsi, nous voyons que les .-16.se/iicdcforment un impor- 
tant recueil de délibérations et de documents de droit 
public suisse depuis les origines tl jusqu'en lSàS. Il reflète 
comme un miroir l'histoire du développi ment inté- 
rieur et extérieur, la charte et la restauration de la Con- 
fédération. On peut considérer comme suite aux recès à 
partir de 1848: La Feuille, fédérale suisse (depuis 1848 . 
le Bulletin sténographique of/iciel de l'Assemblée, fédé- 
rale suisse depuis 1891 ; le Recueil contenant laconstitu- 
titm fédérale et les constitutions cantonales en 
(Berne IS9I, avec supplément* dès IS92i . le Recueil i 
des lois et ordonnances de la Confédération idepui 1849; 
nouvelle série dès 1875) ; les Irréts du Tribunal fédéral 
suisse (depuis ISTÔi pour autant qu'ils se rapporl* lit au 
droil public suisse. n Dm nnkr i 

_ ABSCHWUNG (C. Berne', D. Oberliasle. Voir UUS 
Extrémité Est des Lauteraarhôrner entre la jonction des 
glaciers de Lnutcraarel de F'insteraar et do celui de l'A a r 
inférieur. C'est sur la moraine de ee derniei glacier que 
le géologue Franc. Jos. lluui. de Soleure, érigea, du 31 juil- 
let au 3 août 1839, une cabane pour j l'aire des ob ervatioti: 
glaciaires; il l'j retrouva en 1830 et en IS36 ; mais, en- 
traînée par la descente du glacier, la cabane tomba pi u à 
peu en ruines. En 1839, Ed. Desor constata que ses parois 
étaient encore bien conservées tandis qu'en 1810 elles 
n'existaient déjà plus. Elle fut remplacée au n m • n 
droit par la nouvelle cabane qit'Agassiz. Desor et leurs 
compagnons ; érigèrent et qu'ils nommèrent l'Ué.TKl. ni - 
N'KUCH.vTr.t.ois. (Voir cet article I II. I> 

ABSENCE. le la Ville. Terme de droit publ 
vois. Couliiinièremenl, le fait de s'absenter de la ville l'ut 
considéré, à Genève, comme une faute grave motivant des 
sanctions d'autant plus sévère; que la cité courait des 
dangers plus grands. Vu \V1 -. après la Réforme, une 
absence de trois mois entraînait la perte de la boni soi 
su, qu'on demandât congé ou non au Petit C m cil. La 



coutume se perdit, au cours des siècles, pour les person- 
nes particulières, mais on en trouve encore d. s traces, 
aujourd'hui, dans l'organisation judiciaire et mil. pour 
de pi i ;onnes officielles. — Voir Genève .-1. E. — Recueil 
des lois, Rép. décennaux. Camille Odier : Index ge- 
nevois (( Icnève 1912). c R. 

Pour l.s divers droits ou devoirs concernant I absence 
des bourgeois, voir Ilot ton oi-n:. Droit de. 

ABSINTHE. Cette plante dont deux variété-, la grande 
Arlemisia absinthium et la petite Arlemisia pontii a, sont 
les plus connu. -s, croît un peu dans tous les pays. Elle 
était employée par les an. i. n- en tisane contre tout i spi 1 1 
de maux : I. s prêtres en faisaient usage dan- certaines pra- 
tiques mystérieuses du culte; elle était au- i considérée 
comme I emblème de 1 amertume .■!. de nos jours encore, 
comme un cl. arme contre les sortilèges qui venaient à la 
traverse de l'amour; aussi, un époux superstitieux ne 
manquait-il pas. le jour de ses noces, d'en porter un bou- 
quet sous s. > habits. L'art do distiller ayant été découvci ! 
par les alchimistes du moyen âge, l'absinthe fut proba- 
blement une des premières plantes soumises à cette opé- 
ration, sans qu'il soit possible d'en fixer I époqui : tout ee 
qui l'on sait est que lu Kriiuterbucli, du D' -fconieei*i .1 
1078, indique l'élixir d'absinthe parmi les tinclures que 
vendaient les apothicaires. Cette liqueur ne pril de l'im- 
portance pour notre pays qu'à partir de la lin du XVIII'- 
siècle. A cette époque un médecin fiançais exilé de son 
pays, le |r Ordinaire, vint s.' fixer à Couvet dans I.- can- 
ton de N'euchâtel pour y exercer s, m art. Comme tanl 
d'autres médecins de campagne, il préparait lui-même 
si- médicaments cl ne dédaignait pas les panacées; il 
employait en particuliei l'extrait d'absinthe "préparéi d .- 
près une recelte d.mt il avait le socrel el qui ni tarda pa : 
a jouir d'une certaine vogue. A sa mort, la recelte lut 
achi lé'' par les demoiselles llenriod qui, avec des moyens 
primitifs el en quantités encore bien modi -t. s. continué 
rcnl ci u.- dis) il la lion dan- leur cuisine jusqu'au moment 
où elles vendirent leur recette en IÏ97 à Henri-Louis Per- 
nod qui fonda alors la première fabrique d'absinthe à 

Cou vil. Grâce à son int lli ei mmerciale, ses produits 

passé- du domaine de la pharmacie dans ci lui de boi i n 
d'agrément trouvèrent rapidement un grand écoulement, 
lant .lui- le pays qu'à l'étranger, particulièrement en 
France et en Italie. L'usine de Couvet étant devenue lion 
petite et pour éviter les droits d'entrée, Pei nod construisit 
en 1805 une nouvelle fabrique à Pontarlier. Des fabriques 
s'établirent encore à Môtii rs,Travei -. Henri, ni dans d au- 
tres parties du pays, maii le Val-de-ïravers resta le centre 
de cette industrie; la culture de l'absinthe et des autres 
plantes employées à la fabrication de 1 extrait v devint une 
précieuse ressource de la population agricole. L'absinthe 

ne manquait cependant pas d adversaires, car absoi I 

quant it< - immodérées, elle pru i li! di . i iivei effets toxi- 
ques et on accusait la v verte Sirène», grâce à son odeur 
et à s,.ii goût alléchant, d'être parti, uliérement périlleuse 
pour le . nractéi es faibli s, cm lins ■ 1 ivn m i ie Dillén nts 
crimes commis si us l'empire de l'alcool et qui l'on attri- 
buait, peut-être pas ton;, un.- avec raison, à l'absinthe, 
ont, par l'émoi qu'ils ont causé, contribué à active! I" 
courant d'opinion publique qui. peu à peu, s'.'iail formé 
non pas contre l'abus seulement, mais contre toute con- 
sommation d'absinthe. In e..s particulièrement grave, 
survenu en lilOli, à Commiigny, où un nommé Lanfroy, 

fi m ' - d'origine, a tué à coup de fusil sa fi un i -• - 

deux enfants it tournant son arme contre lui-même a 
essayé de s. suii idei sans v parvenir, a été le fait déti i nu- 
nani d'une initiative partie .lu canton de Vaud et qui eut 
pour porte-parole zélé l'ai oral \> u '• Monnior. Appuvée 
par 161 814 si; u .nu, -. elle d. mandail la prohibition 

dans toute l'élond le la Suisse .1" I imp irt ilion, du 

transport, de la vente, de la détention poui la vente de 
I absinthe, ainsi que des boissons constituant une imi- 
tation .!•■ I absinthi I n .1. I u de deux ans devait être 

i oi li I Ass, nibléi fédéi .1 ■ lilhéra à n tti deman'de 
et au vol. fédéral qui i ut lieu le 5 juillet l'.l W. 

tiv a été acceptée pai 211018 oui ■ 130869 non. 

Les seuls cantons de N'euchâtel el de Genève uni donné 
rejetants. La question- intéressant sur- 
tout la ~' n i - '■ i omandi . imu les i hifl'ri - du 
cette partie du pays : 



44 ABSTINENCE 

Vaud 17°848 13,949 

Ncuchâtel 6,337 11,03» 

Genève 5,1171 8.080 

Kribourg 7,210 1,91-2 

Valais 7,907 '(.377 

Vi.î'ri l:i.. r ,.\S 

Par la loi d'exécution du 2-1 juin 1910, l'entrée en vigueur 
île la prohibition fui fixée au 7 octobre 1910 cl (les indem- 
nités aux personnes lésées par ces nouvelles dispositions 
étaient prévues. L'arrêté t'.-.l-'i ., I du 23 décembre l!M0 >ti 
fixa les bases comme suit : tout propriétaire de terrains sur 

lesquels on cultivai! l'absinthe avail droit i r la moins- 

valiicà fr. 550— par hectare: toute personne ayant cultivé 
l'absinthe, propriétaire ou fermier, recevait pour perte subie 
une indemnité unique de fr. 2000 . Les propriétaires de 
bâtiments et d'installations pour magasinage ri commerce 

tic l'absinthe, touchaient une indemnité uniq 'gale aux 

trois quarts de lu inoins-volue résulta ni pour ces installa- 
Lions, la mnlus-vaUio étanl représentée par la dilléreiicc 
entre la valeur de construction tht 5 juillet lilOSel la valeur 
d'utilisation possible des bàtiments-à pari il tin 7 octobre 
1910. Toute personne avant fabriqué de l'absinthe jusqu'au 
5 juillet 1908 avail droi'l à une. indemnité de quatre rois le 
montant du bénéfice net réalisé en moyenne annuellement 
pendant la période quinquennale antérieure Une somme 
i\e fr. 15,000— et. iii mise à lu disposition du canton de 

Neuchâtel pour tiédi lager de la perte de salaire les 

journaliers et journalières, occupés par les cultivateurs 

d'absinthe; enfin, toute pers le occupée depuis plus de 

trois ans jusqu'oui vote fédéral nomme i n>pb>ye nu ouvrier 
avail droil à une indemnité égale an montant du salaire 
total reçu par elle durant les quatre années antérieures. 
Cette somme était majorée de ',._, %par an pour les 
employés el ouvrière engagés depuis plus de dix ans. Ces 
indemnités représentent une somme totale du fr. IS2S939 12 
payée par la Confédération cl qui se répartit comme suit : 
Indemnités aux propriétaires et fermiers de terrains cul- 
tivés en absinthe r'r. 131518 30 

Aux propriétaires de fabriques el fabri- 
cants •■ I 112208 0G 

Aux journaliers occupés par les cultiva- 
teurs » 15000 - 

Aux emplovés e! ouvrière des fabriques n 50837! -J-> 

Coût des opérations _» 01778 'il 

Total . . , li. ! s-js !i;;ii |? 

• UN. 1864, p. 150, 167 : L'extrait d'absinthe, par L. 
Favre, 1882, p lit. — L. l'crrin : Milliers-Travers. La 
Maison Pernod fils à Paularliér, Paris. E. Pentu, IS90 
(Plaquclto publiée à l'occasion du centenaire de la fabri- 
que). — Appel adressé' an bon sens el o la raison du 
peuple suisse par l'L'ninu des intéressés ri la ou, ilio.i d< 
l'ai intheau l\il-i(r-Trorers. Eleuricr. IH00. - Kobert 
llercod: La prohibition de Vabsintbe en Suisse. [Publ. 
par le] Comité l'éd. de l'initiative contre I absinthe. Lau- 
sanne. 1907. Jian cîiiei i li. 

ABSTINENCE. Voir Antia ii.-.mi.. 

ABT. Familles d'Argovie et de Zurich. - A. Familles 
d'agriculti in - de liùnzen (Ai lu: ii . Quelqui s 

. branches s'adonnèrent à l'industrie, d'autres 

< ■' - ' i embrassèrent les carrières libérales, 
h ? 1. lioiinm, * I" mars 1810. lils du com- 

3 a mercanl Georges Aht, étudia d'abord la tliéo- 

\~<W u '" [e - 0l,linl lc ' s ""'"'• '"-■ so vona 

Xjj/ ensuite au commerce et se rendil hnalemenl 
à Paris d'abord, comme représi ntanl de ses frè- 
res, el pour v reprendre à son compte l'industrie de la 
paille comme" co-propriélaire di la maison Aht frères, l'n 
talent remarquable pour le dessin et beaucoup de goût 
l'aidèrent dans son travail. Il épousa Marie Wev, lillr de 

I" mann de district el conseiller .1 État. Joaehim Wev, 

dcYilmergen et de Maria-Magd. r'isrhrr, s.eur de l'auber- 
giste du Cvgne, à Mi r. nschuand. Ilomin ■ politique zéli . 

il fut m. mine du Grand Ou- il . I plus tard amn i de 

district, place qu'il dut céder à lu majorité ultra nlaine, 

ce qui ne 1 • mpécha pas di travailler poin le bien du peu- 
ple. Son m livre est i di - im lu m. ni il. s mai liùl 
/en ilont il prit l'initiative .t dont il garda la direction 
jnsqu à -;i mort. C'est encore à lui que l'on doit la cons- 



ABT 

truclion du pre-l.vlrre de- paroi-.-e il" llnn/en. II. . i, 
bûrenet Waldhâusern à Bûnzcnen 1860. - 2. G.-R.SU'jj- 
fried, * 15 nov. ISt-i f 30nov. 1884. Fils de n I ; rréquenta 
|i ; écoles de Uûnzi n cl de Mûri, entra, en lSliO, au gymnase 
d'Aaran et plus tard aux universités de lleidclbcrg, .le 
Zurich et de Paris pour y étudier le droit et obtint, i n 18OS, 
son brevet d'avocat pour le canton d'Argovie. La même an- 
née. il fut nonîmé greffier au tribunal du district de Mûri 
et 1873, d'Aarau. Dans ses loisirs, il s'occupa de journa- 
lisme ; les événemi m- de son temps lui fournirent tou- 
jours une riche matière En 187i parut sa hrochun 
lier Aufruhr i/n Freiaml vom Januar IS'tl. Le 20mai 
187i, A a rau le \ii avocat consultant et secrétaire de la So- 
ciété internai le des chemins de fer de montagnes 

(Direction Itiggenhach et Zschokke) Après la liquidation 
de cet ntreprise. il fui nommé le i février 1870. subs- 
titut el greffier au tribunal criminel du canton d'Argovie. 
En septembre 1877, appelé par le l> Conrad I.'-. lier, à la 
S/./., à Zurich, il rédige les bulletins de politique inté- 
rieure, el le 2 le\ ri. r 1879, ensuite d'un appel du conseiller 
fédéral Schcnlc, il devient premier secrétaire au Départe- 
ment fédéral de l'Intérieur, poste qu'il occupa jusqu'à sa 
mort prématurée. Pendanl -on séjour à Eierne, il tradui il 
VAnleilung fur Zivilslaiulsbeanite el travailla a la loi sco- 
laire de Schenk. Il fut encore correspondant de différents 
journaux, entre autres de la S//, des Baslcr Xach- 
rie/iten, d. la Nçue Fraie Presse, à Vienne, du Scliu-âbi- 
se/ter iierkur, à Stuttgart. S. m élude historico-pédaco 
giqu : Joh.-llud. Fischer von Bcrn (S. L. 1882) .-il. 
I'ruil de ses méditations sur la période de la République 
helvétique. Il avait épousé Anna Eggenschwyler. Son li! 
Sif.CKIiikii, * en 1872, est ingénieur à YVintcrthour. — 
3. llommi, * le 17 juillet I850, lils du n- 1 ; ingénieur, 
termina ses éludes à l'école cantonale de r'raueufcld et à 

l'École polylechniq le Zurich. Il épousa Nanelte 1.1 

ber fii 1872 187.".. il fui constructeur aux ateliers princi- 
paux du Central, à Olten : do 1875-1879, constructeur et 
chef de bureau de la fabrique di machines de la Compagnie 
internationale des chemins de fer de montagnes à A a rau : 
de 1879-1881, ingénieur-conlrôleur au Département fédé- 
ral des chemins de fer, à l!i rne : de ISSI-18S5. ingénieur- 
chefdereiilrepri e des travaux hvdraiiliqui deC. Zschokke 
et Terrier, à Paris : depuis 1885, constructeur et entre- 
preneur de chemins di fer de montagne. En 1892 i i 
1893, membre, puis président du Conseil d'administrati m 
du chemin de fer du Gothard, à Lucerne: membre du 
conseil d'administration de toute une série de compa- 
gnies indu-tri. Ile- suisses et de chemins de fer d. moi - 
tagnes, des chemin- de fer orientaux, de la banque pour 
entreprises électriques, etc. Il est l'inventeur de la cré- 
maillère » système Aht ■>, une combinaison de la locomo- 
tive à adhérence el si crémaillère, qui permel di remor- 
ritn de lourds train- à une vitesse iniporl inte «-t sur d< - 
pi nies dépassant deux à Irois fois le déclivités ordinaires, 
systèmi qui a obtenu li . i and prix 750 I mai '.. - de l'fi n 
allemande des administi alii n de clieiu n de f r. H. \. 
collabora à la construction de 00 chemins de fei à cré- 

I maillèrc comptant plus de IliOO km. .1 ■ longueur, 1 1 moi - 

qués par plus de 100 1 motives système Abl. Parmi ces 

lignes, la première fui celle du llàrz el les plus inipor- 
tanlcs en Sui om : Viège-Zermall. Generoso, Gorner- 

| grat, Kurka A celles-ci s'en ajoutent d'autres en Allema- 
gne, en Autriche, en Hongrie, en lîosnie, en Krance. en 

; Espagne, en Australie, aux Indes, au Japon, en Svrie, dans 
l'Amérique du Nord, à Mexico, dan- I Amérique ilu Sud el 

■ l'Afrique occidentale; de plus, ks funiculaires du Gi 

i baeh. de Lugiinn. du ' : ilvatnre. du llurg. nslock, Au Ha- 
vre, dû Xaple: . i de N'ijnii N >\ nod A. ■ btint le gradi 
de doeti m liwiui h ■ m - de I Iv oie polytechnique de 
Hanovre, il est président d'honneur lie la Société suisse 

des Amis des Heaux-Arls. membre 1 raire di i 

suisse des peintres, sculpteurs et architectes, membre 

coi i es| I ml de !.. v •■ ii lé de ; ingéni. urs et ai 

aulricliien>. niemluede la Ciuumis i 

Arts el du Musée national, membre honoraire di la Société 

pour l'exploitation des , !.. mins de |. r régionaux, membre 

d'i Comité du Musée al'i m nid. à Munich, etc. Il lit aussi 

partie du Jur\ a 

. : 1900. l!i ux'i l|..s. MiI.-iii. aux expo, ilions n iti i - il 

. '.■ nèM et de lien itn i. à I ouvi ige de E lleii-in- 



A HT 



ABÏYV 



,,-r : Spezielle Eteenbahnlechnik, à celui il.' U..1I : B/i- 
i.iklnjiiidie des Eixriil.iiliiiirmriis et à une série il.- revues 
[rcliuiques suisses, allemandes, nutricliiennosel anglaises. 
^ vit actuellement à Lucerne. — 4. Henri* en 1854, 

seiller national, de I!iin7.cn. fils du n' I, fréquenta les 

eeolcs primaires de liùn/en et dc.Muri, ainsi que les cours 
.l'hiver, théorique et pratique, de l'école d'agriculture a 
l'ancienne abbaye de Bénédictins, à Mûri, et se rendit 
.mur uneannéeà Paris, chez son oncle, Henry A lit, faliri- 
..,ni de chapeaux et fournisseur du roi Louis XVIII. A 
l'âge de 10. mis, il reprit la ferme de son père qu'il orga- 
nisa en ferme modèle, vouant le plus grand intérêt à toutes 
1rs questions techniques et économiques; secrétaire, et 
plus tard président de la Société d'agriculture du canton 
d'Argovie, il fui l'un des premiers champions des coopé- 
ratives agricoles, fonda à Biinzen une des premières asso- 
ciation- de ce genre et contribua, en 1SS6. à |a fondation 
de l'Union des sociétés coopératives agricoles de la Suisse 
orientale à Winterthour. En 1890, II. A. publia un écrit : 
Un- Keinertray cler Landwirtschaft, die Grundsleuer- 
sclmlzung, Hypolhckar- u. Erbrïchlgeselzgebunn, qui lil 
.. n-ation parce qu'il attaquait virement les bases du .-»<• 
tème argovien d'impôts et posait une série de problèmes 

politico-agraires. Le Conseil d'Élat défendit à l'a ui de 

faire do la propagande en faveur de ses idées jugées dan- 
gereuses pour l'Etat. En 18-S7, le canton d'Argovie fonda ;'< 
llrugg, l'école d'agriculture avec II. A. comme recteur et 
maître principal, lequel, en 1906, résilia ses fonctions pour 
so charger de la présidence de l'Union di s sociétés coopé- 
ratives, à Winterthour, et de la rédaction de l'organe de 
l'union: Ihr Genossenschafler. Déjà en 1897, il s'était 
chargé de la direction de l'Association suisse d'élevage de 
la race bovine brune, fonctions qu'il remplit jusqu'en 1912. 
C'est ain-i qu'il publia en IHO'i une monographie sur le 
Schieeizci-isclie Braunvieh. De 1902-1912,"' il fut encore 
président de la commission d'inspection du bétail pour le 
r.'iitton d'Argovie. Lorsque les chemins de fer passèrent 
a 'i \ mains de la Confédération, en 1900, il fut choisi pour 
faire partie du Conseil d'administration. Depuis 1900, il 
est aussi représentant de l'agriculture an Conseil na- 
tional. — Un de ses lils. le ])■ Roman A., est avocat à 
W'olilen (Argovie). — Sources: Communiqué par la 
famille. [F. W.l 

li. Familles de la ville de Zuiich: 

I. famille de noblesse de race du XIII» s. — 1. YVep.N- 
hiîri's dictus Abbas, Custode (Je la prévôté de Zurich en 
1225; sa mort, survenue avant l"2.'J0, mit le chapitre en 
possession de revenus à Kiisnacht, Trichtenhausen et 
Witikon. — 2. C. Abbatis ou Abbas, chevalier, témoin 
1S mars 1261 dans une charte concernant les barons de 
Ilegensberg (UZ I, V 530/31, 401 : III. V 1143). 

II. Famille bourgeoise des XIV 1 et XV- s. - Armoi- 
ries .- de sable à la crosse d'évèque d'or au 
linge pendant d'argent. Cimier: abbé naissant 

~.'i vêtu de saljle tenant un calice d'or dan- la se- 
■ nestre M, iss : Geschl.-Buch t. p. 15. — Dùrs- 
■ | teler 1, p. lli. — lU'iu au Horgerbet Com. 
j J Horgen) devient bourgeois de Zurich le il jan- 
vier 13S0. En 1401, un Rudi, probablement le 
même, possède encore la métairie Moor- 
sehvvand (Com. Horgen). La familli * J i paraît aus<i hem île 
Zurich qtiede Horgen avant 1450, mai- est peut-être en re- 
lation avec la famille Abt, qui té; après appai ait an Linden- 
berg (C. Argo> ie) Le nom -e rappoi t.- probablement à quel- 
que abbaye lEinsiedeln on Mûri). - Voir : Zùrch. Uûrger- 
buch\,(.î9Z>. — EinsiedlerUrbarl33\. J l- et F. H.: 

ABT, François. Chef d'orchc In et compositeur à Zu- 
rich. * 22 décembre 1819 a lîilenburg (province prus- 
sienne de Saxe) f ol mais 1S8Ô à Wiesbaden. Il fi îqui n: t 
l'école Thomas à Leipzig et se vouait à la théologie, mais 
l'abandonna bientôt pour s adonner à la musique, lai fé- 
vrier I Si I il devint maître de chapelle On théâtre de !■ 
cour à Bernburg et assuma la même année la direction di 
l'opéra au théâtre par actions de Zurich qui était alors di- 
rigé par la t ré- active Charlotte Birch-I'feill'ei (1841-42). 
Dès novembre ISii-52 il dirii a également la •■ éti de 
citant « Harmonie de Zurich fondée en 18-41, pui i ■• 

::• ment avec celli i i, dès 1841-52 la Soci ;l Sainte- 
Cécile; dès 1845-52 l'orchestre de la Société générale de 
musique; Ii>iti-Ksâû le chœur d'hommi i Stadtsânger- 



r Zflric 
la vallé 


... : 184' l'Asso 

de la Lin, mat 


: aussi 


relie des société 


te la so< 


lété de chant il,- 



verein », maintenant •• Mânncrcl 

Ciation des Sociétés de chant (h 
fondée en 1828, et lemporaireme 
du bord du lac de Zurich ainsi que la 
étudiants. Appelé à Ui-tinswick, il quitta Zurich en au- 
tomne I8."i2. Abtélail un fécond compositeur de chants; on 
luiend,.ii plus île 600, dont beaucoup sont devenus très 
populaires et se chant. ni souvent, ainsi : lie;.» die 
Schiealbeii heinncùrts ziehen, Die. Abendglocken klingen, 
Ueber den Stemen, lu den Augen lieyt das 11.;-.. 

Srhnrr.rrlui.il iln IJ'lOI- 
ilrrhinim. S, mm dl'illO 
ScllOllSlCIl Urlml, m. S, .i, ri 
llrr Mai nmh Illumina 
hr.il, Shll unit lubend, 
Ade dit sr/n.nrs Ualdes- 
grûn, Ho den llimmcl 
ilerge krûnzen, Dem l'a- 
inl.iml. Il publia à Zurich 
sous le titre iVArion un re- 
cueil dédiants pour cho ui s 
d'hommes. — Voir : .\/./. 
ilrr Allg. hfusikrie*. in 
Zurich 1SS6 (auteur : le 
past. Ileinr. Weber]. - 
Uesch. ('es Slud. Gesana- 
vereins /.. (1900) S. 19 f. 
-Eug.Muller, EincGlanz- 
zeit des Zùrch. Stadtthea- 
ters (1911) S. 163 f. n. 
note 114. -- Adolf Steiger : 
Uninrr, lior Zurich, l)r„h- 
scln-ifl I901. - Z.W Chi: 
1904. p. 330. - A 1)11 45, 
p. 686 -q. - Son lils At.i m i 
était chi f d'orchestre du théà 
mort le 29 avril 1888. 
ABTWIL (C. Argovie, D. Mûri. V 




François Alit. 
près une lithographe 



eprod. par l'inst. 
nmiuprer, Zuricl 



Aht, * 
e de Gt 



e "Jt; mai 1855, 
nève, où il est 
iil.l'.é 
DGS). Paroisse ca- 
tholique; n'a pas d'armoiries communales. Ancien- noms: 
Apwilu, Apwiler (llabshurger Urbar), Abwil, Appen- 
wile ; dans le dialecte actuel Appel; connue Abtwil prés 
de Sa nt-Gall provient de Ippin wilari = ferme d Appo. 
l'es fouilles qui ont abouti à des trouvailles ont fourni les 
preuves d'établissements v\i\ temps des Romains et des 
Alémans. D'après le rentier de Habsbourg, A. faisait partie 
du district de Meienberg ; les comtes de Habsbourg y possé- 
daient la haute et la basse juridiction. En 1256, le comte 
Gottfried de Habsbourg renonce à tousses droits sur les 
1 1. nit.. • libi c- .l'A. en faveur de la commanderic de St-Jeàn 
de Hohenrain. Kn 1361, Hartmann de Heidegg obtient du 
duc Rodolphe d'Autriche, le bailliage avec tous les dn its 
y afférant. Lois de la conquête de l'Argovie en 1415, A. 
échoua en partage à Lucerne, mais fut cependant, par 
sent.-n.-e arbitrale de Berne, attribué avec li di tricl de 
Maienberg au bailliage commun des ;' •' . en 1425. 
Le -2 avril 17'Jii. la commune fixait le montant d'une en- 
trée pour les nouveaux communiers et les habitants et, 
en 1763. elle décidait l'indivisibilité de la moitié des reve- 
nus de la commune. Les deux dérisions furent approu- 
vées par le haut bailli et inscrites dans le statut commu- 
nal. Trois ma nses d 'A. appai tenaient à la paroisse deSins; 
sur le terrain de la quatrième, une église fui éi 
incorporée à la commanderie de Hohenrain. Cet édifice 

fut réparé en 1350 ; un prêtre de St-Jean y disait la m 

tous le- quinze jours, lu ITlh. A demande inutilement 
d'être i ; igée i n chapcllenie indépendante : en 17.. I 
.lin elberg, comme collateur de l'église mère de Sins, 
accorda une augmentation des cultes Le . rand-maîti e de 
St-Jean avant c. dé 1 églisi à la commune • u 1740, la cons- 
truction d'un nouvel édifice fut immédiat menti immen- 
cée el M fut inauguré en 1712. A. devint une paroisse 
indép. ndantu en 1747, el 1'ancieoni chapt Ile I il : n 
Le couvent d'Engelberg lit desservir la paroisse par un 
de ses c uivi util jusqu'en I 'i en ertn d la nou- 
vi Ile constitution tu govii une, lesdi n pas- 

sèrent à la commune. La plus an iei ne i loi lie de la tour 
date di 1493; les fresques, dans l'église, sont l'œuvre du 
p, nti Ji ph li One r d'A. Li lialutai du vill 

ment adonné t l'agi iculture. -- Voir: . le G III, 
14-15. — VU des Stiftes Ueromûnster I. — Argovia 



46 



AliïWIL 



ARYRERG 



1S6I. 62-63, Vol. 9. 26, 27. - AS I II. - Lnt 1. 
ner: /'.'-• Kanl. Aarqau. - W. Men : />«• b'i 
wappen rfcs /v'«»f. .-lnn/a». - E. Zschokkc : G 



- Hron- 
einda- 
•■/,. (1rs 



,l. Aargau.— J. Sta 
i(. Mai-aau'. 



ABTWIL (C. St-Gall). Voir G 
ABUNDIoii HABUN. Nom 
Coire; docteur en théologie et en il 
mentde Kranconie, il étnit clmnoii 
l'évêquc île ce diocèse au Conci 
conlia la mi — i< >n de contrôler I 



t)if P/liyedi'i- Kun.<t im 

|P. W.] 
USKI'.WALD. 

i il,' l'évêquc Jean III de 
1. 1 Iriginaire pi nbahle- 

I l.ieL-latt ri remplaça 

di Constat (|in lui 

titres des dignitaires 



demandant l'admission an concile. Ses connaissances éten- 
dueset -a prudence lui valurent une grande considération, 
de sorte que le chapitre de Coire l'appela, après la mort 
du querelleur évèque Hartmann en l 'i 10, :i lui succéder. 
Son élection, tombant à une époque où l'église était privée 
de chef, elle ne put obtenir la confirmation papale, mais 
le nouvel élu l'obtint de l'archevêque de Mayence auquel 
il l'avait demandée et qui enjoignit au clergé du diocèse de 
Lui accorder J'.obéissaace. L'évêque Jean fil son entrée so- 
lennelle à Coire le avril 1417. Sous l'évêquc Hartmann 
l'évêché s'était profondéinenl endetté et avait été lési dan 
ses droits par l'Autriche el les seigneurs de Matsch et de 
llâzùns. L'évêque Jean s'efforça d'améliorer lu situation fi- 
nancière de son diocèse el de ralîermir ses droits, ce qui lui 
fut facilité par l'appui libéral qu'il trouva en l'cmpcrcurSi- 
gismond. Lorsque le Concile de Constance eut en 1417 élevé 
UthonColonna au trône pontifical, celui-ci confirma en 14 IS 
Jean III comme évèque de Coire. Il n'y resta cep ndanl 
plus longtemps, le pape I ayant peu après nommé arche- 
vêque di Riga, où il mourut le 14 mai 1-421 G Maver : 
ficsc/»<cA«c-rii's IttelumtGliiir I- 426-430. Chur 1907 r. [>. 

ABUFÎY, ABURI, AB UKI, VON URI. Câmpa- 
gnards et consorts au communal intérieur du Quartier 
d'Arth (Schwyz). Leu dit : Famille éteinte du pays d'Ui i à la- 
quelle appartenait: — I. Anna, nonne en 1 185 du couvent de 
Lazarites, à Cfenn. - 2. Gelda. en 14-48, bailli de la Léven- 
tine. — 3. LUlthasar et son lils. — 4. Jacqi'ks (voir L'ri, 
J. von), capitaine tué en 1513 à la bataille de Novare; 
d'autres ont fait partie du conseil cantonal. Plusieurs 
membresont émigré dans le canton de Schwyz. — 5 Ro- 
noi.i'iiE, docteur en médecine, a été envoyé comme bailli 
à llellinzone en 1633. — 6. IIaxs fut naturalisé à Schwyz 
vers 1500 pour '100 L., et — 7. L'i.y acquil en 1567, pour 
la même somme, l'agrégation dans le Quartier Neuf. C'esl 
>aib doute comme souvenir de l'origine uranienne de la 
famille qu'elle adopta plus tard la rencontre de taureau 
comme armoiries tandis que plus anciennement elle por- 
tait une mai que de maison, ainsi — S. RODOLPHE von 

Uri vers 1ÔS0 en forme de piège à lou| itenanl une 

croix, — 9. Ui.ia, inspecteur des travaux vers I628 deux 
dits pièges accompagnés en chef d'une croisette. L'n 
sceau du secrétaire d'Etat — 10. Han '.'■ • 01.1 : di 1606 
porte déjà la rencontre de taureau sous h mai | a de I5S0 ; 
plus tard apparaît la t,'t, il-' taureau seule, de sable en 
champ de gueules. — 11. II'..- était au 15' siècle curé 
de Morscbach. — 12. Jean Baptiste 1770 curé de Nuo- 
len. — 13. Roman -j- 1666 bénédictin a Einsiedcln et — 
14. Augcstin également bénédictin à Mûri. La famille est 
sur le point île s'éteindre, son dernier représentant étant 
le H" Dominique A., professeur à Schwyz. Styokh-I 

ABYBERG, AB IBERG, AB YBERG, ABI- 
BERG. I. famille très ancienne, autochtone el libre de 
l'ancien pays de Schwyz, donl les ancêtres comptenl 
parmi les fondateurs île la Confédération suisse. Elle lire 
son origine et. son nom -ans contredit delà localité auf 
Iberg .-i-e sur le Cil. il. à trois quarts d'heur, au sud-est 

de Schwyz. Outre les documents, la -outre principale [ ' 

-a généalogie est l'obiluaire di Schwya Une chronique de 
famille, manuscrite et postérieure, la Elu;, de 

François Marie A. (1714-1790), sur laquelle s'appuie le 
Dictionnaire de J. J. Leu, doit être consultée i la 
plus gramle réserve: sa valeur douteuse est déjà prou- 
vée par h- fait qu'elle donne le- dates pi écisi - .L 
- o, e et de la mort des membres de la famille du XIII 
siècle, lies fieux ouvrages confondent aussi les A. île 
Se h w\/ a. ■ c la famille ministérialc des Yberg donl parie 
le rentier .!•■ I. rne el i est une brandi J llnnen- 
berg. Au XVU« siècle déjà Conrad-Henri A. écarlela ses 
armes (l'ifi de la licorne empruntée au bla in d 



mille. En n'alité, il n'y a entre ces deux familles, apparie 
nant i deux classes totalement différentes, pas la plus petite 

relation, las a. de Schwyz étaient d.-s paysans lil 

démocratiques, en droit supérieurs, par leur situation so- 
ciale inféi a in -. aux chevalin s de petite noble l'Iberg. 

Armoiries. 1. Ile gueules à un if de sinople au tronc 
d'or ou d'argenl soutenu d uni- montagne a trois cou peaux 





Archives de I 



Irmoirie du lie lammann 
Kaspar Abyl.er" (cnv. lGâU). 

de sinople, accosté de deux éloil.. d'or. 2. Ecartclé au 
I et 4 d'azur à la tête de licorne d'argenl et au 2 et 3 de gueu- 
les a un if de sinople au ti • d'or ou d'argenl soutenu 

par un mont à trois coup, aux de sinople accosté de deux 
étoiles d'or. 

L'obiluaire mentionne 1. Ulrich A., époux de Ida in der 
Mail, connue ancêtre. Son lil- 2. Co.NIlAD 1 '. le -■ vieux 
landammann » de I obiluaire de Schwyz, est I un des pro- 
moteurs delà liberté schwyzoise et des fondateur- de la 
Confédération suisse. Il paraît pour la première fois en 
1281 comme l'un des quatre ammann du pays et c'esl lui 
que les documents île 1286, 1291, 1295 appellent landam 
mann. Il scella personnellement l'alliance avec Zurich le 
16 octobre 1291 comme honorable Conrad ab Yberg, 
landammann: dans I alliance des trois pays forestiers, 
an commencement d'août, son nom, comme ceux de- 
autres chefs, n'est pas mentionné; mais comme il était 
alors encore, d'après les documents, à la lête du pays, sa 
participation active ne aurait être douteuse. Sa femme 
était Judenta. I.a chronique de famille, dont il est parlé 
plus haut, place sa mort au 4 août 1297, et il faut Lien 
admettre, d'après le rôle des ancêtres dans l'obituaire de 
Schwyz, qui l'ait nettement la distinction entre lui et le 
« jeune landammann ... que son fils poursuivit son œuvre 
de libération. — '■'<. Co.nt.ad II qui joua un rôle actif dans 
la qui relie .1"- Marche d'I-'in-i. iieln en 1308, fut à la tête 
du pays .le 1309 à 1311. S m frère aîné - - 4. Uluii h II et lit 
déjà mort en 1331. — ■">. Rodolphe est nommé d : 
lettre d m .lui . -.. . | u i ■ lis. de Schwvz en 1299 - 

6.C0NKAD III. Lis du n»3, landami n Je l"3tl-1346, li i". 

1373; s. Lnime. N". Schwanda, était la fille d'Ain. ld de 
\V, || , Le n - 7. I: lilCM III- landammann de 1 ' 
1393 . ' d 1401-140 I, vraisemblablement fils .in n« ô. se 
i encontn 'ho. de nombi ux documcnl i 'en 1430. Sa 
femme était Anna in (la Malt. - 8. J; IN i . 
mann de I428-1432, p al être au -i un fils du n L. Sa 
fi mme Anna JaU.b était la fille du landammann .lus. 
.lai,..!.. Il- avaient en 14-18 un Lis majeur. YVerner, | ai 
lequel son cousin le ji immann Ulrich signait. 

Le landammann Jean participai la guerre de Zurich; 
banneret et capitaine à Maflikon, d se rendit avec le ra- 
deau schwyzois appi L' - I. « 'm- » devant la place foi L- de 
Rapperswrï, 5 aoùl liiô. d reçut un coup de feu dont il 
mourut trois jours après. Son lils \Verner mentionné plus 
liaut, esl probablement celui qui l'ut tué dan- une rixe à 
Schwyz en 1404parJeanl nid. voir Tscliudi : Clironik il 
en 1464). — 9. Werner \. tombé à St-Jai |m urla nirse 
c-t peu: être en i.i- du ■■ ii il ammann Ulrich. — 10. Henri. 
magister, étudia en I'. 1 '.' 1 .'• IL.L-. desservit p. -qu'en li'.". 
I'.' ji-e de li Stc-l et fut curé à Ereu nb ich en 

I '...■■ 11. Cl l\ 116: devant Wald 

12. L't Rir.ii V. probal - 'lu n ■ 7. landammann 
I', i ! i-l. I aiiiii c t li^i. v •>■!- Iii'3. Se- ep ai-. - lurent 
Vérèi i Dorothée I Iricli, puis Anna de Mcggen - 

13. IIknhi, d'après VI , I cadel du n 12 

bourgi is de J.uccrne en 1502. du Grand Conseil en 1506, 
ciiiea.; 1510, -j 1515 lai 1513 il payait à Schwyz l'impôt 



A.BYBERG 



ABYHICRd 



47 



,. mir „nr fortune de 194 £ de revenus. .- 14. Jus, époux 
'; Vérène BSsi, tomba le 20 juillet 1409 dans la guerre de 

U.,,-,1.0 au combat de Rhcineck, ;e connaît pas sa des- 

' ., i.ikv - 15. Conbad était dans la seconde moitié du 

Sv., un membre considéré du Conseil de Schwyz. Lm ; 

NX „„:,., ses enrants Dorothée. 11,. Cret et Annel, étaient 

''' „,.;,!.• la confrérie de St-Martin. Il était prol.ab c- 

^ aussi le père du «long LMinel de Gaspard qui do 

,.,., prùsde vingt ans à Sattel. - IC. Li Ion; I lu 

.,„. nous venons de nommer était le contemporain du 

'', io Sa femme Marguerite de Meggen lui donna / en- 

',„,;; lin 148-2 .1 résigna ses fonctions d'avoué du couvent 

? e femme* de St-Pierre, à Schwyz. En 1ol3 il possédai 

„,. fortune imposable de 149 £. - \'-"™ M f : '"""j 

•"Sargans de 1538-1540. 7 1572, était le fils de Gaspard 

, mm é plus haut et de Cailienne Lutzmann, de Satlel. Il 

"..ttroisépouses, Anna Lûpfert, Dorothée Llrich.d. Stei- 

,..„. et enfin Marguerite Schorno Ses fils étaient G.lg 

!i I50S, époux de Catherine Stocker. I anabaptiste et 

médecin Fridolin, morl sans descendants jab/-Jnb8 et - 

» Gaspard, né vers 1520, huissier Jo.>4-loob, l.aill. 

',„ u.ii, flf>5C-1558, bailli de Italien, 1*j8, kmdaniroann 

G- 01, 66, 68, 70,72, 74, 76. 80, 82, 87 et S9 eta. un 

I .me très considéré; zélé défenseur delà £««»£»- 

,,,.,„. n fut envoyé cou, m.- délègue auprès de la u le 
alliée de Rottweil. sur le Neckar. Il combattit, si hab.le- 
,,,,-ui les prédicanls zuricois qui l'avaient précède, qu il 
uarvint à convaincre les bourgeois de rester Iule es a leui 
ancienne religion. 11 reçut en récompense un hanap ne 
vermeil, appelé, à cause de sa forme, patte de grillon, hn 
158C il était ,1" nouveau représentant des Schwyzçi; a ta 

constitution de la « Ligue d'or, (liorr iel entre les seul 

cantons catholiques. Il hérita de ilartn Jiasi, dernier d 

;„„„. de grandes propriété, qu'il P^' 1 ?*'. * , n c ™,f U ^ 
rn 1560 l'ancienne maison A. dans 1 endroit appelé m 
Crund », pour laquelle Schwyz, a, mm que le voulait la cou- 
tume de l'époque! demanda a la ville de Lucerne un vitrail 
aux armes îlu bailli, les antres cantons ayant déjà donne | 
les leurs Ils sont en grande majorité, sinon même tous, 
du célèbre peintre verrier Charles von F.geri. l.n loSb, 
i; ispard \ vendit publiquement à son fils Jean-bebasln n 
ut aux autres qui pourraient encore lui naître, represen 
lés par son beau-frère l'ancien bailli de Raden, Jean 
Kenùel, toutes ses propriétés, avec l'inventaire agricole 
complet, pour la somme de 25,000 livres. La fameuse 
., patte de griffon» fut comprise dans a vente. En lo/S, 
il construisit et agrandit en 1592 également au Grund. 
la chapelle familiale des A. dédiée aux saints, Kocn et 
Sébastien. Son caveau sert de sépulture a aine de la fa- 
mille. De se-; h,.: femmes: Anna Ivennel, Marguerite au 
der Mauer et Vérène Zav, le landammann Gaspard n eut 
Pis moins de 24 enfants dont nous inentionm rons - - IJ. 
CoNliAn-llESRi * 1560 ; 1586 en France.dont lai 
petit-lils - 20. Gaspard mourut en 16S9 a St-Domm; u , 
Sans un 'combat contre les nègres. Un autre fils du 
landammann Gaspard était - 21. Jean-Sébastien, appelé 
le «petit landammann», * 1571, -Mbol,, d abord capi- 
taine en Espagne et entre 1622 et 1646 trois lois landam- 
mann De ses quai re femmes, Catherin, Zeberg, Elisabeth 
Schmid, Barbe Wirth et Catherine Druhin, il n eut que 

quatre enfants parmi lesquels Gaspard sera men ne 

plus loin. - 2-2. CONRAD, le plus jeune de, lils de G: pard 
(18) et de Vérène Zav, ne en 1590, landammann Iboi-ltol). 
Comme avoué de l'église de Schwyz (depuis 1032), il re- 
mania lobituaire et publia un écrit intéressant sur le 
trésor de l'églis, pai dssiale de Saint-Martin et sut les. 
événements schwvzois de 1600-1061. Il [onde et dota la 
chapelle de Saint-Jean au Ried (Muotalha ), - f" .."V ,; 
De ses trois épouses. Madeleine Bueler, Elisabeth Llricli 
,t Marguerite l-'rischherz, il eut treize enfants. L - ..... 
du n»1S étaient - 23. Dorothée, épouse du landammann 
Christophe Schorno et enfin - 24. Eya, * lo93, issue d, 
von troisième mariage, fut un peintre de talent 
tableau de l'autel des Capucins a Arth, on i Ile - • »l i 
senlée en ancien costumi schwyzoïs. - -'.>. ;"; v ',"' 
lils de Conrad-Henri (19 et de Dorolli n R' "'■ ■ '■ 

grand landammann.. 1580-1657. débuta dan 
rière d'homme d'État comme trésorier ilbll et t.ailh a 
Lugano (1620), fut quatre fois landammann d, 
1650. Il construisit la grande maisoo . ■ Murghot, au- 



dessous de Rickenbach et appelée aujourd hui « W.i 
p 0UI . se distinguer de la branche A. du Grund, ,1 plaça 
dans s,.,, blason I if sur champ d'azur, pendant que 
I autre était sur champ de gueules. Son umoi 
Catherine Jutz |.ur- avec Anna Schribcj lui donna p. « 

enfants doi.l six lils ; ce, lanl sa famille seteign.t 

avec eux et le Murghof passa aux rass bmd. -20. uv 
C.ASl'AlUi lils du landammann Jean-Sebastien el Ue CJ 
thciinc Zeberg, né en 1005, morl en 1680 servit dans sa 

jeunesse en Espagne el devint major i giment /.weyer. 

'Rentré au pays, ,1 devint chancelier, bail, a U, no 
vice-landammànn el pendant qu: législatures landam- 
mann (1000 I070 I poux de Catherine Suler, il laissa 
onze enfants, p.,,,,,, lesquels nous iiiçDtionncroij 
27 Jean-Skiiastien, huissier de I Etat, lboo-166 ,et bail 1 
dans les bailliages communs. - '-'.s. Cosiiad-JIenri, l>' 
, n ihéolo ie revêtit plusieurs charges ecclésiastiques 
importantes, de même que - 29. Jkas-Rodolwik, capu- 
cin sous le nom de P. Sebastien, qui fut pendant de lon- 
ges années confesseur au couvenl de femmes de a 
Sainte-Croix à Altdorf. t 17"". - - ( "- JEAN-Kor.H, , - du 
landammann Conrad (221 el .le llarguepite ïnsclilicrx, 
*en 1643 suivit les traditions de la famille et devint ofli- 
cieren Espagne; de retour au pays, ,1 tut tre-e,,. r. d. 
IG94-1696, landammann et mourut en 1 ;ot>. A I <lge ut 
vingtans.il avait épousé A. M. Eassbind, alors agoe de 
seize ans. et vécut une heureuse vie conjugale di trente- 
six ans Après la morl de sa femme. ,1 épousa bltsalictli 
Zav De ces deux union- naquirent quinze enfants, dix 
(ils el cinq filles donl plusieurs entrèrent au couvent. 
Parmi les fils, l'un fut prêtre séculier, un autre i 
tin. Cn troisième - 31. Geouges-Viiasçois * 10.3 entra 
comme cadel au service espagnol (n iment Meyer < 
1730 après avoir parcouru tous les Krad, -, il dcvinl colo 
nel 'dans l'armée impériale; quand ,1 quitta le service 
l'impératrice Marie-Thérèse le nomma, le 16 décembre 
1750 en reconnaissance de ses fidèles services quartier- 
i maître ■ énéral. Revenu à Schwyz. il devint vice-landam- 
ma nn. fl avail épousé Barbara Hcgner^de Lacl.cn. De 
leurs cinq fils, deux moururent en bas âge ; un 
i |FAN-Roi)Oi.PtiE-Ror.n fut chancelier de l abbaye prnr ter, 
d, Schànnis ■' 1700; un autre, 33. Ji ' ■ Jo bpii-I 
, r <" capitaine et le 3« enfin, - 34. IIenri-I-'rançois- 
Mm'ii -1715-1790, commandant de la Marche el arclu 
\i-ir à Schwvz; il rédigea la » haugeschicltle der sr/iiti/:. 
/yoirftiirftc". et . VUrkundenbuch » dont les S/S se trou- 
vent aux archives cantonales; il composa aussi la chro- 
nique de f.,m, Ile Elirensaul, menti lée plus' haut . Ln 

i de ses lils fut le capucin Pierre-François Sales 1/4.M819. 
l'n autre lils - 35. I». Martin, conventuel de labbave de 
si-Gall * I74l, profès I759. Professeur a I ecol, 
- vent deKeu Si. Johann et St-Gall, curé à Libingep et .Ne,, 
-.. lohann i en I777, à Einsiedeln durant le pèlerinage 
des Tot'ïcnbourgeois. Le Néci ,l ?e pour N'eu Si J 

,,,,'il ,,, .:• se t. ,uve à la bibliotbeq u co i i ni d, 

4 t -Gall Cod 1-H3. -- Voir Riidlin [er-Uollienllue : Tog- 
acnbim ' ' P 84, 220. Schcrrer : Ken der 

Handtchr. d>-r Stiftsbibl. (contiennent des erreurs). I.i- 
bliothèqueet Archives du couvent. 

Des autres r.ls de Jean-R, 0» el A.-M. bassbind - 

3C Sébastien Ro, h fut blesse en I712 dans !.. rr d 
Viim.r ni où il était aumônier, y nu Crund en 1UJ. 
son frère _ 37. Domimqi'E Nazar, ou 1". Henri, bene- 
& d'Einsiedeln. mourut en 1739 - 38. Fraxç, 
nl , el - 39. .'i ^-Martin, d'abord dan- le service ►ai- 



,;,. ensuit, dans le régimenl de Nicderosl ... I 

-40 Jeas-Casparii passa du -n ,1 ! 

del'Èmpir, .mourut à Ibacli 1746). H. <Wi. Hknr 
enfin iprè a\ ,ir , ' ; cap, tan,- en lispaj ne devinl olon, i 

en Savoie, et capital le la i le sard ! • lunn ei 

,. v; c; a f, était Héj ina Chn i, de Stans. 1 eur lils 

_ 42 J, 

eut plus tard 1736 de Charles-Emmanuel, la compagnie 
.. i siège -i" M, - 

.,,,. D ',. .. i i ri, e.nent, ,1 rentra dai 

,,,,.'l j ,i ,, I /.t.! entier, menl la m dson v. im nd. 

En r ,',..i ,! accepta une place d li, il, liant aux Cent >„,-- 

.'es- il ,. ' d er de - i 

\ T ur iii • ,, 1751. Sa f, mue él lit Misai" Lit M, 

Leur, lils, - '..! JOSEPII-ASTOISI H, VI. FRAXÇOI 1" 






18 



ABYBERG 



miniqle, — lô. Gaspard et — 16. Vloys reçurent dès leur 
berceau lu brevet de porte-drapeau avec la solde s'y rat- 
tachant. Cela impliquait pour eux le devoir d'entrer plus 
tard au service sarde. Aloys se retira en 175)3 avec li grade 
et la pension de colonel el l'ordre des saints Maurice et La- 
zare. Lors de l'invasion française en 1798 il commanda le 
landsturm schwyzois. Il mourut en IS26 ; de sa femme 
Anna Keding, il eut trois lils. — 17. .\i oïS-Joseph-Antoim 
— 48. Jean-Théodohe-IIominimie, eu 1800 officier en 
Espagne et -- 19. Jonn-ThiiHluvc. Ce dernier * le 
8 décembre 1795, y le 30 novembre 1869, prit une grande 
part à toutes les luttes politiques de 1830 I8i7. Il fut 
le chef des conservateurs (ou Abvhcra) opposé aux li- 
béraux (on Reding), dans la querelle des Onglus .1 des 
Cornus ; commandant de l'expédition de Kùssnacht, prin- 
cipal agent du rétablissement des Jésuites à Schwvz. 
il fut décoré parle pape Grégoire XVI de la grand'erc-ix 
de l'ordre de St-Grégoirei Elu landammann après 
la démission de Nazar Reding (183i) par la landsge- 
ni( ind" de Rothenturm, il occu]ia celte charge alter- 
nativement avec r'erd. Uolileîier. Mai- la défaite ■ 1 ■ i Son- 
derl. m. il I ûrtiligea à se retira r avec tout le gouvernement et 
Reding reprit sa place i 15 décembre IM7 . Il avait i pousc 
Josefavon FelUle iFelchlin). Son lils unique, le liuulennnl 
Théodore, mourut en 1890 sans enfant. -- Aloys, m 17, 
marié à Madeleine-Hose de llettlingen, était juge canto- 
nal; son lils Gaspard fut tué à Pérouse : un autre de 
ses enfants -- 50. Aloys épousa Vntonia Epp, d'AltoiT. 
puis Pauline Real. Il est le grand-père du conseiller d'Etat 
actuel — 51. D 1 AloïsA. — Si nous passons à la branche 

descend»»! du général G ges-Vrançois 31). au Feldli, 

nous trouvons : — 52. Jean-Roch. Propriétaire des 
bains minéraux de Secwen déjà connus alors, il pu- 
blia des notes sur leur va- 
leur enrative ; il continua 
l'œuvre de restauration des 
bains commencée p ir son 
oncle. — 53. Joseph -An- 
toine, t 171-2 à Ingenhohl. 
— 54. Félix-Antoine-Do- 
miniqle, 1706-1771. lils du 
h ' 'il. .1 abord oflicii r en 
Sardaigne. puis en Espa- 
gne, en 1707 rice-landam- 
mann. Un de ses lils — 
55. Georges - François - Fé- 
lix, 1733-1816, fut égale- 
ment officier au Piémont, 
puis en Espagne el mou- 
rut conseiller à Schwvz. 
I"' m s trois fils — 56. l'i a- 
cide. 1707- 1S24, eut une vie 
des plus aventureuses. 11 
fui cadet dans le i éi. iment 
s; rUi Kallx : matti n 1781 : 
aid n: tjor 1780 I li -Y ba- 















Jean-Thé dore \ 

l>'a;.r.-s une litl . 

1 clin, Lucerne-. 



r, 



ron par le roi de Sardaigne en 1791, tu tjor, puis lieutenant 
colonel, il resta au service sarde jusqu'à la cession à la 
France (1798 et fut déc( ré. Après avoir servi sous Napoléon, 
puis Pnuis XVIII. il reçut In légion d'Honneur comman- 
tleur)et la Croix de Saint-Louis. Il revint à Schwvz, pourvu 
d'une pension du gouvernement français, y arm liant av< c 
lui sa femme Thérèse Barcas, de Xaples. Il mourut 
en IS-2-i. — 57. Félix, le second fils du n° 55, I7G9 IS32. 
oflicier an Piémont, coniballit en I798 au Schattenbcrj 
prè Artli. contre les Français, fut ensuite capitaini 
la légion helvétiqueen Italie. En lo'<2 il lit parti.' desli m- 
pes marchant conh-i I'' gouvernement helvétiqui . • n ISOô 
il e-t lieutenant-Col. m ; i déral i t en ISlfi consi iller. - 
5S. Nazais-Ionace-Coniiau-IIenri, 1775-tSOi. était, comme 
h- fiéres n? 56et57, oflicier au Piémont. En IV.'-'. d tut 
transporté comme prisonnier do guerre en Hongrie, et, 
capitaine au service d- France, il mourut en 1801 à Port 
au l'une.', il.- .1.- St-I)nmingiic lieux autres lils du n il 

59.G.\sp.\i:ii-Antoine-Séii,\stien. * en 171! et 60 lo 
reph-Fhani-.ois-Xavier-Hii-polyte, 17 10-1790. furent .'•_ dé- 
ment officiers au service sarde; le dernier devint en 1783 
colonel-brigadier. K.ii.in • - 

11. Devint bourgeois d" Lucerne outre lu n 13 J" r, 
grand conseiller en 1539, bailli .le K riens en 1559, bailli 




acquit 



A H Y S 

du la.- à s parh t.M.".. membre du Conseil 1550, bailli il, 

Munster I551.de Ruswil 1559 ; il tomba à la bataille de 

LIreux eu 1562 Les aminii ie» de ci tte famille n ii . m un 

A majuscule gothique sur trois monts [P.-X tt'i 
ABYS ou abyss. Famille du canton des Grisons, ori- 
ginaire de l'Iurs. Jean Ams > du district J. 
l'Iiirs " o-t reçu boni gi ois de Coit i i n RM I 
pour 160 florins lin- ; il fut la souche d'une 
nombreuse famille dont sont sortis quelques 
£ J hommes marquants : 1. Jcttn, D méd., Itil l- 

lt)97,un grand bienfaiteur des Grisons, étudia 
la médecine à Padoue, puis entré au service 
de l'Espagne comme médecin militaire, il \ 

fortune importante. Après son r. t -, il fui 

de "1646-1076 médecin des bains do Pfall'ers. Ayant perdu 
ses - • ■ j • t ouf .ni-, d lé; ua d. - - mes impôt tanti - .m Sy- 
node protestant do- Grisons, à la paroisse do Coire i t aux 

églises réf lées des communes Daritétiques de Al mens, 

Stalla, Zi/ors. Mastrils. Untcrvaz.'U légua à l'hôpital de 
Maienfeld I20 florins sous réseï vc que la commune lui ser- 
virait sa \ ie durant l!i) litres de moût. Le plu-, important de 
ses legs était destiné à la fondation d'un « Collegïum phi 
losophicum ". soit d'une école supérieur.' pour la jeunesse 
grisonne de: deux confessions, L'école commença son ac- 
tivité à Coire in I699 avec l'a étudiants dans une aile de 
l'ancien couvent de Saint-Nicolas. L'enseignement com- 
prenait les langues mortes, l'histoire, la géographie, les 
mathématiques, la logique. En outre de- hommes politi- 
ques marquants y donnaient de temps à autn .!'•- cours 
d'histoire nationale et do droit publie. La m. .tu uli du 
collège déposée à la Uibliolhèqui cantonal.' et compre- 
nant s.- - tsituU donne un. 
bonne idée de son orga- 
nisation. Coii e et l'Enga- 
dine fournirent lu plu- 
grand nombre d'étudiants 
et les débuts fuient ré- 
jouissants. L'établisse- 
ment no tarda cependant 
pas à être aux pi ises avec 
de i. x.'- difficultés, d a- 
bord avec les héi itiers 
d'Abys, puis avec sesdébi- 
teurs, enfin avec le clei , é, 
relativement à la collature 
et aux droits de surveil- 
lance. Touti s ces que- 
relles paralysèrent l'acti- 
\ ité d,- l'établissemenl : il 
put lieureusen 
réuni on I803 a,, i l'écoli 
canton de nouvellement 
fondée. - 2. Hagel, . .- 
lonel, né lo iij mars 1790 
à Coire. lils d.- Abundi. 
Se voua au commerce et dirigea pendant quelque temps 
la maison Abys et C'a Coire Quartier-maître dan- les 
I dès 1809, il passa en 1812 capitaine 

d'état-major fédi 'I 1 I 15 à 1822, il servit comme capi- 
taine quartier-maître dan- un régiment suissi capitulé 
dans les Pays- Ras : de 1826 à 1831, il est lieutenant colonel 
au commissariat fédéral des gui rres .'t en 1817, pendant 
le Sonderbund, commi ai i di uern et chef avec 
rang de colom I I '..moi.' fond ionnaire civil 
ton." il fut en 1812 notaire eanlotial, en 1831 1839 bailli de la 
ville de Coire .1 api,'- I. changement de la constitution 
desavillenalale.de 1813-1817, président du tribunal do 
commi i ..'. I. iui . n.. sti'i de Coire el .1. pulé de .-. tti \ illc 
eu Gt and Cou .. Ei 1 iO et IS17, il était repi 

il ton à la lliète. A I.. tête de l'admini 

do l'armée pendant la guerre .lu Sonderbund, il acquit, 

quelles jl 
.ut à lutter, l'entière satisfaction du général Itnl'our qui 

la lui témoi n.i i -■ I' flatteuse 

et lui dohn i ■ n. 'i •■ ilau - la suite de; pi i - .1.- son 

estime ri d.- s., sympathie. Il i irul h ni -. pli mbre I86G 

à I:. i ie-, - 3. . l'rllmr Vhys- loi/. ai . hit 
lô (léei mbre ! v -il à lîoi ne. A ( : - un 

■ di Rulté, n- i e, .'i Rei n.'. il p 
l'académie technique de Munich, sous le 




cl 



ACACIAS (LES) 



ACADEMIE 



1'.» 



professeur Thiersch, puis travailla dans la maison Ruberl 
,i Frings :'i Dûsscldorf où il pul exécuter de son chef des 
constructions monumentales. J'n lw>, il retourna à 
llcrne où il trouva du l'emploi comme architecte à la 
jtiirclion fédérale des travaux publics. Dans ses heures 
,|,. loisir, il s'adonna à l'aquarelle et se distingua comme 

peintre d'architecture el de marines. l'Ius s do ses 

iriivres furent admirées à l'Exposition nationale r I • Ge- 
nève. Il iiiouiu t après une longtn maladie à Mûri près 

lie Ii> 23 septembre 1901. — 4. Anna Ahys-Lot/, sa 

f. m nié, née en 1S(5I ;"i Râle, y étudia la peinture à I école 
d'art, puis à Paris, et vécul quelque temps à Saint-Gal- 
mier en France. Devenue à Râle, elle v donna des leçons 
île peinture jusqu'à son mariage I89l). Elle a surtout f.iit 
desportraits à l'huile et au pastel el de la peinture sur 
porcelaine. Ses œuvres ont été fréquemment exposées. 

Leu : Lexitinn l, 10. — Rôle des bourgeoisaux archives 
de l'.oiie. — B'ùndner Monalsblatt ISÔtj.p.l. — J.-A. Spre- 
cher: Gcseliichte der Repu- 
/..',/.- der drei Bïmde im IS. 
Jahrh. II. 449. — V. Jeck- 
1 1 m : 8ns CnUcgium pJtilus. 
i„ Chur und seine Sliulrn- 
(e«, BïmdnerMonatsbl. 1914, 
p. 165). — Schw. Kfinstler- 
Lexikon I. [F PI 

ACACIAS (LES)(C. Ge- 
nève). Localité faisant partie 
de la banlieue de Genève, 
entre la route dite des Vca- 
cias el la route de Lancy . 
Ce nom désignait à l'origine 
un petit groupe de maisons 
de campagne bâtiesau XVIÏÏ* 
siècle le long de la roule de 
Lancy, immédiatement avant 
le pont sur la Drize ; il s'est 
étendu peu à peu à tout le 

Quartier qui s'est créé le long 
e la rouie de? A., commen- 
cée en 187S et achevée en 
IJSSI, sur remplacement d'un 
ancien chemin « à talon » 
qui aboutissait au Pi ni 
d'Arve. [Cam. M.) 

ACADEMIA. Périodique 
édité par 1rs, frères I.eeniann 
et C'' à Zurich. Cette entre- 
prise, sortie Je la Freistu- 
dentenschaft de l'Université 
de Zurich, se proposait d'être, 
parmi touc les etudi ml 
organe impartial dans tout 
ce qui touchait à la vie aca- 
démique des deux établisse- 
ments d'instruction supé- 
rieure de Zurich et des universités de la Suisse. Elle 
cessa de paraître en 1911 ayant fusionné avec une revue 
concurrente qui prit le titre de Schieeizerische Akade- 
misclte Rundschau et ne survécut qu'un an. — Poui les 
relations entre l'A. et l'Ecole polytechnique, voir Théo- 
dore Vetter : Verband der Sludierenden an der Eidq 
Tcchnischen llochschule in Zurich. Historischer Ri -, 
Uick bei der Feier des 50 jàhrigen Restandes 1S63- 
1013, p. 28. i 1 

ACADEMIA S. CAROLI PORROMAEI fAcadé- 
inie liorromée) à Lucerne. Le 21 mars 1810 fut fondée à 
Lui erne une société ayant pour but le dévi loppement des 
arts et dessciences selon l'esprit de l'église catl qui el 
le groupi m< nt •! is forces sa va nti s di s i anlons cal 
Le nombre des membres fut li\é au maximum de rin- 
quante ; ils devaient être de nationalité suisse. Les statuts 
prévovaienl la constitution d'un fonds, afin il" faire l'ace 
aux dépenses et permettre la fondatii n d une bil 
académique; ils spécifiaient aussi que le Comi 
entretenir une correspondance régulière avec les mem- 
bres, inviter ces derniers à prépari i di - travaux scienti- 
fiques et faire publier les plus mcril ! 
Le Comité devait aussi s'efforcer d pi pager 1 
écrits, combattre les mauvais, les irréligieux et dévelop- 
I11IBS — 4 



j per l'art chrétien. Ton- les trois jn, une assemblée so 

I iennellc régulière aurait lieu avec conférences el procla- 
mation des travaux méritoires. Les statut- ayant été 

1 approuvés par le pape le 'i juin. l'Académie dit constituée 
sous la présidence de l'avoycr Constantin Siegwart. Kn 
avril 184/, parut le premier fà ciculi di Kathol Annalen, 
qui conli nail les statuts, l'approbation papal' , la li ti di - 
membres, ainsi qu une dissertation du P. Roli, S. J. sur 

l'ullramontanisme. Les] tiers travaux «pu parvinrent 

à l'A. sont I. Séries Episcnporum antiquissinii episco- 
ji'itn* Curiensis. 2. Leu's ToU. 3. lhe .Iranien und da» 
Collegium Germanicum :u Hum. \ Gibt ■ cine kath. 
Kunsi und II issenschaft?ô. \'or:ug des Katholiiismus 
vor dem Protesta» tismus im Uezug auf Aszese (du P. 
Justus Landolt, d'Einsicdeln) 6. Quelle, Strômung und 

1 Ausnuivdung der schweiz. Revolutionen von 
theolog. Slaiulpunkte.l. Kalh.Statistikoder Gl 
keitslehre fur kath. Staaten und iltre Iîegenten (parle 










I ' 

] 

"il 



Berne d: 
(D apr. 



as l'ancien eouv: mt des Fi Façade de 10;"'. 

sin de L' Saugy, Berne 1393). 

professeur Stattler, de Soleure vers 1779:, manuscrit de 
502 pages in-folio. — En mai 1847 le C mil i fonda une 
feuille centrale suisse sous le lilri d '■ r kath. 

Schivciz; rédacteur, secrétaire Vincent Fischer; impri- 
meurs, Haber frèn , à Li erne. Les membre lucernois 
de l'A. eurent plusieurs séances, mais apn ; la d 

Sond rbund I ' fut dissoute, p \ w .' 

ACADÉMIE. On appelle ainsi en Suisse, depuis la 
Réfori li I ieun - d'instruction publique 

dont le luit était à l'oi i de f une ; pa-ten 

ri enl Le d -veloppement en divei ■ I 
ti i ju |u'au X I V siècle où ces adéi i : ansfor- 

mèrenl petit à petit en universités. Ainsi prirent nais- 
sanci les Acailémies de Lausanne, la plu n ne et 

pays r and (l."i.'17i, de Genève, créatioi i I in r 

et deNeuchàtel qui ne prit dosftu'iii es qu'à par- 

tir de Kll. Ci IIi di Ri ine ISC.J pour la Suis 
n, m e avail le même bnl que les a langue 

française et prit un développement analogue. I i 
mie de Fribourg eut, dès le uébul une > - 

I. Berne. L'introduction de la I 
In ! : ■ ta I fondation d'un ét.i t d'ins- 

rs. 1 

le nom de Collège des Cordeliers, parce qu'elle fut ins- 



;;o 



ACADÉMIE 



ACADEMIE 



tallée en 1535 clans l'ancien coin 
ordonnances scolaires do 15-18, 
donnèrent son organisation. Au 



rut des Cordeliers. Lei 
ItilO. 1676 et l"70,lui 
v chaires primitives de 



. 




; 



%? H 







et I 



Wallc 



théologie, de langues sacrées et de philosophie, on ajouta 
un.- chai ri de due! en 1GS0. d'éloquence en I68i, et en 
1719, de mathématiques. En 1787 fut fondé l'Institut poli- 
tique, une école de droit où les futurs magistrats bernois 
faisaient leurs études en sciences politiques et sociales ; 
celte institution était indépendante du Collège des Cor- 
deliers, lequel s'appelait aussi Ecole supérieure, pour le 
distinguer de l'Ecole inférieure. L'Ecole supérieure subit 
une transformation profonde lorsqu'après une décision de 
1804, elle fui remplacée par l'A :adi mil inaugui I I no 
veuibre ISOô. Elle comprenait quatre facultés, tin h ie, 
philosophie, droit et médecine, avec une écolo vétérinaire. 
A sa tête, connue représentant du gouvernement, se trou- 
vait la curatelle, comprenant le chancelier et deux cura- 
teurs ; cumule autorité délibératrice fonctionnaient deux 
conseils académi rues, l'un supérieur, l'autre inférieur; la 
surveillance des professeurs et îles étudiants était exercée 
par le prorecteur. A l'Académie étaient joints un cabinet 
de physique, un jardin botanique, la maternité, la salle 
d'anatomie et une école de dessin avec une salle d'anti- 
ques. I. es discour- académiques, les dissertations, les tra- 
vaux scientifiques des professeurs paraissaient, depuis 
1806, dans le Lilerarisches Arc/tie. Les étudiants étaient 
-lunule- par !• s prix distribués par les quatre facultés. I 3 
médaille de Haller et le fonds Mu-lin récomi i. lienl 
les jeunes prédicateurs de talent. Par décret du Grand 
Conseil, du 11 mars 1831, l'Académie devint l'Université. 
L'Académie a été pour Berne un foyer de vie intellec- 
tuelle cl scientifique intensi durant la période de I Acte 
de Médiation et la Hestauralion. Le chancelier Frédéric 
de Mutach et le curateur et doyen II li contribuèrent tout 
particulièrement à sa prospérité. Mentionnons parmi les 

prof :ui s, l'helléniste G. Kisold, le malhématicb u J.-Fr. 

Trechsel, le phvsicien J.-ll. lieckh, le naturaliste F. -A. 
Meissner, le philologue L. Uoderlein, le géoh m Hei n 
Studer, l'hébraïsant K. Scharer, l'cxégèteS. I ntz, les ju- 
ristes <:.-!.. de Haller, S. Schnell, V. Ilenke, l'analomisle 
Fr.-A. Emmert elles vétérinaires K.-l-'r. Emmert et M. 
Anker. L'Académie lut transférée dans I - vasli bâti- 
ments du couient de- Franciscains, reconstruits eu I6S2, 

et qui, démolis en 1906, cédèrent la place 

casino, las partie- les plus remarquables de ces bâti- 
ments étaient celles donnant surla Hrrren<i<i ■ ■■. i tant 
rie 1578-1581. et formant l'Ecole inn rieur. I i fai-adi 
de la cour du couvent eu style baroque. 1682 : 
cloître avec ses sculpture; gothiques, la paierie dite de la 
Hibli ithi pie avec sa remarquable façade rococo, 17TÔ. et 
l'aula, de 1810. - Voir lu. Ilaag : Oie II ■ 
zuBern in ihrer geschiclitl. Entuicklung >.■,'■.■ 
Perne lSKXt. |K B.l 



2. Frlbourg. En 1755, l'Etat de Fribourg décide | a 
création d'une Ecole de droit; le projet prévoit d'abord 
trois, puis deux chaires, et la construction d un bâtiment 
au quartier des Places, dam 
— - le voisinage de la tour du 
Jaoqnemard. Il \ a là un 
vieux grenier qu'on démolil 
et une maison, dite maison 
du cloulier (Ilatts des Kûg- 
lcr$) dans laquelle, en 17-18, 
devait loger un illustre • i 
infortuné proscrit an 
1 1 lu ié en l rance, le ji une 
Edouard, tils aine du préten- 
dant Jacques Sluart. L'Ecole 
est installée' en 17('éi. dans 
les étages supérieur- d'un 
vaste bâtiment neuf, dénom- 
me l'Académie, au rez-de- 
chaussée duquel est la halle 
aux lins, bienti à l'usai e 
de la ville. Un fronton et un 
balcon ornent la fai id 
donne sur les Places ; mai- 
point de portes extérieur! -. 
( )n entre par l'inléi ieur : les 
chars ; passent et Iraversi ut 
b- bâtiment dan- toute sa 
longueur. Les cours com- 
mencent avec 30 élèvi , . 
".'I mars \',i\'.i : une seule chaire, celle de droil civil, i '. 
un seul professeur, un étranger, Joseph-Antoine Greis- 
sin.;, qui vient de conquérir ses grades de docteur in 
ulroque, à l'Université île Salzbourg. Les levons de 
Ci ci-- ne durenl a peine deux ans ; en janvier 17tjr>, il re- 
part pour l'Autriche. Son remplaçant est un Jésuite, le 
I'. Philippe Gerbl, auparavant professeur de droit canon 
au collège Saint-Michel; l'Etat lui confie la chaire de 
droit civil à l'Académie. Plus tard, vers 1774, la chaire est 
occupée de nouveau par nu laïque, le D 1 Tobie Barras, de 
l'.roc, né à Praromanen 17-16, futur sénateur de lu ! 
blique helvétique et auteur de plusieurs projel d 
titutiou. En 17'A\ après l'entrée des Français, I Académie 
est transformée en hôpital, et en 1799, en caserne. En 
1801, le professeur Pana- recommence à l'Ai adémie ses 
cours interrompus par les événements politiques, mu- 
le bâtiment est dans un état de délabrement tel que, en 1805, 
l'Etal décide de le vendre. N'e trouvant pas acquéreur, il 
cèdi le :; août I838 l'Académie à la ville, en échange du bâ- 
timent d l. dou ne pour trait foi met ce d- mi r en Hôti ' 
des Postes. La ville place à l'Académie I I colc des filles. 
Le25 mai I863. M. Jean Mi nne; S itta 
ment pour la somme de IO0 000 francs, el J e' iblij l'JYdfei 
de 1 > ibmirg (Freiburgei Hof) qui devient ] u api >• • 
de Fribourg et de / i . ivoir passé en 

mains d'un consortium, l'Acudémii 
de la ■ ii té Saint-Pie V, qui y établit, b 2 i 
IS90 li i invicl a< luel AI! erliniim, où logent li P 
Doniiui aii - ors à la Faculté de théoli . 

l'Universil 

Quant à la chaire de droit, elle e-t rétablie en 1812 et 
jusqu'en 1824 par le 1' Jean-François Ducros, 
de Sixt-cn-Faucigny, qui enseigni le droit civil el le droit 
naturel à une vingtaine d'élt - en movenne ; depuis le 
i ment des Jésuiti en : 18 ' i i il • ri di droit fait 
partie inté iranti de I i nique de l'Athé- 

née ou i e cl ; ure dans les • italo; m du collège 
après la théologie, sous la dénomination A' A code mica 
jurium ii Iprès Ducros, cell ■ i h il ri ' trois 

ans inoccupéi ; elle est confiée en 1827 au P M 
Hussard qui la gai de ju qu'à -a moi i en 1853, à part 
une interruption pn i il im innée. oi i i 

pée pai 1 avocat Louis \\ uilli ■ ' . < n I -\~ 

i ligun r dan ■ les i atali . ut - du co i is la i 

droit. L'Ei subit i : ini lion en 1853 

et en 1882 . I • "-• if nemi ni est confié à deux ou trois pro- 
fesseurs à la l'ois. |;n i- roc à l'Univer- 
sité qui i 

Sourci I droit de Fri- 

i /, dan ASIll IX, 1911, p. 305. — Diarium Colle- 



ACADEMIE 



ACADEMIE 



51 



,,„, 1717-1766. — P. Girard : Explication du plan île 
,, • .h. a t827. — Grangier : Une chaire de droit ri Fri- 
■ ,,., eîiiTiO, Etren. fvib. 1879.- 11. de Sel. aller : 



r 




•* 



i 





i 



! 



i 



■ 



- 
■ 



M 









[/ancienne Académi 
la tour cl la porte du Jn 

Aperçu liist. du développement du Collège Saint-Michel 
Etren. frib. I8S2. - J. Gremaud : Collège Saint-Michel, 
, Us chronologiques, dans Etren. frilt. I8S7. p. 79. - 
h lîerclitold : tlisl. du canton de Fribourg, III. p. 24S.— 
Y Perrier : Nouveaux souvenirs de Fribourg, p. 117. — 

lîai lA\l:Ilorsd'u-uvre, Ms. - Emuh in 16ô6,p.2U. 

- Corpataux: V Académie de fW6. A.l*. 1919. I ; rest 

3. GenAve. Le 2 juin 1365, une bulle im] le coi 

' i : mtede Savoie, Amédée VI, l'établi emi < 

nève d'une Université. Les circonstances s'opposèrent à 
celti fondation. En li!8 le pape Martin V accorda au 
cai linal de Brognj et à l'évêque Jesn de Rochetaillée 
une charte instituant, à Genève, une Université des Arts. 
1 i tte charte ne fut pas non plus suivie d'exécution. En 
1429 fut fondée une école publique municipale, l'Ecole 
de Versonncx. Elle s'appelait la . Grande Eschole » et 
fut remplacée en 153G par le Collègede Rive, qui sub- 
• -ii jusqu'en 1559. Au mois de mai de ci tte anm e 
1559, le Conseil approuva i l'Ordre du Collège i (Leges 
Ariidcniiu: Genevensis) établi par Calvin dan- le but 
de pi lever le niveau des études et de créi r ht: i nseigne- 
n i il : étliodique et progressa où les élèves seraient pro- 
mus de classe en classe jusqu'au rang d étudi int. La ré- 
forme était destinée à introduire le systèmi classique 
obli atoire dans ce qui s'est appelé plus tard l'instruction 
! i maire et secondaire. Le contrôle des profi si>urs devint, 

ivei la réussite di celte révolution scolaire, m in n- 

<■■• I ; la Sc/iola pubtica s< sépara sensiblement di la 
■" '' fa prirata. De bonne lieure, l'usage donna à la pre- 
mière le i : .1 \cailémie, et on réserva à la seconde le 

r . sons le nom : 

•in, i imprenait la Si ■'■■>' i pi ivui i, i 
el.i.-.s, e { ir) Schola publica comportant un etisei : 
meut supérieur. Le chef suprême de 1 Ecole portait le 



de Recteur. L'inauguration de l'Académie eut lii-u 
juin 1559 dans le temple de Saint-Pierre, par une 
munir présidéi parle premier recteur, Théodore de 
Uè/e. L'enseignement com- 
pi enail la langue française, 
lr gi i., lu latin, la religion. 
Les éludes étaient établies 
■ uivanl une pi i gi ession 
obligatoire et l'i nseigne- 
nu-nt secondait e était i elié 
à l'enseigm ment supéi icui . 
I.'A.a, I, i (Schola pu- 
blica) avail deux chaires de 
théolo; ie, plu trois autres 
chaii i - : hébreu, grec et 
philosophi . dont !■ s titu- 
laires portaient le litre de 
i lei teurs publics ». Les étu- 
di, mi- sign lit nt une profes- 
sion de loi ; 1rs pi ofesseurs 
prêtaient un serment spé 
rial. Les coui - eurent d a- 
bord lieu au Collège, puis, 
vu la gi inde afflni nce di - 
étudiants, furent transpor- 
tés dan- I i . lise di N'otre- 
Dame La \. uve qui pi it le 
nom d i Auditoire >. Les 
étudiants, étrangers pour 
la plupart, étaient soumis 
à une d: cipline sévère. 

In l-'.ii'i. l'Académie s'en- 
richit de chaires de Droit 
ci de Médecine. La p 
qui dévasta In ville de lob7 
à 1572 mit l'existence >^r 
l'institution i n danger. Ce- 
I lant, en 1572, les étu- 
diant- revinrent en foule, 
Français, Flamands, ! ci - 
pais, Angl lis. Ilot i ii , i ■• ■ 
lonais, li ili< ns, L'spaf nol 
et Allemands, lies maîtres 
- auelu-i. réputés jetèrent un éclat 
- t rsulines, vers IS30. incomparable sur l'Ecole de 
Genève. Les plu- célèbres 
furent, après Calvin. Théodore de fêèze, Charles Perrol, 
Lombert Daneau pour la théologie; François llotman, 
Jules Pacius, l)en God "roy poui li droit ; L-J Scaligei 

et Isaac Casaubon pour la pni phii et les lettres. 

A la lin du XVI' siècle, on supprime la confi si m d< 

foi . A ucu n gradi u éta i ri . i i i l ud n ts i 

t, à 1< t, un cei lificat d'étudi s. En 15! 

t à son i retirait va n I 

gi '.- les circonstan l'A adémic 

!•: caractère de centre de culture internationale. 

La suprématie d la direction religi ntinua à sub- 

sister dans- les preniii CXV1 .le avec 

des professeurs comme Jean liiodati, Thi : r ■■ r mehinet 

i Turrettini ; c'i st de cette ép 
poration di pro] l li quels, bii n que sini] I 

di .ois. avaient le droit de pi i cher dan 
Ce fut aussi à cetti époque q i ens ign renl li : 
professeurs « honoraires >. litre accorde à ceux qui nt 
receva ienl aucun li ailement. 

L'en eignemenl juridique prospéra avec Jacques Go- 
defrov.de 1019 à 105-2. IV 1609, le cartésianisme mira 
dans i'Ecoh Uobert Chouet qui ébranla le pouvoir de 

la théologii La | i pi rdit quelq ic ; eu 

au.stéi ité, ..n instil i ut manège cl ut illi l'ai mi s, 

Au coininencement du XVIII l'inlluence de 

I; ,i. it Chouet et de J. -A Tiirretlini, les anciennes ordon- 
nano furent re* ;, la liibliutln Oi 

s. in£i .. même à li in •:'■ i mer l'Acadi ité. Le 

Sénal académiqiu «remplaça l'« Assemblée des profes- 
seurs et des si larqui » prép ée à la ilit li n de l'A. a- 
, ri en iiii*ii temps qui la lai '■ îinçaise r- in- 

exactes preuaient de plus en plus d'il luet I • droit, 
les lettres, la physique, l'histoire occupent aussi un., plan 






82 A CAD KM IK 

assez considérable t-l l'on voit peu à peu se dessinci 
(•'acuités. Grâce aux leçons de J.-J. Burlamaqni, Gc 
devient l'école du droit naturel et le berceau de la sci 







V 



s 

. ' . 1 - 
'■ 

■ ! I . 

. ,, --H â ■ 

: 

■ 






i 



L'Académie do Genève, Auditoires de droit et de philosophie, 
XVII-, XVIII- siècles. H. 1.1. Genève, coll. Rigaud, vu.- [92. 

lï'hot. do 1. Molly, Genève.) 

politique. Jacob Vernêt, di-tin?ué théologien, dirige la 
iuUe contre Voltaire. Les sciences il la médecine ont 
comme représentants Jean Jalobert, Théodore ïronchin, 
Louis Necker, Louis Bertrand et 11. -11. de Saussure. 



ACADEMIE 

Cependant, a la lin du XYIIL siècle, la Vénérable*! 
pagine des Pasteurs forma avec les professeurs de tficol 
gie qui, du reste, en Faisaient déjà partie, et les profi 
seins laïques, de .huit et de sciences, un nouveau cori 

appi lé la a Compagnie académique » Compaj nii ... 

déiniqueincnt convoquée ». Pendant la I (évolution et II m 
pire, ce corps fut remplacé par la « Sociétt académique . 
mais la Constitution de 1814 le lit renaître avec tous .. 
droits. Il ne dis] >i définitivement qu'avec la loi de l\',i 

D'ailleurs l'oragede la Révolution lit sentir ses effets a 
Genève, qui fut annexée à la liane., en 17'JS, sans tout< 
fois que cela portât préjudice à l'Académie laquelle resta 
fidèle au sentiment national. 

La direction de l'Académie échut alors, sous la pié-j- 
dence du Bureau de l'Instruction publique de la Socitli 
économique, à un corps composé de tous les professeur-, 
et qui prit le titre de « Société académique », laquelle 
n'était, en fait, que l'ancien Sénat, dont elle eut toutes li 
attributions. Cette Société Académique subsista oftii telli 
ment jusqu'en mars 1808, époque de la création du « Cori 
seil académique i . A partit de ce moment elle ne se réunil 
plus qu'en qualité de société savante, à litre pi né. 

Grâce aux soins de la ■■ Société économique » qui ava.i 
assumé, entre autres, la direction des éludes et du culte 
réformé, grâce aussi au dévouement des représentants de 
Genève à Paris, l'Académie ne disparut pas dans l'or- 
ganisation de l'Université de France. On vit se cons- 
tituer un ensemble 'le chaires scientifiques (chimie, bo- 
tanique, minéralogie, zoologie, ete.i qui consacra la su- 
prématie des sciences, avec N.-T. de Saussure, Louis Jn- 
rine, Gaspard de la Rive et surtout A. -P. de Candolle. En 
1809 un statut était accordé, qui conservait à l'Ecole le 
titre d'Académie et la divisait en trois Facultés (Théolo 
réformée, Sciences et Lettres) avec deux écoles pré; : 
res pour le Droit et la .Médecine. La direction était mainte- 
nue au Recteur et chaque Faculté avait un Doyen à sa tête. 

Apres que Genève eut recouvré son indépendance, le 31 
décembre 1S13, l'Académie et la Compagnie académique 
furent rétablies sur le pied où elles se trouvaient en 17;>j. 
à cette exception près que l'Ecole conservait le droil d 
conférer des gracies, droit qui lui avait été accordé en 
1 S00 . La direction était dévolue à quatre corps : la Véné- 
rable Compagnie des pasteurs, la Compagnicacadcmiquc 




Unt.Lrfi» iidtfic-.fi in)rtW«« .5i/ùWm» tomTwrtiWf . <»*« rtW tumut <»»rf,Lsl*». 
,lrnn 'Mi** T5/V vistott ïttU/u- ^ r jhit,r\n ^a l.rrt itaim J{< /li crfa -hl«uj *.-)„<>,' jÉxtWS. 

, A - ~l i ... 

■xxy 



rpA'tijf/nu'n eictrjii^ 

birhifti fnfanû " trrfilitmi "/' 

; ,/,urrï. .n.i'iV.i-1 'rtfljlj 



'Ju.fnl Cl} IXXX.1 



JlUMi 




< T^&<y\d Cienau J^emi* aj^' 



T>to 



A-^r •/- ■(">■/•' 



hj AI" 



^ ^*&j-\ . ^ 1 &•„>* /-^ n '^ 



Sl&à> 



■mie ,!. GciK-vo Ccrtirirat d'études portant les 
I I r. léric Spanlieim ilU-lli. ITirè de : 
la bibliothèque de l'Université de I le. 




Jean Dimlati, Théodore Truncbm 
ViiU le Gemte, vol. I. Original 



la direi lion des éludef fut définitivement en!... eu à la le Sénat académiqtn et l'Acadi ■•'• de la toU; 

Compagnie des Pasteurs en 1782 par un édit du Conseil lit di - pn fi sseurs titulaires, lu n irairi - < : émérites); ■> 
des Deux-Cents. i la tète de ces corps se trouvait le Recteur. 



ACADEMIE 

I n 1823, les règlements organisent quatre Facultés : 
rhéologie, I >roi t , Sciences, Lettres, et prévoient une 
j. I. préparatoire île médecine. Mais en 1834, une nou- 




H 



- 



idêmie de G vc. Entrée de l'Auditoire de thêolocie 

à Saint-Pierre, (lu cûté de l'Ancien Kvëi lié 
de l'ouvrage de Charles Bnrgeaud : Ifist.He rUniwrti 
aemrtt. D'après une acniarelle de Silvi .Ire nj.] . toi aul 
à la ville de Genève I 



vclle loi sur la direction et l'administration des établis- 
sements d'Instruction publique remplace les quatre corps 
académiques par un Conseil de l'Instruction publique, 
sous l'autorité du Conseil d'Etat, auquel appartiennent 
désormais la direction el l'administration des établisse- 
ments d'instruction. I.a révolution de I81B entraîne quel- 
ques troubles dans l'Académie où avaii nt enseigné Sis- 
mondi, J. B. Rossi et Bi Ilot . ■: une nouvelle loi supprime 



ACADEMIE 53 

Sciences et Lettres, I»roit, Théologie protestante. Les 
professeurs sont ordinaires, émérites et honoraires 

Dès lors, les seuls faits saillants fuient la constitution 
d'un Gymnase compn nant les deux années de l'enseigne- 
ment préparatoire aux facultés, puis la célébration, en 
1859, du 300" anniversaire de la fondation de I Académie. 
Enfin, en 1872, fut votée une nouvelle loi sur l'Instruction 
publique qui remettait l'administration, la direction et 
la surveillance générale de l'instruction publique au Con- 
seil d'Etat et, sous la surveillance de ce corps, au Dépar- 
tement de l'Instruction publique. Aux quatre Facul- 
tés existantes : Sciences, Lettres, Droit et ïhi 
protestante, il en était ajouté une cinquième, U ha- 



étre inaugurée l'année sui 




en 1848 le Conseil de l'Instruction publique . tous les pou- 
voirs directoriaux sont remis au Conseil d'Etat, lequel 
i! mm. et révoque b-s professeur.-;, sauf ceux de la Faculté 
île théuloiiie, placés sous la dépi nd nu u de la Cou 

■h s l'.i-i, m s. Li nombre des Facultés . -i i né à ti •■!-. 



ilté de médecine, oui di 
vante. 

Ce fut à partir du 13 septembre 1873 que l'ancienne 
Académie devint Université par l'adjonction effective de la 
cinquième Faculté. (Voir l'article UsiVKHSlTÉ.) 

Voir: Histoire de l'Université de Genève, par le prof. 
CI.. Borpeaud. I. L'Académie de Calvin (1559-li9S 
Genève 1900. - II. L'Académie de Calvin dans l'Uni- 
versité tir Napoléon (1798-1814). Genève 1909. - ! 
Conuit : L'Académie de Calvin, extrait de la '• 
Revue, Genève 1902, - Pages d'iiistoire universitain 
réunies à l'occasion du Jubilé, Genève 1908. - Actes 
du Jubilé de /.'"'.''. Genève 1910, p. 38-47. — Discours 
de M. Robert Chodat, recteur, p. 70-76. — Discours 

de M. Cit. linrg (. Ch. Borgeaud : La question 

de l'Université il y a cent ans. Indicateur d'histoire 
suis . 24- année (1914), p. 65-86. I.'l nhersitc de 
Genève. Notice historique par A. Roussy, secrétaire de 
l'Université. Genève 1918. — Discours des Raetcunàis 
1832. lAlhertHni ssy.l 

4. Lausanne. Fondée en IM!7, au lendemain de la 
conquête bernoise, elle est la plus ancienne des Acadé- 
mies que la Réforme du XVN siècle a fait éclore en pays 
de langue française. Son but était de former de? minis- 
tres pour l'Eglise et des régents pour les collèges du Pays 
de Vatid. Cette empreinte ecclésiastique lui est restée 
tant que dura le régime bernois, et même au delà. En 
vertu de la première loi organique (1547), elle était do- 
tée do quatre chaires ordinain lb ol gic, hébreu, 
grec 'l morale, arts libéraux ou philosophie] et avait 
sous ^a direction un Collège de sepl cla ■ l 
à autre des enseignements extraordinaires, cor 
plus souvent à des réfugiés pour cause de religion, ve- 
naient enrichir le programme des cours. Les académi- 
ciens les plus marquants de cette période initiale ont 
été : P. Viret, C. Gcssner, Curione, Math. Cordier, 
Th. il" Bèze, le. Ilotman, Nie. Colladon, Ant. de Chan- 
ilieu, lionav. liertram, Cl Vubery, G Duhuc I 
Les ordonnances de ÎCIG et 1640 n'apportent pa , 
chanj mcnl a l'orgïi n ; ation primitive • Il 
min ni un p. u autremi nt la lâi lie di 5 pi 
règlent d'uni façi n plus préci: e la mai du 
des ei les . vamens promoloii os, et i 
core h eii.i 1ère théolugiqiie de l'institution. Dcp 
le milieu du Mil- siècle on fait cependant quel- 
ques efforts pour élarj ir les c tdi es ti lil 
création d'une d mxième chaire de théolog 
iloiiblemeul de celle de philosophie, érectioi d 
pn mii n cla: si du Collège latin (celh de 
que) en : oquence ou de Belh --I • t- 

In - \ jn • - ! . révocation de l'Edil de Nantes, le nom- 
bre des étudiants, fort diminué di puis un siècli . suit 
de nouvi au um n irche ascendante. A ne ti 
les membres du corps enseignant .' q import, -Marc 
de Saussure, P U rel, I -U P intin, J.-ll. Ollh, 
l'.iv. Cnii-' mt, Elie Merlat. Une len 
ment libérale se fait rcmarqu r il ms la li i de 1700. 
,,. Lue chaire laïque de droit et i loire est 
170S l 'n lève même un instant de n 

lie . n I nivi rsilé. Mais l'cspi il moderne, 
comprimé par l'orthodoxie bernoise, m pai ,'ii ni i i ( 
lentement à pi endi e son i i IJu es t 
améliorations, datant des dernières années du n i i 
I I | | j i : , nombi i 'i' Iwircs à dix, i tiln 

autres par la séparation délinitive de la physique el des 
niallu'm iliq ' -• Les profi -• •m 

l plus en me ilu ,\\ III siècle i nt été J -P. île Crou- 



, r i'i ACADEMIE 

sa?., J. Barbeyrac, Loys de Bochat, Abr. Ruchat, Gpo. 
l'olicr, Al.-Cés. Cliavannes, Fr.-L. Allamand, Clavel de 
Brcnlcs, Aug. Tissot. De la courte période de l'Helvéti- 
que, rien de particulier à signaler si ce n'est la déser- 
tion des auditoires: le chiffre des étudiants, qui naguère 
approchait de 200, tombe à 11) an plus. 

Sous li' régime cantonal vaudois l'Académie se relève 
et se rajeunit. Dans la mesure où le permettent le, nuan- 
ces de la jeune république, le législateur aspire (li?IKi)â 
répondre aux besoins d'une instruction supérieure plus 
générale en développant l'enseignement du droit et en in- 
troduisant ceux de la littérature française et des sciences 
naturelles; en revanche, les chaires de médecine n'ont 
jamais existé que sur le papier. Les principales notorié- 
tés de cette époque ont été Kiuni. Dcvelev, Dan. -Al. Clia- 
vannes, Al. Lcresrhe, J.-L. Bridel, Ch." Sécrétai! aîné, 
Ch. Monnard, A. Gindvoz, Fr. Pidou, J.-J Porrhal, aux- 
quels il convient de joindre le doyen Ourlai l'ne nou- 
velle ère s'ouvre sou.-, les auspices du mouvement libéral 

et intellectuel de lifilû. L'Académ si réorganisée en 

vertu d'une lui ^bS37) qui la décharge enlin de compé- 
tenees ecclésiastiques surannées, la divise en trois Facul- 
tés coordonnées (théologie, droit, lettre? et sciences), 
augmente le personnel enseignant ot proclame le principe 
de la liberté des études. Le ci-devant auditoire de Belles- 
Leltrcs i't les premières années de celui de Philosophie, 
sous le nom de Gymnase, forment la division supérieure 
du Collège cantonal. A cette phase, la plus brillante île 
l'ancienne Académie, appartiennent: Alex. Vinet, J.-J. 
tlerzotr ; Mélégari, Ed. Secretan, Mickiéwicz, Juste Oli- 
vier, C.b. Secrelan junior, .Marc Secrulau, E.-Fr. Wart- 
niauii. Cependant, avant que cette réforme eût le temps 
di- déployer tous ses cIVets, la révolution politique >><■ 1845 
eu entraîna une autre dans le domaine scolaire. I.a loi 
de l'année suivante se caractérise essentiellement far un 
retour à l'ancien système des programmes obligatoires et 
des examens promotoires, une réduction sensible du nom- 






m 

;_j' Euai ■ .1" .' -,'■ 

" V 

-Y 



■t 







:;■' 



$U 



^^4\ ?-■'■;'■• ' 



j 11 .' T 

I Cl 






Fragment du plan Mi rian • i 

bre îles chaires, le rétablissement, sous le nom de Facilité 
des Lettres et des Sciences, du ci-devant audit ire di 
Philosophie H parlant la subordination de cette l'acuité 
aux deux autres ; enlin par la tendance à favori er les 
sciences physiques 1 1 naturelles aux di pens di a scii nces 



ACADEMIE 

inorales el des études littéraires. Son, ce ré lime oui f ,,,,. 
fesse entre autres Fr. Guisuu, A.-El. Chcrbuïiez, Jos. Ilor- 
nung, 11. Brocher; J.-J. Ilisely, Ëug. (tamborl, .lui. 







* 



(ic La 



Kl il . . tucl. 






Duperrex, Max Bonnet ; Jules Marguet, Ch. et Ls % Du- 
four, A. Cliavannes, liug. Renevier. 

Dernière réorganisation générale en 1869, due à l'ini- 
tiative du conseiller d'Etal L. Ruchonnet. L'institulion 
académique en sort considérablement agrandie. L'an- 
cienne faculté préparatoire est redevenue un gymnase, 
divisé en deux sections littéraire el scientifique), placé 
sous une direction spéciale, niais rattaché à l'Académie. 
A côté de la théologie el du droit, d ités l'une et l'autre 
de chaires nouvelles, viennent se ranger trois autre I. 
cullés : Lettres. Sciences el Technique (celle-ci issue 
d'une t Ecole spéciale o fondée en I8.V3 par l'initiative pri- 
vée). Ces facultés coulèrent, les trois premières, 1 
de « licencié », celle des sciences celui de « bach liei 
la technique le diplôme d'ingénieur (chimiste, im 
ou constructeur). Il est pourvu à l'enseignement par une 
trentaine du professeurs tant ordinaires qu'extraordinai- 
res, sans compter les « chargés de coin et les i < ré 
l.'s.. pruai docents). Là ne s'arrête pas, cependant, 
1'épauonissemcnt de l'Académie renouvelée. Elle tend d'an 
née en année à prendre des proportions universitairi 
A la Faculté des sciences viennenl s'adjoindre 1873 uni 
(xole de pharmacie et (1881] une section de propi leuli 
que médicale, avec les laboratoires el amphithéâtre m 
cessaires. Les éludes juridiques, de leur côté, pi 
un développeni nt con idérable, grâce en partie à la pré 
sence à Lausanne du Tribunal fédéral, el li !■'.• 
Lettres s'enrichit de disciplines nouvelles. La ti 
matii n d • cel ori inisme complexe en véritable Univer- 
sité ii '■-: .i 1 1 plus qu'une questi le temps. Grandement 

fac ilitée p. n le legs pénén nx d'un bour; L*ois d'b nui iir 
de Lausanne, nw il n élève de 1 \eadémie, elle a été réso- 
lue par la loi du lu mai ISiX) sur l'instruction supi i un 
• : m .■ à exécution dès l'automne de la même année. 
I elle demi; r« phase, l'Académie a compté m 
nombre de ses profe: ours pour ne nommer que des 



ACADÉMIE 



ACADÉMIE 



Su 




v„ !. ,.,, de Lau-a.u.o 

- .1 prol rat « I. 

l'huile appartenant a M. Henri li 



cl. . ,,ï. dans la ville capitale.. En «43. ta question de la 

«.HueVi es"adi-ess. ! aiiroid. («russe, le priant d; 

Mite nui pAmcwcsi de I1U7. Plusieurs Neuc ifilflow «-m- 

,„ fm-mclle, Pi en 1760. un je professeui de rli< 

.: -i .M .11. rlr..ud.. evrochea uxNeuç loi 

o°è,W ressources int-ll-ctuelles dans la culture des s ■ 

,„,„„,,,,.,, I....I L -rX-l-del;.».,.— ...■-.-,,. 

,No,s N'eucl.àldoi,. ,s n'avons point d\\cadem.p . 

r'Psi à nu-tir de 1S:l<> que nous assistons a i véritable 

riSovVlfcS et iranrforwïtioi. de 1 enseiîjnen.cnt supérieur 
s eteeh -"M- l'inlluenre d un mouvement parti 

d^^ersilés'allema.ules. '«««^^V'SnSél'bW 

L-niMMsilé, Zurich cl I erno transforment leurs et.it.liss 
, ,i en l.uiles écoles de science, les Académies de Ge- 
^ l c U.aùs",,ne doivent de n '-eux développements. 

n,!',..,, d'Ucxandrc de llnmboldt. La réputation 

sur Wliïlè •> - établissements d'instruction supe 
■ ...: .,,,,, .|,-. i„(Hi»irrs \»assi7. lui-mêmn se i i- 

Z\ diVprUle'.ne si complex, del'ense* ;nl -..peneur 

. s„i-l et rêvait dm. lien plus intime entre les dille- 

„', „ni,. -il- !.. r-..i ssopar la création d'une Univer- 

;,' i, .hV.,i,,iie... LeConseil d'État du canton-prinçipaiilé 

i \' l,',t . 1 ne nouvait lester étranger a de semblables 

oTM'éérc de Ch .ml.rier exposait au Conseil d'État les 
.if l„ • remiêtc au lloi, en faveur d un développe- 

,,„,,■„„.. A,-,,!.":,.; à NeucluUel et rappelant ta pro- 
! . . ! 1-;..; Le roi d. l'riissc, rVédcric-Guillaume 1 1, 
n\ fond'ite ur de l'Unii rsité de Berlin, répondit favorable- 
ment e parrcscritd.i 17 mars 1838, Uti son assen- 



Walras; II. Brunner, .Iule- Gaudard, F.-A. Forel, H. Du- 

aeUuânnc 1780. 3/Sdc la Biblioth. cant ~^± 
ien.in : Drr Canton Waat, ubers . v .G. ». u "' rl . 
1,. -,,t 18-19, t. 11. p. 9J et suiv.. 1,0 et suiv - A. Gin- 
I,,,: '/y,,,. \!ri;J,: ,„.,.,. dans le Pay«(fc »««^ u »; 
1833.- Ch. Archinard: HiW. *• .'»*":■ K^J'hilt 
G. ,le la.id.I--ius. 1870. - II. \uilleim.ie. N ■>>■■ /«*. , 

,, s(a „\sl ,„j- J'.-lcad. rf«7..,*ii/ri«dc '"'"'"'" '' """, " 

„;, "s-rfes .wo/'essc.-s de /537 « /«W; faisant suite au 
œ.nme' des cours, l.ai.s. 1878 (nouvelle, ed... revu* ; 
des'tabl. 1913. Les tableaux ont ete conlui uo. «le Wffl 
1890 par J. lîônnard à la suite du Progr . acad. de 1. ■ 
Le môme: L'Acad. de L. IVn-1800. A*/».»"" *» '"«^ 

Kurs^^me^ 

,017,.' - Ed.... Itowier: L«, Jcaifc'».i.'«« M* £'« 

ff^^/^iaur^' u -^f"-»" * 

S" / «i ta /m d'< -M7- siirlc. Etude sur quelque» 
;„„r.;-..u,-; uVfe des documents «•«'«*■, J-^r 
'TNeuch&tel. C'est à la Mate du doc. I.r. |6Tfl que 

:i..„, :;\ l ni.b-eif..,,.e,,,.,,d,.. ..e, ,,,.,:- , 

ii mi, . ; nui en pourrai! ni r< >-einr tant a la ull loinmi 

an'TtÔuVlepas . En 1707 , i les olln ;- - 

,• roi de l'eusse pou tenu- ta s il v. i - 
pauté de NVuciiàtel liyure la proin d'établir une Aca- 




Pierre Virci 



■■■:■-:•:'. '.V-.:: : ' ' 

,„,,),.« pratiquée! ■■ I - 



;;g 



ACADEMIE 



Af:.\i)K.uir, 



tion donna lien à de loups pourparlers entre l'Etat, la 
Ville et la Compagnie îles Pasteurs, <nr le programme a 
élaborer, les chaires nouvelles à créer. On {lut renoncer 
à établir un système complet d'études supérieures et l'on 
dut se borner à ajouter aux enseignements déjà existants 
quelques chaires nouvelles. 

I.a première année académique s'ouvrit en novembre 
1810 avec un programme de 13 cours donnés par (l pro- 
fesseurs et l'inauguration solennelle eut lieu un au plus 
tard, le 18 novembre 1841, sou; la présidence de M. le 
baron deChambrier. L'enscignemcnl comportait au début 
cinq chaires de Lettres, -oit': celles de philosophie, litté- 
rature latine et grecque, littérature sacrée, littérature 
allemande, histoire et géographie ; trois chaires d-- 
Sciences, soit : celles de mathématiques, physique, scien- 
ces naturelles et une chaire de Droit, Les années suivan- 
tes virent s'ajouler une chaire de littérature française 
(1842), une chaire d'archéologie (18-13) et une chaire (!•• 
chimie (1815). I.c grade de licencié ès-lettres ou ès-scien- 
ces était conféré à tout étudiant qui subissait avec succès 
de- examens sur les différentes branches correspondantes. 
Les recteurs de l'Académie fuient : Mil Pettavelen 1841 ; 
Agassiz en 1812 ; Guillcbert en 1843; de Joannis en 1844 : 
Monvert en 1815; Pettavel en lS-'iti et Guillcbert en 1817. 

En 1846, le départ d'Agassiz, qui allait continuer aux 
États-Unis sa huilante, carrière scientifique, porta un coup 
sensible à l'Académie de Keuchùtel. Survint ISiS ; le 
I" mars éclatait la révolution et, tût après, le premier 
Grand Conseil de la jeune République décrétait, le 17 juin, 
la suppression de l'Académie, pour des motifs à la fois 
d'ordre politique et financier. 

En Sui.-se, a l'étranger, dans le monde savant, la sup- 
pression de la première Académie lut considérée comme 
une faute de la part d'un gouvernement républicain dé- 
mocratique. Au*-i ne faut-il pas s'étonner de voir la 
question de son rétablissement se poser dès que la situa- 
tion de la République se fut raffermie. Le 17 mai lSûi, un 
député, le savant géologue Edouard Desor développa au 
Grand Conseil une motion demandant l'organisait! i, d'un 
enseignement supérieur dans le canton. Le lendemain, à 
l'unanimité, le Grand Conseil vota la proposition Desor, 
qui devait aboutir à la loi sur 1 '< nseignemi ni - ■ ■ • . : 
du 24 mars 18GG. Le 22 octobre 1800, eul heu la cérémo- 
nie d'inauguration; les premières années de la seconde 
Académie furent des années pénibli -. d'apprentissage et 
de tâtonnements ; le défaut principal de la loi de 180G 
était la situation hybride faite à l'Académie, à la fois éta- 
blissement d'enseignement secondaire supérieur et d'en- 
seignement universitaire. En 187::! a lieu la premier.' 
réorganisation qui prévoitlc développement de la Faculté 
des la Uns, par l'adjonction d'enseignements nouveaux, 
linguistique, histoire de la langue fiançais..-, histoire de la 
pédagogie, cl de: dédoublements d'enseignement: exis 
tanls, chaire d'histoire répartie en histoire générale, his- 
toire nationale, archéologie, chaire de littérature divisée 
en littérature française et littérature générale. La m me 
année, par décret du 1!' décembre 1873, fut instituée à 
l'Académie une quatrième Faculté. celle de ïhéoloj ii , • n- 
sniie du vote de la loi ecclésiastique du 20 mai 1873. En 
1882, ri vision de la loi et dévelopj emenl de la Faculté .le 
Droit, comportant dès lors un enseignemenl complet du 
droit conforme à l'enseignement juridique i\'j- universités. 
Le 27 mars 1S86 a lien l'inauguration du nouveau bâti- 
ment académique ; la même année, le Grand Conseil 
de Frihourg, par décret du 21 décembre, affectait uni 
somme de deux millions et demi à la création il une Uni- 
versité catholique, inaugurée en 188!) : el grâce au legrs 
lîumine, Lausanne se transformait en I niversité en 1890. 
Ces événements lirent comprendre à t.. us l'urgenced une 
réforme dans l'enseignement supérieui Deuchâtelois, et le 
(!ra ml Cou-. ,1 vota le 8 mai 1894, la réoi ganisation do la 
Faculté des Sciences, ain-i que les crédits nécessaires à 
cet effet. La Faculté des Sciences recevait les d 
nu nt- nécessités par les exigences m lernes et i 
collections et laboratoires cumpl tés et agrandis L'en - 
gnement de l'Académie se trouvail par là fortifie et i levé 
au niveau des études universitaires - : acquérait une li- 
berté et une autonomie indU| nsables à pou activité 
scientifique. L'arrêté .lu Cor.- I .- : irai, du 13 mars IS'.Hi 
élevant Neuchùtel au rang duo des sièges du premiei 



examen fédéral de médecine, consacra la réorj mi 
de la Faculté des Sciences, et la loi du 1,8 mai 1890 
tionna le nouvel état de choses. La réorganisait n 
1896 devait être la dernière étape vers l'Université, Irai 
formation dont l'initiative fut prise par. M. le cou 
I d'Etat Quarlier-la-Tente, et (pu succéda à l'Académii 
I 19 octobre 1909. 

Lors de la création de l'Académie en 1866, il > avait 
dans les trois Facultés (Lettres, Sciences, Droit) : 17 pi 
: fesseurs, 3 privat-docents avec 30 étudiants et au. ht. ui 
j le nombre .les cours inscrits an programme était de 32 
Pendant la dernière année académique, de 1908 II 
copps enseignant des quatre Facultés se composai! de 3j 
prof, -«'m - ordinaires, 9 extraordinaires, ô char) 
cours et J0 privat-docents avec 316 étudiants et auditeurs, 
et les cours inscrits étaient au nombre de 127. — Biblio- 
graphie : Alph. l'otitpieri •- : /.< première Académie 
Neuchàlet, 1889. — Ed. Quarlier-la-ïente : Le Ccmtontl 
Neuchalel, t" Série, 11,265-391.— Enseignemenl supé- 
rieur, 1900. — M. de'J'ribolel : L'Académie d'hier et l'Aca- 
démie d'aujourd'hui, 1905. — Emmanuel Junod : /»- 
l'Académie à l'Vniversitê, 1910. — Arthur Piaget : His- 
toire d'une promesse .dans le Cinquantenaire de l'Aca- 
demie), 1917. [Emmanuel Ji 

ACADÉMIE DE S Al NT-TH O M AS it . Lucerni I .. 
7 mars 1781, les professeurs de philosophie et de 
gie, If Nicolas Kaufmann, Antoine l'ortmann et Henri 
Thuring, à Lucernc, fondèrent sous les auspices de I évi 
que de Bâle, Eugène Lâchât, une Académie de Son: 
Thomas pour les ecclésiastiques du diocèse de Bâle. Elle 
se proposait comme but l'élude de Saint-Thomas, la cul- 
ture de la philosophie et de la théologie scientifique 
d'après les principes du thomisme avec l'exan 
spécial des erreurs modernes. L'ordre du jour des tl li 
réunions publiques annuelles comprenait : a,' Lecture 
d'une étude et de la critique de cette étude sur un pas- 
sage de Saint-Thomas, proposé par le comité et éventm I- 
lement discussion générale, bj Leclure d'un travail libi 
sur un sujet de théologie soi. ntilique ou de phil i ophi 
en se référant spécialement à Saint-Thomas. L'Acadéni i 
par son comité, statuait sur la publication des ti 
qui devaient paraître sous son nom. Elle compte ■ 
d'hui environ cinquante membres. — Voir Uebcrwi 
Grundriss t!. Gesch. d. Philosophie, t. II. i|\ x w. 

ACADÉMIE FÉDÉRALE. L'idée de créer un Insti- 
tut national, autorité scientifique suprême, repn 
l'unité intellectuelle du pays, n'est pas nouvelle. En 
1858 déjà, le célèbre professeur Casp. Bluntschii avail 
publié- un plan d'Académie suisse des sciences dans sa 
brochure Veber die Grûndnna cinw schweher. I 
mie der 11 issenschnflen [Zurich. Fr. Schulth ■ 
parlement de savants devail comprendre 3 ! 
I . Scii nce: hisroi ique et pol pu ; 2. L ingiies et litté- 
rature : 3. .Mathématiques et sciences naturelles. Il ..ti- 
rait coûté annuellement à la Confédération fr. 
qui auraient été affectés aux traitements des - m 
ordinaires . aux travaux de l'Académie, aux concoi 
prix et subventions, enfin aux collections de l'institut. 

Ce projet, repris e( modifie pai le prof. A.-l.. Kym, • ' 
préconisé pai lui pcndanl de longues ami 
Post, 3 juil. IS90) rencontra peu de faveur dans la presse 
.-t beaucoup de critiquer dans les ni li u> ei 
On blâmait en particulier la lendancc de faire .1-- l'Aca- 
démie une institution essenticllemenl professorale. Lr 

conseiller nali I J Srhâppi plus ou moins rallié au 

proj.-t Kym, a mêlé à tort celle question à celle .1 i 
université fédérale dans sa brochure Kin Ucitnuj :i"' 
richligen / ■■ uig der fclti eizer. Uuchschulfi . 
1889 

Enfin le prof. Stein. de-Berne, appuvé par ! 
Th. Studer ■•( Eug. lliiberct par .1 -Y. \Vidmann, i 
a intéresser a l'idée !• cou - illei rédéral Rucltct. i 
Déparlement de l'Intérieur. Il lui présenta un II 

li n 19 12, s m pian, qui onvi lit l'accès de l'Ara 
demie à Unis les talents et a lous les mérites .-t qui, an 
poinl de vu. financier, complot surtout sur la générosité 
publique. --.- heurta à l'opposition de la S 
d lu toi ru -i de membres influents de la Sneiéti I 
que .les scii m • s naturelles lesquels voyaient .1 i 
litution projetée soit une utopie, soit une corn 



ACADEMIE 



ACADEMIQUES, SOCIETES 



dangereuse. s0 ' 1 une doublure inutile. Le projet fut re- | 
lire et dès lors abandonné. — Voir Archives fédérales. 
C. III. Instruction publique. — Alex. Daguet : l.a créa- | 
lion <l'un Institut national et subvention fédérale [l'E- 
ducateur, Lausanne, 1889, p. 237 et s.). im Guukt. 

L'idée d'une Académie fédérale de commercebu 
,\,,]r des liantes éludes commerciales, a aussi été agitée 
j diverses reprises sans résultat. Voir eu particulier l'ar- 
ticle de Léo Combcrg dans J.n Suisse universil tire, Ge- 
nève, 1897-1898, p. 40 et s. M U 

ACADÉMIE SUISSE. C'est rii.-A. Stapfer. alors 
ministre helvétique des Ails et des Sciences, qui, le pre- 
mier, projeta la création d'une Académie suisse. Cet Ins- 
titut national central devait constituer le couronnement 
Je l'édifice scolaire helvétique, embrassant les écoles po- 
pulaires industrielles, des arts et métiers, et les gym- 
nases. Tout à la fois Univei site et Haute Ecole ti clinique, 
il était destiné à former des médecins, théologiens, insti- 
tuteurs, juristes, hauts fonctionnaires, savants, artistes et 
techniciens de tout ordre. D'autre part, à côté du déve- 
loppement et du perfectionnement de tous les arts et des 
sciences utiles, l'Académie devait avant tout créer un 
esprit d'union patriotique'. Cet institut, dit le projet, sera 
le loyer intellectuel de notre nation, le creuset ou viendront 
se fondre ses diverses nationalités restées toujours encore 
isolées les unes des autres, le centre de la civilisation des 
trois nations qui entourent l'Helvétie. Il est peut-être 
destiné à unir la profondeur de l'esprit allemand à l'ai- 
sance française et au goût italien. La création de ce grand 
établissement d'instruction devait s'effectuer essentielle- 
menl au moyen des subventions allouées aux établisse- 
ments d'instruction disséminés jusqu'alors et ne pas gre- 
ver sensiblement les finances de l'Etat. Mais le proji I de 
Stapfer, qui devançait «le beaucoup les temps, dut céder 
le pas à l'enseignement primaire. Soumis d'abord aux 
conseils législatifs, à un moment inopportun ic'était la 
veille de la guerre, le 12 lévrier 1799) il fut transmis en- 
suite a une commission et tomba dans l'oubli. — Voir 
ASII1Î III. 605-607 ; 1 DSI- 108.".. - C. lliltv : Ocffentliche 
Vorlesungen ùber die llelvetik, Berne 1878. — K, Lugin- 
bûhl : Ph.-A. Stapfer, Hascl 1887.— AV. Oechsli G< sc/i. 
cler Sclnveiz im 10. Jahrh, I. Uni.",. - J. Dierauer : Ilisl. 
de la Conf. Suisse. V. 1917. 11. BJ 

ACADÉMIQUES, SOCIÉTÉS. Les Sociétés aca- 
démiques suis>es ont été fondées an XIX« siècle pour sou- 
tenir les Universités deliâle, Fribourg, Genève, Lausanne 
et Neuehâtel au point de vue financier et moral. Les socié- 
tés se composent d'éléments savants et laïques qui s'inté- 
ressent an développement des institutions univei Pilaires. 
1. Sociale, académique <'«' Itàle. I." 17 août 1833, 
la Diète décida de séparer définitivement Bàle-Ville et 
Bàle-Campagne. Cette décision eut pour conséquence le 
partage des biens de l'Ktat, qui, ensuite du verdict du 
tribunal arbitral fédéral, se lit sur la base de la popu- 
lation il'- deux nouveaux demi-cantons. La fortune de 
l'université que la ville revendiqua en vain comme biens 
d'une corporation, fut également comprise dans le par- 
tage ensuite de la sentence du surarbitre, le I»' F.-L. 
Keller. De ce fait, l'existence de l'université, ainsi que 
celle' (le toutes les autres institutions scientifiques de la 
ville, l'ut mise sérieusement en question. Pour combler 
ce déficit, il fallait l'aire appel à tous ceux qui disp aii ut 
des moyens d'augmenter leur contribution. L'appel lui 
entendu, particulièrement pour l'université, qui jouit dés 
lors de l'appui désintén - el chaleureux de quantité de 
personnes de tente condition, enthousiastes pour soute- 
nir l'œuvre. En même temps naquit I idée de I a-- iciation 
et de la coopération p. un- la poursuite d'un grand but 
commun. Et femme la sécurité des bien- des corpora- 
tions et des dons qui leur parvenaient avail été ébranlée 

par In sentence du surarbitre, le senti I de dévoue 

ment à la rh,,-e publique se manifesta par la fondation 
d'une association libre et indépendante. 

Déjà eu mars IS33, dom a'.. m! que la séparation eût 
été prononcée, et en pression des événements qui se 
préparaient, il - était constitué un comité qui adressa un 
appel an grand public p mr la fondation il une soi iél 
académique libre et indépendante. Cependant l'on n'ar- 
riva pas à chef: b- courants opposés battirent le projet 
• u blêi !u el I,. conduisirent au bord de I abiuN ; il fallut 



attendre des temps plus tranquilles et se rendre exacte- 
ment compte de ce qui pouvait être fait ou atteint avant 
d'entreprendre une' nouvelle action dans celte direction. 
M.u-, loi squ'en avril 1835, le tir. uni Conseil décida le main- 
tien .le l'université et accorda les ne, yen - ,1e |,- faire, le mo- 
ment était venu de reprendre et de réaliser les proji '.s de 
1833. Le -il) avril 1835, l'appel pour la fondation de la --u- 
ciété académique lut lancé, et déjà le 17 septembre l'as- 
semblée constitutive m- réunit; à la lin de l'année elle 
comptait 96 membres, dont la moitié était des profanes, 
cejqui est du reste encore le cas aujourd'hui ; et c'est 

précisé ut pour cette raison que l'université a des liens 

si étroits avec la bourgeoisie. A la lin de 1835 la fortune 
de la société était de 30 000 francs ; aujourd'hui elle a dé- 
passé le million depuis longtemps. L'activité de la société 
se manifeste de deux façons; en subventionnant les nom- 
breuses institutions universitaires et en soutenant ou 
même en prenant entier, ment à sa charge les frais de 
certaines chaires. — Voir Karl-Felix Ilurckhardt : (■'/•- 
scliicltti: '1er frein-ilUt/cn Acad. Gesellschaft m liasel 
\n~tlm nd ilee ersteii oOJahren, Hasel 1885. | >. B. 

2. Société académique de Fribourg. D'après 
l'appel lancé de- Lucerne en août 1890, son but est de 
prêter un appui moral et financier à l'Université de 
Fribourg „ en tant qu'Institut supérieur où la scienci S5t 
cultivée en accord avec la foi ,1e I Eglise catholique ro- 
maine ,.. Statuts du 19 janvier 1891 el 7 novembre 1892. 
Initiative de la création prise en juillet 1890 par le Pré 
sident central de la Société des Etudiants suis-c-. M. 
Antoine Augustin, à Borne, et appuyée par ses six prédé- 
cesseurs dans cette charge: MM. Iran/ Schmid-Amold, 
et J. During à Lucerne, h' Th. llolenstein, à Saint-Gall, 
V. Gottofrej et ('.. de Montenach, à Fribourg, 11. Gcnti 
netta à Louèchc. Première réunion le 19 janvier ll>9l à 
l'Hôtel sui.-se à Fribourg. En décembre 1891, 149 mem- 
bres, en 1 893, 255, en 1918 environ 500 Présidents suc- 
cessif . A. Augustin a lierne ; Rod. de Reding-Niberegg, 
conseiller aux Etats, Schvvyz; G. de Montenach. cons. 
aux Etats, et F. Perrier, conseiller d'I tat, Fribourg. La 
société a un, fortune actuelle d'environ 14000 fr. ; elle 
fournil chaque année un subside d'environ 2000 fr. à la 
Bibliothèque de l'Université (jusqu'à maintenant envi- 
ron 15 000 francs). — Voir les rapports annuels, dont le 
premier est de juillet 1S92. Voir surtout le neuvième 
rapport 1901-02, art. E. Bise et G. de Montenach, Vl'm- 
versilé de Vribourg el la Soc. acad. Discours prononcé 
à lïomonl le 15 juin 1911. [F. Dccrest.] 

:;. Société acadéntique de Genève. Fondée le 16 
mai I8S8, sous l'impulsion de M. Eugène Choisy, el d'un 
Comité d'initiative présidé par M. Charles Rorgeaud. Elle 
a pour but il,- i grouper ton- les amis •!' étud 
rieures à ti' néve • I si propose de contribuer de le ut -on 
pouvoir au progrès du haut enseignement dan! I ■ ■ 
domaines, et particulièrement au ,!- : . , loppi menl de l'I - 
nivci iti (Art. 3 des statuts). Elle est dirigée par un co- 
mité de douze membres élus peur deux ans par l'as- 
semblée générale des sociétaires, laquelli si réunit une 
fois par année. 

Deux tentatives avaient été faites préci I mmont pour 
la fondation d'une société poursuivait! le même but q 
la Société Académique. L'une en IKTil, par M. Gi irges 
Fazy, qui proposait la création d'un Fonds académi- 
que», géré par une Société de I Université », l'a 
1880, pu M. l'unie Ad, r qui voulut créer un, ■ Fonda- 
tion de l'Université d Genève . Ces deux tentatives 
échouèrent. Celle de 1888 fut plu- heureuse, puisque la 
■■ Société académique « actuelle comptait, à la lin de 
H» 17. ti'iii ne m lue- et se trouve à I i t te d un capital de 
221 325 francs, sans parler des fonds spéciaux formant 
ai tiiellement tin li lai d ■ 379 318 francs. 

Indépendamment des dépi n ses d :ia tx, les 

allocations faites par cette Société él .ni en 1917 à 
128 000 francs. Elles sont destinées tant à l'aire connaître 
à l'étranger les le Oi u,'ve qu'à 

itbvenlioi i i ■ alions.a :cr 'iti ■ li bibliothèques 

des diverses Facultés ou des divers laboratoires, faciliter 
la publie, ti, m d'ouvrages concernant l'Université, no- 
tamment 17//sl de l'Université ili M. I, Prof '- 1 
I i_ and, aidei à la création de nouvelles chaii 
nir aux prol eui n en l'acquérir des inslru- 



SS 



ACADEMIQUES (SOCIETES) 



ACHAIE (D'j 



monts d'expérimentation on des collection! diverses, aug- 
menter lu irai lu me nt de quelques professeurs, organiser 
des coins et des conférences, etc. 

Parmi les ronds spéciaux, l'un, lu Fonds Xavillc, a servi 
à installer une salle du travail destinée nus professeurs, 
h ii autre, le Fonds Scliwitzguehi |, est atl'i clé spécialement 
à l'achat d'ouvrages pour la l'acuité des Lettres, un Iroi- 
sième, le Fonds (iustave Moynier. est consacré à rationne- 
ment à des pulilications péri(idii|iies, un quatre me, le 
Fonds auxiliaire de la Bibliothèque publique et universi- 
taire, sert à l'achat d'ouvrages, un cinquième, le Fonds 
Edouard Claparède, consacré à IV'talilissemenl d'ima sta- 
tion île zoologie lacustre, «i servi à l'achat d'un haleau 
utilisé pour les recherches sur la faune et la limnologie 
du lac Léman, un sixième, le Fonds Agénor Huissier, n'a 
pas encore de destination particulière, un septième, le 
Fonds du Jardin alpin La Un/tara, est destiné à l'en- 
tretien de ci: jardin devenu la propriété de la Société Acadé- 
mique i|ui en confie l'entretien et l'administration al Instî- 
tut de botanique de I Université, un huitième, le Fonds de 
l'Institut J. J. Rousseau, destiné à subventionner cet Insti- 
tut, el en lin le Fonds liillet, qui sort à fournir des alloca- 
tions à divers enseignements et à créer des bourses de 
voyage pour élèves du collège. Depuis 1910 la Société aca- 
démique accorde chaqui année une bourse de 800 francs 
à un étudiant confédéré désireux de coulinuer ses études 
à II université de < lenève. 

Enfin, non contente d'accordi r des allocations à l'L'ni- 
versité, cette so :ii lé sul vi ntionne souvent il autres insti- 
tutions, parfois même d autres sociétés concourant au 
même but 

Voir : Hapports sur les exercices de la Société Aca- 
démique tle. Centre (de 1889 à 1917). - La Société 
Académique de Genève pi'iidunl 1rs :'.'> premières an- 
nées rf< son activité : Discours el souvenirs, Genève, 
1913. [Albert Roi ssv ' 

4. Sorivlô Hcuilvitiic/iic ilcucliiiU'Irtiao. Constituée 
le 15 octobre I8S9, elle a pour but d'encourager le déve- 
loppement des lian'.t-s études et de s'occuper de toutes 
les questions qui touchent à l'enscis nement supérieur, 
en s'inléressanl linancièremenl a toutes les recherches 
et entreprises scienliliques et en créant un lien entre 
le pays île Neuchâlel el son université. 

Les débuts de la Société académique furent difficiles 
et ne répondirent pas tout d'abord à l'espoir de sis fon- 
dateurs ; on lui reprochait d'être une institution officielle, 
puis l'insuffisance de ses ressources paralysait son acti- 
vité ; en IS90, son effectif n'était que de 150 membres, 
pour tomber même à 102 en 190*2. Grâce à la générosité 
de plusieurs amis de l'enseignement supérieur, de MM. 
Alfred liorel et Frédéric de Perregaux eu particule r, elle 
vit s'accroître ses ressources et put prendre un certain 

nombre d'initiatives t r intén série public neuehâte- 

lois aux études scienliliques. Dès 1910, elle organisa ré- 
gulièrcin'ent, chaque hiver, une série de conférem es pu- 
bliques, subventionna largement le: diverses puhli ■'■ 
périodiques de l'Université, ainsi que les missii ns et dé- 
légations scientifiques, les voyages d'études, l'achat des 
instruments de laboratoire, le^ concours universitaires 

Le? présidents delà Société académique ont été de ISS9 
à 1899, M. le conseiller d'Etat John Clerc, de 1899 i 1902, 

M. Alphonse DuPasquier, de 1902 à 1909, M Alfred !i I, 

«t depuis 1909, M. Armand DuPa quier. Depuis sa fon; 
dation jusqu'à tin 1916, la Société académique a fourni à 
l'Université et aux études supérieures d< - subventions 
pour un montant il" fr. 22 778,33 et a rail i l'occasion 
du cinquantenaire de la fondation de l'Académii en i i 
bre 1916 un don de ".000 francs à la caisse de retraite des 
professeurs de l'I 'niversité. — Voir l.a Société nrailé ini- 
que, discours de M. Armand DuPasquier, président, 
1917. K. .t 

5. Stnolvlë .■ii'.ii/i'm/i/'-r ymitloimr. Elle a été f n- 
dé. à Lausanne le 17 mai la») dans le but de réunit des 
pour soutenir l'Uni ver; ■ '■ l ui-aiine qu'on ve- 
nait de créer; son premiei présidenl a été le I) Lan- 
fui. v . ce fut plus tard M. J. [ion na ni. prof: c'est mainte- 
nant M. le |)-Ch. David. Pour sh procurer des ressources 
ft intén :?er en même temps le pu I ' a i> pi i 

scii nces. elle a fait donin r d< - li remv». Elb 

revu des dons. Son capital il-'-f — . aujourd hui f. I 



quoiqu'elle ait dépensé près tle 20 000 fr. en subside! pi i 
voyages d'études, publicaiituiî scientifiques, achats di li 
vi'i-s nu de pièces de muséi s. C. G.] 

li. Voir pour Zurich : llnciiscuui vKnF.iN fZûp.i m i 
ACADÉMIQUE (ANCIENNE SOCIÉTÉ). Von 
l'article Acaiu MIK ni. Gl M VK. 

ACADÉMIQUE (COMPAGNIE). Voir l'article AcA- 
lifMIK lu. I.l m \ I . 

ACAURAT ou ACCAURAT. Famille originaire 
ill'/.~. genevoise par l'iu.ci. A., Iuniii. et Davih ses 
lils, U.G., 15 juillet I.555. — Pikhkk A. fut membre du Cou 
seil des CC. Son lils Daniki. el lui exerçaient la pn les 
mou d'apothicaire. - Genève A.E. — Gautier : Méde- 
cine, i:. h 

ACCARIA. Nom de l'ingénieur qui a dirige, en I2<S7, 
le siège du château de l'Ile, à Genève. Cf. Hegcste ge- 
nevois (I2'i9). r., r. 

ACCIAJUOLI ou ACCIAIOLI, l'Iii lij //»■. cardi- 
nal. D'un.- famille notable de Florence, *à Home le 12 
mars 1700, vint le 11 janvier 1744 à Luccrne en qualité 
de nonce apostolique de Suisse, sous Clément XII. - J.e 
Conflit du Serment entre le gouvernement luccrnois el 
la nonciature du pape ( 1747-17-WSj lui donna fort à faire. 
Deux moines espagnols de l'ordre des Franciscains ayant 
commis un délit dans l'Entlebuch, dosaient sur l'injonc- 
tion du Conseil de Luccrne prêter avant tout sermeni 
entre les mains du bailli pour être déférés ensuite à la 
juridiction du nonce Le nonce Acciajuoli prétendit que les 
ileux moines n'avaient à prêter serment que devanl la 
juridiction ccc/esmsi/i/io' et en aucune façon devant la 
juridiction temporelle. Le Conseil maintenant ses exi- 
gences appuyées sur un ilnut usité, le nonce lui lit re- 
mettre un mémoire détaillé (publié par Joli. Jak. Sim- 
ler: Sammlung alte.r und ueuer l'rkunden :ur lleleuch- 
tung dei Kircliengesc/iichte. II, j,325elsuiv.).liicn q 
pape Uenoîl XIV eût écrit lui-même au Conseil de I.n- 
cernè, le I" mus I7is, puis une seconde fois le 5 juillet 
ITiS (voir Simler, I. c, p. 331 çl 339-347), le nonce ne 
put rien obtenir. François-Louis Pfylïer, capilaine de la 
garde pontificale, homme considéré, s'entremil pour n 
-1er le couilit. Le Conseil obtint gain de cause. I e peu 
souple Acciajuoli se rendit le 19 janvier l"i romm 
nonce en Portugal, l'ut élevé par le pape Clément XIII 
(1759) au cardinalat, mais lut contraint de se retirer à 
cause de son zèle en faveur des Jésuites, le l-"> juin 1760. 
Il mourut le i juillet 17lit> à Aucune. — Voir Ant.-I'li. 
von Segesser : Hechlsgcsc/iiclite der Sladt und Hepu- 
blik Lucern, IV (1858), 650-664. - Huliu Stoimcr : Die 
fiOpsllichen Gesandten in der Scliweh 1073-1873 Stans 
1907. [Wilh. Jos. M 

ACCORD. Nom d'une des cloches de la cathédrale 
de Saint-Pierre de Genève, connue sous ce nom dans 
l'histoire de cette ville. Voii Ci Ociik. 

ACCOSTE, .leim (i. Siirintcndanl des saun ries d 
Saline. Il fut chargé par le gouvernement ch I 

C té de plusii tirs missions auprès des Confédérés. L'ne 

première fois, en 1630, il so rencontre à Vverdon 
l, rmi< rs bernois du sel. Puis, de ItïlS à 1017. il fait plu- 
sieurs voyages en Suisse, dépêché parles autorités com- 
toises. Envahie par l'armée française et pai celle d I r- 
nard de Saxe-VVeimar, la Franche-Comté éjail il i 
situation si . rilique qu'elle résolut, au début de 1038, 
d'envoyer à nouveau un représentant en Suisse. A. fut 
désigné. Il avait pour mission de tenter toute- les démar- 
ches propn à faciliter le rétablisseiiienl de la neutralité 
îles deux [lourgognos ; en cas d'insuccès, il devail her- 
cher à oblenii des canlons le libre passagi de secours 
acheminés d'Allemagne ri .1 llalie se,- Dùle et Salins. Mal- 
gré l'appui des Confédérés, A ne pul accomplir l'olijel de 
sa mission : il revint en Suisse à lin IIKIS, en 163 I 

les aimé. - qui sui nt. Loui XIII ai corda en II ■ 

lenienl un a -t, ■■•■ de six mois en échange d'une levée 

di 6000 Suisses. A. fut encore mêlé de 1643 à 1617 

, : , nouvelei I ai mistice ou à ii'l ihlir 
la neutralité de la Houi gogne, mais sans meilleur résultat. 
- Huit : Histoire, de la représentation diplomat. de la 
France ••<■>■■ ■ des rniU suisses, V .1 VI. t. M. 

ACÉTVt.ENF. Yl ir El I M'. mi, 

ACH. Vnil \ ou »A 

ACHAIE, d', princes. Nom porté par uni blanchi de la 



A.CHALM, COMTES D' 



A(WIAHI) 



59 



„ ,,,. Savoie, dont l'auteur, Philippe (1278-133* , fils 
Efèwnlc Thomas 'ill, fut inféodé du PioinoiUclclov.nl par 
d ^rii»eI13t>l)avcc Isabelle, fille héritière deGiiillaume 
V"\' ii eiaVdouin prince d'Achaic, un des Etats cré. s en 
'• • r les croises. Cotte branche de la maison de Savoie 
•Wn'iten I4l8avecla descendance mâleet légitime dan 
î a ncr"onno de Louis, petit-fils de Philippe. La mère de 
.,„,< Mafuerite. porta le titre de prince d Achaie. pai 
"'„,,,',.'„•,■ avec Théodore M de Montferrat (1103 dans 

rrilc maison. La maison de Sav Achaie intéresse a 

c.ii^e par quelques-uns de ses membres; ainsi un fils m; 
[.i.iVippe de Piémont, Epocari. (voir ce nom) fui de 1.1.0 
Lr«Oévêq..edeSion. - Ami.li t . petit-l.ls de Philippe cl 
frère aîné de Louis sus-mentionné, joua un certain rolo 
jans l'histoire du comté de Savoie a la mort de son pa- 
r .,,t Vmédéc VII. le comte Rouge, et pendant la minorité 
J. «o'n lils et successeur. Il eut comme tel a intervenir en 
1393 dans les affaires du Pays de \aud a la fuite de U 
condamnation d'Othon de Grandson qui était accuse de 
complicité dans l'empoisonnement du comte Rouge ol 
dont les biens venaient d être confismies. Amedce d. . 
voic-Achaïe présida les Etats de Vaud a Moudon.au corn- 
encornent 'du mois d'août 1393 et "a Morges •«.;»'"«» 
„ même mois. C'est de celte dernière ville qu il date 
17 août) le brevet par leq.nl il nomme provisoirement 
(lérard d'Estavaver châtelain des cl, ..tell, me, de Grand- 
rour et do Cudretin qui venaient d'être conquises sur 
Olhon de Grandson.- Son l'un Louis est présent au pavs 
de Vaud et à Genève en 1397. Il obtient alors bO livres de 
la ville de Vevev pour l'aire la guerre au marquis (le 

Montferrat. - Perrin-Mancini : ih ele di ^»« W° 

[casa di Savoia). Osimo IS76. - II.Gav . tltslmrrduïatais, 
„ 95 Genève 1903. - F. Gabolto: Gli ulhmi pnncipi 
di Achaia 1383-1891. - K. liehr : Généalogie de>- m 
E,tropa regierendeu Eiirstciihauscr, .Leipzig 1834. - 
K Corna* : Quelques renseigne m eut s inédits sur Othon 
dé Grandson, Gérard d'Estavayer et Uumberl le bâtard 
de Savoie dan- la BUV. 1916, p. 345. 

ACHAL-M, COMTES d'. Cette famille apparaît au 
\l--ieele- ne pas la confondre avec celle d. s comte, d A- 
Gamerlinécn au XII< siècle. Aîeus, les frères EoiNU et 
HoDuiPiiE sous l'empereurConrad II (1021-1039;, construc- 
teurs du château d'A. (actuellement ruines au-dessus de 
Keutlingcn sur leNecUar, Wurtemberg! De par son ma- 
riage avec Adélaïde, bile de Liulo et de W illibirg de Mont- 
héliard-AYûluingen et sœur de Hunfrid, évoque de Ka- 
venne et chancelier italien de l'empereur Henri 111, 
Rodolphe entra en possession de biens considérables en 
Thurgovie (château de Wûlfiingen et bien, sis a Buch et 
à Dietikon). Les possessions des A. dans les Grisons (Maicn- 

feld Elàséh) paraissent '. il nt provenir d AU. laid. 

Dos' fils de Rodolphe, les cinq plusj. unes, etcei tain, ment 
aussi Ediso, moururent sans postérité en sorte qu. i-.s 
deux aines LiUTOin et Ccso entrèrent en possession <c 
h, totalité des biens de leurs parents. I ne notable pal lie 
de l'héritage, en particulier les possessions suisses, lut al 
fectée à la fondation du couvent .le iwiefalten ilUb.l), 

niais fiucl. et Dietikon ne tardèrent pas a en otr : ■■ !■■ - 

Liutold résidait au château d'A.. C.uno a \\ ulllu.-'ei. ou , o 
1055-1056 il détint prisonnier I eveque Gebhardlll de 1U- 
tisbonne que l'empereur Henri 111 avait confie a sa garde 
Dans la querelle des Investitures les .eus frèr. s ruicn d 
zélés partisans du pape. Cuno de Wûlfiingen mourut le 
16 octobre 109-2 en laissant trois bis illégitimes dune 
serve du comte Hartmann de Dillmgen-hibourg Lit 
t. ,n. et Makouawt. chevaliers et TiiÉOiiOiyr., ce dernier 
devint plus tard abbé de Petorshausen. Le frere de Cuno, 
Liutold, mourut le 18 août 1098. Avec lui s éteignit le der- 
nier représentant mâle de la famille. L. urs armes ■apocry- 
phes portées parlabbave de Zwiefalten ligurcnt dans von 
Alber'.i: Wùïttembcrg-. Adels- u. Wappenb '- ; o,r 

Ortliebi De fundatiane > isterit /.<■;. <""«>'■"<> ' •• ' 

Iholdi de. construction nwnaslcrit /""«''; '->;' •-■».' ," s ' s 
\).-Casus monash-rii Prlrish •sensis M ; ^> A.\ •- 
VZ\ p. 1-26. note 1. - Mit Zurich 2, p. 34i> - Merz . 
hurqen des Sisqans I, table généal. I. ' Bues.] 

ACHARD. Au moins cinq familles distinct. 
nom ontacquis a divei i époq - la I rgcoisic Ue ..•- 

I? Etienne, marchand .1 changeur, corre.sp ndant 



à Genève de Jacques Coeur, passe en 1139 un. re. 
-ance en faveur du Chapitre pour une maison qu il pos- 
«èSe . l'ns la rue de la llivièrc ; en 1461 un acte du 
même Rc'nrc en faveur de l'Evêché le montre promu 
taire d'un autre immeuble dans la même rue i et d un 
moulin surlePonl du Khôno. Du 24 février M.,. .... 1.* 
janvier 1479 il siège an Pel.l Conseil et .ovet en 4l.fi l. 
fonctions de -vndu' delà ville. Son lils Il vv.vi n. Ranand 

.... lia r U'f.ard, a,,,,., lent au Conseil dis Cin«|iiante 

,„ \m .t IVJ1. J.-A. (al.lle et le comte ,1e I oras I 
C onsidère.,l comme la lige de la famille noble d. s ei- 

„„„,„, du H en l'aucigiiy. - Voir: A E. l'iefset \th. 

généal. de J.-A. C.alilV.-. - I \ rmres de Gêner, 

Gai. : A«l. gèn. t. III (l83Bj p. 1. - Comte Amodee ,1e 
i.',,,-, ■ Armoriai et nobiliaire de lancwn duché de br. 
I,,,,: i' i [18931 p. I. - Ht:- Gen., t. I (1900;, p. 1G7 I II 
[!«.?■ V--, III (1911), p. 1 " 1 -.'." ( :. n , w . , 3 f - vricr 

Ict i ; ,mi ■ syndic en 1479, il esl mort avant 1503. b. Itl! 
i.'caneois'.et llarll.éliiny, dans une reconnaissanc. passée 
,.„ |;,o:t , • une maison a la Pélisserie et une maison a 

",| (l -. ,,„t qual.ii- roiim» lui de nobles, eten n 
î-ilovens ,1-Av 1 .» IVn.-ê.re faut-il les rjlU.chor.avec 

I -A. GalilTe. à la famill. <\>' même nom établi, d'.- 
Xl\ a:,! i-.ii» i ■ :| . ■■■::tl-- .ml-:l \ r.ïi i 

, „.,.,-,!, ■ | , neurios de Penm-fort, Sainte-Colombe La 

'■,,!' etc Voir r„„ ve ,\E l-iel et MS.généal. de 
'_\ (Valiivë.-Gal. : \ul.gthi. t. I. (18291, p. 529 l oy 

/!b." (1S97I. p. 50.- liC.Gcn. t. Il (1906), p. 212; t. III 

'nL'l'-aVl'''''' ,.■.,,..,■■ rannlb.o, ,:,-,■.■ d^Die 
en Daiiphiné se réfiigierunl a (.ene\e .... \\l 
siècle n., m caus. d. r. Iigi< n. La pi "' "e 

tÇ?v^351 ,., s l.rànches • -i issue doTiMOTHÉK Aehard do 



Die, dont le fils Jean-Krancois fut r. 



babi- 



■ h J tani de Genève le 30' janvier 169/ et bourgeois 
%■,.- A le 21 août delà même année ; la seconde des- 
V ;'■■ x' eei.d d'AliHMIAM Aehard. pastcui a ! 
""--- 1659-1660, àAoustc, 1664, n balles près lauli- 

jrian Danphiné). 1682, probablement frère di l'iinothee. - 
Amuaiiam II lils du pasteur Abraham, reçu habitant leGe- 
nève !•■ 30 n n - 16 '9, aeqn.t la bourgeoisie le 1 ■ 

1699.' La descenda de l'imothéese prol ■; 

joui-sà Genève : celle d'Abraham passe au XA III - 
Prusse où elles, mblc s'être éteint, au XIX- s. Armoiries . 
il'azurau dcxlrochère vêtu d'or et tenant une hache U ar- 
mes d'argent, accompagnée de trois étoiles , ,, même 
Devise- Esse non videri. - Voir: Gen. AI., l'.t.il civil 
e fonds divers, MS. généal de .l.-A. Galilîe ; l oss.ers 
,.,-,.,-, | ,|e l li G el \vmon GalilTe. - Sordel : WieJion- 
naire des familles genevoises, MS. de la Soc d lli»t. et 
■ h I. .-..'.v.. ' Gai. ■ Kot.gên.1. Ill (1S16), \<*-<- 
_ Almnnnch qènèul. suisse, 1907, p. 781-784. 
|>oo'nna] /.■■•■■'■ Vennna, Ascendances ci Al 

* Branche de Tlmothéo Aehard. Philippe \ " ' 
lti'' : „id 1713-1778 lil de Jean-François. a;v 
pàrîiTlaitoiirs.-oisin 11 fut désigné 1. 26 juin 171 
,.,,..|.|,., ,| L . Ri-nr. ■ niants comme l'un d. s 24c min 

quidoublaio.il les 21 déléf lit " ! 

.L t( . n ,ies d'une représentation au 

ievillè, înédiatour pour le roi de France dans les troubles 

''t';:'.;.: •.';:, '.:;';;:''."■ m ■..or,!..-...,,...,.,. -.•«<■.. .-■ 

,„;, -w |i ,u, au contraire on 1782, an premier rang 

"part de. "AÏ 
lin. inninires l'.l I nrnu uni Vrmoin s sut l. 

is/h '•■ '-" ■ ' : " !j - '■ :;i,; ■ 

'onsoil dos CC en 1775. il 
r.,.,,. ,,.',.1 .!.. 20 janvier 17*2 IchU ••- « 

v, 1 ,,,-.!: mais ,1 sollicita et obtint ■•• do. 

,■ ,, ivant. Apre- avoir dirigé m l 

i"',,.' • ', lu ol à l.on.1.'. H fut. a la Re ' 

îiSpî!!!! au ('.onsoil . prose„latifdel8l5à 1X19 ol mourut 

^ rn''m;', l 'l,t'd! X | ; ',.liiq-../-' ; .'' \chard-Ti 
, in l ;oiein.po,;.antda,^h, . 

, , , . ,..- * à ...mc le 2 i I ' ' 

:„, Conseil il. CC en 1791, el membre de 1 A 



60 



ACIlAlil) 



ACIlAItn 



nationale en 1703. Privé à perpétuité de ses droits polit i- ] 
ques par le second Tribunal révolutionnaire de 1791, il 
revêtit à nouveau dos fonctions publiques à l'époque de 
la domination française. Membre du collège électoral du 
Département >\u 1 émail sous l'Kmpire, conseiller muni- : 
ripai de 1S01 à 1813, il remplit à l'aria diverses missions 
de confiance pour la ville du tienève et la Société écono- : 

inique ; en 1S1I il est délégué aux fêtes du baptéi lu 

roideRomo; il fait des démarches pour obtenir l'a si- 
milation de la route du Simplon à celle du Monl-Cenis ' 
en matière de droit do passage des marchandises; 1.- li 
octobre lMI3.il port.' à Marie-Louise une adresse au nom 
delà ville de Genève, l.a même année (13 aoùt-17 sep- 
tembre) il avait fait partie île la délégation chargée (le 
sauver de la vente des biens communaux les propriétés 
de la Société économique. C'est en effet à l'administra- 
tion de cette institution, dont il lit partie dûs sa création 
en 1798 et qu'il présida plusieurs rois de 1798à I81I, qu'il 
prêta toute son expérience d'habile homme d'affaires. 

Son aide et ses conseils fuient égal ni prolilablcs à 

Pictct-de-Rochemonl, durant sa seconde mission à l'a ris 
en 1 8 1 T> , spécial, ne ut dans la question de la fourniture 
du sel à la République de Genève. Uéputé au Conseil re- 
présentatif de ISI1 à 1819 et en IS20-1S2I, Jean A. mou- 
rut à Genève le 21 décembre 1821. - Voir Charles lior- 
geaud • V Académie de Calvin dans l'Université de Na- 
poléon IVJS-lSI'i (1909) p. 224. - Ed. Chapuisat : La 
Municipalité de Genève pendant la domination franc 
t. H (1910), p. 173, 476, 522, etc.. Correspondance 

diplomat. de Pictel-de-Iiochemont (1914), t. I, p. 102; 
t. Il, p. 1S0 .i 238. 

rikr.itr-.l.u ...ri- -.1U»<t/ (Achard-de Gallalin), lils de 
.lean Achard-Tieinblcy, * à Genève le 28 décembre 179S. 
Reçu docteur en droit de l'Académie dr Genève avec une 
thèse sur L'empiète par témoins en matière civile, le 
23 novembre 1822, puis avocat le décembre suivant, 
il appartint à la magistrature genevoisi du régime de la 
Restauration. Auditeur en 1S27, substitut du procureui 
général de 1S28 à 1839, il occupa le siège du minis- 
tère public.de 1839 à 1812 et celui de juge à la cour de 

justice, de décembre 1843 à mars 1818. In mê temps 

il prenait pari aux assemblées législatives antérieures a 
la Révolution du 7 octobre 1816, en qualité de député au 
Conseil représentatif, 1S29-IS3S, 1839-1841, à la Consti- 
tuante de 1841, et au Grand Conseil de 1842 a 184G . il 
mourut à Genève le 12 janvier 1881. - Voir JG IS jan- 
vier 1881. 

Son cousin £,oi/j'.s(Achard-Gaulier), filsd'Isaac Achard- 
Baraguay (17Ô6-1S03), lils de Philippe, était né à Rouen 
le 27 août 1793. Licencié en di lit île Grenoble, avocat à 
Genève, le '27 août 1814, il offre en 1815 ses services au 
gouvernement de la République restaurée et après avoir 
été employé à diverses missions administratives, revêt 
bientôt les charges d'une double carrière de magistral 
et de militaire. Auditeur, 1821 à 1823, juf uppléant à 
la Cour de justice, 1821 à 1839, membre de la direction 
de l'Hôpital général, 1825 à 1839 et 1812 à 1847, il siège 
au Conseil représentatif de 1821 à IS30, de IS3! à 1811. 
à la Constituante de 1S41, et au Grand Cou-. -il d. \*ï!. à 

1816. En même temps il prend part à l'organisati t 

aux exercices de la nouvelle milice cantonal) . Sous-lieu- 
tenant le 11 mars 1815, il commande le c u-ns di la cava- 
lerie genevois*; comme lieutenant à partir de (824 et comme 
capitaine dès 1825; major de cavalerie le 7 avril 1837, il 
est, en I8!i8. lieutenant-colonel d'infanterie et comman- 
dant d un bataillon de la réserve. Elu Conseiller d'Etat 
le 3 avril 1839, il devient en inê temps conseiller-ma- 
jor ei inspectent île la milice. Sorti de charge !•• 8 juil- 
let I8V2 et progressive ment éloigné di s f :l - i lu tel- 
les par la nouvelle orientation politique du pays, Louis 
A. mourut à Colosm (Genève) le 2 septembre 1861. - 
Voir JC. 13 septembre 1864. 

JoN-Vir.TOn-.lr//mr, * à Genève le 29 octobre 1836, 
lils d'Albert Ai hard. le Gallalin, s'esl fait connaître, à 
côté de son activité professionnelle par de nnmbreu-es 
publications, scientifique: Après ses éludes à I Vcadêmii 

de Genève et, comme auditeur, a l'Ecole polytecl pie 

de l'aris. il a passé en 1858 sa lin-i -jences mathé- 
matiques en Sorbiinne. Entré dans l'industrie, son stagi 
à I E.. b di ■ ii im - de IS5S a IStil ti rmiiu . il prend 



part comme ingénieur civil à Genève, à partir de 1 
aux études et aux expertises relatives à plusieurs instal- 
lations hydrauliques de la Suisse romande. Principal ex 
pert du gouvernement de Genève dans son litige ...■ 
l'Etat de Vaud à propos du niveau du Léman, il colla- 
bore aux travaux qui ont abouti à la régularisation du 
lac et à la création des forces motrices de la ville di Ge- 
nève. A cette époque ilfut député au Grand Conseil de no- 
vembre 1878 a novembre 1886. Membre de I i ? 
physique et d'histoire naturelle de Genève, dès 1865, Arthur 
A. "a publié les résultats de ses recherches dans le do- 
maine de l'hydrographie et plusieurs travaux sui des 
questions d'électricité et de phy: ique. Attaché- de 1 G 

1897 à une société financière à Paris, il collabore s li 

vers pseudonymes au Signal de Paris, de ISTia I!i03. et 
adresse à ce journal, à son retour à Genève, une coin ; 
dancede Suisse. L'expérience des alla ires et de l'industrie 
l'ont également spécialisé dans l'élude des questions écono- 
miques et linancières. S. -s monographies sur les impôts, 
l'organisation du travail et la municipalisation des ser- 
vices industriels onl été publiées dans la Renie d'Econo- 
mie politique de 1888 à 1916 et en deux volumes sépa 
rés: L'existence du rentier (189-4) sous le pscudonvme 
Je A. de Itennet, et l.a justice dans l'impôt (1904) 
Voir Publication des membres actuels de la Société m 
physique (1883) p. 1-3; Supplément (1896), p. I. Pog- 
geiidorll : llandwôrterbuch, 3" vol. (1898), p. 8; 4" vol., 
tome I (1904), p. 6, 

.M rwMuiiM. -I. urie appartient aussi aux lettres ro- 
mandes. Petite-fille d.- I oui-: Achard-Gaulier et fille 
d'Ernest Achard-Rigaud (1821-1860), elle est néi à Geoèvi 
le l- r février I852. Elle a écrit, pour la jeunesse, de I883 
à 19I2. des histoires publiées eu eue] volumes à Genève, 

N'euchâtel et Lau ai En rei ttcillanl 1 1 en couunenl u I 

les lettres du temps et les papiers de famille M!'« A. a fait 
revivre la ligure de s. m arrierc-grande-tante, la cousine 
de Benjamin Constant, à laquelle elle a consacre une 
biographie sous le titre de Rosalie de Constant, sa fa- 
milleet ses amis, t" partie, l~ôS-17S-2. (1901), 2"" par- 
tie, 1783-J834, (1902). Rédactrice de la revue biblio- 
graphique La Lecture de 1896 à 1900; elle a publié ayei 

M. Edouard l-'avre l< té i uo es des contemporains 

de l.a Restauration delà République de Genève, i813- 
1814. (Genève, 2 vol. 1913). - Von- Alex, .lullien: Cala- 
h.guc des Editions de la Suisse romande (Genève 1902 . 
p. 1.; Supplément (1912), p. I. 

B. Branche d'Abraham Aeliard. Antoine, lils 
d'Abraham II, * à Genève le 11 décembre 1696. Dès le 
temps de ses premières études à l'Académie, il montra 
un goût particulier pour la phil — phie et soutint en 1712 
une thèse publique sur le bonheur. L'n voyage qu'il lit à 
Paris en 1719 ou 1720, comme précepteur, lui permit d en- 
tier m relations avec divers savants parmi lesquelsle Père 
jésuite Tournemine. Revenu à Genève, il lit sa théol 
sous la direction du professeur Jean-Alphonse Tuviellini 
et publia en 1721 sa thèse Do. chàra tere Uaaislri et pri- 
ynorum pnveonum. Consacré au ;ainl ministère le 2! 
avril 1722, il lii I.' même année un n niveau voyage i Pa 
ris. Antoine A. faisait à ce monn m partie d'un groupe d" 
jeunes gen; qui -e livraient à l'explieal d'auteurs phi- 
losophiques ; il renonça cependant à briguer la chaire de 
philosophie de l'Académie contre son ami I zéchiel '. illa- 
tin en 1723, puis quitta Genève en 1721 pour II. clin où. 
après avoir révélé un lié- réel I ili ni di prédicateur, il ne 
tarda pas à être choisi comme pasteut de l'église fran- 
çaise du Werder. hè, lors et malgré une -mi.'- chance- 
lante, -e- succès grandissants d'orateur, d homme du 
nu .ml,- ,-i de |" n-eiu a (tirent sui lui i atti ntion de la coui 
ri .lu ne. m le savant d.- la capil de pi us ii nne. i !i 
du Consistoire supérieur de l'égli-e française, en juillet 
1738, conseiller privé ,i membre du Grand Direi-toin 
français le 28 septembre 1740, il est agrégé en I7ii à la 
classe de philosuphie spéculative de I A ;adémie rov de il - 
sciences. In pecleiir du Olb' •■ U m i -. directeur de 
I hospice dit Maison fran lisi il resli 
ivei -.i ville natale i l reçoit du Conseil de Genêt . le 
.s décembre 1724, l'introduction à la Compagnie des pas- 
leni s. Son activité ei ib ■ - ■■ 
les soins qu'exigeaient sa santé lui laissèrent peu de loi- 
; ;., lk.iii I. i> ihlii ation de se; travaux. H avait projeté 



ACIIAIU) 



ACIlAllI» 



fil 



,1 , , pire un grand ouvrage sur la question de la liberté, 
discussion dus doctrines des philosophes et réfutation de 

Spinoza, Bayle et Collins, dont il coi uniqua le plan à 

l'Académie royale en 1745 [Mémoires de l'Académie de 
lia-lin, ilfà (1740). Histoire, p. 91-93). Il revit aussi les 
manuscrits de ses principaux sermons dont l'édition 
complète ne parut qu'après sa mort survenue à Berlin 
I,. à mai 1772 [Sermons sur divers textes de l'Ecri- 
ture sainte, Ùcrlin 1774, 2vol.). — Voir son éloge par For- 
niev, dans les Kouv. ilëtn. de l'Acad. royale des scien- 
res'et des lettres de Berlin, *77i>, (1774) Hist. de l'Acad. 

r h s.G8 — Henri I loyer: L'Eglise rfe Genève (1909] p. ils. 
- Pour sa bibliographie, voir Sénebier: Histoire lit- 
téraire de Genève, t. III (179G), p. 34-35. - Henri Hevcr: 
Catalogue de la Bibliothèque des pasteurs (1896), p. 8'1 — 
O Kôhnke, dans Harnack : Gesch. der Kônigl. Preuss. 
Akademie der Wissenschaflen zu Berlin, t. III (1900), 
p. 8. — Cf. De Moulut : Dictionnaire biogr. des Genevois 
et Vaudois (1877), t. I, p. 2. — I.a fiance protestante, 
»»• édition, l. I (I877j, eol. 30. - Lichlenberger Ency- 
clopédie des Sciences religieuses, t. I (1877), p. 48. - 
Wogruphic universelle, t. I (1854), p. 114. — Kouv. 
Biogr. générale, t. I (1857), p. 114. 

François, frère cadet d Antoine, suivit a Berlin la 
brillante carrière de son aîné.'* à Genève le 23 juillet 
1099, après sus études à l'Académie de Genève et à Lau- 
sanne, il chercha tout d'abord sa voie comme précepteur 
à Lyon, puis pendant truis ans à Genève comme gou- 
verneur d'un lils du maréchal-comte de Finckenstein, 
gouverneur du [•rince royal de Prusse. C'est avec lui qu'il 
fit en février 1735 un premier voyage à Berlin : un autre 
voyage avec le frère de son élè-\e lu retint jusqu'en dé- 
cembre de la même année à Francfort, tin le trouve peu 
après dans la suite ilinérante d'un baron Mû Mer. One 
charge de conseiller de la justice supérieure française le 
fixe définitivement à Berlin en 173s. Dès lors, on le voit 
prendre place à côté de son frère parmi les savant de 
langue français... réunis autour de Frédéric-le-Grand. A 
l'avènement du nouveau roi il se rendit en France de juin 
s décembre 17-10, comme secrétaire de la légation prus- 
sienne; le reste de son existence que traversèrent les vi- 
cissitudes de la Guerre de Sept Ans et dont il nota les par- 
ticularités dans un journal resté, semble-t-il, inédit, fut 
consacré à ses devoirs de conseiller de justice et à l'étude 
des mathématiques, science qu'il cultiva a\cc quelque 
succès. Ses Réflexions sur l'infini mathématique [Mé- 
moires de l'Académie roy. des sciences de Berlin, 37-55- 
il'iù, Classe de physique, p. 143-154), tentent une réfuta- 
lion de la doctrine de Fontenelle sur la réalité de l'infini. 
Membre de l'Académie royale, classe de physique, dès 
1744, François mourut à Berlin le 22 avril 1782. — Voir 
son éloge par Formev dans les Nouveaux mém. de 
l'Acad. de Berlin, i"7SÛ (1784), Hist., p. 78-80. — Pour sa 
bibliographie, v. Poggendorf, t. 1, p. 7. — O. Kôhnke : 
loc. cit. — Sénebier : Hist. lut. t. III, p. 169-170. — Cf. 
Biogr. ttniv. t. I , p. 114. — Kouv. Biogr.gen.,t. I. p. 178. 

Guillaume, fils de Melchisédec, frère aîné d'Antoine 
et de François, rejoignit également ses oncles dans la 
colonie huguenote de Berlin. * à Genève le 30 août 171G, 
consacré au saint ministère h 2 janvier 1742. après ses 
études à l'auditoire de théologie, et la soutenance en 
1740 de ses thèses sur le droit d'examen opposé à l'auto- 
rité du Pape, il fut, en 1744, nommé adjoint en urvi- 
vance » de son oncle Antoine, comme pasteur de l'église 
du Werder. Sa carrière fut interrompue par une mort 
prématurée survenue à Berlin en 17.Y>. — Voir Noyer : 
L'Eglise de Genève, p. 417. 

François-Charles est, sans contredit, le représen- 
tant de la famille dont le nom, resté attaché à la créa- 
tion d'une industrie florissante, est le plus universelle- 
ment connu. C'est égali ment à la Prusse qu'il apporta 
les ressources de son esprit d'observateur et les expé- 
riences remarquable- de son sénie inventif. * à Berlin 
le 28 avril 1753 et fils du pasteur Guillaume A., il se 
lit connaître dès l'agu de vingt ans par -us publications 
scientifiques dans les domaines les plus variés d< I i phy- 
sique, de la chimie, de la physiologie et de la i Li iro- 
logie. Dès 1794. mais après Cliappe, il étudie puis cons- 
truit un télégraphe optique qui relie Spandau a Bi lb tue 
et rédige à son usage un dictionnaire en fronçais et en 



allemand. Nommé membre ( 
Berlin le 15 juin 1770, il y r< 



ii lire de l'Académie <\r 
:illit, en 1782, la succes- 
sion de sou maille, le chimiste Marggraff comme direi 
leur de la classe de physique. Marggraff avait réu-si en 
1747 à extraire le sucre de la betterave. A. chercha sur 
sus traces à rendre son procédé industriel, tout d'abord 
dès 1789 à Kaulsdorf près de Berlin, par la culture el 
l'étude des plantes à sucre. Après l'incendie et la .ente 
deson domaine, il transporta son laboratoire à Buchholz, 
puis en Silésie, à Kunern, où, grâce à I appui du roi, il 
put établir une première fabrique. Sus elforts furi nt, 
après six années d'essais, couronnés d'un succès définitif. 
La fabrication du sucre de betteraves selon ses méthodes, 
propagée par l'école fondée à Kunern et popularisée par 
sus écrits de 1800 à 1812, dota son pays d'adoption d'une 
industrie destinée à une considérable expansion. Membre 
honoraire de l'Académie rovalc à partir dr 1819, François- 
Charles A. mourut à Kunern Ie20avril IN'21. — Voir ADB, 
i [(1875), p. 27-28. - Sénebier: Uist. lill. t. III. p. 209- 
•210. — Poggendorf : op. cit. p. 7. — O. Kôhnke : op. cit. 
p. 1-7. — 'jliogr. unit: t. I, p. 114-115. - Biogr. des 
contemporains, t. 1 (1836), p. 36. - DeMontel : Thcl. des 
Genevois, t. I, p. 3-4. — France protestante, t. I, col. 
31. — Grande Encyclopédie, t. I (1886), p. 375. - Schei- 
bler: Aktenstùcke zur Gesch. der Rûbenzuckerfabrika- 
tion in Deutscliland, Berlin. 1875.- Aug.-W. [lofmann : 
Ein Jahrhunderl chemischer Forschung nuire dem 
Schirme der Hohenzollern, Berlin, 188), réimpr. dans 
Cliemiselie Erinnerungen ans der Berliner Yergan- 

genheit, Berlin, [1882|. — E. Bu Bois-Rej nd : dans 

Sitzungsberichte der K. Akad. der Wisse'uschaften zu 
Berlin, ISA'., t. I; p. 326-328. 

[Note : Les recueils biographiques varient sur les dates du la 
vie do François-Charles A., sur ses prénoms et sur le nom de 
iuD père. C'est sur la foi Je renseignements généalogiques d «• 1. 1 
l'oripin3 doit ètro cherchée aux archives de l'église française 
de Berlin que nous le considi rons comme le nls .lu pasteur 
Guillaume A., ce qui concorde d'ailleurs avec les dates de la 
vie de ee dernier, et avec Bartholmes, Histoire philos, de l'Acad. 
de Prusse, t II (1S51), p. M3. Dans la colonie française de Ber- 
lin on signale au XVllr siècle une famille Achard, originaire 
d'Oranpc. C'ne autre famille du mémo nom enste encore à Kried- 
riecusderf mus Francfort. Elledoacond de Louis Achard, d'Es- 
tablet ibrôme, arr. de Die), I un des trente-six chefs di 
t-lablis en I6S1 sur les terres du landgrave de Hesse ] 

Dans la descendance d'Abraham A. demeurée à Ge- 
nève, il faut encore signaler un neveu du pasteur Guil- 
laume A.: Jean-Charles, lils d'Abraham III Achard- 
Deonna (1715-1792), lils de Melchisédec Achard-Bellamy. 
* à Genève le 23 avril 1749, membre du Conseil des CC 
eu 1782, entra au gouvernement par la révolution du 
9 avril 1782, comme l'un des membres les plus actifs du 
parti d.s Représentants. Confirmé par le ton-, il géné- 
ral du 12 avril comme nouveau membre du Petit Con- 
seil, il entre le 16 avril dans la C >mmi ii r di 
créée extraordinairement pour deux mois. L'intervention 
des troupes des Puissances garantes ayant entraîné le 
2 juillet la chute du gouvernement représ ntant et le 
4 juillut la réintégration de l'ancien Petit Conseil, Jean- 
Charles A. fut banni de Genève par les plénipotentiaires 
des Puissances, puis compris dans une amnistie partielle 
sous la i rvi di sa soumission à l'Edit de Pa 
du 21 novembre 1782; dès 1<>: ; on retrouve sa 
Bruxelles en 1787 et 1788, avec d'autres Genevois i 
! puis rie nouveau à G Tes l'amnistie générale du 

j 10 février 1789. C'csl le 29 novembre 1790 qu'il repril sa 

place au Conseil des CC auquel il appartint cm n I7'. 1 ! 

et 1792. B urul à Perrov(Vaud) le î novembre 1793. 

IV.Josin-Piorre Achàrd-Audibert). fils di Pierre, * le 
' 25 juin 1729, origii aire de Crcst • n B <•. fut i 

bour eois dr Genève le 18 noûl 17i".i Adjoint au Consi 
.1. • i C i .i !>:;. i! csl .-n I ,'.■:• sci n taire du i .lit' I 
et rcvoliitionnain genevois el membre du ( lui de l'Ega- 
lité ■ n I79.">. i.. I en cette année qu'il s'attira q 
désa.c réiiK'id pai la publii al i b trois lu uchui • - extra- 
ie mai .la pâli r- 
nité . : la lil» rti ib funiiix s. - VoirC v. LB, \ 
Kd. Chapuisat : De la terreur à l'annext m, p 112 - 
Emile H ivoire : MOU \ 1897) t. XXVII, n 

V. Cetl f imillc, ...i iginaii e l'Aousl en I) 
i B: ' mi . air. d i ■ . .. ci nnmeauteui i 
(1746-1813), filsd Franc , 1 1 , tant le26l .rier 1773 






(W 



ACHATES 



.•l bourgeois le II mai IT'.U avec quatre fila mineurs 
L'un d'eux fut Jean-Antoink (Aehard-Hehn), * à Genève 
le 8 février 179/ et f aux Kaux-Vivcs lu 20 juillet 1867. 
Député au ru-ami Conseil de ISIS à IS54, il avait été 
■ i o 1 1 1 1 1 1 >'■ commissaire de police en 1812 et juge de |>.ii\ do 
l'arrondissement du Pelit-Sacomiex le -J'i mars 1848. Il 
occupa ensuite do 1859 ù 1802 le poste de directeur de 
l'arrondissement de Genève des postes el alertes fé- 
dérales. -Voir ftociiments... [publiés par J.-A. Achard|, 
Genève, I Si . j . 12 p. Deux des pelits-lils de George A. 
reprirent la nationalité française et se firent connaî- 
tre dann la politique et les lettres. ASTOlSK-PlttUITK- 
Adrirn \., lil- de Jean-Pierru-Gabriel Acliuiil-Gallnnd 
(1771-1357), naquit à Genève en 1811. Maire de Lesparre, 
en 1818, il fut proscrit comme républicain, après le coup 
d'état du 2 décembre 1851. Rentré en lï v après l'am- 
nistie générale de 18-")!), A. fut envové à la Cliamlire 
des députés par les électeurs de Bordeaux en 1879, puis 
par ceux de Paris en 1885. A la Chambre, il lut un dus 
fondateurs de la Gauche radicale el .1- la Ligue républi- 
caine pour la révision de la constitution de 1875. Candi- 
dat radical et révisionniste, il échoua à liordeaux le 22 sep- 
tembre l8S9et mourut à Castelnau de Médoc le 2G juillet 
1890. — Voir Grande Encyclopédie, t. I 11886), p. 376. 
Vapereau : bict. des Contemporains (189:5), p. h. 

Loi l$-Amô<lve-lïii(iOnp, lil- de .Mai ie-Antoini . lil- de 
George, * a Marseille le 'il avril 1814. après avoir dirigé un 
domaine agricole en Algérie, fut, en 1835. chef du cabinet du 
préfet de l Hérault et débuta dans la littérature en colla- 
borant au Sémaphore il" Marseille. Fixé à Paris en 1S38, 
il donna des articles de-critique littéraire au IVW-i'rVf, a 
YÉntracte, au Charivari, puis rédigea I. Courrier rie Paris 
et, sous le pseudonyme de Grimm, des Lett es parisien n - 
dans Y Epoque, 1815. Son premier roman, Xeily, est de 1812. 
suivi de belle Rose en 1847. Il assista ni 18-10 aux rètes 
du mariage du duc de Montpensier, en Espagne, i l en rap- 
porta Un mois en Espagne (1817). Apre- la révolution de 

février, il collabora au l'amphlel el i battit comme garde 

national en juillet 181S. La même année, il entre au journal 
YAssemblée nationale : après avoir accompagné l'armée 
d'Italie pour le Journal des J)ébats, il réunit ses lettres eu 
un volume, Montebello, Magenta, Marignun (1850). Ses 
liécitsd'un soldat, souvenirs de 1810, publiés par son (ils, 
sont inspirés par la guerre franco-allemande, i|u'il suivit 
pour le compte du Moniteur. Ce fut un auteur fécond et 
distingué, qui jouit connue romancier d'une grande no- 
toriété. Ses roman':, plus de cinquante volumes, parurent 
tout d'abord dans les feuilleton- des journaux auxquels 
il collaborait, puis dans la Revue des lieux Mondes et 
le Journal pour tous. Sans laisser d'oeuvre durable au 
théâtre, il aborda bien souvent la scène, en particulier 
nu Théâtre français et à l'Odéon. 11 n iirul à Paris le 
'Jô mars 1875. Il avait recueilli ses souvenirs d'enfance 
dans YJIistoire de mes omis (1874), et publié i n t ^ 7 J . ses 
. _, • ■ souni ■ ■ d'à teuta et de << '■ I n s. — Voir 
Lichten berger, dans la France protestante, 2">« édit. t. 
1\. (1884). col. 1028 1030. — Maurice Tourneux dans la 
Grande Encyclopédie, t. I. p. 375-370. — S'apereau : 
bict. des Contemi tins (1888), p. 1". 1P ; -E- M.] 

ACHATES, Leonliard, imprimeur à Bâle. Voir 
Agtstein. 

achdorf, von. Famille nobU badoise mention- 
née depuis 1094 (li. lionndorf, Dole. I. Henri fait pri- 
sonnier par les Zuricois en 1308. Son frère Hartmann, 
assisté île quelque- bourgeois de Schall'liouse, promet de 
rétablir la paix entre lui et Zurich [sceau de Hartmann 
dans Zûrclier. Sio/elabbildungen S'. N' 30). - 2. ICi.sa, 
11a;. veuve .1 l Irièh de Riimlang l'aîné. - Von : UZS.- 
JiSd .32, |i . f>."i .- Oberbad. Gescldechlerbucli. La ferme 
d'Achdoif, à Beringen iC. Schall'liouse). mentionné' de- 
puis l.'iTi. a pris son nom d'un paysan Kumiaii A. K. M 

ACKERI iC. Obwaldi. Prairie à Wisserlen, dans la 
commune de Kern-. Kl le s'étend à environ I km. au sud 
de la frontière (.Miwal l-Nidwald, coupé par 1 i rouir di 
Staus à Kerns. An moyen à t -.-. elle •'•loi li lieu île réu- 
nion de la Landsgeiueindc commune des deux parties 
du pays, (ni en connaît jusqu'à présent il" 1382. 1470, 
1473, '1171, 1181. m lis un écril nt-J 

ques de 1 iit-j, prouve que ces Landsgcmcinde en coin 
mun à Wisserlen sur le Acker étaient un événcmenl 



ACIIERMANN 

très ordinaire se répétant presque toutes I"- années. \ 
X\ I siècle, I"- conventions il" 1518 et en particulii i 
de 1589 garantissant l'indépendance du Nidwald, miri.-m 
lin aux Landsgemeindc communes. A l'extrémité 
l'Acheri, à proximité immédiate de la chapi Ile di \'. , 
I. n, se trouvait I" gibet. Jusqu'à la lin du XVII-- siècle, 
(li confén no enli ■ magisti ats des deux demi 
eurent encore lieu à Wisserlen, -- Voir Durrcr : Einlu ■ 
Untcrwaldens. IAI. Tbcttwann 

ACKERMANN (voir aus-i ACKER MANN). V .,,, 

très ancien et très répandu, de familles I rgeoisi 

campagnardi > des cantons de Nidwald, Argovie, Fribourg, 
Lucenie. Schwvz. cl Soleil re, et dont certaines sont étein- 
tes. La branche di - Achermann de Nidwald esl I - plu 
ancienne, el c'est d'elle au surplus que sont issus les 
|ilu- émue ni- poi Li tirs ilu nom. 

A. Nidwald. Ancienne famille campagnarde dont le 
berceau était à lùiuetburgen. Aujourd'hui encon ses 
membres n'ont droit de bourgeoisie que dan- l'an- 
cienne paroissi de [Juochs ■ au delà de 1 eau -.à Ennrl 
bi'u-gua, Buocbs. Rockenried ; une branche de la famille 
qui, au XVI 1 - siècle, habitait Wolfenschiesscn, racheta le 
liroil de bourgeoisie à Duochs en Ibli. 

On trouve comme premier du nom : — 1. Waltek, 132G, 
qui vend sa propriété '1" Langenacher sur l" Miirge au 
couvent d'Engelberg. 2. Clals, de Bûrgen, mentionné 
pour la première fois en 1300, réside au Spiulhôfen ; 
tué en 138G à Sempach. A partir de celte époque, on 

peut reconstituer la lignée ininterr pue des - 

lions successives de chaque branche, en consultant le 
vieil obituaire di Liuochs, les archives, rentiers et livres 
d'amis des landammanus Le -t Bùnti (Voir cet arti- 
cles). -- 3. Clacs. 11 U du précédent, fait partie de- con- 
seils du pays de 1427 1451. Ses enfant- naturels, — 4. MaR- 
r.iAiin, — 5. Haxs, — 6. Walter, — 7. Marguerite l'aîné . 
— 8. Anne, — 9. Vkrèxe et - 10. Marguerite (plus j m 
sont légitimés par un comte palatin de l'Empire, entre 1433 
et 1 Y-i~. L'un d'entre eux, probablement lli nsi.i, est tué le 
24 mai 1443 dans le combat du Let/.i au HirzeL Wâlti est 
nommé comme député de la région en 1483, à l'occasion 
d'un procès. Di s ce moment-là, la familb est presqu 
lanimenl n prt - nléi dans I"- conseils "t li s tribunaux.— 
Il i , • i'ard, réside au château de Biirgen ; en 1ÔÔ7, bailli 
des grands-bailliages libn Son di cendant — 12. Gas- 
pard, également à Bûrgen, esl nommé v ice-landamman en 
1030, 13. Jean-Gaspard, lil- aîné du précédent, est, en 
lii:;'i. bailli de la Kiviera, en 1036 commissaire à Bellinzone, 
et laisse un fils,- 14. Jean-Gaspard, qui prend part, comme 
lieutenant-colom I, à 1 expédition il" Morée, en 168S. — Le 
lil- cadet du vice-landammann.— lô. François, esl bour- 
- ■< r, il" 1659-1005, bailli à Bi llinzone < n 1606, vice-landam- 
mann .1" 1671-1674, comm indantdes n ilici - i n 1674, lan- 
dammann régnant en 1675, 1679, 1684, 1691 et 11 
seconde femme, Marie-Madeleine Lem i, lui apporl i 
: i belb n ■ d'Ennerberg près 1 luocl s, qi . 
tient, aujourd'hui enco ■ , à s I ints. Il meurl 

1" 11 avril 1708, âgé de 88 an i| lie lui attribue 

la ^.'loiri d'avoir laissé après lui lo2 enfant-, petil 
enfants el arrièri " til ■ ifants. — L'un de ses lil-, 10. 
François-Antoine fut en 1711 coi n aire à Bellinzone. 
Deux autres succédèrent à leur père dans la plus hauli 
ch.irgi du pays. -- 17. Jean-Gaspard,* 1642, boursier de 
1081-1687, bailli à la Riviera de I6S8-89, commi saii 
liellinzone en lfiîlO, vicc-landamman de 1695-1702, lan- 

il.iuu o i' nanl 17i>2. ',- lu mars 1705, à Varèse. - 

18. ./(•.•m-Jar-f/i/cs * I665, entre an service delà Franc 
fui les guerres .h- Louis XIV. esl bb --'■ à Sleinki rq 

I" :: il I692, à SVerwinden h -Jl août I694, el nomi 

i :h, val ii i- il" Saint-1 oui-. I> 
fui p u le-éli nil.iiil "n I7ni. 
deçà el • n di l i du Ki rnwald 
M,-, n 1708. Si u nom rappi H 
favorable .«:* cil,..: ■■ 
:j".i : I. -.'H juilb : 1712, aidé 
..a-, il attaque et dél 
^iii-, lai souvenir il- ce 
li concours de la famill 



■lil. | icq es t î 
il est envo\ 



I m- son pays, il 

ilitaire > n 

. n 171X1, bailli de Thurgo- 

la -i ni" opération qui l'ut 

i lanl h- ."• 1 1. - .h- \ 
il"- Si hwyz a- i l il'.'- ZoU - 

i- .li\ i-u ai bernoise pré- de 
• \ ictoii - . il li' con-tri, in 
/urlauben, de Zoug, une eba- 
-,.u don. .mi- d'Enm > I 

• I indainmann, ei 1715 
pour le renouvellement du 



AC11ERMANN 



ACUEY 



G3 



„,,-. ,|allianrc avec la Franci 
, iVl 1727, 173-2, J73G latulaiitu: 
ï"ji. lÀ.n «le ses lils- 1!'. Fra; 
I .,» service de la France cl Cl 
^iiil-Louis en 1705; commandai 
1,-SU. U„ autre lils, - 20. rR.\> 
,' ,„,..„, en 1730- vice-landai 



mu 



n 1721 bailli du Rheintal, 
régnant, f 12 déc. 
•Xavier, est colo- 
alier de l'Ordre de 
mililaire du canton. 
is-Aloîs, * 1708, est 
,, 17-11). landammann 



el 1' 



ruhe, 
11. 



1717 17.Y2. 1756. 17611, 1709. 1770 et 1770. LSaill. 
', Tliii'i-ovieen 1758. f 2 déc. 177!'. Le lils de ce d.r- 
! , l,- lïeulenant-colonel — 21. Fwëi.e, est Chevalier de 
•Onlre ite Sailli-Louis, porte-étendard en 17G1. 7 1809. 
,-, , j' u n second lils, - 22. Victou, lieutenant, que 

descend le dernier landammann du 1 1, —23. J>tanis- 

\ * |78t) prévôt en 1810. gouverneur en 1811, km 
jimmann dirigeant en 1816. 1820. 1821. .1838, 1833. 1836. 
IMO 1813 el 1817. Bannerel en 1810. f 18j8. - Amention- 
,',., parmi les hommes d'église de cette ramille, r 21. 
Fkançois-Joskpii. de Buochs, * 1696, chapelain a E11- 
nètnioos en 1721, curé à Hergiswil en 1,29. prevot du 
£ "pitre des YYaldstàtten, y 1702 - 2o Jean-Hemii, 
cméa Ëmmelton 1726, à Bcckenried 1V29, t?l mai l,uJ. 

_.% \1 \i nui . -Ji.-i.i'ii. *à l: >hs-«i 1-ida. -vicaire «li Cet 

endroit de 1751-1776, curé en 1776. -j 2 juillet 1-w.-2,. 
Josiifll-\lOVS * 1767, nomme cure de Huoclis en I «98 par 
!.. :0 iiverneinent hclvéliqui : doil résigner son posl en 
été 1S00: devient curé de Gro«s»angen, ou il meurl en 
1831 - 28. Xavier, 1851-191-1, étudia la theologiça Licli- 
Mâdt puisau séminaire de Coire. En mai IS78 chapelain 
a Oberrickenbach, en 18S1 prêtre de première messe ma- 
tinale à Wolfenschiessen, où il fut nomme cure en jan- 
vier 1889 I! f"l l'initiateur de la restauration de 1 église, 
exécutée eu 1907 et 1908, président de la commission sco- 
laire maître à l'école de perfectionnement. Président de 

la commission de construction de la nouvelle m; n 

d'école, el en 1901, il fut nommé inspecteur scolaire can- 
tonal _ '«1 |.'éi.ix, *28oct. 1866, y 12 nov. 1912, après 
des études à Monza el au séminaire archiépiscopal de 
Milan devint professeur au séminaire de Rid 
(Schwvz) de 1891 à 1893; en septembre 1893 curé, a l.m- 
hiettcii en mai 1901 jusqu'en 1908 curé-missi mnaire a 
Kûsnacht (Zurich . De 1908 à 1912, il est à Becki nricd 
comme chapel iin .1 maître à l'école secondaire. Des lors 
chapelain à Stans, et inspecteur des écoles du Nidwald. 
_ Voir: Gfr. 6S, 1913, p. XIV. 

Les armoiries des branches nobles de la famille sont, 
au milieu du XVII' siècle: d'azur à trois épis .1 or mou- 
vant d'un mont à trois coupeaux de sinople ; cimier : un 
cheval issant d'argent. Deux chevaux d'argent forment 
fréquemment le support de l'écu. Les armonaux présen- 
tent d'autres variétés plus anciennes: sur champ dû 
.pie uni marque de maison » d'or ou d argent en 
le crochet ou chiffre 7 à la jam e tj ersce .1 un 
, ,(.- sino] le au ci il élancé d'or ou d'aï 
compa' né de deux étoiles; d'argent au paysan n 
vêtu de brun au chapeau de sable, tenant dans la 
un fléau, dans la senestre, trois épis. - Sourci I i- 
blo dns matières du Gfr. et des AS I. - Livres d unis 
du Nidwald. — Notes recueillies par le chapelain U 
malt. — Recherches personnelles. [Kobert D 

I). Lueerne. Famille des plus répandues. Au \\« 
siècle déjà, on trouve de» Achermann dans 
4 presque toutes les communes du canli n - - 
K£ç^3 I- Ia-mik 'I" Lueerne. membre du Grand 
W ! ~" ' 1 Conseil en 1518, du Conseil des Neuf en 
v:-V'j—w [5 .,| • [536 _ 0. Pierre, de S mpach, 
■•■^'-Â-j bourgmestre de cette ville de 1528-1 _-■' 
'..— / 3 Nicolas:, de Lueerne, sert, en lo2i, dans 
'^ la "arde du Duc de Lautn c En 1539, L.rand 
Conseiller + 1567. -- 4. Frédi nu Fridli), de Ru «il, 
huissier 1573-1586 - 5. Jean, de Schupfheim, an- 



fi.ni 



cien bannerel en 1605. - 6. Jean, il 
en 1662. - 7. Le P. Ui SN0, de Sursee 
en 172t. custode, détiniteur el pi 
m 17.\s. 8 Jûseph-Antoise, d'I 



chôtz, juge 
'1702, ; icin 
à l'.ad n. 
ehol inatl, *1 ■•■ 
curé à liallwil de Î82Ï-Î8Ï1, doyen 1 
1811-16. Auteur d'écrits pieux. 9. M Et., h 
ki. cl, * 1798 t 16 août 1871. 1 -t cure d N ttwil d; puis 
1810, d'Emmen dès 1816. - Voir Nil I 
r«le,187l. - Kh/\:r,\. -10 Jean-Joseph, d« 
heim, 1790-1815. Peintre portraitiste, historique el reli- 



gieux. Vécut successivemnnt à Munich 1820 Vie, 
[8il-W,l!àlr, Zurich, Paris, Vienne, rrancfort, Çarl 
Stuttgart M, miel, et Escholzmalt. - Voir . •>*/,. 

Michel, de M.-ilti rs, 1806 72. ei :hez les frères ermites a 

Luthern, en 1832, modeleur de statuettes en terre cuite, 
sculpteur sur bois. - Voir SKLSuvçl-- 12. ALOis.d Alt- 
bûron,*l822.-i-21 marsl897. Régent a Allburoii 181a, maî- 
tre à |' r ,-,.|r ndairc de Munster 1818, a celle do Lu- 
cerne 1860. Etudes dans le lahrbueh tler Luzrrner Lehrt;- 
Konferen:, I&-.7-1882. Voir Jahn-sher.d. htadtschulen, 
tsy: - 13 JosKiMi-ANTOlNE.de Richenlal, cure a 1 dligens; 

»il 1839 à Esc! ai-h l>''"- v 1871. - I*. A roi: 1 a 

Escholzmatt, luthier, i aprè 1880. Voir SKI >'"'/;'__ 

15. Isi in. de Scl„,|,n,eii„. Grand Cous, iller en -.., 

„„ ,„ lue, lu, rnemeul en 1818, gren.er de 1 Entlcbuçh 

en 18», adjoint à la préfecl - 10. u i"iM .. d E-' -'• 

u.atl, conlrùleui de s monnaie | I Enl ebucli.cn 1818, 

inspecte... forestier en 1857. vérificateur des poul* et me 
sure. 1863.- 17. Pierre, d'Entlebuch. I808-IUII. Cure a 
Plairnau 1888, inspecteur des écoles 1892. - 18. AldeiiT, 

1873-1906, originaire de Richenlal fré, nta I école nor 

,,,-,!,. j e llitzkijvh. étudia à l'L'niversite de hrinourg. 

obtint le grade de licencié es lel et fut nomme en 

IS97 i.u.ii.e à l'école normale de liilzkirch. Il devint un 

membre très actif du co é de l'A ation catholique 

suisse de maîtres d'école el de la rédaclipti 1 du journal 
l'fuhgogische IMU/er. - Voii Gfr. M, 1906, XX\-XX\1I. 

_ 1- X Km,/: \.u7, ,-,,/•, ,„f l..l..,lau- \cJahre ht 

ûberdas l.ehrerseminar h, llilzkireh, 1907. P. X. W. 

C.Schwy». Famille éteinte de la campagne schwvzoïse 
,1,- Ki, -u.e bl jouissant des droits d'habitation et d alpage, 
le 15 iam 1107 Ronoi.i'iu: est fait prisonnier par I Al- 
liance autour du Liodan; jure a Saint-Gall de ne pas se 
venger. En 112ù.Jokg obtient ou renouvelle les droits de 
bourgeois de Lueerne. Une branche de celle Iam, lie se- 
lablit vers cette époque à Lueerne, ou plusieurs de ses 
membres parvinrent dans les Conseils au cours des M-et 

XVI* siècles. Un JÔRG et sa fei 1 rsuleqmtterenl 1 

uachl pour s'établir sur t. rritoire lucernois. Us ni 
,, „; des pavsansde Kussnacht de le a ignei d, 
trib.ii.aiu étrangers, c'est-â-dir, lucernois. Schwyz ecri- 
vii a n suijel le 21 décembre i'.G7, a Lueerne, il, fane 
prêter serment à Jôrg el à sa femim de uc plus traduue 
des Schwvzoi devant des tribunaux étrangers. A Kuss- 
> nacht, la'famille s'éteignit au cours des Wl et .XV 11 
siècles - lierglade Kûssnachl, le plus ancien rôle dis 

! bourgeois de Lueerne. ronds Schwyzaux arch. de Luc 

I — rjetlliii" : Gesch. Kalender 1 907 . Al. Tri.tt>ians.1 

1> Solcure. Famille éteinte d'anciens bourg» 

ville de Sol, lire. - IIans, boni :cois, I088. 
I :, famille s'éteinl à la lin du X\ III su cl, 
\rmoiries : de gueules à 3 trèfles di s-inopli 
mouvant d 3 n de même el a 

i»nés ■ u chef de deux d'or. A mi n- 

François. di reve- 

nue di Bal : pour I. canb n d - un *l 
22 août 1708 à Ramiswil, f le 13 
ordonné prêtre en 1734. chapelain de < 
Je S, liônenwerd en 1735, 
\-?^'- depuis 1761, camériei du chapitn de Bui 
même temps une' commissaire épiscopal. - LL-Suppl. 
V, - Scllmid I - Schmidlm: 

,'. . ,-'11 :, (!8 

achey" Cllûlotlo, de Ncuchâtel-Gorgier, baronne 
d'\che> 1636 1718 1 Franc, is-An- 

loine .i- N n 1 ' '' " ' ■ ' l '''' 

I ,.,,,- d. Scev. i Ile épousi • 11 I0."i6 Philippe- 
, , - .. baron ib 1Ï1O. - 

neur 1 guii n 11 , dont '■■■ ' ■ ■" ■'' " x "'" \ 

.■ ierile-Eu nie, !'• mme de G 
|j| : , ci mie de Giammi.nl, qui d. 
„, ur de lîoi i, , . 1 1 Mari. -Fran - . reli- 
1 ,„ En 1678. à la mort di Ja ]u 
çois. de, 

tante. CharUle d'Achey, d, 
, ,. 1., u-jutinal d, - lrois-1 lais lui accorda, en 1 0, 

1 n el • s: m» d. la seigneurie sa - 

rant. Pi ur ' ' - ■' 

n'a ja, ' "";!"'■ 

e ll c j,, ,,•.,;, pour héritiers conjointement son gendre Ua 





ACHIVUS 



aokkhkt 



hriel-Philibert de Grammont et Jcanne-Louise-Philippe, 
comtesse de Poitiers, qu'il a \ n i t épousée en secondes 
noces. Un monument funéraire à la chapelle des Pères 
Minimes d'Estavayer (chapelle de Itive) marque la tombe 
de Charlotte d'Aclicy. — Armoiries : de gueules à deux ha- 
ches d'armes adossées d'or. — Voir Bovve: Annales, IV. 
229, 'M. 237, 238: V 139-42, 449-51. - F. Chabloz: La 
Réroche, 302, 345-4G. — Quartier-la-Tente : Le canton de 
Keuclidtel. II' série, p. 779-780. i M 

achivus, troisième abbé d'Agaune (Saint-Maurice), 
•j- 530. En 515, Sigismond, roi de Bourgogne, fonda 
le monastère d'Agaune, appelé dès le IX' siècle Saint- 
Maurice, dans le Valais. Il y appela comme premier abbé 
le moine llymnemodus alors abl.e du couvent de Grenen- 
cense (Grigny prés Vienne. France). Plusieurs religieux 
de cette maison le suivirent à Apaune, parmi lesquels il 
faut mentionner les presbytres Probus et Achivus. Ce 
dernier était originaire île la contrée de Grenoble. D'abord 
soldat, il entra plus tard dans le couvent de Grenenccnse, 
et, cédant au désir du son frère germain. Pragmatius, 
fc'.ëejue d'Autan, il se rendit à Agannc en 515. Le premier 
abbé Hyinnemodus mourut déjà en 5lti el Ambroise I" 
lui succéda ; enlin, en 5'2G, Achivus devint le troisième 
abbé. On loue beaucoup son activité; il contribua à 
l'achèvement du la nouvelle église et travailla beaucoup 
à la vie intérieure ei à l'ordre du monastère. Il se distin- 
gua aussi par sa science et la lecture de l'Ecriture sainte 
et par son ascétisme. In de ses élèves écrivit la Vila ub- 
balum Agaunensinm. la vie des trois premiers abbés 
d'Agaune. Cet ouvrage est la seule source qui nous soit 
parvenue <t qui nous donne des renseignements sur lui. 
{/•auteur, dont le lirai est inconnu, ne tarit pas d'élojres 
sur l'abbé Achivus qui fut durant quatre ans et onze mois 
à la tète du monastère et mourut en 530. — Voir son 
épitnphe dans Km. Egli : Die chrisll. Inschriflen der 
Sclneciî vom 4.-9. Jahrh. (dans MA G Z, XXIV. p. 11).— 
E. Egli : Kirchengesch. der Schweiz. Zurich I893. p. 39- 
40. — Et surtout M. Besson : Monaslerium Agauncnse, 
Fribourg 1913. p. 141-149 [Wil.-Jos.M8tf».] 

ACKSKAL.M. Nom d'une famille bourgeoise de 
Berne aujourd'hui é(. inte, dont on trouve des représeï - 
lants au XIV e , XV e , XYI« siècles, probablcm mt originaire 
de la contrée de SchQpfen. — 1. Hektz, ment' 
I3S9 dans le rôle des redevances de la ville de Berne 
comme ayant été chargé d'un impôt de 15 seh. Siège i n 
IIO'J au 6d Conseil et au tribunal. — 2. Pierre, siège au 
Gd Conseil jusqu'en 1442. f 1442 ou 1443. Il eut deux 
fds : 3. Pierre, membre du Gd Conseil de 1443 f 1452. — 
4. Gilles, Banneret de Berne. Entre en 1447 au Gd Con- 
seil, en 1 1G9 au Petit Conseil. Lors de la querelle des 
c Seigneurs justiciers » (Tivingherrcnstreit) en 1470. il 
fait partie du tribunal extraordinaire qui condamne les 
nobles coupables de s'être rebellés contre les somp- 
tuaires. En 1473, banneret des Maréchaux; en 1474, va 
comme capitaine à Héricourt, puis en avril 1175, se 
joint à une troupe de Bernois, de Soleurois et de Lucer- 
nois qui font une expédition en Pour, orne, et prennent 
Pontarlicr nu retour. En octobre de la même année, il 
part comme porte-bannière avec les Bernois qui vont 
assiéger Morat. Apres que les Bourguignons se sont em- 
parés par ruse de Brandolf vom Stein, chef de la par- 
nison du château de Grandson, Achsbalm est envoyé à 
Yverdon en qualité de capitaine et conseiller du banne- 
ret Antoine Archer; ce fut lui qui. dan-: la nuit du I 'J 
mars 1476 rapporta à ['.•■rue la nouvelle iiu ma sacri 
de la garnison de Grandson. Peu de jours après, il est 
envoyé à Morat comme capitaine des troup 11 11". 1 ' ".',-:, 
il rst avoyer de Thoune. Envoyé de la ville il" Berne en 
1471 à Soleurc avec I.- chroniqueur Diebold Schilling, il 
passa de nouveau en 1482 dix-sept jours en voyages, 
chargé de missions pour la ville de Berne. Il lesta l< 7 j.'ii- 
vii r 1491 et mourut pi m après de la pi -!•'. — 5 Pu itE. 
fds de Gilles, au Gd Conseil depuis 1469. m nu. 
bre du l'élit Cohm il en 1'.'':. banm rcl d 
Maréchaux en 1500. •! collecteur des impôt ilu I on; ' 

intendant de l'hôpital du Saint-Esprit en 1505 En I: 

un c i tain nombre de nu rci naires bi i nois - i tant rendus 
:■■! service du la France, en di '; ■: di I -•' ère intei hc- 
tion qui en avait été faite, Pierre A. r-: envoyé à leur 
tuile K\cc Hans Krouchtaler, pour les di.-«uader de leur 



projet. Il est à plusieurs reprises député de la ville ,1. 
Berne à la Diète fédérale, f '"'U- — <• Hans, fils du n à 
Entre en 1505 au Gd Conseil. Il e^t le donateur d'un cl. . 
tableaux de la o Danse des Morts « de Nie .las Manuel 
(Voir l'iiin, dans le l;T II, 1901.) En 1516, est mis bous 
tutelle pour dilapidation de ses biens, à la demande de sa 
femme, -j- 1517. Dernier représentant masculin de sa fa 
mille. — 7. BartiiOLOMK, fut justicier, en 1482. -- y. Mai - 
Gtnint Allwand, née Achsbalm, épouse en secondes no- 
ces, en 1497, Gilles Spilmann. - Voir DHVB. - LL. 
— Les ChronU/ucs d'Anshelm et de Schilling. — Rats- 
manuale. - Oster- und Teslamentenbùcher, — Ausge- 
storbene Bernergeschlechter, aux Archives de l'Etat, à 
Berne. [E. Meyhh.1 

ACHTBURGER (LES HUIT BOURGEOIS). Depuis le 

commencement du XIV' siècle, nom du patriciat bâlois 
qui était représenté au conseil par huit personnes. KM - 
appartenaient pour la plupart aux quatre corporations 
de patriciens (Herrenzûnfte) : la corporation de la Clef, 
colh des Orfèvres el Changeurs (Ilausgenosscn), des Vi- 
gnerons et du Safran. Ces huit bourgeois se recrutaient 
parmi les commerçants, marchands et banquier». En 
leur qualité de patriciens c'étaient des ,, oisifs a sans 
métier, vivant de leurs rentes ou dos revenus de leurs 
campagnes. Depuis le commencement du XV* siècle ils 
n'avaient que quatre représentants dans le conseil faute 
de personnes capables ; depuis la lin du siècle ils ne comp- 
taient que deux représentants et en 1542 on leur enlève 
toute participation au gouvernement de la Ville. [A. B." 
ACHTSINIT, Jean. Auteur du lied Ein Raden- 
[ fal>rl gualer gsellen, où il célèbre et défend Zwiugli et 
i Zurich, à l'occasion de la Dispub de Uadon de 1526 
: i voir Bàchtold, Niklaus Manuel, p. CCXtv-ccxv). Le nom 
| A. n'est certainement pas un pseudonyme, comme l'ad- 
mettent liachtold et Frida llumb"! d.ms Quellen und 
Abhandl. ne- sclticeiz. RefoiTnationsgcschichte (U. 
\ Zwingli und sein Reformation im Spiegel der gleich- 
! zeitig., schwei-., volksiûml. Litleralur), mais bien un 
' nom de famille réel. Une famille A. apparaît notamment 
j dans le Zin cher Glûckshafenrodel de 1504, indiquée 
comme habitant Bremgarlen. F. H.] 

ACHTZEHNER VOM RÛDEN (LES DIX-HUIT). 
C'est ain-i que 1 on appelait depuis la lettre de fran- 
chises de Waldniann. I 189 I49S, les dix-huit représen- 
tants à vie des Constables (groupe du Conseil, composé 
de chevaliers et de bourgeois) dans le Grand Conseil de 
Zurich en opposition aux Domeniers (les douze repré- 
sentants de chaque corporation au Grand Conseil), é| 
lement nommés à vie. Selon décision du Conseil, du 
Il avril 1644, ils suivaient, sur le tableau des membn 
suspendu dans la salle du Conseil, les deux maîtres des 
Ci nstables. Les réceptions parmi les Constables devaient 
se faire en présence des Constables et des Dix-hu 
nis. L'accord, sanctionné par l'autorité le 23 janvterl679, 
conc'.u entre la corporation noble, le « Stubli » Ou les 
seigneurs du Rùden d'une part et les membres 1 surge 
des Constables d'autre part, fixait que les Dix-huit de- 
vaient se compOîCr de douze membres de la noblesse et de 
six membres de familles bol rgi lis que tous se- 

raient élus par les cons il • r^ des Petit et Grand Conseils 
des Constables et que deux des si. membres du Petit 
Conseil seraienl choisi; par les C b el Bourgeois 

c'est-à-dire par le Grand Conseil) dans l'ensemble des 
Dix-huit. L'institution et le n, .ni de; Dix -huit disparurent 
avec le changement de régime de 1798. -- Voir Simler- 
l.eu . l'on dem Régiment der Eydgenossenscltafl 11, 
1734, p. 143 note d. - David Wvss : Polil. Handbûch- 
lein 1796. p. 51 ». — 7.T 19 17, p. IG3-180. r l!i si 

ACKER, im. Voir I.M ACKER. 

ackeret, akeret et ackrer. Ancienne fa- 
mille de ] ■■ - m . nij urd'htii encore llorissante, di i 
Ions de Zurîi h, Schnffh n c et Tin i 
lues se sont d 

I. Arkeri'l, s'écrit Arkrvr ou de dilh rente 
an XV' siècle. Vieille famille de paysans, originaire de 
Si u/.ieli près Winterthniir où elle est i no i 
elle lire son nom de l'antique fine' disparue d'AcKl 
i I l.inilb rg. I 

jusqu'ei 1483 i ix grands fiefs à Oberwinter- 
thur. Le chroniqueur di Winterthour, Laur. Bo 



ACKKItKMiCIIT 



At'.kKIUlA.NN 



li.'i 



■II- v 



l une violente querelle, intéressante nu 
... l'histoire du droit . enlrc les A. et les 
\\ipf à Seuzacli durant l'automne 1530. L'ancêtre des A. 
■ r s-uzach est — 1. Wi.i.ti Ackkiikii, mentionné dans 
. ù|ii< ancien rôle des contribuables de Kihourg. après 
:l,j. 3. Jacoh, entrepreneur de bâtiments, 1831 189."), 
. ,i. .nis de Winterthour en 1875, ainsi que plu- 
mes autres dans la suite; une rue porte d'après lui le 
,„, ,1'Ackcretslrasse. — Voir f.aur. liussharts Chrmiik. 
,.,, k llauser. Iiâlol905. p.22(i. - E.Gagliardi: Dokumen- 
'. ■»»• Geschiclitedes Bûrgermeisters llansWaldmann I. 
...-,;( —HttiiirrrlatsWin'lcrtltitr 1875-1910. Fnir/. Acke- 
r, I. voir sous AkKRET. Voir aussi AKKRT. [Dr. !■'. Ilti.u 

ACKERKNECHT, Ebcrhurti, * Il juin 1883 à 
Haiersbronn, préfecture du Frcudenstndl (Wurtemberg), 
Ù'-méd.-vét., privai docent à la Faculté de médecine vété- 
rinaire de l'Université de Zurich depuis 1914, prosecteur 
Je l'Institut anatomique vétérinaire depuis 1911. L'hèse 
,le doctorat: Das Mark de,- liôhrenknochen, Uitlersit- 
chuugenan Pferden (dans VNGZ 57, 1912). Thèse d'ha- 
liilitation: Die PapUùxrmuskeln des Herzcns, Untersu- 
thuiKji'n an Karnivorenherzen (pas encore publiée). En 
autre*, auteur de nombreuses publications dans des re- 
vues de médecine vétérinaire. [K. H.] 

ACKERMANN, AKERMANN ou ACHERMANN. 
l'amillcs des cantons d'Argovie, de Fribourg, de Schaff- 
house, de Soleure et de Zurich. 

A. Canton d'Argovie. Samuel, * 1719 et I 2"> 
juillet 1810 à Hendschiken (C. Argovie). Fils de Rodolphe 
A. (messager de Berne) qui. avec ses frères. Jean A, 
[messager de Bàle) et Rodolphe, s'occupait du transfert 
.les marchandises de ces deux \illcs dans le canton 
d'Argovie, et probablement aussi à Zurich. Samuel 
exerça aussi le métier de son père ; il fait lui-même 
.illusion, dans un de se-- rapports au Grand Conseil, 
à sa connaissance du métier de roulier. Kst nommé 
aussi comme tenancier de l'auberge de {'Omit. En I79S, 
il fut un des huit députés envoyés par le canton d'Argo- 
vie au Grand Conseil de la République Helvétique. 
Dans cette assemblée législative, il se distingue par son 
activité et la \i\e part qu'il prend aux débats; il fut 
souvent appelé à faire partie des commissions prépara- 
toires. Lorsqu'on mai 1793. des troubles éclatent à Brugg, 
Samuel A. y est envoyé avec deux autres membres 
du Conseil; il se livre à une enquête, procède à quel- 
ques arrestations et endigue le mouvement en fort 
peu de temps, ce qui lui attire les éloges du préfet, et 
du Directoire. Dans tous ses discours, il se montre ami 
du propres nt bien disposé pour la France. Il s'inté- 
resse aux problèmes d'éconotnic rurale et lutte pour 
l'abolition des dîmes et des charges féodales qui pè- 
sent sur les paysans. Il prend s>ih cesse en main le- 
intérêts des communes appauvries, et. dans les ques- 
tions religieuses, se montre équitable envers catho 
liqnes et" réformés. A partir de juin 1S01, son nom 
disparaît des actes publics. Il semble s'être retiré 
alors dans la vie privée, et ne lit jamais partie de la 
Diète helvétique. — Voir : ASHR. Vol. 1-5. - Getiurt-, 
Ehc-, u. Sterberegister, Archives communales, Lenz- 
bourp. 

li. Canton do Krlbourff. Plusieurs familles du can- 
ton de Fribourg ont porté et portent encore ce nom 
sans qu'il nous suit possible d'établir s'il existe des liens 
de parenté entre elles. — 1. l't.i.iNLs fut fait bour- 
geois de Fribourg en 1357 (Liv. bourg, I. p. ICI verso). 
— 2. Jean-Jacques, du bailliage de Dorneck (Soleure). 
notaire et maître d'école à Fribourg, fut naturalisé l-'n- 
bourgeois en 1703 iltole n° 7. p. lit) et M.inual 13 mus 
1708 . il vivait encore en 1703. — 3. NoÉ-NtCOLAS, à Fri- 
bourg, créé notaire en 1S50. A lune ou l'autre 
ramilles appartiennent certainement : — -t. Jean, de l'a- 
vel, peintre, qui s'engagea dans les régiments suisses 
au service de Honte, puis de Xaples; après 1859 s'en a 
au service di la Hollande, s'embarqua pour Batavia, re- 
vint au pays après quelques annéi ;■■ en Asii et 
repartit pour la Russie. —5. Ji \s. peintre et dessina- 
teur, XIX.- siècle. - (3. MrcilEL, natif de ïavel, - ulptc 
• t ermite, XIX' siècle. — 7. Joseph, directeur et proprié 
laii .■ Ju journal Le. Fribnu : d l_de 
l'Université de Louvain, y à Bulle le 29 juillet 1905 ■< 
oiibs — 5 



U-Ill 

Asnr vi, 

[Rakmv-1 
Aemili.vn (de son pré- 
février 1718, UN lie .1.,- 
■ix le l'i jam icr 



l'âge de 43 an,. Voir Tablrau alpliah. des iwtaii 
ont stipulé dans le canton de Frihmini antérieur 
au .SI ,/ee. ISIiS. p. 1-2. - SKI. I. p. 1-1 
p. 29». 

C. Canton de Salnt-Gall, I' 
nom Johanncs) * j Gossau, le li 
h.iuti et de Anna Huoz. l'rononi 
1736 et fut ordonné prêtre le 23juillet 1711. Bon miïsi 
d fui d'abord sous-maître de chapelle et dès novembre 
1741, maître de chapelle, En juillet 1712, il fut déplacé 
à Hell inzone, où il enseigna la rhétorique au Gymnase 
que possédait le couvent d'Einsiedeln ; il y resta je ; i n 
novembre 1751, où il fut rappelé' ; iu couvent eu qualité- de 
directeur (praeccplorj de Pécule lu I7G:(, il fut nommé 
prévôt des propriétés du couvenl à Saint-Gérold [Yorarl 
berg), après avoir été, quelque temp- auparavant, supé- 
rieur du couvent. Il revient a lîellinzonc, en octobre 1768, 
comme prévôt; il \ mourut le 30 juillet 17(19. Il tradui- 
sit en latin li Clementia Titi du Métastase, qui fut repré- 
sentée le 25 avril 17.70 par les élèves du couvent. — Voir: 
Gfr 17, 25. [P. II. U.] 

1). Canton do SchaffhouGO. Famille bourgeoise de 
Schall'honse dont les origines remontent à l'époque de 
la Réformation et qui s'éteignit en 1 7*'u. A mentionm r; 
— 1. Louis., ecclésiastique ; ordonné à Zurich en 1569; 
depuis 1573, pasteur évangélique à Ellikon sur la Thour; 
depuis 157(1 proviseur à Schaffhouse; en 15S0. d 
Xeiinkirch ; en 1582, pasteur à Buch sur le Rhin et 
prédicateur à Schaffhouse ; latinisa son nom en Agri- 
cola. — 1. Jean-Guillaume, pasteur à Schaffhouse en 
1601. Plusieurs membres du la famille occupent des 
postes 4h pasteurs ii la campagne. 3. Jean-Louis, mou- 
rul fin I()j9 comme avoyer du la corporation des bou- 
langers et haut-bailli. Les irui* derniers représentant.' 
île la famille furent maîtres d'école à ïhaingen. — /./. 
1,89. - Wirz: Etal IS90. - Geneulng. Beg. d. Stadt 
Schaljhausen. |B.«schmn.| 

E. Canton de Soleure. Joseph. Médecin à Soleure et 
ancien Landammann ; * en 1810 à Mùmliswil, y en sep- 
tembre 1896. Fil sis études a Baden, Lucerne, Zurich et 
Heidelberg où il obtint son doctorat en méd. en 184 1. En 
1 S 13 il s'établit comme médecin à Soleure où il est très 
apprécié ; on 1856. il prend une part 1res active au mou- 
vement d-- revision de la constitution provoqué par Vi- 
cier et devient membre de la constituante ; de I >" à 
1873, il est membre du Conseil d Etat, puis on le voit à la 
tête de l'asile d'aliénés de Hosegg, qu'il dirige de IS73 à 
1892, époque où il s,- retire dans la vie privée. — St. 
Vrsenkali'nder 1S07. - [H. R.i - I'. Placide. Abbé de 
Mariastein (1801-1841), * le 8 janv. 170.7 à Ramiswil (C. 

Soleure), entra en 1783 comme no\ au couvenl de 

Bénédictins de Mariastein, fut ordonné prêtre le 6 jam 
17*7. puis devint professeur au collège du couvent et, 
en 1798, inletidanl el curé d ■ fieinwil. Témoin des an- 
nées de te rt i u i de la Uévoluti >n française, le futur ibb' 
en garda un vif souvenir. Le couvenl ayant pu être ré- 
intégré en 1803 el l'abbé Jérôme Brunner étant mort, 
A. devint sou successeur; pendant h s premier, ai n 
il s'absorba dans un travail de restauration pénible. Il 
réussit peu à p-u à réunir de nouvi < 1- - c nventucls 
dispersés eu tous p.i\s et à rétablir la disciplin 
cale. Comme ami des arts, il ,-i pris une part active à la 
décoration de 1 - chapelle di la Grâce el à la con ' 

de la façade -t actuelle de 17 

I! est aussi connu comme auto 
dilicalioii non dépourvus de val 
relatent la grande al'lluence -I- 
l'Alsace, qu 
cide. Apre 



.lise du couvent (1830 
. i- de plusieurs livres d'i 
m- littéraire. Les annales 
péh i m-, notamment de 
produisit pendant le règne de l'abl 
ir \écu la p-u i.. le relati ,-nnnt bi illante 
île la lt- stauration, il vil en - les troubb de 
1834 provoqués par le gouvernement radical d 

qui impo? i i -i nt I ronti ili de l'État 

paration à sa suppression. C'est son< lui que l'ii 
S". D. di la lirai • fut introduite dans les ai 
du couvenl. — Voir aussi l'article M muastimn. — (■ I 
iOO Solotltxrner Srliriftslvlter M:-. - Strolim icr; Uci 
Kunt. Soloth. p. 231. — I'. Ans. Dietler : lefera aua- 
lecta \IS. lue 

I . canton de ThurKOvIe. Famille delà hauti 
-o\ie IU. Arboni, très répandue el certainement aulocli- 



(')( 



ACKERMANN 



\C\ilA 



tour; M e-i itillicile il" rem inter à s >n origine A citer : 
j.vi .m. de II itjivcil iSalmsaoh) . * 1821, consacre pasteur 
(m 1818, fut, après des vicariats ù Mummci'n. Kirchherg, 
Aawangen, Sulgcnct Ht-, nommé pasteur d'Ermatingen 
en I8ji: y 1865. On lui doit un écrit sur la question iii - 
pauvres et deux serinons de la Sclureizerisclie Prrtlitjt- 
xaminluiig de Oschwald 11 mourut dans le naufrage du 
bateau qui allail de Constance à Schall'house. si h 

G. Canton d- Zurich. I. Xom de famille inentionm' d< 
puis 1318, répandu dans li i comintiiies zurieoises de la 

rive droite de la Linimat. La famille de la c nutiu de 

Fluntcrn parait déjà en 1318 cl s'éteignit en 1863 avec le 
régent Gasi-aiii». — Voir /ïircher Statllbùclier l. I II. 
Uenzler : Fluiitci-H. 1853, p. 15V. - J. Frick : Genieiu ', - 
bucli des Limmal Huiles \, p 5. - Wirz: Elat des '/.àrcli. 
Ministeriums. — 11. IIkmii, de Wipkingcn, obtint gratui- 
tement pour services rendus la bourgeoisie de Zurich en 
1440; de même Jkan, de la propriété iVckermannshube. 
(mis Ai l.on, m U70, parce qu'il avait accompagné la ban- 
nière de la ville dans le Sundgau. Le Geschlechterbncli de 

bûi I : i .1 ili nx armoiries des \ de la ville de Zurich. 

— III. L "ne famille de ce n un acquit aussi la bourgeoisie 
de Winterthour au XV1« siècle. — IV. Descendant d'une 
famille considérée à Embrach (C. Zurich), Ji.w. préside 
un tribunal en I3G0 et fut investi en 1361 de liefs autri- 
chiens ; Al CRI ciit a été en 1379 ciirc à Embrach. — Ifabs- 
bueger Urbur II, p. 524. - Arch. C. de Zurich, Ausge- 
scliied. Vrk. Embrach. - Huber : Itegesien ion 
Klingnau, p. 45. Y, u 

ACKERf-UNN, Ctmrntl-Evnest, 1710-1771. * à 
Schwerin. fondateur delà célèbre troupe théâtrale Acker- 
mmrn La gin nt-tli S "pi an: l'tiynnl obligé cl qu tti l'Ai 
loin iguc, cette troup voyagea en Suisse et y lit sen ation 
Elle donna à Zurich en 1758, pendant plus d'un mois, de 
nombreuses représenta lions, en all'eotant le quart des recet- 
tes à I Assistance publique de la ville. Tout le monde était 
si enchanté que le jeune Wieland écm il sa tragédie « Jeanne 

llray », représentée pour la première lois à Wintertl 

avec M"" Ackermann dans le rôle principal. Sulzer, se- 
crétaire de la ville il" Winterthour, rapporta ses impres- 
sions sur la piè ■• et li s acteurs en 1759 dans une lettre à 
l'esthéticien Sulzi r à lli rlin. A Dùle, la troupe Acker- 
mann donna des représentations en 17Ô7, 175S et au prin- 
temps p! en hiver 1700, h Zurzach 1758, à Schalïl isi 
1758. à Uerne 1758-59. - Voir G. Meyer von Knonau : 
DerKant. Zurich -2. p. 80. - Mil: I, p. 37. - R. Rii. . 
lllûtler zur l'eirr (1rs 50 jûlir. Jubil. des Zârcli. Stadt- 
theixters lftSi, p. i s. — 11. Litzmann : Fr. L. Scitrùder, 
Km lieilraij zur Deutsc/ien Lilcralur- und T/icatcr- 
yesclticltle I. — K. Jennv : liasels Komvdienicesen im 
is Jaiirliiinderl. 11.1 1919" F. Il ' 

ackermann, (iiiillniiina-llemi, * le 25 juin I7S9 
à \ucrhach dans le Voglland saxon royaume de Saxi 
voua, durant ses étudi au gymnase et à la faculté de 
théologie, à l'éducation des enfants et reconnut que l'cn- 
•ut était sa voie. Aussi, en 1811, accepta-t-il avec 
joie une invitation de Pestalozzi à se rendre à Yverd m. 
Il travailla donc sous la direction du maître, et comme un 
de .-• - m 'illeurs i oll ib irateurs, et s'assimila la méthode de 
Pestalozzi. Le 25 mars ISI3 il quitt i Vverdon, entra dans I 
li corps de l.utzow et prit pari aux gu ;rres de 1 indép m 
danec contre Napoléon. Il prolila en suit. 'd'un séjour en An- 
gleterre, il" lévrier en aoùl ISI5, pour étudier le svstème 
d'éducation lioll-l.an asler et y opposeï les idées de" Pi la- 
loz/.i. 11 retourna ensuite auprès di Pestalozzi, vers lequel 
il se sentait il résistihli menl attiré et des dorniéi i 
nées duqiii I il voulail proliter pour compléter - i n 
ire pédagogiques Pendant ce séjour, Bull lit visite 
à l'estalozzi et A. a laissé dans s"- Er 
if' "■ "i Lcbeu bai Pestalozzi une exquise description de 
la rencontre des deux plus grands pédagi :ues de leur 
temps. Cependant Bell, absolument imbu de sa propre 
méthode, ne se laissa pas [.lus convaincre par Pestalozzi 
qu'il n'avait admis 1"- points de vue .1 A. durant son sé- 
jour en Angleterre. Mans la suite, A fui témoin il 
cadence de l'institution, due aux querelles intestines 
raii i'i par Sehmid, et il quitta Yverd m au ili ; I ili 
M-ptembre 181 , : mais il voua une profonde reco 

n i. in'i • niait i ; il i la é ilemeiil 
aux localités de Suisse où le ; rand hou) nu avail 



et il les visita en IS28. En 1820, A. ohtinl une placi d. 
malt.,- à l'école modèle de Francforl s/.\l it en d»\ 
une des illustrations. Pendant un long vova i dan 
sud. il.- IS30 à 1831, ilvcnoua les liens d'amitié avec - 
amis d'Yverdon. A Francfort s/M. il exerça une aclivii 
dans I"- domaines I"- plus vai iés : il fut un .1 - 
saleurs du centenaire de la naissance de l'estalozzi >■'. m 
des promoteurs de la fondation Pestalozzi à laquelli j| 
céda le produit de la vente de ses Erinnernmien rrn n 

lionnes plus haut. Il i rut le 27 mars 1848 el n lui 

un deuil pour toute la ville. — (1 -K. liarth a publu sur \ 

u itude critique qui l'ait autorité: !>■■!■ Liitznuvr umt 

Pestalozzinm-r 11 11. Ackermann ans Aucrbaclt , V \... 
un (.mirait de \V. II. Ackermann. Leipzig el Berlin, 191.'! 
1. 'auteur a utili é pour cet oui i a a di doi "m. ut ini d i 
conservés au Pestalozzianum à Zurich et rectifié sur phi 
d un point d'anciennes esquisses biographiques, comme 
celles d.- VA DU m du Xeuer Xekrolog lier Dcutscheu, 2C 
année, ISiS. 2" partie, |. 3S2. C U 

ACKiRN (C. Zurich, D. Winterthour, Com. Ve'lt- 
h. im ..u Seuzaehi. l-'erme Corl ancienne et disparu. 
sur le Lindberg, berceau de la l'aniille actuelle \ 
dans le Men. d. I,- /midis, la. 1230 I" comte llarlinauri 
P Ancien, de Kibourg, donne à sou épouse Marguerite d. 
Savoie, entre autres la ferme Agcliirn, avectouti sesdi 
pendances, qu'il avait rachetée de sa dot. En 1290 des 
recettes ont été données en gages à un vassal de Rut i ; . 
wil. Le duc Albert remet en gage en 1292 des recette 
d'Ackern, Lindberg etc., à Jean de Humliko'n, dont 1., 
veuve avait encore la jouissance en 1320. 1" 
très Lien indiquées dans | e rentier des Habsbourg, dès 
1279. En 1478 la ville de Winterthoin loue àWelt \ 
de Seuzach, le Lindberg et la rerme d'Ackern à la con- 
dition de construire dans I" délai d" trois ans une maison 
de seize colonnes sur le Lindberg. Le domaine est encore 
mentionné en 1492, probablement déjà sans maison. Ii 
ressort des querelles entre 1" en van de Tôss et Winter- 
thour, que cette ville a transformé en pâturage le domaine 
du Lindbere elde l'Ackrat. - UZ 1. u 459; VI. n 221S. 
liabsbiirg. Vrbar 1 el i. —Troll : Geschichte von Winler- 
thur'à, p. 211. — A. Zii lei (Jeograpliisclie Namen Yo 
Stadtbibl. Wthur 1909 p 39 K. llauser: L. Bossharl, 
p. 2-2(5. - 11. Sulzer: DasDvm -KiosterTôss, p.92(12l. - 
Archives du C. de Z. . Tôss, r. 690 I H ' 

ACKERSTEIN (GnAUER et ROTER). N'om de 
deux maisons sises dans la commune de llôngg, au bord 
de la Limmat ; il provient d" matériaux qui oui servi i 
leur construction. Ackersli in signilie bloc erratique. 
1. L'Ackerstein gris .'tait dans I:. seconde moitié du MX' 
siècle la propriété de. I. Mérian-Pischer. 2. I. \c\ 
ioul" aurai! été éililié avec Ii - matériaux provenant d'un 
seul bloc d" - milite, -lui l'inscription d.- 1674 El 
1832 !■ profi - - ur A -I.. Polli i. 1 Ï91-IS55 . i n réfugié pu 
litique, en était propriétaire. - Voir C. Escher el I; 
Wachter: Chronik der Gcm. Wipkingen, 1 S? 1 "7 . avec gra 
vures p. |ni c i 133. , ,,. 

ACkin, ackinus, ACQUINUS. Médecin et chi- 
rurgie» juif, d.. Vixou, reçu en lilJ bourgeois d" Fri- 
bourg, avec •-.. femme , ses enfants et touti sa famil 
I" termi di dis ins el movennant linance annu 
Mi livres laus. lin 1420-1422." la ville de Kribourj très - 
tisfaite doses services renouvelle ci contrat pour dix an- : 
mais en 142! déjà, Ackin avait quitté Frib 
.-" trouvait a 1 la taie, - Recueil diplomat. du 1 
Frib., Vil. p. 109. où 1 on peul lire la 1res 
convention de 1420-1422. -- Les médecins juifs à Fri- 
boury dans les siècles passes, pai I" U' Ant. Favre, dans 
les ASHF, tome VU, p. 30. R»i .: , 

ACKli (et autres formes analogues Nom de famille 
représenté à Zurich au moins depuis 1357 jus.|r 
• t qui se rencontre aussi dan les environs de la ville. 
Dans la secondi moitié du XI\ était une famille 

de tisserands Sont originaires d Wipkiiif n : — 1. Jean", 
chaudronnier, ri eu bourgeois le 13 a it I iS. ; i • ôl de 1 1 
coi poratii n des forgeron de| la : lean I4IU à I I ' 
et de Noèl l42Sà li.".i. 2.Con ;.\n, égali menl deWipkin- 
.'•ii. reçu bourgeois le 20 juin 1 391, probablement la même 

p -i sonne qui l< pi évôl tl la ou lion des revend 1 

il. I.i 5l J, m14 1421 à IiW, et d \ 1 li i ' 

. 1444 taxateu : riandes 1428 et percepteur il" I im 




ACKUN 

,,;,( <»!• les \in~ 1433, liattl-bailli â WoIIUIidAmi Itat ,t 

| CM : comme membre de l:i Oomtnissi lu Conseil, il 

,,,l;i la cession à l'Autriche du comté île Kil>oniy en llll: 
son sceau présente un bâton [de 
pèlerin ?) oblique, llanqué de deux 
étoiles (archives C. Zurich : doc de 
l'hôpital de II:»). - 3. Rodolphe, 
est chargé en IIGi de l'encaisse- 
ment de l'argent > I < • jeûne des qua- 
tre-leinps à Niederdorf. - i. Ih - 
i.i i s, en 146") curé à Manr, au boni 
duGreîfensee. — 5. Jean, uieniiire 
de la coi poration des coi donnh i s, 
pril pari à la bataille du Morat en 
1476, est préposé en 1493 à la per- 

, , ,|,, ,; ,„| „■ ■_; ceplion de l'impôt sur les vins el 

i..iilli île \\'.,ili-h,.i,-n"' des péages à N'iederdoiT. - 6. Jus, 
tondeur de draps, nu des meur- 
triers de l'huissier Schnecvogel, nommé en I4S9 au Con- 
seil des » Cm uns «en qualité de représentant île la eor- 

poral iii- 'Inilleui o il, ii, s le Petit Conseil ; il joua un 

rôle actir dans les pourparlers avec la campagne zuri- 
cuise el <l;ius l'élaboration du Compromis de waldmann 
Il serait l'ancêtre de la famille zougoise des Acklin. — 7. 
Conrad lui un rôle actif dans la guérie contre le châte- 
lain de JIusso 153I (Striekler : Atitensammlung zur 
Scltweiz. Uef. Gesch.). —S. Jean-Rodolphe, reçu bour- 
geois en 161S, f I671, tonnelier, n \ a i t comme armes, 
selon le vitrail de la corporation des tonneliers de I629, 
actuellement au Musée national : de gueules à un mar- 
teau de tonnelier et un compas d'or en sautoir accom- 
\a nés d me demi-roue du même en pointe, armoiries 
reproduites dans Striekler : Gesch. der Famille Spûrri, 
1915. - DûrsU'Ier : Gt'sclilechterbuclt, avec trois armoi- 
ries. Voir Zûrcli. Slem-rbûcher et Bûrgerbuch I. t'. 
117. 30; II. - I'.. Ifegi: (.'esc/,. der Zunft zur Sc/nni- 
drn.— Gagliardi: fiole. Waldmann II. |K. Hkui.1 

ACKLIN. Ancienne famille il" bourgeois el d'ecclé- 
siastique» à Zoug et à I.ueeiiie, aujourd'hui en partie 
éteinte. C'est la branche zougoise qui remonte le plus 
haut. 

A. Canton de Zoug. Ancienne famille bourgeoise de 
Zoug, qui comprend de nombreuses branches (arbre gé- 
néalogique à la chancellerie de la corporation à Zoug). 
Armoiries : d'azur au rameau de sinople accosté de d iùx 
étoiles d'argent. Gatschet (M-:s. Hist. Helv. 59. Biblioth. 
Uerne) rapporte d'autres armoiries : parti, d'argent au 
lien de çuenles et de gueules à deux lames d'argent en 
sautoir. Selon Wikart (ramilles delà ville de Zoug, Gf>: 
23, p. 286) celte famille descend de - 1. Jus. tondeur 
de draps à Zurich, élu, lors des troubles de Waldmann 
en 1489, au Conseil des . Cornu: i. En I49S, reçu bour- 
geois de Zoug; il avail épousé Elisabeth Holzer (voir 
Ackli n u 6). Son lîls — -J. André, reçu bourgeois en 
même temps que lui, tomba en [515 dans la bataille 
devant Milan. Depuis lors la famille est restée fixée à 
Zoug où elle est encore prospère. Parmi ses membres, 
nous citerons : — 3. Nicolas, 1610-1GS6, haut bailli à 
Steinhausen di 1668 à 1669 et 163-1-1686. — 4. Oswald, ' 
haut bailli à Cham, 1690-169-2, percepteur d'impôts 16S1- 
1682, membre du Grand Conseil en 1687, bailli à llunen- 
lierg. Iu!i3-lu!)(j, roi de la corporation des arquebusiers 
• n 1703, trésorier de la bourgeoisie 1699-1702. Avanl l'ait 
railljte en 1709, tous ses biens furent vendus à "l'encan. 

— 5. Charles-Gaspard, boulanger, comme la plupart 
les:: sncïirsE l'ut dû I 6c; i 1736 merrbre du : :;seil 

dont il revêtit deux foi- la charge de trésorii r; * 1724, 
V 1790. — 6. Jean-Joseph, 1722-1772, prêtre de la sexte 
dans la chapelle Schwarzmurer. — 7. François-Martin, 
li3i-1795, professeur de rhétorique, 1773-17SS. durant 
quinze ans maître du chœur et en 1788 prêtre île la sexte. 

— S. Conrad-Chari.es-Gaspard, 1749-1814. orfèvre, mem- 
bre du Grand Conseil de I78'i à 1798. haut bailli à llisch 
1*82-1784 el à Cham 1790-1792 - m i eau d orf ... porte 
une branche de tilleul avec cinq 1'. mil. . —9. Jean- 
'• "M:\i-.K, ou, 1752-1829, cloutier de son état, trésorier 
1807, membre du Conseil de IS16 à 1820. inspecteur des 
'■■* :i - communaux Ulm ud u ISI6, ti 

-•il préposé à la surveillance du commci e dey ra ■■■ 
en 1818, directeur de l'assistance publique de 1821 à 1829. 



ACKLIN 



G7 



- 10, KitANi.:ois-MiciiKL, l"!)3-!8iS, médecin aux Lôbern 
et dés 1830 an service du pape. - Voir J. M. Wehcr- 
Strebcl : A„, drm GescMeehte der .1. ,,, Zuu, dans le 
M't ..lcZnug, lillli.- -SKI. I. v Wriikii el W .1. Mi.vi.u 1 

l>. Cunton de Lucerno Celle famille se rencontre 

dans plusieurs < u les du dislricl de Luce ; elle 

recul la bourgeoisie de [.tirerai* ru 1550. — I. Jean Jac- 
ijiks, bourgeois de Lttrerne el d'Au^shourg, notaire 
apostolique el impérial, fui de 1655 à 1689 bailli du cha- 
pitre de Zurzach. I! rassembla tous lés rôles de rede- 
vances du chapitre et n'unit les principaux document 
dans cinq gros registres cadastraux. En récompense de 
ses longs ei fidèles services, le chapitre lui donna en 'i.l 
héréditaire, le 2 avril 1670, le chàtclel de Mandach à Ztu - 
zach, qu'avec ses propres moyens, suit plus de mille llo 
rins, il reconstruisit presque entièrement de 1671 à 1673 
Voir Jean I tut., i ; Gesch. tien Stiftes Zurzach, p, 294. 

— YV. Merz : Burgantagen u. Wehrbauten 11, p. 612, 
614, 675. - 2. Michel, de Lucerne, * en 11173. bénédic- 
tin à l'isehin.een, écrivit sur le couvent de femmes de 

i Mariahill'à Altslàtten (Mulim n ; Prodr.). - [p. \. w.| - 
: 3. Vincent, U. 8. U., conventuel du couvent de Beitt 
; wil-Mariastein (Soleure). * 29 janvier 1676 à Lucerne, 
prononça ses voeux le 1 mai 1692, fut oui. .uni' prêtre le 
i avril 1699; professeur de théologie et de philosophie, 
I notaire apostolique, secrétaire et archiviste il" chapitre 
et économe du cornent, f le â novembre 1 717 à Ma- 
il., tein. Il exerça une activité littéraire dans les do- 
m ines les plus variés. On connaît de lui les ouvrages 
suivants: 1. Joachim Setter Abt des ,Golts/mses Fisch- 
ingrn heilige Ergntzlir/tkeileit, etc. : traduit du latin en 
allemand, Einsiedeln 17')'». - 2. Chrhlliche Leich-Predigt 
bey EhivnbiixtatlHiig Essonis... seatndi, Abbten (von> 
Urinwril..., den l'i Marlii l'.U). imprimé 1710. —3. 
Protltncotlum eltxlhnis Augustin/ fGiutzl coadiutorix 
ili'J; MS. -4. Liber in 8°, oui contïnel missas... 
cum psalmis... per iotum annum... item auniversa- 
rium Veinwylae 1719, .U.S. - 5. General-Rcgistratur 
aller Doluonenten in clem iittssere.ii ttnd itineren Ar- 
c/iivio, 1720. MS. — 6 Calendarium perpetuum, tant 
festorum ftxorum qnam mobilimn... a<i ..m..;? et com- 
Uem... Monasterii Beinwilensis... t728 ; a t peu 
dicc : Anniversaria sollemvia, MS. — 7. Uausz-Buech 
der f'robsley...St. Panlhaleon. 1731. .U.S. -- s. Birecto- 
rium cantus pro choro cum ordine professionis... 17:-'.:. 
,U.s. — ;». Pensus débitas sercitulis religiosae henedicii- 
nac in Pelra Mariana, 17311: MS. — \0.C>ir<mica dômes- 
tien .1/oji. .s, Vincenlii... in Beinwilera prima ejusfunda- 
tioiie, ipiaefactaest A. Chr. MLXXXV usgue ...'( modrrna 
tempora, .»/ annum sc.MDCCXXm : MX. Cel ouvrage, 
le principal d'Acklin, est d un., importanci fondami ntali 
pour I lii- toire .1" . . ni .1.- Beinwil. li renferme, en 

' ..'• in folio, . posé poui uivi année après 

année, de l'histoire universelle et de celle du couvenl par- 
fois fort mouvementée. I el ouvrage aux proportions gigan- 
'. , . - rut comtn ncé . n 1723 el terminé .ni::,. 
a l'initiative énergique de l'actif abbé Augustin II Glutz. 

Qui ique ce :'. un compilation, d'une part les breu- 

pies d'ori] inaux qu il renfei m... m tanin 

journaux des abbés cl de nombreuses lettn . telles ces 
belles et élégantes missive; du patron .lu couvenl II. -J. 
von Slaal a l'adininislraleui YVull'gang Spiess, et d'autre 
part b - notices sur l'hi loin intérieure, particulier, m. m 
sur l'économie .lu couvent, donnent à .■• i ouvrage une 
valeur inappréciable. Il -• truiire .<n\ an liivi - de l Etal ib 
Soleure. — 11. hi, <■>,,■ liistoricum... aitthnre Ilenricu 
Panthaleoite physico Basiliensi... emendatum d aug- 
mentatum op< a P . ■ Acklin. 2 vol. Cel ou- 

vrage contient aussi m:" i spèce .!• chronique du couvent 
deCeimvil. 15"2-1745; MS. l'ir,» -..■: : . — i I 
; ... !-- Vincent, 1» en tliéologie vers 1720, curé â 
End in en et \i!::. rger auteur d'un ouvrage d'édifica- 
tion, ;. I ■ ■.. frère des n» 3 et 4 * en 17.17 à • 
lloi \i . t r inci •. I . .'.. lecteur .-ii phil is. 
tisbonne I'..' 1 - ; n sardien à Spin 1774, l-'rihourj \. .'. . 
\Y. rtle i.-i. m 1779. Lucerne 1781. confessetti a M nota ta I 
I7':i. .;. i., le a Lui erne 1791 ; il écrivit en 1780 : /).• /;. 
■- circa sacra ; il fut au i matl ma 

i. 'ii u o. N Uodoi i.. de Lucerni * 1635, cun 

et camérier à Ufhuseii 1723, r 1706. — 7. Iunacï ou 



liS 



ACUîNS 



ADALBKM 



l'ère Mansckt, lils de Louis,* 1093. cistercien à Saint- 
L'rhain, Bonior I7C8. écrivit sur !a bataille de Sempach 
(Miilnnn : Prodr.). — 8. LÉONCE, capitaine de la brigade 
de llintlolnich 1782. [P. x W. 

ACLENSii:. Viiud, H. Mortes. V. UGS). Astlegus en 
NJ02. Anciens vers lim. il un nom germanique appaicuté 
au féminin Ascila. Vi!lag« dépendant .1" la seigneurie de 
Cnssonav. puis dès I4ll> de celle de Vullierens. Kn 1605. 
il en l'ui détaché m l'aveui île lii ni a ni de lludé (|ui 
le veudil en Ki7ô à la ville de Morges puni- 75 000 llorins. 
L'église, paroissiale en 12-28, tu trouvait au quartier de 
Chiblie, au nord du village, el dépendail du prieuré de 
Saint-Maire, à Lausanne. \u S.-O. du territoire, un 
chemin vicinal porte le nom do chemin de ta guerre, el 
Ion en attribue rétablissement aux Romains. Ailleurs un 
autre chemin porte le nom caractéristique iX'étraz. — 
lillY I, p. 10. [M. R. 

ACOUACAL.DA (AÇUA CARIDA) (G. I. -ni, 
L). Blenio. Coin. Ulivone). Localité sur la route du I.uk- 
tuauirr. On en parle déjà en 1228 dans un procès (5 juin 
et 15 nov. 12281. qui eut lieu entre les voisins d'Olivone 
et les seigneurs de Torre à propos de la propriété des 
terrains de Scgno, depuis Portera jusqu'à Acquacalda.— 
De même dans les statuts de la commune d'Olivone, de 
1237. — Meyer : Blenio u. Leventhia. -- Martignoni : 
Schéma Slorico r/iuridico del Palriziato ticinese. [C. T.] 
ACQUAROSSA OU ACÇUA BOSSA |C. ïessin, 
D. Blenio, Coin, et paroisse Lottigna). Localité qui prit 
le nom des eaux ferrugineuses qui y jaillissent, liéjà au 
XVIII e s. il existait un petit établissement de bain-, sui- 
vant une description de la vallée de Blenio du commen- 
cement du XIX- s. Ce petit établissement portail la date 
.1 1798. L'établissement actuel a été bâti vers la moitié 
du XIX' s. Peu connus an nord dis Alpes, ces bains 
attirent chaque année une assez nombreuse clientèle du 
Tessin el île l'Italie. — Bstor 1890. — Bertoni Giacomo- 
Mosé : Les eaux thermales acidulées, salines, ferrugineu- 
ses, arsenicales arec lithine d'Aci/uarossa. \c. T.] 

acçua MARCIA, aujourd'hui Ava Marlscha (eau 
pourrie). Appellation rhélo-romanche pour la source sul- 
fureuse d'Alvancubad. Voir cet article. 
ACQUENEAZ, voir Aquixeaz. 
ACOUINO, voir AQl INO. 

ACRONA-SEE, ACRONIUS-LACUS. Anciens 
nom- du llodan. Voir cet article. 

ACRONius, Jean, originaire de la Frise, d'où son 
surnom Fwsirs. Immatriculé en 1542 à l'université de lia le, 
est avant Iôi7 maître es arts et devient professeur de ma- 
thématiques, occupant en même temps, de 1519-1053, la 
eh ::re ,1" logique. 1 r 1 1 1504, il esl u, >iiini'' docteur en méde- 
cine, mais meurt de la peste la même année. — Thom- 
men : Gesch der L'nirer*. Basel I532-J6:<?. a R 

ACTE CONSTITUTIF |C. Genèvel. Nom d'un cha- 
pitre de la constitution du '• février 17'd'i. chapitre qui 
suit la Déclaration des Droits et des Devoirs de l'Homme 
social et précède les Lois politiques. Ses 49 articles sonl 
les base- de toute la constitution sus indiquée et devaient 
prévaloir, en cas d'opposition, sur les lois proprement 
dites, ,C. R. 1 

ACTE DE MÉDIATION. Voir MÉDIATION, ACTK t)F.. 
ACTE SOUVERAIN. Nom donné à deux résolu- 
tions prises à la suite de la révolution du l 'i février IS45 
par les citoyens réunis à Lausanne sous le titre ,1 As- 
semblée populaire du canton de Vaud ». Le premier acte 
souverain renferme la désignation du gouverneinenl pro- 
visoire, le 14 février; lu second, du lendemain, prononça 
la dissolution du Grand Conseil. Kavky. 

ACTES d'oubli, de réunion et de paix (Genève). 
Après des crises aiguës dans le domaine des luttes poli- 
tique, sociale el économique et pour marquer des inten- 
tions ,!( tolérance réciproque, les Genevois promulguè- 
rent des actes d oubli. L'oubli devait porter surtou t sur 
les faits personnels. Souvent ce ne fut donc qu'un acte 
d'amnistie plus ou moins générale mais ioté pai l'i nsi ni 
bl. des électeurs (20 décembre 1734, 1 novembre 1737, 
'.l mars 1708, 2 .mut 1793). L'initiative du reste, en revint 

souvent aux cercles. Le 31 aoûl 1795, une adi ignée 

par un très grand nombre île citoyens fui moisi aux 
syndics el au Conseil Administrant p iur i|u on élal i ràl un 
âclcde réunion et d'oubli. Celui-ci lut ell'rcliveliient célé- 



I bié à St-l'iei ■!,'. le 24 septembre I7ÎJ3. les citoyens élam 

i invités à se dépouiller de tout signe de part, et a se cm 

| tenter ,1e polder la eoeaide genevoise. — (;f. |(|\ 

j Bibliographie. Voir Génère A. E. c. R, 

actuaire ,C. Genève). Nom d'une charge au n 

X \ 1 1 1 s. i. — CI. Itivi.ii ,- : Bibliographie. C i: 

ADA ou ADAMUS. Abbé de Disentis de 1089-1 1:>| 
L'empereur Henri \ lui conlinna les franchises de.,,,. 

i vent el plaça ci lui-ci sous la dépendance immédiate il, 

' l'Kmpire, de sorte que ni évùque, ni duc, ni comte, n 

. avoué ne pouvaient v exercer aucun droit. —Th. voi 

i Mohr: Beyesten des' Slifles Oiseu lis, Coire IS48-1STiJ 

! -- Th'oinmen, Urk. I n" 107. - Th. von Mohr: Cw/ej 

\ diplomaticus I. p. 150. [l-\ p 

ADALBERO. Trois personnages de ce nom ont été 

évùques de liâle et deux abbés de Disentft. - Adalhkhu I. 

] évùque de Bâle, du 13 octobre 898 au 1."> mai 91.7 

appelé après SUS sa ne I Auguslensis ccclesiae presul 

Propini/uus et consanguineus de saint Itonno, évèqu, 

de Metz, lequel n rut en 'Jin à l.m ich . ':.. Engaj;,' 

par lui, A. lit don de Sierena à Einsiedeln. Voir Biu 
C. Vil, p. 407. - UStG, p. 710. — 'brouillât I, p. I2B 
- AnALUEItO 11. évùque de liâle de 999 au 12 mai 102.7. 
auquel le roi Rodolphe lll de Bourgogne lit don , u 
999 du couvent de Moutier-Grandval avec toutes ses di 
pendanecs. Voir Bas. C. VII, p. 407. — Trouillat I, 
p. 139. — ADALBEIiO lll, évèque de Bâle en 1134, -[■ le IC 
octobre 1137. lils du comte Hermann I de Froburg ci 
frère de Ortlieb, son successeur sur le siège épiscopal, 
et de Heilwig, épouse de lierthold IV dé Zâhrmgen. Il 
paraît déjà en 1130 comme prieur de Saint- Biaise el 
abbé de N'ienburg et plus tard de l'rfun. Il mourut au 
camp impérial devant Arezzooù il s'était rendu, à la lu 
mande du couvent du Mont Cassin, auprès du roi Lothaire. 
pour prier ce dernier d'être le médiateur entre celle i la 
son religieuse et le pape. — Voir GHS, p. 29, — Trouil- 
lat I, p. 209. [a. B.] 

Adalbero I. D'après la tradition, abbé de Disentis de 
0.'17 à 670, année en laquelle le couvent aurait été détruit 
de fond en comble par les Huns et l'abbé Adalbero et 
plus de trente inoim - mis à mort. La tradition donne 
eu outre, une liste d'objets précieux qui à celte occasion 
auraient été mis en sûreté à Zurich; peu rie jours plus 
tard les Huns auraient été battus et presque complet mci 
anéantis près do Jiisla, non loin du couvent. Celui-' i 
resta désert pendant G0 ans. -- Th. von Mohr: Begesten 
des Stiftes Disentis n ■> et 7 ; — id. Codex diplomatie • 
lll n" 4: — P. PI. a Spescha, sein Leben nnrl seine 
Schriflen, bg. v. V. l'ielh et K. liage,-, Biimpliz 1913.- 
AnAi.iiiiio II. D'après la_ tradition, le cinquième abbé de 
lii-entis qui aurait régné de 773 à 7'Jl. D'après la Synop 
sis annal, monast. Disent., il serait déjà mon en 77 
Comparer la liste des abbés dans Th. von Mohr : Ilegi 
ten des Stiftes Disentis, Coire 1853. i i' 

ADALBERT. N',,m de plusieui s pei mnagi ibl 
et comte-, de la Suisse orientale el du pays de Vaud. 
Abbés de Disentis. Adnlbcrl J (lïium.En [orieinain 

de Bischofszell, 'J'iuircov u- . abbé de lii-entis 1013- 10V, 

l'eu après son élection, l'abbé et le couvent concl 

avec la Ligue de la vallée de lii.-,i,tis une convention 
destinée à aplanie des malentendus subsistant depuis 
longtemps (voir Disentis). — Th. von .Mohr: /,', ;. 
des Stiftes Disentis, n<" 325-3Î0. --('.. Decurtins : Land- 
ricliterXicalausMuissen,p.it\ et ss. - /'. /'/. a Sp, 
se<n Leben und *■-,.,,■ Schriflen, p. 19, 52 

Adulhert II |do Mehki.-Casiei.iikro). abbé de Disentis 
de 1655-1690. d'une ancienne l'auiille du Tavetsch, était un 
homme d'une haute culture. Il fut le premier bénéficiaire 
de la bourse que les i antons catholiqui - avaienl i 
pour lu sentis au Collegium de Propayanda jide à Rome. 
Il v obtint le g rail ir en liiéol ie avci 

De Deo :tno et trino, qui a été publié à Rome avec dédi- 
cace au cardinal Haï berini. I lu nbl i I .'■ ■■ de 27 ans', il 
lit, pendant son rèjjne de quarante ans, renaître I i pi 
périté d n couvent. Trouvant les anciens bâtiments, incotn- 
n : et trop modi -:• -. il le - lil dém lir, à l'exception de 
l'église d, Notn Dame, et entièrement rceonstriiin sur 
un nouveau plan qui ■ v: t. i ne, i e. Le grand événeiu ' 

,1e -on règne ., été la i| Ile avec l'évùché au sujet de 

l'incorporation de dix-huil bénélices de l'Oberlan 



ADALBISUT 



ADALGOTT 



G!) 




Disentis). L'abbé Adalbert II s'adonna aussi à des tra- 
vaux historiographiques. Il écrivit une rie des abbés de- 
puis la fondation du couvent. Ce Catalogua abbatiim a été 
détruit dans l'incendie de 1709. C'est sur cet ouvra e que 
... basent essentiellement les biographies des abbés dans 
la .Synopsis cl dans Eichhorn el Van der Meer. - J. Caban- 
nés: /'•'• Klosler Disentis non Ausgang des Miltelallers 
bit i;,s'i, p. 8. Stans 1899. - J.-G. Mayer: Gesebic/ile 
des liistums Chut; 1914, Il p.38U. 389.- P. -H. Itrrtlier : 
Il cumin délia Cadi de 16~)G, Disentis 1911. - C. Decur- 
tins: Landrichter Xicalaus ilaissen. - P.l'l.a Spescba, 
,.■1» Leben und seine Schriften, p. 52. 59. 

Adalhort TU (Dekl'NS), abbé de Disentis de 1696-1716, 
originaire d'Acletta prés de Disentis. C'était un homme 
1res cultivé el érudil qui pendant tout s mu règne s'occupa 
,!■• iti'iu illir et *le mettre en onirrc des matériaux sur 
l'histoire du courent de Disentis et de son territoire. Il 
a raconté en sciit volumes dans les Annale* SianaxMrii 

llisentincnsis l'histoire du couvent depuis son orig 

jusqu'à son époque. Ces annales ont malheureusement 
;i ii ^-i péri (Unis I incendie du Ornai 1799. 
mais l'essentiel a été conservé dans la 
Synopsis Ammliitm monaslerii Disen- 
tinensis, dont l'auteur est également le 
savant Adalbert III. La Synopsis a 
échappé à la destruction parce nu il s'en 
trouvait déjà plusieurs copies hors du 
rourenl arant la catastrophe de 1799. 
L'abbé Defuns décrivit également très 
minutieusemenl la querelle de Sargans 
dclTOl. et il traduisit des écrits latins 
mi romanche. Il s'occupa beaucoup au-si de l'extension des 
bâtiments du courent et en particulier de la construction 
île l'église de Paint-Martin qui fut consacrée en 17U9 par 
l'évêque Ulrich de -Ment. Il s'employa encore à enrichir la 
bibliothèque du ruinent it était considéré comme le père 
des pauvres et des malheureux. Il est mort en 1711'). — /'. 
Pl.aSpèscha,sein Leben und seine Schriften, 1913, p. .78. 
— J. Cahanncs : lias Klosler Disentis... p, 8. r l'. P.] 

Atimcs m: Am.erheii.igkn (Scliaffhouse). Adalbert I, 
de Metzingen (haut bailliage d'Urach, Wurtemberg), 
abbé du couvent AUcrheiligen de 1099 à 1131. Successeur 
de l'abbé Gerhard qui avait été chassé de cotte maison et 
soupçonné d'avoir intrigué contre lui, il dut se justitiei 
devant l'évêque de Constance, Gebhard, avant d'être 
continué par lui (QSG III, 164). Ses parents. Eberlua rd et 
Kichina de Metzingen et ses frères. Eberhard et Ber- 
thold, firent don au couvent Allerheiligen, en 1102, de 
biens à lileichstetten [QSG III, 67 1. Sous son rèpnc 
éclata avec Adelbert de Mdrsberg, avoué du couvent, une 
lutte acharnée qui se termina par un arrangement en 
1122 (CSG III, 100); de même avec l'évêque de Cons- 
tance à cause des biens <le Tuto à \Yagenhausen. La 
nouvelle cathédrale commencée par l'ai. hé Siplïi.l en 
I0S7, fut achevée sous A. entre 1102 et 11C4. A sa de- 
mande, son ami Bruno, archevêque de Trêves, céda les 
corps des saints Constant. Ab xandre et Leguntiu au 
couvent d'Allerhciligen, comme reliques précieuses. Sou? 
A., le monastère traversa une ère de grande prospérité. 
Voir /./. I. 35. - Mùlinen : flelr. sacra. 1. 120. - Kirch- 
hofer : .YM, 1824. - Baumann : Das Klosler Alterheili- 
qcn (CSG III).— AiiAl.HEiu II. abbé du couvent d'Al- 
lerhciligen, mentionné dans les documents en 1145, ne 
régna pas longtemps ; selon Kirchhofer el Baumann, pas 
avant U41 ni après 1148. Mûlinen. dans llelv. Sacra I. 
p. 120, cite en 1170, mais sans indication de source. 
au>-i un Adalbert III. — Voir Baumann : Das Kl Ahgen 
(dans 1rs QSG lit. p 114. 118. 184). - Kirchhofer: Xbl 
IV, p. 2. - Riicgcr. p. 1119. - II il n" 6-10, 12 et 
l'article Ali.kkiieimi.i:n. \N i r.m i ■.] 

Atl.-ilhrrt, aussi li.u.iu i kf: i. premier abbé du couvent 
del'fSfers. Eichhorn, que suivent Wcgelin el Mayer. ad- 
met qu'il étudia sous Pirmin et lleddo, à la Reirhenau. cl 
tut envoyé on 731, av.,- on?e compagnons, à IV fei En 
751. sacré érêque de Coire, il résigna s-- fi ncli n- déjà 
en 7ûi pour repi cnih e seul la direction du couvent. Mais. 
abbé et éreque, il est mentionné par le< ordonnances 
monastiques d. Gérold .!•■ Ilirsan, .le la lin du XI' ■ ■ ' 
comme Alhalln rlus ubb i* de Faburius, il 
di dique d Attigm de 765. — Voir Eichhorn : Episc. 



Gui:- Mayer: Geschichte des Uisl. Char \.~ Wegclin : 
Hegcstes. i M 

Àtlnlbcrl (Adaliira'ct). al.lié de Rheinau. -, 26 août 
992. - Voir MVG XIX. p. 52 — Pupikofer I'. 244. 

Adalhort, prieur dluingen. Adalbert, Berchtold et 
I.'lrich d'Ittingen, ministériaux des comtes .le Kibourg, 
fondèrent dans leur château, avec le consentement de 
l'évêque de Constance, un chapitre de chanoines augus- 
i m-, .lue. lequel il- entrèrent aussitôt. Le pape I iigèni 
III confirma la fondation le :'i janvier 1152. Adalbert en 
fut le premier prévôt .t le comte Welf VI de Barensburg 
le dota généreusement. UStG, 3,694, 697.— TU II, 
33, 35 s,„ | 

Comti - in: Tim.t.govie. Adalhert, gaugrare de Thur- 
govie. On distinguait autrefois quatre personnages de re 
nom, mais il ;i été démontré depuis que les Irois docu- 
ments donné- pai N'engarl dans son Codex dipl. I, 
n ■■• 156, 169, 192, sont mal datés, parce qu'ils repo ent 
Eur une confusion entre Charb - le Gros el Charlemagne. 

Celui que Pupikofer no Adalbert I, lils du comte 

llunl'iie.l d.- Rhétie, comte de Thurgorie, dan lesannées 
835 à K!7. à supposer que les deux documents où il esl 
nommé soient authentiques [UStG I. n» 356, 370l, pour- 
rail bien être le remplaçant du comte Gérold, qui remplit 
ces fonctions à plusieurs repriscsjnsqu'cn 810. En reran- 
che, dans nombre de documents Ihnrgovicns, est appelé 
gaugravedeThurgovie. — Auai.bkiit I. 800-894, apparenté 
avec Emma, épouse de Louis I" Germanique, il était ap- 
pelé parfois inluslris, illustre: il esl souvent mentionné 
seul on a côté .lu gangrave zurieois Gérold (comte du Zû- 
richgau) dans des document zurieois. Selon les Annales 
Kinsiedlenses. il a l'ait punir les assassins de saint Mein- 
ra.l. - l'upikofer: 1\ p. 151. - USlG 11. n 471-691 - 
Hadperli casusS. Galli, p. 210. - Son lils AtiAt ii:i.r lllui 
succéda comme comte île Thurgorie 89-4-910. l'upikofer 
admet qu'Adalhi rl 1 esl id< nlique arec le comte du même 
nom mentionné dans Si!,ci->- et les Alpganurkundt il, ni lis 
c'est douteux. Mourut assassiné à l'insticatioii de Salo 
mon II. érêquc de Constance. — iSU! II. n"' 692-763. 
— l'oiipardin : Le royaume de Bourgogne. 

Comtes he Huent:. — A iiauieist, prétendu fils el 
s'enr de llunfried, premi. r comte de la Rhétie curialc. En 
S24, arec l'aide armée île ses frères el après une ren- 
cotiii e à Zizers. il se sérail emparé 'i- biens di son suc 

, voir ci-d.-ssus \ de Thurgoriel. — AOALHKHT. 

comte de la liante Rhétie 958-976. - Voir P.-C. Planta : 
lia* olte Italien. 1872, p. 354,359,362.396. -- P.-C. 
Planta : Die currâtisclten Iferrsc/iafteu m der Feudal- 
:eit, 1881, p. Il s, [F- P-1 

Pays de V.viic Nom de plusieurs per onnages du pays 
de Vaud vers l'an 1000. - Adai.CEKT, marquis (poui la 
Bourcogne cisjurane). --t témoin d'une donation à Gi- 
mel antérieure à 993: il tient en juin 1001 un plaid à Oi be . 
il esl encore mentionné en 1013. sans qu'on sache s'il esl 
mort ou vivant. Le comte Adalborl est aussi tém il i il i 
l'acte de Gimel: i! assi le en octobre 993 à la confirma- 
tion par le roi de l: ... , m de l'élection de l'abbé 
Odilnn de Clunj, .t. en 99 à la fond ilion du i 
1ère de liera» : i' app n ait en 1002 au plaid .1 I 
qualité de comte palatin (le comte de Vaud était alors 
Te ii. Ion; ; il paraît ètn l'ancètre des dynastes du Grand 
son. — Charrière : /» Dynaslei de Grandson. ■ Pou- 
pardin : Le royaume de !:■ urgoque. Rerm md : /.'/.'- 
i e,, mi de I e<<" ' • •'. • nmle de Vaud. M Iv 

ADALGAUDUS, évèque de Génère. La • Bible de 
Saint-Pierre i connaît deux-évêqui d i m On ne 

trouve mention sérieuse que d'un -eul. qui ;.--i la en 927 
;i |a conlîi !' : ti n d l'évêque de Lausanne Liban l 
tril.iio au second, qui aurait vécu après 1019, uni n 
naii : Adalgi tl • . ej>s. : — Genei i i ' ■ don! I au- 
thenticité est douteuse. 

AD ALGOTT. i roi ge de ce nom ont éli 

abbés de Disentis. — AtiAl t;OTT I Selon la 11 
du monastère, abbé de Disentis 1021-1031, moine ermite, 
;. laissé le souvenir d'un saint. L'in 
a l'évêque do lîiixen par l'empereur Henri II en 1020, en 
récompi nse di servici rendus, se -.• . ail donc faite sous 
lui. Cependant ju qu'ici, cet abbé ne paraît pas | 
pai les do. n ut Voir : J. G M iver Ge 

:. Chue 1914 I. p. 187. -- Th. von Mohr : lie- 



70 



ADALHARD 



ADAM 



grstm drr Bened. Abtei Disentis, 185.'!, p. 8. — R. Ilop- 
peler : Studien zur Gescli. (1rs Stiftes Dis. im Mitlel- 
allet; (JJJGG41, 1911, p. 51). - AdnlQolt ll,\c Saint, 
élève ils Saint-Bernard de Clairvaux, selon la tradition, 
simultanément abbé de Disentis de 1l5Uà I1G0 et évê- 
que de Coire de 1151-1160. Comme abbé il n'est pas at- 
te-.ii' par les documents, mais il fut sacré évêque il' 1 Coire 
le 1 février 1151 à Mayence. Il passe pi. m- un énergique 
réformateur de l'évèché, un vaillant champion des droits 
de l'église, un promoteur de la vie religieuse et surtout 
de la vie monastique et un bienfaiteur des pauvres. A 
Coire existait près de l'église de Saint-Martin un hôpital 
que l'évèque llemc.lius aurait fondé au début du IX' siè- 
rle Pour qu'il remplît son but et fût prospère sous une 
autorité- et une administration appropriées, A. Il le remit 
air. "i émontrés dr Sahit-Luzi, les chargea de veiller soi- 
gneusement sur les pauvres et leur donna encore l'église 
de Mustail avec ses dépendances, les nonnes de ce couvent 
ayant été chassées par les prédécesseurs d'Adalgolt. Il 
réforma les couvents de Ka/.is. Munster et Schiinnis on 
ieui imp i ::n\ une discipline plus sévère. Dans la Collé- 
giale île Marienberg, il consacra, le 13 juillet 1100, la 
crvpte et trois autels. Jusqu'à une époque rérente on 
voyait encore le portrait de l'évoque A. dans la chapelle 
Adalgott à Marienberg. Par une 'donation d'Ulrich IV de 
ïarasp, A. accrut considérablement son é\éché en mi- 
nistériaux, serfs cl biens dans le Vinschgau, la Haute 
vallée de l'Inn. la liasse- Engadine, le val Ilregaglia, 
l'Oberhalbstein, le Schanfigg. Il mourut le 3 octobre LIG'J 
dans le couvent île llisentis. où il fut enseveli. Très tôt, 
il fut vénéré comme un saint. D'après la tradition, sa 
tombe fut oubliée longtemps, lorsque le 30 juin 1676, 
l'abbé Ailalli.it I la lit ouvrir el enfermer les restes mor- 
tels dan:, ur cercueil précieux. — Voir J. G. Meyer : loc. 
cit., p. 206, 213. — R. lloppeler : loc. cit.. p. 8. — Pro- 
prium Descrlinense. — /'. l'I. a Spescha, s, -in Leben u. 
seine Schriflen, 1913. p. 53. - Adftlgolt III (Wai.i.eh). 
île Ringgenbcrg, près de 'lions, abbé de Disentis de 1826 
à 1846, * en 176ô de parents fortunés qui lui donnèrent 
une bonne éducation, il se voua d'abord à l agriculture, 
embrassa plus laril la vie monacale, prononça ses vu ux 
au couvent de Disentis enl791, fut ordonné prêtre en 1795, 
et, sous l'abbé Laurent, remplit les fom lions il économe 
du monastère. Violent adversaire des Français, il reporta 
sa haine sur ses trois frères, ilonl deux tombèrent an 
combat de Ke'chenau el le troisième, blessé, resta estro- 
pié. Connue abbé, A. 111 ne paraît pas avoir été à la hau- 
teur de sa tache et de graves dissensions se glissèrent 
dans la maison. Quelques jeunes moines se montrèrent 
rebelles et animés d'un esprit novateur. Les ordonnances 
que l'abbé d'r'insieileln promulgua lors d'une visite ne 
furent pas suivies ; le 20 janvier 1846. l'évèqne de Coire 
pria le nonce d'intervi uir d'autoi il.', el le 20 février, l'abbé 
âgé île quatrc-viimt-unan i t aveugle, résigna ses fonctions. 
_ Voir J. G. Mayer: Geschichte il. Ilisl C.hnr. 1914, 
II. p. 695. - /'/. h Spescha, sein Leben u seine Schrif- 
len. 1913. p. 183. ; im 

adalhard, frère de W'arin, qui fui comte de Thtir- 
govie de 754 à 771 ; lui-même ne fut pas comti di Thur- 
govie, mais île Daar, et passa avec son frère, en 70S, dans 
le parti de Charlemagne. - Voir Pupikorer M, 130. " ' 

ADALHART, apparaît comme comte de Thurgovie 

dans les doci nts de 920 et 926 ; en 920, il présida une 

assemblée des Etals à Erchingen, près de Frauenfeld. 
Ptipikofer I'. 193, 259. 77», 1916. p. 75. -- StUIl III. 
n> 781 et 785. sc.n.1 

ADALHART, d'Ittingen, 810-870. « Les vie Iles chartes 
des dons mentionnent qu'au temps de l'abbé (Orimald 
841-872) un noble de Thurgovie, nommé Ailalhnrt, à Itlin 
e.en, lit un il.ui honorabli au couvent de Sl-Gall, afin que 
la jeunesse put être d'aï tanl mieux élevée, éduq 
instruite. » - Voir Vailian : Die kl. Chronil. lier Aehte, 
p. 523 dans se, Deitlsche hislor. Sctir. I. 163. — ASU, 
1871. p. 2 - , 

ADALHELM, 857-859. comli de Thui go\ ie, pan ut de 
Louis le i Icrmanique. diacre et probablement chancelier 
il u roi, recul divers dons de i e ilernier el se trouve mi u- 
lionné dans plusieurs documents tbnr'.'iivii'its Cependant 
léviti ■ : !■ r mte il. l'huii .vu- - ni un 



fer pour laquelle il n'apporte aucune preuve. — l'upil,, 
1er I», p. 149. — UStG II, n" 153, 454, 511 et 512, \u t 

abbé d'Engelbcrg. Voir I... 



■ I. di:n 
|seu et mèuie personn 



supposition de Pupiki 



463. 461, 166-469. 

ADALHELM I. Premii 
i.Kl I I lu.. 

ADALONG (ADALONGUS, ADELUNGUs, 
ADOLENGUS). Évèquc de Sion et abbé de Saint-Mau- 
rice d'Agaune : il régnait sous le pontilicat d'Eugène II, qui 
in parle en 825 ; sur son intervention les moines du cou- 
vent de Saint-Maurice furent remplacé par 32 chanoines 
réguliers. - Uriguet: lallesia Christ..., p. 128. — Galli» 
Chr. XII. 738. - de Rivaz : Opéra hist. II. [L. m.i 

ADALRICH ou ADELRICH, fils du comte Adalbérl 
de Rhétie curiale. Adalbérl aurait eu l'administration H 
la llliétic au temps de I évèiiue Esso (vers 870). — Voir 
Archiv fur die Gesch. der liepubl. Gmub., hg von Tli 
v. Mnlii. 11. p. 33. |F. P.] 

ADALRICH, i unité de l'île d'Ufenau on 950, lit, avec 
^a mère Iteginlinde, des legs au couvent d'Einsiedeln. — 
Voir Ringholz: GrschicJile von Einsiedeln, p. 34 s. - 
Celpke . Kirchengesch. d. Schwei: II, p. 100. [G. « 1 

adalricus, évoque deBàlede 1025 au 23 mai 1040, 
appelé aussi Udalricus II. - Voir Uas. '.'. VII, p. 467. 

adalwin, évéque de Mille, au IX 1 siècle, successeui 
de l'évêque Fridebertus el prédécesseur de llartvvig. 
Voir lias. t:. VII, p. 320-467. _ [A. i: | 

ADAM. Nom de famille que l'on rencontre à l'ribourg 
et à Genève. 

A. Canton de Friboui g : Ancienne famille de tan- 
neurs à l'origine, bourgeoise, qui a donné 11 membre, 
du Conseil îles Deux-Cents, de 1465 à 1668, 7 du Con- 
seil des Soixante, 1 île celui des Secrets, deux ban- 
nerets, huit baillis, un notaire et deux chanoines du 
chapitre de Saint-Nicolas. — 1. Pu r.m:, lils d'Ulrich. 
de Berne, résidant à (Juin, est qualifié bourgeois de 
Fribotirg dans un acte du 11 avril 1358. — 2. Ci.i---i.ui. 
lit paiiie du Conseil nommé en lii'.i par Albert, duc 
d'Autriche. — 3. Parmi les Suisses qui furent exécu- 
tés à Grandson, eu 1176, so trouvait un A.. île Fri- 
bour",. — 1. Ni.nii, cou-, aller et banneret eu 1462. — 
5. I * 1 1 : i ; i : i : . conseiller. 1503. — 6. Simon, notaire, 16IÔ. 

7. M.vp.ti.n. élu eu 1677, du ine de Saint-Nicolas -J- 1679. 

— S. ]'r;illroi*-I'i<Tri •-. I IlloillC, qui pal ail avoir été le 
membre le plus distingué de celle famille. Fils de Jean- 
Louis et de Mail I i .il.-tli .1 ual, bapt. à Fribotirg le 
5 juin lGs'S, il suivit d'abord la carrière des armes au 
service de France pendant sept ans, puis il entra au sé- 
minaire de Saint-Nicolas à Paris. Il fut successivement 
chanoine de Saint-Nicolas à Fribotirg, en 1715. curé de 
cette ville I72i. protonotaire apostolique, promoteur li- 
rai, senior du chapitre, chevalier uV I éperon d'or. 
Homme très estimé et de grand mérite, il mourut le 
15 décembre 1758. L'anti lue chapelle de Saint-Pierre, sur 
les Places, fut restaurée par ses soin, en 1737-1738; il 
acheta une maison avec grange el jardin p >ur le prieur 
de celte chapelle. Par testament, il laissa la moitié 
biens aux bourgeois pauvn s de Fribotirg. Avec lui s'étei- 
gnit la famille A. -- / /. I, p 28.- Il'olzhalb I. p. 6. - 
lla-mv : Chronif/ue fribonrgeoise du Al// siècle, p 52 
et127'. — Berchtold :Ui*l. du confonde Feiba ;. I p 320 

— Apoll. Dellion : Uict. de* paroisses du canton de Fri- 
huiirg VI, p. 341, 341, 3G0. — Brasey : Le chapitre dr 
\' insigne el exempte ■ ollrgiale deSaint-Xicolas, p. I IT..- 
\\'oït/rl : llêpertoirr gênerai des fan '• ' ■"' •■ ■ mem 
lires ont ... cap* I ' /■ u, tin), ; air L" *>'*■! 

B. Canton de Genève : N'om di cinq familles originai- 
res de Jargeau Loirel . de Rouen, de Meatix. de Metz, de 
Paris. Celle de Pari eul pour fondateur Loi i— Au sashu:. 
graveur, puis peintre sur émail, dont un di - fils 

Ai m ui . joua un tôli .! .e - !.. politique à l'époque des ré 
volutions . • nevoi es Gi nève, A. E. C. lt.; 

ADAM. Genti ' lique, qui ivail sa résidence 

habituelle à W.,' m, il n En 941. il fut' 

condamné à moi t poui 

contre Olhon I el ses biens furent confisqués. S'étanl 
enfui, il alla ehereber refu e dans un lieu presque inac- 
cessible, mais peu distant de chez lui, où il vécut en 
• : titc sous le n im il ■ Cén.lil. Ses di us iil I 
Ktino, semblent avoir trouvé asile à I insiedeln. lu 949, 
G roi I fut gracié à Francfort - M . grâce au crédit dont 






ADAM 



ADAMIM 



Ll.erhard, abbé d'Einsiedeln, jouissait auprès de la mai- 
ton de Souabc, et qui intercéda pour lui. Tous ses biens 
lui lurent rendus; on y ajouta même le lopin de terri' 
où il avait mené son existence de pénitent, mais il ne 
profita pas de la laveur impériale. Il préféra reprendre 
sa vie solitaire, et en 972. après avoir abandonné une 
partie de s"ti patrimoine à l'évêehé de Coire, il lii don 
à l'abbaye d'Einsiedeln de presque tout ce qui lui restait. 
Ce fut l'occasion d'une grandi solennité; Gérold. pour 
symboliser cette cession, apporta lui-même à l'abbé une 
motte de terre. Puis, au lieu même qu'il avait sanctilié 
par sa pénitence, il fonda le prieuré de Frisen (appelé 
aussi depuis 1340 Saint-Gérold] el dédié à Sainte Marie- 
Madeleine pénitente. Gérold mourut probablement le 
10 avril 378. Depuis longtemps on le vénère comme un 
saint. Peut-être appartenait-il à la maison seigneuriale 
île Sax, ou llohensax; ce qui est certain, c'est que cette 
famille était originaire de la contrée de YValgau, où lié 
rokl possédait de grands biens, et que l'on douve parmi 
ses iiii-iiiIiil . ù as Gérold. Gel expliquerait pourquoi, 
aa XV* siècle déjà, on a pris Gérold pour un duc d' 
Saxe. Aussi bien, est-ce revêtu des attributs ducaux que 
l'on \ oit apparaître Gérold dans un sceau du prieuré, 
du 27 avril 1501. l'a outre, il est représenté eu cheva- 
lier dans le retalde de l'église de Sainte- Anna de Bre- 
ileris, près Raukweil (Vorarlberg). I.e prieuré de Saint- 
Gérold dépend de lai. bave d'Einsiedeln. — Voit Ring- 
holz : Gescli. îles fftrstl," Benediklinerslifls Einsiedeln 
1, 30 s. 549 s. 60) 007. [0,1,1,, n,v.,, .1 .■ 

ADAM, Mirhfl, traducteur d'hébreu en allemand. 
était, d'après llottinger et d'autres, un Juif converti au 
cilU'ïsliarîtemc, oui fut. dan- la suite, reen bourgeois de 
ilurjeh . on 11 eu a pas retrouve 1 inscription, mais un 
dithyrambe d'L'lrich Grob a pour sujet sa conversion : 
il vivait encore en 1550. Selon les livres de familles, il 
avait épousé une veine Stapl'er. née Manz. Quelques-unes 
do ses traductions, imprimées en caractères allemands- 
hébraïques, ont paru chez Christophe Froschauer, à Zu- 
rich , sans date . nu Liber precuni et livres ou 97 chapi- 
tres sur la guerre des Juifs de Josephon (probablemenl 
i, eue' que le suivant); et in 1546: ./esc;. A ben Gnriii 
(aussi Josephon ou Josippon), Histoire du peuple jnil 
depuis Adam jusqu'à la destruction de Jérusalem par Ti- 
tus, l.a traduction par Michel Adam île cet ouvrage paru 
au moyen à^e et qu'on a attribué à Flavius Josèphe, 
eut une série d'éditions qui ne furent pas impriméi - à 
Zurich. A Constance parurent en 1541 ses traductions: 
le l'cnlaleiicpie, avec les llnphtar et les cinq Megillolh, 
1' 111 lô-ÎS, les Livres historiques de l'Ancien Testa- 
ment. — Voir .lui. l'urst : llibliothecct Judaica I. p. 17 
et II. p. llo. - E. Camillo Rndolphi : Die littchdruckrr- 
Faniilir. l'rnsc/iauer i;i Zurich. 1521-1595. Zurich IS69. 
.1.-11. Hollingcr : Srhnla Tiqitriitoritm Camlina Tiguri. 
1664, p. Oô. Mois* : Gesc'lil.-Bitch 1. p. 16. — Diïrslc- 
ler : Gesrhl -Jinch, Appi ndix I <■ '■■ 

ADAM, /'. AnsiSlstitO, franciscain, * le 1.7 mars 179.7 
à Oberdorf, près de Soleure, lil ses études dan- celle 
dernière ville et y prononça ses vieux en ISI6. Il s'occupa 
spécialement de la philosophé' du I'. Girard, qu'il ensei- 
gna durant l'année scolaire 1833-1 834 au gymnase. A plu- 
sieurs reprises, provincial des couvents franciscains de 
Suisse et chef intellectuel de l'ordre, A. fut un homme 
des plus considérés, d'une nature profonde et noble : y 
28 février ISIS. Voir Xekrohg. lier Dcuttchen, ISIS. - 
Schmidlin : k'irchrnsûlze. IWS, p 208. J. M 1 

ADAM, -du village de Camogask, héros légond Ii 

lEngadine, aurqit tué le bailli du château do Guarda 
vall. au-dessus du village de Mniluloin. et. avec - - coin 
pagnons, pris d'assaut el incendié la forteresse, lu bailli 
lui avant demandé de lui livrei sa tille. Campell prét.-ml 
avoir connu les lils cl les pelits-lils d'A. de C. [lest nu- 
possible de faire h- départ entre l'histoire et la lég ndc. 
la- personnage paraît historique, mai- beaucoup de ses 

aventures semblent de' - •': 11 idérées comme légen 

daires. - Voir Canipoll : Znwi liïnhrr rnliscficr Ge- 
tchkhte, Topograph. l!eschi ; . von llolienretieu. éd. 1:. 
von Molir. IS'i'i. p 70-. G. l'iiéobald : Xatwbihler aus 
ilci lttlt Alpm, ■•,' éd., |S9:1, p. 21S \ ' ' - 

Kalendn; \t M. 1 t' 

ADAMI. Au Tessin II v a de- familles île ci nom d' 



deux souches au moins. Au XIV' siècle on trouve un 
MaRTINUS A. qui est l'un des représentants de |,, ,0, 
au sein du Conseil de la pirre de Locarno el ' 
(1360); mi I4S4, on trouve un \o.vmi de Tegna (à environ 

deux km de l.o- i parmi les soldats qui occtipèrenl les 

passages du Val Maggia vers le Val d'Ossola pour empê- 
cher une invasion possible des soldats de l'évêqiu di 
Sion descendus pour combattre les comtes d'Arona et le 
duc de Milan. Ce sont probablement des membres de la 
famille d"- Ad;. nu que 1 7 . rencontre plus tard dans le 
Val Maggia iGiumaglio). L'autre branche est celle de 

Torello petit hameau di C; 1 ;l>. Lugano), qui exis- 

lail déjà au XVI' siècle, alliée à la famille très renom- 
mée des Casella de Carona. Dans les registres de la 
paroissi le nom est d'abord de Adamo ; à partir d.- 1618, 
il a sa forme actuelle Adanii. Dès 1700 cite famille est 
très nombreuse, lai 1612, elle n'habite plus Torello, mais 
Carona : des branches s'en détachèrent : en 1660 ou trouve 
des Adami à Vico-.Morcote, en 1802 à Venise, vers 1850 à 
Nice, où ils travaillaient comme entrepreneurs Aujoui 
d'hui la famille est près de s'éteindre. — 4. Fit» 1 
mono di Ad. .nie. vécut au XVIII e siècle. Profes oui ri 
théologie à I Université de Pi 1 . Général d,- 1 ,,idre des 
serviteurs de Marie. - 2. Jean-Baptiste, curé d' C 
membre du premier Grand Conseil tessinois, de 
1S06. - 3. Ji vn-J.\cqi i-, d. Giumaglio (Val Maggia dé- 
puté au Grand Conseil de 1.S77 à 1893 . en 1891 n présen- 
tant du XI- arrondissement à la première constituante 
tessinoise. liorrani . Tieino Saero, Lugano, IS96. 

Dotta : / Ticinesi nei consigli, etc. — Pometta : Cmuc 
il Tieino venue ni poierc degli Srizzeri. — Mevcr : Uir 
Capitanei von locaitw. tr C 1 

ADAiV.tN/. Famille originaire d'Orselina 11 
lue branche s'est fixéi à Lausanne au milieu du XIX' 
siècle. Elle est actitcllemenl représentée pai M. Ja< ut.; 
A.. * en 1856, pasteur de l'Eglise libre à Chàteau-d'Œx 

(1860-1887), puis à Corsier (dès 1887). Auteur de LA tr 

ri le mariage, I9!7. M R.l 

ADAMINI, famille très en vue de BigognoJCom \ ra 
L). Luganol, illustrée par de nombreux artistes. Depuis 
des siècles, elle possède le patronage de la chapelle de la 
Présentation de la Viei eà Genlilino. L"ne bran be di 
cette famille s'est établie à Savosa (D. Lugano) et fut 
également illustrée par des artistes. On trouve au 1 ri 
Adamini habitant le l.ocarnais dès le XVI' siècle. Le 29 
octobre 1535 on rencontre un "Adam Adamini de Lu 
carno » (ailleurs on le dira île Prato Lavizzara, habitant 
Locarno) comme procureur des gens de Pedemonte ; le 
même esl procureur di - gen: de Tegna le 31 octobre 
1551 . le 17 mars 177:' on trouva un d"s Jahanes Aijlo- 
nins qui empru nie de l'argent et l'ail des ventes 
— 1 , J0-1 I'U-Amoim . Y le 16 avril I770.au Bengale, ar- 
chitecte, de Sa'., -a II travailla à Lisbonne au servici de 
la reine Marie de Portugal. 2. LÉON, architecte, lils 

de Tl .;-. 1 an, ieu. * .■ I . ■ . 1 1 i ! eplembi I7S9, 7 

à Pétrograde le !) septembri IS."4. Depuis 1 ■ 17 i ■ 
service de I lital rns.-i! - ! l'auli ,\ ' et 1 Pétro| di el Ira 
vaille à la construction du nome. m théâtre (1S2S). à la 
reconstruction du palais d'hiver (1S38-I8'|0;, au palais de 
la .1 amli duc n e Mai ia Nil olaji .■■ na, .1 I 1 & nsti ui tioi 
de 1 , lise d'Isaac, au palais de marbre, etc. -' ; Antoine. 
* a |îi 0: no h- 05 février 179: , 1 Pétroj rade le 17 juin 
1847, Itèri de Léon. Fils il ses a-uvres, il devint un grand 
arehitecti et s'illustra en Hussie sous Alexandre I' el Ni- 
colas I". Il -e rendit ensuis à Gali ittn 1 Mail 

l;, 11 aie 11 li illa à Pétrograde à l'églisi d'I ■ 11 : éleva 

-ur la grande place, devanl le palaii d'hiver, la ci 1 

d'Alex indn . in m; urée le 30 août 1831, Ira 

palais il ; la h nqm impéri île. Depuis M ' 

au sen ice d< l'Etal 1 m -■ l lécoi é de l ordre de \\ ladimir. 

Ailg. /.e, '. >,7 I \, , zzi : / 

/ , ,,,, ■ , - ', ,In 1 in do Savosa, di ISi'3 à l s L'. représi 11- 
tanl du cercle «le Ve/ia au premier Grand ' 01 d t. .-1 
uois 5. Du ,i..n 1:, prêtre, de S '■ ■ 1 1*13 

député au Gi mil Cou eil ti sinois. 6. Tlin ■ ib.' Iti 
gogno, participa nui troubles contre la constitution can- 
tonal du h'-'"' p llel 181 i et fut coiul 
tum ire par la haiiti coi tire du Ti sin. Il eut -es 
biens conli pi î. l'un , dé lîigogno, * le 21 1 
|s;>:; a Pi Iroj 1 idi . 1 lève du profi seul h 1 : de 1 A- • 



•■•- 


- 


■ 



r.l Ail: 



72 ADAMITES 

demie, île Pétrograde, plus laid aille de l'architecte 
prof. Alexandre liriilow. — SKL. — 8. Domimqve, 
iils de 7, architecte, travailla jusqu'en 1827 à des 
constructions pour l'empe- 
reur du Russie. Depuis l s 27 
on perd sa trace. — SKL. — 
9. lliTiinril, *à Bigognoen 
1834. ;■ 1900. 11 étudia au 
lycée cantonal de Lugano et 
à" l'Ecole polytechnique de 
Zurich : ingénieur en I8Ô9, 
il travaille a la construction 
de la ligne Gallaratc-Yarese 
de 1801 à 1869, à la ligne 
Gènes-Nice ; en 1870, il fait 
l'installation de l'eau pota- 
ble à Vienne ; de 1N7-2 à INSU, 
il travaille sur la lipne du 
Gothard et de 1882 à |SS6di- 
: i, I - trav.ii.x de pei ce- 
rnent du tunnel de Hoi -allô, 
de tS km., sur la ligne Par- 
me-Spezia. Rentré dans son 
canton, il dirigea les travaux 
de construction des lignes 
du S. Sa 1 va tore à Lugano et du Generoso; il travaille en- 
suite aux fortifications du Gothard (tant du côté d'Airolo 
que du côté d'Audermatt). Député radical du 11 arron- 
dissement au Grand Conseil de 1807 à 1898. — Voir 
Boit. stor. 1887, 1910. 1911. - W'eiss : Die Tessinischen 
LandvogUicn der XII <>,-/.< un 1S. Jahrh. Hianchi: 
Artisii tirinesi.— AI.11K. — Dotta : / Tieinesi net consi- 
n'.i drH\ f:nn''r,l i- dri Cantonne, Locarno, 1303. — Ba- 
rofém : Storia del canton Ticino 1803-1890, Lugano, 
1882. [D' Thkzzisi.1 

ADAMITES. Secte des II' et III" siècles dans l'Afrique 
du Nord, dont les membres, pour dominer les passions 
charnelles, devaient se présenter nus à leurs réunions. 
Naturellement cet ascétisme forcé produisit aussi îles 
ellets contraires. Chez les Bégards, et au début du XIV' 
siècle, chez les Frères et les Sœurs du libre esprit en 
Sui^e et au sud-ouest de l'Allemagne, cet usage aurait 
aussi été adopté. En Autriche, les Adamites ont les 
mêmes tendances en 1312 et les Turlupins de l'Ile de 
France en 1372, ainsi que les llomines inti'lliiji'nliae à 
Bruxelles vers 1400. Les Adamites de Bohême furent 
exterminés par le chef hussite Ziska ; cependant un mou- 
vement du même genre se reproduisit en 1S19. Des 
désordres adamites sont aussi mis à la charge des Anto- 
nins du canton de Berne, probablemi ni à tort . mais il s'en 
produit dans la secte de Rapperswil en 18U7. |K. ».J 

ADAMO ii'AluiiiMi, 'Tes- in'. * probablement dan- la 2« 
moitié du XI' siècle, f à Trente vers 1230. Architecte et 
maître-constructeur, il continua et acheva la cathédrale 
de Trente, commencée par l'évêquc L'irich II (1022-1055) 
et qui est un des monuments les plus splendides de I ar- 
chitecture lombarde. On prétend n'attribuer à Adamo 

et à ses lils et petits-fils, qui travaillèrent à cett uv.re 

pendant un demi-siècle, que la rosace de la façade, la 
porte du lion et quelques galeries; niais selon toutes les 
apparences, la part de ces artistes fut bien plus grande. 
L'ne inscription tombale de la fin du XIII' siècle dans la 
cathédrale de Trente dit qu'Adamo commença son travail 
le dernier jour de février 1212 et que, après lui, si - lils 
et pctits-lils ont aussi travaillé à la cathédrale et furent 
enterrés tout près de lui. — Adamo, petit-fils du pré- 
cédent, travailla à la cathédrale de Trente avec son frère 
Zanihono et s on père E.M'.ico di Fono. — Voir .\I.KK. 
— Iiianchi : Artisii Tieinesi. - /(.S/or. I8S6. 1S90, 
1900. -- Vegezzi : Espasitinne storiea in Lugano. — Me- 
lani : Arehiteltura italiaiia. — SKI.. C. 1 '."■ 

ADAMO iiMjiMum, seigi ■ foncier lessinois, pro- 
bablement de la famille des Orelli de l.ocarno. tlonl une 
branche avait des possession- à Contone. Il véi ut du 
XII- au XIII" siècle, citovrn de Cômo et habitant, en 
1205. dan- .-es teiies de Giuhiasco. dans le comté' de Hoi- 
rs 1200. il acheta de l abbé Werni r et des 
la célèbre abbayi de Cieln d or i de l'a ii 
ins de celte abbaye dans les haute-, vallée. 
En défendant ses nouveaux droit.- i! entra 



lina 



possi 

-mois 



ADDITAMENTA 

en conflit avec les gens d'Olivonc, Castro, Marolta et 
l'onto Valentino. Par la médiation de Guido d'Orclli, 
bailli et recteur de lilenio, probablement son parent. A 
consentit à vendre ses droits sur le val «lento ; le 9 jan- 
vier 1205 sur le territoire d'Olivone. le 22 octobre de la 
même année mit Castro, Marolta et l'onto Valentino. — 
Mejer. K. : Btenia nuit Leventina. — Le même : Die 
Capilanei ion Locarno. [C. T.] 

ADAMS, Klirl, mathématicien * 1811 a Merschcid 
près Dùsseldorf, professeur de mathématiques et pby 
sique à l'école industrielle de Winlerthour où il mou- 
rut 11 nov . 1849. H s'adonna spécialement à la géo 
métne synthétique, dite nouvelle géométrie, <>l se lit 
connaître' par plusieurs publications Iparues à la li- 
brairie Steiner a Winlerthour). Ce sont: Die Lettre von 
de ii Transversale» in ihrer Anwendung ouf Planime- 
Iric, IMo. — Die harmnnischcn lerliiiltnissr. \" partie, 
18-15. - Dos malfattische Probleni gelost, 1846. - Die 
merkirùrdigsten Eigenschaflen des geradlinigen Drei- 
(,-/,., 1846. - Kinigegeumetr. Aufgaben-ulgeUwaitch y 
(/«,•{, 1847 - Geometr. Anfgaben mit besnndcrer Riick- 
sicht auf geometr. Konstiiiklionen, 1847 et 1819. — 7><u 
mulfattisclir l'roblem algebraisch gelost, 1818. - Voir: 
l'oggeiidoill llandicôrlerbuch. - ADB 1 p. 47 (Art. par 
Canton. — Notice nécrologique dans le Landbotc du 15 
février 1R49 (n° 46) et Xever Xekrolog dry Deulxchen, 
27" année. 2 part. [Weimar, 1851). — Veneichniss der 
Xirdergctassenrn ron Winlerthiir. 1848. [C. B.l 

ADAMS, Sir Francis Otttwcll, fut du 8 juillet 
le.Sl au I" mai 1^88 ambassadeur d'Angleterre près la 
Confédération suisse. Il écrivit avec C. 1). Cunningham. 
(l'auteur de Tlie Pioneer* of llie Alps), The Swiss Confé- 
dération, Londres, 1KSU. Comme ses prédécesseurs, Isaac 
Wakc et Abraham Stanyan, Adams voulut faire con- 
naître à ses compatriotes la situation de la Suisse et sur- 
tout donner au courant démocratique en Angleterre un 
exemple et une ligue de conduite. t f; - Scii.] 

ADAMUS. Voir Aux. 

adéNK. Ancienne famille de Maicnfeld (C. Grisons) 

éteinte aujourd'hui en cet endroit et à 

Coire et Tsrhappina Le p is,. nuage le 

plus important de cette famille est le 

bailli de Maicnfeld Thomas A. Il vendit 

en 1594 pour 2500 11. le rhâleau et le 

domaine de l'reslenegg au chevalier Ves> 

■ pasiell Salis. Sur la lettre d'achat se 

V_ - ' - ■•■'/ lit. écrit de sa main : Kaufbrirf um das 

V.-s "'V 7 Cul Preslenegg, nunc (nunmehrl Sa- 

"""^s^^^ lenegg. 16 membres de la famille se 

^""^ trouvent mentionnés dans le Jahrbuch 

dry SI. Antanduskirctic :u Maicnfeld, édit. par Fritz 

Jccklill, Coire 1913. Les A. sont aussi bourgeois de Flâsch. 

Sehii rs. I.uzein. Zi/ei-s et 7ui-h li, — A rt noiries : Coupé 

d'azur à I étoile d'argent et de sable à la croix palée d'ar- 

• i-ii t sur trois monts de sinople. — Voir F. Jeckliu dans 

'jïiati 1912. il. ■'• 

ADDA (ri'). Voir Dvo.v/. 

addison, Joseph (1672-1719), lit aux frais et sur la 
demande du gouvei ncmenl anglais un voyage sur le enn- 
tincnl depuis l'été 1690 à l'aulomne 1703 et écrivit là-des- 
sus l;,,,,, irl.s on Swntl Parts of llulg. In il-- years 
1701, 1702. t'iOH qui parut à I. on, lies en 1705. I! vint en 
décembre I7n3 à Genève, lit le tour du lac. visita Fri- 
bourg, lîerne, Soleure, Melling'cn, Zurich, Saint-Gall el 
donne de courts aperçus des curiosités à von dans c>- 
ville-. Ces aperçus s, ,i,t -uivi- de remarques générales 
sur toute la Suisse dans lesquelles il bue l'harmonie qui 
règne entre les divers Fiais el l'aversion di - Suisses pour 
la pompe el le luxe. Mais I ensi mble est monotone el sec el 
ne justifie p.,- loul à fail la louange île Daller dans -a fli- 
blititheli lier i>rhnvi:t'rgr$cliiclil<r. « Tout respire ici l'es- 
prit et la perspicacité de l'inimitable Addison ». Dans -e- . 

célèbres feuille- heb \ madaiies. Vildison ne pal le | que 

plus de l., Suisse, haiis le n 9 du Tuller, il écrit le 1" 
.e i*i i \~M) une lettre supposée de la plus haute cime des 
\lpe> où il raille le rude service mercenaire. L"n merce- 
naire 1- oigne -'v vantail qu'il > av.nt dan- sa famille si pi 
boi -' nue depuî- quatre générations p.,- un 
n'avait pin te dans la tombe tous ses ne mbres . es. Son." 

ADDITAMENTA. lie -oui de- suppléments de traite- 



ADDOR 



ADKI.KOliKN 



73 



ment que recevaient les pasteurs. Accordées à Zurich 
par les magistrat? réviseurs de comptes, ces allocations 
riaient personnelles et prenaient fin à la mort ou au 
départ du bénéficiaire, quoique le plus souvent li veuve 
et les enfants en eussent la jouissance pendant six ans. 
Lorsque des A. étaient accordés, souvent les successeurs 
les recevaient également s'ils le demandaient ; ainsi le 
pasteur Anliorn, d'Elsau, f en 1700, les avant obtenus, 
-on deuxième successeur, le doyen Freudvvciler, écrit 
à ce sujet dan- une liste des revenus île la cure : » ajou- 
tons un addiUmentum personnel, selon une reconnais- 
sance de mes gracieux seigneurs, du 5 mai 170(5, accordé 
à MM. les pasteurs Anhorn et l'ieh (j 1740i et puis à moi. 
In 20 avril 1740, gratification accordée ainsi pour la troi- 
sième fois.» I.e grand âge, de longs service-, la science, 
les bennes mœurs, des églises annexe- fatigantes, un 
grand train de maison, une diminution des revenus occa- 
sionnée par la séparation d'églises succursales, les ma- 
ladies, les infirmités faisaient accorder le- A. I.e pas- 
tr-tir recevait ummjic .'. • pour I- vi . ... boisseaux 

de blé, quatre mnids de vin et soixante livre- d'argent. 
Lors de l'introduction de la quatrième communion de 
l'année, et comme il devait fournil' le vin île la commu- 
nion, le pasteur d'Elsau recul un minci de v in de plus par an 
(1706). liés le milieu du XVIII e siècle, on chercha a limi- 
ter l'octroi (les A. Un arrêté du Grand Conseil de Zurich, 
dn 27 novembre 1705, spécifie que tous le- A. reçus de- 
puis 1000 seront supprimés lors de la vacation d'une 
prébende. Tendant un certain temps, ils ne fur. -ni plus 
accordés que par le Conseil qui, le 18 novembre 1728. 
prit de nouvelles dispositions restrictives. Les maîtres 
d'école à faible traiteti. ri. à la campe ne. recevaient 
au-si des A. -- Voir Pestalsw . : ' . cfti ■ ■ ' ,. 1' 
Haïti-, hueiler: htstîfutimrert, pi "97. — YVilo: Eglhan 1, 
p. 170. ,\v I. W 

ADDOR. Famille vaudoise, à Sainte-Croix en 152G, à 
Vuili.l.ouf en lô60, aujourd'hui bourgeoise de ces deux 
localités. Elle a donné, entre autres, M. Gkomoks Addor, 
* le 28 janvier 1800. notaire, député de Sainte-Croix au 
Grand Conseil en 1899-1900, chancelier d'Etat de Vaud 
d.pai- le 20 juillet 10- m. Me la branche de Vuittébu'uf est 
sorti vn rameau qui s'est lixé à Genève cl v a acquis la 
bourgeoisie en 1S14. Voir a non. — GL13 juillet 1017. — 



[M. K.l 
et XV' siècles. — 

[C. K.l 
dr la chartreuse 
- Mlili 11 s., t. 



de Bourgogne 



Arch. corn. Sainte-Croix. 

ADE. Famille genevoise des XIV' 
Genève AE. 

. ADE, Pierre, d'Aubonne. Prient 
dOujon (Vaud) en 1395 et 1307-1400. 
VI, 201. 

ADEL. Voir Al. M.. 

ADELAÏDE, tille de Rodolphe II. 
et de la reine Berlin», * 930. Fui mariée tout enfant, en ' 
938, à Lothaire. lils d'Hugues, roi d Italie, en même 
temps que sa mère remariait ce dernier. L'union ne fut 
d'ailleurs pa- consommée et Adélaïde épousa finalement 
Olhon I r . roi de Germanie, auquel elle transmit des pré- 
tentions qui permirent à celui-ci de se faire proclamer ; 
roi d'Italie en 961 et couronner empereur l'année sui- 
vante. A la mort d'Olhon I r . en 984. Adélaïde gouverna i 
effectivement l'empire sous le nom d'Olhon II. son lils, et 
elle disputa à ce moment l'empire à Henri le Querelleur, 
duc de Bavière. L'impératrice exerça au-si une grande 
influence sur son petit-fils tuhon III. Elle fut encore la j 
protectrice du roi Conrad de Bourgogne, son neveu, et de 
Rodolphe 111, son petit-neveu, et tout au déclin de sa vie, 
en 900, elle vint en Bourgogne pour réconcilier ce der- 
nier roi avec ses sujet-. Sur les instances .l'A. son petit- 
fils Otlion III lit don au cuvent de S. 1/. en Alsace, de* 
domaines Kircliberg près Rerthoud. Wimmis et L'eten- 
d"iï !/■/;/; I 237). Elle mourut le 16 décembre 999. 

La vie d'Adélaïde a été écrite par Odilon, abbé de Cluny, 
qui l'avait connue (Mon. Germ.s.. t. IV. L'impératrice 
était déjà auparavant très liée avec l'abbé Majeul de Cluny. 
prédécesseur d'Odilon, et c'est à cette circonstance qu il 
faut attribuer la fondation par Adélaïde et sa noie la 
reine Berthe. vers 961. du couvent de l'avenu?. En 999, 
elle contribua au-si à la transformation du prieuré dp 
Si-Victor, à Genève. I. Enlise l'a canonisée et célèbre sa 
fêle le 16 décembre. — Bentzinger : Kaisemi Adriheid, 
Breslau, !883. - Wimomor : L'Jmpêralri r Adélaïde-, Ba- | 



tisboane, 1897. — Jardet : Saint-Odilon, abbé de Cluny, 
Lyon, 1898. — Poupardin : I.e Royaume 'le Bourgogne, 
Paris, 190", — Rcymond : Le Testament de ta reine 
Berthe. Lausanne, 1911.- Dey : Histoire de sainte Adé- 
laïde, impératrice, Paris el Genève, 1802. — Genoud : 
/.es Saints de la Suisse française, 1. - Burgener: fiel- 
velia sancla, I. — .Murer: Ifctuetia sancta. — MlJSl! 
III. p. 295. - AS1IF I. [M. H .'• 

ADF.LBERG, Ha\-, de Wipkingen et ILin-ii, rie 
llôngg, reçurent à cause de leurs exploits de guerre, le 
:.' nov. lilo. la bourgeoisie de la ville dn Zurich. C-t 
aussi une famille de Wil (Saint-Gall). — Voir : Zûrclier 
Utti-gerbucli 1, p. toi. - Dûrstcler et Mciss: Geschlech- 
terbûcher. - Wôber : Miller von u. tu AicJiholz III. 
p. 42 — UStG IV. [F. ni 

ADELBERT de Môrsbcrg, avoué du couvent Ail. i 
heiligen à Schall'house. En 1008. le comte Burkhard de 
Nellcnburg, fil- du fondateur du convint, résigna s. s 

fonctions d'avoué de colle mais Ii.nu-e el Adalbei tus 

cornes de Mnrisbereji lui succéda de 1HHJ à 1127 comme 
ailvocatits mananerii, selon les t. ■nues du document. Il 
tire son nom de son château de Morsberg (Môrsburg) près 
dn VVinterthour (pour les rapports de sa familh avec I. 
comtes de Winterthour et de Kibourg, voir l'art. Mons- 
nriii;). Il était aussi apparenté aux Nellcnburg. étant pro- 
bablement le lils d'une sirur du comte Ehcrhard III. fon- 
dateur du monastère. Le fils de ec dernier, le comic 
Burkhard, conclut un accord au commencement du XII" 
siècle avec Adelbert .■! son frère Dietrich, au sujel de 
serfs. Comme avoué, A. se rendit coupable dès le débul 
d'actes de violence contre le couvent. La Chronicon lier- 
nùldi rapporte qu'en 1098, il aurait fortifié un bastion situé 
près du in.uia.-tèie et se sérail emparé de biens apparie- 
liant .'• l'Abbaye. A loi -. les moines portant croix et r. lique? 
et chantant des litanies, se seraient présentés devant la 
forteresse où ils auraient été mal reçus; les uns furent 
tués, les autres blessés, tous fort maltraités par les ser- 
viteurs i\u comte, et ils durent se retirer lamentablement. 
Peut-être les empiétements d'A. sont-ils la cause des 
ordonnances sévères sur les droits de l'avoué promul- 
guées par le roi Henri V, en 1111, et renouvelées en 11'iO 
et 1122. Eu dépit d'elles, le puissant comte fit ouverte- 
ment selon -on bon plaisir, jusqu'au jour où le couvent 
réussit, en 1122. i s'arranger avec lui à la suite de la 
médiation et de l'intéressante ordonnance sur les avoués 
de l'archevêque de Trêves, Bruno, l'es lors, il semble 
qu'A, de M. se soit vraiment amendé. Cinq ans après, 
sentant sa lin prochaine, il légua au monastère des biens 
ass. 7. considérables à lllnau pour réparer les nombreux 
actes et les torts dont il était coupable envers le couvent. 
La donation fut confirmée par son gendre Meginhart de 
Spanhcim, époux de sa fille Malhilde. — Voir /./. 1. p. 35. 
- Baumann : Da.< Kloster Alleebeiliqen (dans QSG III 
57,80.95, l<>4. 108.1641. —Bûeger Cheoiùk. Kirchlw 
fer. Sbl. 1824. — Henking : Uas Kloster Allerbeiliqen, 
l-'estni lieift utr Zeiileuaefeier. I9U1. - BSchtold : Er- 
irerhg il l.ontlse/iaft, Festsclirifl ;ur Zentenarfeier, 
1901. — Worner: Verf. Gesc/i. der Stadt Sctiaffliausen, 
1007, p. 78. [Werni'.k.I 

adelboden C. Berne, D.Frutigon. Voir DOS l i 
légende rapporte qu A . a été i oloi 
d.- Suédois. Jahn voit (à tort, cei 
nient) des traces dn civilisation celtique 
dans le Heidenloch trou des païen- 1 à 

en. A. apparlint sani d. 
Fruligen à la seigneurie de Ko n, pui 
à la maison deW'tidiswil seconde moitié 
du \ 1 1 1 siècle), passa par r 
1302 aux seigneurs de la Tour .1 Chàtil 
Ion el futcnl'in acheté par Berne en I lOrj. 
L'évèque de Sun po isi da la stiiei 
sur I vlpe d'Engstli^ u de 1232 a 1810 ; les alpes du I avey- 
gral appartenaient en 1357 à la maison deWoisseiiburgel 
une parti, d. I . ;' rôt de Diirren à I nuis Bi ig 1er dn Berne 
I. ! En li33, après avoir obtenu la permission du I ni e 
il. ; || cil |uante-six i liefs iln famille i onstruisireul 1 •'- 

glise d'A. et lixèi ■ nt une prt h ndi ib quan Ilorins du 

Bfiin L'ne querelle avec l'éjlise-mèrc de Erutigen, qui ne 

voulait pas laissi r \. se sép lier d'elli fut turmil 

une prononciation du (.'.ont. ul de Berne eu 1435 et 1439 



• 



. 






V '.. -T, ^> t''- 



/ ' 



ADELBODEN 



ADENOT 



Le droit de présentation du curé appartenait aux parois- 
siens, ce que Berne reconnut expressément en 1451. En 
1453, A. est appelé alias mira et comptait cent quarante 
feux. Une fresque de 1471 dans le porche de l'église, qui 
a % :< il été recouverte après la Ré-formation pai une pein- 
ture représentant les dix vierges, a pour sujette Jugement 
dernier et montre en particulier les ecclésiastiques dans les 
gouffres de l'enfer, lin I47b\ A. obtint son propre tribu- 
nal. La déformation y rencontra des adversaires acharnés 
et il se produisit des scènes violentes pendant les si rvices 
religieux. La découverte il une mine en I.Vi.'i et d'une 
source sulfureuse en 1.159 attira momentanément I ntlen- 

tion du gouvernement mit- le village. 1 ii IG'H'., la r 

miinr réunit 1800 livres poui la cure et l'école, en 1676 
encore 800 livres et décida alors la fondation de quatre 
écoles à Loden, Innerschwand, Sticgelschwand et llirz- 
boilen. En Iti.'i", l'épidémie appelée « maladie hongroise » 
enleva en huit mois 123 habitants; la peste, plus vio- 
lente encore de septembre 1G69 à février 1070, lit 550 
victimes Lors de la Gucrrejles «paysans, la majorité 
tint pour le gouvernement ; néanmoins il y eul jussi 
des rebelles et, à cause d'eux, une amende de vhigt cou- 
ronnes fut infligée à la commune. Lors de lu première 
guerre de Vilmcrgen, les gens d'A. se rendirent à Rossi- 
nières et gardèrent la frontière du Valais à l'époque <!<■ 
Noël, « aux couches froides », selon les termes du docu- 
ment. Le narrateur de celte campagne devint plus tard 
le préfet Allenbach fvoir cet article). Dans le consistoire, 
le pasteur llans-Jacub Lehmann exerça de 1670 à 16S6 un 
régime sévère, ne craignit pas d'attaquer ses supérieurs, 
et, à cause de son esprit querelleur, dut subir un I lame. 
Kn 1712, les homme- d'A. se trouvèrent à In deuxième 
guerre de Yilmergen avec leur bâuneru! Acan Murer; 
chacun reçut au départ, comme frais de route, quatre 
livres, et au retour, un repas au\ frais de la commune ; 
deux hommes furent tués au pont de la Bitter. Le lieute- 
nant Christian liucher conduisit les soldats d'A. à la 
frontière en 1 7 -i 3 et le lieutenant Gilgian Schmid pour 
étouffer la révolution à Genève en I7S-.I Les gens d'A. par- 
ticipèrent aussi à la répression du soulèvement des Yau- 
dois et à la mobilisation dé 1792. Lors de la chute de 
Berne, la compagnie de l-'rutigrn combattil à rlussel et 
à Neuenegg : six hommes d'A. tombèrent. La cure actuelle 
date de 1822; le gouvernement avait accordé 2000 livres 
pour sa construction, l'es années mauvaises, le bas |>rix 
du bétail, la fièvre aphteuse en 1839, la maladie des 
pommes de terre, les défais causés par les eaux, le 
manque de gagne-pain, lirent tomber les habitants dans 
la pauvreté et causèrent des émigrations en masse, par- 
ticulièrement en Amérique. Une fabrique d'allumettes, 
l'ondée par le capitaine Jean Rieder, un combattant de 
Gislikon. une boulangerie coopérative, un asile commu- 
nal pour les indigents, ne contribuèrent pas plus à amé- 
liorer la. situation que la fabrication des boites d'allu- 
mettes, la filature de la -oie et l'exploitation de I ardoise. 
lu I8C4 lut fondée une école supérieure. La nouvelle 
route construite de 18". à lfs'i et dont la participation 
d'A. «'éleva à Ir. 130000. —, provoqua l'essor du village 
qui devint peu à peu un lieu de villégiature d'été et 
d'hiver. En 1901, dans une excursion en skis, Walter 
llagrn. docteur très aimé el violoncelliste remarquable, 
eut un accident mortel. I.n 1908, installation de la nou- 
velle maison décelé. |i)17 service postal parant bile. 

en 1798 : 120-2; en 1818 
I5IIS: i n I8fi0 : 1.1311 : i n 
n I8SS : 158»; en 1900 : 
ji -ire- île paroisse datent 
eeN île l.Y.ti, pour les de- 
dés limite - communales, 
■h. notaire, préli I, poète, 

uentzi, nul île VArith- 

ierre Jor-i. adi i trati ur 

• Jean Riedi r. capitnim 
I tii m,. Schmid, ISI2- 
8S. instituteur à lëi-nle 



ptnil el 


17111 


11(3 hoh 


n 1831 

1552: e 


: UlfiO; 
i 1SS0 


. n is;,i 
ie-W: 


n 1910 


2103. 


- Les 



Dl b - 1)1 



117'! 

1870 
1504 
pour les baptëi 

ces de KiOS. Sont c n- hors 

entre autres : Abraham Ail. ni. a 
cl roniqneur, f 171)5; Maurice !• 
met ira fundamrntatis, 171d: I' 
de I église, de 1781 à 17SS. ,, éi 
d'artillerie, préfet. I8D5 lK7ti: 
1892 ; Abraham Aellig, 1838-1! 
supérii m e, président du tribunal; c'est principalement 

s ses efforts qu' A. doit -. ivi Ile route. — Voir Guide 

d'A . édité p ir la Se, .':.• .lu ,!.'•.. I, ;.;. menl 

Steiil. r Uns Frutigland, Berne 18S7. - K. Si 

Oit t'ruligtandt Getrhiclitc. — llerm. Hartmann ; /vos 



Humer Obcrland in Sage u. Gcscliichtc, 2 vol. — Ernsi 
.lorin : Dur Hanton Obcrland, l>i--. Zurich 1912. - I •.,. 
traits <\i^ chroniques locales (Allenbach, Aicher, II. m 
llager, Murer. Schmid). vi.f, h Kiascn, 

adelhardt. l'.unille originaire d'I'lm, genevoise 
par George l. George, B. G. I" mais 1583. Armes : .1 ar- 
gent à aigle éployee de sable. Cini.: un bras tenant un 
Ii vier ou bàlon recourbe aux deux bouts, posés de fasci 
Genève, A. IC. : Galifle, Artn. p. 5. c H 

ADEL.HELM, Li. BlEMIKI lu.rx, premier abbé du COU- 
veul d'Engelhcrg. Dans la charte primitive de fondation. 
du il novembre 1122, et dans la charte impériale, du 2H 

déc lue 1124, il est appelé le père du couvent, et dan. 

la bulle de Calixtc II, au 5 avril 1121, le prieur; ces 
appellations i épondi ni bien aux origines d'un mon., tèn 
La chronique du couvent, du XII' siècle, dit de lui : 1 u 
1131 mourut saint Adilhclm, notre premier abbé, celui 
qui. aujourd'hui encore, assiste ceux qui viennent sur s,. 
tombe. La chronique du XV« siècle rapporte : Il brilla 
dorant sa ... par ses vertus, et après sa mort par ses 
miracles. Le plus ancien livre des tailles fixe sa mort au 
25 février. Ailelhelu, est .ncoie w'-nêrc dans le couvent 
comme bienheureux. Sa tombe, dont quelques fragment! 1 

Seulement fuiClll Salives lOI'S de IlIlCeildie rie Cette 11131- 

son religieuse, se trouve maintenant tout au fond du 
collatéral droit de l'église du monastère. On consi rvi 
dans la sacristie un bâton pastoral modeste, à la crosse 
de corne, auquel e>t attaché un suaire, aiu.-i qu'une 
chasuble : on croit que ces objets ont appartenu au pre 
mier abbé Les légendes qui se -ont formées auti ur .1 
sa personne sent représentée: en peintures murales dans 
la grande salh ihi monastère. On croil qu'A et ses com- 
pagnon- tinrent du couvent de Saint-ltlai c, dans la 
l*oi ét-None ; v ;:i,.„.iil tes témoignages du 1 . I- des an- 
ciens temps, pour ou contre celte opinion, nous font 
défaut; pourtant un fait parle en faveur de cette ori- 
gine : le successeur d'A., l'abbé l-'rowin, venait de Saint 
Biaise. — Voir : VZ I, p. 145. — Mon. germ hist. «cri'yi- 
tore», XVII. p. 175. - Afd. VIII, 103 et 11.9. — Albur. 
Engelbergense, 1882. - Ma ver, P. Ilieronymus : l»-s 
lien dikliner "/' Engelbery (Heilage zumJoliresberidil 
des Gymnasitims, lS'Jlj. - Gfr., lit. — Durrer, l'a bert, 
dan- l'.alin : Slalislih seliivciz. Kunsldeiilurnler : Un- 
lenealden, p. 158. I'. lgi n.i Hi 

«DELLIN. l-'ainille vaudoise ; de Dommartin. ilcul 
plusieurs membres jouèrent un rôle politiqui à Lausanne 
au XIV siècle. [M. H.] 

ADELPHI, ./<'.-()), médecin de la ville de Schallhousc, 

' de 1514 à 1523, humaniste, écrivain, propagateur d< la 
Réforme. Son vrai non est Miiling (Mulingus). Il • -i m i 
ginaire de Strasbourg où il apparaît en |â05 connue mé- 

decin. el .n |~>08 t-l I512 il est à Trêves coin :oncctonr 

d'imprimerie. On perd Fa trace à Schallhouse après I523 
el sa destinée est inconnue. Adclphi. aussi Adelphus. tra- 
duisit du latin nonibn d'ouvrages médicaux historiques, 
pédagogiques et religieux . ; publia lui-même di 

, hé-, divers. - Voir f'.iichlold : tirsclt. dur dculschci LU 
in der Schweii, p. 431. -- G. Mâgis : Schafflwutrr 
Schviflslelli'v. - liiillniin dan- GrmiUdc di-r Scfiwei:, 
Kt.Urlmlfli., p. 86. - Charles S. Imn.ll : llisl. littéraire 

! de l'AUace 11. p. 133 1 : lui. 11 \v. 

adelungus. Voit AllAI.OXi:. 
ADF.LWIL iC. Liicerne. lé Sin-see. Cour N'euenkircb 1. 

i liai,, au près de la stalion de S. mp.irh. At'elvile en 1173. 
Adihvilarei 11 1I78H Adelu-eilaret-n I 181 L'anciènnejiiri- 

diction ('IVinghnf d'A. comprei quatre villages. Kip- 

pertseluvand, Adehvil, llueggeringi n, Si: ; ingi n, el aussi 
|i - terres du couv. ni de Neueiikirch. Depui- I in tri 
ib'S sceaux de justice dans le canton de l.ucerne en 1722 
A. tNeiieiikirchi a placé l'ëvêipu l'Irich. patron d. Xeiien- 
kirch dans le sir 11. GV-tail un di s plus grands si 1 mx du 
bailliage de Rotenburg. la . hapelle est une anm se d 

Si mpai ! 11 11I1 au m ns à I 120. Sur si - tableaux el 

son . ulli il. Saint. -Plinbelh loirSti'u ki 11- 1 - . h 
11)10. p. GM. - Bé.Isterli : Gescli. der Vforrei Si 
Si esser: liexhlsges -hirhle. I\ \ « 

ADEiJOT . u d'ADENOT, .liifqtion, 1 orrain. de 
Il 1 | |i ■ 1 | il 1 de la Si-igni m ii 

' néve ,. ; | m la m ire de I.DS9 contr.' b due d, Savoit , 

. fut accusé d'avoir voulu trahir la ville au profit du duc. 






ADERA 

condamné à morl par les magistrats genevois, el exécuté 
le 17 novembre I589. DuBois-Melly en a fait un des hé- 
ros rie -m roman historique intitulé: Ere de La Pasle, 
•„isnde de la r/uerre du Génère, i~>80-1000, Genève et 
lliil'e, 18S6. - Voir r.enève, A. Ë. : R. C. t. 84 [ 1580). 
iiàssim et P. C. ii" 1790 (ers documents ont été publiés 
on partie par Duliois-Mellv, op. cit.). V '■ 

ADÉRA un ADEREN (C. Fribourg, D. Lad. C. Uni.' 
au N -'-• de Morat, où l'on prétend, à tort, qu'était le 
quartier-général de Jacques, comte de Romont, allié de 
Charles le Téméraire, pendant le siège et la bataille de 

Morat en 1476. Toutes les sources conlcmpon t i s 

apprennent, au contraire, que le quartier-général du 

c te de Romont était au nord de la ville. S'il avait été 

sur l'Adcra, le comte « serait aperçu de la défaite subie 
parles Bourguignons sur la plaine de Châtel-Salvagny. 
et il ne serait alors pas resté dans son camp jusqu'à 3 
heures de l'après-midi à tirer sur la ville. Ceci se trouve 
aussi confirmé par la Vue de la bataille de Moral, gra- 
,; T ,,.„ M.,rti Martini (Fribourg, 1609), d'après laquelle 
se trouvait un gibet au sommet de TAdéra. i l).] 

ADL'RT, J.icimcs «■ à Bergerac, de parent? fran- 
çais, en 1817. Il lui. en- 
core enfant amené n Ge- 
nève et v lit ses études au 
Collège puis à l'Acadé- 
mie. M alla ensuite à l'a- 
ris, entra à l'Ecole Nor- 
male où, comme élève de 
V. Cousin, il collabora à 
l'édition des Dialogues de 
Platon, publiée el connue 
r.. hs le nom île maître. 
I>i venu professi ur au ly- 
cée Bourbon- \ i ndée, il 
le quitta lorsqu'une place 
rut vacante au Collège •[■■ 
Genève. Il y était depuis 
quatre ans (1S40-1S44) 

maître de « pre '-rc clai - 

sique », quand la chaire 
de tangue ci littérature 
gi ecques dut être repoui - 
vue. A. composa à ci tte 
occasion, son Etuclt 




Pvof. Jacqu. - A du 
Catalop. KiLI. Ade 



Tlicocrite (Genève, I843), thèse de candidature toujours 
admirée et qui lui mérita, à 27 ans, sa nomination de 
professeur. La révolution de I846 l'ayant mêlé a la poli- 
tique, il donna sa démission avec plusieurs de ses collè- 
gues. Il sonaea alors à partir pour Baltimore où une 
chaire universitaire lui était offerte, mai- des nniis le 
retinrent, le suppliant de se charger de l;i rédaction du 
Journal de Gi'M'V. ; il n accepta qu'avec peine. Les al n- 
nés étaient tombés à un chiffre dérisoire, le journal ne 
paraissait que trois fois par semaine. Tout en étant, au 
début, rédacteur de la Uihtiothc, t ne universelle el pro- 
fesseur au Gvmnase libre fondé par Ile la Rivt. Rilhet 
el Turreltini, \. mil eependanl à sa lâche nouvelle une 
telle énergie et une si grande envergure d intelligence. 
qu'en quelques année- il releva le journal el en lit un 
organe international et quotidien. La famille de Guil- 
laume l'avrc le chargea de publier les principaux mé- 
moires de celui-ci : il les réunil en deux volumes, inti- 
tulés Mrlannes d'histoire littéraire (l'.enève. IS56, 2 vol.) 
qui s'ouvrent par une Xolicc d'Aderl sur la vie el 
les écrits de Guillaunif Favrc (tirée à part broeh.). 
Depuis ISfiO. quoiqu'il conservât ses fonctions de rédae- 
teui en cher, A. n écrivit plus guère lui-même (|iie quel- 
ques articles littéraires cl une binr/raphie de James 
Fazy qu'il n'acheva pas. Il continua du moins a entrete- 
nir une vaste correspondance. Vieilli et malade, i! don- 
nait sa démission en lis-Ci et mourait l'année suivante, le 

4 juin 18?«'. J- Adèrl est bien connu comme bibliophile. 
Su bibliothèque, riche surtout en ouvrages du N\l s. 
Ivoil le Cat-liMiite, mss., imprimés. autaijrnphes.Vaiis, 
Genève, ISK7i l'ut dispersée après sa mort. - \oir •/'.. 

5 juin I886. - MDG t. 22. - liullctin (IKSO . - /• ' "'- 
i , ,/,. r.eni <■ et son histnire. Faculté des Lettres 

fS7-i-1S9C, par B Bouvier (Genève, liS0«">). IH » 

adet, l'Icrrc-Auyunit', diplomate français, * o 



ADETSWIL T.'i 

Pari- le 17 mars 1763, avait été médecin puis employé 
dans l'administration delà marine cl des col. .ne loi 
que, le 8 sept. 1794, un arrêté du Comité «lu Salut pu- 
blie' l'envoya en qualité de résident diplomatique à Gi 
nève poui v remplace! l'ex-abbé Soulavie et pour procéder 
a l'arrestation île ce dernier. A. arriva à Genève le 19 
sept. 1794, el notifia sa mis don au Conseil qui lit pi oci - 
iler iinniédialeuienl à l'arrestation de Soulavie. devenu 
,.. Iic.x à la pluparl des Genevois. Pans la nnii du 19 a 
•'il seul Soulavie l'ut conduit au château de Tournai puis 

le lendemain, remis, lié el garrotté, au général c lan- 

danl le pavs de Crx qui l'envoya a Pans. A. fui i n 

séance solennelle par le Conseil le 22 si pt. l'fli dan !.. 
salle ries Deux-Cents décorée des drapeaux genevois, 
français el américains. Pendant son court séjour a 
Genève V. ne cessa de lé igner la plus pi-aBrii bienveil- 
lance aux Genevois, Lien différent en cela de son pré- 
dé— ,-cnr Soulavie, cl il intervint avec beaucoup de pi i 
sévérance el de dévouenienl pour obtenir I envoi a Genève 
de ,1 n,.",- alimentaires, de bois el de charbon. 

In arrêté du Comité du Salut public. q<i il reçut I- 
Il déc. 1794, lui notifia sa nomination de ministre au\ 
Etats-Unis el sou remplacement par le citoyi n Félix L>< - 
portes. A. quitta Genève le 14 dec. vivement regrellç par 
les autorités, Il fut rappelé de Philailelphi. le i mars 1 196, 
mais il conserva son emploi et fut renvoyé de nouveau 
en Amérique le 28 oct. suivant. Il n'en revint délinilive- 
,,,,,,, ,,,,;', |j [jn de Lan VII et se rallia au 18 brumain . 
Mais Lus (le -es séjours à Pari-, il s'employa avec la 

,,lu.' rande r plaisance à faciliter les efforts des dépu- 

t,-.. .renevois, Micheli et Richard entre autres. Il assista 
en particulier, le 3 aoùl 1797, à l'audience que leur ac 

1:1, nuiiv.au ministre des relations exlérieun i. 

levrand A. cuira au Tribunal le 3 nivô kn 11 
de. 1799), devint en Lan XI préfet de la Ne ère. lut d<- 
uiitéau Corps législatif en 1809. Il mourut à Pari le 19 
mais ISo'i - Sordel : Histoire des résidents de France 
„ Génère. - A. Ma/on : Histoire de Soulavie. — r. 
|!arbr\ Félix Despnrtes et l'annexion de Genève à In 
France' l'apiers de Varthrlemy, tome \ll. -- In- 

i, ,„...: r des chercheurs el curieux, 1895. R. B 

ADETSWIL (C. Zurich, D. Ilimvil, Corn, li.irctswil 
Von fi(.'.s'). \'ge. roui, civile rélablic en 1910 el corn, sco- 
laire \ncien établissement alaman En 1830. lors d< lacons- 
truction de la maison d'école, el déjà une fois aupara- 
vant, on arriva sur un grand cimetière alaman : un scra- 
ini-.iv etdes couteaux qui v furent recueillis se trouvent 
.m Musée Nahonal L'endroit appelé llcidonbûlil (colline 
d.s païens) .<u N'.-O. du village peul rappeler aussi des 
établissements plus anciens, comme celui au X.dePalten 
où l'on découvrit en ISS0 plus de (100 monnaies romaines 
[,, au III siècle (du .1N.I ISP0. p 67). C'est à tort qu'ona 

cherché HaliinlIxkiMi »u YYctzil -ur L Kirchhûhl a 

I ,,,,,.-: d,, villa: .■. l'n 857 ou 858, Wolfdlirud d mna un Lien 
situé à .Ulaloliïsvïlaïc au rouvent de Saint-Gall d ml i j] 
[ L . ,.,,,-nt ensiiilc coiuiiie bien censitaire pour elle et ses lus 
\,1 illioir el S. Ilm. la- nom signifie li inieaii d Ad iloll ou 
11,. r( .|iii .on » agil noblement ». (Meyer : Ortsnanien, 
, r Ki',1). i;„ lant'que village, il est appelé Adollswite de- 
puis | e :i août 1322. t'a- jour-là, Lal.l.é de Si Gall donna en 
I,, .fan couvent de Itiili l'avouerie que Liudigcr de Uer- 

,1, possédail sur trois métairies ,l le bien di lui li 

,,u il avmt vendu- à lluli. L'Autriche conteslail au même 

\\,.,,1, | e droil de propriété sui li us de ces domai 

,,, , | avom ri. du rillaiïr apparli nait i i ileau d< Crci- 

■ renher" (voir cel arlieli el était un lief st-gallnis entre 
le-m-iTn- des si ign< tu .1 llinwil du X'1V« an X\ l« siècle. 

,,.: :;:; ,,.„<. . ,<. ,. i.,,, ,.. n 1379. eu. ,«»« » Herd.- 

...,, de llinwii 1 lédérii de llinwil, a i.reif.nberg. 

ïi„l en 1473 avec la ville ,| e Zurich, comme nouveau 
l, , ,,,,„. de pan 'i-' 1 le revenu des aiin-ndi ■ de la haute 
,., ,1,' [a bas-.' justice. Statuts pour réo pli.m de m uveanx 
habitants de I.V18, I5G5 i t 1013. el .1 existi u : i .du 
... i ., „ , | ■ , i : ; m ord miiauc. sur la i di bois • i 

j", ,,,-L.e i ommin ah L huissii : était m i ni.mme par 
le châtelain de Greir. : nberif.siir une triple pri - nlation 
1 ., haute jiiMice apparli nail au coml il Kiboui 
huis ier spécial. Le village fut compi'i- pisqu en lb/1 

dans i u-roudi: ein.i.l ne I' ITsiOil n L'. 

I|t ii posséda pendant longtemps la -• u|. classe d hiver d.- 



f(i 



ADHOKTATOmiiiN 



la commune (le Bàretswil, fut fondée en 1701, mais une 
maison d'école fut construite seulement en 1807 et la nou- 
velle de 1836 fut édifice tout entière an moyen des maté- 
riaux d'un bloc erratique. Dans les années 1831, 1847 cl 
1KV.I, des incendies consumèrent successivement 12, 8- 
lOct 32 maisons d'habitation et autres constructions; 
celui de 1859 anéantit la plus grande partie des archives 
du Conseil du dislrict de llinwil. L'agitation des esprits 
après l'incendii' d'une fabrique à Uberustcr, nécessita 
en novembre ls:i2 l'occupation militaire de la commune. 
De 1813à I8i'i. la roule communale de Kcmptcn à A. fut 
reconstruite, puis en 1847 corrigée dans le village. In 
1631. il v avait I0(i habitants, en 1910. 230. L'nc filature 
de coton" Ilirzel et Co fut fondée en 187-1 par Heinz Riiegg 
auTobcl'. Il y a une maison de convalescence et des villas 
à A. sur le llûrgwcidli : fondé par la société d'utilité publi- 
que du district de llinwil puur i iifants débiles i l îles con- 
valescents, cet établissement a été décidé le 30 novembre 
1902, eonslruilen 1904, inauguré à la l'e cote 1905. Rap- 
ports aiiiim I- depuis UHS-19UG. - Voir MA (,'/ 111. fuse, 
i p.'34. — il.Sruder: Grxch. drr Kirc/nicm.Di'irelswil. — 

H Miropuli : • > ,n:-,.. <„■,'. ;: , I '■ Uaùstiun, ■ Ut- 

bar 11,314. 11-MlEoi.] 

ADHortatorien. Lettres que la chancellerie 
zuricoisc du XY1U' siècle envoyait à ses sujets (p. e.\. à 
l'abbé de Saint-Gall, en 179Ô) pour les persuader .I obéir. 
- Y.Y 1865, p. 5. [K 11 ! 

ADISWIL [C. Lucerne, 1). Surscc, Coin. Gunzwil). En 
893 Adoltwilare, 1045 Adeleswilare, 1173 Adehvile, 
1323 Adilsu'ih: La ternie, selon le rentier des Habs- 
bourg, produisait annuellement uni livre pfennig cl ap- 
partenait au cotivenl de S, h. min-. r \ w .} 

ADJOINTS SU CONSEIL DES CC (Genève). 
Créé: par I'!' in de PacMicatioii du -I novembre 1782. 
en compensation du droit de faire des réprésentations 
qui était enlevé aux citoyens et bourgeois. L'institution 
fonctionnait comme suit : 'lotis les citoyens et bour- 
geois laïques, jouissant de ,'eiirs droits politiques cl qui 
remplissaient certaines conditions d'âge et de fortune, 
pouvaient se faire inscrire sur un registre spécial. Cha- 
que année, au mois de janvier, on en tirait trente-six 
au sort dan.- le rôle susdit pour les adjoindre au CC 
iGrand Conseil). Les adjoints, qui restaient en charge 
un an, avaient le droit : I de faire, le premier lundi 
de chaque mois, comme les membres mêmes du CC, des 
propositions relatives à l'administration et au bien pu- 
blic. Le Conseil des XXV (Petit Conseil) était tenu de 
leur répondre dans le délai de deux mois, comme pour 
les propositions faites par les membres du CC, et. comme 
pour ces dernières, il conservait le droit d.- refus pur et 
simple. 2" Ils avaient voix délibérative dans le CC pour 
toutes les questions ayant Irait aux propositions, 3" Ils 
assistaient cl concouraient de même à toutes I- opéra- 
lions relatives à l'élection du Grand Conseil 1 Lorsque 
le l'élit Conseil était constitué en Tribunal, dix-huit !!'■ li- 
tre eux assistaient comme représentants di la bourgeoi- 
sie à la pi lidoirie des accusés et à la lecture di s conclu- 
sions du Procureui général, et dans les cas de rei m i n 
grâce. Us dix-huit autre-, assistaient également a la lec- 
ture de la requête et à celle des conclusions du Procu- 
reur. Ces prérogatives d'ailleurs n'cmpèchaicnl pas l'ins- 
titution d'être des plus rétrogrades. Elle retirait en ell'et 
ledioit de représentation à l'ensemble des citoyens et 
bourgeois pour l'attribuer à quelques-uns d'entre eux 
seulement, sou- forme di propositions, et encore moyen- 
nant des condition- restrictives, aussi ne jouit-elle jamais 
de la faveur publique. Les adjoints furent supprimés par 
l'Kilil du '22 mars 1701 qui rétablit le droit de représen- 
tation. — Sources : Edit du l'uci/icalion du 'il no >'»i- 
bre 178?, tare Mil : Des lit-présentations, et Edit il" 
:':> mars l'.'JI. K. I.. I ■ i 

ADJOINTS AU MAIRE. Voir MaIKE. 
ADLER, l'ii-drrir, de Vienne, * 9 juillet 1879. 
l'rival-doccnl de physiqui à ITniu-rsilé do Zurich 1910- 
II. rédacteur du l'ùlksreeki i n celle ville. Connu pour 
avoir assassiné, le 21 oct. I9H1, le comlc Slûrgk, pi ésidi nt 
du cons-il des ministres d'Autriche. I Un *'- N 

ADLER, M:mrivo, magister, doyen du chapitre des 
chanoines de Zurzach vers lolti. Auteur d'une biographie 
île Ste-Vcrène, illustrée de gravures sur cuivre par Chris- 



ADLIGENSWÏL 

tophe Greuter, d'Augsbourg. — Voir J. Gruber: Die Ur- 
kunden des Sliftes Zurzach, Aarau 1873. f V ' 

adlerpass. Passage à 3798 m., entre le Strahlhorn, 
au sud. et le Itimplisrhhorn, au nord, qui conduit de /• i 
malt à Maltmark ou l'ée. {DUS l. |4l, fui franchi pnui 
la première fois le 9 aoûl IS'i'.i par le professeur Melehioi 
L'hicli, Gottlieb Studer et Golllieh Lauterburg. avei li - 
guides .ban Madulz, François-Joseph Andermalten el 
l-'raiiçois-Josepli Antamatten. et la •..ronde loi-. le 30 ai. ni 
1853, par Alfred Wills el lleath. avec I" pasteur Jean- 
Joseph Imseng el François-Joseph Antamatten, qui trou- 
\ . ■ 1 1 ■ 1 1 1 au sommet du col une plume d'aigle. Ce petil 
épisode voulu! que l«' nom d'Adlcrpass, suggéré par le i ■ . i - - 

leur Iniseng fit disparaître l'appellali le Kimplischgrat 

donnée par la première expédition, et celle du col Imseng. 
ajouter par \Vill-. qui figuraient sur la carte Dufour de 
1862. C'est le pasteur Imseng lui-même qui lit inscrire le 
col Imseng sous le nom d'Adlerpass dan- le journal de 
A. T. Malkin, du 27 aortl 18.7'.. L'appellation d.- Col de 
l'Aigle, que Ton rencontre parfois, Dn se justifu p mi 

dans i conlrée purement allemande. — Voir: liera- 

uni' Clelselterfahrlcn il den Huchalpoit de> Sr/nrci: Il 
(Zurich 1803), p. 130-143. - A. Wills : Wanderings 
amoug the high Alps lion. Ion I8ôfi), p. 15G, I74, I86. 
- Alpine Juurnal XV. 210. [II. D.j 

ADLEYSHAUSEN (C. Zurich. Com. cl paroisse de 
Griiningen. V. DG.S'l. Dans le bois de Strangen près d'A. 
on découvrit en 1891 et 1912 plusieurs lumuli de la pé- 
riode de llallstatt ..I.S.I NS. 13, p. 263 s.). Adlatzhuseu 
en 1314; dans le rentier d.-s Habsbourg : Adlashusrn, vil- 
lage du district .plus tard bailliage) de Grûningen. Ce nom 
signifie, d'après 11. Meyer : Ortsnamen des Kl. Zurich. 
N 1251 : e Près des maisons d'Adalolt ... Il forma jus- 
qu'en I800 une partie de la commune ci\i|e <!r Xieder- 
çlatt, supprimée celte année-là. el avait un bien commu- 
nal de soixante florins. En 1701 un incendie priva cinq 
familles d'abri et les dons du bailliage s'élevèrent à 1373 
llorins 33 schellings. En 1825 A. fut compris dans | a 
communauté scolaire d ll/ikon et devint eu 1827 une 
commune civile indépendante avec son statut pour la ré- 
ception des habitants (Hinzugsbrief). Cependant, le 20 
décembre 1881. elle fut dissoute el le trésor communal 
de ilenx cents franc- servil à établir un étang, réservoir 
contre l'incendie; le reste lut versé à la cm poration de dé- 
fense contre l'incendie d'Itzikon-Adlclshausen. — Voir I'/. 
IX. n°3312. - Archiv. du Canton de Zurich. A t. 24. 10; 
KK 102. 3 et 4; N 83 b. - .1/.'»/. Tig. III el IV. [K. H.] 
ADLIGENSWILlC. et 11. I.ucerne. Voir DUS). Ml 
lage et coin., nommé en 1210 Adalges- 
iri'le, 1257 Adalgisu-ile, du nom de per- 
sonne Adalgis, était à l'origine une fern e 
du couvent île Murbach, sou- l'avouerie 
.!.■- seigneurs de Rôti nbui ... Kn 1243 
Nicolas était riifieu» d'A. : Arnold d'A.. 
nommé dan: l'obituaire de Seedorf, est 
de la même • i que. Le vill igt p iss i à 
l'Autriche en 1291 par achat, el Ri dol- 
phe, celléi ii r de Lucerne, recul d'aboi d 
l'avouerie en tief; puis, en 1326 ce fut 
le chevalier Hartmann de Ituoda et en I3G2 Jacob de 
Rot. Enfin Lucerne. en 1406. en acquit la possession. Le 
vieux droit en esl consi rvé dans un registre du X IV- siè- 
cle. Iléjà en 1381, Lucerne avait accordé la bourj si. 

à douze hommes il A. Le rentier de l'église, du prévôt 
Vogl (vers 1199), présente connue armes de l'a 
juridiction d'A. celles de la ramille lli iml eri . l'avoyer 
Jean de bramberg avait reçu en dot de sa fcmmi la ferme 
de Stuben dans la commune. A. possède deux sceaux 
ou, maux datant du XYI1I l'i i du pa- 

tron de l'église. Saint-Martin; la demi-roue à l'arrière- 
plan dans le , rand sceau i appelle les ai mes de la juridic- 
tion . oupé d'or an lion issanl de sable, el de sable à la 
roue d'or. L "architecte de l'église en possédai! le patro- 
nace el devait conli ibucr peur sa pai t aux revi nus du curé 




• et devait conli ibucr p 
dont la ( barge e\i-t.nt déjà en 1 
furent réunies : en 1074, A. eut m 
mie pai oi si indi pendante I 
ti ut p, m- !< 

de II. '■ I' - A., d'un 
I. n ci rue .m milieu il 



ux i . 

'. h , deux cures 

eau. i 1 en 1S61, il forma 

. ,-epislres île paroi: -• da- 

.... I011.| 

familli ili pavsans d'A.. habitaient 

XIV- siècle. ' P. X. W.) 



AIH. IKON 



AIHJKON 



/ / 



ADLIKON (C. Zurich, l>. Uielsdorf, Com. Regensdorf. 
Voir l)Gi>). Village, commune scolaire jusqu'à 1900 . com- 
mune civile. Klle a les mêmes armoiries (gravées sur une 
vieille lanterne) que les nobles il A. dans le district d'Andel- 
lingen. On découvrit vers 1854 les fondations d'une construc- 
tion romaine, ainsi qu'une quantité de tuiles, quelques us- 
tensiles et des monnaies à l'endroil où la voie romaine coupe 
la route de Zurich et pénètre sous le nom de Maulesel- 
(.as-e dans les Strasscnâcker. Dans le voisinage se trou- 
vent les lleidenlôchcr (trous des païens), qui sont proba- 
blemcnl des puits comblés (MAO/. XV, p. si). Dans la 
\',lla Adalinc/iova propriété du cousent d'Kinsiedeln 
déjà en 10-40, provenant d une donation d'imi/.o, comte 
d'Argovie. Plus tard, nous voyons apparaître comme pro- 
priétaires à A. principalement l'abbaye de Zurich et les 
barons de Regensberg; ces derniers, au cours du XIII" 
siècle, aliénèrent leurs droits à des ramilles bourgeoises 
de Zurich, au couvent de Weltingen et à d'autres maisons 
religieuses. An X 1 V' siècle, Wettingen possédait une 
moitié des droits de justice el les Créditer de Zurich 
l'autre; on ne sait quand ni comment In part de cette 
famille passa an cornent de \\ s 'in.,.1 i. - était Ml 144.1 
propriété commune de Wettingen et des couvents de fem- 
mes d'Oetenbach et de Sle-Vérène à Zurich, propriété qui 
revint à l'hôpital lors de la Réformation. I.a haute justice 
appartenait aux Kibourg. Sous le gouvernement zuricois 
et jusqu'à la Révolution, A. formait une partie du haut 
bailliage de Neuamt, puis fut compris dans le district de 
Regensdorf sous la République Helvétique. Le plus an- 
cien rôle coulumier écrit date du milieu du XIV'- siècle 
flfoppeler dans SSII Zurirh 1, 11. En 1704 une partie 
de la tour du chàleau d-Alt-R-egeus-berg servit à cons- 
truire le pont d'A. I.a commission scolairi il-- Zurich 
décida la fondation d'une école à A. en 1711 : mai- file 
disparut bientôt, l'instituteur Rodolphe l'rev sY-tanl livré 
à des arts défendus, avait été cité devant 1.- tribunal ma- 
trimonial lEhegcridil) (Archives du C. de Zurich, K II). 
l'n 1830, la communauté construisit une petite école; en 
1850, la fortune de celle-ci s'élevait à 1740 florins et 
celle de la commune à 331» florins 12 sch. [Hem. Tig. 1- 
IV). — Les seigneurs d'A. qui vivaient encore au XVI e sic 
de provenaient d'A. près d'Andellingen. Chtono et ses 
frères Landoi.d et Brrciitold, de Adelinchoven, témoins 
dans la donation de Lutolf de Regensberg en faveur de la 
fondation du couvent de Kahr, le 22 janvier 1130, ve- 
naient sans doute d'A. près de Regensdorf, mais étaient 
des paysans libres i VZ I n" 279) : les témoins du 16 février 
1280, par contre, étaient des paysans non-libres ',1/ V, 
ii- 1759). Comme Hknt.i, qui avait été curé à Embrach. 
s'appelle le 12 avril I31S de Adelinchon, on peut bien 
considérer colonie provenant de ce village son Irère 
l'irich. curé à Hurli (Zurich), et sa soeur Guta 11305-1331). 
ri.mcif. de Ru. b. et Gcta sont les fondateurs des autels 
de St-O-mer et de Sle Catherine à Rulach. V Iliavi.] 

ADLIKOU, anciennemenl aussi ATTLIKON (C. Zu- 
rich, I). et paroisse Andelfingen. Voir DGS). Commune 
civile et scolaire. I.a commune comprend aussi l'école 
d'Humlikon et les communautés civiles et si olaires de l>-.t- 
wil et de Xiedeivvil. [Mem Tig. IV. p. 5931. loi nie- ancien- 
nes: 1230 Adilincon. 1233 Adlinchon. Le nom provient 
d'Adelinghofen, siqnitiant : près des fermes d'Adaling, 

d"j4(/n/o(.Meyer:Orîswa i n ■ 1032 llcxistedes tumuli de 

la période de Hallstatt sur le Rutibuck (Keierli: Arc/iâol. 
K'ariep. 3-4). Primitivement, possession des Kibourg, puis 
dru Habsbourg-Autriche, 'A, était compris, au débul du 
XIV- siècle, ainsi que !e bourg d'Andellingen, dont il par- 
tagea la destinée, dans le districl autrichien île Diessen- 
liofen. Il est mentionné la premier,- fois comme i illage en 
1-2% IV. VI, n»2359): une famille de minislériaux des Ki- 
bourg y résidait : mentionnée dès 1230, elle s'éteignit à 
Hischofszell au XVI« siècle; la commune porte d'azur au 
croissant d'or posé eu pal à dextre accompagné à séneslre 
dune étoile du même. Le- religieuses de Kalharincnthal 
piè> Diessenhofen | is édaient quelques propriétés à A. de 
même que le.s dominicains de Wintei thour et les nonnes 
de Tôss. C' s dernières obtinrent en 1290 en dons les 
bien-, des seigneurs de Wagenbcrp à A Son- la Républi- 
que Helvétique, A. l'ut - - mpi is dan le distrii I .1 Uni. Itin- 
gen. I! obtint en 1587 un statut pour la ié, eption de- hahi- 
t.mts (Einzugsbrief), maison ne lui connaît pas de rôle 




eoutumieiilloppeb-, ,s'S/( I I, llabsb Urbar\ et II), Dans 
la nuit du 18 au 111 décembre 1828, un incendie consuma 
dans le village d'A, divers bâtiments dont six maisons 
il habitation. Il y avait une école- dan- cette localité déjà 
en 1735, et à la lin du XVIII" siècle elle comptait soixante 
écoliers (Klinke: \'otksscliittiiiveii de* Kl. Zurich. Arehiv. 
du C. de Zurich. K II SU0, p. 45i. En 1835, la commune 
construisit une école qui coûta 30*10 florins; en 181*5, la 
fortune de 1 école s'élevail à S585 llorins ti sch. et celle de 

la comm à 3292 llorins 20 sch. (,1/eni, Tig. l-IV). Lerôle 

des ressortissants, de 174(1 à 1770, se trouve aux archives 
communales de llruss-Andellini en. [K Hkui | 

ADLIKON, cl', famill.- de minislériaux des Ki 

puis des Habsbourg-Autriche de 1230 a 
1531, a Adlikon, dans le district actuel 
d'Andellingen, C. Zurich. Klle reçut les 
bourgeoisies de Rapperswil Ci, Wiuter- 
4. thour, Zurich et Bischofszell. La chroni- 
que de Stumpi -ait peu de chose sur eux, 

ignore où se trouvait leur chàle ;t leur 

donne pour armes (11, p. 128), avec un 
cimier faux., celles d.- prétendus sei- 
gneurs d'A.. dan: le district actuel du 
Dielsdorf. Elles sont en réalité d'or au 
demi-lion de sable lampassé de émules, cimier au lion 
issant de sable-; armes complètes dans le sceau de llans 
.1 A. (seconde moitié du XV- siècle). Sur la carte de la 
Suisse de C. Xûrsl, d" 1495-1497, on reconnaît encore 
le château. Cette famille apparaît en 1230. Les frèri - H 
et 11. d'A. sont au service du comte de Kibourg Hartmann 
l'Ancien. — I . Le Ifidécembre 1272, Ulhicii appelle I- comte 
Rodolphe de Habsbourg et Kiboui g son seigneur. — 2. Jean 
, ,:.'■ (I - i ' . ne!. RiOlàTob. 1 m 1315 frère, etde I32G 
à 1314 intendant île la maison des chevaliers de St-Jeau de 
llohenrain. - 3. RniiOLi'iiE I er apparaît le premier comme 
investi de la dignité dé chevalier le 15 décembre 1307. -- i. 
Roi. m mu. Il possède (1351) la dîme à Hackab comme lief 
autrichien, qu il obligea sa femme Catherine (135(5) bien- 
faitrice de l'Eglise (G/V. XIV, 209) H reçoit, en I3GI, en fief 
du duc Rodolphe, le château de Liebi nberg, dan- la vallée 
de la Tôss et divers bailliages, et devint bourgeois de Zurich ; 
en 1381, llan< de Ten ten lui remil en gage les villages de 
Glaltfelden, Aariiti, Zvveidlen et Weitlnau avec les juridic- 
tion . etc - 5. Gôtzo, H Is du chevalier Rodolphe t 3 ou 
4), fait une donation à l'église pour le salut de son âme (G/V. 
XIV. p. 201). — G. Au chevalier Rodolphe d'A., le jeune, le 
duc Léopold donna également en gages en 1383 de ri .v nus 
du péage de Schaffhouso. — 7. Le plus remarquable est 
l'écuyer Hkkmann. membre du Petit-Conseil de Winter- 
thour de 1395- 1409. m. mine du tribunal provincial de 
Tluirgovic |110.VI107), en 1401 bailli à Glaltfelden .t marié 
de li02 à 1425 à Elisabeth de Sulzherg nui lui apporta 

'le- b-iilli... - - io L-enl geois d ' il ei nzw il el Gel'tnau il 

se fixa à Risehofs/tell. En 1-105 el 1406, il prit part à la 
guerre contre les Appenzellois. - 8. Anna, en 1405 esl 
nonne à i' s. eu 1449 ahbesse; une autre Anna - l 
nagée en 1471 à Tôss. 9, Il v - . t I du n 7. rc :oil - 
de l'évèque di Constance, le Ereyenhof, résidenci sei 
gneuriale à Hischofszell ; il remit en 1Î73 le-, droits de 
patronage de l'église d'Obcrgoldach et vendit en 1-1 3 la 
juridiction d'Enduisr-r. près de llclfi'ntschwil.à l'abbavede 

St-Gall. - 10. s il- Loi is * env. I44S; clian il 

schofs/.ell en Util), curé à Gold u h la même année, curateur 
du No/iv mui Hoienkranz à Hischofszell en 1480, membre 
fondateur de l'auberge des Seigm-ui 1498 à I! 

en 1502 à I!, — Il R it.PlIK, avoué du cha| 

chanoines à R. 12. L.vimm d'A., en 1498, membre 

fondateur de I auberge (Trinl tubi de Bisi ! 
(51 D , u iode il i chapitre. - 13. li\i ritvsvl;. | ., : 
Goldach ; cette commune s'adresse en mars ou avril 1529 
à la ville de Zurich pour obtenir, à la place de R . un 
prédicateur connaissant mieux la parole de Dieu e( l'exi 
gèse. - 14 I" dernici rejeton de cette famille e-t Vnu 
[Kttni Adliker), il II i Itofszell, loml i au roi 
b- 23 21 . - loi re 1531 Vu ir: UZ [-XI. - UStG i - - 
A US 1901, p. 31. - CS. llûeget: Ch.miik. — R.Ttiom- 
men r,l. I. II. irahxburg. Urhar. - Gfr.XiW: JZH 
de Winti th. tri r XXVI. 270: XXXVII, 292 - K. Hnu- 
-,-!■■ Winlrrlitiir :m- Zeil (//'s ', i Ain 

Xael Gesch. mu Glaltfelden. — II. Sulzer : Gesch. ion 



7S 



ADLISBUIIG 



Tous.- Sbl. Stadtbibl. WintPilhur I90S. - .///; Heiligen- I 
bei-. - J. Vadian : llisl. Seliriflen II. Il' X. - A. 
Sclu'iwiler: Gt'.«7«. ffV.s Chorxtifle» St. l'elagiux zn II 
(1918). -Strickler: .-IN /[(/. II. n 238 et p. 820. — II. Bul- 
linger: Hefnrm. Clu: III. p 2015. [K il. n 

ADLISBERG (VORUER Pi HINTER) [C, I). Cl 
Coin. Zurich. Y. lniSi. Hameaux sur la punie orientale 
du Zurictiberg. A. désignait à l'origine une partie des buis 
sur le Zurichbcrg. La farci appelée Adelsperch apparaît 
en 1167. 1229 et I23i comme possession du chapitre des 
chanoines augustins de Si-Martin sur le Zuriehbi i \ hors 
■lu partage dii bien communal en lôlô. sut le Zuricii- 
berg, Zurich se réserva entre autres les bois d'A. et ; 
installa un garde-forestier avec domicile à Ilinter-A. 
Toutes les forêts du Zurichberg étaient placées sous la 
surveillance de l'inspecteur forestier. En 1803, lors de la 
constitution de la commune bourgeoise de Zurich, A. fut 
attribué ;'i la ville comme propriété. Politiquement, A. 
appartint des le déJbui du XV* siècle ;ui haut b dlUagj ;dcs 
Vici Y. .■■]. . lit sou le li ibuaal libi i de la ville : 

depuis 1831, A ap^wrienail à la commune <le lloltingenel 
il l'ut incorporé avei elle cti 1*93 .. la fille de Zurich. 
Cependant, après le transfert des bois d'A. à la ville, 
Hinter-A. demeura le domicile officiel du garde-forestier 
jusqu'en 1907. Kn I8S8, la station fédérale dessais fo- 
restiers (Prof. Arnold Engler) établit à Ilinter-A. une 
pépinière pour les recherches scientifiques. Les deux 
auberges, très fréquentées par les promeneurs, datent du 
commencement du XIX' siècle, preuve en soit la date de 
1S12 sur un poêle en faïence. (Gravure de la prétendue 
maison du forestier de Ilinter-A. dan- ZWCliv, I". 
n» 42). - Voir Ywgelin : IIm Zurich II. p 5II. - Zl 

IS'.I--*. ». 55 90. — Me" i " r ' />'. . n- I06 

- I Z 1, n- 319, 449, 495. - ZWCIa: 1899 n 22 
(bataille de Zurich 1799, avec plan). — 11. Mûllcr : 
Denksclir. zum 25 jtïhr. lieslelien dur vereinigten 
Stadl Zurich i893-19lS. - Englers Cari,:,, XZZ I918, 
n" 509. [A. L.moiAH6R.l 

ADLISCHWYLER, à l'origine Adolt-ieiler, famille 
bourgeoise éteinte, de Rapperswil et 
Zurich, lit partie du Conseil il»' lUu in- 
felden et fut anoblie pai l'empereur 
qui ajouta à son nom : « de Vollingen ». 
D'après l'antistès Bullinger, qui l'ut le 
gendre d'un A., les armes de cette fa- 
mille soin : de gueules à l'anneau de 
sable brisé en quatre parties. (Noir 
Balthasar : llelrelia I. p. 101) Le Ge- 
schlechterbinii de Mciss, I. p. 20, donne 
l'anneau d'argent. Le sceau du secré- 
taire de ville Jean A. de Rheinfelden, di 1550. ne re- 
présente que l!écu (Arcli <>' de Zurich I' Il 3:35 fol 
•Jlôti - . I.f cimier: une boule flanquée de deux ailes: 
le sceau de Ji:\n-Jacui'i:= A. de Vollingen est au Musée 
national. — Ce nom de famille ne provient pas d'Adlis- 
wil (vallée zuricoise de la Sihl), niais de la commune 
civile d'Adeiswil près Bàretswil (Zurich), ainsi que cela res- 
sort des anciennes formes du nom. — 1. Lu. .i.i Auoi.T- 
SWILE parait en 1331 dans le rentier d'Ein ii ! In comme 
domicilié à Kempralen. En 1361, à l'assemblée des vas- 
saux autrichiens à Zolingue, il reçut, sous le nom de 

Ki iii.iivnii Adoltszwiler, avec la fi Ile VVissling, la <lîmc 

laïque (dîme ecclésiastique cédée à un laïque) de Nieder- 
dûrnten, comme lui' autrichien (Gfr. \\,\ . p. 118: 
Uabxbuigm- Urbar II, p. 493j. — i. IUn> Ain.ET7.wit.Elt, 
vraisemblablement un lils du N» I. esl probablement l'an- 
cêtre îles A., bourgeois de Rapperswil . ne ntionn commi 
tel I- 21 déc. 1387 (Arch. du O" de Zurich. Ausgesc/i e 
dene Urk. Hidi. X 19. L'antistès Bullinger appelle les 
A. une bonne ancienne famille établie depi i longtemps 
à Rapperswil (Balthasar : II-:, ctia I. p. lui . Hans A lolts- 
wilci fonda avec sa femme, dans la première moilii 
XV siècle, un obit à Roppcrsvvil.de même qu'une cer- 
taine Adelheit Adelswylerin. épouse de maître Henri 
Schencr (obituaire de Rapperswil, folios53et79 3 

Jean A ousciiwyler, cordonnier, bouri ois de I 
wil. pi il vivemenl parti pour l'Evangile cl i 
ainsi que le i app irl Bitlliii; ' ' - C li | le de la 

Itéformation, ce qui le fit emprisoi i à Rapperswil le 

19 novembre 1531. L'u certain Ha:,, Adattschwiler, de 




ADL1SWIL 

Rapperswil, figure avec sept autres membres delà ra- 
mifie dans le t;tïii-l;s/nifeiirnttet de I.Vli. - 4. Il:, us ou 
JoImiihpx, un homme corpulent et trapu, cuisinier il, 
son métier, appi lé pour celte raison :ne>i llânsli Kôchti, 
quitta Rapperswil dans la seconde moitié du XV siècle 
et s'élablil à Zurich, lai qualité de cuisinier, il servit 
chez I alihé Ulrich Trinklcr, à Cappel, et chez le hour»; 
mestre dans Walilmanii. Dans les comptes de la mi, . 
cession de Waldmann, il figure comme Hans ICoch, 
Hans Kôchli au servie,- du bourgmestre (Gagliardi : nul.. 
Waldmann II. J.Vj et 2C3 . Kn 1490, il participa a IVxpé 
dition de» Zuricois contre Saint-Gall et recul en récom 
pense, sues |e n, ,ni île Jean A. la bourgeoisie de Zu- 
rich, le '.'il mais 1191. Il lut au-.si l'aubergiste des cor- 
porations « Zum Weggen », « Zur Meise n et de » Zum 
Elsasser ». Il acheta el construisit la maison Atfenturei 
à la rue des Bruns, lai 1512, en qualité de cuisinier 
du capitaine, il prit part avec les Zuricois à l'expédition 
dile du pape ou de l'avie; il mourut d'une esquinan 
cie el lut enterré dans un couvent à l'avie. Il avait 
épousé d'abord une Ereudwiler, dont il eut deux lils. 
Rodrflplm cl Jian. puis Elisabeth Sladler, d l'ri, qui lui 
donna Anna, I épouse de I autistes Bullinger. Devenue 
veuve, elle mit ses biens en viager au couvent d'Oeten 
bach, où elle mourut avant la Saint-Jean d'été 1529, 
âgée et infirme [Helvetia I. [e I0G; Diarium de Bul- 
linger, p. 11 s). — 5. lUu.ui.iim:, i«su du premiei 
mariage du n° 4; d'après le Gliickshafenrodel ■ 
il demeure an couvent des Dominicains à Zurich: puis 
comme frère prêcheur, il partit pour Lomé el mourut 
er. roule (Helvetia I. p. 104). — 0. If n fis ou Jolifaincs 
Al»KLSt:ilwVLEH, lils du premier mariage de n r 4. men- 
tionné dans le Gliickshafeiirtidel de 1504 comme le 
jeune Hans A. avec Anneli A . la cadetle. Vitrier di 
son état, il épousa à Rheinfelden la lille d'un bour- 
geois d'honneur, se rendit à la cour du margiave de 
Roleln tt Niederhaden, dont il fut le chambellan: devint 
vers 1529 secrétaire d- ville a Rheinfelden (Egli : Acten 
sammlung n- 1613); ses bonnes relations avec son beau- 
frère l'antistès Bullinger, sont prouvées par sa lettre du 
13 juin 15(30 accompagn n unpi ni [u'ilfai litàceder- 
nier [Zwingliana 1. p. 319 : enfin membre du Conseil et 
m. orier à Rheinfelden. 1! mourut de la peste le 13 sep- 
tembre lôtji. A la mène époque moururent aussi tousses 
lils et ses filles, excepté Anneli, la plus jeune. H avait 
épousé d'abord une ressortissante de Rheinfelden, dont 
il eut Jean-Jacques, puis une Laufenbourgeoise(//efeefin 
1. p. 101; Diarium de Bullinger, p- -"'' ?■)• — "■ Anna, 
lille du second mariage du n° 4, identique r.'i avec la 
jeune Anneli du Glùclssltafenrodel ; sa mère la plaça 
comme nonne dans p. couvent d Oetenbacli où elle s'é- 
tait déjà retirée, Elle avait comme curateur, ainsi que s, 
mère.Gaspard N'osai (l r c/. [nliguar.Gescllscli. n 2610 
Le 27 octobre 1527, elle se liança a Henri Bullin er, di 
l$i . rien, qui était i'i le au c mvent de 

Cappel et étudiant en théologie a Zurich. Cependant le 
mariage ne fut célébré qu'après la mort delà mère qui - ; 
etaii toujours opi - ée '■■ e;.,. di Bullinger, p. 11 s.); 
il eui heu le 17 août 1529 à Uirmensdorf, dan la 
du beau-frère Hans-Reinhard Bullinger, en présence de 
l'abbé Jouer, de Cappel (voir Li i.i ini.i r. . Six lils et 
cinq lilles naquirent de e, lie union, I li,- mourut de 
I,, p ;te b- 'Jô septembre 1561 et l'ut ensevelie dans le 
cloître de la cathédrale de Zui ') ■ de Bullinger, 

dans \csQuclten zur scliweher. lleform. Gesv/iichte 11, de 
I". Egli). - 8. Jean-Jai ot es, su du premiei in n 
n- G, fut pendant un certain lemp ml civil de 

Frédéric de Landegg, dans le Ericktal. Anobli par 1 - m 
pereur, il reçut un écu cl un cimier Ile sceau avec les 
. nnplètes nu Musée national). Il ne demeura pas 
et, il provoqua 
■ différends el se montra étrange d 
d'être. Il mourut en 1561 i A t, pi R 

un lil-, Jean Jacquc ;, chirui . i n n deux lille- 
(Balthasar : Helvetia I. p lui. .!•' il . 

tDLISWlL ('.. Zurich. I>. Horgen. Voir DG '■ ■ 
coin politique comprend '.'.'. hameaux; li com. civile. 

. : \l\ el la ■ 

I lire d. ' .. liée - n 1871 d- Kil< liberg L'école sei 

date du 1 • nova mbre 1892, el la paroisse du 3 novembre 



ADLISW1L 



ADMINISTRATIF (CONSKIL) 



711 




UBCi; l'assistance publique osl de 1877. A. possède une 
ancienne corporation «le forêts. 
Armoiries : Les livres de famille (Geschlcchlerbûcher) 
deDùrstelerel Meissdonncnt: I. d'argent 
à l'aigle de -mille", sur une demi-mue de 
moulin du même. '2. Coupé d'azur à l'aigle 
naissante d'or, el d'orâ une demi-roue de 
moulin d'azur La cai te géographique de 
Gygcr donne le champ il or ci les ligures 
"V /^rTv^y / d'argent. L'aigle rappelle la première 
\'AjL-cJ/ moitié du nom et la roue de moulin l'an- 
tique moulin du village. 
Archéologie. En lSV.i. on trouva une 
■qu'elle bronze endommagée par le feu et une liaclie (MAGZ 
I. 3 fasc, p. 39, |>l 1. lig. 9el 13, reproduites dans Heierli: 
Urgeschichle, p. 269, lig. 2S0) au bord de l'Eschibach, près 
des Termes «auT lloferen » IASA 18SS, p. 5). Des tumuli 
ilt- la période de llallstatt et des Alétnanes dans le bois 
de Stcïngass, ont été Touilles en ISSi et IS95 (.-IS.4 1897, 
|. i s.), D'autre part, une seule trouvaille romaine a i ' 
raite. (Heierli : Arcltâolog. Karte. p. 39 - Cette localité 
■•si mentionnée pour la première f-'s U-. 21 septembre 121S 
villa AtMosu-ilis ; en 1-250-1251 Adloswile, 1264 Adnlos- 
wilc [!"/. Il et III ; signification : hameau d'Adelo el 
non d'un Adelmund (Adelmalswil, G. Zoug) comme l'a cru 
Meyer [Ortsnamen ii" 1 1>42 • . Au moyen âge, les maisons 
religieuses, du Fraumûnster do Zurich, de Ruti et de Mûri 
y possédaient quelques biens, plus tard aussi St-Ulaise 
îlans la Forêt Noire. Les baron? d'Eschenbach en déte- 
naient l'avoueric qui passa en 1304, par achat, aux Ma- 
nessc de Zurich, et plus tard à la ville elle-même. Sous le 
ouvernement de Zurich. A. faisait pai t'u depui 1385 'du 
bailliage deThalwilel. dt 1106, ' • I ! .. Iti -I ■• lier 

•.■en Ile pllIS, Zu lie II. en vue d'él-èudi e -, puis- IIICC t . I I 1 - 

toriale, avait reçu dès 1357 des habitants d'A.. en qu dite 
de honrgeuis externes {'/.archer Sleiterbùcher I, p. XVIII 
■ I XXV. etc.). Sous la Républ. Helvétique, A. fut attri- 
liué au district d. Ilorgen. Avant la Révolution, la coni- 
iiiune était partagée en trois sections (Wachten). Elle 
possède des statuts peur la réception des habitants (Ein- 
. Iiricfi de 1697 el 1720 (Hoppeler: Zûrclier lîechts- 
, . il, li. En IS 12 les principales dîmes furent rache- 
tées Jusqu'en 1895, A. faisait paitie de la paroisse de 
Kilchherg ; la séparation et la construction d'une église 
dans la localité c Oberdilli » furent facilitées par le fabri- 
cant Alfred Schwarzenbach, auquel on a élevé un monu- 
ment près de eei édifice religieux. L'église fut construite 
d'après les plans de l'architecte liàlois Paul Reber, et 
ronsaciée en IS9S. [Voir: Zur Erinnerung a» den ■'!/. 
VIL 180$. Einweihung der neuen Kirclm'in Adlisweil, 
avec deux illustrations. — Pasteur li.-J. Ilaumann : Ein 
H'oW ;um AUschied an die Kirchgenossen on Adlistml. 
Kilchherg, 20-jiiillet 1893 R production :ZWCI 1905 
p. 12i.i 11 y a une communauté catholique depuis la se- 
conde moitié >\u XIX- siècle: elle construisit une églisi 
dans la localité Rellsten, d'après les plans du St-Gallois 
llardegger : consécration par le prince Max de Saxi en 
septembre 1901 (Reproduction : ZWChr. 1905, p. 125) En 
IfliG. selon le désir de la commune, une école lui fut accor- 
dée, et durant des générations les instituteurs sortirent de 
lu famille Welli (Arch. O Zurich, E 1 213; E II 190. 33; 
490 -J7I ; 4S7 al. Sous la Républ. Helvétique, il n'y eul pas 
encore de maison d'école Klinke: \'oIks.ichuIieesci - , 
plémenl II). La cinquième maison décelé fut construite 

en 1910 .Voir: Die Schulhi >r der Uem. Adlisvit. .'. 

l'occasion de l'inauguration de la cinquième école, le 25 
septembre 1910; avec 5 ligures . — Le -i\) mai 1443 le vil 
lage Tut incendié par les Confédérés Chranhiue de 
frûnd, p. 140) et le 25 septembre 1799 il devint le théâ- 
tre de violents combats entre l'aile gauche des Russes et 
les Français (Meyer : Die 2. Schlacht bei Zurich, cro- 
quis en appendice). F.n 1841, il envoya une adi de 
dévouement, signée par ISO citoyens, au gouvernement 
1 • e >ervateur. Il eut aussi à subir il fortes i ndal 
la Sild, le :;i sept. 1732. en 1702, ISI9 el IS30 a\ 
de des glaces), el le 23 août 1846 En 1675, un incendie 
détruisit entre autres neuf habitations et seize familles se 
t ruiné nul sans abri. — Il a dû exister un moulin dans la 
partie sud du village déj i - n ! 2 . I / II, n 7'.:; • : 
entre les meuniers de Zurich el ceux d A. existait une 



vive concurrence {Ziircher Stadlbïiclwr I, p, 5 En I 

les frères Seliocli fondèrent, en aval du n lin, une lila 

ture (0000 broches el introduisirent ain-i l'industrie dans 
le village. En 1812,1e roi des lilateurs, Henri Kunz, fonda 
une lilalure de coton dans le quartier de Sood, i'si mille 

broches; rai sociale actuelle ; Produits textiles S.A. 

(Reproduction dans ZWChr. 1905, p. 354). En 1801-1862 
fut fondé par Meyer l'âuber et J. Scheller-Schwarzi nhacli, 
dans la localité lîeroldsruti, le premier lissage di 
la Suisse, actuellement encore ic plus grand [Reproduc- 
tions dans ZWChr. 1905. p. 40' ; 1907, p, 243. Von aussi 
art. Famille Scttv, \i;/i. i.m h Le directeur, Henri l'iu t. 
(voir ail.) eut une grande pai t à l'essor de cette fabrique, 
qui se transforma en société anonyme en 1879 Fondé 
par (Il s dons des l'a m il les Se Ira «r/eiibach , Zurrer et Frirli 
le nouvel hôpital fut inauguré le 15 novembre 1912 Re- 
production dans ZWChr. 1912, p. 514, avec des notices 
Uétaillées sur les transformations modernes de la com- 
mune). Depuis 1891 paraît à A. le journal libéral le Si/il- 
thalcr (voir art.). La route postal.- par l'AIlns iers7.oug 
commençant .'. A. (voii ' satire: t Der Wegkncchl von 
A. ■ ilan 7.1 !" "•' le| - • e de la Silil était important. Le 
pont, selon la chruniqHi; de 1 [aller, fut emporté en 1562, 
mais sérieusement réparé en 1732, pour être emporté en- 
core le 'if août 1810. Le peut couvert, construit en 1850- 
1852, est reproduit dans ii. um Escher : Me m. Tigu- 
rina 1.-170, texte p 360 el dans ZWChr. 1905, p 354 
Pour la construction di routi s vers 1840, voir iïem. i i 
III. p.o"J4; IV. p. ôlli. La construction t\u chemin de fer 
de la vallée de la Sild. terminée en 1892, accéléra l'aug- 
mentation de la population. Les cartes de Schocli dans 
Jieitritgc -ur Sirdelttngs .<. Wirtschaflsg // pi 
Zt rich ■■:'■' irliv (dans le 17' rappoi i annuel de la Société 
de gi r. et il'utlmogr de Zurich. I'.»ltj-I7i illustrent li 
développement de la commune depuis I '">r>7 . Habitants: 
en IG34. 260; IC7I, 162; ISS8. 2972; 1910.5012; au villa • 
seul 2773. Maisons : en 1870, ISO; 1910.41S,au 
23S. En 1912 fui fondée une grande colonie de maisons 
ouvrières. Voir au--i .1. Krick : Gcmeindebuch der beiden 
Zûricliseeufer, 1864, p I7S-1SI. avec les noms des fa- 
mille» bourgeoises, des professions et des établis! 
Vi ! rill i. i dans / W Chr. 1911, p. 30 et dans F.4i6i s - 

fr - Kalendf.r 1912. P mr les registres de pai lis • I 

lis rôles des ménages Haushaltsrôdêl), voir l'art. Kilch- 
herg ; registn des familles depuis 1750; les registres des 
bourgeois ou delà commune, depuis I7'.'ii. se trouvent aux 
archives d'A. Voir aussi les art. Letten [Terme). Marien- 
berg (petit couvent), Rufcrs désert) et SoodhoT. — On n'a 
pas de prîmes ,|e l'existence dune famille noble il \ 
vassaux et ministériaux des barons il Eschenbacli Schna 
lui lui i _ . [us plu- que il un soi-disant château fort sur la 
pente de la monta ne pi d'A. Le nom d'Adliswil (voii 
Sleitfrbf) her 1 iruliqii ■ simpleinent l'origine. La famille 
bourgeoise di Zurich Adlisehwyler (voir art.) tire son 
nom d Adelsv il. I-' II-, a et a I > : m 

ADMINISTRATIF (CONSEIL). - I. GCHÔVC, 
ancienne République, péi ->■'■ révolutionnaire. — Corps 
auquel la Constitution de 1794 avait délégué le pouvoir 
exécutif et la gestion des alfa ires publiques. II était com 
posé de i n i/e membres, les quatre 5vndi( s cl ni ' idi 
nistrate n . ii ixq ids il faut adjoindre deux 
pris hors de -un sein cl nommés par lui. La présidence 
était dévolue aux syndics, chacun d'eux occupant celte 
charge pendant trois mois consécutifs. Le Conseil admi- 
nistratif était chargé do la sûreté de l'Etat, du 
ment ~ des affaires étran ères de la lia de ; lice, de la 
direction de la force publique et d'une manièri 
de toutes les parties de I administrai n q le s iuvi rain 
ne s'était pas réservées ou qu'il n'avait pi- ■ ■ . 
déléguées à d'autn - i or| . 

Les Syndics, nommés pour un an, il les administra- 
teurs, nommés pour trois ai etren am 
par tiers, étaient élus par le ouverain en deux opéra 
lions séparéi . d'après un m pié qu'il 
n'y a pa er ici 

l . i nstiliiti ai d. IV 1 -, m ubii qui l«pi changi un ni- 
.i i .-il adiiiinisli alif. Le nombre 
lui ii\é à ou ■- . ,-.- qui ,. ,, ., i. corps entiei à quinze 
uieiubri , élus | r cinq ail et leimiivi lé* il u 
par cinquième; les d ux secrétaires reçurent le titre de 



SI) 



ADMINISTRATION 



ADMINISTRATION 



secrétaires d'Elal : les Fonctions du Conseil, celle- de- 
syndics furent mieux précisées, etc. 

Au moment tte la réunion île Genève à la l'rance, le 
Conseil administratif 1 disparut pour faire place à l'Admi- 
nistration française. Il avait ouvert ses séances le 14 avril 
17'Ji, il les termina le l.'i juin I7<IS. 

Le registre de ses délibérations, son copie de lettres el 
les divers papiers qui le concernent, sont conservés aux 
Archives d'Etat de Genève. 

Sources : Constitution genevoise, sanctionnée pur le 
souverain le .'< février 170-i. — Constitution genevoise, 
sanctionnée par le souverain le ~> /écrier Jlil'i, modifiée 
et complété,- le H octobre 1706. 

II. Goiii'W, canton suisse. Pouvoir exécutif dans l'ad- 
ministration municipale de la ville de Genèvedepuis 1842 
el l'administration communale des communes dépassant 
trois mille habitants depuis 1917. 

Sous le régime inauguré en lb'li, l'administration de la 
ville était confondue avec celle de l'Etat, In Constitution 
de 1812 l'en sépara et In remit à doux Conseils : I» le Con- 
seil iniiiiicip.il; 2' le Conseil administratif, pris dans le 
Consul municipal et nommé par lui. I.e Conseil adminis- 
tratif, qui tenait la place du maire et des adjoints des 
autres communes du canton, avait le pouvoir exécutif et 
était chargé de l'administration proprement dite et de la 
police de la ville en matière municipale. Ses membres, 
au nombre de onze, étaient nommés pour le terme pen- 
dant lequel ils devaient siéger au Conseil. Leurs fonctions 
étaient gratuites. Le président du Conseil administratif 
présidait le Conseil municipal. 

La Constitution de 1817 conserva cette organisation en 
la simplifiant et en l'orientant dans un sens plus démo- 
cratique. Le Conseil administratif continuait ■■< Ole pris 
dans le Conseil municipal et à être élu par lui. mais ce- 
deux corps étaient renouvelés intégralement tous les 
quatre ans et le premier était réduit à cinq membres aux- 
quels le Conseil municipal pouvait voter un traitement. 
Le président du Conseil administratif gardait la présidence 
du Conseil municipal. De nouveaux changements où s'ac- 
cusent les mêmes tendances eurent encore lieu en 1S74. 
L'élection des conseillers administratifs fut enlevée au 
Conseil municipal et passa aux électeurs communaux de 
la ville. Tous les électeurs âgés de vingt-cinq ans pou- 
vaient être candidats.il fut statué enfin qu'aucun conseil- 
ler administratif ne pourrait faire partie du bureau de 
l'autre Conseil. Les dispositions relatives au nombre des 
conseillers et à la durée de leurs fonctions ne furent pa- 
touchées et sont encore en vigueur aujourd'hui (1918 . 

Une loi constitutionnelle, acceptée par le peuple le 
25 mars 1017. institua un Conseil administratif en place 
du maire et des adjoints .! ms toutes communes du canton 
ayant plus de trois mille habitant-;. Ces corps dill renl 
du Conseil administratif de la ville par les trois point? 
suivants: le nombre des conseillers est réduit à trois: le 
président conserve le litre de maire : il préside de droit 
le Conseil municipal ; six communes - rit régies actuelle- 
ment par cette loi : Carouge, Plainpalais, les Eau.x-Vivi », 
le Petit-Saeonnex, Lancy et Chêne-Bougcries. 

Sources : Constitutions de la llépubiique et Canton de 
Gen ' ,!u 7 juin 1842 et du 24 niai 1 s i 7 . — Lois consti- 
tutionnelles acceptées par le peuple le 26 avril I.N7Î el 
le 25 mars 1917. - Lois diverses sur l'administration des 
communes [Itvcucil des lois, passiin). !•:. I. Biuskt. 

ADMINISTRATION, CONSEIL D', catholique dll 
canton de Saint-Gall (Katiiol. AuMixiSTKvTiONSn.vT tiF.s Kt. 
St. G. . Après la suppression du couvent de Saint-Gall, uni- 
loi du S mai 1805 statua détinitivementsur la succession di - 
bien; laisséi par celui-ci. Elle régla la séparation des t ris 
de l 't.i.-it et de ceux de l'abbaye, les fondations propres de 
l'église collégiale, l'amélioration des cures catholiques, ks 
pensions des conventuels : elle décida remploi des biens 
restants en faveur des établissements d'instruction p n h 
catholiques et des institutions scolaires et d'assistance de 
toutes 1rs communes catholiques du canl n. Ini 
ment le gouvernement Petit Conseil) passa à l'exécution de 
la loi et institua pour la gérance de i - fonds une admini- 
stration catholique autonome. Le9décembre-1808. h i 
Conseil vota au: sitôt après un projet du gouvi menu nteré 
->iit un gymnase catholirpie, avec cumm ssion spéciale, el 
indépendant du département cantonal de l'Instruction pub- 



lique. Cependant, le 30 janvier 1813, la ilirection de loua 
les établissements catholiques el In gestion des affaires i .> 

tlioliques furent confiées à une nouvelle autorité investie 
de grandes compétences, le Conseil d'administration calli .. 
lique, qui s.- constitua le 18 février, avec b-s cou-- illei 
d'r.tat Dominique Gmûr comme président, et Muller-1-H. ,| 
berg, vice-président. Il compta d'abord trei/i membn 
puis quinze, élus, au début, par un collège électoral nom- 
mé par le gouvernement, ensuite, jusqu'en 1861, par I,- 
groupe catholique du Grand Conseil. Le 13 octobre 1813, 
une délégation du gouvernement remit au C. d'A. cathuli- 
que les comptes de liquidation du couvent : il v avait à l'ai I r 
3640353 florins, au passif 1250418 llorins. Lorsque 
tous les fonds divers et les dotations furent soustrait-, il 
resta à la disposition du C. d'A. une somme de 837,590 
florins. 

Par la seconde Constitution du canton de Saint-Gall, 
du 31 août 1MII. la séparation confessionnelle du canton 
fut fixée légalement. Les catholiques remirent le soin de 
leurs intérêts au C. d'A., dont la position fut d'autant 
plus forte (pie de riches moyen- furent nus à sa disposi- 
tion. Il acquit bientôt uue influence telle que le groupe 
catholique du Grand Con-eil tomba dans une dépendan a 
complète à son égard et qu'il rivalisa avec le gouverne- 
ment lui-même. H dirigea le» affaires scolaires catholi- 
ques à tous les degrés comme département de l'Instruc- 
tion publique: il put occuper la plupart des cures du can- 
ton ; il avait la haute surveillance sur l'organisation des 
associations confessionnelles et les corporations, sur I a ! 
ministration des églises, des prébendes, des biens scolai- 
res, des subventions, des fondation- pieu-es et géra avant 
tout le grand fond- central catholique. 

Après l'introduction de la troisième Constitution can- 
tonale, le l" mars 1831, le C. d'A. compta neuf membres, 
et un consiilb-r d'Etal catholique lui fut adjoint pour les 
affaires scolaire- catholiques. De jeunes instituteurs éclai- 
rés du parti catholique entreprirent de travailler êncr- 
giquement au progrès de l'école catholique, .-i 250000 
llorins du fonds central furent attribués au fond- des 
écoles primaires confessionnelles du canton. Les vicissi 
Indes de la vie politique du canton, où un parti libéral 
et un parti conservateur de force presque égale : I 
vaient en présence, exercèrent parfois leur influent •- 
la composition et la tendance politique du C. d'A. 1 irs- 
qu'aux élections du Grand Conseil de 1839, la tendance 
strictement religieuse l'emporta, le C. d'A., avec Léo 
nard Gmûr à sa tête, en fut le porte-voix. Il ouvrit et 
conduisit avec la curie romaine les pourparlers qui abou- 
tirent en 1 8 i 7 à l'érection de l'evêché de Saint-Cal!, 
i'iô OiKI llorins furent alors distraits du fonds central en 
laveur de l'evêché comme capital de fondation in ilii 
et remis au C. d'A. pour la gérance. Mais en 1817 les cir- 
constances changèrent en faveur des libéraux et le 
\y Weder transforma l'organisation du, parti catl 
du Grand Conseil dan- ce sens que dès 1855, le coi 
d'Etat catholique fut écarté i ns rendues au 

C. d A. Sur les instances de son président, le I)' Weder, 
le C. d'A. accepta de collaborer à la fondation d'une 
écrde cantonale mixte et de lui accorder des for I 
sidérables, malgré la plus vive opposition des partisan: 
delà tendance strictement religieuse (1856). Au cours des 
années suivantes, le parti ultra-conservateur reprit la 
liante main dan- le C. d K. et L. Gmûr en fut réélu pré- 
sident; mais l'organisation ne fut pas modifiée. 

La quatrième constitution cantonale, du 17:. 
1861 . accorda aux di ux ci nfe ions .< pi u pi i - touti 
pour leur- affaires religieuses . elle enleva cependant aux 
organisations confessionnelles li ur autonomie di 
affaires scolaires et pi ç/a celles ci sou- la surveillance 
et l.i direction de 1 Ltat. En exécution de cette loi 
mentale, un i llèj cathol n entant les | 

catholiques (au lieu de l'ancien collège catholique du 
Grand Conseil fut insl i pai tie cathol 

canton et il i tma ri - '■•- sept membres du 

C. d'A. i I ' . able. Ce i 

surveilla les couvents I ms, !• - comptes des 

églises catholiques, prit soin di I administration du fonds 
central catl •' exerça vis-à-vis di écoles dépeu 

dant de la enrpi ration rullioli |ue, di l'éi oie réalc d<- 
garçons et (b-s écoles supérieures de jeunes lilles, di fi 



I 



ADMINISTRATIONS 

lalioii en tli<>li.|iir-. les ilroits d'un inspecteur d'écoles se- 
rindaires. La nouvelle organisation confessionnelle du 
.inion, du 19 septembre It>93. qui l'ut ajoutée en annexe 
', | '-irrC-ié d'exécution de la cinquième constitution can- 
tonale du 16 novembre IS93, maintint le C. d'A. dans 
.', forme, mais restreignit cepcndanl quelque peu ses 

mpétenres, notamment en ce qui concerne l exa n et 

l'idinission des candidats au séminaire ecclésiastique, 
l'octroi dr= droits d'électeur ou d'éligibilité aux ecclé- 
siastiques: toutes ces prérogatives passèrent pour la plu- 
, art a l'ordinariat de l'évêque. L'organisation d ISO 
subsiste encore: le président du C. 'I A. est depuis 1896 
i,. rousriller national D' Thomas Holenstcin. — Voir Dii r- 
in ,-r ■ l'-'tit Gesch. des Kant. Si. Gallen, iSO-'l-JM-S, 
,|ans lier Kent. St. Gallen IW3-W03. nenkschrifl etc. 
M (',allen,1903. - Bans Fehr : Staatu. Kirclieim Kanl. 
m' Gallen, IS90. ''•' 

ADMINISTRATIONS FRANÇAISES A GE- 
NKVE. Vprès l'anm xion de Genève à la Fiance, le lôavril 
( ..,,.,,.. . ■' trail ' de réunion par In Din ctoim 
| t . UO^ivril suivant, le résident de France, Félix Hespoi les, 
nommé connu: ssatre du pcKi*wr»wraenl ■' miuii d< plein* 
pouvoirs dès le 25 mars, organisa l'administration ri' la 
îilli- el de son territoire. Par son arrêté provisoire, du 
ISjuin I79R, Genève et son territoire formè- 
rent un seul ranton. L'nc administration mu- 
nicipale de sept membres dite intra mura* 
fut placée à la lêlc de la rite, tondis que la 
campagne était iê::ic par uni administra- 
tion municipale dite r.'-tra muros, formée 
,| mi agent el d'un adjoint pris dans chaque 
commune. Auprès de "chacun.' de ces admi- 
II | ::..;,. oimnissairc du l>i- 

rc. toirc exécutif. 

La loi du 25 août 1798 institua le départi 
nient du Léman avec Genève comme chef- 
lieu. Le régime provisoire de Uesporles lit 
alors place aux autorités prévues par la Cons- 
titution française de )"an III. sous l'Adminis- 
tration centrale du Département (1 commis- 
r< iln gouvornement et ;> membres) et 
I nr la ville une Administr.itir.n municipale 
I commissaire du gouvernement et 7 admi- 
nistrateurs). La Constitution de l'an NUI et 
la loi du '28 pluviôse remplacèrent l'adminis- 
tration centrale par la préfecture, l'adminis- 
tration municipale par la mairie. — Voir 
Edouard Cha puisât : I.a municipalité de 
Genève pondant ta domination française, 
t. I. I910. Frédéric Flarbey : Fëli.r Des- 
portes et liiiiru.no,< (/<• Genève à lu France, 
1916. p 249. 2(>3 2GG 2S0 fr.-K M.] 

ADMINISTRATIVE.!.! on Le Cad 

Ion du Léman, -eus la Uépubl que bel li 
que, l'ut. . omme les autri - cantons, admi- 
nistré par un préfet national (Henri Tôlier, 
puis Henri Monod) et nue chambre admi- 
nistrative de cinq membres désigné? par le 
collège des électeurs. La Chambre adminis- 
trative du canton du Léman fui le véritabli 
Conseil d'Etat de l'époque. Elle siéj i 
mars 1798 au .'i mai 1803, el fut pn idée 
successivement par Henri Monod, qui fut 
di stitué sou- la réaction de 1801, puis par li 
baron ('.nul et enlin en 1S02 par le marquis 
de Laugalcrii . au nombre di ses membres, 
nous relevons les noms de l'.-M. Lili 
de V. l'erdonnel en 1798. et celui de .1.-1'. 
Elie-Bergier, de 1798 à 1803. Les procès- 
verbaux de ses délibérations formi ut IS gros 
volumes. M. II. 

ADOLF, famille d'orfèvres delà ville de Lu- 
cerne et du caillou d Cri. — Voir MoOï. VON. 
ADOLPHE DE NASSAU, loi il \lle- 

magne, * vers 1255, f le 2 juill : 129S Fils 
du rointe Waham de Xassau, il fut r : 

par les princes électeurs allemands à p 

phe I ' de Habsl r. Le du 

espéré i evoir la couronni 

mière oppo iti n à lui remettre I 

DK8S — 6 



Annu 



Kl 



conservés au château de lubourg. En 1293, comme i bef de 
l'empire, A. confirma aux Zuricois leur- libertés cl li ur 
accorda la faveur de nommer, pendant une vacance du 
trône, le juge criminel ou bailli impérial. A rencontre de 
l, ,| ilphel' . il pi ii . de nouveau à Zurich des hommesdu 
pays comme baillis impériaux. Le II janvier 1293, Berne 
rendil hommage à A qui confirma à la ville li libertés 
de -;. charte el les étendit par des privilèges judii lin , 

Soleure fut : npn .'nient désigné par lui comme 

ville impériale en 1295. Lorsque l'opposition entre A. el 
Albert d Autriche alla s'acci ntuant en 1297, A. octroya à 
une députation d L'ri el de S bv y/., le 30 novembre 1 -••"7, à 

Francfort «/M- . une charte de franchi i coi dans des 

[,,,,,. identiques à celle que Frédéric II avait accordée 
aux Schwyzois en 12-50, mais sans rappi 1er cette dernière. 
A. s'étant empari de la Thuringe au prolit de sa maison, 

1rs prmee- , |i cteurs. par i '•' is ion fonnelli prise à 

la majorité, le dép èrent en mai 1238 el élurent à sa 
place Albert d Autriche; dan- sa lutte contre ce dernier, 
\ tomba à Gôllheim. — Voir /'H/î III, n- 515. f/Z VI, 
ir* 2217. 2221-2226,2256.— Tschudi, 1, 215. — Arclt'. SG 
XIII. p. 136. - Oeclisli : Orig. île In Conf. suisse, Ileg. 

n» 409. - AVU I. p. S9. - Uier ■ I. - Wm 

/.,, Gesch., p. 123; Schvei: Gesch., p. 393,391. Sr. 



■ 
- 



I, lol- 
A'.l.-rt d'Autriclu i 

après une pre- 
nsicnes un; éi iaux 









ADOK ou ADDOR. Fatn . ne' vi nue de Vui- 

tcl, ■ u f (C. Vauil au XVIII* siècle. — I 

« 1 7 J i . r.. il bal tant d i e 12 m I" i I. I si n 

fils Jean, i il"- . ■ 1814. Le petit- 



82 



ADOllF 



fils de ce dernier, —2. ëmilk, naît à Genève 1q 2 octobre 
tts'if> ; il obtient le grade du docteur en philosophie à Zu- 
rich, en 1872. et enseigne comme professeur suppléant de 
chimie organique à l'Cnùcrsité de Genève <l> 1873 i 1878. 
Il est l'auteur de nombreux travaux scientifiques (voir 
Cli. Soret : Catalogue des oui rat/es publiés par les pro- 
fesseurs de l'Université de /.S'7.'l ù i8'J~>, Gcnèvi IS'.lG, et 
Publications des membres de la Société de phtisique et 
d'histoire naturelle de Génère, 1883 cl supplément 189(3); 
il a publié les Œuvre* complètes de Jean f.Vi. Galissard 
de ilarignac (Genève, Paris, 1002-1903, 2 vol.) en les fai- 
sant précéder d'une notice biographique cl bibliographi- 
que. -- 3, Guslïtve, * à Genève le 23 déeembn 1845, est 
lui aussi un pelit-lils de Jean A. Il fait ses études de droit 
à l'Académie, cl en IWi8 soutient sa thèse : Essai sur lit 
publicité des droits réels ri Genève el en France ; ayant 
obtenu sa licence, il entre à l'étude Cramer et y devient 
associé de Louis, puis d'Auguste Cramer. Si carrière po- 
litique commence en 1871 par son entrée an Conseil mu- 
nicipal de Cologny : il siège au Grand Conseil de IsV'i à 
I87G; il est maire de Cologny en HS73 el 1879 et de IS8J 
;'i -IÎSS5 : eu I87N. il miiir ,.t Grand Gun -■■<' [ttmi M faire 
désormais partie jusqii en octobre 1915. Km 1878 et IS79, il 
représente Genève au Conseil de* Etats, en 1879 il esl élu 
au Conseil d'Etat où il est placé à la tète du Département 
de justice el police, démissionnaire à la suite des élec- 
tions législatives de 1880, il rentre en 1885 afl gouverne- 
ment et v dirige pendant douze ans avec succès li s l'man 
irs cantonales. En 1889, la mort d'Antoine Carteret 
l'amène à reinplaCer celui-ci au Conseil national dont il 
sera président en 1902. Il préside le Conseil .1 I lai en 
1890, 1892 el lN9(i, .unie ■ il est président du jury de 

I Eypos n national il' Gi .. .e. En i. » . il ■ . 

.-m poste de commissaire gênerai pour la Suisse à l'Expo- 
sition universelle de l'a ris : après avoii uni les distinc- 
tions les plus honorables pour son activité dans ces fonc- 
tions, il se retira du Conseil national au déhul de Itm-.', 
à la suite d'une polémique qui s'engagea contre lui ; mais 
dans les élections générales d'octobre 1902, il esl réélu 
par ses concitoyens. Adoi a l'ail partie de nombreuses 
commissions et missions fédérales; depuis ISNI, il e>i 
membre du Conseil d'administration du P.-L -M.; dans 
l'armée, il a 1» grade de li< uti nant-colonel depuis 1891 
Comme président iln Comité international i!'- la Croix 
Rouge, il a fondé, dès le 15 août I9I4, ,1'Ageiio des pri- 
sonniers de guerre, destinée à rechercher les disparus et 
à faciliter les rapports des prisonniers avec leurs familles. 

II n donné à cette n'tivrc une importance et une extension 
remarquables. A la suite île l'incident qui entraîna la 
démission du conseiller fédéral Holl'mann, G. \ilor l'ut 
appelé par l'Assemblée fédérale du 26 juin 1917 à faire 
partie du Conseil fédéral où il prit la direction du Dépar- 
tement politique, puis du Département de l'Inl rieur. 
Enfin, le 11 décembre 1918, il lui élu par l'Assemblée 
fédérale Président de la Confédération. — '(.' 07, 28 juin 
1917. GalitVe : A'olice* t/énéalogiques sur les familles 
genevoises, t. \ll. p. I 6.' [Uni . It .] 

ADORF, d'. famille bourgeoise éteinte, de Winter- 
thour. La religieuse Adélaïde d'A., bourgeoise deWinler- 
thour, fonda le 24 avril 1408 mie prébende • i la consacra 
;ï l'autel des Trois-Rois, dans le collatéral gauchi de 
l'égli • if- \Y. Le vicaire général épiscopal confirma la 
fondation par uni annexi I antfixumlW 19 octobre 1408. 
La famille A. qui reçut la boui coisii de Zurich en 1901, 
vient de Marburg. - !:•■,■ tt t - de Constance III. n« S097. 
- Xùsclicler : Hotleshôuser II. p. 251. F H 

AD RENUM. Nom d'un caslel ou d'une localité ro- 
maine près ilu Rhin. I i Tobula l'rntii ■ . : -"[ ■ 
comme distance A'Arbor fetij- à Brigunlinm dix milles, 
et de [irigantium à Ad !;• nnin neuf; de plu.- Ad Henum 
est indiqué comme étant situé au delà de liresenz; tou- 
tefi i-, I! Meyei et 1'. h lier di ..<. et iprès i ùx la plu- 
part dés chercheurs n ■ !■ ■ r n • - . admettent qu'Ail lïeiiuni 
doit .'tn cherci pi d Kl inegg. N m loin .1- Rh. in- 
egg. entre Saint-Margarcten el lirupg. la routi loniaiiii 
devait franchir le Rhin. Cepenilanl n pi'à c< jour, au- 

r ' k ice .1" caslel i un lin n a été ib i ouverte dans cette 

Voir lli ii i-li .-IN.I Vf Y p ! H' 

ADRESSES (LIVRES d'). A la lin du XVIII 
il en apparaît déjà qui 1 pu s-i u pi il m un ni dans les 



ADMEN r>E RIEDMATTEN 

grandes villes, jusque vers 1860, depuis lors, n 
ment. Tout d'abord, c'est seulement une énum i 
ri u- • xerçant un méliei . de commerçantset d'aï ti 
Source historique qui peut être d'une grandi utilin 

Pour rémunérai voir les articles sur Icslocalités. i 

adresses. I. Genèva. Documents adressi 
population aux autorités ou vice-versa. Lancée: par 
gouvernement, les i adresses » furent une manière il 
pcb expliquant une attitude, une situation, lïmaii u 
la population, elles étaient généralement démonsti 

• i analogui s aux Représentations (voir ce mot). Qui lui 

uns il documents sonl connus dans l'histoire 

désignations suivantes; Adresse aux Genevois, 30 oci 
bri 1792. Le gouvernement genevois, au moment du il 
part île Clavière, répond aux plaintes du résident J 
Krance el encourage li citoyens à ne pas désespérei . 
la situation. — Adresse du peuple genevois aux sgndi 
el Conseils, Kl janvier I79S. Les citoyens, au m. min, ,, 
3081, s'j plaignent des alfronts faits à leurs magistral 
déclarent avoir ronliauo dans l'équité du Directoire 
auquel cette pièce lui de suite expédiée. — Adrt ■ 
0:~j.'IO, 22 avril ISI4. Les citoyens, au nombre indiqué 
prient les incmbn du Conseil provisoire de reprend 
leurs fonctions.- Voir Kivoire : Bibliographie. Julliri 
Hist. de <;, mie, t. Il, p. 310, H5, 195. I U 

2. Vaud. !..■! principale Adresse raudoise date de l'ai 
toi n ne 1800. Après le coup d'Etat du 8 août, qui renier 
les Conseils Helvétiques et les remplaça par un Consi 
Législatif, sorte de gouvernement provisoire, la léacii 
s'accentua. La loi du 10 novembre 1708 sur l'aholil 
îles droits féodaux ayant été rapportée, et la percepli 
des r. n- ii dîmes ordonnée pour les années IV.I8. fiïi 
1800; en même t. u.\. qu'un impôt foncier de 3 | 
subvenir à l'entretien îles troupes françaises, un , 
mécontentement se manifesta dans le canton du Léman 
Des délégués des campagnes et des patriotes des villes 
réunis à Morges, s'engagèrent à résister à ces lois, et de; 
représentants de la Côte allèrent jusqu'à déclarer qm 
leurs communes préféraient une réunion du Paj d 
Vaud à la France à la domination de la Suisse alli mat 
et di ■ aristocrati s. Du côté réactionnaire, i n n i 
le pai ii i Mil ioli solidaii < de ci lie al'lirmation. et l'i n m 
en circulation îles Adresses aux Conseils Helvétiques. 
dan- lesquelles on émctlail le mu de rester Suisses. .'•■ 
leur tour les patriotes répandirent une autre A. h. • 
intitulée «Adresse des soussignés aux Autorités du Lé- 
man », officiellement qualifiée, dans le- milieux gouver- 
nementaux, d'» Adresse anarchique ». las signatain 
membres des Communes <}ii Léman, protestaient de leu 
lolonté de rester Suisses, aux conditions suivante 
I" que le nom de Suisse -"il celui d'un peupli libre el 
indépendant : 2 que ci peuple soil régi par uni I 
lution fondée sur l< r principes de I i galité el de la i 
bei i . '.'•■ qu'il n'ait plus jamais sous les yi nx I" spe ta- 
c] d'un régime arliiti ain el conl raire à la Cou litutioi 
I' qu'il soil ,ï l'abri de toute oligarchie; 5° et - 
que ton - I"- litre: féo laux - ii lit détruits. Cetti 
constituait ainsi un véritable app I à la révolte, •! 
auteurs furent énergiquemcnl poursuivis 

Peu après, un certain nombre d'aristocrates vaudoi 
lirenl paraître, sobs fnrine de Lettre au Préfet nation. 
Polier, par la voie j urnaux, une sorte d'adresse d 

mandant le retour du Pays de Vaud à Berne. Eux aus-i 
l'ureni poursuivis, mais sans résultat. Il Ci - 

ADRIEN DE RIEDMATTEN. Plusieurs évoques i 
Si ■ di la famille de Riedmallen ] 
- I Adrien I. l'véqm de Sinn de 1529 à 1548. Fils d< 
I'. ti i m mu . di Vi . • i de Calliei ine am llengart, il élu 
.lia en 1 194 à l'uni i i silé de ' lolo; ne, pai ut vers I I9â 
chanoim à Sion el devint en 1519 grand -a- 
ci i- tain. En 1520, il lui I anni .lu pays coin i 
ami du cardinal M . .- ■ I lii m i . p u I. part d Gi 
Supersaxo II administra comme vicaire du card 

1521 et 1522. le u. irquisal de Vige lans la I i.inl- ■ 

Italie, i. est . u 1523 si uli nu ni que par les ell'orls de sa 
parenté, il rentra dans -., patrie .1 put jouir de sa pn 
bende. Le s mars | ;,■.>< i. i| fut élu par le Conseil du pa> 
êvêq ■ de Se i .. iilirmé p ir le pape le 10 i 

• i u m épi ' opat. h Valais pi il pai t, en 1531 

.i, i mton eallmliqiii ., l , deuxième guerre di I ip| 



ADRIGHETTI 

<i conquit en 1536, les territoires savoyard»; d'Ëvian et de 
M mthey II mourut le 17 mars 1518. — 2. Adrien II, 
f\ éque de Sion de 1604 à I613. fils de Pierre, bailli 
,i, Munster. Il fut immatriculé à l'université de l'ri- 
hourg en Brisgau en I573, obtint en I578 le décanat de 
Sion et en mars I5S7 la charge d'abbé de Saint-Maurice. 
\ plusieurs reprises, il remplaça son vieil oncle, l'évêque 
llildrbraud île Ricdinatlen, dans des affaires impoi tantes, 
hiim aux diètes impériales de 1582 et 1594, aux renotivel 
lements de l'alliance à Altorf, 1589, Sarnen, 11301, et 
| terne, 1602. Le Conseil du pays le nomma évêque le 27 dé- | 
,-, rnbre 1604, élection ratifiée par le pape le 14 janvier ; 
ItiOti. Il travailla résolument au maintien de la foi catho- I 
lique dans le Valais et à la renaissance de l'esprit n li- j 
r i,ui. Mans le Kas- Valais des capucins savoyards exer- 
cèrent une activité missionnaire féconde et fondèrent en 
liill un couvent à Saint-Maurice ; dans le Haut- Valais, 1 
une série de prêtres éminents des cantons primitifs Ira- . 
taillèrent et pourvurent au salut des âmes, grandement ( 
négligées Ko hfiOÏ, les Jésuites ouvrirent à Emen et en 
UiÙS à SaiIïl-.M.iuree de Laques dos écoles publiques qui 
Curent réunie.- pt->- tard el transférées à VenUiône. lies 
luttes violentes contre les ,. patriotes », qui cherchaient à 
enlèvera l'évêque un droit souverain après l'autre, as- 
sombrirent les derniers jours de ce digne pasteur des 
âmes, qui mourut le 7 octobre 1613. — 3. ADKIEN III. 
évêque de Sion, de 1640 à IM6, (ils de Pierre et de Ci ' 
Imanorn, fut en 1634 chanoine à Sion et curé de Saint- 
Léonard et bientôt ..pics grand chantre; élu évêque le 
!t0 août 1640, il obtiril la ratification papale en octobre 
lfti'2. Sous son règni les Bernardines fonderait un cou- 
lent à Collomhçy et les capucins un autre à Sion ; . i 
.. .\'tri<:i I' . de Miuwtor évêque de Sion de ICi6 
à 1672. Il devint chanoini à Sion le 12 août 1642, évê- 
que le II octobre 1646 et fut confirmé par le pape le 22 
août 1650. En 1655, le calendrier grégorien fut délmitive- 
ment introduit dans le pays; en 1662, les Jésuites et en 
ICiIl). les Ursulines s'établirent à Brigue. I.e règne di cel 
évêque est une époque de puissant développement de 
loul le pays. Le Simplon et d'autres passages voient un 
transit actif et même des communications postale; 
presque régulières ; le canal Stockalper, creusé de 1651 à 
|t..".'.>. entre Vouvry et Collombey, permet le transport 
îles marchandises rapide et à bon marché; des mil 
de différente nature donnent de riches exploitations. L'é- 
vêque A. écrivit quelques notices historiques sur le Valais 
.•t Sion, perdues pour la plupart. Il mourut le lit août 
lti72. — 5. AliMIKN V, évêque de Sion de 1672 à 1701. Fils 
de Pierre, intendant de Conches, il devint, le 4 juillet 
1664, sacristain du pape, et évêque le 25 août 1672. Sous 
son règne,des troubles politiques éclatèrent à pli 
reprises dans le Valais, notamment lors de la déposition 
du capitaine général du pays, Gaspard de Stockalper, 
24 mai I67S ei pendant la guerre dite tiinglikrii g, en i - 
vrier I6S0. Il mourul le 20 mai 1701. — Voir Riva: (>/>. 
h, si. IV, p. 442-5114 ; V, p 165-197; 4S3. - «LU IV. p. IIS. 
- Bll'G IV, p. 107. — Grûter: Der Anteil de) 
h. 2'i'ot. Orle d. Kulq. ancien Kâmpfen tm 11 'allis. — 
Grenat : Histoire moderne du Valais. D J 

ADRIGHETTI, ./<>ari-7toj>fisff, tîlsde Jean-Aï I i 
* le 21 juin I790 à Prato, Val Maj ; la, f le 6 mars IS72 à 
Fribourg; professeur et peintre. D'abord gouverneur dans 
une famille russe, qui lui accorda plus lard une peu ion 
viagère, il devint ensuite professeur en Suisse. Il se fixa .i 
Krinonrg en 1855, où il avait une sœur mariée au docteur 
lleiny. H peignit à l'huile et il e.\| >sadcs toiles à Zurich 
in lt<32. On ne connaît cependant pas d'o'iivres que l'on 
puisse lui attribuer avec certitude. Toutefois, la collection 
d'Estampes de la Bibliothèque ci ntrale et II Mu ;ée de r*ri- 

I : possèdent de lui un joli dessin aquarelle : la Porte 

des Etangs, signé Ardriglielti (et non Adrighetlil: le mê- 
me Musé.- possède de lui une pierre lithographique re- 
présentant la descente de ereix de Bubons (copie dune 
\\- ille estampe — S h !.. IV i: T. et F l' ' 

ADULA . \ . DGS). \u sens large, la p ■ di - \l r 

s'étend du Gothard au Splugi n i n foi niant la fi onl 
tri- 1rs (Irisons el |i Tessin : au sens restreint le point cul- 
minant de ce ma if, le Rheinwaldhnrn (romanche IV 
Valrheinl. Les auteurs anciens emploient ce mol d.m^ 
un sens différent. D'après Strabon, le Rhin prend nais 



/KfîKUl.I 



83 



saoi e à l'A., mais aussi l'Adda. Cbrz Ptolémée, le nom d'A 
s'étend de la chaîne de l'Umbrail jusqu'au Mont-I 

correspond ainsi à peu près aux Alpes centrales ou Alpes 

suisses, a l'exclusion ilo massif valaisan, mai cnglc 
bant les Allies bernoises Voir GST, 19. - lleierli el 

Oecluli: Urgesch. Graubûndeyis. — AWG671, Zur. I903, 
p. Iti ss. — M. Lutz : Handlex der Scliweizer. ICidg cli 

éd. par A. von Sprccher, Aar., 1856 I, p. 10. — llolder : 
Altkell. Sprachschat: 1. 47. F r 

adventistes. Vers 1820, un mouvement religieux 
aux Etats-Unis et en Angleterre proclame le retour du 
Chri-t et la fondation du règne de mille ans. Interpré- 
tant les 2300 jours mentionnes dans Daniel Vlll, 1-1, 
comme autant d'années, le fermier William Miller prédit 
dès 1833, à New-York, dans le Massachusetts et le Maine, 
l'aube de la nouvelle ère pour le 23 avril 1*13. puis pour 
le 21 mars 1844, enfin pour le 23 octobre 1817. Bien que 
sa prophétie ne se lut pas réalisée, les attentes eschato- 
logiques n'en persistèrent pas moins parmi ses adhé- 
rents. Parmi les différentes sectes adventistes, les plus 
nombreuses sont celles des Adventistes du septième 
jour, organisées par James VVbile el célébrant comme 
jour férié le sabbat, au lieu du dimanche. Gcs der- 
nières, aussi appelées sabbatistes, écartent la Trinité ci 
vivent dans la plus stricte abstinence ; elles ont été 
transplantées en Europe et en Suisse en particulier par 
des prédicateur,-, itinérants. Leur oi aneesl \elIerold der 
Wahrheit. L'organisation des adventistes est assi 2 élas 
tique. Leurs prédicateurs exercent généralement un mé- 
tier à Coté de leur activité apostolique. Leurs adhi i .'■ 
se trouvent aussi bien dans la Suisse romande que 
dans la Suisse allemande en ville el à la camp 
mais principalement dans les cintres urbains. Les ad- 
ventistes commencèrent à se propagei en I 
1861 el alteignirenl leur maximum vers ! 71. Une 
Conférence générale est à la tête de la communauté, 
cependant les différents états forment également, chacun 
pour soi, une conférence spéciale. L'Europe, dirigée de 
1901 à 1907 par une conTérenci européenne spéciale, est 
maintenant organisée en section spéciale de la Confé- 
rence générale avec siège à Hambourg. Elle coin;.. 

ni . ■ nce allemande dont, mitre l'Allemagne, l'Auti iche, 
1 -■ I .: its balkaniques. 1 1 S m- e allem m le, font •', alement 
partie, tandis que la Suisse romande est affiliée à la Con- 
férence latine. I ile est le centre de la propagande aclven- 
tisle et sabbali.<te en Suisse; il s'y trouve uni maison de 
réunions avec imprimerie et maison d'édition. En 1907, 
le nombre des membres étail de i85 <'.<\i~ la Suisse alle- 
mand'- et de .'■'H dans la Suisse romande. I i. 

ADVOCAT (aujourd'hui VoCAl |, Nom d'une famille ré- 
pandu'- au XVII' siècle à Anniviers et dans la contrée de 
Su i tc Elle a compté plusieurs imprimeurs â Sion et à 
Saint-Maurice au XVIll'siècl - '. i ili I Jeax-Jacqi'es, 
curé de s inl-M mrici 'i'' I aqui i n 1760 — 2 Jl 
i est, * 1724. ; curé de Vex le 31 déc. 17::!. - 3. Michel- 
Aloys, *17K>, à Saint-Maurice, novice de l'abbayi en 1784, 
chanoine 1787, prieur claustral 1 04-1806, curé .i. ' I 
[$09-1834, chevalier de l'ordre de; saints Maurice el l 
en \x\~i. Il s'occupa de botanique. -- Walliscrg 'sr/i. I. — 
Bit/.: Etats du clergé. - Bertrand Li Valais, 125. — 
Arch. de la contrée i e Sii rrc [Ta i _ 
/EBERHARD. Nom d<- famille, répandu dan- diffé- 
rentes c urnes du canton de Berne. Autour de I420 : 

PieriîK Eberharlz à Grafenried, I mrgeois externe de 
Berne. Il i 

>CBERHARD. l-'amille dé Zurich. Voir l'i n.ii '.i.n. 
/EUERUI, EBERLI ou EBERLY. A. Canton de 
Zurich. Nom de familli connu depi is le XIV* siècl 
la rive droite du lac de Zurich jusqu'à Engstri 
même que ur I vci sant oi icnlal di la chaîne lu l'fan- 
nenstiel A l'origim diminutif du prénom ahil. E 
Ebar-oll ..n d !.■!.:.' .i .:ii /'• - 

mn I 2 \ (e 438 ss. Nombi u ses 1 1 ci ; 
isie Ji Zurich du XIV' au Wl s., en particulier 
n, dans le 
i , ,' ■ ■ ■ en 1500 on père avait reçu i ; i loi 
sic dan la) icrn Zurich, mais il- avait oublié de se 
. ■- l. .m . i h ri gei but ■'. I. i . 191 1 . 
— L'i.i .1 Irieh), de Es>lingi n (Com. I et le n I 

de Stâfa prirent part à la t uei i e .i ,É la ll.mt.--l,. 






S'i 



.i:m:ui.i 



en 1513. - La famille 'I'- Erlenbach di it roi mer mu groupe 
à part et sortir du libUberp argovien. Elle prit i n amodia- 
tion, au début du XVI' siècle, les biens et la dinic que le 
chapitre de Zurich avait à Buchcncgg-Stallikon. A rcmar- 
quei que cette famille porte là le qualiliratif de noble iJun- 
krr); elle s'est répandue dans le district actuel d'Alloltern. 
Vers la lin du X.VI» s. I. vviiT.n.nr quitta J'halwil pour 
s'établir à Erlenbaeh. Sa famille y tint I'aubei i cl à Kns- ! 
nacht la boulangerie du couvent. C'est par erreur qu'elle 
a pris les armoiries des Abcili de Zurich. — I.IlKMil, * 
1733, boursier (Seckelmeister) à Erlenbach depuis 17(31. l ! ne 
branche porte encore aujourd'hui lu nom de N. • ketincis- 
ter. 11 est peul-ètrr identique au ju.e Henri <] n i a joué un 
certain rôle dans les troubles de Sliifa de 1791-95. et <ini fut 
le principal auteur d. -s désordres et démarches déloya- 
les idans la commune d'Krlenbach. Comme tel et en qua- 
lité de président >l<- la commission illégale qui s'était conî 
tituée, il eut à payer une amende de 500 11. et fut sus- 
pendu d.' .-a charge pendant Iruis ans. Voir Leuthy : 
Oesûk. des Ku. /■<,„/,. {',9-ï-IKiO. I p. 157. - AK 
Zurich, A. 1*3 h. - 2. Ctmnrtl, 13-23- l'.ittâ de la branche 
des Mausti d'I'ii'lenbach, consacré en 1849 pi - vicaire 
à Laugnau cl Ilausen am Albis; depuis 1853, pasteur à 
Hiitten; doyen en 1876. Le 1 octobre 1903, on célébra le 
cinquantenaire de -un activité pastorale el la commune 
lui décerna la bourgeoisie d honneur. Il a publié : J'rc- 
digt nber Hn.ro VI. 1, gehalten in Laiignait,\\&ilcnsv!\\, 
185*2. — Gott ist uirhl ein Gotl dei Vflen, snnit-m der 
Lebendigrii ; VeiiirU'ilnng der I'rediglen run Pfurrer 
S. VôqeUtt, Zurich, 1865.— bas llekennlnis Christi vnr 
den Meusclten ; Synodalpredigt, Zurich, ISG8. - Die 
Evang'elhehe Predigl in der (irqruv'ai < . Svm dalpropo- 
Sîli a.', '/.n. . 1875 Fri dr. Hâfelin . 10 Prediqlen, 

publiés pai K.A., Ziir.. 1879. - Voir K.Wirz: Elal.'iB'M. 

- Evang. Woehenblall 1905. p 93, n 24. Zùreher 
Frcitagszeilg.YXâ, n» 22. — J HbWntmsfeier ; Anden- 
ken an die ôOjâlir. pfarramtl. Wirksamkeil des II !>■■- 
ban C. .Eberli am.4. Okt. 1003 in Hûtltin [avec un por- 
trait du couple pastoral). - Son épouse Anna-1!akiura, 
1813-1900, lilie du pasteur Jean-Gaspard Manz, de Zurich, 
écrivit une série d'esquisses, qui son mari a publiées en 
1901, en sa mémoire et pour ses amis, sou» le titre: Aile 
/;. ,.■ ilder ans dem Vm hlasse dei Fi au lu kan /■'. 
.Eberli-Mouz sel. - Voir 7.W Cltr. 1902. p I53.avi un 
portrait p. 155. — 3. .Jkan-Jaciiils, IS39 1893. de Oelwil 
am See, maj 'r, dirigea, sans beaucoup de sui ces. la fabri- 
que de cotonnades fondée par son père à Eichbiihl, pré- 

. d'Oetwil am See : après mui transfert a Oberstrass. il fut 
employé et, en ISi'0, directeur du bureau cantonal de sta- 
tistique, organisateur et commandant dès pompiers d'Oher- 
slrass. Kn récomp use des services rendus, la commune 
lui donna la bourgeoisie. Voir S/.'/. 1893, n 15 et 17. 

- \ ! - ;< .* IS'iO. neveu du n 2 lilsd i .él. i inaireUas- 

pard à ilaur, instituteur à Zurich- Enge. dont il reçoil 
la boi i.' ie ; sur l'ordre de la Société znriroi-c pour 
les trava .-, m nuels pour garçons, il écrivit, ■ -ti 1892. un 
Brricl i ■■•■-,- die lieiletUitng u. den geg, n Stand der 
Knalienai'lieiliscliuleu, ins'bestmdrre im A'. Zeriçli -- 
5. Ih ni i. * I8'i8, frère du n 1 1. à Zurich : depuis 1889. 
s'occupa dos roules di la commune d'Ausscrsihl. pois 
de celles du troisième arrondissement de Zurich apiè-i 
la réunion <h - deux communes; inspecteur des routes 
iln C. de Zurich, depuis le 1 décembre I8l>3 II si -i fait 
connaître par set ellorts pour faire bitumer les mutes 
(depuis littlij «/ 11)18. n 72!l] Son but était de fabri- 
quer un' goudron l'eerasphall) pour asglutinei b caillou 

lis. Son système, appelé Maradam !.'■■, i,. h, \ : 

on 1908, au premiei congrès international p"in lu cons- 
truction des routi - à l'aris ; il fui i >a\v sui la route 
,1 li it r 185 ii 1 :. l'ai i el Vi rsaille--. Sui l'initiative 

du congrès, il se forma une iété international, 'lu 

M icadain \. !.•- p lé fi I pi rf i tionu • u 191U el 

éprouvé en maint- endroits. Lue entrepri>e ib 

,-om-Ii iiction de rouli 

à lioriie. s'est constituée -I \ .. i|uelqui s ; r ex- 

ploiler l'inventinn. li I'. i.iun . * Ifcfrfl cormii son 

pore hôtelier du l'tlugsleii nu-dessus d Lrlenbach : 
il s'est acquis une cerlaim renommée iom:n o ■■ - 
p.iv-an. Auti <n de l'/lwi -, ■! S.t,tei,.<i> el. li 
éditions. - •.'.' Grenz- u. Krie>islialer, S éili 



l'Il! 

Voir /Il V.lir. I!K)7, p. 173, avec portrait. .s... 
1908, p 559-5C0,ct I9U9, p. 357. - Srhv. Sc/n-i/ 
lexikon, p. -j:t. la su ni de son père, Rki.li 
1904), épousa !•' comle I rie de L'entzel-Slernau . 
1839 bourgeois do Ijlenbach. - Voir /. \\ a 
n" 17. avec son portrait p. 371. — 7.11EIOIANN, de 01 
UN d u n :i. * 1864, à Oelwil a m Sec ; reçu doi li m . , ; 
deci ne après soutenance d'une thèse intitulée : y. 

:iir l.ehre rnn der Km tertrl ilmiung tin- .In-/ 

11890); pratiqua d.- 1890 à 1897 à Kilchberg | n 
Zurich. -;• l'.ml. Voir Corr.- }U. fur Seine. /!<•! 
p. 288 8, .Il vn. " 187" à Meilen, de Manne lorf. \ 
d'une thèse de doctorat heilrag zurCasuislik rfi iSi, 
pell-Marieseltrn Krank/teilsbildes, 1906. Di puis II 
tique à Meilen. Major sanitaire depuis. 1917. I.n 1918. , 
den! de la commission scolaire, président de c< mm u 

médecin de district en 1919. Propriétaire du vieux d 

,. /.un. Seehof » à Meilen. 

1'.. Ville de Zurich. Celte fa m il le apparaît déjà dai 
plus anciens livres d'impôts sous le nom d'Kberli. -- l.i ■ 
K.\i) ou CtiENT'/i, habilani depuis 1366 au quai loi du .\. 
niarkt, t si avover de la e*i poration des tailleurs aller» 
veinent au Uaptistatràl el nu Kal tlrul. en 1383 Si ; I .- 
87; 1388-89 . 1391 'n> , 1393 91 . 1396 : 1398-99. - :' ; 
orfèvre,* à Italien '• en 1515. établi à Zurich, "ù il .., 
la bourgeoisie le 18 l'évr. Iôi8. l'orle dans son sceau 
tète de sanglier. - Voir S KL I. 9. i II 

/EBERLI, EBERLE ou VERRESIUS di 
s:m Jir-i .h w-Ai ,.i - n'.. peintre, oit inairi •'■ 

hul(liavière), liabita liienne île 1615 jusqu'à sa mort. 
vicr 1636. lai tii'Ji il p' i ;nil, potn sa chroni 

trée, i vin il'- la ville, ainsi que les coup i ' I". p» 

d'artillerie provenant du butin de Morat. En 1627, il •!• --•■ 
un.- seconde vue de la ville, après avoir fail . en 1624 
planche avec la description de l'église de sainl I! ■ 
lîienhe. - Voir 11. ïûrler: Uns aile Util u. s. /',.■: 
p. 9. - Verresiitsclironik (liibl. delà ville ,1- Uerm 
SKI. IV. p. 2. il i 

/eeep.SOLD. Hameau cl nom de famille. V.Ei 

/EBl on /ERY. Comme Ai HLi (voir ail.' diminutif 
Abu ll'dr lemann I. 2. \ p. 1(1-12). - A. S ■.: \[hd 
nienb ■ h 1903, o 13 138. 61? . u un de famill répan I 
dans plusieurs cantons 

A. Canton d'Argovle. Le premier repré nlanl qi 
trouve menlionné dans le registre d'impôt ii. I Te ■ 
Ci.i.wi, taillcui de son él il, qui Tut gratilié par la ville d- 
deux mu iil- île vm pour avoir lavé la pet i le église t\r Sain! 
l'ierre. — Wit.m u est plus important; il reçut un il 
pour s;, maison réduite en cendres lors de l'incendie ib 

Ul Ville. U ,sl Cilé ,.||I ,l;ili-: le. il", i nls .1- ii-' 

à 15Ui comme faisant partie du cons il et di la j 
1508, avec sa femme Marguerite, il fonda uni me; 

M ls ,11 c clll i les eh; ne . a I. le' -ni - Il 

dans l.i vi!!.' basse, près •!■■ I nuli n e au Coi 

lui. c'est CON'l'.Aii uni posst la I i mai on. La l'une 1 ' 

.un f, Zolingue au'débul su XVI- siècle. ' >'•■> 

I;. c;nnion d-' Dr i ne. A I 
ginaires des . ommunes de Mfollei n dar I I nu . 
lleimisv.il. Ilindelbank. Kirchb. r . I • imisvvil. I 
ben, Itiidersvvil. Obi rhurg, Seebi , ■. Waltersvvil i 
gen. I36S à h' in tibi i. I iidi i : I elli I !" i. Ji \ ■. 

Kirchbcig, *2i oct. 1824, ; 8 juilli 1880 fonda s 
licien Landrv vers 1873, une fabrique d'horlogerie a Ma- 
drelsch, où son Mis, l'ingénii i : Léo. * U oct. I» ' 
-; (i avril 1893 inti du il i n Inn'i les nu 

; duclion .m , : ii me - e n la coi In ction : 

néi es .' r< - à la centralisai ion di d lléi enl • brandi • 

' ,|, la fabrication. I i fui I" an ni. • ' ! 
IS87. par une cuti • ; il tôl la fail- 
lite di ! i centi .,!- am r ic enti 

I sale. Le lils aîné - 3.A I ljanv.1911 

fut directeui de la I I à 1890. I ; parliedi 

Grand i li ; cil ù' I882à 18114. d i .n ensuite pei 

. i ie en II' n .i ie. m i - 

ii vinl à i i" . - I . -■ ',.. i, : tttuieklg. 

der Stadt /,'■ i'. 1911 i. Voir Ai itY. — 5. Il 

m i niour. oi i^'inaii le ' : ^59 

mai - 11117 i Uerne 

lion de puni» de son i . ' , ■ à la M malt à llerie 1 

Kn |8d3, il succéda à i | n en qualité d ingi .. 



KlilSCIIF.N 



.tiRISCIlLOGSSU 



.ti-trict à Inhrlaken cl devint en 1911 ingénieur cantonal 

I |;, ,,„.. _ «|V 1916, IV, avec portrait. .11. T.l 
t.. canton de Lucerne. I. IIaNs-Ulkioh, de Sursep, 

~ jntre verrier, ainsi que fou frère Pierre, entra en 1611 
il.ms la confrérie de Saint-Luc à Lucerne. — J. i/osi'/i/i- 
i,i/i7/.'"'""''-""' s . Iiistorien, * 18 uov. 1802 à Lucerne, 
I sept. 1881 à Beromunstur. originaire de Surseo dont 
,| suivit l'école primaire pour passer ensuite au gymnase 
je Lucerne. Après avoir commence des études de théo- 
logie, il devint maître à l'école du district de Znivach. 

II fut appelé en sept. 1829 au gymnase de Lucerne 
„ù M enseigna d'abord les mathématiques, puis le: lan- 
gues et littératures grecque, latine, allemande, ainsi que 
l.i rhétorique. En septembre 1831 il enseigne au gymnase 
de Berne puis en novembre 1835, à l 'Vole cantonale 
d'Aarau dont il l'ut recteur île 1838 à 1841. lin 1813 nous 
lu trouvons recteur de l'école du district à lia don et maî- 
tre d'allemand et de mathématiques. Cependant, a coté 

de ses fonctions, il poursuit ses études de théol • i est 

ordonné prêtre en décembre 18'i'i à Soh?nre. Le 25 sept. 
H»45, il devint chanoine et cure à Uaden, pnU eu 1KKJ cure 
a Allendorf (G. Schwyz). Après avoir été profi - - tir i! lu 
toire à l'école cantonale de Saint-Gall en 1819, il rentra 
dans son canton il origine en octobre 1850 et devint cha- 
pelain des écoles à Sursee. Dès 1851. il enseigna l'histoire 
au gymnase de Lucerne jusqu'au moment où le Conseil 
d'Etat le nomma en 1862 chanoine au couvent de liero- 
iiiunsler où il demeura jusqu a sa mort. Il fut dès 1828 
membre de la Société suisse d'utilité publique, dès 1836 
•le la Société pour l'éducation nationale à Aarau, dès |s:ij 
de la Société générale d'histoire suis-o et dès IS53 de la 
Société d'histoire des cinq cantons Catholiques, dont il 
fonda une section à Munster; entin il l'ut nommé en 1861 
membre honoraire de la Société pour la recherche des 
antiquités rhénanes à Bonn. A. a laissé de nombreuses 
publications historiques, entre autres dans le Gfr.,JSG et 
une refonte de l'ifisl. suisse de Daguet à l'usage des 
écoles de la Suisse allemande. — Voir ASG, 1SS1, n° 5. 

— Gfr. I8S2, p. 12. — ci. Fhaxçois-Dominiqee, architecte à 
Lucerne, fit vers 17ui) un projet pour la reconstruction 
de l'église de Xeuenkirch. F. v. et P x \V. 

D. Canton de Soleure. Deux familles étaient bourgeoi- 
ses de la ville do Soleure. De la pre- 
mière, Jean A. fils de BartH, d Ober- 
buchsiten, fut reçu bourgeois en 1626. 
La famille s'est éteinte avec VICTOR, * 
1780, soldat au régiment Reding en 
Espagne, porté disparu en 18'2ô. .-I rmi's : 
d'azur à la marque de maison d'argeDt 
sur trois monts de sinojde. A mention- 
ner : — 1. l'u . * 1636, fils de Jean ci- 
dessus, et de Madeleine Gut. Ordonné 
pc'tre en 1661, il est curé à Bàrschwil 
en 1665 et se retire en 1666 2. Philippe, *. 1613, 
Y à Hornusen en 1711, frère du n" 1, fut prêtre à 
lireitenbach en 1666, Wittnau 1688 et résigna ses fonc- 
tions en 170i. — 3. Mai-rice, * 1669, f 1724. tils di Wolf- 
gaug et d'Elisabeth Schluop, fut ordonné prêtre en 1693, 
chapelain à Oberdorf 1694, curé à Lostorf 1713. — 4. 
Ulis-Jo.-Ei'ii-l'fii -ni. un:, * 17:n, f à Soleure 1791. tils de 
Frédéric et de Marie-Gerlrudc Meier, fut prêtre et vicaire 
à Hâgendorf ITôli. cure à Meltingen 1761, à l'hôpil '1 di 
Soleure 1777, à Meltingen 17S1 el résigna ses fonctions en 
1788. — ô. Liis-Joseph-Bi-aise, " 1735, 
'- 1798, frère du n» 4, chapelain à So- 
leure 1757. prêtre 1758 et chanoine à 
Sclionenwerd 1786. — A mentionnei de 
la seconde : .1 \coi3, menuisier et I eur 
d'orgues, de Melzerlen. habitant ne 1633, 
reçu bourgeoii en 1682 La famille 
s'éteignit mec Jr\N. * I7il qui prêta 
serment de bourgeois en 1763 et mou- 
rut en 1805. .1»7» es : d'or à la marque 
de maison de sable sur trois monts de 
-inople accompagnée en chef de deux roses au naturel. 

— Voir l'. l'rotasius Wirz : llôrgergeschlechter. — F. -A. 
Il il u. r Gesclilrchlrrbuch. — P. Alexander Schmid : Kir- 
chensnlze 1S.77. p. 224. L v ' '• 

/EBISCHEN, ferme près de Frauenkappelen Berne) 
qui fut donnée en présent au couvent de religieusi - Je 




celte localité. Un 1282 Ebernszcin, I!t02 F.berxelmn, 1343 
in der Ebrrsclu-.n.Eber.ilirim?}. V.n 1281-1282, les rrères 
Henri et Joraml de Scliônenfels céderont la dîme d A , 
lier impérial, au dit couvent. Voir le nom de famille 
.Kiit-ii m i.. - /'/,•/;::. 310. n r 

zebischefî, nom d. famille formé d'Anu-<;iii.\ (voir 
i ei arl.) des i aillons de Hei ne et ,1e l'i ihoili-fr. 

A. Canton de llerne. Il est i epréstuitc aujourd'hui par- 
mi les familles bourgeoises de \arbcrg, Ùuggisberg et 
Wahlern (llerne). Nous trouvons en 1390 à Berne: Ehr-r- 
scher, Ehenschor, en 1509 Aebischcr. Parmi les bourgeois 
de ce nom à Aarberg, citons: I. Tut mini,, banncrcl 
en 1509, maître-bourgeois lôlô, sfigiicur-juslicier (ÏViiMf- 
herr) à Meikirrh. -- -2 Son lil> I'ikiihe, bannerct 1529, 
boni gmestre 1531 : aliéna en 1550 son droit de justicier à 
Meikirrh à Ant. 'J'illier. — 3. RODOLPHE, notaire le ISjuin 
1681. -• 4. Ahuaiiaji, notaire le 13 avril 1709. — ">. di an 
f.imiu:-. notaire le 'Je, février IS'lÔ — X o\r F1W Vdelbucll, 
SpruchbRcher., ïlatrihrlbûdwr, aux AK de Berne 
Mulinen : ii-UriUjc, VI 47. [H. T.j 

II. Canton de Fribourg. La ramille Acbisclier, assez ré- 
pandue actuellement dan-, le canton de Fribourg, est ori- 
ginain du canton de Berne. Armes: d'argent au chien de 
sable; au chef d'azur chargé d'un besant d'argent. Elle a 
dû arriver à Fribourg entre 1150 el 1475; il in est fait 
mention pour la première l"i- dans la liste d' - coml 
tants de Morat, liste dans laquelle on lit les noms di Otti 
: et llentzle Aebisi lier, qui prirent pari à la bataille avec 
le gens de Zum Joch (Saint-Antoine). Dans le courant du 
I XVI e siècle, les registres des notaires, les rôles militaires 
! et les rôb ' :> ., : ignali m un certain nombre d'- mem- 
bres de ci tt i imillcdans le ti rritoiredi l'ancienne paroisse 
de 'J'avel, ainsi qu"à ll-eilenried. En 1555, le rôle d'impôt 
pour la Gruyère mentionne un Cristan Acbischer à Wallen- 
îied ; ilès celle époque, en effet, la famille devenue plus 
nombreuse essaime à Fribourg, puis dans la partie fran- 
çaise du canton, à Onnens, dans la région duGiblouxoùelle 
arrive dans les dernières années du S IX* siècle.- Joseph 
(17S6-1852), d'abord trappiste et professeur à la Valsaiute. 
puis curé de Chandon. Lu 1815, l'évêque Jenni l'envoya à 
S'euchâtel dont il devait être 1- premier curé. Lu 1806, le 
culte catholique avait été célébré a la Collégiale, poi : M 
première foi» depuis la Réformation, pour le I 

françaises d'occupation. Apre- leur départ, la n n 

tinua d être dite dans des locaux dii rs 





S 



ouvrière de la nom elle paroisse pour 
laquelle il obtint, non sans peine, la con- 
. . --;, h d'une \ li e Homme . ludieux, i 1 
chercha a répandre le goûl de i i tude 
clic t >i i olli ui < cet ell'et. il I 
Grande assi cialioni i le Ci i iv -, 
littéraire. La première, suspeeti 
suivre un bulj iti e,futsus| 
I , ,-êque ; la Cn , ndance littéraire, 
qui parut en 12 cahiers annuels, compte 
4 vol.Kommé doyeneteommis: i 
copal, A. résigna - e- foncti m I812el 

se contenta d'être le vicaire de son uccesseur. li i 
d'une attaque à Lausanm I' 1S août 1S.,2. — A/ i 
— Quartier-la -Tente: !■■ canton de Xeuchâlcl. 1 série 
II. p. £5. - Phillitim* à Fribourg le ■:.'• janvier 1848, 
rol'esseur et joui n ili le lOtudc cla i pie à Fi il 
.lunich. En 18ti9, profi ;seur au Colle::. ïnti i 
Thudichum à Genève. Alexis ,\llet, alors to it pu il 

Valais, l'attira à Siou pour diriger la Gazetli d '■ 
qui connut sous sa direction une péri >de très active. I n 
1875, Aebischer fut appelé à Paris pat sonamiVicI 
et écrivit dans de nombreux journaux et revui 
le: pseudonymi il l'Iii ppe d'Arconciel et surtout de 
Henri Flamans, qu'il substitua pre; |ii à soi nom ger- 
manique. Longl mps attaché- au Pet ' Parisien, il est 
I auteur d'inn mibi 

nvuie colh i tif di Jean Frollo '1 i V dlla a 
et collabora sous la direction d< l'issot au suppl m nt litté- 
raire du Figaro. En 1917, à la mort de son ami qui I 
fortune :. la '■ lb de Bulle, ï c fut d né p ur .a 
, inisi ri ; diriger le Musée gruyérien. P i 1- M.et L.C 
/ebiscklŒSSLI. Maison avec escaliei en tourelle, 



m 



.mu 



dans la Bûhlstrasse à Berne, qui appartenait au X\ ! 1 1- 
siècle à la famille patricienne bernoise îles Egger et passa 
par la dernière du nom a son époux Charles-Louis ( luj s- 
purger, banneret. En 17'JÔ, Albertine daller, veuve du 
colonel lîéat-Louis Braun, de Berne, en devint proprié- 
taire Dans la succession qu'elle laissa, la « Muesmatti 
on propri-lé du « Schlôssli » fut acquise en 183-2 par Jac- 
ques \el.i. de Sceberg. Le lils de ce dernier, Jean-Jac- 
ques-Ferdinand, * 28 avril 1825, f 30 novembre 1903 qui 
exploitait la propriété, légua outre des dons à l'établisse- 
ment du Stcinhôlzli, sa maison et fr. 50.000— poui y ins- 
taller un orphelinat de jeunes filles. Les héritiers rache- 
tèrent la maison de l'Etat qui en capitalise dés lors les in- 
térêts. -- II. Tùrler: Bern,Bilder aus Vergangenheit u. 
Geaenwarl, Berne, 1896. L H - T -] 

/EBLI.ius-i AEBLIN, EBL-IN. A. Canton de Glarls. 
— Famille autochtone et considérée qui donna plusieurs 
magistrats capables à son pays. Mentionnons : — 1. 
MiClir.L de Biberach, conventuel et curé de la maison 
îles' chevaliers de Saint-Jean à Bubikon (Zurich!, 1525 
pastei i à Liuclis, pcil par'- à la dispute de Berne en 1528 
et tomba à la bataille de Cappel en 1531; dans le 
porche de l'église de liuclis se trouvait sa pierre tombale 
d'ailleurs fort endommagée, aujourd'hui transférée a 
Zurich. - MAGZZl juin. - Nùscheler: GoUeshauser, 
p 574. -- MIS 1910, p. o4. - 2. Werner, dit kilchmat- 
ler combattit en 1444 à Saint-Jacques sur la llirse ; 
atteint de sept blessures il fut relevé le soir par les 
Bâlois qui I» soignèrent et le guérirent; il rentra dans 
sa patrie, seul survivant du contingent glaronnais. Elu 
bailli de Grùningen, il devint en 1461 landammann de 
(jlari _ ;. 11. Tschudi: Beschr. des Landes Glarus, 
p 'p-;o — 3 Jean, huissier cantonal, fut élu en 1526 
landammann de Claris. Dans cette haute situation il 
chercha étant protestant, à calmer les troubles que la 
Réforme avait apportés dans le pays. Ce sont principale- 
ment ses efforts qui empêchèrent une rencontre armée 
entre Zurich et les cinq cantons catholiques lors ds la pre- 
mière guerre de Cappel et aboutirent à la paix. Il n'encou- 
rut pas moins la disgrâce des catholiques glaronnais et en 
153' 1 il ne fut pas réélu landammann : toutefois il le fut ue 
nouveau de 1535 à 1540. Il représenta Clans à de nom- 
breuses diètes, la dernière fois en lo47. — Gsl I\ , 1 ci-c. 
- lleer : Gesch. d. Landes Glarus, p. 121 et 130. - 4. M > : 
THIEU capitaine glaronnais à Wil (Saint-Gallj de I6S2 a 
1684. '— ASI VI, 26. — 5. Matthieu vécut à Claris de 1720 
à 1750 environ et devint par son travail un graveur de 
sceaux et de cachets remarquable; mais la mort mit 
lin prématurément à une carrière pleine de promesses. 
SKI - G. Jean-Pierre, 1804-1879, de Billen, d abord vi- 
caire à Aadorf, fut pasteur à Bâle-Carnpagne, puis de 1841 
à 1S13 à Ubisrieden Zurich) et enfin jusque peu avant sa 
mort à Wiesendangen (Zurich). Il écrivit une • -<■■• d i dis- 
sertations historiques et de politique ecch iasl • ■■ V 
aeaeitwârt \'ert'assung des kl. Glarus, 1830; Gesch. des 
Landes G!, (jusqu'en 1437). 1831; Die Schlacht auf der 
Landschafl Basel 1833, 1833; Schilderung der Zerwurf- 
nisse in der Schweiz i830-33, 1831; Die UnstcrbUçhkçit 
dermcnschl.Seele, 1S39; Diedrei liimml.FûhrcrGlaiibe, 
Licbe u Hoffnung, 1846 ; Die Gesinnung u. Handlungs- 
weise der Jesuilen, 1847; Dir Erneuerungsieahlen der 
Geistlichen 1849. — Voir 'Wirz : Liât. p. 5 et 201. — Lan- 
dcsbibl Glarus. - 7. Culi.m-.ml * 1812 -f apn s 1892, fils 
du n» 6 auteur d'une thèse de doctoral h 
damni infecti. Avocat a Zurich. — S. HlPPOLYTE, * 1S44, 
frère du n' 7. ingénieur-mécanicien. [D'A N.eiF.H.1 
11. Canton de Zurich. La famille .-Kbli (ou Lbly, ai 

Ebly) apparaît déjà au XIV 1 - Biir- 
ger- et Uteuerbûcher l). De 1330au 

XV1< s., nombreu-es réce; ' i le 

bourgeois sans liens de parenté con- 
nus : Ul i.Y (Ulrich), de Ulari ,1468 
parce qu'il suivait à se: frais la I 
nièce de la ville et Jean, de Claris. 
1532. — l.STOFFEL, armurier et ré- 
mouleur, de Bu.ochen dans le l'râti- 
»au, i ■ <;" b irpeois en 1 i .2. -- '-- 

Conrad, épousa 1 

HansNussbergoren 1483; adv trsaire 
du bourgmestre Waldmann, il fut élu 





.i:bv 

en avril 1489 membre du Uornemcr Hal, en qualité il, 
suppléant (Zugcsetztcr) de la corporation Zum Kimhoi, 
dont il devint avoyer de 1490-92. Bailli duNeuaml eu Hui 
En 1493, pour la seconde fois Grand Conseiller. Il et.,, 
probablement un lils de Guillaume I'... de Bibcraih 
reçu bourgeois de Zurich i n 1449 et receveur en libl ., 
Rennwcg Malgré les livres généalogiques, il n'a rien .!■• 
commun avec la famille Kilchmalter de Glaris. — Voir 
Cagliardi : Dok. Waldmann 1 et II. — AI' Zurich, .1 
liquar. Gesellsch. n" 7ii. -■ 3. Ji;vn. 1496-1507, cure .. 
Usler, proche parent du chanoine n. 
Bcromùnster, llaus Schwend, de / 
ricb, et du II" 2. Chanoine de Uen 
munster de 1509-1522. Son lils le mar- 
chand Conrad, qui vivait encore m 

1511, ne doit pas être identique au n •> 
- Voir A)-; Zurich. Privaturk. 2. 
KeUeramtsrechnungen. — 4. Jacob. 
membre de la corporation des charpen 
tiers ; son armoirie se trouvo sur m, 
vitrail de l'abbaye de la corp i il 
11629) : de gueules à une feuille de trèfle de sinopli sm 
trois coupeau.x du même (reproduction dans l'histoire de 
la famille Sporryi. , W. IV 

/EBNIT, EBNET, EBNAT, nom très frequenl 
d'endroits, de fermes, de lieux-dits, signifie pays plat, 
plateau sur une pente. 1260-63: Ebinode (probablement 
près de Sumiswald). - SI I, 46. - FHB 2, 536. 

/EBY. A. Canton de Zurich. — IIaXS, charron, de / 
lingue, reçu bourgeois de Zurich le 31 mar^ 1470; nomm 
Grand Conseiller, en 1489, connue faisant partie d s do 
de la corporation des charpentiers. — IlriNi fEbi), d ! l'fàfli- 
kon(C Schwvz) etWoLFF (Ebi). lui aussi dePfâffikon, sont 
reçus bourgeois de Zurich en 1423 et 1425. - Armes : De 
gueules au marteau de tonnelier d'or, chargé d un cou- 
teau posé en fasce. sur un soulier d'argent ou de sable. 
Burgerbuch, I. - Sleuerbïicher 1. - Dûrsteler et Meiss 
Gescltlechterbùcher (avec trois armoiries;. Armoiries com- 
plètes dans Geschl.- 
Buch Gre6eM628 (aux 
Arch de la ville, Zu- |j 
rich). LF.H.1 

13. Cantou de Frl- 
bourg. — Famille fri- 
bourgeoise originaire 
probablement de Clie- 
vrilles (D. Singine). — ' 
1. Vtu.Y et Hansle 
sont, le 22 juin 1476, 
parmi les Fribour- 
geoia qui combattent 
a Moral dans la com- 
pagnie de Ziverliet 
(Chevrillesj et Tinte- 
rin. '-- 2. Peter fait 
en 153 i li p '' riu i 
de Saint-Jacques de 
Compostelle. - 3. Ni- 
colas, de Muschels, . 
corn, de Chevrilles, 

sellier, e^t rei;u bour- \is< r. > \ , . i 

geoisdePribourglelQ (d après un portrait de J B. B 
février 16-47, droit re- Propriété de 1 borne l'aul 
connu le 4 avril 1753 

par son arrière-pelit-fîls Jo ■pi.. - l.JoSEi-H entre au ser- 
vice del-'rance en 1732, si i ■-■ n 17 u >P?g nl ' 

Week, régiment Wittim i.Chari.es-1 

n« 4 * au régiment Wiltmer vers 175», rentre au pay: 
avant 1780, nommé en 1798 im pi cleur di s gi inds m i; a 
sins à grains, conseiller comm i Crand 

Co il. Sollicité de se rairc inscrire dans la liste du patri- 
ciat il s'y refuse toujours ; cependant divers documcnts-ci- 
tent la famille Ai by p u mi les de Kl ; 
bourg. Il a dix entants dont les principaux sont : — l> 

l'iorrc-JEAS. laine, étudiant chez, les trappi tes di 
\ ,i rie, puis à Soleure et à Kriboure; nommé en W" 
catholique de 1 en 18-2 









. 






ine de Saint-Mi • puis cm i en I 

auteur d'une brochui 



. 



M.embre de la cour épisco] ili . 

très rare sur le rétablissement du culte catholique a Lau- 



.EBY 



• .-il IS'Ô, il appelle les Frères Maristes pou 
'primaire des garçons de Fribourg fond. 




Sicola 



, Naple 



ùlodo l'li< 



rlirigcr 

par le 

.','l"\."h"niorl Se MgrJenny, on songe à lui comme 

évêque; exilé en 1848 pour 

avoir soutenu le régime 

il nltramonlain Fournier, il 

de la Collégiale Sainl-Ni- 
cola, ei meurt le 1G fé- 
vrier 18(iS, à 7-2 ans ; ex- 
cellent orateur, parlan] 
plusieurs langues, doui 
de grands talents, carac- 
tère énergique, mais d'une 
grande aménité de ma- 
nières. - 7. Xicoi as, en 
tiv jeune encore au ser- 
vice de N'aplesoù il obtient 
le ; . iv le 'I" major, re- 
vient au pays en 1839, 
«pouse .Kosépliiui tic l-ten- 
dre, est nommé député 
au Grand Conseil, con- 
seiller communal de l'ri 
bourg, président de la 
Chambre îles pauvres, 
inspecteur des arsenaux, prend une part active aux 
événements du Sonderbund, et meurt d apoplexie dans 
sa campagne du Windig, près Fribourg, le 2 février 
t8G3 ■- 8. Fimnçots- Xavier porte em.mt le -nom de 
,. , , * à l'.ihomv le 2 décembre 1804, prêtre le o 
juin IS30 chapelain à Tavel, vicaire à Semsales, co- 
"nutcurà Saint-Nicolas en 183», il enrichit les r»»ti«* 
paroissiaux de notes marginales précieuses ; en 1Mb, il 
raduitde l'allemand V Abrégé élémentaire de Ihisloin 
suisse .le Bapnwart : est nomme chanoine de Saint-Nico- 
las en 1856 l'année où son frère en devient prevot, en 
18*2 doven'du Chapitre et de la ville membre de la cour 
épiscopale et de la Chambre des Seo- 
larques, fonde à son domicile une bi- 
bliothèque à l'usage de la jeunesse pau- 
vre refuse la dignité de prévôt, y le 13 
juillet 1S91, après Cl ans de prêtrise. 
-9. jEAX-PlERRE, lb35 chapelain a Bo- 
=^=J singen, puis successivement cliapelain, 
B©^. chanoine et recteur de Notre-Dame de 
Fribourg, auteur d'un manuel de^piele 
intitulé Le Congréganiste de Marie, 
Fribourg, 18G5, 1 à GO ans, le 18 nov. 
1867 — 10 Paci llls de 7, * 1841. étudiant a Dule, In- 
|,our's et Bonn, avocat, fond,- avec II. de Week la maison 
de banque Wecl; .-Eby, -lu en 1866, avantlagede 2o ans. 
au Grand Conseil, en 1881, conseiller national; de 1K* a 
1895 svndic du Fribourg. Homme d'initiative, soutien de 
I Université naissante, et bon orateur, il meurt subite- 
ment à Onuens le 18 juillet 1898 laissant cinq enïanj . 
dont l'un — 11. Henry, prend la succession de son pire 
à la banque Week ,Eby. - 12. PIERRE, D' j ur pro- 
fesseur à l'Université de Fribourg et directeur de J Ecole 
de commerce de jeunes tilles de cette ville (1918). - 
13. Stanislas, frère du n« 10. * le 13 mars 1818, caisse 
en ISTôdelaCni.se d'amortissement, Conseiller d_Eta 
en 1881, et chef du Département militaire, r.n is.o. il 
prend part comme sous-lieutenant au bataillon 01 au s>ei 
vice d'occupation des frontière,: de 1878a 1883 major du 
bataillon 13. y à Fribourg le 29 mars 1914. , 

Aune autre branche appartient - 14. Jean. * a l-ei; 
dringen (Bôsingen) le 1" novembre 1838, prêtre e.n : 6b, 
successivement chapelain à Tavel, vicaire a bamt-Nico as 
chanoine de Notre-fcame, curé de Plassclb lbi7 a ■ 1913, 
puis chapelain de Saint-Loup près Fribourg, ou i meurt 
le 28 septembre 1914. Pendant les années troublées du 
Kulturkampf, il évangélisc en secret déguise en | i; j 
ou en soldat, plusieurs paroisses du Jura bernois privées 
de leur curé; les agissements du caporal de Loi 
sont plusieurs fois si; nalés 3 la police bei noise. - n abi.e 
.Ebv.de Wunn .il in; ine part, 1 21 ans en juillet 1 
avec près de 2000 Suisses (Fribourgeois.Valaisans.lienioi», 
,tc ) pour aller fonder au Brésil, a Morro-Queimado, pro- 




.IÎCKEUWIKSImN 87 

M,,rr de Canla-C.allo, la colonie de la Noiirelli'-Kriliouri . 
Il meurt sur terre brésilienne, avant d'arriver a destina 
lion à mi-chemin entre Rio de Jam iro et la future i olc-me 
d.' la Nouvelle Fribourg. en prenant un bain dan- la rivière 
de M ae ici. o Sa perte est 1res regrettée des colons au milieu 
(lesquels il devait exercei les fonctions de vicaire. - Notes 
généalogiques appartenant à M.leprof IV ,Eby I 
nés Mhnnrnn>iw 1892 p. 73; 1899 et 1916. - \'olkskalen- 
,1t.,. t hWihimi n lt'«//i'.v, 1915. |>. 97. -Articles nécrolo- 
giques parus dans les journaux frihourgeois la Liberté, le 
Chrniiiqiieitr, le Confédéré,^ l-rctbiirger /eitiing, etc. - 
hellion: Diclbmntùrr des paroisses VI, 351, 3/a. F. D. 

/EBY,r/ir/-/o/i/jr-7'/»-'"'"'-''.."i istorigmairee, 

(leKirchhe.g.ner voirAr.m ,»JeK février 1^1} l.uten- 

brunnen, près l'fal/.bourg, j le 7 juillet 18&. n Bilten, en 
Bohème, fréquenta les écoles de Baie el étudia la r 
dans cette ville dès 1853. puisa Gi.ltmgue, de1fob-l8o!>. En 
185S. il est privat-docent a l'Université de Baie pour I ana- 
tomicét la physiologie, puis prosecteu,. . ct en 1863, profes- 
seur extraordinaire. Durant l'été 1863, il est appelé a Berne 
,,„„„„. professeur ordinaire d'anaLoi.i.e, d histologie et 
d'anale* - compnrcederenscml.il du regncammal: maître 
, A ,,.|i..,,i ,l y conniil la célébrité II est en outrealpm te 
enthousiaste et hardi Appoléà IVagueen 18S4, iWnaugura 
^on enseignement en octobre. Mais Ie1ajanvier188o, frappe 
pa, letyphu ctunemaladu di n ies respiratoires i meurt 
', la station climatérique de Bilten. A. publia: Lehrbueli 
derAnatomie, 1871, et quarante-neuf autres travail: 
tiliques; .-t. en collaboration avec fcd. v. 1 el enberg et 
H. Gerwer: Uas Hochgebirge von Grmdelu!ald,\8&>. - 
Voir sa Biographie par Lmlw. Hir/el, dans les Verhand- 
lungen d. sclnéeiz. Xulurforsch. Ges. I8&>, p 1H - 
W Mis avec la liste des travaux scientifiques dans le 
Correspond. -Biatt fur SchwcherArzte, !88o. n" 21, p. ;>U- 
523 — Pagel: Biograph. tex. hervorrag. Aerzte des 
XIX. Jahr."v. 42. ' ,. , , , , l " ' , 

/FCHERLI, famille à Heideu. Entlebuch, etc. — 1. 
J B H un ^esciicfs des paysans révoltés de Willisau exe- 
cuté en 151b - 2. Nicolas, juge communal a Heideu de 
IS03 à 1812 — 3. Ntcoi \-, juge de paix a Reiden, con- 
seiller communal 1840, Grand conseiller 1861, administra- 
teur di Reiden, maire 1818, décimateui-1818 [P X. W 

/FCHERLI (GROSS, KLEIN) (C. bnterwald). In 
eert.uu nombre d'alpages et pâturages avec plusu urs 
chalets des deux côtés delà frontière, entre Obwald 
et Nidwald. Lors de la guerre d'indépendance des Nil- 
waldiens en septembre 1798, cette croupe tut occupée 
par 80 à 100 carabiniers du Nidwald commandes pai 
;.,lih. Na.dli, de Beckenried, (d'après Gut) ou par Jos. 
\nt Joller, de liallenwil, (d'après Fasi). 2400 rrançaii 



lurent envoyé? 
hommes de la 
cion Noir, . Tout 
i, colonel Muller. 
ri ni la d 
cln ments et se p 



pour les ilcl 
|3'»« demi-bris 



dont environ 1000 
ou trop faim use I é- 
léi u hemi "i étail commai il 
M ,,, ien Le i Nidwaldien 

y^ui: d'al.atis d'arbres el d'enro- 
nt de chaque coté sur li 



v ,„ t,,, dirent vaillamment, r ' 
ces supérieures pendant 3 à 4 heu,., et inflij i 
Kroises perti à I ennemi Les Françai ayant i 

enfoncer la rassemblèrent an Dùrrenl 

dansla forèl voisine où plusieurs de leurs coin, 

..,,1 tués, land,. que les Fronçais auraionl 

SSKUTrï 

,.„r Immlerl Jahrei . Kru 
sV ,„ rj ys - Rrnst Eschiiiann : Remtgi Ai 
vuïïëi, 1918 llinlermann: Ucr Kampf der i\iduatd- 
ner am >> Seplcmber 1VJS. M i 

/ECHL.EB. Famille bourgeoise de Zoltni 
Jkvn fut prêtre avant la Réformation, ensuite i 

Taîhèim!S! 

... ,i. cendani il t citei on lils -1. JtntMit mê 
de, ni — 2. Ji in-Co 'e gi flicr, t 1621. - • 

jfcQUEâ membre du Petit Coi I et capitam mi 

ice Q urbaine, [ iTi) *• Jeas-«I 

Petit Conseil el architecte çommnoal. -o. Samo 

,,,..,,,. membre du Pel.l Coi i 

Petit I il. 1 1-oS. 

CCKERWIESF.N. Nom de lieu de la corn, de \ elllieim 






ss 



.i:i)Kii\i\\\si)oi;r 



près de Winterthour, écrit de la sorte aujourd'hui, à tort, 
au lieu île Eckenwiksic. Apparaît en 1298. A. est le 
lieu d'origine de la famille bien connue de meunier* zu- ! 
ricois Eckenwieser, qui jouèrent un rôle dans la ■ nuit 
sanglante» de Zurich. - Voir Î'Z VII, IX-XI. - Xeiij.- 
lil.ni Slndlbihl. iriiiiVW/ii«r1909. p. 51 et 57. |i M | 

/ederhannsdorf (C. Soleure, H. lialstal. V. 
DCS,. Corn, et vgc. appelé en 1308 Udenuarsdorl (de 

(hlermur, anc. forme de Olliuntr). Cette localité a] ; 

unit autrefois à la seigneurie do N'eu-Kalkcnstcin, et de 
14-JO a 1798 au bailliage de Falkenslein. Armoiries: d'ar- 
gent au cumpas de gueules posé en hande. Au début du 
XIX' siècle, A. possédail une forge. En 1836 la gueuse 
des hauts-fourneaux de Cànsbrunnen ; fut rafraîchie, 
c'est-à-dire transformée en fer à forger de différentes 
formes. Dans la suite, l'usine fut fermée. Plus tard le 
conseiller Louis de Holl, de Soleure, y fonda une faïen- 
cerie qu'il loua le 8 août 1812 et vendit dans la suite; elle 
devint in 1884 société anonyme. Le village formi une pa- 
roisse arec Matzcndorf. La chapelle du village fui recon- 
s truite en 1852; le tableau du maître-autel est undondc.M. 
Méi iau, île BûJe, lequel possjidail une l'euuii dans la « ■ i - on- 
scription d'A. Parmi les bourgeois marquants d'A. citons: 
Nicolas Allemami, professeurs Soleure, I 795-1 862: Pierre 
Blàsi, chapelain et mailreà Ulten, I821-1SS4 ; Josi pli Blâsi, 
avocat, conseiller national, juge au tribunal cantonal, pré- 
sident du tribunal fédéral, IS33 13 fi >'■ ' 

/EFLIGEN (C. Berne, D. Berthoud. V. VOS). Village 
sur la rive gauche de l'Emme. Ce nom signifie près des 
gens A'Affo ou Affitot (voir Fôrstemann 1 2. A. p. 14 et 
le nom d'Effingen). Selon le rentier de 1261-1263, 1rs 
Kibourg liraient ^f^ redevances &'.Efflingcn, dans le 
district d'UzaTistorf. le couvenl de Ktaubrunnen échan- 
gea, entre antres, une terre en 1267, avec Walt, r d Aar- 
wangen, à Efl'elingin, cl l'abbaye de Saitit-I'rban | — 
sédait également une propriété à Ejlinyen qu'elle vendit 
en 1297 à l'raubrunnen. En 1336 Henri v. Erolswil, 
avoyer de Berthoud, et Werner Kerro, se soumirent à un 
tribunal d'arbitrage pour trancher leurs difficultés avec 
le couvent de Fraubrunnen au sujet du droit de parcours 
à Rûdlingen et EfTelingen : de même, • n 1390 et en 1473, 
dis diffi rends entre le couvi ni el les h ib : in à i I rij n 
au sujet du droit d'usage des forêts et du pai 
être tranchés par arbitrage. Dans la querelle entn I ci 
vent et Rodolphe de Ringoltingen au sujet de la limite des 
juridictions, le Consi il de Heine décida en 1420 qu'Efflin- 
gen appartiendrait à la juridiction de Laodshut. La dîme 
d'E. était perçue par la Chambre des blés de Berne. Incen- 
die en 1723. Le 21 avril 1798 le village et le bailliage de 
Landshut furent réunis au district de Berl loud donl ils 
firent désormais partie. Il \ avait en 1764, 191 habitants; 
1800, 36 maisons et 253 h.; '1850, 483 h. ; 1910. 56 maisons 
et 554 h. D'uni I mille n n-i ibli qui tii e son n >m di In 
localité, nous voyons en 1302 Ulrich de Eftlingen, en 1303 
Werner. Kn 1322", llu^o. bourgeois de Berne, rei 
f.ueur du couvent de Sels à la dîme de Gerollingen et Ni- 
colas était en 1327 propriétaire dune maison à la Matte, à 
Berne. - FRB1I-IX. — Amiet : Regesten rou 1 ra tbrun- 
nen. — Jalui ChronikdesKl nVrn, p. 46. R (> h knbkin.] 
/EGELSEE (C.Berne, D. ïhoune, Coin. L'ebi chi. V, 
IHliij. Lac d'autrefois, mais dont les contour: sontencore 
bien visibles, sur le plateau entre la plaine de Xhoune 
et la cliniio du Slockhorn. Le 23 avril 1353 ce |ac fui ven- 
du par la famille d'Amsoldingen à Burkart de Lindnach. 
[1 i ■[ cou i iti qu'en 1582 on \ pécha encore di - p lissi ns. 
Pour la signification du nom" voir SI VII 14S3. — FHB 
VIII. p. 12 -- liBG Y. p. 220. [l H.] 

/EGtRi C / i; Le canton de Zoug n'a qu'un nli 
vallée, celle d'Aegeri, dont le nom se retrouvi dans divers 
documents, sous la forme deAgria regia, Agregia,Agrcia. 
Agrei/, Egare; origine et signification du nom inci I i nes_; 
voii Fôrstemann 11 o.A. I, !7ô. Les découvertes 1 
maintes reprises, de même que les noms de plu 
droil pi ou .cnt que la i ■■■;'•.-, été ha bitte pai d ' 
puis, plus i.i rd, par des Khéto-Romans. L'abbaye d'Ein 
siedeln avait là de nombreux biens, qui dépei 
».iu di m une de Xuheiin. Elle reçut en outre du comte 
Knnn ■'•■ Li r.b nu • f i n 3C01 le terrain ap| 
iv;; m où >e non. ait une bonne pêcherie; à ce don. la 
femme di liuno, Luitgarde. et son fils, Amas 



.KGRRI ll-NTEIl) 



,.ni lotis I'- leri'itonis . 

dans la vallée, Cei t; h 

hante justice étaient du 

foncier appartenait à l'ald 

Kn matière ecclésiastiqui 



pie pot, édaii ni l< Lcnzl 
oits, ceux il il bailli et droil ,|. 
ressort de l'Autriche . le droit 
ayr de Fraumiinster de Zur'n I 

.E. avait un curé (l'Icliainii 



in Agreyl que lui envoyait l'ahbayc d'Kinsiedelii el 

était pii* suit parmi les religieux de l'ordre, s,,, t ,, ,.. 
les prètri séculiers. La commune exerçai! le droil ,1, 
collation, et depuis 1608 les habitants élisaient eux-mê- 
mes leurs prêtres, is, néanmoins, leur choix était sou- 
mis à la ratification de l'abbaye On voit apparaître 
Hcnn de Gratis, le 1" décembre 1219, comme premii-t 
curé île toute la vallée. Mais depuis 1725 déjà, elle avai 
été divisée en 2 paroisses distinctes, Obéi .-Kgeri i-i 
Untcr .Kgeri. Depuis les temps les plus reculés. |. , 
bourgeois des deux parties de la vallée jouissaient eu 
commun des vastes pâturages du pays (ICorporalionsgô tei . 
c'est de là que peu à peu naquit la commune d'Aegeri 
qui devait, plus tard, se séparer en deux. Les constitu- 
tions de 1 'AS et 1874, devaient compléter l'organisation ili 
la vallée, en commune! politiques et en paroisses, Depuis 
l'entrée d* Zougdans la Confédération, jusqu'en Isli. la 
connu u m d ,-Kgeri englobait toute la vallée el loi mail a ver 
les communes rurales de « Am-Berg > (Menzingen el 
Baar le « district extérieur « tandis que la ville de Zou 
ri ses dépendances composaient le « district intérieur >•. 
Comme li - autres communes rurales, celle d'.-Egeri dut 
lutter pendant des siècles contre les tentatives de l> villa 
de la réduire au ranp de simple bailliage. Dans le 
rôle des communes. .-Kgeri est toujours nommée i 
end. la promière place étant réservée à la ville. De là est 
née l'expression populaire: « /Kgeri vor ». Cette hiérar- 
chie a prévalu même dans les questions militaires, où 
chaque commune formai! une unité qui élisait elle-même 
ses officiers. Le fail atte té aussi Lien par le rentier au- 
trichien de I308qucpai le droit seigneurial d'.K. qu'une 
route large de 14 pieds conduisait du moulin de \Yil à 
(Ober) .1 geri-village, puis par Hauptsee a la s Lotir- „ de 
Morgarten, prouve que, déjà anciennement, la contrée 
d'.K. participait au trafic qui, par le Morgarten. reliait 
Zou? a Schwyz. ce qui devait, tout naturellement, | ws 
.., r ies habitants de la vallée à cultiver plus jud 
ment leurs terres. La vallée fut ancienneni nt divisée en 
', régions A"a, bbarschaften) . Dorf, W'yl, Mittel-Dorf et 
Hauptsee Itott. Les droits i l obligations d,-s bourgeois 
qui participaient aux biens des corporations étaient ré- 
glé- pour Ober et Unler .V.. par les lois de la vallée qu'on 
appela ensuite Summ-Ordnungeti. En liiôO la vallée 
avait 1416 h., en 1900. îio'i. - Voir Stadlin : Ge 
non '/"<■/ III. 1 et suiv. — Bridel: Kleine Fussri — <; i»i der 
Schieeiz, 1796 11. 95 et suiv. Nûsi heli i G 
d. Schieeiz p 39. - B. St uib : Kl. Zug. 186 i. p. 58 i 
Odilo Kingholz: Gesclt. des Kfastrr» EinsiedeVn. — A. 
Letler: /i> ri 1. 1-5. - \V. Si. il, r: Sclil 
ten, p. 49-111.— A. AVi bei : EinsiedliseheC 
am ilcnzingerberg nnd in ,-Egeri. \. v 
/EGERMOBER) (C. Zoug. Y. DGS). '■ geri fut jus- 
qu'en 1814 le centre el L- chef-lieu de 
la vall te. Lan . dans son Hist. theol. 
i .. dil mi', n 876 on y voyait 
déjà une église, qui, en 1220, fut rebâ- 
tie i t a, randie. Depuis la sépai al ion 
de la vallée en deux communes, Ober 
i i , t[resté le chef ,; - u de la com- 
mune du même nom. Ri istres de p i- 
roi à 1615 '< 
un bateau char; é de deux rai 
frontés sur un lac d'i 
/EGtZRI (UNTERI (C. Zoug. V. DGS). Armoiries: 
d ai,., ni à une fasi ed azur chargée d'un 
bateau à i monl 
Autrefois W'yl. ; posséda 
fort longtemps des pâturages 
rieuredu 
lac. et pi roit d où en sort la 
Loi ov II v ivail i i : de ses 
cultures el ù l'éli ..,. e du bétail 
qu'il forme une commune i" lépendante 
un essort Considérable, grâce 
a créée. En 1831 les frèi es V oll 







. 



I indi 



qu ,■' 



.lîGEM (LAC 10 



î.r.inti i:\ 



so 



gang. .Mois cl Krançois-Joseph lleng;ieh:r ont installé 
j jl iiii lioiiclllirc do l.i lauvc lino Il la lu le lie COlOM. 

l'ne simple roue fournissait, à l'origine, l;i force né- 
cessaire, '20 chevaux. En INV1, elle fui remplacée par 
m ii.« turbine. Knlin, en is'ili. on ajouta un second éta- 
blissement, celui de Xeu-.Kgcri, l'nter.Egeri lui la 
première commune du canton à posséder une fahri- 
«1 ne. Son développement dès lors lui si grand, i|ll elle ne 
larda pas à dépasser la commune mère d'Ober llgeri, à 
loi point même qu'en 1900 celle-ci ne complaît encore 
que 1891 habitants alors que la première en avait déjà 
'j.Yi:*.. Registres de paroisse dés I73.Y |\ \v 

/EGERl, LAC D' C. Zoug. (V. DGS). Le lac d' li. est 
propriété indivise dus deux communes, Ober et I nier 
.Egeri. VY. Sidlcr en parle en ces termes dans sa Srhlac/il 
am Margarlen, p. 09: « Le vallon d'.E. < -i bien la plus 
jolie contrée du pays.dej/.oug D'où qu'on le regarde, du 
liant du Zpugerberg ou du Morgarlen ou des /pentes qui 



■ ■ 






Lj 



- 



1,0 lac d'.Egeri d'api 



de Bridel : Kle 



dominent les villages d'Ober et l'nler .V... le lac apparaît 
comme un brillant saphir, entouré d'un cadre d'éme- 
raude.» Dès que l'histoire nomme la vallée, elle cite aussi 
son lac, non point seulement comme expression géogra- 
phique, ou paysage remarquable, mais aussi comme pro- 
dui anl tu grand nombre d'excellent; poi j ons, En 1)60 
I voir art. .Egeri), Kuno de Lenzbourg fit cadeau à l'abbaye 
d'Einsiedeln de si- possessions dans I' contrée d !.. ôïi 
déjà existait une pêcherie. En 952 son lils Amazo en 
donna une autre; enSiu, entri 9G0 et 970, Luitganle, 
femme de Ivuno, lit don à l'abbaye il un domaine dans les 
environs où était également installée une pé 'In rie nui de- 
vait lui payer, chaque année une redevance en poissons. 
Le 3 mars î 131 . les gens de la vallée d .E. corn inrenl que 
ceux des pêcheurs qui, dans leurs lilels, trouveraient dos 
<■ rougets., (truite rouge), auraient* acquitter cette re- 
devance. Il s'agissait de fournir: à Einsic.li In SO0 truites 
du lac, 4sn de rivière et 1(3 an ailles ; au cou( ni de 

Kraumùnster, à Zurich, HO truites. En compens n les 

gens d'.K. étaient exonérés de tous droits de péa; i à Zu- 
rii h. Ces t rougets « du lac d'.K. sonl devenus aujourd'hui 
l'objet d'un commerce important. Avant l'existence des 
lois fédérales sur la pèche et des ordonnances cantonales 
sur la police des eaux cette pèche était libre dans le lac 
d'.K., mais il v a quelques années le canton a institué 
une taxe spéciale pour la pêche et comme la d mande 
est devenue très forte les prix ont augmenté I n diffé 
rend en est résulté entre le canton et ii iimunes ri- 
veraines, qui prétendaient être seule juges en la ma- 
tière et contestaient au canton le droit d'exiger cette 
patente. L'affaire resta pi ndante bien des années, lu lin de 
compt . t nti :■ I 01 r • ri - dé int '■ i de la qui 
ti n porta la cause devant le tribunal fédéral qui, le 
21 décembre 1905, rendit son arrêt. 11 était décid 1 



que le lac relevait non point du ilroil privé, mais du il roi I 
public, et. parlant, n-l.nl soumis à la juridiction canl i- 
nale ; •_»■• que néanmoins, la commune conservait 1" droit 
d'installer une pêcherie sur le dit lac. Oui l'emportait'.' 
C'est bien dillieile .1. h- dire. In fait, c'était le canton, 
puisqu'à lui seul lut reconnu le droit de disposer des 

rougets du lac d'.K. ni <t'alli-il r au lise cantonal le droit 

il.' pèche y relatifs. Théoriquement, l .loi-, c'était en 

faveur il' 1 la commune que le jugi nient étail rendu, puis- 
que la valeur et I importance de la pêche du lac consiste 
e sentiellemcnl dans la pèche au rouget. — C. t.. U m. i 
Srcxaiblimi, dan-, Srl.wri:. l'isc/ien-hltj, 1890. leJir- 
iv'ibi'rir/il, 1916. [A. \V. 

/EGERI ou /EGERV, von. l'amillo éteinte de la 

ville de Zurich qui a donné des conseillers, des chefs 

de corporations et il. s peintre sur verre. Einigiée à lia- 

■ h n (Argovie). Voir Ei;i i;i. von f il 

/EGERSTEIN (C. lîerne, I'. Oberhasle. Corn, i;m- 

lunuen. V. liGS). Hameau à 1.5 

Km. en aval de t luttanm n sui la 

rive gauche de l'Aar. tire son 

nom d'un di s nombreux bloc- 

de rocher de la rés ion. Ancien 

poste di douane . su' ge de la fa- 

mille Xâgeli (Alexamli p, Grand 

conseiller, régissi m 'I" 1 hospice 

duGrimsel, 1877-1892). On trouve 

une indication -or des ruines 

■ ■' oi i, !•!■■ inconnue dans A. Jai.n. 

Der Kanlon Bcm. 1850, p. 3i0- 

43. [E. :■ | 

/EGERTEN, EGERTEN, 
nom de lieu et de terre. Ex- 
tension ,■: formes. Ce nom avec 

ses Composés est plus OU le lin 

répandu dans toute la Suisse 
allemande; c'était à l'origine un 
nom de terri et il s es I ap| i 
que souvent dans la suiti a di 
fermes, des hameaux, des villa- 
ges et ri l'iam r:f"ld ni . 
quartier de la ville. Li 
les plus fréquentes sont: .■Eger- 
ten, Egct ten i plu- raremi w. 
/Egert, Egerl , dans le diminu- 
tif jEgerlli (K-). et dans les foi» 
un- isolées Egcrden (Lucerne) et Eckerta (Avers). De 
rencontre en outre sporadiquement presque partout la 
forme avec le devenue muette et d autre pari, i mi 
dans Krgatcn (Ergclen) ou JZryeten, l'interversion île 
IV, qu'on trou. e dans des contrées strictement d er- 
minees (Suissi orientale a\oc Xburgovie, Saint-Gall, 
Ap|e ii/ell, Toggenbourg ; ne- ' I dans l'L'rseren). 
Lui que la d ntalo de l'article ;' un. nu r • | 
nu nom. il 'm i i -: !:• 'I ùgertt ■ Ycrgelcn I 
llaut-To; ... nb un g . d où - est formé le diminutil • 
tli 1 1 l i muiidigen, Fricktal). l'ai,-, la forme Y 
(lliittwilenj une n s'est détachéi de l'article pluriel , i» 
(/. u /.' '■ ou de- prépo iti >ns i;i. von. 

Signification et èiymolngie. I erleni t encore très ré- 
pandu dan- les (!i dectes de la Suisse allemande coin 
nom de cb ise et il-' igné une pièi ■ .i. terre qui. api - 
a. iir été défrichée e' cultivée pendant un ci rtain t< mps, 

es! Iran -loi mée on pâturage, en pi lirie ou ne' i 

à cause .lu fond: p • i r. ux, il.' -a stéi ililé mi .1. 

guemeut. L'.E^crlen se distingue cependant ce li terre 

en friche en i e qui . dans le système de l'assol 

triennal, eu cb imp n. i , -n , u friche qui; n tand 

qiu- r loi ten demeure dans .-.t. . ;.•• plu 

indii ation -.ai ienl entre six et dou :e ans pai foi m. 

toujours. — Le n m n. remonte pas au delà du M 

siècle: Eqerdrn nom il mi li .n I. r-ar. is) 1017 ; vo i I 

temann II. 3' éd. I. 2V. Egerda, XIII« siècle 1.4 l,d. Ci - 

•oi III 398.S2 . dans le miel, egeni Lexer 

512 . la - r' ici mention: sur noire -. ; 

/■'■ i ' de Egcrdiii i . Bi nu i m 1220, ni' ntique à : in 

villa Egi nlun. Ij ',.". lin: Il 20. 400 . I 

i n un l '•'- f'/lll -J ii ■ Hein t! 

u'. n (près i ■ lin m ■ l,,i' ,, ••■ of< n : :e à 

i../... 1281 <JSG \\ 1089); dû Egerde près Wahlkirch 









., 



tlurch ((«; Schwels 1797. 



00 



.EGEUTEN 



.i:m:as 



1361 (US/G IV 17). — Parmi les nomhr. uses oxplicdtions 
étymologiques, toutes celles qui voient dans le nom un 
compose do garlo, Gai'Lcn, doivent rire iibandonnées, à 
cause du genre grammatical ; d'autre part, 1rs anciennes 
interprétations comme û-gi-erida — terre qui n'est plus 
labourée (de l'ahd. erien = labourer), ou û-garlia = terre 
non entretenue, sont manifestement insuffisantes, car la 
voyelle radicale remonte chez nous comme ailleurs à I an- 
cien germain e non pas r ou à. Fischer propose, après 
Buck, un mot latin : evervaetwn pour rervai -lum = 
jachère (à propos A'ev&recta, voir warecla dans Du Cnn- 
go VIII, 407) qui, par eguareta, serait devenu en alid. 
egaria et signifierait comme I" mot do l'ancien fran- 
çais garet et du français guéret une terre labourée et 
non ensemencée. Du reste plusieurs expressions de I alle- 
mand du sud qui ont rapport à l'agriculture, comme 
Schupos, Espan, et qui apparaissent relativement tard 
(Xlb et XIV" siècles) n'oul pu être expliquées jusqu'ici 
d'une manière satisfaisante par les langues germaniques ; 
elles proviennent peut-être d'un langue prégermanique. 

— Voir : SI I 129. - Fischer: Sc/iwûb. WB II, 510. — 
Marlin-Licnhart : -Elmss. WB I, 23. - Mever-Lûbke: 
Ëtijm. rom. WH n" 9264. - G ri mm : DWB III, 34-5. 

— Weigaud : DWB b éd. 1, 401. fli. Stucki.] 
/EGERTENiC. Berne, 1). Nidau. S'.DGS). Commune 

et village avec le hameau paroissial de Biirglen sur la rive 
droite de l'ancienne ïliièle et du canal actuel Nidau- 
Bûren En 1818,257 h.; 1910, 670 h. On y a trouvé des 
monnaies et de- tuiles romaines. En 1347, le couvent de 
Goltslatt acheta des biens à Egerden de Conrad et Jean 
de Môringen ; en 1350, de Werner Trimstein, ci: 1347 et 
1353 des frères d-Iffental. Ulrich de Sut/ vendit, en 1335, 
des biens à .-Egerten à ftodolphc de Nidau-Neuchâtel. Le 
1" janvier 1831, élection d'arbres de liberté à rEgerten et 
dans les villages voisins; leur enlèvement par le préfet de 
Nidau provoqua des troubles. A'gerten est le lieu d'origine 
de A. Mener, pasteur à lierthoud (1842-1880). L'ancienne na- 
vigation sur la Tltièle rendit de grands services aux habi- 
tants et à l'agriculture. — W.-F. von Miilinen: H r ;, n at- 
kunde, Das Seeiand, Bern 1893, p. 50. Il: B.j 

/EGERTEN, point de vue au-dessus du couvent de fem- 
me- M iria Opfei ung, près Zoug, est appelé par erreur i: ;> - 
ten sur la carte topographique. Lors du différend des i Doux 
et des Rudes », il y eut en cet endroit, le 15 mai 1733, une 
lands; emeindo mouvementée. — Voir K. liossard : Am- 
mann Schumacher u. seine Zeit, dans G/V. 12. [A. W.] 

CGERTEN, von. Voir EgeRDON, von. 

>EGERTER. Famille bourgeoise de plusieurs com- 
munes du canton de Berne. Notaire à Oberwil : Chkistian 
1697. 

/EGETER, autrefois aussi ECENDER. Famille de 
Vcltheim prés de Winterthour qui apparaît au XV' siècle 
et existe encore aujourd'hui. — 1. Conrad, 1619. huissier 
du comté do ICibourg. — 2. SAMUEL, 1670, maitro d'école 
à Vellheim. -- i). Gaspard, 1721, forestier au méma lieu. 

— 4 et 5. En 1608, Tobias émigra dans lo Palatinat et 
Jac:oii en Hollande. [J. F.] 

/EGLER. .Nom de famille originaire do Diemtigen, 
Erlenbach et Itrattigen (C. Berne). — Jean, * 1851 àKrat- 
tigen, sa commune d'origine, instituteur àWohlen Berne), 
a exercé une activité littéraire sous le pseudonymeCR. Cra- 
T.-u.es ; collectionneur et connaisseur d'antiquités ber- 
noises. Liste de ses publications dans Schweiz. Schrift- 
stellcr-Lex. 1918. IK B.j 

/EGLIN, \oir ŒglI. 

/ELA (C. (irisons. V. DGS). Cabane du Club alpin 
suisse, bâtie en 1^78 au fond du Val Spadlatscha, par la 
section Ilhâtia du C. A. S. a l'instigation du pasteur Jean 
llaiiri, do Davos, et avec l'appui du C. A. S. el des com- 
munes do Bergùn et de Filisur. — S.Meisser: Gesch. der 
Seklion Mai lia S. A. C. WG4-19Gi, p. 64. 

/ELEN. Nom allemand d'AiGLE, 

/ELGGI (C.Obwald). Haut pàtin-ago de la commune de 
Sachseln. Le nom parait remontera Alpgôwe cent:' ! al- 
pestre, ce qui s'accorde bien avec l'ancienne mention A Igôw 
(voii plus l.asi ; dans tous lus cas, il est identique à /Ktg 3 
(alpe du Pilatc, C. Unterwald), et à .-Ellgâu (nom û'v.u- con- 
tré.- al; sire à llabkern, C. llernei, qu'on n atre déjà, 
d'après le 67, au IX- siècle sou- la forme Ali : 
SI 11, M sous All-guu -J ; on trouve hors de Suisse le nom 



Al)vgania pour l'Albgau souabr r! il'aiitr-s Alb^aii, 
dès le VIII- si.'-, h- (v.,,,- rsti; l. II. R.-gisler). Dès lin 
ou ; disait la messe malgré l'absence de chapelle; c'.-,i 
pourquoi quelque, paroissiens prirent l'initiative d'eu 
taire bâtir une (1820-21). Elle lut consacrée à Sainte-Anne. 
loi 1827 ou la dota d'une cloche. Cet alpage était depui 
temps la propriété des paroissien- de Saeh-eln qui , .-u I i 12, 
offriront un refuge, dan, les forets el pâturages de «l'Ai 
gôw », à W.-ilti Kiser, de liamersberg. Depuis 1876 une 
route carros able, venant de Eltisried, j conduit. — Kûch- 
ler: Gesch. vmi Sachseln. -- NQscheler: DicGuttesliâuscr 
derScliveiz. ; w T. 

>ELLEN. Nom d'une famille de Gessenay. En 1368, on 
trouve Pierre Ei.i.on. lils d'une Ei.t.A. — Hkrmanx, deGes- 
senay, * 18-S7, à Oberhalm, étudia au ïechnicum de Bienne 
et à l'Université de Berne (histoire, littérature) ; a été 
n i ,.-1.-111- de VOherbïiider TayblaU, à ïhoune, I'j.j-s m ; 
de h Srluveiz.Fainilienivochenbtatl, à Zurich, 1911-12; 
de lu Trssiner Zeituitg, à Locarno, 1912-14 ; est depuis 
1915 au llerner Tagliiatt, à Berne. Il est l'auteur de: 
TlcimatfciiidH, rom m. 1914; Der uvinende Felsen, nou- 
velles (fasc. 91 du 1,1 rner-Verein zurVcrbr. guter Scbrif 
ton); '/.m- Tessinerfrage, 1915; lleinrich Fédérer, :«r 
Einfûhrung in das Wcrk des Dichters, 1916; !),;■ hohe 
Uitf, drame, 1916; il .1 édité: Sage und Dichlung des San- 
nenlandes, 1907; J. J. Romangs ai gewâhlle Wcrke, 
11)10; Locarno und seine Tiiler, de Hardmeyer, 1« édil 
1915; Grenzwachlzeilung, 1915 (avec Ulrich Amstutz); Du 
Heimal voran! 1915 (en coll. avec divers écrivains suis- 
ses); Sclnreiz. Schriftstcller-Lexikoti, 1918. [E. B.] 

/ELLIKON, famille éteinte qui a donné des conseil- 
lers à Winterthour aux X1V< et XV" siècles ; elle tire son 
nom de Lllikon sur la Thur. Ci.Al'S, en 1405, élu de l'an- 
rien Conseil à la place d'un collè-ue tombé à la bataille 
du Stoss ; 1405-1407, membre de la cour de justice de 
Thurgovie à Winterthour, el 140S, mombre du Grand 
Conseil. — Voir Hauser : Die Chronik des Laurenlitu 
Bosshart. — Le même: Winterthur zitr Zeit tbs Appen 
zellerkricges, où sont encore cités en (in, Wâlti et IÏaSS 
dans une liste d'hommes portant l'armure. [K- H-e' F. IL] 

/EL-PLER. N'i m d - m famille éteinte de l'Entb buch. 
Jean Walteu, * en 1663 -j- à Trien ei en 1731, fui 
1 urt à Marbach en 16 [P. N- W.] 

£KMER, Frédéric, originaire de Saii - 
* 1867, à Halo. l> r méd., méd. cantonal depuis 1911, Con- 
seiller d'Etat el chef du Département sanitaire; en même 
temps jusqu'en 1911, Hirecteur militaire. Il est, de plu = , 
membre du Synode et du Grand Conseil. Ce nom provient 
de la rivière Enime prononcé jEmme. — Voir Basel 
Slaatskanzlei Aemterbuch, \ B 

XEMSIGEN ou EMSIGEN (C. Obivald). Pâturage 
de la C' mmune d'Alpi - r -h. station du cl emiu d 
Pilale. D'après un accord du II août 1498, il et 
un temps immémorial propriété de la corporation 1 nid 
di m é, Id ». Celui qui voulait y mener pi 
devait payer un droit de quinze livn p r tête I ■ 1 im 
di cette alpe est prol iblement apparenté aux noms de 
lieux lucernois Ans;;, Amsigen el d rive peut-être d'un 
ancien nom de famille Emsig (donc au fond - près 
A'Emtigen») ou bien au prénom ahd, .4»ia:o, Amiso 
(= .-près des gens d'.-tnuso») ; voirSfl, 242; Forste- 
iikiiiii 1, 97; FUI! Ii. — Voir A. Hàusler Rec) • 
Gem. Land. (Al T.] 

/EWITERBÙCHER. N'eui de deux manuscrits con- 
servés aux archive- épiscopales de Coire, que le prof. 
Gasp. Miioth a publié- en 1897 dans VU1G, a 
introduction accompagnée de comi 1 ' 
lions tirés d'un regisl re et d ! 1 même 

époque. Le premier di ces mm 
Vestinen so ''••m Sti/ft Chu r :uo hon 1. ou 
ren, so fin Ace,- u. lit • n hall i" 

geisllichen u. weltlichen Stenden. <>■■<■ lu iben zuo ! 
JTartmans Zylen Amm 14 10 Le e ond a pour titre : 

H util '.■;■" . mais devrait appel 
1 Ces deux mns. constiti 

source précieuse pour l'Iiistoin de 1-. ms aux XIV' et 
XV- ...' ', F. P 

/ENEAS PILVIUS PICCOLOM INI I 1 

Humaniste, demi 1 lie patricienne 

de Sienne. De 1132 à 1442, il prit pan. sauf une courte 



.i:nisii.i;nsun 



.l'.Pl'Ll 



!H 



interruption, au concile île Bàle où il fui secrélairf il" 
cardinal-évèque de Fcrmo, puis secrétaire à la chancelle- 
rie et 1" abreviateur. Il fut ensuite membre, puis président 
de la Imputation de la foi. Lors de l'élection pontificale il 
était maître des cérémonies (clericus cerimoniaruni}, et 
devint secrétaire du nouvel élu FélixV. Il est l'auteur des 
Commentaires sur le concile de Unie cl des Uialogues 
sur l'autorité de celui-ci. En 1456, il reçut le chapeau de 
cardinal-évèque de Sienne et deux ans plus tard, fut élu 
pape sous le nom de l'ie II. A sa mort, lo nom de l'icco- 
lomini fut porté par les enfants de ses deux sœurs, qu'il 
avait adoptés alors qu'il était cardinal. A. fut un grand 
protecteur de Bile à qui il a consacré une description 
très bienveillante. Cette ville lui doit aussi la fondation 
de son université en 1460. — Voir Ii.-K. Hagenbach : 
Erinnerungen on ASP. [a. H.] 

/ENISH/f.nslin, Jacques (1796-1856) de Gelter- 
kinden (C. Bâle-Campagne). Avant la séparation >\u can- 
ton, membre du Grand Conseil, de la Cour d'appel ainsi 
que conseiller communal de Gelterkinden. Après la sé- 
paration, i! fui président du Tribunal cantonal et de la 
Cour d'assises de Uâle-Campagne, président du Grand 
Conseil, puis du Conseil d'Etat et delé.sué à la Diète; la 
famille répandue principalement à Gelterkinden et Orma- 
ligen, serait d'après la tradition d'origine huguenote. — 
Voir Ai: Haie, Xachlass J. Merian. [A. iq 

/EPFELKAUET (Jrr DE LA POMME). Ce jeu, qui 
fut en honneur jusque vers 1N70 dans divers cantons 
suisses, et, plus spécialement dan- les sociétés de cava- 
lerie, consiste en ceci : )>■- cavaliers, lancés au grain! 
galop, doivent chercha à atteindre ci tin coup de sabri-, 
une on quelquefois trois pommes, pendues à \mr po- 
tonee. Le départ avait lieu à 20 mètres environ du but. 
et chaque participant avait droit à deux essai-. Dans le 
canton de Bâle-Campagne, un •■ touché » comptait pour un 
point, un coup plein, partageant la pomme, pour 5. Le 
maximum était ainsi de 30 points pour le, deux courses, 
quand il y avait trois pommes. Ce jeu semble avoir été 
introduit dans le pays par un officier vaudois ayant servi 
en Allemagne. - Voir Vie Schweiz, 1862, p. 80. —SI 11, 
1S04. - SV8, 8. [1! H.-K-l 

/EPPLI, /EPL.I, EPPLI, EPPCLI, famille de Zu- 
rich, de Diessenliofen et de Sainl-Gall. 
Ce nom est primitivement un diminutif 
r . du nom de personne ahd. Abbo, Appo 
^4fcSffj :i qui se trouve aussi dans Abtuil (voir 

Forstemann I 2. A. p. 11-12, où Abbilin 
et Appili sont indiqués comme noms de 
personnes déjà au \III« et X' siècle). 

A. Canton de Zurich. Famille de con- 
seillers de la ville de Zurich et de sei- 
gneurs justiciers i Maur, au bord du lac 
de Greifensee, Armoiries: 1. A l'origine, 
a un ai c-en-ciel (?) posé en fasce accompagné en chef d'une 
étoile et en pointe d'un demi bo iffon ou abbé (sceau d'Henri 
1313-40 et de Kodolphe 1367-1383). 2. D'après l'armoriai 
d'Edlibach de HS'S: d'or au lion de gueules à la queue ter- 
minée en plumes de paon, au naturel; cimier, plumet en 
queue de paon sur couronne d'or (sceau de 1422-1561 et 
poêle de 1785-1800 à Maur). 

La famille portait à l'origine le surnom de o von Gisin- 
gen i) et apparaît en 129» comme propriétaire d'une mai- 
son à Zurich. Du Conseil depuis 1337. Par l'a |uisition du 
droit de justice et de l'office d'intendant pour l'Abbaye de 
Zurich à Maur en 1424, cette famille, de marchands à 
l'origine, se transplanta dans la campagne zuricoise où 
elle se multiplia rapidement, et fleurit encore. 

I. Eppll, do Zurich, dit- von Gisingen. — 1. Albert 
ouAlbreciIi 1294-1307 ou 1322 (*!), propriétaire à laSchwen- 
dengasse en 1294. f 15 septembre, d'après l'obituaire 
du chapitre de Zurich. Son frère ou dis est Jean 13i>7- 
1324 (vi. - {/. Vl-Xi. - 2. Henri 1334-1359. Membre 
.du Natali at ds 1357 à 13ô9. 11 fonctionna souvent com- 
me arbitre Inspecteur des édifices (Bauherr) de la ville 
en 1351-1352; comme tel, i! dirigea lj transformation de 
l'hôtel dis monnaies en maison des Constabli zum 

Hùden ». Fn 1351, co-administrateur du « deutsches 
Haus i . eu 1353 ! ■•'■. I r de la ville el aussi ban- 

neret. Sa maison était dans le quartier aufDorf». ii 
épousa Auna V. Albis, tille du meunier Friedrich. Cette 




dernière, devenue veuve, acheta, le 7 avril 1362, des li"i- 
fières Brun, le moulin I; mzishùhl sur la Silil. Fn 
13i)7, elle dota sa fille Anna, nonne à Uctcnbach, des re- 
cettes de ce moulin. A la suite de relations coupables 
avec le prévôt du chapitre du Grossmùnster, Bruno 
Brun, elb fui bannie de la ville pour dix ans, en 1371 ou 
1373.- VoirW.Frev: lieilr. :. Finan-.gesclt. Supplém. 12 
et 13. - Merz Wappenbitch von Aarau, p. 325. - 
3 Jean, 1358-1393. négociant. En 1364, il avait la sur- 
veillance de la monnaie de la ville. Il acquit, avec sa 
femme, en 1379, des terres à Kusen, près husnaebt, et 
en 1337, de la fille du chevalier Gottfned Mulner, le do- 
maine de Friesen liera avec l'omplacemcnt du château et 
le- dépendances sur la pente de l'D'etliberg. l.n 1389, il 
achète plusieurs boutiques à Zurich. Il >-t élu avoyei de 
la corporation du Safran au Baptistalrat de 1393. Sa suc- 
cession passe, en Mol. à la famille de sa femme Adélaïde 
Schiitz. — 4. Rodolphe, 1356-1383, fils du n«2. En 1366, il 
est banni pour dettes envers l'Abbesse de Zurich par le 
tribunal impérial de Rottwoil ; ses biens, parmi lesquels 
plusieurs maisons, eux de son frère Frédéric et ceux 
du sa mère, échurent à l'Abbesse. — Voir Stadtbûclier I el 
Steuerhûcher 1 ; Wôber, ifalner I-III. - 5. Henri, 
nulle, beau-frère du bailli de Gruningen, Henri llag- 
nauer. En 1421, au carnaval, le conseil lui remit, comme 
bailli de Greifensee, le château de ce nom. Fn 1121, 
il acquit pour 431 florins du Rhin, Ii droit de justice de 
Maur -m le Greifensee, de Ulrich de Lomrais et de -a 
femme Figura Bletscher, de Zurich. Sa fille Anna était 
nonne à Oetenbach en 1431. /£. fut probablement le pre- 
mier do sa famille à porter dans ses armes lo lion à la 
queue de paon, cela à la suite probablement d'une i om • 
sion impériale. Son premier sceau au iion se trouve sui- 
des documents de 1422 et 1439; dans le dernier il est ex- 
pressément mentionné H.Eppli v. Mure (AE Zurich, Span- 
weid 12/43, Almosenamt 17). De lui sont issus les A. de 
Maur. Fallanden. etc. qui, depuis le XV' s. habitèrent la 
mairie de Maur et la cour de F.oht près Fallanden, el y 
existent encore. - Stadlbûcher II, p. 329. - ,'AE Zurich. 

il '. Ep'pli, île Maur (Mairie, et Fallanden (Rolir). Cette 
dernière commune el la fa- 
mille portent le- mène- ai - ^" 
mes. Les .F. se répandirent à /\- 
Diibendorf.etauXVDs.àKal- /' 
tçnsteiniKu-nachti.Znmikon, 



tenstein husnacht).Zumikon, 
Hegnau, Schonenberg. Wâ- / 
denswil. et enfin dans les dis- f 
trictsdi l'i iffikonetdeBulach. 
L'ancêtrecommunestllEN- \ ' 




eaudell linricli.Eppli(Hîi). 



de Zurich, bailli de G 

l i i 1421. En 1460, il 

vendit son droit de justice à 
Maur, à noble Engelhard, 
de Zurich. Cependant, en 
1507, Jean .F. e-t en. in lii 
bailli de Maur. La famille 
acquit de nouveau le droit de 
justice ' n lôvJ (?) et li ven- 
dit définitivem nt en 1652 à Jean Burkhard, de Zurich. 
(Voir Keller-Escher : Gesch. der Familie Grebel, p. 35. 
— P. Schweizer : Ge ; . d r Familie Schwyzer, p. 76,. 
La famiile de Maur resta jusqu'au XVII e s. incorporéeà la 
tribu des Conslablcs, mai- ne s'occupa dès Ii rs qi 
culture et de pèche. A la bataille d< Cappel, 1531 
lièrent Joachim el Henri, de Dûbcndorf, fils de Jean, 
bourgeois de Zurich, qui y était établi depuis 1 i7l . 1 klix, 
de Maur. Joachim, de ,-Esch (Com. Maur'. En 1738, Con- 
rad et Jean-Jacob en 1713, Henri, i : mmo et en- 
fants, tous de Maur. émigrèrent en Pi a ylvai ie; Félix, 
s'établit en 1737 à Dorneck Ail Zurich, Urk. 5 
Land. 3358). — 1. Usw.vi.i'. cil 

b ois i en 1449; il possédait un bien franc 

à Maur, et recul en 1473 en amodiation d l'Abb 
Zurich. Anna v m ilcwen, l'intendance de Maur. f avant 
1502; il lai - i 1 fils \E Zur., l: VI 30 i n Urbar'. 

- 2. Ili m i, haut-bailli à Maur, bis du n 1, cité en 1502 
et 1516 ivec ses frères Grosshan . Kleinhans el J 
il scelle en 1502 et 1507 avec h - d m Kirehen- 

archiv Maur et Ai: Zurich). — 3. JaiOu, 1502-1564, frèrt 






!L> 



l'I'l'U 



.EIM'U 



iln n" 2, prit part, en 1515. à In campagne »lr> Milan (ba- 
taille de Marignan). En I.ViO, il appose - >n sceau roium» 
chef de In justice (AE Zur.. Actes Grcifensee). - t Jôri; 
emploip m 1531 un sceau avec les nouvelles armes | M', rie 

Maur: AID Zur., Actes Groifens Vitrail avec ses armes, 

ile1565, dans le AnltHnns-Kiilaliin derVammluug Miu eut 
in Knnslanz. n° I32 (MAGZ XXII, 6). 5. Ji \n-1Ii:m:i. 
tic Oljerliausen (Coiii. Stnfa), * I729, capitaine, pi i ! ■ 
ment juré, prit part aux troubles Je Stâfa de 1791-1793. 
Au plaid de mai, du la mai 1795. à l'issue, des délibéra- 
tions 1 1 ii tribunal, à Stâfa, il se présenta avec trois autn - 
vieillards devant In cour el lii la proposition connue 
d'envoyer des délégués à Kusnacht pour y prendre con- 
naissance et copie des documents de Î4S9 et 1532 : 

la Sentence de Waldmai l la Lettre do Cappel. A la 

suite de. cette démarche, il fut ni.'' devant les llauts-l aillis, 
In Commission il'lionneiir el le Grand Conseil, a Zurich. 
Se conformant à une dérision communale il ne se pré- 
senta pas. Il fui condamné avec Ilûrlimann, Knnz et 
Ualiis à mie amende collective de ai»0 florins et à 
l'expulsion à vie des assemblées de commune. — Voir 
Ltulhv : Gesch. des Kls. Zurich IlO'i-lH.iO I. p. « 
et ira. - AE Zurich, A 143.5. - G. Jeun, de Maur, * 26 
novembre 1815, arrière-petit-fils de Félix (1763-1803) ,-t 
petit-fils de Jean, tous les deu.x maîtres d'école. Après 
une jeunesse pénible, il devint instituteur et, en 1836, 
rut admis dans le synode scolaire du canton; il prati- 
qua d'abord à Ricdikqn, près d'Uster, et dans quelques 
autres endroits, puis île 18il jusque près île sa lin. à 
Obermeilcn. Là, à coté de sa profession, il s'occupa 
d'antiquités et les collectionna. En janvier 1855, il dé- 
cieivril près de son habitation, dans la baie de ]>ol!i- 
ton, les premières construction; lacustres de la Suisse. 
11 rassembla les objets trouvés dan- cette station, recon- 
nut qu'ils provenaient d'un ancien établissement d'êtres 
humains, et fit part de sa découverte à la Société des An- 
tiquaires de Zurich. Cette communication fut le point de 
départ des recherches retentissantes de Ferdinand Keller, 
président de la dite société. On doit à .L. un plan de situa- 
tion de la station lacustre de Obenneilen, publié dans 
MAI.;/, IX, labl. I, fig. I. Il est, mu outre, l'auteur de: 
Vie Entdeckting der Pfahlbauten m Ober Mcilen, Ge- 
widmet den Elu: Mitgtiedern der Zi'irch. Schulsynode, 
Stafa, 1870. Ferdinand Keller s'éleva contre les ten lances 
de cet écrit dans Einige Bemerkungen ûber die Fhig- 
schrift des Herrn JE betr. die Entdeckung der Pfahlbau- 
ten, Zùr. 1S70. Ai. résigna ses fonctions d'instituteur 
d'Obermeilcn en mai IS86 1 1 mourut le 7 juin suivant. — 
MAO/. IX, p. 68. - ASA V [1886), p. 325. - Gottf. 
ICuhn dan? Jahresbericlit der Schweiz. Gcsell. /'. Urgesch. 
Vlff (1915), p. 8 (avec portrait).— Voir aussi : Gemeinde- 

■ I/o ■ ■ (1911 :. MS do G Kul ;. à 
traie de Zurich. —7. Ji vN-Loi is K -Uauni ! 

den, •25 m irs 1834. Instituteur à 18 ans. à llorben Zurich) 
en 1852, puh à Illnau en lSôi l'n 1861, il accepl < 
un appel de Winterlhour. Exccllonl p il ogne, il -avait 
le don d'enseigner aux petit- comme aux éièves dos i ur- 
complémentnires. Pendant plusieurs années directeur 
d'école, il fii' aussi membre des Comités des Colouies 
de vacances, de la station laitière et de l'asile pour en- 
fants. Devenu bourgeois de Winterthour, il célébra, 1" 30 
mai 1902, le cinquantenaire de son enseignement. ~ le 
l" aoiU 1903. — Voir Landbote 1902, n°- 128, 129; 1903. 
n° 181. —S. Emile (.E.-Ernst 1853-1918). membre du 
Conseil de commune de Zollikou 1882-1913 qu'il pi i ida 
de 1902 i 1913. Sous sa direcli m Zollikon pas-.,, de com- 
muns paysanne qu'il était, à la situation actuelle. Re- 
présentant de Zollikon au Grand Conseil de 1902-1911. 
Inspecteur des routes cantonales. ZWChr. I91S, p. 319 
(avec portrait). — 9. Arnoui-Emile ( A'. -Schniid . de llies- 
bach-Zurich, * 1856, fondé de pouvoirs de l'Institut de 
crédit suisse, major d'infanterie. Il a publié deux volu- 
mes de poésies lyriques: Ei '.>lumen, 18S5, et R 
am Wege. 1907, et un plisses Aus de 

Xeinnùnstergemcinde qui ont pnru ,1 abord dans la 
ZWChr. 1912, n' 1-11, et contiennent des . enii d 

jeu Au début de la guerre européenne, il éci 

11110 mono; raplii 1 d'histoii 

ron Belforl i,n J ISlOli, Diel: u.rf ! 115 > '. - 

l'auteur de festspiele et de poésies d'occasion. - Voir 



Harlh et les bibliographies du ZT 1886 et s. 10. i:,, v 
l.KS-Aif.csTl 1 I! -Wild) * 1858, frère du 11" 9, profes,,.,,,. 
au techiiiciim de Winterlhour de 1882 à 1900, depuis 
directeur d'une fabrique de sécateurs à Zurich, et pi . 
-il.nl du conseil d'administration de la maison On 
l-'iissli S. \. à Zurich. — 11. Autii'STG (.K.-Ksehmanii 
• I859.de lianiua (C. Zurich), lils de l'institutcui 1 
daire Jean-Henri I82S-19I)7|. Dr 1883 n 1897, instituteur 
-, coud. me à Zurich, où il obtint, en 1894, le gradi d, 
docteur, lai 1897, nommé professeur de géographie aux 

écoles cantonales de Zurich, comme succe ■ de J.-J 

Egli, il enseigna la géographie à l'école industrielle el ., 
l'écoh de commerce. Depuis 1909 il se consacra unique, 
ment à ses cours de p'<e;raphie et de géologie à l'c oie 
industrielle. .K. a publié entre autres : Erosionslerrassen 
1 ' Glazialschnller in ihrer lieziehung :ur EiUsU'humi 
des Zitrichsecs. Thèse, 1894. (l'uhl. aussi dans les \|;,t,'- 
riaux pour la carte géologique de la Suisse, li\. 31 
b'ern, 1891). - Aus der Geschichte der Erde, i conft 
renecs. 1897. — Die Géologie des Kls Zvg, 1904. 
Geschichle der Geologischen Koininission di sc/nrei 
S'aturforscltenden Gescllschoft (Feslschrift zur 100 jûlt- 
rignn Jubelf. der SNG, I915). En collaboration avec 
A. Iluber : Der schweiz. Schulallas hgg. von der Konfe. 
renz der Kant. Erzichungsdirekt. (jàhrh. des Vnlerr. 
wesens in d. Schweiz, 1908). — Peur le DGS, .l'.ppli 
écrivit l'article Alpes, ain~i que la plupart des articles 
concernant la géographie physique du canton de Zu- 
rich. — Voir Gesch. der Kântonschule Zurich, 1883 
1908, Zur. 1910. [F. Il , J. P., A. M. et h 11 

If. Cantons de Saini-Gall et do ThurgOVie. — III. 
. J.'/Wi. famille de Diessenhofen (Af.pli) issue de Jean. 
secrétaire de ville à Kaiseistuhl, et hère de Henri, de 
Fâllanden (voir .1'.. de Zurich, rr 5). Armoiries .•d'azur 
au lion d'or à la queue terminée en plume de paon au 
naturel: cimier, une queue de paon. — 1. JeaN-UrdXIN, 

163S-1717, recteur de l'hôpital. — 2. Jean-Conrad, lhu7- 
1744, conseiller. -- 3. Jean-Urbain, 1694-1757, juge de 

la ville. — 4. Christophe, 169S-1779, gravi ie mérite 

et maille des célèbres graveurs d - eaux et médailles 
Forster, Boltshauser et Wegelin (voir SKL 1 12). - D 
Jean-Conrad, 1707-1787. étudia d'abord à Diessenl 
puis la médecine à Zurich et Strasbourg. A Bàle. il se lit 
connaître très tôt comme oculiste. I)-- retour à Diessen- 
hofen, il eut des cures heureuses et se fit un nom réputé ; 
il fut aussi avoyer de la ville. .E. a laissé huit enfants, 
dont Jean-Melchior qui suit. — 0. Jean-Melchior , 

1744-1813, médecin célèbre et écrivain médical, fui mé- 
decin de la cour et du prince de Hohenzollern-Signia- 
ringen. Après avoir fait avec son père de la chirurgie 
et de la 1m, 1. inique pratique, il étudia la médecim à 
Zurich et Tubingue, où il subit ses examensen T. 
après, il prit la place d son fi 1 déi •' lé 1 l' Vndreas 
.E.) et par des cures heureu es autant que p-, - • :ril 
il se lit un nom. déploya 1 ni gi mde activité • * fut reçu 
membre de plusieurs sociétés ■■ inl E. s'occupa aussi 
de politique, en particulier de la libération de 
govie, et se mit à la disposition de gouveri nent helvé- 
tique el de celui de son canton. Il fut sous-préfet di <■ 

b 1, , I hui [ o\ ie) pour I- gouverne t le.- 1 .1 [ue, pui« 

président de district, vie- président du conseil de sauté et 
membre du cou eil-de 1 instruction publique, il mourut 
j Constance des suites d'une atlaqui qui IV. ai; con- 
damné à l'immobilité. Pendanl -a carrière médicale, il 
s'intéressa spécialement al. 

d'à luchemeiil 1 : ., combattre le - épiriétn - '. oir 

Alex Epli Ocnkm ■' auf .l.-M. .; 5t. Gall ,. lïilô 

- Thury Xeuj.- lihilt, 1828 l/J/.' 1. 130 [Scii.]. - 

7. Alexandre. D -me lecin, * à D nhol ' 1 '1 jan- 
vier I7!J7, -j- à Saint-Gall le 8 mai 1832, fondateur de la 
• ,; saint-galloise. M prati i Diessenhofen, 

puis à Tri • o : il - et iblit enfin à Saint-Gall en 179 
i tôt la 

■!...- ' - i :, 1 Ï98, 

vice-présidenl 1 ., I fl ident du Conseil sanitaire ^ti 

canton de Saint-Gall depuis 1815, rréq membre 

du Grand conseil I iCon imnnal, membre 

a, iiî',-1 Ion lateur de ,1 • t ,, 

riij -i.'iu- 

bien comprise dans le peuple, et auteur d écrits médi- 



iEPPLI 



F.ltM 



»:j 



raux. — Voir Ehrcnzcllcr : Jalirb. d. Stadl Si. Gallen, 
1832, p. 7!i ss. — Biirgerbuch il. Sul. St. Gallon lu 10. — 
S Alexis-Théodore, [ils du n° 7, 1814-1806, D' méde- 
cin, à Sainl-Gall, pendant nombre d'années membre du 
conseil sanitaire et président de la Société de secours. 
0. Aniolfl-Ollo, homme d'Etat,* à Saint-Gall le 22 août 
1816, y le 1 décembre 1S97. Fils du n°7. Il suivit le écoles 
de sa ville natale, puis, pendant quinze mois, l'Académie 
de Lausanne pour se vouer ensuite à l'élude du droit 
dans k-s Universités de Heidelberg, Berlin et Zurich. En 
IS'iO, il entra dans l'administration saint-galloise comme 
sous-gi eflii-i' du tribunal, fui nommé juge cantonal par le 
Grand Conseil en 1840 ci en 1851 entra au Consi il d'Etat 
où il resta jusqu'en 1873. Ue 1873-1883, il fut président 
du Tribunal cantonal. Il eut une activité méritoire comme 
membre du synode el du conseil de l'église évanj élique 
nationale du canton de Saint-Gall. Il présida en outre, 
de 1867-74, la société cantonale d'utilité pi blique et de 
1876-88 celle des amis des arts. Comme Cou i illi r d'Etat 
!.HiHi-! alloii , i! eui m ill .'. partir avec la diplomatie au- 
trichienne avec laquelle il dpvait entretenir plus tard de 
lionnes relation'-. Il lit établir au printemps I8GC, en fa- 
veur du (Us de Charles-Antoine de Uohenzoîlern, le prince 
Charles, qui allait monter sur le trône de Roumanie, des 
passeports avec des nom- d'emprunt et des buts de voyage 
fictifs, au moyen desquels ce dernier put. avec sou 
compagnon, voyager s;ms obstacle à travers l'Autriche 
et la Hongrie juste avant I explosion de la guerre pour 
la suprématie en Allemagne ». Pendant plus de vingt 
ans A. fui en correspondance intime avec Charles- 
Antoine, ce peine» si remarquablement cultivé et à l'es- 
pril novateur. Voie h ... . \ifutiuliiif: ;ic. A. u Karl Anton 
von Holicn-.alirrii, par Dieiauci dans si Itmtriïge :»)' 
Si. Gnll. (ifsch. 19H4). En I8i9 il fut élu député saint-gal- 
lois au Conseil des. Etals où il demeura, sauf qi elq les 
interruptions, jusqu'en lo'7o\ année où il entra au Con- 
seil national dont il fut 
président. Depuis 1S19. il 
eut uni' vil pour ainsi 
dire double, faisant face 
aux charge - offici dles de 
son canton el aux olj 
lions que lui imposaient 
la \ ille fédé] aie. S.i com- 
pagne, Sabine de Gon- 
zenbach, qu'il épousa en 
1850 (f IS69). femme d'un 
esprit lin, l'accompagna 
dans ses pérégrinations 
politiques el lui créa 
dans les 1 1 ■ e.\ villes un 
intérieur agréable. Il ap- 

Jp.u li-nail au parti radi- 
cal mais ne fut pas un 

homme éti oit : il plaçait 
.Yrii-iW-oiin .1 pli. toujours I- bien gi néral 

au-dessus des intérêts du 
parti. Il en donna la preuve en 1S.VJ lorst|u'il fallut tran- 
cher celte que-lion : le reliqu it des frais de la Lie ire du 
Sonderbund ne pourrait-il pas être remis aux cantons 
vaincus? En qualité de rapporteur de la commission du 
Conseil des Etats auquel la question avait élé soumise, il 
contribua à donner une solution satisfaisante à cette af- 
faire pénible. En 1860 il fui chargé de se ren In à Genève 
pour liquider l'all'aire de l'expédition de Savoie et les 

troubles qui s'ensuivirent; ce qui lui valut la bour; 

d'honneur de cette ville. Lorsqu'on I8S3 notre ministre 
plénipotentiaire à Vienne, le h 1 .1. von ï cl ly, ■• retira, 
le i onseil fédéral nomma ,K. pom lui succéder. U accepta 
cette place honorable avec joie et cela d'autant plus que 
comme Saint-Gallois il lui Puait à coin- de régler la 
question dp la correction du lihin au sujet de laquelle 
des pourparlers venaient d'éln entamés avec l'Autriche 

Le 30 décembre IS92 la convention austro- u de la 

collection du cours du ithin était signée. En IS93, une 
maladie des yux le contraignit à prendre sa retraite. Il 
rentra dans sa ville natale où :l pas- a -os dernières an 
m M nanl l'époque de - m activité | ■ i ti ■ u . il s'inté- 
ressa aux éludes historiques: il écrivit une dissertation sui- 
tes droits île juridiction de la Suisse sur le lai de Cous- 







lance ; elle a paru dans le fascicule XII des MitlHi/utir/i-H 
des hist. Venin* von St. Gallen, -ocié-ié- dont il était 
membre fondateur; pendant ses d< rnière - années encore 
il s'intéressa vivement à toutes les questions ;cientitiqnos 
ou d'intérêt public ivoir Mil! 4G. 25.). -- 10. Anmn 
Jean, [>■ en théologie et doven a Gaschnang, second 
fils du n 7, de Diessenhofen et Saint-Gall, * à Saint- 
Gall le 18 octobre ls 17. Il fut consacré en 1841, pas- 
leur à Schôncngrund en 1842 ; en 1847, pasteur à Slett- 
l'uri (C. Thurgovie) et de 1855 a 189S à Gachnaiq 
inspecteur des écoles secondaires, dés I85U membre el à 
plusieurs reprises présidenl du conseil de l'église évan- 
géliquc de Thurgovie, IS5S secrétaire, 1862 camérier. 
1860-1898 doyen du chapitre de Frauenfeld, membre et 
souvent président du synode évangélique de Thurgovie, 
de 1867-1898 délégué aux examens de théologie des can- 
tons concordataires, membre du conseil de surveillance 
de l'école cantonale de Kraucnfeld el de la commission 
dc-revision de la traduction allemande delà liiblc, ins- 
tituée par la conférence ecclésiastique suisse, 1897 D' en 
théologie liimciis causa de la Faculté de théologie de 
l'Université de Zurich ; il résigna ses fonctions en I898 
et vécut à Zurich jusqu'au 20 octobre 19I3 où il mourut 
le jour anniversaire de sa quatre-vingt-seizième année. 

- II. Al F.\ANI.!:l-l'.H\l;l I — J'HÉOUORE, * l"> avril 1852, 

Y I - mai 1916, fils du n" 8, étudia la médecine à Zu- 
rich, ei apn'-s un séjour à l'étranger, s'établit à Saint- 
Gall. Médecin de district en 1888, et pendant 34 ans 
directeur de la maternité et de l'institut pour sages 
femmes: lieu tenant-colonel sanitaire et médecin de l'an- 
cienne VII- division. - St. Colin- SI, l. 1917, p. 69 
12. Al.KREn-CHAlll.KS * 1863, fils de 10, médecin à Zu- 
rich. - 13. Alexandke-Otto, * 1K70, lils cl 10, lit des 
éludes de droit, devint greffier du Tribunal de Kreuz- 
lingen et en I9CKI lui appelé au poste de greffier du Tri- 
bunal cantonal à Frauenfeld. l'en après. il fut encore 
secrétaire de ville et en 19(l3, secrétaire général de I Ex- 
position nationale d'agriculture à Frauenfeld. lin 1907, 
,1 entra nu Conseil d'Etat, chef du Département de I lu 
térieur il di l'Agriculture, puis de celui de Justice el 
Police I in au Conseil dos Etats en 1919. il abandonna 
son siège -m gouvei nement. Bx 

ÊRCHKMBOLDINGEN, propriété dune famille 
.I- pa; .-u- libres, près l.udigen (Com. Ilbmerswil, (i 
l.iie.i nei. Voir KllKNIiUI i.EN. 

/ERGŒW, «RGEUW. Voir Alir.OVlK. 

£RNE, .fiicob. Voir I i M. 

/ERNEN. Voir EllM \. 

/ERNEN on ernon, Jotui d', chanoine !{■■ l'.Ui- 
bayi de Zurich qui pénétra de force dans l'église dAlt- 
durl I ri] el en exigea la remise de la part .lu prieuré 
de Gcsti len. On connaît un acte du | ipe Innocent IV à 
, o sujel daté de Lyon le 19 oetobn 124 i S - puti il - 
probableuienl Ernen dans le Valais. —G. v. YVvs's: ' 
,1, , Ablei X. u 116. -- IV I! n» : '.'. u Ringhol 
C-,- I, fin Klofti-n r.7n h-di'lu. |> [I [K. II.] 

>?ERNI, ERNI. Cl ! mi est 
de (u énoins alnl. i omme An h 

voir l'.irsl. iniiin I 2. \ . p. 140 141. 

\. Canton d'Arprovie. Ancienne famille d'Aarhouvfr. 

- I. I-'raNi dis, un do- l.nii membres argoviens d" Gi u 
Conseil helvétique eu 1798. Il fut délégué av.,- deux au- 
tres membres el trois représentants du Sénal helvélique 
pour recevoir à Aaran le général Sehain ibourg el le 

,■ ,,i- . . I . li 1 1798 En i q laliïé d'an 

cien officiel au service étranger, il s'occupa au sein du 
Grand Consi .1 -i - qu -tii n- militaire - En avril I7'.' 1 '. 1. 
lui. rloire l'a; ml u- i gin pour i é| r les troubl 

- el ni [i ii- .i m le territoire I 

a les u,. iUMirs .1 uni fin ain- 

vcmi ni. Ko imiïl INOll. n ilul -oiin ilu Grand y^n<. il, lelle 

i il.' se n-uoiiM lanl selon la loi par lii-cs et | 

,-iu -"il. N'ominé maître saulnii-r el cominandahl de l.i 
l'on. i. -- l'Aarbiuii d refu, i lu- d ■ -' i ', 
. i, , ' n-) de rendre la nul. e aux ihel 

nu--- réaclii. soûl ,éi - Voii iSHli 1.2.3. \. 

5.8.9. 2 François XiiKotmRi:. * a A» ri g .-n 1X53. 

- ■ lud -. à I..OI- uni- . Modèi : I; Aprè- 

llalie .1 . i. i i: i- t,l. il est !••- 
viiim -'■ liv.r dans sa vill i . tali Si - labh-aux, qu- 



94 



AKUO CLUB SUISSE 




vent pour lu plupart en Amérique, ^ont des scènes de la 
vie du peuple et .les paysans du Midi, 

B. Canton de Berne, Famille- bourgeoises du canton 
de Berne. — En i:>'i7. Hknui Ernis i Thoune. - Fin m nu 
* 1865, notaire en 1S'.H. président de tribunal à Belpen r.«i-- > . 
lieutenant-colonel d'infanterie. 

C. Canton de Soleure. Famille bourgeoise éteinte de 

la ville de Soleure. Atmotrics: d'azur à la 
marque de maison d'or loi méed un \V sur- 
monté d'un Y en sautoir, accompagnée de 
deux étoiles d'or >'i trois monts il.- sinople 
en pointe. -- 1. Ni'. i.i i. cordnnnii r, reçu 
bourgeois m. U08. —2. Nicolas, char- 
pentier, cl'' Krirgstetten, bourgeois en 
1540 — •'■• Nicolas, Grand conseiller, 
1541, Jungrat 1551. — k NlCOI \S y 1611. 
Grand conseiller l;>70. Jmigral 1578, Ait- 
rat 1584. bailli de Flumental 1591, de 

Kriegstetlen 1G07. I.a famille ._ 

s'esl éteinte en 1759. — Voie [ 

LJ. G, 4 1 T. - Kranz Haffner: 

Geschlechterbuch. 

D. Canton de Zurich. - 
Uknui, premier chapelain. | . ' 
en 1465, de l'autel des SS, 
l'abienîet Sébastien à Egli- 

sati (C. Zurich) avec pré- 
bende pour la messe du ma- 
tin. - A.Wild : A m Zûrclmr 
Hhein I. p. lôô. [F. il] 

AÉRO-CLUB SUISSE. 
Société ayant pour but b- dé- 
veloppement et l'étude de 
l'aéronautique. Su'-£e ~n.-i.il 
à lienie. S, Mil pouvoir sportif 
suisse reconnu par la Fédé- 
ration aéronautique interna- 
tionale, à laquelle il est affi- 
lié et dont il observe les rè- 
glements. F lé le 8 sep- 
tembre 1901 par rusion im- 
médiate arec la Société suis.-e 

d'Aérostalion. créée à 1 - 

sanne en I'.Iihi sous la prési- 
dence de M. Alberl Barbey. j 
et qui fut la première société 
aéronautique en Suisse. La 
présidence du nouveau club 
lut d. innée au colonel d'Klal 
major Théodore Sch.aeck, de 
Cienève, qui avait été le pro- 
moteur de l'aérostation mili- 
taire (voir Sebaeck . On at- 
tribua la vicc-présideiici à 
M. Albert Barbey, lié- 1902 
le club s'occupa d'organisi r 
de- ascensions, d'abord avi c 
un bal! m luné à un fabricanl 
d'Auashourg, puis ave,- des 
ballons aclii lés par le club 
ou par ses membres, lai 1907, 
b- ballon suisse Cognac, 
piloté par M. V. ,1,- Beau- 
clair, se classa second au 
grand concours internatio- 
nal annuel dil a Coupe Cor- i 
don Beiinell d'aérostulion ». i 
En 1908, le ballon - II. ké- 
lia », monté pai le colnni 
Seharcli et le 1" lii-utemu 
Kmile Mcssner se classa pu 
mi' r dans cette grande nui 
pétition, parlant de C- i lin I 
11 octobre, à 3 h. 59, p mi 
aller atti rrir à Borgsel (Nor- 
vège) le If octobre, à ."> heures, rouvranl une distance 
de 1212 km. et tenant laie pendant 73 heures, "■ qui 
constituait le record du monde. De ces 7:1 heures. l.'f 
furent passé' - jn-ii.— n- de la nier. I. épreu 



AERO-CLUB SlISSF, 

le pavs du vainqueur, la coupe Gordon Reunctl 1909 i 
disputée à Zurich. Le vainqueur fut l'Américain Mu i 
Suisse fui encore représentée à la coupe Gordon-Brnnt-ii 
de 1910, à Saint-Louis (Amérique) par le colonel Sein,, ; 
rt le capitaine Mcssner, qui se classèrent 4"" el .", ■ 
L'Aé. C. S. engagea plusieurs ballons aux coupes Gord ■ 
Bi nnell d,- J912, à Stuttgart, el 1913, à l'a ris. 

En 1910, l'Aé. C. S., dont le développement devenait i,„, 
jour- plus considérable, se subdn i-a en Irois sections : Mil. 
tclschweiz (Suisse centrale), à Berne,' Oslschweizerischei 
Verein fur Luftschili'ahrt (Association aéronautique de I., 
Suisse orientale), à Zuritfi, et Section romande, à Lan. 
sanne. L'année suivante, le Club suisse d'aviation, fond 
entre temps, à Genève, l'ut admis comme quatrième sec. 
tion. Les sériions sont autonomes. Elles oui leurs repn 
sentants au Comité central et à la Commission sportive, 
qui constituent les deux pouvoirs suprêmes en matière 
administrative et sportive. 



- 



-e 



b** 









■ 












,lo 1 fi-a 



terni. 



du i fl'm.-i:; ilii 



raille dans 



■ 

capitaine Spelterin'i. le t 

I. 'Aéro-Club suisse a j,.né m, rôle de premier plan dans 

1:, vie aéronautique s t n Dans le d aine de 1' sta 

lion civile, il a entièrement centralisé l'activité sportive 
,i ,■,.-! par ses sections ou par -. - membres qu'oui été 
[iigyuiM-cs toutes l>- grandes manifestations el ascen- 



iii ISO», .. N 



AERONAUTIQUE 



AERONAUTIQUE 



93 



.ion?. En aviation, -un activité a été également considé- 
rable bien nue là l'initiative privée se ^oit fait une lnr^<- 
place. C'est sous 1rs auspices de l'Aé. C. S. que s'e-t consti- 
tué, sous la présidence, de M. Emile Messner, le Groupe 
aéronautique international dd'Exposition nationale suisse 
.le 1914, grâce auquel la Suisse s'est trouvée, au début de 
la guerre eu possession de plusieurs appareils qu'elle a pu 
utiliser pour l'armée 11 a enfin représenté la Suisse à tou- 
te; les conférences internationales ayant trait à la naviga 

i aérienne. L'Aé. C. S. et ses membres ont organisé entre 

1902 et 1916, 387 ascensions, auxquelles ont pris pari envi- 
ron 1500 personnes. Il a seul qualité pour délivrer les 
brevets internationaux de pilote d'aérostat, de dirigeable 
ou d'aéroplane, les épreuves devant être subies sou, le. 
contrôle de commissaires sportif-, désignés par lui et les 
procès-verbaux approuvés par la Commission sportive. 
La délivrance du brevet international de pilote aux Suis- 
ses qui subissent leurs épreuves à l'étranger ne peut 
être effectuée qu'avec l'assentiment de l'Aéro-Club 
suisse. I 1 '- W- " Kvkrstao.] 

AÉRONAUTIQUE et AÉROSTATION 
A. Aérnstatlon civile (Aéronautique civile). Jus- 
qu'en 178ô nous trouvons en général peu de chose dan- !.. 
littérature suisse sur l'aérostation. et l'aéronautique. I a 
presse de 1783 attira bien l'attention sur l'invention d>-- 
frères Mongollier, et la Zïircher Freitar/szeilung y ajouta 
toutes sortes d'anecdotes édifiantes sur l'aéronautique. Le 
10 mai 1785, le professeur lireitinger, q.ui fut certes le 
premier en Suisse, lit monter un ballon de la place 
de la Limmal à Zurich, devant un nombreux public, 
survola plusieurs heures la ville et linalement atterrit 
près de Wallisellen. Dans les dix année- suivantes les 
journaux siii--o- ne consacrent que quelques notices 
aux progrès de l'aéronautique. Itu reste notre pays 
semble avoir peu pris part à eette découverte. C'est 
seulement dep"uis 1870, à la suite des magnifiques ex- 
ploits des assiégés de Paris, qu'il semble se produire 
en Suisse un mouvement en faveur de l'aérostation, 
du moins i a ce qui concerne la théorie, -an- qu'il en 
soit résulté des applications pratiques, l'endanl nombre 
d'années, la Suisse hébergea un des pri miers inventeurs 
de ballons dirigeables, l'ingénieur, llàhnlein. qui cons- 
truisit à Vienne', en 1872, un dirigeable, encore très ap- 
précié aujourd'hui du point ,1" nie technique, mais qui 
n'eut pas de succès à cause de la faiblesse de ses moteurs, 
llàhnlein demeurait à Frauenfeld : il travailla à la fabrique 
Martini comme premier ingénieur jusqu'à sa mort, au 
commencement de ce siècle. Il fut l'excellent conseiller 
de plus d'un débulanl qui se sentait attiré vers l'aérosta- 
tion. Dans l'aéronautique active, ce fut le capitaine Sp I- 
terini, bien connu, qui le premier, I C ji iilet 1891, de 
lîerne, organisa une série de courses en ballon dans 
li- principales ville- sui.-ses. En celte même année, le 
comte Zeppelin faisait sa première ascension sous la con- 
duite de Spelterini, et alterrissail à Lucerne. Spelterini a 
fait êtil ascensions <!.m- tous les pays, parmi lesquel 
beaucoup de traversées des Alpes, ainsi que des ascensions 
ayant un but scientilique. 

AU). Barbey fonda en 1900, à Lausanne, la premii re 
association suisse d'aéroslation sous le nom de «Société 
suisse d'aéroslation». Cette Société fusionna en l'A»! déjà 
avec | Aéro-Club suisse ronde p;n le Colonel d El il m ij r 
pôncral Tbéod. Schai k. l'ai- cette fondation, l'intérêt pour 
l'aérostation se développa rapidement. La propagande se 
lit par des conférences, et ,1. - 1902 des amat) ur's firent, 
seuls, des ascensions avec le ballon Augus.ta qui leur 
était loué. Schàck s'efforça déformer rapidement un cer- 
tain nombre d'aéro tiers capables ; les courses devinrent 
plus fréquente- d'année en année. En 1903, l'Aé. C. S. 
acquit le ballon Mars, auquel vint s'ajouter en I90G 
le ballon privé Cognac, propriété de MM. de Beau- 
clair et de Gebhard Guyer, à Zurich: ensuite le ballon 
Vommern du baron von llewald s'associa pour un vol 
avee passagers. L'activité aéronantiqui se dévcli 
rapport avec eette augmentation du paie des dirigeables, 
et non- vovons du Beauclair concourir à l'étranger ci 

qualité de" pilote. En 1908 le dirigeable llclrclia s'a 

cie au pan d.e'i islats suisses, et ga^ne, dans la même 
année, |, prix Gordon licnnetl pour la Suisse, dans h 
parcours Uerlin-Nonège. 



Ce fut le signal d'un plus grand développement de 
l'aérostation. En 1909, l'Aéroctub acquiert le dirigeable 
» Saint-Gothard » ; le parc s'augmente ensuite du diri- 
geable privé » Azurea » de M. Givaudan à Genève. Dans 
les années suivantes vinrent s'ajouter le „ l'.litz ». le 

« Skaal », le « Théodore Scbàck » et le « Léman», ce qui 
en y ajoutant le uSirius» de Spelterini, porte à 10 le 
nombre des aérostats suisses. Il reste à ajouter que la 

Sui e est en | --ion du plus grand aérostat qui fut 

jamais construit, le o Suchard », de 8C00 m 3 de conte- 
nance qui devait survoler l'Océan >n 1910. Jusqu'au mi- 
lieu dc19l9, 387 voyages au total ont été entrepris avec 
ce? aérostats, bien que le- voyages aériens fussent inter- 

1 dits depuis 1917. la- ;i octobre 1909, 17 ballons se disputè- 
rent la coupe Gordon Bonnett; ce fut l'Américain Mi\ 
qui la gagna. A la suite de ce concours international 

: aérien, un concours de vitesse et d'espace fut organisé, 157 

dirigeable: y prirent part, nombre qui n', Ile paît été- 

atteint. Les organisateurs zurirois de ce concours v ad- 

I mirent les ballons dirigeables. C'est en ces aune. q U i 

! Zeppelin faisait, sur le lac de Constance, ses essais qui 

, eurent de brillants résultats : il réussil quelques incur- 
sions en Suisse. Dans la même période, l'aie, al tentait 
-, - essais ave,- -,s ballons non rigides. Ce fut l'occasion 

. il inviter à Zurich les représentant! des deux systèmes 
avee leurs dirigeables. Malheureusement, Parceval seul 
put icnir : ses nombreuses randonnées fort réussies 
lu ent sensation. 

Dans la suite l'industrie étrangère prit l'aéronautique 
en main-. A Lu cane s'ouvril un grand parc pour ballons 
dirigeables où, plusieurs années durant, des parties d'avia- 
tion pleinement réussies eurenl lieu surdos dirigeable 
français et allemands. Notre unique pilote de dirigeable, 

j capitaine SaMschi, lit -a première école à l.nci n 
lanl à Dûsscldorf i t compléta son instruction à Berlin. 
11 est naturel que dans ces année-, une foule de projets 
concernant les dirigeables prirent naissance en Suisse. 

' et que d'innombrables personnes, initiée- ou non. s'em- 
parèrent de cette question. C'est ainsi que s'ouvrit à Ge- 
nève une entreprise de construction de dirigeables, sous 

' la direction de M. Liventhalj alors que l'architecte Chio- 
dera. de Zurich, -occupait à réaliser des idées nouvelles 

sur l'aérostation, v it s'ajouter les projets de MM. 

Adrien Baumann et Tribelhorn, mai- qui ne sortirent 
pas de la période des tâtonnements et des difficultés 
financières. 

Jusqu'en l'.lll. nos ballons suisses prirent part à 
presque tous les concours internationaux et nos piloti 

■ formés à bonne école se rangent parmi les adversaires 
les plu- redouté--. Prirent part aux concours d'aéronau 
tique Gordon Bennell pour la Suisse : 

Berlin 1908 : '2 ballons Uelvctia avci Sehâek et Mess- 
ner: Cognât . de Beauclair et 1" Biehli. - Zurich 

1909, 3 ballons : llelveliu avec Schàcli et Armbruster ; 
Azurea avee Messner et Givaudan ; Cognac avec de Beau- 
clair et D Biehli. Saint-Louis U. s A. 1910 2 1 il 
l,.n- : Uelvctia avec Schàck et Armbru 1er; Azurea a ci 
Messner et Givaudan. — Stuttgart 1912, 3 b allons : 11-;- 
velia avec Sorg et Mollet ; Azurea ave,- R. O. M aller et D 
Jacob ; Zurich avec de Beauclaii et D r Biehli, Pari 
191 I, 2 ballo,,- : llelretia avec Armbruster et Seil 
Zurich avec di Beauclair et D' Biehli. 
Xos pilotes suisses prirent part à d'autres concours 

i n- importants, et au pays même il v eut toule une 

se'rie de corn oui nationaux En loul i as au moni ni 
la déclaration de guerre l'aéronautique suisse était en 

plu voie de pro péi lié-, cl à n'en p is douli r, son acti 

vite' aurait pris plus d'extension encore, si la guerre 
t était venu, tout paralyser du fait que tout le matériel 

: dut être nus à la disposition de l'armée. Vu mon ut i 
non- éci ivons on p. ut prévoir que le dévoli p; 
l'aérostation pourra bientôt reprendre. I.'iulcrêt général 
, -t testé b même, il n'y aurait qu'une diminution du 
à Constat r. Il" va l'ai! >ii n ni c u- 

-truiie a m au. au. la - dirigeait!) devt 01 re mis à 
l'arrière plan à cause ,1e- grands frais nu ils entraînent 
,i faire plan au vieil aérostat. Le gaz d'éclaira; | i 

gonllci les ballons i -manquera bien des. annéi 

iiitic ntu ■. noln : tiou lltyili ,■■' n«- ipii 



i je remplacera a anlageusement, qi le Compri 



dan 



06 



AERONAUTIQUE 



AERONAUTIQUE 



• ■ut me 



tir de la i de l.> compagnie d'aérostats restèrent If- mêmes jns([n a 
ni- fabriquant île l'hydrogène i début de la guerre moiuliulc. l'.ir contre, le dévelop 
pement des troupes et des officiers progressait. Les der- 
niei's s'occupaient aussi d'une manière active de l'ai-, 
rostation civile et par là contribuaient puissamment an 
développement rapiile des entreprUes privées. Dans cet 

ordre d'idées, rappelons que la i pagaie d'aérostiers 

fut | ■ hea p par son expérience dans la l 

réussite du concours Cordon llennelt à Zurich, de 1903. 
Bien qu'un développement et une réorganisation des trou- 
pes aérostières fussent envisagés dès Mil et 1912, m 

particulier par M. le colonel divisionnaire Weber q n 

avait la direction en qualité de chef du génie, un certain 
parti de l'élat-major réussit à empêcher toute innovation, 
et à faire refuser les crédits les plus indispensables pour 
remplace! le matériel usagé, l,e résultat fut qu'au mo- 
ment de la déclaration de guerre, la compagnie laissait 
beaucoup à désirer, ce qui était d'autant plus grave qi 



îles lut.i- ou qu'on l'utilise dii 

fabrique. Des établissement-; I 

sont à notre disposition, • i <V -. à présent, à Monthe; i\ 
lais), Sleflisbourg (Berne), à Altdorfet à Lucerne 

li. Aérostatlon militaire lAéronautiquo militaire). 
Les descriptions humoristiques du capitaine des milices 
tliUrgoviennos Dchi unnci , témoin do l'emploi des aéros- 
tats au siège de Venise, doivent être considérées comme 
l.i première mention, d'origine suisse, au sujet de l'utili- 
sation d'aérostats dans un but militaire. Mais il ne peut 
être mis on doute que nos autorités militaires supérieures 
aient étudié très lot les possibilités de l'emploi d'aéros- 
tats et en nient reconnu l'utilité. I.oisquc Spelterini entre- 
prit ses premiers voyages en Suisse, un grand nombre 
d'officiers \ prirent part, et il est à remarque! que même 
le Département militaire lit faire deux courses depuis 
Berne. I.a première eut lieu le 28 juillet 1891 avec MM. 
le major Schack et I" capitaine Steinbuch. la seconde, le 
C août 189.1, avec MM. les colonels Albert et l'aul île 



dans les milieux compétents on commençait à reconnaître 






- 






• 



. 



; 
' 

-. . ' 
■ • 

!i 



Tschari 
point ,! 



nporta 




de I 



militai! •• ne pouvait échappe) à i 
et l'Assemblée fédérale créa, en lN'.G, en-mite d'un 
mossaso du Conseil rédéral, un corps d'aérostiei -. La 
premièio école de recrues eut lieu I éli I9l.ll) sous le 
commandi nu ut de M. le . ulmiel Schack sous la direction 
duquel quatre officiers, vou Gugelherg, lilattuer, OU et 
Messner. lui. -ut formés pai les spécialistes Siircouf. de 
l'aris, et Sclierli, de Augsb.iurg. Des écoles de n 
dos cours de répétitions curent lieu périodiquemenl 
bien que la petite troupe du début se transforma en 
une compagnie nombreuse qui fut commandée successi- 
vement par les capitaine.' Schinied. Messn r et Me; i I i 

compagnie prouva son utilité pour la prei -i fui aux 

malin-livres de 1901. Connue matériel. I inpasiii 

servit d abord d'un ballon spli Tique de Surcoiif, plus tard 
aussi du ballon eerl'-volanl de Ki.-ilingor, qui s'ini| lit 
alors. Les générateurs de gaz étaient d'origine l'r n 
çaise, tandis que le matéri' 1 rouLint et les iiitns engins 
étaii ut [l'invention suisse. Il est bien p. rmis de ilin que 
l'éilu.atioii des ofliciers-aérostiers ne pouvait p-sultei 
que de leur propre travail, n'ayant à celle époque au- 
cun instructeur expert à leur disposition, et l'on ne s'é- 
tonnera point -i quelques accidents, pai exemple la 
p- rte d'un ballon, .le . snnl i enri H , t la 



emii 


rc 


um e. \ 


l'exception 


le quelque, petits , 


mon 


.- - 


• . 1111(11 


rtanci , l'orj. 


amsation i l le ma 



< 1 



■ 

■;■ le Uni ,le I l< r i Ch • - : 'li 

l'importance de cette troupe, l'n cours paiticuliei m 
la directi lu major d'Etal mnjoi général Mcssnor. fut 

i les aéronaiites civils, et leur matériel ro- 

constrnit dans ce but Mais Cela donna aussi I cca o 
île réorgani or principalement les troupi-s d'aérostalion. 
Dans les années lilIGà 1918. le capitaine Otto Sorg diri- 
ge;! Cette réorganisation d m manière si parfaite qu'une 
troupe composée d'un état-major et il 3 compagnies il 
; um- i s-aén stioi - rurenl à la dn-pi ' état-ma- 
jor général, avec un matériel complot, un équi| ni el 

une préparation remarquable des officier* el des soldats. 
I.e parc d - chevaux fut complètement supprimé cl rem 
placé par le service di camions. 11 \.i sans dire qm 
pendanl la guéri e, I achat de matériel i oca ionna de 

_i li - difficultés en parlii lisilion d léi u - 

tats. Kn celle cii i ' di m uvi an M 

laine Sorg qui pi it l'initiative di la réorganisation I. in 

uisse étant à m"-ine de livrer un maléi ii ! de 

ballon de ; ■ 1 1 qualité. I isti ui lion il 

pai li pionniers aéi o tiers fut entreprise «nus la ili- 
i . ■ Je. ol !■- 1 moment, el ie ol 

ii.ii de diri er la i instruction di ■ aéi oslats n 

du type le plus i b-rne, ce qui rendit l'aéroslalion 

suis. mplèlement indépendanti de l'élraiigei poui la 

• lai I.a dire, ou d l'aérostat 
entre le- main- ilu major ili-inr :>\ec le i 
pour adjudant. Le commandant de la I i ■ '■ 



AERONAUTIQUE 






! :' 



■ 












ira 



I 






1/ é\l ■ 

■ 






. 



I x- [:■,;,, ■„! i G. , .i| ;: .,,■. Sani«i-hi, «urvnlaiil h- i Qualre-Canlons en 1012 






2î 



:--..■--. - 




ilallnii i-crl rolant, [irviiri^ti du . i pi I :>org |Wli 



1 , n '■■■■■ Sri: iteh M... ni.- l.ar le ija|iil3il i 
• ;• vaiil son Uanpat ..I 



ï)8 



,1ÎR0SA 



.KSCII 



le capitninc Santschi, Olten ; celui de la 2«, le capitaine 
ïrueb, Saint-Gall; celui do la y*, le capitaine Kriscli- 
knecht. Zurich. [E. Mbssneu.I 

/erosa. Ancienne forme d'AflOSA. Voir ce nom 
/ERZINGER, voir Kii/ini;eh. 

/ESCH, /ESCHI, /T.SCHLEN. /Esch, nom dé lieu 
et du terre répandu dans toute la Suisse allemande, pro- 
vient directement de I alul. fisc iinasc] = frêne, ou du 
datif sing. asce qui se rencontre encore dansZiini /Esch 
(Valais, Argovic), Avf dem /Esch [I,ucernc). Plus ancienne 
mention : de Askee iuferiori 893 [UZ I, et répertoire). 
On le retrouve dans les noms composés suivant Dïinen- 
ùsch (voir cet art.), Guleuûsch (Appenzell). /Eschi (ré- 
pandu dans les cantons de lierne, Soleurc, Lucerne, Su sse 
primitive; se retrouve également dans le nom composé 
Arn-àschi) dérive probablement de l'ahd. asuahi = frè- 
naie, et dans quelques e.,- peut-être de asc-alia - ruisseau 
bordé de fiènes, ou de asciu -- au Irène, l'ius ancienne 
mention : Esche 12D2 (voir art. /Esem). — Le nom de 
./,'.■:. /. U h, Ksi lilen doit être une forme diminulive de l'ahd. 
ose (ahd. ascala ou escila), s'il ne provient pas d'une com- 
position - asc-lôh : - forêt de Erêues, frênaie, l'ius aiirii une 
mention: Eschla XIV- siècle (VSt G III 764); Eschlcm 
1803, 130.") (voir art. .-Kschlen), - A ces formes se rat- 
taeh.nl celles en Esch-, qui cependant dérivent en partie 
du mhd. ezzisch — champ ensemencé. — Voir aussi Kôrste- 
mann: Alul. Xœnienbuch II 3 l.'.'llss. k. Stucki.] 

/ESCH (C. Bâie-Campagno, D.Arlesheim. Voir DGS). 
Le château d\iEsch des Ltlarervon Warlensee, aujourd'hui 
maison d'école, a été construit en HitjG. Dans le voisinage 
de Olierâsch, en deçà de la Birse, s'élevaient sur une arête 
de rocher trois châteaux du nom ile.Ksoh. A l'origine c'était 
un fief des comtes doTierstein, mais il passa au XllDsiècle 
déjà a n chapitre de Bâle qui le remit à la famille des cheva- 
liers de Macerel. Au milieu du XIV* siècle, la moitié du 
lief échut à la famille von Frick et l'autre à la famille 
von Barenfels. A l'extinction des seigneurs von Frick, leur 
part de fief passa en différentes mains: une partie à la fa- 
mille von Fieckenstein, puis aux von Ilatlstatt; l'autre par- 
tie aux Mellingerde Bâle. L histoire de ces deux domaines 
se péril dans le Courant du XVI- siècle. Le fief que les 
Bârenf Is obtinrent au XIV' siècle, à qui ils donnèrent 
leur nom, resta en leur possession jusqu'à la fin du 
XVIII" tiède. Ces trois châteaux, détruits dans le trem- 
blement do terre de 135Q, ne furent pas reconstruits. Il 
n'en existe aujourd'hui que quelques ruines. — Voir 
Merz : Sisgauer Burgenbuch, p. 65-S2. [A. H.] 

/ESCH (C. Lucerne, D. Hochdorf. V. DGS). Corn, et vil- 
lage au bord du lac de Hallwil. Ann >i- 
ries :p trti, d'argi ntau lion d gui li 
nant dans la d ex Ire une étoile du même, 
et fascé de cinq pièces, di i ueules, d'ar- 
gent, d azur, d or •: t de | , < ti 
coupeaux de sinople en ( unie. En B93 
Askee, 1045 Ileiclie, vers 1150 Aschab. 
\ —',--*_/ Comme propriétaires foi i rs nou 
\ '. ]\y trouvons au IX* siècle l'abbaye de Zu- 
^ — rich ; au XI 11', outre les couvents im 
Hof, de Lucerne, Allerheiligen (Schaffliouse), Engélberg 
et Cappel, If chevalier Walter do L i • ■ 1 1 et 1< s comtes de 
Kibourj et de Tierstein. Pour ces derniers, les ministé- 
riaux Arnold, bailli de Bich usée, et Burckard von I sch, 
paraissent comme administrateurs. L'aumônerie de Lu- 
cerne échangea avec Walter von Lieli une ferme de faible 
rapport à /Esch, contri le bailliagi de Bikwil. Le droit de 
I du lai r :,: part mail déj i en 1 'i"' à I ro 
munster. En 1300 l'Autricli détenait le droit de h et 
basse justice. Dès cette époque, les chevaliers de Saint- 
Jean de llohenrain paraissent aussi comme proprii tait 
fonciers à .-Esch et détenteurs du droit de collation, lequel 
appartenait autrefois aux seigneurs de Krenkingen et a la 
seigneurie de. Kibonrg. Le premier curé connu parait 
en 1 '275. f.e patron de l'église était au début Saint-Jean 
H ipti te, auji urd hui Sai ite Lucii . La collation passa 
cinq siècles plus tard, avec la propriété de M 
à la Mlle de Lucei ne. 1 : 152 I à 1532, i i Béfoi m . 
temporairement dans la contrée. Les registres parois- 
fiauj il it-nt de 1611. Voir Eslei mann : G • 
Pfanei Hochdorf. - Uah burg. (Jibar. - Adam BruD 
ner : JJeschreibung von .Esch 1867. [!' X W.] 



"- 




•• 


— _ 


' 


/ 






/ESCH (C. l'ii). Petite chapelle sur l'ancienne i 
du Klausen. Construite après 1870 par le président Zwv 
s i ^, de Seedoi I', i lie renferme une antique Vicia di i. ., 
L'intérieur de la chapelle a >"- 1 .'• peint pai l'Edouard Cîubli i 
de Zurich. 

/ESCH (C. Zoug) Formes â 500 m au S. de \Va| 
chwil ei à environ tin m. au dessus du lac de Zoujj l ■ 
des derniers endroits du canton où la vigne fut cultivé, 
La légende de la Frau i" der .Esch relative â la p, ■ 
de 1628-1030 rappelle ce nom. — P. A, llùrlimann: h.. 
[iculcnlnd n, Waleliwil, Zoug, I8S3. [a. \v.| 

/esch, fimri tirai Albls ou iiti^ lllrmon*- 
tlorf (C. et D. Zurich. Voir DOS 
Coin, poliliqui et si olaire avec coi po 
ration forestière ; autrefois aussi coin 
or. île. Tombeau de I âge du bronzi 
â HursthaulE. Kcller -.Archûolog. Kart, 
2' édit.. p. I7i.0n a trouvé des traces d'un 
établi sèment romain à in der lluldv. 
â l'esl du village : hypocauste et ti 
avec le non 1 , du potier îleteniani, it en 
|s:i!i, un four à potelé au nord e i. 
la pente de la vallée de Wuhre (ASA 1890, p. 297). La 
première mention certaine de Aschc se trouve dan un 
document de l'empereur Henri V, du 28 décembre 11 24 
ou il est dit propriété du couvent d'Engelberg. Confirma- 
tion de celle proprié lé en 1 IM parle pape Lucien ïll/UZ I. 
n 11 265 et 337) La maison de Kibourg possédait aussi des 
liions à A'., de même que les couvents de Cappel et de 
Saint-Biaise, le chapitre et d'autres maisons religieuses 
de Zurich ainsi que l'hôpital de cette villi . Le Sonncnbei't 
de Lucerne y avaient eu en lô'J'.i la ferme Sonnenberg. 
D'abord aux maius des seigneurs von !Iedingen,j£. passa 
en 1415 à la ville de Zurich, qui le fit administrer depuis 
le début du XVI- siècle peu- \m bailli spécial. Réuni plu> 
tard a Altstettcn, il forma un haut-bailliage avec greffe 
de tribunal (voir '/.T 1S59, p. .">'.) et l'art. Altstettex). Le 
bailliagi des Schenk à .-E. et Iselisberg, appelé ainsi àcause 
de \\ en icr Schenk di Maschwandeu, était autonome; il fut 
engagé par le baron Heinrich v. Russegg aux frères VV'er- 
i • .1- uni ' von JEsch lin 141i. le fils de ce der- 

nier, is ob, i'hyp ithéqu i aux chapelains du chapitre de 
Zurich. La haute justice, avant le passage de .-L'. à Zu- 
rich, appartenait aux tribunaux du Freiamt habsbourgeois 
et â c( u.v du Freiamt d'AITollern qui avaient des ressortis- 
sants libres à Ai. Sou' 1 Helvétique .£. faisait partie du 
district de Mettmenstetten. On possède encore nu coutn- 
niier d'.L. rédigé vers 1600 (Hoppeler : Zûrch. Rechls- 
quelle» 1 1, p. 27 el 540). hors du siège de Zurich par le 
général Andermatt, .E. fut aussi menacé (ZTÎ8&Ï, p. 124 
En I709, construction de la première maison d école ; en 
18ll, édification d'un nouveau collège qui est transformé 
en 1839. En 1849, incendie de troi maisons, granges. 
etc. de- | filiale de la paroisse i 

mensdorf, s'élevail dans la Heiligenmatt, ai 
nouvelle n ni locheesl encoi •■ sur I 

collègi (Gfr. 39, p. 132). Sur la carte de Gygei 
chapelle est très visible. Fortune scolaire li «0 
4 s : fortune communale: 8847 li. 7 s. Jusqu'en I8C0 
abolition i ■ '. cens fonciers (M n Tig I-IVl. 

Hahitants-1634 : 234:1910: 2S7. Armoiries .-Stum] f(1 183 
donne à toi t au préti ndu i hâteau d ■•'. li arm de la fa- 
mille noble von Vsch, de Souahe. Celle qui Meiss indiqui 

dan- sou G s ' lecli Icrbi ; ! -' ; mi 

ne. à un nuage d argi ni et -de gueules, n 

l n autre, d i'?ui- à : ut, um 

plume de paon en cin er i har^ée du meuble de l'écu, fut 

ée pai Mei ■ t lilunlsi hli J .E. pi ■' - de Ni fti 
.»/. m Tig I. p, 127). Porl mde i 

Ni), 1247-1264, peut-être le père, ou au moins le parent, 
Je i lotirai! ron 1 lie ou 1 lier, qui < si la 
: Escher Kai: erstuhl et de Zui ich. Hci - . i 

: 170, doit être la f '• vei von .-Esch ».' Il 

n i • iin , e le chevaliei 

1295-1310, i ' il d'él mu de Zu- 

rich en 1303, fut de .1 -eh ennel dem Albis ; il appar- 
tenait plutôt au> seigneurs de Eschach (D, badois di 
■ rf). Voir I vi La le' de Gyger et l'a 

lias lopoj raphique d< i il placent le prétendu < hûi< au 
dans la région de Kehlofen, qui a tiré son nom de foui> 



/ESGII 



.KSCIII 



09 




nord-ouest du village (ifACZ (XX III, p. 

[KM,,.,.] 

"•s Mitnr sur le f.reifensee (C. Zurich, D. 
Uster, Com. Maur. Voir lijs,. Com. ci- 
vile et scolaire avec corporation fores- 
tière. En 1833-1 SU, on découvrit non loin 
de la Forci;, dans les champs de la com- 
mune, en labourant, 16-20 squelettes hu- 
mains placés dans la direction de I 'Est. 
Ford. Keller leur attribue une origine 
celtique (MAC,/ 1. I, p. fi s., table II- 
III : voir aussi G. Kuhn: Gcsch. der Gem. 
M, ,„,- 1). En 103G-1037, l'abbaye de Zu- 
rich v achète un bien, si ci- n'esl à Ai. près 
liirmensdorf/'in viUaquae dicitur AsscheJ (UZ I, u 23! >. 
V\ant la révolution, .1". appartenail à la seigneurie deGrei- 
IVnsee et fut hypothèque avec elle à Zurich par le comte 
Frédéric VII de* Toggenbourg en 1402. En 1798, il futaltri- 
l.„,' an district de Usicr. La basse justice étail rendue par 
h- maire «le .Maur. dont le 'lri.il de juridiction l'ut possédé 

.lu tai I « i ju 'qu'eu 1776 par de* I rpreois de Zurich. 

L'ordonnance pour le bois date de 1567 (Hoppeler : Zîir- 
,■/„■)• RecUtsqueUcn 1. 1. p.^'i. Kn 1872-, une demande A'Ai. 
d'être érigé en com. politique fut ajournée; eu 18S1 une 
convention fut conclue entre.E^cli et la commune de Maur: 
utri les obligations légales des communes civiles, .Escli 
- chargea encore du service de défense contre I incendie 
, i de la police champètre(AE Zur. Actes N). L'ne chapelle 
dont le vidamedu chapitre du Grossmûnster percevait les 
revenus, s'élevait au-dessus du village, sur une colline qui, 
. ni in aujourd'hui, est appelée Kirchenarker (Xûschcler : 
r. iHesJtâttserlU, p. 327). La- création de l'école remonte à 
I époqui .li - débuts de 1 industrie dans la seci ndemoiti 11 
XVII' siècle, t'n.- maison, achetée en 1802, rut aménagé 
i-n école avec une subvention cantonale de 100 fr. et recon- 
struite en 1839 pourOôOO florins (Hem. Tig. I, p. i'21 ; 11, p_. 
:;| 1 Le s juillet 1778, un violent orage causa de < rands dé- 
w At» à. Esch. Habitants: 1634,93; 1910, l'iS.. t. ».,.,, ,e. d'or 
ù d. us pelles à feu en sautoir au naturel (la pelle gris 
,1 u ,.. lu manche brun). [A. L., F. H. ci A. M ] 

/esch prèfi XeUenbach (C. Zurich, D. YVtn- 
■ : uir Voir DGS). Com. civile avec .corporation fores- 
ti re;com. scolaire iEsch-Ried(hof). Suivant le registre 
des fiefs autrichiens de 1361, ries bourgeois deWinterthour 
et de Schaffhouse avaient des fiefs à Escha ou Eschaw 
Uabsburger Urbar 11, p. 494, 49G, 512). L'école a été te- 
nue depuis la seconde moitié du XVII* siècle jusqu'au 
XIX' par des membres de la famille Huber. et dans une 
salle aménagée dans leur propre maison ÏAE Zur.. E II). 
l'i. 1830, construction d'un bâtiment d'école pour 800 flo- 
rin (item. Tig. II p. 370).Lacom. civile de .;Esch e< 
_•■ par décision de la corn, politique de Xcfteuba :h, du 
li juiMc l 18S2, du service dos eaux, des fontaines, de 
I éclairage des rues, du service de défense contre 1 incen- 
die et de la police de l'endroit. Habitants: 1031, Si; 1910, 
155. Le nom local « in der Burg » peut se, rapportera la 
résidence d'un 0[tto] von Asche, qui, en 1254, figi 
la suite de Hartmann l'ancien de Kibourg, pn bablement 
son ministérial (HAGZ XX111, p. 291 5). Les armoiries 
présumées d'/Esch, près de Birmensdorf, qui étaient les 
mêmes que celles des chevaliers Mùlner, de Zurich, ont 
été attribuées à tort à Aisch, près de Neftenbai !.. par 
Meiss, Geschlcchterbuch I, et Bluntschli : Hem. Tig. I 
1741 . ,.. 127. t 1 '- " ! 

ff.SCH, von, ou von ESCH, famille bourgeoise 
• ' inte delà ville de Soleureet famille bourgeoise deGn - 
.'.H. m, Berne. Armoiries: parti d'argent au lion de 
gueules soutenant du la patte droite une étoile du même et 
fascé de gueules, d'argent, d'azur cl d'or de qualie pièci s, 
trois monts de sinople en jiointo. — Jean, vitrier, de 
S irsee, reçu bourgeois en 1645. La famille s'éteignit avant 
1681. — Voir Franz llaffner : Geschlechterbuch. 
/ESCHBACHER, famille bourgeoisedu cant n 
ne. — nolirrl. pasteur. Né à Ma lullingen, «i commune d'o- 
rigine, le 9 février 1869, f4 septembre 1910, il étudia la 
théologie à Berne et Gôttingue et fut consacré au i 

li 28 avril 1893. Après un séjour d'étudi à M n 
tauban.il devint en 1894, vii lire, puis pasl ur 
do la Nideck à Berne. Uès 1907 pn dicati ur a la co 
de l;erne. Il avait été reçu bourgeois de Herne en 1899. 11 




revêtit la charge de secrétaire dé la Société protestante et 
ecclésiastique de secours, participa au mouvement « I.os- 
von-Rom - , défendit au sein du Synode bernois en 1907 le 
suffrage féminin et fut, dès 1905, à la tête du Comité ber- 
nois des Missions. Son activité principale consistait en 
une prédication couronnée de succès, et une apologétique 
où il savait réunir un.- foi positive à un» profonde con- 
naissance de la vie moderne. Il publia trois volumes de 
sermons, 1892, 1905(2' .".lit. 1910J et 1907, Son souvenir 
est perpétué par la fondation | Eschbacher, qui a créé un 
.•i-ile pour enfanl en bas agi à Mùnsingcn sous le nom 
d'.lvschharherhi im. [W. J.M.] 

/ESCHER (C. Vppenzell li.-l. Voir DGS). Point de 
vue anciennement connu et fort visité dans le voisinage du 
Wildkirchlcin. En 1902, les admirateurs de Victor Schetl'el 
ont fait sceller sur la paroi de rocher une plaque de bronze 
avec l 'effigie de fauteur d' « Ekk.elr.ird ». -- Voir Gab. 
Etiisch: Histor.-geoqraph. Darstellung d. Kl. Appemell, 
Saint-Gall, I8M.— Fûlirer durcli den Kl. Appenzell, Teu- 
fen u Herisau. - G. Lûthi u. C. Egloff : Das Sântit- 
Gebiet, 3" édit. Saint-Hall 1913. [A. M] 

/ESCHER, forme du nom de famille Escher a Zurich 
employée souvent avant le XIX" siècle. Voir EscilKK. — 
Famille bourgeoise de Dùrstetten (Berne). Notaires: 
Jilmi-. 1708, Ji w 1313, Jaciji es 1781. 
/ESCHI (C. Berne, D. Frutigcn. V. DGS). Paroisse 
et com. entre le lac de Thoune et le Kan- 
dertal ; avec Krattigen, .-Eschiried et 
Emdtal, il forme la paroisse d'/E., station 
climatérique. En 1848, on a trouvé des 
restes de I à.:-e du brou:e au-drs^js dus 
bams de Heustrich.consistantensaumcms 
de cuivre et en petite fragment; d'étain. 
Tombe plate (FlacligrabJ de l'époque de 
la ïène, avec bague d'argent et bracelet 
en verroterie — !.. R. von Fellenber) 
Analyscn. — Jahresber.hist. Mus. Kern 
1901. — A. Jalm : Chrouik Kl. Ji<rn. En 1499, il y avait 
150 feus ■ 1653 156 : 1764, 190; en 1818. on v comptait 229 
maison- 1850 290; 1880,254; en 1764, 804 habitant ;1818, 
10 ; . :.-.•', I.'ol . Il », 1167; 1910, 1198. Dans L- docu- 
ments, on trouve en 1228 les formes Asshes, loi".. Ho- 
tiesclu . 1361, Esse, plus tard Esche, Eschy, Eschi. Armoi- 
ries : D'argent à la patte d'ours de sable issant de senestre. 
Les barons de Kien, ceux de Wâdiswil etW'alter von Ried 
apparaissent dans les documents comme le? premiers t o - 
sesseurs de biens à .-Eschi. Au XIV» siècle et plus tard c'est 
principalement la famille des Scharnachtal qui y po i dait 
ili - bii ns importants. La localité, avec le- droit de patronage 
.' l'é"lise, appartenait à la seigneurie de Mulinen et fut ven- 
dernière à la villedeBerne, le 15 octobre 1352, 
par Tnuring d< 1 rau lis, pour 3723 tlorin L'égl 
sacrée à Saint-Pierre, i -' mentionnée en 1228 c ■mine fa i- 
-nm | ii-lie lu décanat de Berne (Kôniz). Le d roi 
u mage avait donc passé à la ville de li. rue : au X 
,i i .: , :,' à 1: i i brique de l'église Saint-Vincent à la | iclle 
chaque prêtre devait payer quinze livres. La date 14 
se trouve sur la façade sud de la puissante tour do 1 i , lise, 
se rapporte probablement à sa reconstruction, ainsi [u'il 
ressort d'une décision du 14 décembre 1489. I! ) avait 
aussi dan l'église un autel dédié à Saint-Jacqui 
s'était fondé, en 1520, une confrérie de Saint-Jacques. 
De i517 à 1520, des transformations doivent avoii él : 
dans la consti tion ; ti lu mx vitraux - 

Je 1519, un vitrail rond ( t Sain'l-J 

i a ni de cette époiiue exi '■ ni en ■. 1 1 u I I • :l se 

trouvent trois cloche: datant de 1579, 1596 • ; 97, dont 

!., | ,i- - n i et 1 1 plus anc ie s'est fê! ei 

,| : , [t il'., de de la i ure fut i i nfu mé à no r. au I . ' m d 
1522, mais supprimé le 26 mars !.'J1. La cure fut recons- 
truite en 15' ïliou . don d'un vitrail deux ans 
après, ainsi qu'en 1763 En 1766, une nouvelle grange et 
un four banal furent construits. L'inlroducti. n de la Ré- 
forme rei i de 1 pi ition, car les foi 
rent les images à main armée, enlevèrenl ' 
la chaire et li chas renl de l'i glise p 
|,omm. pillaii ni sa m li on La pi sl> i nli -'a, en 1069 
dans cell 

)676, la imli un luti pria le çouvi mei 
mettre d'ouvrir un cabaret à coté de l'auberge « aliu quu 



IIKI 



.KSI H II 



les malades, les femmes en coi 
irnni peuple pussent aussi joui 
marché et ne dépendissent pas 
demande fut cependant refus' 



ichos, ainsi que le coin- 

du bon vin à meilleur 

de l'aubergiste seul ». La 

par contre, le village 



.KSGIIUMAN.N 

nrlobrc 1352, le rhâlean de Mûlinen avec les gens .1 Im- 
propriétés, les villages de Reudlenet Wengi, avec le l>ai| 
liage et le patronage de l'église, ainsi que l'eglisc il I 
pour la somme de 3723 llorins de France jFHU 7. t..:: 




obtint la concession d'une forgedout il avait été prjv ■ 

puis longtemps. La foire annuelle était au XVII'siecle pres- 
que la plus grande île l'Oberland. En 1828 cl I9U9 de nou- 
velles maisons d'école furent construites. .Ksehi est connu 
comme station climalériqiie depuis 187*1. Le peintre d'aï- 
pes, Baud-lîovv, v séjourna souvent. A -Eschiried vivait 
Frédéric von h'âïie], qui se fil eminaître par ses traduc- 
tions littéraires. Les registres paroissiaux datent poui 
les baptêmes et les mariages de 1556, pour les décè> de | 
17-28.- Voir A. Jalm : Chronik des Hantons lîern.- Mû- l 
linen : lleimalkuude, 1879. - Karl St. nier : Das Fru- 
tigland, Bern 18X7. ["• M. ei 1 

'/ESCHI (C. Soleure, I). Kriegstettcn. \. I)GS). Corn. 
et village. Au bord du lac d'.Eschi l'on 
a trouvé ilos> restes de palalittes et vers 
Gallishof,un établissement romain. Ar- 
moiries : (le gueules à requerra d'or 
posée en fasce, une ancre de sable bro- 
cliant, accompagnée en chef de deux 
étoile» d'or et de deux autres du même 
posées sur 1rs crochets de l'ancre, et 
trois coupeaux de sinople en pointe. 
.Ksehi appartint à la paroisse de 1 1 • 1 - 
zogenbuchsee jusqu'en 1528, puisa celle 
de Kricgstetten jusqu'en 1683, époque où il devint pa- 
roisse indépendante. Bourgeois d'.-Kschi : L'rs Misteli, 
Becrétaire d'Etat à Soleure. 1838-1898: Franz-Josef Mis- 
uli, 1841-1903, professeur à Soleure, puis à l'Université 
do Bâle professeur de philologie indo-germanique. Ré- 
gi très de paroisses datant de 1744. [F. Kl 

/ESCHI ou ESCHE, seigneurs de. Au moyen âge s'éle- 
vait sur une colline, au nord-est du lac d'.-Kschi I" château 
des seigneurs d'Esche. — Cm no, miles, dictus de Esche, 
apparaît le 2i mai 1252. La famille s'éteignit de bonne 
heure, et se» bien- passèrent aux seigneurs de Stein. - 
l'n 1. 11 de Stein (1252-1283 habitait au château d'Esche; 
son fils Henri (1274-1301) v expédia un documenten 1299. 
Là furent élevés les fils d'Henri, Hartmann (1311-1316), 
Ulrich (1311-1360) et Ortolf (1311-1372) qui. en qualité de 
vassaux des Kibourg, eurent beaucoup a souffrir dan- la 
guerre de Gûmmenen. Leur château fut détruit e:i I382 
parles Soleurois. — Jean (1358-1391), Bis d'Ulrich, cha- 
noine de Saint-Ours, prit part à la nuit sanglante à So- 
leure en 1382. 11 mourut en 1391, curé de Madiswjl. La 
moitié de la seigneurie d Esche paraît avoir été cédée a 
Soleure par Okdoi.i (ancienne forme de Rodolphe), qui la 
ville axait créé, en 1361, avoyer de Bûren ; l'antre moine 
fut apportée en dot par Agnès tli Strin à nobli fl il 
hard de Malrein, bourgeois de Soleure L. 15 septembre 
1166, celte dernière fut \< ndue à Soleure avec la seigneu- 
rie de Malien par le conseiller Reinhard de Malreiu, 
netit-lils d'Agnès, et sa femme, Cunégonde do Spiegel- 
I 1, !.. < ruines du château furent utilisées vers 1840 
comme matériaux de construction, et aujourd'hui les 
dernières traces en ont disparu. — Voir L.-R. E 
lin: Gesch. des sol. Amteibez. Kriegsletlen, Soleure, 
1895. [F. B.] 

/ESCHILAND, ancienne seigneurie comprenant 
Mûlinen et .Ksehi, dans l'Oberland I» 1- 
nois. Armoiries : D argent a la patte 
d'ours de sahle issant du liane dexl 
La paroisse d'.K. formait jadis unv r-om- 
\ '-' ,r munauté avant son droit coutuiiiier et 
sa bannière et s'appi lail seigni urie de 
Mûlinen et .Eschi. parce que le cl i * < m 
des propriétaires était dans la prem ■ ■•■ 
de ces localités. La paroisse de Iti 
bach, dont la chapelle ml jusqu'en k>29 
i'.] . était égah nrn ni comprise -I in< ci tt. 

pi • mil 1 |" ipi ié - mi nti nnés dans 

,! documents étaient les barons de Wâdisvvil. d 

-. , irie pa ;a a la maison i.'in '1 iirm La i i 

.Lui- I- Valais Pierre vom Turin vendit le château et la 

-■ .„■ '., ... leitcl Ksi i.. •• s' - •- h ux, Ji nu et Ho 

■•Wei 1 nl.urg, etceux-i il ri . 1 fri 1 -, I hii- 
1 m, di Brandis , celui-ci avec son lits Vendit a Bel lie, le 15 




070. . i: 

résidait dans le château de Mû 

rad de Scharnachtal, me 1 

Quand Frutîpi 11 passa aux lie 

châtelain il Ile localité. I 

entre les tailla!, 1, - 1 I les g 



il 1 



nu h.iilli 



le premier fut Cou 

le 17 septembre 1 û 

.1-, I' I.. fut attribué a 

différend s'étanl êh-vi 

taille au sujet ,1.. 



is pavables à Ile 
a. s liOC, île fairi 



la redevance Ile de cent llori 

les deux parties convinrent, le 30 11 
pavement ci mm de la façon suivante : rliaque au- 
tomne une délégation de Ri rue monterail el uni 
mission de taillai. les et d'exemptés examinerait avei 
elle la question. Le 1" mars 1575, la communauté ra- 
cheta des redevances annuelles qui s'élevaient alors à 
164 livres, 13 s. i d. pour 6546 livres 13 s. 4 il. I . 
pavs participa aux troubles de l'Oberland qui aboutirent 
a la « mauvaise alliance d' E. 1 (bôsen Biind von A'.. . du 
'J mai 1445, 1ers il.- la première guerre de Zurich. M..:. 
lorsqu'en août I44C, les députés des .casions réuni 
Thoune avec I— représentants de Bcr t des juridic- 
tions d'. Ksehi, Mûlinen «t Wengi, déclarèrent qu'.Eschi 
n'avait pas le droit de conclure à l'insu il.' Berne une 
semblable alliai.,., avec 1. s autre- Obéi landais, l'.E. qui 
en mai s'était engagé à suivre la bannière de Bi rni • ! . à 

paver les redeva s annuelles, sortit alors de l'alliance. 

Dans la gui ne contre Fribotirg, eu I 148, I' 1. fut de n 
veau aux côtés de Berne; il \ avait sepl hommes d .1. 
dans la garnison de la seigneurie de Grnsbitrg. Par eoii 

lie la levée pour l'expédition du Sundgau pr 

nouveau des difficultés. En 1409, la communauté 
avec Krattigen cinquante hommes pour la guerre di 
Souabe. Le bannerel d'ACschi étail depuis le. M novi 
I52IJ administrateur de la confrérie de Saint-Jacqw I 
1610 I' !.. fui autorisé à adopter un champ d'or pour sa 
bannière. Vers I400, la frontière de la seigneurie du , 

Frutigen avant disparti sous l'inondation, un.- n. Ile 

fui établie.* en partie en 1471, et par une sentence du 
24 octobre, elle fut déterminée plus exactemenl .' 
à éviter les empiétements réciproques. Le droil ci 
mier de l'.E., issu du vieux droit de la seigneurie d. 
Mûlinen, renferme de nombreuses dispositions concer- 
; nant le druit successoral et les biens conjugaux. Il te' i n 
vigueur pour .Eschi jusqu'en 1835, pour Reichenbacli 
! jusqu'en 1843. - Voir A. Jalm : Chronik, 1S57. - Karl 
Slettler: Dos Fruligland, Berni 18.". (11. M-l 

/ESCHLEN (C. Berne, D. Thoune, Com. Signsxyil 
\. i)i;s Hameau près Sigriswil. En 1303 Eschlon. Sur 
: l'.-Eschle'nallmend se trouve un bloc de calcaire mesurant 
1 deux à trois pieds Je hauteur, cinq de largeur et dix le 
longueui . I es lîm - d' 1. , l'u f dt l'i mpin .furent 
en 1320 par Werner \on Resti au couvent d'interlak.i 
\ P i., fois l'école - trouvait alternativement 
à K. et au village de Tschingel situé plus haut. - \oir 
1 Jalm- Chronik, a 1 Hïi 4., 133. [K. M. 

/ESCHLF.N (C. Berne, D. Konolfmgen. V. DOS). En 
1305 Eschlnn. Villa-.- tl commune ■■•ux maisi < 

nsl le l)i ba et l'ancienne seigneurie 

d'Oberdii sbach, d ni il partagea la di stinoo. .E. était com- 
pris dans la juridiction inférii un di Konolfingei 
1 rritoire, près de 1- ferme -.' 11 ■ dans l'ai cii n domain. 
du chat. . u, 1 1 Bûi legut selon .1 dm, se ti 1 ni 
n.s du château de Die: - nli rg, d ti m; par 1 i Bei m 
mars 1331. K- Senno et plus tard les lîocki 
les couvents d'Iuterlaken et de Fraubrunnen p 
.le nombreuses propriétés à K. - Voir Jahn: Ch 
1 Konl lier» - Iteqhnienbucli, aux Archiv. d'Etat : 
i - FHB. 4.225: 5 '445. [I-M.i 

/ZSCHLER, tan ail- éteinte de K ville di K 
Gili\n 1446, membredes Cl 179 du ( n il, I i ! 
I.jjj5 1 ; nj à \. | .e et 1493 ■>■• u tivi .■'> ■'■■' ' ■ ■ 
150, . \| , . : • 1, aître - . ait- a deunt 1506 1 

., lierne. U . . !" ' 

/ESCHLIMANN, ancienne famHle 1res ri p indue liai 
l'Emmenthal et à Oriud. Iwald, où ell. a obtenu 

;.,.,,,. ■ i:el ne ' ; .:t.- 1 I ■ 

hameau près di h: diminutif de /.*. / c 

, iu t ( ire voir SI l\ 240 . I n- Iran.-!- 



KSCIIUMA.W 



KTTKNSCHWIL 



KM 



nul If de Langnau reçut la bourgeoisie à Berthoud en 1599, 
une anirpcii 1805 à Moral. Parmi les .K. de Berthoud, men- 
tionnons : — I . Sx vu EL. souche de la famille, reçut la lioti r- 
croisic le 26 février l.V.i'.l pour quarante couronnes et une 
coupe de quatre couronnes. Tanneur de son métier, il entra 
au conseil en I6H, fut bourgmestre île 1625 à 1628, et 
mourut en 1637. Deux de ses descendants furent aussi 
bourgmestres en 174-1-1718 et 1786-1790, et plusieurs au- 
tres revêtirent des charges dans le conseil. - 2. Son kl, 
1715-1809, notaire, membre du conseil el bailli de Grass- 
wil, auteur de la Bcsrhreibung von Erbauxenng der Burg 
„. Stadl Burgdorf, 1779, Mns - 3. Jonii-Jlodnlphr, 

* le 'jj niais 1768, Mis d'un fabricant de bas. fut ék-ié 
dans la maison des orphelins fondée en I7WJ, apprit le 
métier de tonnelier et prit part i l'expédition dans le 
pays de Vaud en 1791. lin automne 1800, il est instituteur 
a Êrsigcn où, à cause de sa nomination, un conllil s'éleva 
entre la commune et l'autorité scolaire bernoise qui avait 
tenté en vain de lui opposer un autre candidat. En 1804, 
il e-t instituteur à Berne, et en 1810 il retourna dans sa 
tille natale où il e.-t d'abord substitut du chancelier et, 
en 1816, assesseur au tribunal . il mourul le -M septembre 
1819 d'une attaque d'apoplexie. Il s était occupé très tôl 
d'histoire, notamment de l'histoire de-lierlhoud ; il copia 
et augmenta ainsi le .Mns de Sam. .1'.. Srui ouvrage princi- 
pal est: Gescliiclile von Burgdorf tt. Umgebung. Cet ou- 
vrage qui reproduit les principaux documents sur lesquels 
il se fonde fut remis en 1810 au Conseil, il ne parut 
qu'après sa mort, "en ISôO, à Zwickau, en une édition 
malheureusement fort tronquée et abrégée par flichter, • 
ancien inaîtn de musique à Berthoud L'histoire ma- \ 
miscrile de Berthoud existe en plusieurs copies, faites 
par .K. ou d'autres, dans les bibliothèques de iternr 

et de Berthoud, aux archives de la ville de Eierne et ! 
chez des particuliers. Ses autres travaux historiques 
se trouvent réunis en deux volumes à la bibliothèque 
de Berne, et en deux autres volumes de Genealng. Ge- 
schlechlsrpgister der burgerl. Eamilicn Vurgdorfs. dépo- 
ses aux archives de la commune bourgeoise de Berthoud ! 
fSlilli, p. 279. — BHG, 10, p. 285). -1 Cit.xRLF.s-EnofAiti), 

* 7 février 1806 y 1893, secon ! lils du pc r Jean-Henri 

(1777-1828)01 île Marie .-Eschlimann, se rendil d'abord à 
Odessa, puis en Crimée et se fixa à Simféropn] où. 
comme architecte, il construisit de nombreux édifices 
pour le compte de l'Etat, de la cour impériale el de la 
noblesse; il fut créé chevalier et conseiller impérial. 

- SKI., 1, p. lo. |R O.] 

/ESCHLIrVIANN, Ul vich, professeu r à Winlerthour, 

* le lu avril lo'.'. a Gondiswil (Berne), y le lu octobre 
1910 à Milan, fil- de modestes paysans, il étudia les ma- 
thématiques à I Ecole polytechnique de Zurich, obtint 
son diplôme, puis le doctorat à l'Université de Zurich in 
1880 avec sa thèse : 7.ur Théorie der ebeneu Kurven 
•'/. Ordnuttg. 1877, uiaitre de mathématique . d'arithnn 
tique commerciale et de comptabilité au gymnasi ■ 
l'école industrielle, puis dès 1S.S7. également ;■ l'éi île 
supérieure des filles ti Winterthour. 1'- I8S9 a 1906. il 
est prorecteur de l'école. De 1891 à 1910, membre, puis 
président de la commission de la bibliothèque. Il fut • ! è- - 
1891 dans le comité de la société de secours et depuis 
IS'.i'.t membre de la commission des sali- de lecture pu- 
bliques. Il a publié en appendice au programme de \Viu- 
terthour : Malhemat Bemerk ungen (1888 el Ans dem 
Malhemat. l'nterrieht (1902); plus lard: i4i<s dem \lge- 
braischen Vnterricht (dans la 1'ia.ns der sehireizer 
Volks-u. Mittelschule, I, I8S1) el Die Grumllagen der 
Versicherungsrechnunn fdans le M.-hefl des Ver.se/iwei- 
zerGymnasiallehrer 24, IS93). - Voir: Dr L'ir. .Ksrlt- 
limann. Prof, an den hôlt. Studtxch Winterthur. Ge- 
rienkblôtier (édité par l'ir. Ho>pli). Milan. l'Jl!, où - 
trouve égale nt toute la bibliographii . Il H 

.flESCHMANN. Voir ESCHMANN. 

/eschmann, r. Daniki (de son nom Gaspari'I, 
capucin originaire de Zoug. *le 6 février 1626, il entra 
dans l'ordre des capucins en 1651 el dirigea, comme 
gardien, de lt,7'.' à 1675, le couvent de llagpnau |1 v ice 
était comprise alors dan- la piovincede Sui i de 
cins). Le I'. Daniel fonctionna ensuite comnn ira • 
-luis le couvent de Sarncn, puis à Erauenfeld, Dornuch, 
Sursee, liremgarlen, Wil et Ollcn où il mourul le G no 



vembre 1696. — Ce nom signifie (comme Eschmann) celui 
d'.Esch fr.'ne. \,,ii .sy IV" 240. - Voir Archives des Ca- 
pucins, à Lucerne. [\V. J. Meyer.] 

/ESPERLÎNG. Voir ASPKItl im.. 

/ETIGKûfen (C. Soleure, D. Bucheggberg. W.DGS). 
Corn, et petit vgc. En 1368 Kptikofen : son histoire se con- 
fond avec et lie de la seigneurie do Buchegg (voir cet art.). 
— Ce nom, provenant île Epling-hofen, rappelle la mémo 
racine qu'Eplingcn (voir rel ait.! c'est-à-dire le prénom 
alul. tris rai-.- île Apln mai Fol s-t' mann : I", p. 135; 
II 1 , I, p 175) ou b- mol <ihl,iit — abbé ; il signifie donc 
fermes des Eptinge. c'est-à-dire des cens d'Apto ou de 
l'abb.'. [F E.] 

/ETINGEN (C. S. .leur,- |). Ruchcggbcrg.V. fJG.S). Coin, 
et paroisse protestante dans le Limpachlal. Ce nom pro- 
vient du prénom alid. Alto. Fôrstcmann 1*. p. loi s. ; \. 
Sorin. 1903, p. 192, voir aussi l'art. Ettixues. Dans la 
forêt 'le sapins au nord du village, sur une éminence, 
-i' trouvent des ruines nommées Allsc/iloss ; au nord- 
ouest et nui il-' si on voit encore les traces d'un fossé; les 
autres côtés descendent en pente rapide. En 1267 le che- 
valier Waller d'Aarwangen (avoyer de Soleure en 1290) 

■ tait propriétaire à .Etingen. La même année il céda des 
biens apud Etinge à l'abbaye de Fraubrunnen. En 1309 
il vendit a Rodolp'hcs l'Iister de Berthoud, à titre de fief. I" 
village il ,-E., les serfs >-i les terres vassales exceptés. En 
loi.', le domaine d'.E (llofstat) et le patronage de l'église 
furent vendus par le couvent de Saint-Gall aux chevaliers 
de Saint-Jean de Thunstetteu. Lu li'J! ce domaine fut 
donné en gaffe par Guillaume de Grûnenbcrgà Simon l'ri- 
burger et à Delermann de Krauchthal ; George Eriburger, 
de Berne, le céda ensuite p. me 240 lloiins à Berne qui 
l'aliéna à Soleure pour la même somme en 1470. L'église 
paroissiale, en gothique flamboyant, date de la lin du 
XA"« ou du commencement du XVI e siècle; sur la chaire 
on lit la date de 1652, el sur les fonts baptismaux 1692 
Les registres d.- paroisse datenl de 1776 (?). [K. K.] 

AÉTIUS, général romain * 395 ou 396 ap. J.-C. à Du- 
lostoium (Silistric), lil- de Gaudenlius et ,1 une Italienne 
de haut rang. Il apparaît dans l'histoire en 125. D'abord 
dans I opposition, i! ne taule pas à se réconcilier avec le 

gouvei en: ei fut fui généralissime. I! est surtout 

connu pour avoir porté le coup de mort à Attila, en 151, 
dans les champs catalauniques. Ce qui est particulièrement 
important pour l'histoire suisse, ce sont les luttes qu'il 
sùiilint sur h- Rhin moyen, de 43Ô et 436, contre les Bur- 
gondes, et qui faillirent causer la perte de ce peuple 
aussi noble que richement doué. Aétiusentreprit également 
ave succès des campagnes conti e les Alémanes en Vindé- 
licie. car son ambition n'était rien moins que de restau- 
rer l'ancien rempart romain du Uhin et du Danube. I e 
fait que les Alémanes ont été battus en Souabe prouve 
que l;i Suissi • 'i uvaii alors encore en | 
Boni lins. En 443 ayant bes en des Bai bares pour 'e i e- 
ii utemenl de l'armée romaine, Aétius ol ligea entreautres 
les p priétaires de la Sahaudia (Savoie, avec e 
ji | lîhône) di - • iitendi e avec le ri -te o - ! 

«ondes qui y avaient ét< transportés et de leur céder une 
partit de leurs terres Genève paraît être devenue dès 
i ori| im i.' mél i n| le 'le- chef bui :ondes el c'est aii 
que, -mis qu'Aélius I ail voulu, le royaume 'le Bourgogne 
pril naissance. Mais son but immédiat était atteint, car 
il vit les liurgondes prendre en tit- grand nombre I- s 
.nue- dans l'armée du général romain Aétius mourul as- 
sassiné en 151 à l'instigation de Valentinien. Winl r- 
-t. in el Dahn : Cn icli. der l'nlkerv xtiderung, 2 édil ' 
•_»7i. — Gregorius Turnii, Il S -Jordan s l'rospei H 
Benatus Erigeridus, Vinm. Marc, etc. - W.Oochsli: Die 
\ Ue lassuiig der lltirqunder und Alamannen il 
Sc/nreiz, JSC :« ( l'.t03l : J 19. Il di e ipai id« I 
go> les • fii'en i : ' l'.enève (1919 K.Tatai 

/ettenschwil C Arc vie. h Mûri, Corn Meii 
bi .,- V UCH l n 1179 el il .' I ici : 1 

■ n 1275 . du pi en mi lié i are ahd. .1 
d'AqatCHS ' e. m ne éléiiieiil 

\gilinc-horo 796 I SKI n- lit. Korsteiiiann I. 23. Il 

i,32i - Les papes Alexandre III. en 1179; Clémi ni III, en 
1189. lnn iri'i 1\ i !»7. • I en i:KI 1 évènue du V. 

Henri III. cnnlii m i - ni ,u im nt de '•' m i la ;■ •-- ssion 

de lu chapelle ivec ses revenus. Pai sentence arbiti 



10: 



.îxn urr;ni 



i;rssKi;i:ii stand 



le différend ••iitn l'abbé Ulricli II. .!.• Mûri, et le curé i!o 
Sins el Ober-Hûti (1457), la petite église .1 I . obtint les 
dîmes de la rerme de Earni. Au milieu < 1 1 ■ XVI' siècle, .K. 
avait encore son cm.'. En 1574, le couvent de Mûri con- 
struisit une nouvelle chapelle. .K. f.iit partie de la paroisse 
de Sins. - Voir 1'. M. Kiem : Gcseh. des Kloslers M mi. - 
A. Nuseheler: Oie aarg. GoUeshâuser. [<i V ] 

/ETTI-RUEDI cl lit, ii qu'au moment où éclata la 
guerre mondiale île 1914, un porsonnagi du carnaval 
connu à Zur/a. h. du a voulu y voir un personnage histo- 
rique: cependant If nom ne doit pas être plus réel que 
ceux des autres ligures de carnaval, telles nue Gedeon 
Ifosensloss à Itéri-sau, Glâreli (Hilarius) a L'hvviesen, 
lleini ron Huri à Sursee, Kryde.-Gladi fCiaudius] el 
Eloi à Zurich, Hansli el Gretli à Wohlen, l'ritschi .1 ii- 
dolin), à Luccrnc, GYef Sc/tell à /jui.:, la lange Grel 
dan?; I llinlei-land lucernois. Le mercn di di s cendres ap 
paraissait toujours une ligure d'tiomme fantastiquement 
accoutrée ; il portait sur le dos un sac rempli de fruits, 
de quartiers de fruits et de friandises (Gutzli) et te- 
nait à la main un long bâlon. fartant du haut du vi- 
lapc, il parcourait toutes l< rues en appelant : Où 
sont mes fars'? (ll'o sy mijne llucbc '" Au premier appel 
toute la jeunesse se précipitait à sa rencontre en criant : 
Icil Alors l'/E.-R. vidait h- contenu de son sac, de pré- 
férence dans le ruisseau, la fontaine ou les mares. Aus- 
sitôt 1rs tnlants se précipitaient sur les friandises en 
criant et se querellant el l'.E.-R. avec son bâton en forme 
de fourche les poussait et les houspillait. Quand I" sac 
était vide, I ,l,.-li. allait de maison en maison el collectait 
se- piécettes (Stiïckli) et son pourboire. Le soir, les en- 
fants rentraient sali i el l'.E.-K. était généralement ivre. 

— • Voir !.. FMlnKinn Krayi i : ; este und Jirauehc, p. 130. 

— SA V l, p. 192. [K. w.] 
/EUGST, /EUGSTEN (Rûschepg, C. V rue). Ce non. 

est identique à Eugst cl à Eistcii, histli que l'on trouve 
dans la Suisse centrale et dans le Valais. 11 provient, ainsi 
que le témoignent clairement les anciennes mentions de 
de Ouslu, env. 8-20, tu loco Ousla, 916 VA I 9 89), de 
l'ahd. oirist bergerie, aujourd'hui i n patois suisse 
allemande établi à chèvres; -..mi- aussi l'art. Al «'il 

— SI I 151-155- l*o ii r ! extension du nom en delu i- de la 
Suisse, voir Fôrstcmann I! : 1, 303. [K Stci ci ] 

/EUGST (G. Zurich, D. Alloltern. V. DGSJ. Paroisse 
el coin, civile, scolaire i i politique. 
Cette dernière se compose des commu- 
nes civiles de .Eugst, .-Eugsterthal et 
YVengi. Dépôt de 1 àue du bronze ; éta 
blissement romain à la Ualde i i au bord 
du lac Tm 1 : . '"i l'on a II ouvé des mon- 
ii.ii. - ' i, suivanl G. Mevcr von K nonau 
Gemnldc des Kts. Y.ùnch I. p. 66. une 
stati i tlede Véniui'Hi ierli :Ai i.Karte. 
p. 33, 30, 38-00 AU G A XIII (I807i 

p. 18; - V IGZ III. i. p. 32 . Oustct au débul du IV 
siècle, cilé dans le rôle du Grossmùn 1er di Zurich: 
les dîmes d' E appartiennent au chnpitn 'UZ I. n" 17): 
plus tard ordinairement uf CEuistcn. lus-:; l'abbaye de 
Zurich possédait des terres à fiorsikon le domaini actuel 
Klosler du lac Turlei '] En 1596, Rodolphe Mulner le 
jeune, de Zurich, aliéna ses propriétés .1" :ten an cou- 
vent de Cappel, qui acquit aussi les biens îles von llûno- 
berg. La justice criminelle dépendait à l'origine di 
l'avouerie impériale de Zurich . mais par la veng. an ce di 
1309 contn les barons d Escheiibach, • Ile pas* i à l'Au- 
tricl p i : lit parti, d. I oflice Meii nber; Eli. éi liut en 
1115 à la ville de Zurich qui adjugea eu 1512 !.. el Eug> 
terlhal au bailli :i de Knonau. La basse justice de I - 

Itorsil -Breitmatt passa des seigneur- ion K.l.lv.il. 

en 1381, aux Hun-!.;-. 1398 à Joli. v. Seou. l'irich VII 
v. Landcnberg-Greifi nsçe el Ji in ,on [leidi t'a der- 
nier la vendit vers le 11 .', l'ancien bourgmestre .1" Zurich 
J...0 Mever von Knonau el à son frère Rodolphe, en 
même leiiips que celle d : Knonau. En 1.112 Liéi 
von Knonau aliéna le l mt à Zurich G//.S III. p l-o l>-j 
Le rôle coutnmier esl de mai 1112, I" -. ■ neur tenait 
justice nf eisli'H deux Ibis par an au printemp el in 
automne, • t tous ceti s qui p ilaieni pi pi il terr. 
d. ris la si i. n. 'in ie, un km I eu large, d lient y a 
ter. Il ; ai. ut à .1. des paj i i: libn i ii . di Ii irs person- 




nes et de leurs biens, appartenaient au Frétai ■ | 
l'élection des trois maires d t II» rm. ittmenstl tti n. i|. ; . 
sikon et dVKugst la continue (Kichtung) du I .. 
d'AD'oltern dit que la commune est composée di 

mes libres et des hommes de la jui idicti le II 

berg el de llallivil (llaldwil V ) (« Kichtung des Ervai 
■m Alloltern », art. 21. Arg. 1801, p. 120 s.). - L'ord. 
nanci pour la réception des habitants des coin 
civiles d'.lai-st. .Eugsterthal et SVengi est du U , 
1774. II. Hoppeler: Zûrcher RechlsqueUenl, l.p ... 
r>7. — Pendant l'Helvétique /Eugst appartint au d u 
de Metlmensteltcn. Avant la réforme, il v avait à I u 
chapelle dédiée à saint. Catherine et à "saint Georgi 
située, suivant la tradition, à la place de la maison 
Kloster », En 1503 reconstrution de l'église. Jean I l n 
fondil pour elle une cloche en 1503 el uni autre en 151 
1.7 Ii ■ actuelle fui bâtie en IG67, quand -E. et Wci 
qui dépendaient jusqu'alors pour le spirituel di 
menstclten, furent érigés en paroisse 't remis à la bau 
vallée de la Keppisch. La collalureappartint jusqu'en l- 
au gouvernement. Dans le registre des dons de 1006, ... 
.ni Investie l'église, se trouve une comte notice sur lac. n 
truclion de l'église et sur l'histoire di 1 i commune. Sin 
voûte de l'église se trouvent les armoiries des Landoll cJ < 
Zurich avec l'inscription Ilans-Cuspar Landoll, An nu 
:uCo]jcI, HawHeii disrr Kivchen 1CG7. Suivant ,! 
.lu gouvernement de lotis, la paroisse, en qualité de 
filiale, devait être pourvue d'un expectant qui habileian 
la rui-c. Il dut exister une école à .li. depuis l'érc 
la paroisse, tenue par le pasteur dan- sa maison jusqi n 
I8I6(AE Zur. E 11). En 1818, aménagement et en ISlti, 
reconstruction d'une maison d'école. En ISOi, la con 

munc fut punie pour avoir participé Bockenkrieg . 

Trois maisons doubles et cinq granges brûlèrent • n 1 >9 
En 1787, on découvrit au Kiedthof. près Mûlliber; u 
lilon de charbon de terre, qui fut de nouveau , ; ' 
pendanl la guerre mondiale (NZZ 1917 Nr 657). Les reg^ 
de baptêmi s el de décès dati nt de 1667, ceux de mai i i ■ 
de 1668; celui des familles de ISIu. celui des caléchumi 
n - ne 1685. En 1634, 158; 1910, 569 habilants. Annni 
ries : d'argent à un écureuil d L - gueules. La ci 
sceau portant un écureuil assis devant un arbuste. 
Voir. Mciu. Tig. l-IV. - N'iischeler : Gottesliâuser [Gfi 29, 
p 12-1 . — H. Ochsner : Chronik der Gem. Mus aux ar- 
chives de l'église de /E.— \Virz: Etat. i H. et v.. m i 

/EUGST, ab, von /t., /EUGSTER. .Nom de famill 
j en 1279, à Zurich depuis la seconde moitié du XIV' siècb 
Henri, maire d'.-Euest, est en 1296 an service des 
seigneurs von Hûnoberg. - Voir l"/. \'-VJ. VII! 
/• .i U. Si •rbÎThfi- I. - Sladtbudier II [k. ii | 

/EUGSTERTHAL G. Zurich, U. Aflfollern, Com el 
I aroiss ICugsl \ UGS ■ '■ l'art, \t ugsi . com civil i 
i Dépôtde I âge du bron?edans la lourbièr. I I ■ 
' 1er: Arch. Karte derOslscliveiz, p. 15 L'école fut fondé, 
dans la si condi inoil i du XVII si. i le pi nr le 

sup ir'u u i inféi ii tire, M iilliber; et Si iipfi r. Un. niai 

son d'école fut construite en 1802 I i;i, iransforme » 
1830. I. fut relié pai um nouvelle route à Ilausen en 
Ift',!MS51 (Hem. Tig. I IV Al Zur E II, SS7 et 4 l'i 
petit couvent de béguin, s, nivanl la rè| i- d. sainl 1 i 

, s'élevait avant la i 'loi me à l'endroil où t I 
fi i me a Kloster ». Celle-ci. dont Ii mil taiont rm ni i 
visibles dans la première moitié du \l\ siècle, fui dès 
loi s remplacée pai une maison d'hi ' il ' oi ■ . .1 

Eiissli, d ■ Zurich, fondit pour i ivenl u cl 

i:>20 • t une a. du- i n 1521. — Nùsclv Ii i Golt< h<~> 
IGfr 39, p lli //' 1887, p. 257). - - I eu, 
I.- \i ! on, identifie ce K loster » avec l'ancii n • Uoi 
v.i. ci n im . [!•'. Il ; 

/EUSSERER STAND Ét.VI i\ ii i 
tien de jeune lion ij llerne nr enl 

gouvi rnement ; il- imil lienl aui si lidèlemeul qui : 
sible le. m, il n d. l'Etat et présentaient ainsi un 
ta h! au .n miniature du | lait le //■- 

nerer Sla id. Les nrij ini - île Ci tte inslil I 
in- ri déjà au XVII' s. on n'élail plu au clair à son 
sujet ! Ile 1 1 m mti il ;oi.\ guéri es de Itonr- 

Kogne; peut-être m.* i cst-ell Coi noi 

On Csl plus renseigné depuis 1556 où fun-nl 
• Mi I ■' ombn un ai tes di l'.l. S. qui 



Kl'SSKHKR STAND 

remis, lin avoyeret son lieutenant étaient à la tête de ce 
pseudo-état auquel il ne manquait que le peuple à gou- 
verner; l'on voyait aussi le Grand Conseil, le Petit Con- 
seil, le trésorier, le bauneret, le ('.■ ■u^eil des Seize, le Con- 
seil secret, le secrétaire de ville, le grand sauticr, les 
baillis et les fonctionnaires subalternes. Au renouvelle- 
ment des autorités (Burgerbosalzung), à Pâques, toutes 
ces charges lionoriliques étaient repourvues ; elles ne 
rapportaient rien aux titulaire- qui devaient au contraire 
faire un don à la société lors de leur élection ; à cette 
occasion, on faisait un cortège solennel. Les bailli , 
dont le nombre s'éleva graduellement à cent vingt -:v, 
recevaient le? noms de châteaux disparus, tels .Egerten, 
liubenberg, Geristein, etc. Au XVII* s. parurenl aussi di s 
fonctionnaires militaires, entre autres le capitaine cl le 
banneret des piquiers ou des grenadiers, le gouverneur 
<le Moral, qui se rendait à cheval à Moral le jour de la 
Sainte-André peur y percevoir certaines redevances. 
Celui qui désirait entier dan-. l'.K. S. devait jouir d'une 
bonne réputation ; étaient exclus les étrangers iSchwa- 
ben, Waalen, Landsknechte, Gryschrneier et Jirys rnâler , 
les jeunes campagnards domiciliés à Berne ou les ressor- 
tissants d'autres villes suisse- pouvaient être reçus s'ils 
avaient une réputation sans tache. Au 1 este, l'.K. S. ne se 
composait pas seulement de représentants de l'aristo- 
cratie, mais aussi de membres de toute la bourgeoisie, el 
a cè:é oV s dis des familles gouvernantes siégeaient de 
nombreux représentants des métiers. En 1 7; >7 . le comte 
de l'empire, Frédéric- Léopold de Stolherg, fut peu 
membre honoraire après avoir rectifié un passage de 
son récit de voyage de 1 7 i * i offensant pour I 1. >. Lois 
de son admission, de son élection a un poste, de son 
mariage ou de son entrée au gouvernement (fnnerer 
Stand), chacun devait verser des sommes déterminées 
dans la caisse de la société, où rentraient également 
les nombreuses amendes inlligées pour la pins petite 
infraction aux règlements. L'.K. S. se nianifi lil au 
public, principalement de deux façons: par une sortie à 
chevalet un cortège. La sortie, qui devait représenter le 
départ du bailli de Habsbourg, et à laquelle particip eut 
quelques l'epi ,' -. u ; :i i i ! - il ii gouvernement et quelques 
jeunes invités notables ili la campagne, se faisait alter- 
nativement dans '. - bi aux villages di s i mirons du Berne; 
un repas solennel en était le clou. Il arrivai! parfois 
o qu'au retour quelqui 3 selles ou voïluri s étaient vides ». 
Le cortège, pour lequel les foules aflluaienl à Berne de 
loin à la ronde, était plutôt un spectacle militaire. En 
ordre de bataille, et ave. les bourgeois de toutes les corpo- 
rations en armes. l'.K S. traversait la ville et s" rendait 
au Kirchenfeld où deux, corps se formaient, commandés 
l'un par l'avoyer, c'était le pins fort, l'autre, plus petit, 
par h- bailli dé Habsbourg. Et la bal : 
qu'au moment où la foi ton ?se de bois i 
étaient pi U d assanl i : h pelil c irp il I itaill i nti 
à la retraite ou à la capitulation. Le gouvernement té- 
moignait son intérêt à ces exercices militaires, m 
lement en in\ ilynl li s coi pc ; al ions à y partii ipei . en le- 
vant des troupi - 1 1 en jetant un pont fie bateaux dai 
quartier du Murzili, mais encore en prenant uni 
partie des frais à sa charge, en fournissant la p. 
donnant le vin pour le banquet qui suivait. Les i 
du lundi de l'àques étaient -nus contn tlit les fêti - les plus 
populaires de I ancienne Berne. Après li corps de musi- 
que à l'uniforme vert, jaune et rouge, venail un ours 
armé; il ét.ut suivi d'un homme, costumé en sir e, à 
cheval sur une écrevisse marchant à reculons, qui sym- 
bolisait l'.K. S. Voir 1 illustration de I i p.ij ■ 10! et l'ail. 

Afl'en:unfL.).\\i XVI 11 siècle il futeo tuméen I i ave. 

un accoutre nt raricaturanl la modi régi nte et il re- 
çut le nom d'« Ci ispiegel - ou d'o Eulenspi. _• : 
gle) \pi - lui - ii< i:t les trois S:;: ses, Guillaume T< Il 
et son fils, les bannerets des cantons confédérés el il 
pays alliés, enlin deux à deux, les menihr. du la société 
avec les eoun ier: • : i . - huissiers de 1 .K. S. 

l'eu à p. ai l'.K. S servit d'école préparatoire ai . i 
nement qui lui accorda certains privilègi p l'ei 

Irée île ses nu nibn - dan l'administration, ta lie cir. \u 

tau • ': i [ une bonne part à li il 

de l'.K. S au \ Yll< s. La nouvi 

ICSS, fut approuvée par le gouvernement .ni 



AFFELTRANGR» 



10.1 



lors, les objets de l'administrai ion d< I Etal furent égale 
ment traites dans l'.K. S. et .les procès soutenu-; en un 
mot, les alfain de 1 Etat furent suivies ave une atten- 
tion redoublée. Au milieu .In XVIII e s l'usage s'introdui- 
sit d'ouvrir les réunions de printemps par des discours 
patriotiques prononcés par les homme les plus rcmai 
ipialiles de 1 époque. Kn 172S la maison située derrière 
celle de la corporation des tireur- fut achetée el sur son 

emplacement I on construisit le bâti ni de I' K. S., qui 

existe encore a la ruo de l'Arsenal oui le nom de Ans- 
scrstandsralliaus. En 17"ô'i, parut chez Beat Ludvvig 
Walthard une collection de di oui prononcés par I. - 
membres de l'.K. . . de 1707-119. La liquidation de l'a ci 
nation en 1798 lai sa un déficit. Les armoiries montrent 
m ,ii . assis sur une écrevisse el se regardai» dan- un 
miroir; les couleurs étaient jaune, vert et rouge (voir la 
. nupe a la page -ne. mtc . Voir Grimer: Uvlwiae urbis 
liernac, 1732. Ilidher : Oer ehemalige <■■>■ ôusscre 
Stand der Stadl u. Hrpithlik liern, 1N38. — ' It. Steck ; 
l'.ni K ■iifnl.i -whehen (/nu liern ischen fiusserrn Sland 
und ilfin liai, /...;: o/ Di Friedr. l.<»')>. zu Slollie.rg. I':'., 
(dans i:T II, ino'ti . - - \V -K. von Miilinen : Vom /Extsse- 
roi Stand umt d, m Crispieqei idans HHC IHI6J. - K.-L. 
Slettlci . Eritinrrui r/en dans l:i II. 1912). [II. M ] 

afkntOrek ou aventurer, signiiie fabri- 
cant et marchand d'objels en métaux précieux [Ziireh. 
:■' dit ûc/ier II!, p 117). L'n A. habitait • n 120-2 1 II 9 
dans le quartier auf l>oi f, à 7.ui ii h, el en 1375 I37G dans 
celui du Rennwcg {Zïtrch. Sleiterbûchcr K. La mai on 
A. acquise en l.'<l:! par Mans Adlischwjler, devail 
nom à Pierre Nideilàndei' l'A. qui l'avait achetée le 
29 . tobre 1 iT'i ! irsqu'il - établit ;'i Zurich. - \E Zur., 
Urk.I'ropsti'illYi. Nu t..\i:s V. , de /.urich, participa avec 
des Zouiïois à l'expédition des Confédérés contre Milan 
en lô'j:. - Epli : .li Iriimmmliiuti, iv 2J7. [P. Il ] 

AtTELTRANGEM C. Thurgovie, D. Mûnchwil 

V. I>t;s\. C et paroisse sui la Lanche et la rouie de 

Mârstelten à Wil ; forme avec Zezikon, Mârwil et Buch 
une commune politique; avec Mârwil (el non pas Mâr- 
stelten, comme I indique faussement le DGS) 

, aie. une p iroisse prote tante. Les calhol u 
constituant un quart de la totalité de habitants, appar- 
tiennent à la paroisse voisin de Tobel Le nom 
traicotign» signifie champs plantés de pommiers ou 
champs près d'un pommier. Voir \i i ill i i:i:. Par d 
des comtes Imino (779] et Isamberl (79S et 827), l'abbaye 
de Saint-Gall entra en possession d< terres à \., rap- 
|. rtant b'6 boisseaux de blé par an. En outre, les ci n le 
de Toggenbourg y avaient des propriétés et des du ut-- de 
i iill . e ; de mémo la commanderie de Bnhikon, laquelle 

pi îchama le d ni ine el l'éslise de Tobel : 

L'abbé Kumo de Saint Gall vi nU.il le domaine .l'A. à la 
,-. mm; u h rie d ch . liers de : uni lean à l'obel 10 U 
aux main d. pu ' il resl i ' 

dre en 1804. En llifi ' uti la] u .i tl \ 
di patron; e tl l'abb; ye di - >inl G è 1 ; issa à I k-K 
Au commenci ment du X Vf sii i le la cou 

- ; irnie et resta fidèle à la foi m nvelle. I! ei 
de fréquenti di 'il i. n -une elle cl è. comm 
qui avait I. droit è" coll itnn Elle II ouva de I 
chez 1. - '/.n ruo! . En I8ÙÎ le droit de collati 
aux main- du . uvei m ment Hun ; ovien qui ' 
jusqu'au milii u d ; -■■' '■ dernier où la paroisse d .in 
indépend mtc. En I8">0 on conslruisi uni u pt( sb> 

:,., ... en I8ti'i un nouve iu cloi lu r En l(>S2 lélo 
ment d'uni- école l'ut pour la pris i 

d. ration En tourne I 9 A obtient une i 
daire Be^isti - de paroisse [ioui les !■ ipti m 
I.V2I. les mariages et décès 1012 1 u unes I7I-J 

Voir K>". I et 2. -G. Sul lx rger 1 vrz. </■•,- 
..,,,,,,. C, : • I' I! 4/5 G. Sul/I 

.... / • ■ i i Mus à la lui 

(iièipu . ml Tin , 1 Sti ■ i 

i ..',,-■: i Pu) iii i ;■ . c. ; ri I 

2 e t 1 1 ■-' 

AFFELTRANf.ER, fa m ' ' son nom du 

n de la eom. L'nlei 

ini-ni à llinv 

: i I. Win I i r .M 

N:if : (, ■ i |i 130 I elix Meii - 



104 



AFFENTRANGER 



AFFO 



'. p 



■I 117). 
Riiti 






— Première mention 
Urbar : Ulrich von 

- Ki HfciiTOi ii], 1 33-2 , 

v/. xi, iv wxi). - 



■- 









•• 






V. 



- . 



Gesch. der Gam. Wetziko 
du nom en 1331 dans li: 
Aflbltrangen (Gfr. 45, p. !ii 
témoin dans le couvent de 
Ji:.\N, demeurant à Zurich 
1357-1369 [Zxirch. Steuer- 
bûcher II. — .Ik\n, ai tist>- 
peintre, * 1874. - SKL. - 
DieSchweiz, 1911. [F. 11.] 

AFFENTRANGER.au 
XVI" siècle A ffclt ranger, 
nom de famille 1res répan- 
du du XVI' nu XIX' sièi i. 
dan? le canton de Lucerne, 
mais plus spécialement dans 
les contrées de Willisau et 
de Hitzkirch. Parmi les 
hommes marquants ayant 
porté ce nom. citons seule- 
ment Joseph, de Grossdiet- 
w.îl, qui fut président de 
commun et grand conseil- 
ler. tle7avril 1913.[P.X.W. 
AFFENWAGEN. On 
désignai! sous ce terni' la 
maison de la corporation de 
Lucerne et la corporation 
des «marchands ,> (chambre 
des maîtres) dont le premier 
signe de vie remonte à 1374. 
I.e terme d'AIVenw agi n se 
rencontre dès 1385-1400. En 
M51 eui lieu une réunion 
des membres île la corpora- 
tion dis marchands asee 
ceux de la Société \oisine 
des tireurs; la confrérie de 

Saint-Sébastien, fondée vers I4S0, fusionna également 
avec le.- deux corporations réunies [1518). h. m- la suite, 
l'ancienne enseigne de la corporation devint celle des 

Herren ziiSvhi'it-rn. La maison de ta corporatiot paît, 

avec d'autres édifices, la place du bâtiment actuel du 
gouvernement cantonal, et -en il jusqu'en I5S5. An cours 
de cette année eut lieu le déménagement dan- la nou- 
velle maison corporative :n Schiilzen (partie du rentre 
de l'Hôtel de la Balance). I.a maison actuelle de la -o- 
ciété. le •• Casino ", prè> du Graben, fut occupée eu 1807. 
Jusqu'au milieu du XIX' siècle, la Kleinsladl portail 
le nom de «Quartier Affenwagen » en souvenir de l'an- 
cienne maison de la corporation. — Voir : Frz. X 
Schwytzer von Ruonas: Die GeselUr/ia/'tsstubr ni 4'cAiil- 
:rn m f.vzern, — Th. •-. Liebenau : Das allé l.uzern, 
p. 90. 244, 278. * \ I 

affenzunft i VitlsAYE m Stv.h. 1 . L'une des 13 cor- 
porations bourgeoises de llerne. rxi^ta 
dès 1321 comme association des tail- 
leurs de pierre et sculptent.-, puis des 
artistes eu général, lesquels achetèrent 
en 1347, dans le Das Hôpital, une place 
pour un pauvre et un lit pour un ma- 
lade, puis acquirent (avant I3S9I la 
maison qui fait l'angle de la Kreuz- 
passe ci de la Kramgassc, là où se 
trouve actuellement la poste du quar- 
tier. La maison fut reconstruite en 16U4, 
puis vendue ilN3'2;. On acheta l'immeuble qui sert nc- 
tuellement i!" siège à la société et qui se trouve à 
proximité. En 1409, la société possédait un autel a la 
collégiale; en 1 i7t',. 13 de ses membres participèrent 
à la bataille de Morat. I.a corporation entra de I nn 
heure en relations avec les atelier- d'Allemagn, el sr 
fit représenter à la réunion de Regensburg (1459 pai 
trois délégués. L'organisation intérieure correspond à 
celh il ■ autres i irp te ms .1 rmes : d'aï genl à un 
singe de sable tenant dan- la dexlrc un petit miroir rond 
et sur l'épaule gauche un pic à deux pointes Outre son 
livre île société, en parchemin, rénové en 1710, la so- 
ciété possède tout nu trésor île précieuse vaisselie d'ap- 
parat, datant de 1567-1702. Les trois coupes eu formi de 
sing« -, déposi es au Musée historique de Berne, si nt par- 



ticulièremenl remarquables : le sinye debout date ,| r 
1637; il n'y a pas de marque d'auteur. I.e singe en mar 
che porte le signe de l'orfèvre Emmanuel Jenner el don/, 
écus ; un lit ces mots sur l'éeu antérieur: « Zu Ehren 




.i: 



■ 


















I 



.Vhliave du Shijre |XV1I« siicle) au Musée liistoriq I, l'.rr,,.-: 

prés 'le- Berntt Kumtilenkm'Htr, lt'iti. 

| einer ehrenden Meistnrschaft bin ici. durci, beygefûgt 

allier Geschaft. 1698»;. les autres écus portent les noms 

j et les marques de onze maîtres orl'èwes île-, années i' i 

I IG98. I.a troisième coupe (singe assis sui uni i 

appartenait à l'origine a IVAnssero 1 Stand (Etal exté- 

l.lle (..uie la légende rimée que \..ici : 

Wapen bat ge/icrel 



lier t. .I.hel, Aie-.r Stand - 
t',,.1 nu- de„,-,ll.,ee,, .lis 'I 
S.. l:,-,-t .■- herniii autl ail. 



■-, l.i 



r Gsundlicit L-el.ei, 
i Slandes Wôlfart s< lu n 
li .lui, der Inner Stand 
- e.,u/. VntterUod. 




Dur, li ,ti. I, il.. ne,-,- aucli das 

Puis la date : » In lîern gemachl worden in ilem 1G7S 
Jalir -. Les initiales E. W. se rapportent probablement à 
I orfèvre Emmanuel Wyss. En 18911, la Société refusa une 
ollre de 100000 fr. pour deux de ces coupes.— Voir Dur 
li.im : Uernerchronil, 1859, p. 202, - UT 1, 1807. 
Feslschrift zitr Cnnidiim/sfcier, 1891. — Berner Kunsl- 
dciikinâler. 1904. i B 

Au X\l- siècb il existait à Altdorf uni corp 

/uni .Mon . , qui semble avoir fusionné, en 1561 au plus 
tard, avec la ci p., rut nui c zur Gilgen i du lis) — Voir : 
Hist. Xeujahrsbl. oui Vri pro 1013, p. 90. E, W.J 

affinage. Voir Impôts. 

AFFO. Famille bourgeoise du XIV' sièclede la ville 

lie Zuridl, appelée M.M/IM.KR. 

— Hkmu promit ave, on fil ' l 
/' nu it.le 14 janvier 134;!, d'obéir 

aux consi il et bonrgi oi de Zu- 
rich • t lie -e Slllini ttie à II 

nouvetli Ci t.- t't ution . u.i'h me, 
pai l'empereui Le mi me joui . 
il dé, t lient que 1., ville lésa fut 
,■,,•... en gràci I , nd int ,1- 
s'allièi eut. du moins I un d eux. 
aux conseillers renversés en' 
I33C ,t qui avaient formé un. 
conjill ution contre Zurii h ; il 
- ,. m .i i . .., i, ,\i|'.i. fut fail | , ■.: ; dans lu unit 
sanglante di 1350 el i oué on 

décapité. La famille rt.Vivi nèi piob.il 

, h i n von Mutzingen, peut-être du 

b. i Ulrich eu .lu doven Pierre ,1e il. --.m. tous 




ÀFFOLTEK 



AFFOLTIîR 



in:. 



de Zurich ; du 
Conrad Mabin- 
ainsi qu'on 1323 

1rs exécutions de 



deux frères de l'abbesse Elisabeth 
moins, de 1319 à 1333 apparaît u 
prr dans les documents de l'abbesse 
en compagnie du doyen : dans la h-w 

1350, figure C i von Matzingen, droit avant Ul'o ; il 

est remarquable qu'Henri Allô soit dit. dans l'exergue 
de son sceau de 1343 : fleinrich genannt Maringer. Il 
porte l'écii avec bord d.s barons von Matzingrn, mais 
aussi, dans un éeu vide, une rose acaule en signe de 
bâtardise. Son fils Ulrich, par contre, est nommé, sur 
un sceau contemporain, seulement Aile et porte l'écu avec 
le même dessin. De 1357 à I36G n'apparaît plu- .huis 
le» livres d'impôt qu'une Mrtzi Ulina. — Voir: C/IX. - 
Archives d'Etat de Zurich: f.VA\ Sladl u. Land, n -5226 
et 523. -- Dicrauer : Zùrcher Chronik, p. 19 [<JSG 
XYIlli. [F. llBot.l 

AFFOLTER unie l'.uv! à Lulerbach, C. Soleure, 
colline au sud de Biûtten. C. Zurich), partout ailleurs 
AFFOLTFRN, noms de lieux et de lieux-dits, surtout 
dans 1rs ranlons rie Berne [où nous trouvons a i ; - - 1 Gross- 
Affoliem et dans son voisinage, près d'un Mons ma- 
rais, Moos-Afïnllern), de Thiirgorie (dans A/jolterlnhel, 
Corn. Thundorf) et de Zurich (comme A/fidterxi-hûr 
dans la Coin. d'Embrachl ; il remonte à l'ahd. o//'o/- 
fra = pommier, une dérivation de aphul= rpomme. Cepen- 
dant, on doit interprétei Affnllem pré» Zurich comme 
composé de l'ahd. uha ruisseau, comme en foui preuve 
les plus anciens documents : rie Afaltrahn. milieu du 
IV- siècle ; Affidlrnlie 870. mais déjà en 896 : Walivltes 
A ffallerun voir USlG II). Des variantes sont : .-)/./'/,,./(. •,•>«' 
ii'.. Aruovie. C. S..1.-H, . .. ,m Abfaltcr (Multeiiz. C. Bâle- 
Campagni |. puis Zapfhildcm Rei.,-oldswil. C. Bàle-Cam- 
pagne), dérivé de :'.4..=; à Allbllern et Raffholdi m (K ilt- 
l.runn. C. St-Gall cl C. Thurgovie.i, Raffholleni (Scluïpl- 
heim, C. Lucernel, aussi Raflaller-Sec [Oberstammheim, 
C. Zurich), formes du nt l'origine est expliquée suflisamment 
par une mention comme Lali zer Afhollren ,à Schiïpf- 
lieimi. I'i56ffr'/V. 10,251] I- n rapport avecA. e-iAFFAL- 
TRANGKN iCom. Ilinwil, C Zurich, aussi village et 
t'om. du ('.. ïhurgovie) ; on rencontre ce dorniei en 
droit très lui déjà; AffaltrawangasTiê, Allait, 
Î98 voir USt(. I 84. l-WV., c'esl-à-diri plantation- de 
pommiers |voir art. \Yàni;kn|. - l.e nom de famille 
Akkolter, enfin, s'explique le plus simplement comme 
abréviation de A/lotii'rer (c'est-à-dire celui d'AMbltcrn), 
dont des noms de lieux comme A/j'ollerfeld. moos. 
—ried au lieu de AU'ollerer-feld etc. (C. Zurich. 
près Afl'olternj sonl le pendant. — 6'/ I. 106; II. 
1186-87. - J.-L. Brandsletter : Xamen der Baume und 
Strâvche in Orlsnamen der dt. Schiveiz 1902. p 6-7. 
Forstemann ll.l, 17-J-l avec beaucoup d'exemples pri- 

hors d, !. s ,j ... K St - 

AFFOLTER. Famille di - cantons de Berne et de S i 
leure. A cit. r : 

A. Canton do Berne. — Fi'l'dluainl j * » févr. 1830-9 uct 
1903). originaire d'Œschberg, Coin. Koppigen (Berne). 
Grand conseiller, capitaine de cavalerie, n ronome de 
valeur 'et philanthrope. Il affecta, par disposition testa- 
mentaire, 200000 IV. à des imhivs de bienfaisance. Sa 
sreur Elise (27 net IS35-3 ocl 1905), animée des mêmes 
sentiments, institua la Société économique et d'utilité 
publique du districl de lierthoud légataire universelle 
de -:< fortune, s.' montant à 522 'i~'.i fr. et devant servir à 
la fondation d un foyer des domestiques. Celui-ci, inau- 
guré en 19Ci> dans la belle maison des donateurs et sous 
les auspices de la société héritière, porto le nom de 
Geschu-ister AU'olter-Stiftiuig. H. c).] 

H. Canton de Soleure. — I. AmsillZ-C:i&l>iîr, C 

«ciller d'Etat à Soleure 1 10 juin 1825-28 
sept. 1S61 . Fils du ï ii ■ L'rs-Jo ph A., 
il étudia à N'iodergei latingen, Steinh : 
el Bibei isl et spécial* m. nt à l'écol nm - 
maie d'i Iberd ri Ce| rul int, li p ist. m 
I -.1 C irtiei . de Kriegsti lien, ! dil i. ■ .• 
vers les humanités. An pril temp IS42, 
.1 entra à l'école supér'u m i de Soleure 

et passa I bivei de 1817-1818 à La usai 

où M suivit des cours à l'A. 
1818-1850 il lit di s étud. - di droil à 
lleidelbcrg et Munich. Après avo'u obtenu l< titre d i 




à Soleure, il fut élu, en 1851, au Grand Conseil par la cir- 
conscription de Kriegstetteu, puisa la fonction des uppléant 
au tribunal cantonal par le Conseil où il venait d entrer. 
De I85I 1856 il * ..donna à son métier d'avocat. Pendant 
I hiver de 1855 1856 il fut l'un des plus zélés défenseurs de 
la révision constitutionnelle. Après son élection à la prési- 
dence de l'assemblée constituante, il fut appelé au pou- 

vernement par les \ . . i x d. deux partis alors en pr 

et, en mai 1861, unanimement maintenu dans sa fonction 
Dès juillet 1856 il représenta Soleure au Conseil des 
Ktals. Après p-, mort de Victor Gisiger [1G avril 1861) il 
d.--. i nt présidenl de la société agricole du canton de Su 
leure. - Voir : Alntanach de Soleure, de 1862, p. 58 61, 
avec portrait. — Schvreh. Handelskurier, du ^ ort. 
186). - s/.c. de 1862, p. 77-86. - [a. i.kciimir.1 - 
2. l-'rrdiii.iiiil-C.ihriil. mathématicien et officier à Zu- 
rich. * 17 mars 1847 à Deilingcn (Solcurel, étudia rii 1866 
à 1869 les mathématiques à Genève et à Zurich. Il fui 
d'abord maître de mathématiques de 1869 à 1872, au 
Cymnase et à l'école réale de Soleure, puis continua ses 
éludes à Berne, l'ise el II. une. Kit son doctorat à Zurich 
en leuô; sa thèse est intitulé. Ueitrâge zur -geotnetr. 
Théorie der ebenen Curvenreihcn Officier d'artillerie, il 
donna, en 1S78-1879, un cour- à l'Ecole polytechnique 
sur I armement el les fortifications l.e 20 mai 1882, il l'ut 
élu au Conseil d'Etat de Soleure où il resta jusqu'au 15 
aoûl 1884 chef du Département de l'Instruction publi- 
que. A. fut alors nommé professeur de -ce nci militai- 
res à l'Ecole polvtechnique de 'Zurich, puis le 15 janv. 
1892, chel' de l'artillerie des fortifications du Saint-Go- 
tli.u d et in -p. -. leur-chef de l'artillerie de position. Devenu 
colonel au début ci" 1894, il abandonne s,,n commande- 
iii^ni deux ans plus lard pour reprendre son < nseigne- 
ment. A l'ut aussi membre de la commission des fortifi- 
cations, et c'est à lui que l'on doit la nouvelle ai lillerie de 
campagne. Il a publié, outre -a thèse et ur.e série d'arti- 
cles militaires: Beilr. zur Géométrie der Vielecke 
(Soleure, prngr. de l'Ecole canl. 1869-1870). - Un ère 
Postitionsttrtitlerie und ihre Revit ffnung, b'raucnfeld.1883 
(trad. en lr...e;. Lan-. . nue , |8 -■ 'i Hm-i-KLEn.] — 

: j Jnitl-.llhort, de Niedergerlafingen el Soleure. juge 
fédéral .. Lausanne. * le II aoûl J85G à Soleure, lils 
aim du préfet ri--.lo-.pl.. il suivi! l'école communale, 
puis i ci oie . antonale de cette ville, obtint le diplônx de 
maturité en I876 el étudia le droit à Leipzig, lleidel- 
berg, Bile et Zurich, où il fut reçu docteur en I88I. En 
1882 il passa I examen d'avocat el de notaire à Soleure et 
( devint membre du tribunal cantonal dont il fut le vice- 
nrésidenl pendant l'année 18-S^J. Elu au Conseil d'Etal en 
lS'-'i, il .n sortil en 1892 peu exercer la prof — n d a 
iocal à Soleure. En 1901 se place son élection au Tri- 
bun o fédéral. Auteur di plusieui s livres, broi 
articles d'ordre juridique. — 1. I'ri-<lri /.-- .\.m irr, 
professeur de droit a II. irielberg, * le Hi févr. IS62 • 
leure. troisième fils d'Os -Joseph A., préfet de I 
bel Krii ellcn. et de Ro alie née Grolimui d. A] 
avoir suivi !• - cours d. - é. il communale cl ci 
les, il -e lit immatriculer en oc t. 1881 à la fan llédi droit 
de lleidi Ibcrg, qu'il ne devait plu- quitter. Le 22 n 
1881 il obtint simultanément le pi ix de la faculté de droit 
pour un travail intitulé Die Rechte der Km min narh 
den Geselzcn e. YertrOg ,, el celui de la faculté de phi- 
losophie pour une étude sur Die. projiortioi aie n, orga- 
tiinrhc \'nll;sivrtretiing. En févr, ISS5 il fui i 
,,,,-... n iri isqtie. En I8S1 il on\ rit une école pri' 
el d'é. i tique dont les cours furenl suivi ; il 

un auditoire international. En outre, il do id 

renc. d". ' liqu. el juridique ui> »oci 

merciales de lleidelberg cl de Maniiheim ain i qu'aux 

industri. Iles llii »ch und Duncl • r di llei 
ei de Worms. I n ■ lui 1885, -I représenta 1 I 
au congrès international pour le snlIVagc proportionnel à 
Vuvci l.n 1807 il se lit agréger à la fa. 
commi pi ,: eui il. droit i omaiu i t de droil ci . il aile 
mand. l.n IÏK1I il fui n mlinairc. 

— Il a publié 1. -s ouvra; .-s suivants.: Das r,),!. lnstitu- 
Uonrnsij '■■■■•. 1897 Geschiclitc des intertcmporalcn 

! ,11 -M S'i/si ■ f< u ■ -' '■ u '", ber 

qanqsret '.:>. 19 '- S / '■ lu » l ei u u,- 

tungsreehti, 190V. - Das Fruclitrechl, 1911. - Die Per- 



106 



AFFOLTERN 



sônlichkeit ries herrenlosen Sklaven, 1913. Il donna, 
en outre, des articles à de nombreuses revues spéciales, 
l.cs plus importants de ces travaux sonl : Das intern. n. 
intertemporale Redit der :eitl. u. iirtl. Kollisionsnor- 
men des ui'trgerl. Rechts. - Das System ries Code civil. 
— Die olijektivcn personalen lïechtsverhâUnisse. Oie 
Rcchtselemenle. — ô. Jean, de Niedergerlalïiigen et So- 
leure, Conseiller d'I'.tat el conseiller national "à Soleure 
li- i oct. IS70, quatrième lils d'Urs-Joseph A, étudia le 
<li oit à Heidclberg el Genève, en nov. 1893, docteur en 
droit à l'université de lleidelherg, reçu en 1890 avoent 
el notaire ci entra en automne de la même année an ser- 
vice de l'Etat. De 1896-19(12, président du tribunal de 
Balstal, de 1902-1911, avocat et notaire à Halstal el So- 
leure, en 1911, président du tribunal ii<- Bucheggberg- 
Kriegstetten et membre du Conseil il Etal en 1917. De 

1900-1902 et de I90S-1917, fit partie du Grand C eil. 

Depuis -1915, professeur de droit à Soleure. Depuis 1910, 
membre du jurv cantonal pour avocats, notaires el gref- 
fiers de tribunal, qu'il préside (19I9j. En I91I, membre 
du Conseil national (parti socialiste), depuis 1917, mem- 
bre de la commission fédérale des finances et depuis I.918 
de la commission féilérale du timbre. \ la. uni >•, 

AFFOLTEKN (C. Berne, D. ïrachsehvald. V. VGS). 
Paroisse et commune. 1 1-46 : Affoltron. Au moyen âge. 
siège d'une famille de dynastes dont le château se trou- 
vait près du hameau de \Viden et qui a participé, dit-on, à 
la fondation du couvent de Saint-Urbain. WeRNER, le 
dernier de sa famille (armoiries : un pommier) mourut 
peu après 1278. De ses trois lllles, Agnès épousa Pierre 
t\r llutten-berg, Elisabeth, Conrad Sehaler, de Râle, 
et Glaire, Ulrich de Moutenach, seigneur de Relp, ù qui 
elle apporta des propriétés a Geristein- La veuve <le 
Wcrner d A., Jeanne de Thorbrrg, renonça en 1300 à son 
droit de patronat sur l'église de Bolliger eu fav< ur du cou- 
vent dlnterlaken. lies lé XV e siècle, la haute el bi jus- 
lice d'.-V appartiennent au bailliage de ïrachselwald. Les 
habitants il A. possédaient la bourgeoisie externe de l'.er- 
llioud où ils pouvaient se réfugier en temps de guerre 
avec leur avoir. En revanche, ils étaient obligés d'entre- 
tenu les fortifications de la ville el de payer l'impôt, la 
paroisse était rattachée au XIV e siècle à la maison de 
l'ordre teutonii|ui de Sumiswald, niais devint en I'iN'i 
une paroisse indépendante. L'église étail dé:liée à saint 
.Michel. En Hi'.i.S le droit de patronat sur la paroisse fut 
cédé à Heine. En 1718, reconstruction du presbytère. L'n 
vitrail datant du début du XVI e siècle et ayant appar- 
tenu à l'église d'A. se trouve au musée historique de 
Berne. Les registres paroissiaux da lent, pour les baptêmes, 
de I5G7, les mariages ItiOO, les décès 1752 Outre l'agri 
rulture on pratiqua, dès le XIX e siècle, le tissage des toi- 
les. Les maniifaelitri - de Jacob Ryser, dan- le Si htvpikhol. 
el Sommer [Mister et C •' . dans le liâusermoos étaient 
bien connues. Sur l"s nobles d'A. en qualité de proprié- 
taires du château de Waldsbers prés Luthern ioir l'art. 

du D' 11. A. von Segesseï dans "AHA 1918, |. 61. .1 - 

rie* ."d'argent au pommier déraciné. — Voir A. Jahn: 
C/iroiiilt, Dénie, 1657. p. 56-58. [■:. It" 

&FFOLTERN, GRÛSS. Voir C.KOSSAlTnt.TlT.N. 
AFFOLTERN, IMOOS. Von MOOS Al i OUÏ UN. 
AFFOITERN. District du C. de Zurich, appelé au- 
trefois h'nouaueratiU ou r'reiamt. Ar- 
moiries : d'or à '< rornièr. - de sable 
l> '-■'■- en cc'i\ : ee sont les ai moii ie.- 
des d'Eschenbach. qui furent jusqu'en 
I3l)9 les plus puissants sei; neurs de la 
cuiili éi 

Préhistoire. Territoire d ani i' nne 
civilisation n\ec des vcstigi des à es de 
la pierre, du bronze et du 1er. Pendant 
I âge de la pierre une petili station la- 
custre s'élevait sur les rives du Tûrh-r- 
se.-. lie l'âge du bronze datent quelques objets isolé- 
deeouverts soit dan- b-s . bamps, soit dam |i loin 

bières (.l'.ugst, Rnnstctten, Kappel, I, au, Mettmen- 

st( Il n . A L'erzlikon. Kt .mail et Ubf Ut. il, on a fi uillé 
des tuiniili a incinération remontant .m premier âge 
du fer. l.cs sépultnr. - d II d n i ... .1 Mi tin 
ten, de Lniin. i n i, mont ni a I époque des li. Ivètes. 
Cuis les Homuins s'j fixèrent en vainqueurs. Il: tracè- 




AFFOLTERN 

renl des routes, en particulier celle de Zurich à I 
Windiscb, a laquelle le pays. d'A. était relié pai .1 
secondaires passant à Nlaschwanden, Obfelden, l.unkh 
l.n. I.a xi» et la xxi» légions eurent un posle à Affollern, 
comme le prouvent d'innombrables fragments de briqu. . 
marquées à leur nom. En 1806, les fouilles ont mis à 
jour, à Allbltern, une maison d'habitation. Ces ruines mu.' 

connues sous le n de lleirienmauer ou im liranri- 

sehloss. En 1711, on a découverte r.-l.unncrn, tant au 
bord d. la l!cus~ que -ur les deuxcôtés de la route romain.-, 
plusieurs maisons. D'autres villas romaines ont été décou 
vertes à Knonau, Maschwanden, Metlmensletten, Ottei 

bach et Piill'erswil. Celle époque a livré une collectii m- 

pli'te de monnaie-', depuis le temps d'Auguste à celui de 
Maximien iMI av. J.-C., 306 ap. J.-C .), du très oombri ux 
objets de parure (Lunnern, Allbltern, .Eug-t, Mettmen 
stetten, Maschwanden, Ottenbach). l'uis vint l'invasion 
alémanique. — Voir 11. Meyer : Gesc/ticlite der XI. 
»)?(/ XXI. Légion (MAGZ VII). - F. Keller : Die rii- 
misc/,en Ansi'edehingen in der Ostschu-ei: (MAGZ XII 
t . t XV). — F. Keller : Stalislik der rômiscfmi Atis'h 
delungnn in der Ostschweh (MAC/ XV). - J. Heierli 

Urgcschichte. der Sclneetz, 1901. - J. Heierli : Arcl - 

log. Kartc ries Kls. Zurich. — J. Dierauer : Histoire de 
la Confédération suisse I. ch. 1. - J.-J. Marty : Affol- 
tem am Albis, 1896. - ZT 1887, p. 235. [R--0- Eau 

Epoque historique. C'est par la guerre de 1415 contn 
l'Autriche que le territoire du district actuel d'Afl'oltern 
pas a à la ville de Zurich. Elle en forma en 1512 le lu-. 1 
bailliage (Landvnglci) de Knonau, qui a existé jusqu'à la 
révolution de 1798. La Dépublique helvéliquei orporanl 

au territoire de l'ancien haut bailliage celui des. i ien< 

baillia es Bonstetlen-Stallikon-\Veltswil et Birmensdorf 
.•Esch en créa le district de Metimen-ieiien. La constitu- 
tion d. IS03 réunit le loul au district de Hoigen qui d. 
plus embrassait les deux rives du lac de Zurich. En 1811. 
le haut baillia-.' (Oberamt) de Knonau fut reconstitué 
dans les limites de' [799, excepté rEsch-Birmensdorf, cir- 
conscription qui resta la même pour le district de Kno- 
nau 1831-39 et le district acluu d'Aflbltem. De 1814 a 
1837 Knonau était le rhef lien, comme il l'avait i I 
l'ancien 1-ée.imc : par décision du Grand Conseil, du 20 




' . .; ...-.'■ VI '. : ie ■! . ■; • 

Cibliullicquu eculral ! d • Zi 

déi i-nibre IS37, il céd i cette qualité à Allbltern qui 
- n o :,, au disti et li I - jnill : Iîn!9. 

'l'eiie d m ii , limitrophe de la Suisse centrale 

n ■!,'. . ■ toire entre la cl le l'Ai 

el la Heii-s prit une 

Itél : :>. à 1 1 _ville et à la Bélbi me, si ; 






AFFOLTERN 

participa vaillamment à la bataille rie -Kappel. 86 mort. 

,, district sont m .■'■s dans la liste des pertes dr. -■ ■■ 

,. , llinger. Durant les périodes du régime de la ville. 
." con..-c.- r a pris, àtrois mouvements r^ou.onn - 

£...!.♦ rie résistance ; elle était impliquée aux trouble* de 
1646- en 1804, pendant le lluckenkrieg , Metimci.slH 
îen donna e signal du soulèvement. Sur li.sto.ro me- 

,',,,!... l'évolution intérie jusqu en 1 .te. voir les 

irtcles Fhki.vmt Aftolteks et ^noxaveiumi l, deu-- 
loppemcnl du district au XIX; siècle clat une r. . i-atioi 
des impulsions fécondes qu. lui venaient des , d- ,n u 
bailli (bberamtmann), le /uncois (..M. I iiiel . . in .' 

d„ te l „i bailliage f \T7MÎm15 - ? "r Tl ' 
Mever von Knonau : /'< - ^'- '""' / ' 11 - 11 . - , V." .,' , 
ic ■ r; .-, ,,;■!, .-,- Obérant tmann nacli clrm \orbiitt 
Schcrr: Lin zuiinei. u» lul11 ". .,., , . < i\- 

p. 21). Nommé bailli en 
1623, I'i'mvi ! proposa, le 22 
novembre 1825, la fonda- 
tion d'inu Société d' utilité 
publique, qui fut constituée 
\c -i:> décembre de la même 

aimée ; elle exisl icore 

sous le titre de Soc. d'ut. 
publ. du D. d'A. : son acti- 
vité a porté principalement 
sur le développement de 
l'école-, de l'agriculture, • .I 
l'indnsti ii i i de l'a? j s 
tance. Sa première créa- 
tion f"t l'école secondaire 
de Mettmensletten, leSmai 

1886, la première i cole po 

pulaire supérieure de la 

campagne zuricoise ; Une 

caisse d'épargne a été ou- 
verte à A. le 1" juillet I82G 

créée égalemcnl par cette 

société ; en 1S70, elle a 

fusionné ave. la b 

cantonale zuricoisc qui \< 

nait do se fonder. I. asile 

de pauvres de Cappel, 

fonde le 5 mai 1834, ■ -' 

l'œuvre commune do la 

Société d'utilité publique 

et dos paroisses du di -triçt 

[,es communes du district 

participèrentpoui iinesom- 



AFFOLTERN 



101 



,,,, i! c, èf-i-'ù 'I» district .lu même i (. Lac 

1 i,.< niiatre localités, autrefois commu- 

^civTs^O.r.Xn.Tn, Unie, A.Vollern, Loo-Feh- 
n " ' m ' renbacli et Zttrillikon. Corporations fo 

,,-!„', es à Ober Affoltern. i nter Aflbl- 
lcl .„ et Zwillilion. ^moines ;)a»ra 
un arbre feuille d. Sinopli . fruité d< 
„ ucu los sur une terrasse de sui ; 
Nommr pour la première fois en 1 MO : 
Affiltre; puis dans un document du 
o janvier 1213, l'empereur rrederic 11 
confume ses droits au couvcnl d Engel- 

bera 'i ntionne parmi < s po sessions 

,,,. D c eli.i-ci L'église d'Allolterii (ecclcsia 
Affotlre){UZ rv 376). Confirmation de celte propriété par 







' 









| 

- • - 

..,,!,]<. !S20. Original i la Hibliolhcq e 



mMUtii am All.is u'ai 



urc .le A. Be 
i traie Je Zui 



l,es communes un u.sn m 

narticipèrentponrunesom- , . ,-,,■, , ,, , . i\ 1236 UX n° 502). En 1249 le viliagi 

n "ô importante à la cou tinc-linn do la ligne Zuriel.-AlH'l- le p.; p i- ; » (/ ^ { . ,. ,.,, ; , , 

tern-Knonau-Zoug, en 1802-1865. , ; , , / ,. 93 l'ai la fa 

Le dUtriel d'A. est surtout une contrée a-ruole .ton- ., Conrad de Sel.lenl.uren, 1 cou nt d Luge! 



.ciôïs l'industrie de la soie, .. domicile ou 
,.;t répandue. U population du di Iricl était p 1 • 

de 5061 hab.: 17& : 10 121 h 1836: 12 180j, : 8o0 
10 9-251, ' 1800: 12 931 li. : 1870: 12 î >\ h . 1880: U«i 
I,"- 188S 12539 h.; 1900: I3.26SIi . 1910 l35o lli.: 19.1- : 
1Ï065 h. Société- Soc. de clianl du district d. km' 
nan. fondée en ISJ7 pai la Soc. d utilili publique et le 
bailli llirzel qui redira les statut - Il existe, d puis !-"■ 
une Soc. d'utililé publique- féminine. Journaux : ^"■••'^' 
ausdem liez. Aff., depuis IS17 ; ';■■"• ■;' ;■ "';;; ■ •*■ '" 

dnpuis 1889. - Personnalités i [uant.-s : \\olïangJe 

er. abbé de Cappel : Jean lluber, de 1 ,eft.-nl.a«-h: Ado ■ 

Saef.de Voll.-n.v..id; les frères Ooll n. «I. ; 

stettèn; Henri Bullingor;C ■ !-Mel h.oi l ;i*-l ] 

bourcmestie; D Je lcgels.-li,veil.-r, eon-eiller m 



lecouven, 

.„ ,.. , de biens étend 

,,,,'' Dane là - til .les ci neun d l-.scl.enl.acb- 

Sc lu •ibclbourg, la famille d'All'ollem. leurs vassaux. 

„, C i le de llalhvii et de Ronstelten, la maiso, 

d. Hab Y " ' renliv 

^ Ca ^,.Ve-&^. l ei;-i 

'■v.i,;'/;' Initia. 

i,.,illi , n sui - serfs, ux du coi 

■ ; . , r,-. vAfl ■ ;:';-:;',- 

k , ,,. ,„- libres apparlenanl au I ■ ■ , 

u , m mbroux. l.e ,ol ,.,■■ -- d ; I- ■ ; V- \.. 

/,, . meul ilome | ivsans d A., dont çpt^ulw 

comme devant l'impôt au ^/W. 



ent les 



boùrgmeslVe ]>J-an Uegelso ler,.eon-eille, m. Ma o t ,„ d p. 

IVJ'. Uni-, président de la C. ederat.on R W ' ' , vol. • I art.c 

Stehli-Hausla'-r, conseiller national. \oi. I , I I- ..lr«.i- '• 

A. a. ,1. ». s,-;,.e r. ' „ <l. Fui ■ ■' '< ■■■ '••'" ,■' ! ent de l'A 

il. /:■•:. .4.. 1896. !■:. i:,-!i: Ole ktrch ; .,,.., ,,,, i, ,, tu innal d'.' ■ H 

Z nr Information, /.TUS!. - R. Egl : /ï« K ' ... ! .. „ / . ■ 

imiV. .1 /.T. 1888.- H. M-icr /'-'•/ . ' ':; '. , | .t. 130». J ! ^J'""* 

„:,•„ c;,. G«e/»«rA ito »«■:. I ■ ;'«'' '<'''•'' .. ,/ ' , . t V." ,n . 



■ / 1 S7"i II ■ i ■ 

J À inta 15 . . /■ '■.!■■■ ion '• •' NN "'"' 

nachs populaires du distri.t.j 



i«3ii. ■ •'■':■'' ■■ 



108 



AFFOLTERN 



commo propriété lin couvent d'F.ngelliorg demeure 90 ans 
dans celte situation. Le I» février 1303, Engelberg éehan 
gea ses droits sur A. contre la i •-• i . . i ^ -- • de Rucichs qui 
rtenait on chapitre de la cathédrale de Constance. 



anp; 
En lô-J 



le doyen et le 



chapitre sont encore mention- 
nés comme seigneurs. Ce n'est qu'après la Réformation 
que Le Petit Conseil de Zurich devint collateur. Il ne suh- 
siste île l.i vieille relise gothique qu'une ogive datant 
probablement du XV« siècle. L'Eglise actuelle a été con- 
struite dans les années I645-V7, la cure en 1688. Le 
nouveau clocher, construit en 1 1-' * "■ l et pourvu d'un nou- 
veau carillon harmonique, est une muvre du professeur 
Gottfried Semper, qoi a reçu la bourgeoisie d'honneur d'- 
A. à A. - (Voir li. II. Dernier: Predigt ...am Tarn dr, 
Kirch- und Gltieln-xweilir in A. a .1. dot 20 Oct. 18MI. 
AlVnltcrn possèile une communauté catholique depuis 1887. 
puis une éyli-e depuis 1892, L'importance d'AIlbltcrn a 






AFFOLTERN 

tragédie Mârlyrrr, qui a été représenté»" à Alfollern mi 
19U0. La peste régna plusieurs fois à All'nltern ; l'épidé- 
mie la plus grave, celle de U'rl'K emporta >n moins de 
trois mois environ 200 personnes. Les registres de bapti 
mesdatentde 1.7)5. ceux de mariagi - de lotit, de décès tb 

I6-22; celui des familles de 1692 et des catéchumè |, 

1793. — \V. Staub : .1 us dem Tanfbm U dur Kircltgrmcinde 
Affulleni am Albis lit:' (ASG 1905, p. 33). J.-J 
Martv : Mfoltern no. Albis u. L'mgebung, I89G - 
Xùscheler : Gotlrshûuser (Gfr. 39, p. 120). - F. Vogcl 
Vemorabilia Tiri urina. IR.-O. F.et A.M ] 

AFFOLTERN PRÈS ZURICH (C.Zurirh, l> Dit ! 
dorf.V. J)GS). t'.om. polit, scolaire et paroisse, comprenant 
N'eu, Obéi et Nieder A., nommée autrefois Afholten'n I r 

diseldemAlbis el iiisqu en189G A. près llôngg; le no f 

licielest actuelli ment A. près Zurich. Corporation i • 
lière. Arnuùritrs : tranché d'argent à un carreau de sablei ! 



• 


I 




- 


■ 


. 


1 

■ 






beaucoup augmenté avec l'ouverlui-i tb la ligne Zurirh- 
Atloltern-Zoug (186'i). En 1631: 62ihal>.; 1836: 16.73 h.; 
ISôO: 1855 h.: I860 : I864 h.; 1870 2 024 h. : 1880: 
2199 li.; 1888: 2237 h. : 1900: 2779 h. ; I9I0: 30 \ h. 
Industries importantes : tissanderie eu soie Naef et C'*. 

occupant en\ i iOO ouvriers; lilalure de colon J.-A 

Uiedermann à Zwilliknn ; l'ahriq le | luit- alimen- 
taires All'ollcrii S. A.; syndicat fromager d'AIVoltern, 
scieries. Grâce an médecin bien connu J.-J. Egli, pas- 
teui et doyen de Boustetten 1 1840 -19051, \. ■: I ilevenu 
une station ciimatérique où est appliqnéi la mélhod' 
dp traitement thérapeutique du curé Kneipp. Il créa l'-liô- 
pital de district à A. et le sanatoiium zur Arche. S.m- 
l'impulsiondeJaciib Schui-ebeli, ancien pré ident du tri- 

I ..I de district, A. prit une part acti\r ans troubles d< 

lSoi Uockenkrieg : les insurgés d'AIVoltern emprisonne- 
r> nt le colonel ru--li el deux officiers de sn suiti venus 
pour lever les milices; une section de rhcvaiix-légers les 
déliw.i par un coup de min dans la nuit du 27 au '." 
m.o- . un dessin en couleurs de J.-J. Aselimann rappelle 
dl événement. Ouatre chefs. J. Schneebeli d'Allolterii : 
1 lmi--i. i du Freiaint. Henri II iherling de Knon.in . Jean- 
Jacob Willi de llorgen. et Jacob Kbinerl de Schc nherj 

fui. nt • m'i niés. Li m r a él u nmiiu- 

menl. appelé le Mûrli/rri-dmlimat le I octobre 1876. 
J. Ilausi i , de Hillerswi'l, a consacré a ce soulève ni une 



hlli.lll.-ip 


I.SO-1 .i 


Al!'iill-rii mu 


li sahli 
enaiil i 


à uni 
ar en 


étoile ,1 or. 

ut 1 ■ ■ u 



.1 ,p, 



I ■• i immiine a ado|>ti n 
ries il- I i l'amilli von Affolloi n. 
\. , si mentionné poui la premii 1 1 foi- 
dans une liste de - ifs au milieu du IX' 
siècle i CSlG 11. supplément), puis en 
S70, année où un Landeloh céda le do- 
maine qti il ; i 1 " ; lait. Iprre el sei fs, au 
couvent tle Sainl-Gall Dans !.■ lias moyen 
à^e, les abbiives de Zurich el il I il m 
il'eln. la inai.-îiïn de Habsbourg-Autriche 
. i li - .. il. n. ni s de H i-nsberg y po 
dai, ni de: bien . ceux-ci avaient aussi 
l'avoiiet ie -m le dom ini - il Einsiedi lu . 
leurs vassaux furenl an Mil' siè. ilivi e familles de la 
\ille de Zurich. Les lii n- di I nsberg passèrent en- 
suite en partie aux couvents cisterciens de l'rauen 
Zoiui el de Scliian. près Zurich, el à celui deU'i tl 
La prévôté d< /.in ii b el l'abbaye de Sainl-IJlaise en] rèl-. 
Noire, ci Ile-ci ■ u i ■■ iiiniun avec le • ouve.nl de Sa inte-Yêrènc 

à Zuri li,po> cdaient i li ic in d ei^ncu rinl à A . 

|, scouxenls ili Di rau [près U'abl-hul liadenl et d'O-.ten- 
bachà Zui ii li. i aiaientd autri - bii :;-. l.-'hùpilal .1 ■ 
fiillesucce — ii .1 ci dcriiici couvenl il" femmes après 

. A 

la -i igm ut ii-d' lé - nsl.erg et lui alii né av. .- elle a Zurii h. 
eu li(j9, pai li dm Frédéric d'Autriche. Il passa ensuite 





AITOLTKKN 

msiiu'rn IV.iS, nu liant bailliage île lli'gpnsilnrf ; sous la : 
Képubliquc Helvétique, il lui incorporé au district de Ke- 
L'cnsiloi'l'. Les habitants étaient paroissiens de Hong", jus- 
qu'en 11)83, où A. lui érigé on paroisse doitl le gouverne- 
ment avait le cli-oîl de collation. En 170:1, l'annexe Swebach 
en l'ut détachée; A. l'ut assez fortement affecté par les 
combats du. an! la République Helvétique; on s ; battit le , 
lljuin I7i'8: l'été 179'.), 3000 Autrichiens ; campèrunl l 'i se- 
maines et s'y comportèrent brutalement! H le 25 sept, delà 
même année, lors de la seconde bataille de Zui ich. Ii s Kus- 
ses, pou [suivis par les Krançais, traversèrent A. lie IS03 à 
1X14. AfToHern l'ut rattaché au district de Bûlach. puis à 
celui de Hogenshorg. nommé plus lard llielsdorl lu 1833, : 
l'Etat vendit des biens cl les prébendes qu'il > possédail 
encore. Kn 1836, il conclut un accord avec la commune, 
d'après lequel l'entretien de l'église était à la charge de la 
commune, el l'entretien de la cure à celle de I Etat. Les 
registres de baptêmes, de mariages ci de décès datent de 
1683 ceux de- familles de LSI t. — Voir Hoppelei : S.Vfl Zn- 
neli'l 1, p. 9-1-107 et p. ni 1 . — M-emorabilia Tu/urina 
I _ 1 \- . _ Nnsebder: GoUcshâuserUL, p. •"•81. — M. Schinst: 
liic Gem. AlfùUrrn in Vergangenheil imd Gegmvwarl 
(.VZZ191'4Nr 1130, 1133, 1141). IS95. |C. Bucn.I 
AFFOLTERN, von. famille tfc ministériaux nobles 
des barons d.- Schnabelbourg el Esch, n- 
b:\c\i. An/fi, tes : parti d'or à une bran- 
che de pommier i'?)desinople, et échiqueté 
de -aide cl d'argent. Cimier, des cornes 
de buffle chargées chacune des meubles 
correspondant de l'écu : lambrequins. 
d argent adroit, el d or à gauche. Ptumpf 
déjà ne connul d ■ la famille que les ar- 
moiries. Zeller-Werdmûller suppose, 
dans les Zûrcher. Burgen el certaine- 
ment à toi t , quelle était composée de 
paysans libres du district (Freiamt) el habitait non dans un 
château niais dans une ferme. Dans les documents suspects 
du chanoine Hunfred de Strassbourg. de 1044. apparaît un 
Cuno de Ajfallra, auquel s, rapporte U'/. n» 233. 1-3 
Conrad (1249-1255) ainsi que son frère \YEn>F.n (1252- 
I2G8), officiules et servienles du baron Bcrchluhl de 
Schnabelbourtr: le second porte, ainsi qu'un troisième 
rrère Jkan (1249-1208), le titre de domicellus. c'est-à- 
dire gentilhomme. Conrad, appelé de A/fnltre, lit don en 
1255 au couvent de Saint-Biaise, à titre de réparation, 
de la moitié du domaine d'Alïoltern et la reçut en lief. 
— 4. Jkan reçoit le 13 mai 1303, en récompense de ses 
services et de sa fidélité et de celle de ses devanciers en- 
vers les noble- Walthcr et Mangold von Eschenbach, le 
domaine d,- [Luis. •„. à litre de fief mâle. 11 no laissa que 
deux filles Veiîexa ei Elisabeth.— VZ l-iyL. — Habsburgcr 
Urbar II. p 120. où se trouvent de fausses indications. 
Le Kecrologiniit de la prévôté d. Zurich donne, ainsi que 
les Zïnvhe'r Slmierbiicher 1. u érie de purs es por- 
tant ce n..m d'origine ou de famille. — 5. Hiim est, eu 
1435. bourgeois de Zoug el ; est domicilié. — b\ Un autre 
Ih.iMe-i.j la même époque, bourgeois externe au l-'rei- 
amt \Gfr. 23, p. 295 D après les Mein. Tigiuina de Blunl- 
schli 1742, p. 3, le château était situé prés de l'église. Les 
nobles d'A.sont désignés. dans la description deCappcl par 
Bullinger. omme bienfaiteurs du couvent.— J.-J Simler : 
Sainmliing vfm l'rkitnden un KirvJien- Getehb-hte Y, 
p. 431. — Slumpf: Chronik I, p. 183 b. [r. Ht,.t.| 

AFFOLTERSCHEUER, autrefois AFFOLTERN 
(C. Zurb li. H. Bûlach, Coin Oberembracb . nnci, une 
ferme .luis !., Coin, civile llôl'e. Kn 1281. le comte Hart- 
mann de Habsbourg remit à litre d. lief mâle le ba llia ■ 
d'AO'hollprn, dépendanci <\>t château de VA'agenhourg. a 
Hartmann v. Ileidegg, Iils d'Adélaïde v. Wageiiberg. A. 
faisait partie d'un groupe d'établissements alémaniques, 
dont bs noms se répètent d'une façon identiqui dans le 
dislriet zuricois d'Alïoltern. — UZ V, n 1810. — ASG 5 
(-1S8G p. 2= -Mever: Ortsnamen. n» SI et 450. fF IL] 
AFFRANCHISSEMENT (en allemand BEFREI- 
UNG)r<i.'nffranchisscmcnt consiste dans la suppression 

de certains droits et la 1 tation d'autres, la plupart 

arbitraires, du seigneur sur ses sujets. Il a | i but de 

libérei b - popul itions d l> ir i oiul lion rvil t de I 
mainmorte. Celte liberté, relative, l'r i nieutaire. a différé 
selon les réeions. suivant les seigneurs et les circuiislan- 



AITUANCHISSEMICNT 



I * ) : i 



c.s. H;,,is noir.- pavs, les affranchissements eu,, ni lieu 
depuis 1,. Ml-M.rl,, jusqu'au seuil de l'époque actuelle, 
,-t furent accordés soila des collectivités (communes). 
soit à des particuliers. Les causes générales de l'allrait- 
cbisseineul sont, il'une part: le niiuivcmciil d'énianei 
nation communale qui se développa en Kurnpo du X' au 
XIII- siècle, et d'aillii pari : lit nécessilé | les -ri- 
gueurs, laïques el ecclésiastiques, d'altirer des ruions 
dans des contrées à défrichei ou îles villesà peupler, un 
enrore. 1rs besoins d'argenl. Us all'ranehissaieiil poui 
battre monnaie. Cnninnim-s. La plupart île nos villes 
suis-, s oui reçu leurs b lires de franchises dans |,-s XIII- 
et XIV- siècles, l'ar celles-ci, les habitants obtenaient non 
seulement une amélioration de condition en tant que par- 
ticuliers, mais aussi des droits politiques dans l'agglomé- 
rat urbaine : droit de s'assembler, droit ,1 élection, etc. 

Ces faveurs furent très souvent accordées aussi aux étran- 
gers qui \ séjournaient un an et un jour sans C-tre récla- 
més par leurs seigneurs. Particuliers. I.'aflrane.hissi ment 
individuel s'obtenait de deux façons: 1. par le séjour dans 

certaines villes, conn ri-dessus ; 2. par le rachat des 

servitudes. Ce rachat s,- faisait par le paiemenl d'une in- 
demnité unique ou ,1 un cens annuel. Les conditions, liés 
variables suivant les contrées un 1rs époques, étaient sti- 
pulées dans un acte, dressé par ordre ^\u seigneur, el dans 

lequel l'intéressé n i rveuail souvent pas. Les ell'ets les 

plus généraux de l'affranehisscmenl sont: la suppression 
de la 'taille: la suppression de l'arbitraire dans les cor- 
vées à la volonlé du seigneur et sou remplacement par 
une redevance lixe; la suppression du foi-mariage el du 
droil d poursuite ; la liberté de domicile el ci lie de dis- 
poser de ses biens par vente, échange, ou dispositions 
testamentaires : le droit de justice. 

1. Bâte. A Bâlc, la suppression de la main niorte date 
de 1785. Jusqu'alors la servitude ne consistait en réa- 
lité que dans le lien avec la glèbe (c'est-à-dire dans la 
défense du libre établissement) et dans certaines cor- 
vées. Les XYL. XYlf et X \ 111- siéeles furent plus sévè- 
res à cet égard que les temps précédents, où les manu- 
missions n'étaient pas du tout raies. Les sujet: établi 
dans les villes ne pouvaient exercer aucun métier pour 
leur propre compte, ni devenir maîtres indépendants; 
ils devaient rester compagnons ou employés. Les b ur- 
geois qui quittaient la ville pour s'établir a la campagne 
perdaient leur droit de bourgeoisie el étaient assimilés à îles 
sujets. Les mariages entre iils de bourgeois et filles de su 
jets ne sont pas rare-, surtout aux X\'«el XYL siècles ; ce- 
pendant, il fallait parfois que la femme fût rachetée de la 
servitude avant la célébration du mari.. . [A. B.] 

2. Berne. Quelques cas d'affranchissement apparais- 
sent au XI \' siècle, mais ce.n'csl qu'au XV' qu'ils di ien- 
it, 1 1 1 plu- nombreux, quand la ville de Berne favorisa 
la suppression du servage, l'ar rachat, les serfs de la 
sei^neurii d'Oltigen obtinrent leur liberté en 1413: ceux 
d'Aarwangen en 1439: ceux de Brandis. île 1447 à 1454: 
ceux de la seigneurie de Ccrlier, en 1478 et 1491 : ceux di 
Xidau el Si lu ni i nh, i. . en 1481 ; ceux de Douanni . en 
1494, etc. L'affranchissement était compléta la fin du 
XVf* siècle dan- la partie allemande du lerriloir, bel 
nots. - Voir J. Leuenherner, Sludieti z. bern. Redits- 
qeschichti . a IS7-192. |n 1 I 

3. Genève. Jusqu'en I794.il veul matière à affranchis- 
sement, sue les prison ir - individus, c uinautés . sur 

les biens (tailles, dîne-. -, rvis, etc.). 

Pour b - individus, on peul din l. ' - ■'■' ; " 

I,, ulb el dans le. l'i inchises, la règle d un an el un j ■ 

; d'habitation affranchissait. L'affranchi devenail sujel du 
priuce-évêque et pouvait aspirer à la bourgeoisie U Via 
i iinpa"ue l'ail 'hi>si uienl concei liait les s, 

1 auxquels la république .b le nève s'est susbtitui I 

Chapiln ili Saint I'h-i n . Sainl \ ii loi . si i ni u - pai tii u 
!,,., ., ,.• ;.) 2. ap ■ ! ■ •■ ■ In vilb et dan : 

• franchises, le s, our, . I qu'en fut la durée, n'affrancliis- 
5 ail plu-, il i illail une il, , ision ib roi ! i - all'i in- 

,., . p , | iils et p, lils-til ; ne pouv ii< ni ftre admis au 
, , i, .,: des ce larrèl du l'i lit Conseil du 21 nous |G71i 
• [i ;.. la . iinpa ,,. aloi - gi nevoise. il devint il 

,lVi m, bir compl t, meiil en y resl inl établi, le Coii- 
s, d Mènerai i.slaii l'ermi n uix Iils de bourgeois nt 
,, l , campaj u- IV 



il t.. p, i,, ■ uibi'i 1502 . A la lin di 



1111 



AFFRANCHISSEMENT 



AFFRANCHISSEMENT 



XVI' siècle, l'affranchissement des biens taillables (comme 
l'affranchissement de l'hommage, lige) pouvait se faire 
contre paiement d'une somme équivalant au sixième de 



uhla le siècle suivant p 
li.- dégre céments de Jinn - fu- 
ager les cultures. L'édit de 17S2 
alité de sujet [celle de tous les 
lipulait l'exemption des tailles, 



leur valeur ; le prix en <W 
venir au sixième en 178*2. 
rent accordés pour encoui 
qui n'abolissait pas la qu 
Genevois de la campagne) 

et titre X.art. XX1I1, l'affranchissement des gens di 
morte. L'appareil féodal ne fut complètement supprimé 
que par une série il" révolutions et sa déchéance sanc- 
tionnée par la constitution .lu 5 février 179Î. - Voii : (.'•- 
nèvcAl, spécialement les H. '•'. aux cotes indiquées dans 
1rs Edits I, III: et Galiffe, (ieni-ce, HA. C. lt. 

3. Grisons. Au cours du XIII' siècle, des gens libres, 
qu'on appelait freie Walliscr ou M'alser, passèrent du 
llaut-Valais clans lus (irisons et s'établirent, avec le con- 
sentement ou à l'instigation des seigneurs eux-mêmes, 
dans les hautes vallées de Rheinwald, Davos, Safion, Avers, 
Vais, etc. Leurs institutions juridiques lurent bientôt 
complètement identiques à celle; des hommes libres du 
pays. Ils pouvaient choisir librement l'ammann parmi 
eux, privilège dislinctif de ces colonisateurs alpins. Ces 
freic Walser, dont les principaux" seigneurs furent les 
barons de Vaz, constituèrent, sous la couduite de ceux- 
ci, l'élément qui combattit, en particulier dans les luttes 
contre l'évèche, avec le plus de persévérance et de succès 
la féodalité sous sa pire forme, celle de la dépendance 
personnelle. 11 faut reconnaître qu'eu Haute Rhétie où 
la domination territoriale et le servage ne se confon- 
dirent pas comme te fut le cas en liasse Hltétie, le 
servage tut généralement une forme plus douce qu'ail- 
leurs. Par suite de l'extinction précoce de l'autorité o. no- 
taie et de son affaiblissement préalable par des don-, à 
l'évêque. aucune domination grisonne ne put se déve- 
lopper entièrement en liante lUiélie. I, 'évoque et les di- 
vers petits seigneurs (Vaz, Riizûns, Itelmont) se tinrent 
mutuellement en échec. Il en résulta que dans la Haute 
Rhétie In liberté personnelle n'exista pa- seulement dans 
le comté de Laax, dans les nomhreuses colonies des Wal- 
ser et dans la bourgeoisie de Coire, mais aussi dans les 
autres parties du pays et que la servitude ne s'y rencon- 
tra qu'exceptionnellement ou même pas du tout. Il est donc 
établi que dans le canton actuel des Grisons la liberté 
était la règle et la dépendance l'exception, même au 
temps où la féodalité atteignit son plus grand développe- 
ment et où la servitude devint à peu prés générale. Mais 
bien que la servitude fût rare dans les Grisons, la dîme, 
le cens foncier, etc.. et quelques usages, n'en subsistè- 
rent pas moins partout, comme le rogeima/il et d'au- 
tres concernant les décès. Les Grisons ont corrigé cel état 
de choses ainsi que les plus gross iers abus de l'é - lise, d'une 
façon dém ratique uniqui pour l'époque, dans |i d ' - 
Artikelbriefe de 1524 et 1526 (c'est ainsi qu'on ; trouve 
pour la première fois dans l'histoire la déclaration de la 
liberté de conscience). L'abolition complète des redevan- 
ces foncièn s ne date que du XLV s. C'est par la fonda- 
tion des Ligues que le peuple prison se libéra de l'ardeur 
belliqueuse de ses seigneurs et de leurs empiétements er, 
matière juridique. [D' L. J.l 

4. Jura bernois. Le régime des princes-évêques fut 
en général plus doux que celui des seigneurs laïques; les 
sujets sont affranchis de bonne heure. La principauté 
épiscopalc formant une mosaïque d'Etals, il est néces- 
saire de les examiner l'un après l'autre 

I. Partie helvétique. La ville de Un nni ri ci it en 1275, 
à la sollicitation de l'évêque Henri d'Isny. de la part il" 
Rodolphe h , l"- mêmes franchises que la ville ib liâle; 
elles sont accrues et confirmées en 1468 et en 1556. Six 
ans après sa fondation (1312), La Neuveville obti ut ei 
1 3 1 "5 , de l'évêque Gérard de Wippens, les même, 

ges que Ilienne, conlirmés ou augmentés en 13o8. En 
1430, Jean de Kleckenstein acconle des immunités 
sujets de b Prévôté de Moutier-Grandval ; il les di 
de toutes gabelles et jettes. 

II. Partie germanique. En I2S3, Rodolphe de Habs- 
bourg accorde à la ville de l'orrentruy les mêmes fran- 
chises dont jouissait la ville im] .... tnar. Dès 
12S9, la ville de Delémont a une administration t rlici 
lière ; les droits de la ville sont augmentés eu 133S, eu 



I356 ei en 1428 L'évêque Pierre d'Aspelt accorde en 
1296 aux bourgeois de LauTon toutes les immunités, liber- 
tés, droits, justice et coutumes dont jouissaient les bour- 
geois de Bàle. En 1382, l'évêque Imier de Ramstcin con 
lir me ses sujets des cinq mairies d'Ajoie dans leurs libertés 
et franchises, us et coutumes. Deux ans plus tard, il affran- 
chit à perpétuité de toute taille et exaction les haletant- de! 
Kranches-Montajincs ; I"- étrangers qui s'y établiront si 
ront francs il" taille ol d'impôts. — Trouillat. -- Quiqui 
rez. — Rossi I : llist. du Jura bernois. [D" V. 1'..] 

ô. NeuehAtoi. Le premier affranchissent ni connu 
est celui de la Charte de 1214, qui exonère, i ntre autn -, 
b- habitants de la ville de N'eucliûtcl de toutes tailles 
Celte franchise servit .1" m «le lu à ci lies de Boudn (1313 
• t du Landeron (1359). Dans la seigneurie di \ 
on connaît la franchise accordée aux habitants de La 
Sagne (1363), celle des r'rancs-habergcants (1372j et la 
grande franchise du bourg de Valangin (1407). Les affran- 
chissements individuels étaient accordés par l<- prince à 
des conditions variables. Deux affranchissements sont a 
mentionner spécialement. En 1628, Henri II de Longue- 
ville affranchit les mainmortablcs de la Côte, Colombier, 
Unie et Rochefort ainsi que ceux du Val-de-ïravers 
moyennant la remise par les intéressés d'une somm. 
égale au sixième de leurs biens. Au lendemain .1" son avi 
nement le 17 uct. 17D.-:. Krédéi ic I . roi de Prusse, affran- 
chi! 1"; gens de conditions du Val-de-Ruz et leur accorda la 
bourgeoisie de Valangin, pour la somme de 4000 fr. t. ur 
I nois. — Boyve : Annales, année 1214. Chambrier: 7/ts(. 
de Xeuehâtel et Valangin, p. 439. AE. Neuchàtel. [L. M.] 
6. Tesbin. Le servage, disparaît de bonne heure a . 
j Tessin et, pour autant que nous l'avons pu constater, au 
i temps de la domination suisse il n'existait plus chez nous. 
A partir de la lin du XII e siècle 1- nombre des serfs, déjà 
très restreint, tend à disparaître complètement dans les 
; vallées ambrosiennes. Dans le reste du Tessin, il n'e\i> 
Lait que quelques serfs {ainsi dans la pièce de Locarno 
; et à Mendrisio). Les autres serfs avaient généralement 
I disparu avec 1"- seigneuries foncières, grâci surtout à 
! l'émancipation économique des communes rurales. L'af- 
franchissement avait li"u de différentes manier 
i acte généreux et spontané du seigneur qui taisait don 
j de la liberté, à ses sujets, très souvent par rachat : le 
serf payait à son maître une somme d'argent détermi- 
| née en échange de la liberté; par le mariage entre 
j libres et non libres, surtout des serfs avec de- femmes 
libres. Si le seigneur refusait son consentement à un tel 
mariage, il arrivait très souvent que l'homme et la femme 
rivaient en état de concubinage; les enfants issus de 
. cette union illégitime suivaient la condition de la mère et 
i étaient libres, d'après le dic.it alors en usage ei Italie et 
contrairement aux disposition! du droit en ,'igueur en 
Ulema m et en France. Ces enfants .'rient à 

peu pi •'■ - | lacés - tu le même pied q te b - lé; ilime: ils 
pouvaient hériter même du père, n'avaienl à :. 
cun impôt de succession et n'étaient pa 
mainmorte. Voilà d >nc comment l'union illégitime était 
devenu" un moyen d'affranchissement au Tessin comme 
en Italie. Impuissants devant ce subterfuge, les s 
finirent par se borner à ce qu'il était sauver : 

il- reconnurent les mariages entre serfs et libres et se 
rattrapèrent en réglant le sort des enfants par des con- 
ventions particulières. On a d. s exemples ou un certain 
nombre d'enfant! étaient libres, tandis que I- 
restaient serfs. En 1211, par exempl '•" 
d'Ivorio, et sa fi in me Ricin Ida, foi i ! i invention suivante 
avec A ni de Ghii ne uni femme libi e qui avait 
un s"i I' de Philippe et .1" Richelda, q 
,|.. cette union, les premier, troi eue cinquième... 
étaient serf-: les deuxième, quatrième, sixième... étaient 
libres. L'Eglise approuva ces conventions dan; le but de 
faire disparaître la plaie du concubinage. Il u'j a pas de 
doute que le vent de liberté communale qui soufflait dans 
le nord d i'! : dii ontril : | à 1 dis pai ition 

■ I" la servitude sur notre territoire Dans 
li lées clb 5-mêmes aidèrent à l'a ranchi 

serfs. I • jâ en 1270. l'a ml . ens de Uh t i 

..-il'". . .i | et fail 

savoir que, 100 livi nde, aucun sei- 

gneur rie peut exercer de droits dans la vallée, pal Meulière- 



AFFHY 



AI l'IiV 



III 



ment sur les serfs. Les statuts de Blenio du XIV' siècle 
défendent qu'un liommc de ta vallée acquière des droits 
seigneuriaux sur un a 1 1 1 r< • homme. — Meyer : Ulenio ri. 
Leventina.Meyer: DieCapitaneivon Locarno. M' C. T.] 
7. Vaud. Le plus ancien acte d'atrrancliissement connu 
dans le pays do Vaud est celui que le prévôt rlo la cathé- 
drale de Lausanne, Adalbéron, accorda en 1059 à un 
serf nommé Burcard et qui pourra désormais, dit li pré- 
vôt, s'en aller à sa volonté aux quatre coin- du inonde 
(ire in •'/ partes mundi). A partir de ce monn ni, et sur- 
tout dès In XIII- siècle, les ailr.inrln-.eni.nt- sont de 
plus en plus nombreux. Ils sont favorisés à cette époque 
par Us franchises que l'évéque de Lausanne, le comte de 
Savoie et il 'a n 1res seigneurs accordent à différent! - villes. 
A la lin du XIII e siècle, on voit l'abbé de Monlheron créer 
un village nouveau, Froideville, en y attirant des hom- 
mes libérés de la taille ; mémo procéilé un peu plus 
tard pour la reconstitution du village de Boulens. Les 
affranchissements individuels se succèdent dès lors sans 

inicruj iinii. Au milieu ■'.. XV' siècle, i s assi tons 

à une recrudescence d'alLVanchissements collectifs. Le 
t" août l'450, Vévdqire Georges de Saluée aliranrliit «le 
la taille les habitants du village de Saint-Saphorin, do 
Chexbres, moyennanl versement d'une somme de IihX) 
livres. Les couvents suivirent ce mouvement; de même 
les seigneurs. Il restait cependant encore un grand nom- 
bre de taillables au moment delà conquête berno e 
Berne favorisa l'affranchissement dès 1573 et fixa enfin 
en 1678 aux seigneurs un dernier délai d'une année pour 
s'accorder avec leurs taillables sur l'affranchissement. 



Voir lit»B VI et XIX. 
AFFHY, l'une des plus 




'EVaud. [jf. 

ïnciennes cl des plus illustres 
familles de Fribourg. Kl le por- 
tait, au début, li noms d'A- 
vril, Avri, Avry. Aprils, qui 
furent changés à la lin du XV< 
siècle en All'ry pour se confor 
mer à la prononciation alle- 
mande généralement en usage 
à Fribourg. Les d'All'ry sont 
originaires d'Avry-sur-Matran 
et vinrent s'établir:'' Fribourg 
vers la fin du XIII' siècle. 
Guillaume du W'illernie d'A. 
était maître de l'hôpital vers 
1300 et mentionné bourgeois 
en 1322. L'on ne peut préci- 
ser la date d'anoblissement de 
la famille d'A. ; MoUheim, dans 
-a Freib'wger Ckronik, peu 
lionne déjà Gujli aume A. dé- 
fenseur de Morat, noble en 
148b. Cependant, c est à partir de lôô'i que li ■ d A \ 
tèrent le qualilicatif de noble. Armoiries : chevronné 
d'argent et de sable de -ix pièces, ou, d'argent à trois 
chevrons de sable Devise: Invia virtuti nulla est via. 
Cimier : un bonnet, haut de forme, aux pièce- d< l'écu, 
sommé de trois plumes d'autruche d'argent et de sable. 
1. Jacques, fils de Guillaume susdit, moine à Hauteriveen 
13-20. — 2. Guillaume, frère du a" 1. également moine a 
Haulerive en 1320. —3. Pierre, élu abbé d'Hauterive en 
1405; le if juin 1118. le pape Martin V lui accorda, ain-i 
qu'à ses successeurs, le droit de porter la mitre i i les 
autre- insignes pontificaux. 11 assista au Concile de Bàle 
en Uib. Pierre d'A., considéré comme second fondateur 
du couvent d'Hauterive, résigna ses fonctions d ai, Lé- en 
lii'.let mourut quelques mois après, le i novembre. 
4. Jean, frère du n' 3, Conseiller d'Etat en lii~>. -'■ vers 
14-29. — 5. Guillaume, (ils de 4, Conseiller d'Etat en 
1&7-2. Il commandait le détachement fribourgeois de la 
garnison de Morat et prit une p3rt glorieuse à la di f< ns ■ 
île cette ville et à la bataille de Morat, le 22 juin 1476. 
Bailli de Grandson en 1476 : avoyer da Morat i n I 
bailli de Pont-en-Ogoz en I4S7. En 1491, dé 
Thierry d'Englisberg pour mettre fin aux dit! ■■■ 
I Etat de Berne et les habitants du Gessena; Gu 
d'A. mourut en 1493.- 6. Louis I, du Conseil d< l>eux- 
C( m- . n 1 187 • t de nouveau en 1518 ; du Cons 
Soixante en 1491, et en 1519 bailli de Ponl 
d'Estavayer 1499, d'Iller.s 1506, j vers 1530, fondateur de 



l'école des chora listes de Fribourg en I5IXI, prit part à 
l 'i spédition di s Suisses en Italie en 151 1 et i n lit le récit. 
Première femme, Catherine d'A venches; deuxième, I li a- 
lu il, Malter. --7. Ili 1 1 -i . lillc de C, fntal.l,. , de 1 i Mai 
graugi et f 23 juin 1548 8. Fi «ni ois I. fils de 6, 

* 1495, porta l'un de- drapeaux du corps de 1 1 m h » n 
1200 hommes que le canton de Fribourg accorda au 
roi de France en 153(5 pour repousser, en Provence, 
le* troupe- impérial,-. Conseiller d Etat 1511, bourgmes 



' ' ' 

; 

- 



i 






F.-:'' 

! 

! 






I I 1 All'r .: -, i li : 



Ire 1543. 11 mourut en 1570 ou 1571. — 9. Louis II. lils 
de S, seigneur di G vi ■ Il fui au service du roi de 
I rance et combattit aux i atailli - de Dn u 
1569 et Moni on l). En 1.707, il avait reçu le 

■ ;, :.i mdi ment d uni compagnie de 100 homn 
aller défendn la vill, de Lyon contre lus entreprises des 
réfoi mes. Du Co tante 1501, Coi lier d'Etal 

1571, Louis d'A. fui él vé à la dignité d'avoyer en 157-J 
et en remplit les fon -i pendant 29 ans. Il n 
14 février 1008 - 10. François 11, 'il- de 9, * 15 i 
•■neur de Givisiez. Il fui successivement di 
verain en 1611, a d'Estavayer 101 du l 

S ixante 1616, Conseill r d'Etat 1618, I irgmestre et 
de puerre IG18. En mai 1624, il obtint le poste 
de lii utenant des Cent-Suisscs Je la garde du i 
roi de Fran - ; en 161 i. I 1 fut, 

I i 

-, r\ ice de France, qui servit en Lorraine et ne t., 
à être réformé Cinq ans plus tard, il leva un nouveau 
ré., ire ut a il rendit en I ce qui lui 

; - inl M I et le 1 

ilhomme ordinaii roi. 1 rançois 



II. 



ait» y 



AI'IHV 



d'A. devint, -îi 1030. lieutenant d'avoyer el colonel ■In 
pavs puis en Ifiti. il revêtait les fondions d avoyer de 

Krïbôure. Il m ni l'année suivante, le !.. mai II.4.1, 

alors ou il prenait hseaux du liourhonnais. et fut enterre 
à Moulins. A la morl île Jacol. Wallier, Krançoi .1 \ 
remplit dp 1028 à 1045 I- fonctions de gouverneur . -t 
lieutenant-gêncral <*•• la principnnU? de Neuehatel et 
Valangin. II. Jean-Loi is. lits de 1". seigneur *!■- (ii- 
visici. H devint capitaine dams I" régiment suisse de 
Greder, au service de France ; en mai l«3|i servit en \al- 
icline -ous le duc de Uulian. se distingua le lu novembre 
au combat de Morbegnu. Il entra ensuite au régiment d-. 
uarilcs suisses, dont il devinl capitaine en 1044. Il rut 
Conseiller d'Etal à Neucliàtel de I0i9 à 1G79. A Frihour; . 
,1 obtinl une place au Sénat en UmO . • l;J. Hiaxçois- 
PlEimi . lils de 10. * I 6 mai 16-20, lut rail !>■ uti nairt de 
la compagnie de l>iaroman aux gardes-suisses en IGtb. I 
sesi'-nala comme volontaire en IKW à la défaite de 100 
Ksnaenols lires de Catelet, et obtint une compagnie fran- 
rl„- en 1606 Du Grand Conseil de Frihourg dès Joli, du 
Conseil des Soixante IG47, bailli de liomont I6.>3. con- 
seiller d'Etal 1083. il mourut le 14 mai 1090. l-rançois- 
Pierre lit aussi une lu illanle carrière dans lu principauté 
il.- Neucliàtel Châtelain du Laiuleron en 1610. il devint, 
en 1608. conseiller 



rieurcmeiit d. 
réquisition di 



uvela l'ordre don ni 
rdre écrit du roi i 
uéral ou .1.- la non 



i.l.-n 



,t au li 



.loi 



ile 


















d'Etat, et deux jus 
plus lard, gouverni ur 
de la principauté. Il 
devait cette faveur à 
la duchi sse de Lon- 
p\ieville, méconti ni 
du gouvi rncur de 
Lulh . à la mort de 
cette dernière, en 
IG79, Mari- .1" Ne- 
mours avant obtenu 
ta curatelle de sou 
frèrel'abbéd'Orléaus, 
d'A. fut congédié. 
Trois ans plus tard, 
en 1082, la curatelle 
de l'abbé d'Orléai 
ayant passé ans mains 



. 



.Ilrv (1713-nfO) 
un portrail. 
Mie Je Diesl.a 



i dû prince do Condé 
■ --" et de son lils, Fran- 

çois-Pierre d'A. fut 
Im.',ii.;,,,--1',,u,- .1 A t:rv (1007-17341 rétabli dans ses fonc- 
lïoprés un P«t«it. t i ons de gouverneur 

Propriété de M"' de Die.baeh. ..,, -,, ,,,„.. rwl jus- 

qu'en 1086.- 13. Son (ils, Joseph-Nicolas, lui succéda 
Somme gouverneur de Neucliàtel I n cette qualité i! n- 

■ n la. en KiiW. la e unboiii eoisi. av. ' les vil i - il. 

IVrm •' il Li ci ni. L'annéi suivant. . la be d Orl. n 

étant mort, Marie de Nemours devint pm h Ne | 

l,|. Irritée d'apprendre i|ii. d \. a va ! pris parti poni 
prince de Couti dans le procès de i elle le révo- 

qua. Conseiller d'Etat à Fribourg en 1091. il devint géné- 
ral d'artillerie du Corps helvétique el mourut enj.29 

\.\ Fra> - Pikiu : frère de 13. bapt. b mai lob,. Cade 

aux ..ardes-suisses en octobre I08J. majoi du regiim.ni 
Su'rbecken 1093. chevalier de Saint-Louis le l< J">\ I."-.. 
colonel du régime.. I Greder, 171'.. il fut ait n.arecha de 
camp le 1" février 1719. Il perdit la vie b I •- piembel,^ 
à |, bataille de Guas alla 15. Loh/s-Ai ufSTi ti o. - 
■riN, lils de H. comte dA.. seigneur di l'revoudavauN 

Bretigny et Saint liarlhél * I 3 i ''»•* «J- 

«aillcs cadet ; , irde -suisses I ,i>. che, "" _;• 

Saint-Louis I740, brigadier I7-U. maréçl I d. i u. 

, ,,-. xtraordina t ministre plempoten .air. dujo 

de France auprès des Etats-Généraux novembre liro). 

Lieutenant général en 1758, .I devint, d, . f» 

I702. ambassadeur ordinaire auprès di Etats G : raus . 

colonel du régiment d, ; gard »«w << 

leur général des Sui.se» et Grisous ..l.grai o.x I. 

Saint-Louis 177U. commandeur de 1 Ordre du >?.nt-L»- 
pril 1784 (cordon bleu) Il est le i ..il Suisse 

I, ré de cette distinction Son rôli dans ... ib 

T l, rii i, b 9 et 10 août 1792 fut . 

l.i rsuue. le 9 août, s m ré; iu.enl eut pi | 

Tu, Ion.-, détail malade deuui: quelq ■ |0 - - il = ■- !;t 



il remil le n 
md de Maillard"/, se re 
rul plu- au château. 
Dans l'a matinée du 
H) aoûl. après la prise 
des Tuileries, le peu- 
ple so po. la .n foule 

a son d n île et lui 

demanda raison des 
ordres donnés aux 
Suisses : il parvint à 

l'apaiser en 1 1 pon 
dant qu'il n'avait 

point, donné 'dres 

et qu'il ignorait mê- 
me qu'il dût > avoir 
aucun acte de vio 
lence. Le soir même, 
cependant, il .1"! si 
constitue, pri- onni. r 
avec plu: ieui - de ses 
oflicii rs, dans les pri- 
son* de l'Abbaye 
Saint-Germain. Le 
23 août, il obi. m du 
Tribunal révolution- 
naire son élargisse- 

„„.,,, ,.,, fais.-. ni la preuve qu il n elail pas aux 1 mi- 
nes le II) aoûl. le -27 août, il fui de nouveau empn 
sonné, celte l'ois à la Conciergerie; mais dans la i lil 
du •' au :ï septembre, tandis que ses officiers étaient m i 
sacrés i! fui extrait de la prison pai le p uple et porti 
en triomphe dans une maison voi ine pour v passe, le 
i.,, S l,. de la nuit Délinitivemenl acquitte, le \b octobre. 
,1 Bl , ,,.(„.,, en son château de Sainl-Barthélémj où il 

, ,,,,i le 10 juin 1793.- 16. I.oui-.- \. ... -n -l'un. n-ei. 

lils .le 15, * à Fribourg le S février 1743. Lorsqu il eul 
di\ ans. -on père l'appi la à Paris pi m I faire étudi. i 
au collège Louis-le-Graiid. En 1758, il entra dans la 
compagnie col. n Ile du régimi ni di gardes-suissi • n 
qualité d'ensci m . \ide-niajor a I armeç du Itlun de 
1701 à 176° capitaine en 1766, brigadier 1780, niarecl .1 
de camp 1784, commandeur de l'ordre de Sainl Loui 
En 1 7'. 1 1 . lors des préliminaires de la guerre entre la 
France et l'Allemagne, il 
commande tout. - les Irou- 
p,-s dans le dé] i. lenienl du 
Haut-Rhin. Sentant - i posi- 
l, ,., êbranl - par les idé. - 
i olution ib i.iaiid i 

--..u ri mplai mu ni i ' 

pri ndre sou ei .ice dans le.- 
gardes-suisses. Au 10 aoûl il 
était à Fril.oin . . où il vécut 
i, - lors l'on retiré les pre 
mières annéi - de 1 ■ révolu- 
tion, ainsi qu'à l'resb - |>rès 
de Moral. Dans sa ville na- 
tale, d'A. occupa il i 

,.,i Gi nid C I L<""s dc 

la révolution de Chenaux 
(17811. il joua un rôb eonsi- l'i.-».» tan i 
dérable i n pré id ni les as- 
semblées du corps de la no- ... 

. ■ . , i ndui int plusieurs négociation 

des reines, -111.1111- des cantons médiateurs Vvei 
de l'ancienne Conb lération 1 m nci son rç 
les aftai, - ^- naar 1798, il fa.l pa.M 

nuelqui "' de . Frlb ""v 

ôuis en 1801, du comité 1- bo pn parait, de 

imc unitaire. L'année suivante, .1 est un de= lio.s 
nà la Consulta )ie\\ I. |_uei| 

• ; . , ■ ! le .. N!, i; - 

.dA. les 
ronctionsde I nmann d - • Lomme tel, il pre 

sida la Diète qui s. réunit à Knl.our- de ju. 




lis .1 Ml. 






AFFRY 



AG ASSIS 



113 



1803. l'eu auparavant, il avait été nommé premier avoyer 
de Fribourg. Louis d'A. revêtit encore la charge de latid- 
ammann en 1809, et mourut le 20 juin 1SI0, au retour 
d'une ambassade auprès de Napoléon pour le complimen- 
ter sur son mariage avec Marie-Louise. A cette occa ion 
il iv, ut de l'empereur le cordon de commandeur de la 
Légion d'Iionneur. — 1". Charles, * 7 avril 1770. lils de 
16, sous-lieutenant aux gardes-suisses ; il lit partie, le 7 
août 1792, d'un détachement envoyé en Normandie. C'csl 
à cette circonstance qu'il dul d'échapper au sort de ses 
compagnons d'armes restés à l'aris. Il entre au servi ede 
l'Autriche, l'ail les c pagnes d'Italie jusqu'en 1790, de- 
vient capitaine de la milice Iribourgeoise 1797, colonel 
1801 : chef de bataillon du III- régiment suisse .Je Napo- 
léon, IWiU, colonel 1810. officier de la Légion il hi nneur, 
1SI-2. Il fait les campagnes .1 Espagne, 1808, et de Russie, 
I S 1 iî . rentre un Franco, IS14, et démissionne 1815. Colo- 
nel de la [1I< division de l'armée suisse et inspecteur des 
troupes suisses 1815. Rentré en France, il passe colonel 
du U« régiment suisse de la sarde royale et meurt le 9 
août 1818. - 18. Adèle, petite-fille de 17, et fille de 
I aquarelliste : V: dess in 










Ad.de .1 Att'rv M 
Duel e d : Col, ... 
D'après uu lai 
l'Kmilo Blanchard (1S7S). 



leur Louis d'A., duchesse 
de Casliglione Colonna, ar- 
tiste sculpteur, connue sous 
le pseudonyme de Marcel- 
lo, * à Fribourg le 6 juillet 
1836, elle épousa à Rome, 
le 5 avril 18Ô0. Charles, 
duc de Castiglione de Co- 
lonna. Veuve dès le I ' 
cembre suivant sans en- 
fant, cil, orii nta désor- 
mais sa vie vers la sculp- 
ture, dont elle avait déjà 
reçu les premiers éléments 
en 1854 et 1855, du sculp- 
teur suisse Iinhof. Elle ex- 
posa à Paris, en l?'i:!. t r oi - 
bustes, dont celui de Bian- 
ca Capello qui la classa 
d'emblée pai mi I - b m 
sculpteurs. Deux ans après, 
elle donna la Gorgone. Plu- 
sieurs de ses ouv res. pla- 
cées à l'Hôtel de ville et aux 
Tuileries, furent détruites par le feu pendant la commune 
de l'aris. Marcello lit aussi des aquarelles remarquables et 
s'essaya dans la peinture à l'huile; son portrait, peint 
par elle-même, est à la s ilerie Pitti. Elle mourut à Cas- 
tellamaie le 16 juillet 1879. Elle légua au canton de Fri- 
bourg collection import.inti de ses œuvres, et d'au- 
tres objets d'art, avec un 30H11II d'argent pour payer les 
frais d'organisation . Cette colb i lion, connue s ms I : nom 
de Musée Marcelin, fat inaugurée le 29 juillet 18! I. 

La famille d'A. s'est éteinte ,l ms la ligne masculine • n 
la personne de Philippe, -j- à Villars-les-Joncs l( _ no- 
vembre 1S69. — II. i. Zurlauben : Hisl. n i i re 
des Suisses. — Girard: Hist. des officiers suisses, I. — 
Id. : Nobiliaire militaire suisse, 1. — May de Romain- 
môtiers : Hist. militaire île la Suisse, VI. — A/Jll. 

— Mûlinen ; Hclvetia sacra. — F.-W. von Mûlinen : 
Vas frantiis. schweizerreniment am 10 Angust i!9'2. 
-M.de Diesbach : Lotus d'Affry, Landammann d, 
la Suisse, dans JSO 1903. — Hartmann : Les Si 'sses 
célèbres des temps modernes. — Etrennes fril» 

ses, IS71, 1874. 18S0, 189S. - Vallière : Honneur et fidé- 
lité. - ASG 1901. - Hvrvoix : Mort du grand Coudé, 
Revue des quesl. hist., 69, 1900, p 194-206 - RSX, art. 
Henseler sur d'Affry. - ASHFIX, 13, -2!. 25, 32, 39. - 
Rott : Inv., IV et V. - Die Schweiz, 1861, 1. - P. Gi- 
rard : Oraison funèbre, 1810 — Almanacli fédéral, 1882. 

— MIS 1887, 8S. 91, 93, 96. HT. 1902. 03. Oi. 06, OS. - Fri- 
bourg artist. ,A91Q. et passim pour 1, 

— Le Chamois, 1871. — Sibmacher : Wap} i 

— La Chenayc Desbois : Diction. 1. Dubv : /,'■' il de 
pièces obsi liônali s. Pari ■ 1786. — Maillet : Catal. monn. 
• ' i d., la u v, 11, s, 1870 — Van Loon Hist. i tll. 1 a 
lias, 11. — pour la bibliographie d'Adèle d'A., voir 
SKL. ,I..M.] 

DUOS — 8 



AFTERKAMM, JEAN. Artilleur prêté à Zurich par 
le < omtc Philippe de liesse; dans un document du '; to 
lue 1531, le cmle le laisse provisoirement à Zurich, qui 
manque de bons artilleurs. — J. Slrickler : Aklenslg. :. 
Schuviz. lii'f.-flesch. M. Nr 1482. [F. H.1 

4FSPRUNG, Jean-Michel. Pédagogue ,: écrivain 
populaire, * 21 octobre 1718 à Ulm, , 21 mars 1808 'lan- 
cette ville, 1770 précepteur à Vienne, 1771 profes ■ de 

littérature ail, mande;, Sa.,,- Palak. Après un Ion; i [uur 

en Hollande, il reto aà Vienne, fut registratour-adjoint 

delà Chambre des seigneurs d'Ulm et ensuite fonda un 
institut d'éducation à llcidelberg. En 1791, la révolution 
française le Chassa à Saint-Gall et Lindau, d'où les Au- 
trichiens l'expulsèrent. H remplit ensuite les fonctions de 
secrétaire du gouvernement helvétique et, comme tel, fut 
chargé de la déportation de J.-G. Lavater. Au quartier-gé- 
néral de Masséna il subil un i mpi isonnement. Afsprung de- 
vint encore précepteur à Neuchâtel et à Saint-Gall et ter- 
mina sa carrière vagabonde comme professeur de littéra- 
ture grecque dans sa ville natale. Il fut naturalisé suisse 
le 12 ort. 173Sel lit à cet:, occasion un discours remar- 
quable (Voir lîarth Bibliographie der Schwei:. Ge- 
schichtc n" 3888}. Ses principaux écrits sont : Reise 
durci, einige Cantone der Eidgenossenschafl; Briefe 
ûber die vereiniglen Xiederlande; Bemcrkungen v.bcr 
die Abhandlungen Kônig Friedriclis des Grossen i in 
der deutschen Literalur. Sa patriotische Vorslellung an 
seine liebe Obrigkeit, Frankfurt 1770, dans laquelle il 
recommandait une réforme basée sur le réalisme de 
.l.-.l. Rousseau, ne lui valut, malgré l'approbation en- 
thousiaste de D. Schiibart, qu'un blâme des autorités. — 
Voir Fr. Nicolaï: Beschreibung einer Reise durch 
Deulschland, IX, p. 100. - Fr. Pressel: loh. M. Af- 
spi ung, dam le Wùrtleinherg. JahrbUcher 1865, p. 277 

SS. —ADR 1 130 S. et II 797. [Alfred. Schaer. 

AGARN OU AGAREM (C. Valais. 1». Loèche. V. DGS 
suppl.). Vge et com. de la paroisse de Loèche-Ville, dont 
il lit partie adrainistrativement -eus la domination fran- 
çaisi ,i jusqu'après 1837. Agarn provient de Agartia; en 
1252, Aerl; 1267, Ayert. En 1272 déjà, il y avait à Agarn 
un entrepôt pour le= marchandises des commerçant: 
en pa >age. En 1799, après avoir enlevé le hois de 
l r n, e, les Français, commandés pai le général Xain- 
trailles, incendièrent le village ainsi qu'Ems, Turtig et 
Varone. La chapelle fut scandaleusement mutilée. Agarn 
fui encore la proie des flammes en 1S99 et en 190.'-!. La 
prébende de recteur a été fondée en 1893 par l'ancien 
ciné [g. Hasler. Habitants : 1798, 91; 1829, 145; 1010, 
292. [i. M, | 

AGASSE ou plus anciennement Agace. Familled'ori- 
piue française. — 1. L'or- 
fèvre parisien Etifnnk 
vint, au début du XVII* 
siècle, - , I iblir à Cîen .. 
qu'il quitta en iti ; ur 
I I , i :•. Il fonda une 
famille à Aberdi 
lils, nommé comme lui 
— 2. Etienne, revint à 
Genève, y fu I reçu h a bi 
lanl en I6S2 i ! '; mai ia 
, n 161 9 avec .'mue PI u 
tamour, puis il i, i 
I i ', ■ - 3. Le troisi 

me. El IEXNI . fils ' I 1" : 't 
Mis des précédents, ra- 
mena tonte =a famille à 
Cent ■■ où il était né. Il 
en devint bout g< 

Daniel, le 1"> décembre 

17'i2. — 4. Pliil l 

de sa femme. Catherine 

Aud ' in I et ui 

fille. — 5. Le pn mil r, * le 

21 mars 1707, fut Jacques- Laurent, l'un des pi us 

grands peintre- genevo V l'agi de hu ou dix an--, il 

montra d : ' ■ ' us encot 

. 
bour ri ,,i- fort aisé, il i e cultiva toul i tal ot 









. 



.' 



m 



AGASSIZ 



AGASSI/. 



nue pourson plaisir. Après avoir été, à l'école de peinture 
du Calabri, l'élève do Cassin et de Vanière, il ^ m \ 1 1 à l'a- 
ris lis Itv.jiis de David. Un même temps il étudiait l'anato- 
mit' au Muséum d'histoire naturelle et au laboratoire. Les 
troubles politiques qui avaient compromis plus il une for- 
tune genevois», ruinèrent sa famille. Résolu à gagner sa 
vie parson art, il suivit le conseil de son ami lord Hivers 
ipii l'engageait à se lixcr en Angleterre. Désormais, il nu 
quitta plus ce pays. A Genève, if avait peint plusieurs fort 
beaux portraits, entre autres ceux de sou parent Au- 
déoud-l'azy, de- sa sœur, d.- son cousin 1 .-A. G >sse, etc . 
mais c'était surtout comme animalier qu'il excellait. Il 
pei sévéra dans ce genre et il créa bien des chefs-d a-urro. 
Il \ acquit la célébrité mai.- non la richesse, trop peu 
courtisan pour réussir auprès des grands personnages 
qu'il eut maintes Ibis, à Londres, l'occasion d'approcher. 
Il mourut le 27 décembre ISiï). Son œuvre assez consi- 
dérable est disséminée dans les musées et les collections 
particulières d'Angleterre et do Genève. On trouvera au 
Musée d'An et d Histoire à Genève, le Lieu de récréa- 
tion, au Musée de t'Ariana la Négresse Albinoo ; beau- 
coup de familles genevoises possèdent des tableaux où 
Agasse, Adam Tcepirer el parfois Kirmin Massot ont col- 
laboré, l'un faisant le^ animaux: les autres le pavsate 
et les ligures. — D. Baud-Bovy : Peintres genevois.'l. II. 
Genève, 1904. — De Montet : Fraiice protestante, ll« édi- 
tion. — JG, 1850, ii' G. — lligaud : Recueil de >•< 'nsi ■•- 
gneinents relatifs ù la culture des Beamc-Arts à G< >iè\ e, 
Genève, 1SI0. - MDG VI. [H. Revii.uod ] 

AGASSIZ. Famille vaudoise originaire de Bavois. 
po.-sossionnée à Orbe dè= le XV ; -' li . 
sous le nom d'Agas ;e. Antoine Agas e 
fut châtelain d'Orbe pendant vint I : ns. 
Il fut déposé le 23 juin 1531, dit l'iii- 
refleur, parce qu il était hostile aux Lu- 
thériens et s'opposail aux prédicatii n- 
d'Hollard et de Viret. 11 mourut à Gril- 
le 7 juillet 1551. Ottc famille a donné 
clés lors de nombreux fonctionnaires 
administratifs ou judiciaires dans la 
ville et le bailliage d Orbe. - Armoi- 
ries : d'argent à l'agasse (pie) de sable posée surdt ux écots 
croisés de même (de Mandrot), — Variante; Mi-partie: 
à dextre de gueules charge d'un lion ; à senestn - 
en chef d'azur chargé de trois (leurs de lys et en pointe. 
traversé de gueules et d'or à mi-pieds. (CI., pasteur à 
Corabremont 1796). [A.K.l 

1. Louis-Rodolphe-BexjaMIN, pasteur à Sainl [mier, 
Môtier, Orbe et Concise, y 6 septembre 1S37. l'ère de — 
2. J.ou/s-Ji AN-liooi.i in!-:, un des plus grands nom il 
la science suisse, * AS mai 1807 à Molier (Vully ,-j 14 dé- 
cembre 1873 à Cambridge .(Massachussetts. Ëtat L'ni 
llfait ses études classiques au collègi d< 1; u et au 
gymnase de Lausanne. Puis étudie la médecine el les 
sciences naturelles à Zurich en 1824 à Ileidell : 
et à Munich en 1827. Le 2S avril U ."•'. il est i u d t<-ui 
en philosophie; il avait présenté pour dissertation inaugu- 
rale quelques considérations générales sur les formations 
du squelette dans le règne animal. La même il 

publie, en collaboration avec Martius, son premiei i u- 
vrage, dédié à Cuvier: Selecla gei va el pis- 

cium (/«as in itinere per Brasiliam annis 1' '. . ',-!•<■.'<> 
collegit et pingendos curavit J. /;. de Spix , d , r, 
descriptil et observationibus analomicis illu ' • ' I 
Agassiz (Monachi 1829, f° avec 90 planches II i 
diplôme de docteur en médecine, li 3 avril i 0; le : el 
de sa thèse est : De taxi et syntaxi morpl 
cornex diçlœ. En possession de ce titre, i! s'in lalli à 
Concise où son père était pasteur ; tout en prali , 

médecine, il travaillée deux grands ouvrages, les ! 

c/.es sur les Poissons fossiles, qui n t terminées 

que dix ans plus tard, et les Poissons d'e u d* 

I Europe centrale donl on seul volume a paru comnri 

1 '■' tn ia Ih rais ins publiées en colla boralioi Larl 

k ■ t. Pour compléter ses matériaux, il se rend à I 

1 30; il j enti < en relations intimi avi : 

était recommandé par Alexandre de lliimboldl Cuv 

ilion I énorme quanti 
ra-somblés sur les poissons fossiles L'aniiti le 11 uni 
l"i alut d être nommé à la chaire dllisl di 




• 



. 








- 




"y 

1 


: 




- 



J A 



t 1 S",-ls?:i, 
portrait tiré île la liiog 



nouvellement créée au gymnase de Xcuchnli l Pi 
séjour de IV ans qu il lit dan- cette \ 1 1 1.-, smi a, tjvitû 
porta sur une triple série de sujets. Il commença i 
vouera l'enseignement où il acquit du premier coup' m . ■ 
grande maîtrise : il créa et développa le Musée d ili l 
naturelle qui eon- 

lection de poissons 
d'eau douce et tous 
les fossiles qu'il avail 
rassemblés pour ses 
travaux. Dans le do- 
maine scientifique, il 
continua ses études 
sur les poissons, en 
entreprit d'antres sur 
dill'érents points de 
nali ontologie. CVst à 
N'ouchâtel que parut 
son irio. i " capitale : 
Reclterches sur les 
Poissons fossiles, 5 
volumes avec 400 
planches in-f 1 colo- 
riées, 1833-43, qui lit 
de lui le fondateur [ 
de l'ichtyologie pa- 
léontologique, l'égal 
de Cuvier dans ce do- rja] 
maine. Puis parurent 
: u ci îsivi nient : .Mo- 
nographie d'ëchinodermes vivants el fossiles, \ livrai- 
sons, 57 planches, 1838 ; Desrripl'nm drs Evhir, dernu 
de la Suisse, i livraisons, 25 pi., 1839-1840; Ilist ,■■ . ■ 
turelle des poissons d'eau douce de l'Europe centra 
1 vol. avec 40 pi. color., 183D-1842 ; Nomenclalor zoolo 
gicus fcatalogue de tous les penres animaux avei •' 
mologie et bibliographie), lSi-2 , Monographie des poil 
sons fossiles du vieux a/v., rouge d'Angleterre el de 
Russie (OUI Red Sand- 
stonel, i vol avi : il) pi. 
f , color.. 1S44. A Cote do 
ces éludes zoolo. iqui .il 
se lança dans la géologie 
avec ses travaux qui éta- 
blirent l'existence de la 
période glaciaire. Rappe- Signature d. Louis Agassij! 
Ions eu premier lieu le 

fameux discours d'ouverture de la vingt-deuxième si 
de la Si lé helvétique di si - no - naturelles à V 
chàtel, le 24 juillet 1837. Dans ce premier discoui 
pos ■ i n v^c nuit, il pose les base • ni sur I 

quelli ■ ' édiliéi . de no joui ! i ni oi . I i II ri , 
li... ine i;laciaii i de= blo erratiqm el d 
slrié'i -i fi équentes dans b Jura. (Voir à l'arl G 
l'hi loii de cetl Lhéorie et la pai t qu'.A 
Les années suivantes sont consacr ■ à de études surlcs 
glaciers alpins. C'est d.- celte époque que il 
llàtel des Ai whdtelois (voir cel article). Les i 
ces recherches ont été publié son li titres .' 
i - glat iers, 1 vol. av. 18 pi. K 1840 ; : . 
ni i elli . < <•>■' ,■: , e r rient es s tr les : ;. ; ici - i : 

roi .i . 10 pi. f el 'J i .'i les, IJ 17. Pendant son - 
lesgl i rs de l'Aar, Agassi/ pi il part aux a 

I de la Jungfrau, 2S a lût I '.I . 2 d - 
horn, 29 juilb ' 1815 l a U 10, il travi rsa la : irahli 
1 Hôtel des .Veuchàtelois àGrindehvald ;enl 

1 duGi imsi ! au p edd i Wi Iterl rn I oui i 
lu- les m itéi iaux q ■ : '■ mloloj iqui né " ssi- 

taientetpour prouver l'extension des glaciers i 
il fit plu i en Ai rre, en France et en Al- 

V u s s i s es p u b 1 i ■ i 

i - , et ill Irées : il dont I i iux plan- 

m - nt il accoiii| 

! . faireà I oii , il entretenait pi 

■ . i n '. 1 1 
ellemi n ei ore, le= 
' ' ■ ' 

linesse. 1 un 

L'i] p le pr ■ | 







' 



AGASSIZ 

lluiuholdt réussit à intéresser à celle idée le roi de Prusse 
.alors prince de Neuchàtel, et Agassiz fut chargé d'une rais 
m. ,n scientifique: la comparaison des faunes des Etats-Uni: 
et de. l'Europe. Il s'embarqua en septembre 1810. l'eu uprè: 
son arrivée, il donna une sé- 
rie de «conférences sur le 
|ilan de la création, spéciale- 
ment en ce qui concerne le 
règne animal » ; sur le conseil 
,l„ LycII, il avait été appelé à 
I Institut l.owrll de Boston. 
Ils fil ensuite un cours sur 
les glaciers. Après ce début 
pédagogique, Agassiz se voue 
j sa mission et à l'étude de 
la question glaciaire < n Amé- 
rique ; il n'est pas long à 
trouver des traces laissées 
par les placiers, et qui ve- 
naient confirmer sa lliéori •. 
Haas le nui d'augmenter s m 
matériel, pour étudier les 
poissons d'eau douce et pour 
apprendre à connaître le 
pays, il organise une expé- 
dition au iac Supérieur, à 
laquelle prennent pat I di s 
étudiants, des naturaliste-, et 
des amateurs. A son retour. 
il réunit tons les faits nou- 
veaux et les nombi eusi 

idée-, que celle excursion lui j 

a valu dans un ouvrage re- 
marquable qui nous révèle 
un nouveau côté <lr l'esprit 
d'Agassiz, celui du géogra- 
phe: LakcSuperior,ilsphy 
sical character, cegelal'wn 
ami animais, Uoslon 1350. Il 
rapporta île se- expéditions 
un puissant matériel dont il 

iit le noyau d'un musée, qui devint plus lard le mu-é, de 
zoologie coin parée de Cambridge, l'un des plus in ; 
du monde entier. Au printemps di 1850, il épousa en secon- 
des noces Elisabeth Cabot Cary, de Boston i première 
femme étail Cécile lîraun. la sieur du botaniste Alexan- 
dre Braun, un ami d'Agassiz; il l'avait épousée en 1833): 
ec mariage fut pour beaucoup dans sa résolution de rester 
aux Etats-Unis, he cette époque datent ses recherches sui 
les formations coralligènes de la Ronde, un sujet que 
mu fils Alexandre devait reprendre plus tard. Il les lil 
a la demande du D' Hache, directeur du Const Sureny 
Les résultats de -es recherches ne furent publiés il ■ ra 
lement qu'après sa morl : son fils les lil paraître sous le 
litre de : Report on t/ie Floricla Reefs by J . 1 g ■ .:. a - 
companied by illustrations of Floride. Corals front cirate- 
ings by A.Sonrel, Rurkhardl, Alex. Ayassiz a. Roetter, 
vihh explanalion ofthe plates by L.-F.dePuurtalès, 1SS0. 
Lu 1857, il publie à Boston un ouvrage d'une portée philo- 
sophique, l'Essay on Classilication, réimprimé plus tard 
à Londres, traduit en français par Yôgeli, revu et aug- 
menté par l'auteur, publié sous li titi ' I) l'es ce et a ■ 
la classification en zoologie, Paris 1869. 11 s'eû iree de 
c m battre la doctrine de l'évolution, en niant l'influence 
du milieu dans la variation des organismes, Il cl 
aussi, le premier, à définir les termes ,1" i : i lassification: 
espèce, genre, famille, etc. Dans cette fameusi |u relie des 
réalistes et d<--. nominali les, il se montre nettement réa 
liste en soutenant que ces groupes ne sont pis artitich Es, 
mais correspondent à des réalités, i nfin, il nie l'existence 
d'un centre unique de création dos organismes .-< Ion lui. 
les provinces zoologiques con espondenl chacune à un cen- 
tre de création distinct. — Il «'occupai dément be; 
alors de la question des races humaines ; il a dévelopi 
idées dans un mémoire important, intitule ■'- tetch of I 
natural provinces of thcanimal world and lia >,'.'.,' m 
:•■'■• ,;. '/ 'i en ! i ipes of man, qui a urvi d'inti : ctioi 
au grand ouvrage de Notl et Glid, u, lyp, ; of Ma 
Philadelphie 1851. Contrairement aux idéi Ci i inti . 
Agassiz croit que les hommes ne proviennent pas d'une 



AGASSIZ 



113 



souche commune, mais de rentre- divers, pI que les grou- 
pes primitifs de I espèce humaine correspondi nt ,1 une m i 
nière générale à la distribution des animaux et à leurs com- 
binaisons en faunes C'est, comme on le voit, la conclu- 






- 



















• te. i II, .1, i •!, - .V 



... i,..;.: 
le M .,,l,l ■ 



... lalil, 



-ion de ses études zoologiques. — Dans I i même période, 
Agassiz entreprend un un, rage d'une grande envergure, les 
Co}>.t)-it,.<ii,>i<s to the natural hislory of the United Sta- 
tes, qui devait comprendre dix volumes : quatre seule- 
ment ont paru, illustré! de 80 planches, 1857-1862. — Entre 
temp-, on lui décerna beaucoup ,1 honneurs. En 1852, 
|i i : Cuvier, qui était attribue pour la premièri fois, 
lui lut remis pour ses Poissons fossiles. Puis, en IS57. 
on lui offrit la chain de paléontologie au Muséum d'his- 
toire naturelle à Paris, poste qu'il refusa, estimant que 

■ ' ■ ; . n'était pas li i minéi en Amérique. Apri - un 

. qui reçut la même réponse, Ni 
I 11 lui conféra la croix de la Légi n d I unn< ur. L'élé 
1859, s . a : le pa i en I urope . ni endil u il 
amis d'Angleterre cl ,1' i-i ance, et vit eu Suisse sa ni •■ 
pour la dernière fois. De retour en \merique, il reprit 

son activité pi r>fi - dl et sci lilique Quand i 

!i ; aerre de Sécession, il prit parti pour les ne n 

c] ,i a justifier si manière de voir pai s,.- travaux 

scientifiques antérii irs. Mais depuis quelques 

déjà, sa santé était minée pai -, tri c exci sifs; il dut 

s'accorder des i.ie.i m- .. et finalement un -, ji ur a 

C ; ■■ , icpédition fut léfrayéc par Natanicl l'hayer, un de 

-•s ami.-,: après un séjour de trois is .< I 

Agassiz et sou état major scientifique explorèrent | 
dix mois le bas in de I Amazone. \ s'étail 

Jeux s'ij, ls d'étude : la faun i 

,.t I. _ laciers quaternaires, dont il trouva il,' > irai 
jusqu'aux sources ,1c l'Amazotie. Il ramena une 

rab :i mal riaux, dont entre autn !.. ■ 
ces Je ; lors un peu plus 

■ : | 

; , . , . ... ■ I , . ■ . au Jlrcsil, 1 1 ' pa i . , , I i . 

Paris 1860 En 1871, il s'embarqua de nouveau sur un 
navire qui l'a: ait le lourde l'Amérique, de Bosti 
! ■ u par le détroit di Magellan. Il ■ 

dont I , .. 

; i ■ 

il en déco .'rit di traces dans tout le sud du continent 



■116 



AGASSIZ 



Le récit do celte expédition ;i été publié sou-, |. litre de : 
Un voyage d'exploration scientifique dans l'Atlantique 
et l'Amérique du Sud, dans la néons cours scient . IV. 
p. Hi'T ss. (1873). C'est au cours tic ce voyage, ;i' 
qu'il apprit sa nomination de membre étranger île l'Ins- 
titut de France De retour à Cambridge, il s'employa à 
fonder une école d'été sur la côte du Massachiissrtts, où 
instituteurs et institutrices pussent, peu. huit leurs va. an- 
ces, se récréei et s'instruire en étudiant l'histoire natu- 
relle. Surmené par tous ses travaux scientifiques et par 






■ ■ 

. \fl ■ • 

_._ 

. > i 
■ -' : 

-- t) - ^-,! • I p . 

i/U I ■ - J --'-■'- ■- S . - '---• ! 

•- ; i - ■ ! \ I ; ----- ±7i22 

'\ ' ' j 

j i ■ : 

■ '■• . 

- • 



il i dit I! ans 
se des Scit " ' .. 

son enseignement, il mourut à Cambridge le 14 décembre 
1873. On l'enlerra au cimetière du MountAuburn ; m sa 
lombefut placé un I ic I ranitdu glacier de l'Aar. Sa morl 
fut considérée aux h'.<\- L'nis comme un di uil national. 
Au point du .i. entitique, Aga siz a excellé dans trois 
domaines. Il est le fondateur de la Lin lire et le 

pionnier de la gla< r l'art. Gu l n second 

lieu, on ! li it i.i cré lion de l'ichtyologie fossile; dans 
cette partie, il est l'égal de Cuvier ; son ouvrage -ur les 
Poissons i ■ ili - i -'. devenu classique et sa cl 
des poissons est, à peu de chose pré--, ii systématique 
actuelle ; de plus, < es sur les pois ons rivants 

leur el ibl j ' avec celle-; de Luvii r. les prem - 

r.. s :■ !.• relies mél ir la qu 

qu'elles oi i forment la base de no. connai 

sur les poissons. En zoologie, il faut encon r 
ses travaux sur les! lermes et les Coraux qui furent 

poursuivis par ' ■. ■'■ Edouard I'< sor et 

Alexandre \ c ..;-. , son is. L'u culé de son a 
a trop méconnu, c'est cel li qui a Irait a la 
physique. Grâce à ses recherches sur les glaciers suisses, 



AGASSI/. 

il avait acquis une si grande habileté à anal) - i I 
topographiques qu'il reconstituait avec une aisanci 
prenante I histoii e de la surface terrestre depuis I. i 
quaternaires. Cette di position est frappante entn 
dans ?.. .n ouvrage sur I. lac Supérieur. Cahot qui a . . i ■ 
I.. récit de celte excursion raconte qu'il décrivit à ... 
compagnons l'histoire des chutes .In Niagara et .p ■ 
leur en narra le développement futur. — Dans un 
doma m. ■ enfin, Agassiz est sans égal: c'csl dai 

-■. nement. Tous ses élèves, en Suisse com n Améri 

que, ont raconté comment il savait se mettre à la porl. 
il un auditoire quel qu'il lût et exciter sou enthousia m 
pour les sujets les plus nouveaux et les pins ardus. Il !• 
dut à son esprit éminemment synthétique i I à son amo 
pour l'humanité. En résumé, si A a--i/ ne fui pas un 
nie à l'in lar de New ton. de Lamarck ou de Pas leur, il : i 
ci pendanl I égal de llumboldt el de Cuyier. L'oubli .1 u 
lequel on le Lient en Suisse est injuste si l'on songe qm 
la seul.' époque pendant laquelle Ncuchâ tel a été un cenlr, 
scientifique vers lequel se tournaient lesrcgardsdel'Europ. 
savante est précisément celle où Agassiz professait. — 
Voir: 17. -C. Agassiz: Louis Agassiz, su vie el sa corn 
pi m douce; trad. A. Mayor, Paris 1887. — J. .Manon : Life, 
letlers and works of !.. Agassiz, Londres IS'Jli (contiem 
la liste complète des publications d'Agassiz). — L. Kavre: 
Louis Agassiz (Programme <les cours de l'Acadén 
Neuchâtel, 1878-1879). - Centenain d'Agassiz: plu tour-, 
discours publiés dans le lin II. Suc. vavd s iencesnat., 1907. 
— M. de Tribolet: L. Agassiz el son séjour Neuchdti < 
1833 à Î840 et Th. Studer : Die Bedeutuhg von I I 
si; fur die zoologisc/ie IVissenschafl (dans les Actes de le 
Soc. suisse des se. nat. 1907). — VV. James: L. Agas i: 
woeds spoken al the réception of t>>e anteric. soc. o/ 
naluralists, Cambridge, 1S'J7. — Soc. de Belles-Lettres : 
Souvenir de l'inauguration du buste élevé u !.. Agi 
Neuchâtel, 1887. — E. Blanchard: Un naturaliste <U< 
XIX' siècle, L. Agassiz (dans la Revue des Deux ÎJondi *, 
juillet-août 1875). — Cne bonne partie des . • 
d'Agassi. e, notes de cours et de vo 

manuscrits, ouvra uaux de planches), est conser- 

vée à I [nstilul d Géol e de l'Uni i té d '■ 
Ses collections de 2 logi si ni la p ipri te du ' 
d'Histoire naturelle do Neuchâtel; il en est de 
pour ses collection? européennes de paléontologie. 

3. Alexandre, (Ils du précédent, * 17 décembi I 
à Neuchâtel, f 28 mais 1910 aux 17tats-Unis. Ne s'établit 
en Amérique qu'après 






le second maria/.- de 
son père, en ISoO. II 
termine ses études à 
Harvard où profes 
sait s 'ii père : • 
les scien. naturel 
Ks. chimiqui set I 
n i q es , pi o i t I ' 

d'ingénieur. N 

assistant au ('. S. 
Coast Survey en lc.79 ; \ 
au Harvard Coll 
1860; inspecteur di - 
minei de cuivre û ■ 
1!. lila sur le lac So- 
dé I8G6 à 
I8G9 i lagne un foi - 
lune considérable i n 
■ tpl .il int des mine?. 
I loi - 

ni aux scien- 
i alurelles. En 
1874, à la le 
.son père, il i t 1 
mé curateur, puis 
din et ui . • I 

Celte ins- 
til tii t. lui doit le di qu'elle a 

pri el qui la place au premier rm, des musées mon- 
! : , ; • . ; Londi el de Pari , M; i • n activité 

: 

C'ici t> recy avanl mi i 

•-■, il lit, de lo70à 190J, de fréquentes expédition» 






i 
■ 
i 



lS3j-1910j 
■ lire Je» 

■s naturel! 



AGASSIZHORN 

qui le conduisirent aux Antilles, aux Sandwich, à Fidji, 
à la Grande Barrière d'Australie, à l'isthme de Panama, 
etc. Au cours de ces expéditions, il recueillit un immense 
matériel zoologique qui lit le sujet de nombreux tra- 
vaux. Voir entre autres: Three cruises Of tlie U. S. 
Coasl and Geodetic Sun-ei/ steamer Iliade /S77-W0, 
2 vol. I88S; Norlh American Acalephae, Cambridge 
1860; Kortli American Star/is/n-s, I877; On llie deie- 
lopmenl of thc Ctenophara, 1874; Becision 0/ tlie 
Echini, 2 vol. 1872. Ses travaux ont porté essentiellement 
sur les Echinodermes, les Coraux, les Vers et li - Pois- 
sons d'Amérique. Mais les études qui ont eu le plus grand 
résultat, ce sont celles qu'il a consacrées ans récifs île co- 
raux. Au moment où il a commencé ses recherches, deux 
théories étaient en présence : celle de Darwin, d'apn la 
quelle les récifs se forment par le déx'eloppemenl en hau- 
teur de coraux sur un soubassement qui s'enfonce, et 
celle de Murray qui prétend qu'ils s'édifient par le dé- 
veloppement latéral de coraux établis sur un sonnas e- 
ment stable. Les études ri'Agassiz le conduisirent à dé- 
velopper la théorie de Murray, pn lui donnant une forme 
plus extrême encore; pour lui, les région; coralliennes 
sont plutôt en voie de soulèvement que d'affaissement; et 
les formes des récils sont du-: s à l'érosion marine et 
éolienne. (Voir : .-1 reconnaissance of Ihe Bahama and of 
thc clrvaled reefs of Cuba, dan- le Bull. Uns. romp 
tool. Harvard Collège. XXVI. li>94. - Tlie elevaled reef 
of Florida, id XXVIII. Ixn, - Tlie islands and coral 
reefs of Fiji, id. XXXIII. IS99. — The coral reefs of tlie 
tropical Pacific. 3 roi., dans les.Vc?n. Mtis. r..//</> '/<■ ■!.. 
XX VU 1. 1903 Le recherches .modernes, celles en parti- 
culierde W. M Davis ( Les falaises et tes réci/s coratlii n 
de Tahiti, dans Annales d< Géographie 1913) semblent 

donner tort aux conclu- - d'Agassiz ; on doit considéi 1 1 

la théorie de Darwin comme générale, cille d'Agassi? 
comme ne s'appliquant qu'à des cas isolés, tels que la 
Floride. Les études d'Agassiz sur la Floride sont inté- 
ressante» parce que. en se basant sur l'âge des bancs 
de coraux qui la constituent, elles fixent les débuts de 
l'activité humaine à un minimum de 200.000 an» d'ici. 
Voir: (. -li. Auassiz : Letters and Hecoilcctions of 
AlexanderAgassizirilli a ski tel* ofliis lifcancl uork (avec 
un portrait). Koston 1913. Memoirs of tlie Mus. comp. 
zool. of Harvard Collège. Cambridge, 1910. - tt'lto'» 
ll'/io in America. VI. 1910. - R. v. rlertwig in Sitzungt- 
berichte der math. Klassc der K. Akndemie der Wis- 
senschaften :tt Mûnchc.n, 1911.— Handieûrterbuch der 
Natnncisscnschaften. 1. — Actes de la Soc. suisse des 
sciences naturelles. 1910. M. O. [•'kick.] 

AGASSIZHORN. Sommité (3956 m. 1 dans les Alpes 
bernoises (Y. DOS à laquelle Desordonna ce nom en 1S40 
en l'honneur de Louis Agas iz ; première ascension en 
1872.- De même I'Agassi/jocii [3850 th.). col franchi 
pour la première l'ois en ISfi6. — Voie D ! Dubi : Hnch- 
, v bi gifûh'rer durcli die. Berner Alpen, t. III. p. 14, 
S6, 19 19. 1 i ; " 

AGASUL il'., /m ich, D. Pl'Sffikon. V. DGS . 'Jrè? an- 
cien hameau de la coin civil. » Oberhofgemeinde olllnau. 
En 7C4, 1 itger lil don au couvent de Saint-i.all de la mojjié 
de ses Liens patrimoniaux à Ag/iinsutara, et en 774, 
Blitgaer lit de même pour sa propriété à Aginsulaga. 
ilar'tmot, abbé de Saint-Gall. afferma lu S81 à Amalbcrl 
les biens du couvent .1 Agtu ulun Les detis comtes 
Hartmann de Kibourg femirent en 1239 au couvent de 
Tôss la moitié du domaine d'A. que le ministérial Henri 
de Wurmenhuscn lui avait donné. Son neveu ['iern 
de Wurmc-nhusen compléta ce don en 1557 I 1 nom d'A. 
contient suri menl comme deuxième éléinenl alid. snlaga, 
sulaga -- mare, bout li'u r ù le gibii 1 se vauln siihlt • |, 
un mol qui se trouve aus 1 dans le nom (1 • ml roi I Sul 

yen (voir .S' J VII. 800 : dans le ; icr élément ne se 

trouve guère le nom rare el douteux il '.-1;/ r Fôrste- 

mann P 15 ss.l mais plutôt l'ahd. agan'a C.inlï : Alid. 
i>j,rai tischal: I. \:'<i ■'■■ ni il utudrail [u. mire plutôt ! 1 
signification de l'éluqne, une espèce de mauvais lierb 
[lat. / :<stuca) que ci Ile généralcmenl admi e rie balle du 
blé; donc mare près 1I1 - IV'-luques ' — Du ihai h d'A \ ■ •- 
suler . bout ,'eois de Zurich depuis l'un, él lil au service 
des seigneurs au Rïul 11. -- Voir VA l-lll. - à' 
111. - Zîtrch. Bïtrgei Imch. 1. p 01. 1 il ei k. Si ; 



AGES 



117 



AGATHOPOLIS. Voir NEl'ENSTADT. 
AGAUNE. Voir S.\1M-M\I RICE 

A G EN, BATAILLE D'. I.Orsqtl'eO 1 1* l av.J.-C. les Romains 
eurent organisé la Gaule narbonnaise, ils se trouvèrent 
menacés par l'invasion des Cimbres et des Teutons, C'était 
la première lui- que d' s tribus celtiques el germaniques 
foulaient le sol romain pour en prendre possession. Après 
avoir, dans leurs incursions au nord des Alpes, entraîne 
deux tribus des Helvètes, Ips Toygènes el les Tigurins, 
ils battirent le consul romain, M Junius Silanus, sur les 
frontières des Allobro es, tandis que les Tigurins seuls, 

sont la conduite de Divico, se dirigeant vers le sud 1 

battaient complètement le consul romain Ca ;ius Lon ;i 
nus dans le pays des Nitiobriges, près d'Agcn sur la Ga- 
ronne (Agicnum, Loi et Garonne). Le consul et une grande 
partie de ses soldai- tombèrent; les survivants durent 
pi er t ius le joug, Celte défaite fut suivie en 105 de 

celle d'Ara usio (Orange Ci 1 lanl les Tigurins ne ■ urcnl 

pas profiter do leur victoire et Marins sauva Home de 
I invo i m. L'endn il de la ha taille n'est toutefois pas suffi- 
samment déterminé. — Voir Tite-l.ive : Epil.LW. 
Gisi : QucltcnbucJi I (1869), p. 211-234. - C. Jullian : 
11, ta, ■ de la Gaule, -lil, p. 57 et 359. [R. Tatarisi.ff.] 
AGENCE DES PRISONNIERS DE GUERRE. 

Voir CnOIX-1 1 

AGENSTEIN, Pierre, de Diemtigen, d'abord tré- 
sorier, banneret 1716-1722, lieutenant 1723-1729 et de nou- 
veau bnnneret du Ras-Simmenthal. e serait élevé virile- 
ini nt, devant le gouvernenienl ih' lîi rne. contre le proji t 

de la dit lu lait.' - Voir AIIVB I. 397. [II. T.] 

AGENT NATIONAL. S. m- la République helvétique, 
ait i titi repi ésentant di l'autorité execu- 
tive, désigné dans chaque commune ou section de com- 
mune par le sous-prél'i i du district. L'agent national rem- ■ 
plissait une parti'' des fonctions attribuées aujourd'hui au 
svndic. — mil. [Kivky.] 
' AGERSTENBACH [C. Tluirgovie, l>. Krenzlingen, 
Corn. Ermatingcn. V. OGi>). ferme près d'Ermatingi n sur 
la i otite de Steckborn à Constance. Dans un rentier du bail- 
li; ' Ermatingcn, de I445. VAgelslurenbach [de l'ahd. 

ngalstra = pie) est mentionné eomnn propriété frontière. 
Vers le milieu du XVII I sièi le, le collègi des Jésuites de 
Constance j construisit, comnie lieu de séjour, une mai- 
son de frères, Sainte-Marguerite, celait un fief de Rei 
chenau auquel étaient attt ibués quatre arpents d i 
et deux faux de pré. Après la suppression du collège en 
177i. la maison, légèrement construite, tomba rapide- 
mi nt '-n ruine et fut vendue en I7SI au peintre Sébastii n 
Mattlin. à Ermatingcn. Voir AC Thurgovie. Abt.Meers- 
burg, Ermatingcn.— l'upikofer: Kant. Thurgau (im Ci r». 

da-Scl i:... I^><] 

AGES. On donne le nom il âges aux grandes divisions 
d, - i, mps prél isl "- I âge de la piei re, I âge du 
■ i t l'âge du fi r 

On a, en 1 Ilot, rd onuu de bonne heure que li plus 
ieul faites de pierri cl de silex : puis 
' métal 1 inpliica la piei ru : li bi unze d'abord, le [er 
ensuit,.. Cependanl, celle division en trois âges sui 
1 uniquement sur la matière employée pour la con 

! , lion des priu. i pales armes et tli - outils les plus usuels, 
!, sain ait servir île b ise, à elle seul ■. à un cla 
,,-:, ntitique d< - 1 ■ Il riions d'objets préhistoriques. En ef- 
fcl, si l'usage des in Irniiienls de pii'rrc finit par être 
. iinplètenietit abandi nné I u sqne le métal fut 
nnn. en revanche, le bronze continua à ëlre employé 
concurremmenl a\ec le fi r pendanl 1 ml I ■ ■ 
, ommi dm anl l'épi ; ■ rom 1 1 el celle ■' - < 

1 , silic - 1 pi'éli -'i st aujourd'hui _basée 

nu ni sur la lypol est-à-din 

. ,. formes ix 1 ' cours il 

1 1 ] , ■;,,. nt il objt'l .1 api ' - I; ' i re dont ils sont 

faits esl aujoui 'I hni uplèl mi 1 I 

Nous donnerons ici un aperçu de l'histr.iro du système 
il, . (,,,,. , . i-ei pour b ; ' 1 

■ Déjàet 

nie pai ll< iode el p ir Lucie.-- la thé li Iroi 

ni fui appliqm 1 l'une mat i( ni lique q le ims 

■ 11 Si ind'ni ■'.' ■ H I8i3, Vrd ! S 

i il histoire dll D 

mais 1 t en lbUti ulemi ut que Thomsen applique ce 



MS 



AGETTES 



ACUK 



système pour la premiers foi* an classement du musée 
de Copenhague. La même année, ot indépendamment de 
Thomsen, Lisch l'adopta pour sa publication du musée 
grand-ducal de Ludvrigslust (Mccklembourg-Schwerin). 
Worsaae, qui avail succédé à ïhomsen, proposa de di- 
viser l'âge de la pierre el l'âge du bronze chacun en deux 
péi iodes successivi « et l'âge du fer en trois périodes. Celle 
division de l'âge de la pierre ne concernai! que l'époque néo- 
lithique, l'époque paléolithique faisant délaut dans le nord. 
C'est en 1806 que Lubhoi k reconnut l'existence d deux 
âges de In pierre : un premier âge de la pierre, ou épo- 
que paléolithique, et un si rond âge de la pii rrc, ou épo- 
que néolithique ; en 1809, G. de Mortillet présentait sa 

classification de l'époque paléolithiqi n quatre périodes 

successives, classification qui est demeurée en usage jus 



Paris la 23 décembre 18*20, fille de Louis. On a d'elle 
roman : Eléonurc <lc Cressy, Genève et Paris, l.-j 
notice qui précède cet ouvrage posthume raconti 

(lui- un séj t n France, elle eut occasion de Mur II '• 

parte, très jeune encore, ti sous-licutenanl d'à 
Une relation suivie s'établit entre eux ; Bonaparte, 
son départ, corn 'pondit quelque temps encore a 
qu'il avait pri l'habitu le d'appel, i sa bonnt ma 
ne l'oublia point dans sa prospérité; il la vit à N 
1 797 ; à Chambéry, après la bataille de Mareng'o. l'| 
lard, elle reçut de lui une pension de GOiM fr. - /', .., 
pi-otcslan.tr, 2 édit. t. I, col. 51. [I 

AGIEZiC. Vaud, I). Orbe. V. UGS). Village cité . ■ 
ion >.,ii~ le nom i['A:iacus, nom dérivé du genlili 
Abidius. Un cimetière burgonde y a été découvert ei 



qu'à nos jours aines avoir subi toutefois d'importantes 1830; ses restes ont été dispersés. Le village lit partie d 
modilications. En 1872, Hildcbrand, directeur du Musée domaine royal d. I' ,!ire,,gne, pin lard, dès le XI«s., de l ■ 



Kpoqut 



géologiq n 
et historique 



Paléolilhiqi 



Clielléenne. 
^ Acbeuléenne. 

Moustérienne. 
/ Auriguacienne. 
' Solutréi nne. 

Magdalénienne, 



Mésolithique . A,} lienm . 
Néolithique I Néolithique 




intergla- ^ Manque i n Suie c. 
ciaire ; Manque en Su 
(Riss-Wûrm) Wlldl irelili. Cotenchor. 
( Manque en Sui: e. 
' postglaciaire . Manque en Suisse 

Schweizersbild, ïhaingen, Salèvc, H 
stein, ete. 

Du seck. 



Si. liions lai ustres, sépullurt 



irseck. Tliii r- 



Stations lacustres (Fcnis). 
Stations lacustres, sépultures. 



50 3v.-:,ii,'c J -C Vil e i . 



Manque ,n .-'ni--.-. (Le Bronze l'v se prolonge ei 

Suisse jusqu'au Ilallstatt II). 
Tumuli. 

Sépultures (Les '■'> phases a, b et r n'ont été recon- 
nues jusqu'à ee jour qu'en Suisse. D r Viollier : 
l.rs sépultures iin second dor tin fer. Genève 1016 
•puliuies, station de la Tène. 



de Stockholm, reconnut qui l'agi du foi comprenait deux 
époques successive: qu'il nomma pi en il' r à; ■■ du fer, ou 
époque de- Ilallstat t. et deuxième âged : I [lie de La 

Tène. La subdivision de I époque di l.aïèn en trois pério- 
des remonte à ISSTi ; i Ile est due à I isi lilei . direi teui du 
musée de Ko-nîgsberg. [.a même année Moiitelius. direc- 
teur du musée de Stockholm, proposait di divisru l'a e du 
bronze Scandinave en six péri des. M.Hneines: Mitlril. 
tli-r onllirtit>.Vesi-II*ci,nft 'h Wirn XXIII 1893", p. 71. 

Le nombre des péri nies van,' pour chaque âge suivant 
les pays cl suivant le plus ou moins grand dévi lopnenu-nt 
pris par le dilléi'entes civilisations pivhisl .rii 

admet aujourd'hui, poui l'Hui-ope uecid mtali ! - di' ision; 
suivantes, divisions qui sont applicable: en particuliui ■ 
la Suisse (vnii lahli au ei dessusi. Vioi.i 

AGETTES (LESi G. Valais. |) II, in-, V. DUS. 
suppl. . Kn 1250.4g ' nu ie.ii tti (.'r I 13H - il bi 11 : ir 
aphérèse Gietu th II I(W en I Ji .7 1-270. A'i <rt t. '•' 
et.- . -, ni ,|c roriiu s fr.' pieuti - au XIII poui 

gnei la tiète, c.-â-d. le uiaveii, pâturage de pi iiitenips i : 

d'auto Agell 1 dérivé di \tlii-, tu <) c -à- I ' non 

fui ■ i adir, ta. Iii.-us ,id I i DIIV. 

A ,i: n - \ux NUI el Xl\ s., Agell - était un ■ ■ d< 
lie la 'J'ciue pour passi r ensuite à la m : 
l.a e niiiume aunarle ni a la pan 's-,- ,|, Vev Habitants : 
1798, 15.: 1910. 310 \ r L. Mevei i .'■ »c/i ••' r 
dieSft-ai hr i on f.'»i/i« h. p. >•' t 117 H. Mn.| 

ACIER, Marik, *à Genève le 3 févriei 1712, , à 



terre de Humain mût ici- . L'ne famille n bit d'Agiezest men- 
tionnée dès I i i 1 1 I ii ' ami di Vaumarcus en hérita et lil 
en \ '.'■■'• aliandi bii n- au prieui de Homaim 

Celui-ci ailministrail le village pai un mayoi .Le 
du ru m di I lioma -> i construisirent au XYli • - m 
m d on -"i .'. neuriale, que l'on nomm le cl I 
i été constitué en paroisse après Yl ■ 
pi nli iblémi ni >!" \ i v i cle elle a été i emaniée en 11387. 
L'n hameau, le; l/i 'I v - iez, doit son nom à un mou 

lin du coiivi nt de B i i.iii m ' ii : nu ntionn il 141 
utilisé jusque ver* 1825, 1)11 V 1. p, 18 19. [m. K.| 
AGLIÉ (cl') ou AILLÉ (d'|. le nom - trouve ■ : 
sous iliil.'rente- foi mes : d'Ah i ■ 
,1 >,i.i en latin e, |,/ ,</, , ou deAlh- 
(,,„ , nlin de Xithil-Marthi d'Aillé. Il 
: i , 
ilès le XI \ 
il le' 1372 Bu , - 1 : dr Allndiis, pré- 

eédei ni cm é de \ est cha- 

i v ille . il est ne nlii • 
1 ; , nmbuli .!• Franchi 
par \'l', mai l-'alu Le neveu !• Bi 
ebard, li.\i un l i vv d. Ali ■!■:-. est 
crélaire de la i ille en 1 100. ! n I 107, Uaistiii i 
S visi - \l vi. un •l'Aitlr reçoit ratuitemeiil le droit de 

1 rgi isie : il est in I" I en 1171. 

,;,,., . -, i | eu rs si 

. , Il . . n le OUI 





il Al' 



AGLIO 

Ion tic Vaud, et celle de Corbière, dans le canton tic Fri- 
hourg. Elle disparaît des annales genevoises à la fin du 
XVI* siècle, tout on subsistant en Italie. Le dernier de 
ses membres qui nous suit connu, à Genève, est Pierre 
il>' Saint-Martin d'Aillé, encore vivant en 1509. - Galillc : 
MS, aux AE de Genève. -- Ad. Gautier : Familles 
t/rnevoises d'origine italienne, Bari. 1S93. - P. II. 331 
aux AE de Genève. [h.Rkvii.u. m | 

AGLIO, ALLIO, DALLIO, (le ALLIO, LAGLIO, 
ou dell'AGLIO. Aujourd liui le nom 
delà branche de Arzo [D Mendrisio) s'é- 
crit toujours Allio. Famille noble el très 
ancienne île Dissone, de laquelle lire 
probablement son origine la famille du 
même nom, que l'on trouve déjà au 
XVIII' s. à Arzo et qui nous donna le 
sculpteur el peintre Andréa Salvalore. 
Vegczzi voudrait faire dériver li s Aglio de 
Rissone de la famille des Aglio de Val 
d'Intelvi. Les Aglio de Bissone s'allièrent, 
probablement vers la moitié tin XV1« s., 
avec l'ancienne famille noble dosGarovo, 
elle aussi il-.' Rissone, et constituèrent :i insî la famille des 
Garovaglio (voir ce nom). - 1 iJosiCs'ico,. architecte, de 
Rissone. Par diplôme du 2-2 juin 1558 l'empereur Ferdi- 
nand 1 l'anoblit, ainsi que ses frères Andréa el Giovanni 
et leur concéda en même temps une augmentation d'ar- 
moiries. Domcnico travaillait à celle époque-là pour l'em- 
pereur dans la Croatie et la Slavonie. — MStor. 1893. 

— Voir la description des armes îles Aglio de Rissr.ne 
dans A1IS 1918. p. 66. — 2. Giaco.mo iaclio d'Arzo tra- 
vaillait avec d'autres compatriotes, vers 1605, à l'ornemen- 
tation de la chapelle principale «lu dôme de Côme. — 
3. I'aoi.o m: Ai.i.io. artiste qui travaillait au commence- 
mcnl du XVII e s. à l'Abbaye de St-Florian. en Autriche. 

— \. Anwii:) Salvatore* 1736, t 1786, d'Arzo, sculpteur 
et peintre sur marbre. Il vécut presque toujours à l'étran- 
ger, sui-toiit en Save. La tradition veut qu'il soit revenu en 
17*0 au village natal. Il imenla de nouvelles machines 
pour scier le m irbi e et aurait li ouvé moyen de peindre le 
marbre II copia sur marbre des tableaux célèbres la 
Vierge de lîovilli, pour la reine de Sa ni ligne ; la naissan • 
de Marie de Médicis, de lluhens. pour le comte 1 irniian, 
résident impérial à Milan, elc. En 1752 il va à la ci tir tle 
Dresde et y reste 22 ans. En 1781 il réussit à imiter l'al- 
bâtre foncé. Oeuvres principales : une table avec petit- 
amours et méandres pour le roi de Sardaigne ; l'autel en 
marbre, de st;le rococo, île l'église de Borna (Saxe), 1756. 
Il était aussi marbrier de la cour et avait la garde des sta- 
tues en marbre du grand jardin il" Dresde. - 5. AxtntEA, 
curé d'Arzo, * à Arzo le 18 seplcmhri !8l)2. f le I novem- 
bre IS6I. D'abtird vicaire ensuite, de 1828 à ISfil. curé 
d'Arzo. Député au Grand Conseil tessinob de IS't'i à 1852, 
où il représenta II cercle di Riva S Vil il Vun i iei du 
1" bataillon tessinnis à In guerre du Sonderbund II l'ut 
renommé comme bon orateur. — 6. Frani.i - ■ o '■ i io 
sculpteur sur bois el architecte du XIX' s. On lui doit la 
chaire en buis sculpté que l'on admire dan! 17 i pa- 
roissialedi' Meride il'. Mendrisinj el les travaux il" res- 
tauration de l'église de l'Inimaculée (".onreplion de l.u- 
gand. ■- ALUK. -- Rianchi : Artisli Tieinesi. - Oldelli : 

Mzionario. -- VA'eiss h- i . l.androgieien \. 

gezzi : Esjxixizionc tarit ■■ . - Dot la : / Tieinesi... — Ro-si : 
// Snnderbund m ' 77,,..... [n- C. Thezzisi.] 

AGNADINft. Voir 1 MiAIilN 

AGNAS (ALLASi. M i viation t-AS At.XASfC. Grisons, 
l>. Jlaloja. r.nm. Revers. V. UGS). Ancienne auberge au 
boni de l'Inn. entre Revers el Ponte. Ce nom 
tirait de boutpiel d'aulnes, désinence romanche alla* 
Auas « aux aulnes ■, el île .marécage, tb i 
mande .lu. C'était autrefois l'auli rge la plus ren mméi 
de l'Engadine. à cinq lu tires des hospices de l'Ail ula el 
do la Rernina. C'est là qui s'assemblait autrefois, tous 
les deux ans. la landsg, m. inde • 1 < la Haul Ki 
ipi.' les délégués des communes -■ réuni lient en 
tribunal suprême dans les cas importants et que depuis 
les temps les j>1 u ~ ancien- les hommes et les jeunes 
:.!■-. |.' la milice de la vallée étaient passés en revue 
avanl le départ. C'est à las Agnas que chaque semaine 
les notables du pays se donnaient rencli z vous, el un jour 



AGNELUJS 



II!» 



même les francs-maçons il" l« llaulc-Engadine y tin- 
rent leurs assises. C'a y vit même souvent des bals élé- 
gants, l'ans le voisinage se trouve la Fontaine des merlei 
(fontana mcrla) qui fait la frontière, entre Sur l'ontana 
merla et Suol l'ontana merla, des deux juridictions delà 
llautc-Engadine. Les archives de la Haiite-Engadinc 
possèdent quelques document intéressants sur A. Le 1.7 
aviil 1555, Sébastien Nuot, propriétaire de la mai on di 
l'An, annonce à la landsgi meinde réunie à Zuoz qu'il a 
, nouvellement installe dans son immeuble une belle cham- 
bre chauflable à l'usage et pour la plus grande sécurité 
du tribunal de la juridiction, Ayant demandé une con- 
ti ibution aux frai i, il lui e I alloué vingt florins du Rhin. 
l'n I55G la justice de Samaden prononce, dans un diffé- 
rend entre Sébastien Nuot et la localité voi in de Revei . 
que cil. dernière mettra à Lan la forêt dé Churing de 
telle sorte que la maison de Sébastien dans l'An soil pro- 
tégée contre les avalanches; en outre Revers lui four- 
nira le bois pour une conduite d'eau. Lu 1717, les repré- 
-. m intsdi localités de la juridiction delà llaute-Engadine 
déi idenl que li propriétaires de l'An recevront de la juri- 
diction vingt florin pour lesquels ils s'engagent à tou- 
jours à chauffer i la belle chambre neuve » à chaque 
injonction du landammarm. — Voir Z. Pallioppi . Oi I 
namen des Kl. Graub. 11 2,1, n 223 C. - U. Campell : 
U/itisrfic C.osch. (Ausg. Mohr) 1, 70. H.-L. Lehmann : 
Oie II publil. Graub. histnr. r/engraph. statist. dargest. 
Magdeburg 1707 1,332, - I. i.t-chncr: Piz Languard u. 
<iic II, , nina Gruppe, 2« i lit. Leipzi . 1865, p. 129. - M. 
Caviezel: Pas Oberengadi) . Coire, I87G, p 101. - J. K. 
v. Tscharnor : DerKaut. Graub. hisl geog. slat. dargt I 
Coire. 1812, p. 2S1. - J. Robbi : T)cr erslc Winterl .... 
im Obereni/adin. S. A., Samaden, 1913, p. 15. — Regesten 
des Krcisa'rchirs Obèrent) rclin, n" 15, 50. 87. K. r 

AGNELET. Famille bourgi oîse de Ni uchàti ! au XIV' 
siècle. — (iiiir.MN fils A. ligure dans la reconnaissance 
de celte ville en Lf.'éî Six ans plus tard, un nommé A., 
pn bablement le même, était boursier de Ncuchâtel 
En 1400, Nicoi.fi était maire de Neuchâlel. - AENeu- 
châtel. - M.\ 191 5, p 53. |i. M ] 

AGNELLI. Famille .i origine milanaise, établie à Lu 
i i elle fonda - n nom la prcmii ; ■ imprime- 

rie du Tessin. On ne sail pn préi ini nt à qui Ile épo- 
que h - vgnelli s'établirent à Lugano. Suivant li - Ri i 
rédéraux, un Giacomo Antonio \. était huissier de Lu- 
gano en 1709. Ln 1745, les douze cantons souverains ac- 
cordai nt à deux frères Agnelli, de Milan, le monopole de 
l'imprimerie dans les quatre bailliages «avec la liberté 
d'imprimer toute espèce de livres qui sont i ni primés dans 
les autrei pays catholiques», Le privilège fut accordé 
pour vin,! ans et nu nivelé en 1765 et 1785.La mai on A 
imprima de immbrous ouvrages religieux, scientifiques 
Kl i tin certain rôle dans les troubles 

la fin du W lit -. el tut secrèlcmci 
,-cnti une par l'empi n m Joseph II. A pai lir d ... 
i surloul uni fi iiille lu bdon ' 
. 179' le tiln ''■ t di diverse i ' 
■ . Ii 1797 à 1799 celui il" Go; ella di Litga » . réd 
par G. II. \gnelli el par l'abbé Vanelli, qui devii 
lard I . <"■-:. lia Tien w. Ocj i I 6 les \ nelli publiè- 
rent air - i le '.'on ri e Y.op\ n o .1/.'» . urio Slo 
i ,'u nsuelle semblable au Mercure suisse de Neuchâlel 

et au \Ie ... ... . ' . / i . .; \ L'imprimerie 

fui délruite I" '.".i avril 1799 dans l'émeute qui avait 
et lalé a Ltigam ■ uti ' en menlde la République 

|ue. \ célli famille apparliennenl : Jk.\S-Iîap- 
i i-i k, propriétaii e de l'impi 

. . 

d" l'union à la i épubl Ip el la i publique 

.:,'.' |>|i - .i.- 1799 il sauva à 

ni ., '. ii pni I . fuite. VntOINI 
lié de 1808 à 1 I i i ■' I oi 

We - l> ■■ '■ •' - - llStur. 1 - 

Doits II Barol Dell't u Fran- 

, , ... i ; ; '. i'. i i .sj,,, ,., delln S izzi 

■ \ . i / | Ki 

raux. [tr i 

AGNELLUS. Sol limalium 

ii.' le I 

Le (ail n'i st 1 1 pi ndant pas pi nivi par . .1 .nient- : 



120 



AGNENS 



AGNO 



toutefois le nom figure dans l'index du Codex de Reiche- 
nau de S'26 ; et comme dans celte liste, entre l'abbé L'rsi- 
cin et Agnellus personne d'autre n'est nommé, il faudrait 

glacer son règne déjà dans le VIII e siècle. La chronologie 
18 à 836, admise habituellement, parait pour la première 
fois dans la Synopsis qui comble ainsi la lacune dans 
l'ordre de succession des abbés. - Voir Eichhorn : Epis 



Ch 



— Schumachi 



A Uni m 
S c] 



participant 
oh et nid 




copalus 

Désert in en se, p. .ï. 

AGNENS. Voir ASKENS. 
AGNER. Ancienne famille du Nidwald, 
aux corporations de Bûren 
dem Bach. Armoiries : coupé do gui ules 
à une marque de maison de sable, et 
fascé d'or et de sable de quatre pièces. 
I. Bartli et — 2. Martin, tombèrent 
à la Bicoque, 1522, ou à Pavie (1525 
suivant les obïtuaires des batailles du 
Nidwald. — 3. Mei.ciiior, juge et <]u 
Conseil en 1554, architecte cantonal en 
1560; il construisit cette année-là l'os- 
suaire de Stans. lai 1563 a\oué de la 
chapelle de Nieder-Rickenbach. Il mourut le 7 février 
1593, après avoir assigné par testament une somme im- 
portante pour la reconstruction de la chapelle de Bûren. 

— 4.Rartm, fils du n° 3, acheva la chapelle de Hûren en 
1596. — 5. Joseph-Antoine, prêtre 1879, suflVapant à 
Beckenried, 1880, puis curé de ce lieu de 1882-1903. f 
en 1905 chapelain à Bibcregg. — R. Durrer : Arch.-u. 
Kunstdenkni. Unlerwalden, p. 75 et -i'JT. — JAS. — 
Odeun-dt : KoUeklaneen im hist. Muséum Nidicalden 

— StanimbSicher de Nidwald. — H. Durrer : Utilerval- 
dtier Urk.-Burh, p. 1. [r. d.1 

AGNÈS. * 1281, f 11 juin 1 30 'i . fille du roi Albert I", 
mariée au roi de Hongrie, André 111. 7 1301. Ces! à tort 
que la tradition lui attribue une grande part dans la 
poursuite des régicides de son père ; pendant ces événe- 
ments, elle était au contraire en Autriche. Ce n'est qu'en 
1317. après la mort de sa mère Elisabeth, qu'elle se ren- 
dit dans sa fondation de Kônigsfelden, qu'elle développa 
par des dons cl la construction d'un hôpital et 1! un . ili 
de pauvres. Elle lit des dons également à l'hôpital de Ba- 
den et au couvent de Xôss. A Kônigsfelden, elle habitai! 
sa propre maison et s'y occupa, pendant plusieurs déci- 
des, activement et ^\cc adresse de la politique des Habs- 
bourg. Selon Egide ïschudi, c'était une femme «singu- 
lièrement adroite et active ». et l'àme de la maison de 
Habsbourg. Souvent elle joua le rùle de médiatrice dans 
les difficultés entre les Habsbourg et les Confédérés. Le 
24 mars 1331 elle lit aboutir un arrangement ente.- l'Au- 
triche et le fratricide Eberhard, au 1 hâteau île Th .une : 
en février 1333, elle réussit à mettre lin à la guerre de 
Gnminen entre Berne et ses alliés d'une part et les 
villes et pays autrichiens d'antre pari. En 1310, elli 
réussit à faire un arrangement entre Zurich et les con- 
seillers de cette ville qui s'''i< : nt réfu 
pendant la révolution de Brun. En 1352. après la : 
de Laupen, elle l'ut l'intermédiaire de Berne pour .un- 
dure avec l'Autriche une alliance de dix ans, à laquelle 
se joignit aes-i Si hure. En 1350, elle -'. ntn nu 1 dans le 
différend entre l'aie, b'ribourg, Strasbourg et Zurich et 
amena, en été 1350, Zurich et Rappel' wil à signer un ar 
mistice. Après le premier siège de Zurich, 1 Ile s'entremil 
encore entre le duc Albert le Boiteux et Zuri ; el coi 
une paix, à la vérité tout en faveur de l'Aulri du .pui; pi 1 III 
rétablissait les droits seigneuriaux des Habshoui 
les Waldstiitten el interdisait aux Confédérés de s'all 1 
désormais avec des pays sujets de l'Aut ricin : aussi lesWald- 
stâtten refusèn ni ilsdereconnaîtn son vi idicl I Ile mou 
rut à Kônigsfelden et sa mort fui nue grandi perte pi m la 
diplomatie des Hal) bourg Portrait dans : J. Miillei 
Merku-ûrdiije I ■ ' <jU i 7. 1773, I. 0. pi 9. '. r AS 
I n 270, 271, 10 1 109 Kopp : ..VA I, 162 - T- . h 1 h 
I, 36i. - Lulhv Soi H u-l enbl II IS26 p 361 k | ; 
l.ûtolf: Eid't' Hiinde, liv. 12, p. 282 -. \Vatlenw\l : 
Stadl liern II, lé, s. /./. I. p. 83. Ilermnini von Lie- 
benau : Lebensgeschivlitc der Kônigi 1 Ungarn. 

1 ■ 1 ',r_. ISi'iS — I! von i.iel" ■11:111 : Il mu ' I 
den :» dey Uescltictite der h'fmigin Agnes, llegen«burg, 
I8G9 Stammler.dans.lrjori'a, t.30.- Dàndliki 



11. Kt. Zurich, p. 139s. — Dândliker : Gesch.derSchuri- 1 

406 s. - I liera... r: [,p. 154 S. - -.1/. Mi/ \ \ VI , ,,. 133 f N ] 

agno (C.Tessin, I». Lugano, V. DGS). Il faut .!,".;,, 
guer l'histoire de la pieve d'Agno de l'histoire du vil . 
lace pour simplifier l'exposé. 

I. l'ievc d'Agno. La pieve d'Agno est trê an 
cienne. Le premier document qui en parle (dont 1 .■ 
thenticité toutefois est mise en doute par quelques an. 
leurs), est un diplôme de SIS de l'empereur Louis |, 
Débonnaire; il établit que, à r.'.té- de la pievi d \, , . 
existait aussi celle de Lugano. L'abbaye de Cielo d'Or' 
Pavie posséda dans la pièce d'Agnodcs droits de pr, 
priété et de r. devances, dont l'existence cependant fm 
fortement menacée vers la fin iU\ MI- s. par les privilè- 
ges, tantôt faux, tantôt authentiques, de papes et de n is, 
(in ne peut dire exactement en quelle année les di 
la célèbre abbaye se .-ont éteints. Ils disparurent, proba 
Moment par aliénation dans la première moitié du XIII' 
siècle; c'est ainsi qu'un document de 1244 ne parle déjà 
plus des droits que l'Abbayi avail à Astano. Il < I pi 
par un document de 1352, conservé aux archive! pa 
roissiale de Sessa, et par les relations d. ., il pj 
torales des évêques de C.ôme en 1571 et en 1591, qui I, 
pieve d'Agno étail très étendue et imbrassait 36dc nos pa- 
roisses sur territoire suisse el lu paroisses sur terriloir. 
italien, lai 1633 la pieve d'Agno perdit toutes les paroi ■■- 
et chapelles sur territoire italien, à l'exception de Crr- 
menapa, qui fit partie de la paroisse de Sessa jusqu'en 
1812. Ce fut par ordre de l'empereur qu'en 1633, Mar- 
chirolo avec Lavena fut détaché et constitué en pieve 
indépi ndante. Eu 1661. on constate Inexistence ilu .!•'. anal 
de Bironico; en 1746 ou 1747 csl fende le décanal de 
Sessa; en 1910 celui de lir.no Politiquement, la pieve 
d'Agno appartint d'abord à la ville-république de Cômc, 
en-uitc au duché- de Milan et, après la conquête 
suisse, elle fil partie du bailliage de Lugano. Avanl 
le XII' siècle la vallée de Marehirolo et de Lavent 
appartenait au comté de Seprio; en 119G après de lon- 
gues discussions entre Côme et Milan, elle fut cédée 
a cette dernière vide. Pendant la guerre de dix ans 
(1116-1127) entre Côme et Milan, la valle Carvina li tei 
l'iloire de l'ancienne paroisse de Bironico) sembli avoii 
fait eau-.,- commune avec Milan et s'être détachée de la 
pieve d'A., à laquelle elle ne fui rendue qu'en 1181. 
Isi.n. et Medeglia furent détachés d'Agno en 1501 pour 
être incorporés au comté de Bellinzone, Le reste de la 
pieve d'Agno partagea toujours le sort politique do Lugano 
et constitua, avec les pievi de Lugano, Capriasca et Riva 
S. Vitale, la comnwnilas Vatlis Lngani. Cette commu- 
nauté de la vallée de Lugano ne fui jamai une eom 
mime au vrai sens du mot, indépendante comme les 
communes lombardes; ce fut un pays sujel de I 
Milan et des Sui si voir Lcgano). I '■ n lanl I 1 don 

-".- ■ , la pipi c d'Agno compl dl 37 ci mi Ile élail 

:' ■ avec la Capriasca sous la surveillance d'un fiscal 

on d'un chanceliei el devail fournir une comp 

200 soldats. A cette époqm la pie» d \ 110 noi mait36ou 

37 des 90 on 97 membres du Cou eil général du b 

Aux X\ I el XVII s., suivant Kasi et" li II 

elle nommait trois des 13 iiivanl lleusler, 12 p 

reurs composant le conseil de la communauté; ver.» 1680 

cor dl ayant été 1 éduit à 7 membres, la pievi d'Af no 
n'en nomma plus que deux. - - Li rapp irts entre la pieve 
l'A u ' ' i I- autres piei i conslil 11 ml I" bailliaged I 
ne furei I pas toujours exempt! d difficultés et di malen 
tendus. Suivant les Reçus, en 1 ! I ■ .. ■ d ■- 110 prétend, 
contre Lugano, d'être exemple .i' charges ui .. 

n di routi s el en appell : aux pri conci lés par 

:■■ due Sforz . di Milan ■ 1 c ml 1 ... ■ n 1515, I567, lôTu, 
I5S.S ei I590 par les cantons souvei dns. En I50Î ell 
sépare des autres pievi jusqu'en 160S alléguant le trop 
de charges fiscales qu'elli - lui 
I6l : e nivelle sépai alion : en I0S I, A 110 ch- relu 
.1 - ép ..in. - ins y 1 r \ no et sa pii 

1798, protï sta de son atl : 1 In Sui dans uni 

1. m!» ■ .; •- eml léi ti nu. à \ m li -I i f . 1 ier. I 
fi urnit au d un 

i | |i 15 

\ !.. ce sation de la dominatii n suisse en 1798, la pieve 
■ I 'gno n imm : '■'■ •!. - 2 1 meml 1 lu j rm mi nt prot 1- 



ÀGNO 



ACOSÏINF 



121 



soire de Lugano qui remplaça le 20 mars 179S le Conseil 
provisoire qui gouvernait l'ancien bailliage. A la proclama- 
tion de l'Helvétique, la pieve d'Agno perdit toute significa- 
tion politique et fut incorporée au district de Lugano. 
Mais pendant les troubles île la période de l'Helvétique 
le commissaire Zschokke redonna à la pieve d'Agno, com- 
me d'ailleurs à toutes les autres du bailliage, v,, n impor- 
tance politique d'autrefois dans son projet, avorté cepen- 
dant, déconcentrer toutes les communes du bailliage en 
quatre grandes communes : Lugano, Agno, Riva S. Vitale 
et Bidogno. En 1802 le préfet national de Lugano, I'ran- 
zoni. revient à la circonscription par pievi lorsque, sur 
la demande des deux pievi de Lugano et d'Agno, il i rdonni 
les assemblées par pievi pour l'élection des députés, 
— ceux d'Agno devaient en nommer six — qui auraienl dû 
procéder à la reconstitution des autorités de district ; ce 
qui amena le soulèvement contre l'Helvétique, la procla- 
mation de l'indépendance et de la souveraineté de ! ancien 
bailliage et la lutte, dont on parlera plus bas. IV n'est 
qu'en 1803 que la pieve d'Agno et toutes les autres en gé- 
néral perdirent définitivement leur importance politique. 
2. Village d'Agno. L'histoire du village (ancienne- 
ment Aititun) se confond un peu avec celle de sa pieve. 
La paroisse remonte vraisemblablement au VI e ou au 
Vil* s. ; elle existait certainement au IX e s. Une tradi- 
tion, qui subsistai! enfuie lois de la